La production brute, le bon indicateur ? Pétrole exporté.

Discussions libres mais portant sur le thème général de la déplétion.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

peaknik
Charbon
Charbon
Messages : 223
Inscription : 11 mai 2007, 20:54

La production brute, le bon indicateur ? Pétrole exporté.

Message par peaknik » 14 sept. 2007, 15:15

ex "chiffres de production viellot???"

renommé par TNL



Le chiffre de production mondiale du petrole reste la donnée relativement basique pour qui s'interresse aux question d'energie.
Me demandais si ce chiffre ne perdait pas peu à peu en pertinence. Le chiffre de production mondiale est implicitement assimilé à l'énergie disponible pour le monde.

2 elements faussent l'équation:

On est plus au temps ou un trou creusé au milieu du texas ou de l'arabie projetait quelque dizaine de millier de baril par jour sans consommer la moindre énergie. Avec l'exploitation en eau profonde ou l'extraction des sable bitumineux l'autoconsommation de l'indutrie pétrolière n'est plus aussi négligeable. S'il faut cramer sur place l'équivalent d'un baril pour en extraire 2 parler d'une production globale de trois barils n'a pas grand sens.
Le chiffre pertinant pour l'economie c'est le petrole disponible pour les secteur non petrolier.

On est plus non plus au temps ou l'on négociait l'exploitation des ressource petrolière avec des bedoins. les pays de l'opep consomme aujourd'hui 7 Mbb/d ce qui 'n'est plus du tout négigeable. ( hors opep meme le texas est aujourd'hui importateur net de petrole! et la russie voit sa consommation domestique exploser etc...)

Le chiffre pertinent pour l'economie occidentale ce n'est pas la production totale c'est essentiellement le petrole disponible sur le marché mondiale. Ce n'est pas le pétrole produit, c'est le petrole exporté.


Il est fort probable que le pic d'export, et le pic de production net ( deduite de l'autoconsomation de l'industrie petroleire) precede de quelque année le pic de production globale.

Ce qui en ferait des instrument d'alerte sans doute plus pertinent et efficace que de garder l'oeil rivé sur un chiffre globale de production.

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 14 sept. 2007, 16:10

Remarque intéressante, il faudrait effectuer l'exercice en utilisant par exemple les incontournables données BP World Energy Review :)
Méfiez-vous des biais cognitifs

yakafokon
Kérogène
Kérogène
Messages : 3
Inscription : 04 juin 2007, 15:57
Localisation : Tunisie

Message par yakafokon » 14 sept. 2007, 16:55

La donnée production ne peut etre dissociée de celle du prix : chaque pêtrolier a dans sa besace des "champs" tres rentables et d'autres qui ne le deviennent (en raison des couts d'exploitation) que si le petrole extrait est vendu au dessus de son "prix de revient"
il est donc problable que plus le prix du baril va grimper et plus on va rendre rentable des exploitations qui ne le sont pas (encore)
on n'a pas commencé a "faire suer" les "sables bitumineux" du canada et d'ailleurs parce qu'à 70$ le baril c'est pas rentable, mais à 120$ ?
les données de la production vont donc forcement evoluer au gré de la montée (descente peu probable) en fleche? du prix du baril.

La casse va se faire sur les produits à base de petrole pour lesquels on n'a pas encore de substitut.
Pour les carburants liquides ça va passer (hausse des prix et solutions alternatives)
Acteur du cycle carbone en 60 jours

peaknik
Charbon
Charbon
Messages : 223
Inscription : 11 mai 2007, 20:54

Message par peaknik » 14 sept. 2007, 17:58

yakafokon a écrit :La donnée production ne peut etre dissociée de celle du prix : chaque pêtrolier a dans sa besace des "champs" tres rentables et d'autres qui ne le deviennent (en raison des couts d'exploitation) que si le petrole extrait est vendu au dessus de son "prix de revient"
il est donc problable que plus le prix du baril va grimper et plus on va rendre rentable des exploitations qui ne le sont pas (encore)
on n'a pas commencé a "faire suer" les "sables bitumineux" du canada et d'ailleurs parce qu'à 70$ le baril c'est pas rentable, mais à 120$ ?
les données de la production vont donc forcement evoluer au gré de la montée (descente peu probable) en fleche? du prix du baril.

La casse va se faire sur les produits à base de petrole pour lesquels on n'a pas encore de substitut.
Pour les carburants liquides ça va passer (hausse des prix et solutions alternatives)

je crois que tu tombe un peu hors sujet...


Le cout moyen d'extraction et le prix mondial du petrole sont deux choses très differentes dans leur impact sur l'economie générale.


Une économie avec un cout d'extraction à 40 dollars par barils ( en pipe lin, plateforme de forage, energie investie etc...) et un prix mondial à 50 dollars, sera bien moins prospere qu'une économie avec un cout moyen d'extraction de 1$ et un prix mondial de 70 ou 80$. La rente petrolière se reinvestissant dans l'economie generale...

On a deja commencé à faire "suer" les sable bitumineux du canada comme tu dis et cela consomme une énergie importante.
Le cout d'extraction ne recouvre pas qu'une notion abstraite. En gros l'indice EROI est inverse du cout d'extraction. Dire que le petrole est plus cher à extraire c'est - presque- equivalent à dire il faut plus d'energie pour l'extraire.


Pour faire une comparaison:

tu vis à 10 metre d'une station service, qui te fournit 100 litre d'essence. Tu n'en consomme que 0,5 pour te rendre à cette station service. Il te reste donc 9,95% de ta consommation pour ton travail tes loisirs etc bref ta vie vie hors petrole.

Maintenant la station est epuisée. Tu dois aller chercher ton essence à X kilometre. Elle te fournir toujours 100 litre mais tu en consomme 30 pour te rendre a cette station et revenir chez toi. Ton niveau de consommation est toujours de 100 litre et n'a donc pas bougé. Mais ce qu'il te reste pour ton travail pour tes loisir a baissé de pres d'un tiers, sans compter le temps perdu pour te rendre à la nouvelle station.

A l'echelle du monde le principe est le meme. En terme de production le remplacement au baril pres de 5000 000 de baril de petrole du moyen orient par 5 000 000 de baril de petrole produit à partir du sable bitumineux permetrait de maintenir un niveau golbale de production équivalent. Mais le petrole effectivement disponible pour l'economie mondiale aura baissé de 2 000 0000 ( 30% d'energie autoconsommé en alberta sans meme integré l'enorme depense induite par les besoins de main d'oeuvre qu'il faut nourrir loger chauffer dans une region pas franchement adapter et renvoyer de temps en temps voir leur famille en avion au 4 coins du monde). 2 Mbb/j ce n'est pas négligeable, c'est la consommation de la france... Sans compter le nombre d'ingenieur et autre travalleurs qualifié retiré à l'economie generale.

Le niveau d'energie demandé par l'exploitation et le raffinage de petrole extralourd et autres joyeuseté bitumineuse suffirait à masquer une dépletion des ressources en petrole pour le reste de l'economie.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64281
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: chiffres de production viellot??

Message par energy_isere » 16 sept. 2007, 13:10

peaknik a écrit :...........
Il est fort probable que le pic d'export, et le pic de production net ( deduite de l'autoconsomation de l'industrie petroleire) precede de quelque année le pic de production globale.

Ce qui en ferait des instrument d'alerte sans doute plus pertinent et efficace que de garder l'oeil rivé sur un chiffre globale de production.
Dans ce sens , je te conseilles d' eller lire
Declining Net Oil Exports Versus "Near Record High" Crude Oil Inventories:
What is going on?
Jeffrey J. Brown, The Oil Drum
dans energybulletin : http://www.energybulletin.net/34722.html

peaknik
Charbon
Charbon
Messages : 223
Inscription : 11 mai 2007, 20:54

Message par peaknik » 16 sept. 2007, 17:46

merci!
:)

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 16 sept. 2007, 23:29

Première estimation de cette "quantité de pétrole mise sur le marché mondial", selon données BP :
Image
EDIT: il s'agit de millers de barils par jour et non de millions
Dernière modification par Tiennel le 16 sept. 2007, 23:43, modifié 1 fois.
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
Thibaud
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 327
Inscription : 14 oct. 2006, 22:50

Axe

Message par Thibaud » 16 sept. 2007, 23:31

:shock:

Il y a une erreur de légende sur l'axe vertical : Ce sont des milliers de barils et non des millions !

;)

Avatar de l’utilisateur
Glycogène
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2494
Inscription : 05 oct. 2005, 00:06
Localisation : Grenoble

Message par Glycogène » 16 sept. 2007, 23:38

Je ne vois pas en quoi l'autoconsommation des pays exportateurs serait de la consommation perdues,comme peut l'être l'autoconsommation des sites de production. La population des pays exportateurs fait partie des bénéficiaires du pétrole mondial, au même titre que la population des pays importateurs.
Je pense donc qu'il ne faut soustraire que la consommation de la filière de production, et non la consommation domestique des ouvriers de cette filière, ni celle de la population des pays eportateurs.
Par contre un pays exportateurs peut plus s'autoriser à gaspiller du pétrole dans l'autoconsommation dûs à sa population, mais c'est un autre problème.

peaknik
Charbon
Charbon
Messages : 223
Inscription : 11 mai 2007, 20:54

Message par peaknik » 17 sept. 2007, 00:40

Par contre un pays exportateurs peut plus s'autoriser à gaspiller du pétrole dans l'autoconsommation
c'est une formule euphemisante pour dire "construire des station de ski en plein desert et climatiser son hummer "?

Je ne vois pas en quoi l'autoconsommation des pays exportateurs serait de la consommation perdues,comme peut l'être l'autoconsommation des sites de production. La population des pays exportateurs fait partie des bénéficiaires du pétrole mondial, au même titre que la population des pays importateurs.
je n'ais pas dit "perdu" j'ai dit "non disponible pour les autres". Ce qui n'est pas exactement la meme chose.


La courbe du petrole exporté est très/un peu/pas du tout differente du petrole produit?? ou ca se recouvre a peu pres? me rend pas compte ^^ ( ps tu fais toujours des courbes magnifiques tienel) :)

Avatar de l’utilisateur
Mathieu G.
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 319
Inscription : 26 sept. 2005, 21:48
Localisation : Bordeaux

Message par Mathieu G. » 17 sept. 2007, 09:45

Un autre graphique de la procuction de pétrole exportée en page 4 de ce document : http://www.peakoil.nl/wp-content/upload ... er2007.pdf

Un pic d'exportation en janvier 2006 avec un peu plus de 48mb/j, et une valeur un peu en dessous de 45 pour juin 2007. Déjà plus de 3mb/j de perdu en 18 mois !

Avatar de l’utilisateur
Glycogène
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2494
Inscription : 05 oct. 2005, 00:06
Localisation : Grenoble

Message par Glycogène » 17 sept. 2007, 10:38

peaknik a écrit :je n'ais pas dit "perdu" j'ai dit "non disponible pour les autres". Ce qui n'est pas exactement la meme chose.
Oui en effet.
Mais quel est le problème ?
Si l'augmentation de la population vient des pays exportateurs, ce n'est pas grave qu'il y ait moins de pétrole pour les pays importateurs.
Ce n'est pas le cas, mais les seuls chiffres de la production exportés ne permet de ne faire aucune conclusion quand au conséquence. A part pour l'économie de l'OCDE, que l'on sait déjà très dépendante des importations de pétrole. Mais pour avoir un avis sur le monde entier, il faut en fait étudier la quantité de pétrole par habitant pour chaque pays, et comparer au PIB par habitant de chaque pays. Et ce n'est même pas les chiffres précis qui comptent, mais leurs évolution passées et futur (difficile à trouver/calculer dans ce dernier cas !).

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12506
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: La production brute, le bon indicateur ?

Message par mobar » 17 sept. 2007, 10:54

peaknik a écrit : Le chiffre pertinant pour l'economie c'est le petrole disponible pour les secteur non petrolier.
Ce chiffre devrait pouvoir être calculé facilement si l'on peut connaitre la valeur moyenne du coût énergétique de l'extraction du brut à un instant donné.

Je ne vois pas pourquoi on devrait exclure de la consommation mondiale celle des populations des pays exportateurs de brut. Ils font eux aussi partie de l'économie mondiale et souffriront aussi de la déplétion.

:smt017

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15430
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: La production brute, le bon indicateur ?

Message par GillesH38 » 17 sept. 2007, 11:07

mobar a écrit :
Je ne vois pas pourquoi on devrait exclure de la consommation mondiale celle des populations des pays exportateurs de brut. Ils font eux aussi partie de l'économie mondiale et souffriront aussi de la déplétion.

:smt017
vous avez raison sur le principe, mais en pratique nous sommes des français importateurs (comme les américains ) et si on veut savoir ce qui va NOUS arriver, c'est effectivement le pétrole disponible pour exportation qui est important. Que les pays du Golfe aillent mieux pendant que nous allons plus mal, ça ne nous change pas notre quotidien ;-) (d'ailleurs le PO entrainera probablement d'autres types de problemes pour eux).

De toutes façons si on fait le bilan global du niveau de vie de l'humanité, les problemes qu'on imagine avec le PO sont le quotidien de milliards d'etres humains qui n'ont d'ailleurs jamais connu mieux, et qui ne connaitront jamais mieux. Le PO aura des conséquences tres variées, mais la plupart des gens ne s'interessent qu'a ce qui les touchera personnellement ....
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

peaknik
Charbon
Charbon
Messages : 223
Inscription : 11 mai 2007, 20:54

Message par peaknik » 17 sept. 2007, 12:21

Je ne vois pas pourquoi on devrait exclure de la consommation mondiale celle des populations des pays exportateurs de brut. Ils font eux aussi partie de l'économie mondiale et souffriront aussi de la déplétion.
Ce n'est pas le cas, mais les seuls chiffres de la production exportés ne permet de ne faire aucune conclusion quand au conséquence. A part pour l'économie de l'OCDE, que l'on sait déjà très dépendante des importations de pétrole.
A part pour l'OCDE... une paille quoi :lol:

les pays importateurs: toute l'europe moins la russie, les etats unis, le japon, la chine....
ca fait pas mal de monde concerné...

Ils font eux aussi partie de l'économie mondiale et souffriront aussi de la déplétion.
Oui et non... Le marché domestique des pays exportateur et les marché mondiaux fonctionne de manière artificiellement déconnectés.
Les gouvernement garde pour leur consommation nationale une part de la production en générale très peu chere et tres peu taxé. Et taxe au maximum le surplus exporté.

En cas de dépletion les prix explosent sur le marché mondial mais pas nécessairement sur les marché domestiques des pays producteur.


Un pic d'exportation en janvier 2006 avec un peu plus de 48mb/j, et une valeur un peu en dessous de 45 pour juin 2007. Déjà plus de 3mb/j de perdu en 18 mois !

Si le chiffre est bon c'est assez enorme... ( ca correspond à la consomation d'un pays comme l'allemagne...)


C'est plus parlant - pour comprendre la crise actuelle que de constater une simple stagnation de la production mondiale...

Les états unis l'europe la chine le japon se partagent une quantité de pétrole en baisse de 6%...

Répondre