Le Peak Oil, encore loin ?

Discussions libres mais portant sur le thème général de la déplétion.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
CP3
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 811
Inscription : 21 janv. 2007, 20:03
Localisation : Vaucluse
Contact :

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par CP3 » 09 févr. 2019, 13:18

yvesT a écrit :
09 févr. 2019, 09:40
Une chose est sure, si le LTO a des problèmes pour continuer, financier ou autre, la chute va être extrêmement brutale, par exemple pour le permian, plus de 57% de la production actuelle vient de puits démarrés en 2018 :

Image

https://shaleprofile.com/blog/

(en fait plus puisque les données ne vont que jusqu'en octobre)
Cependant la réalité que représente probablement ces courbes ne semble pas décourager la relative vigueur de nombreuses prévisions ( officielles au moins ) .
D' après ces courbes , il est aussi possible de remarquer que le declin de la production des nouveaux puits semble de plus en plus prononcer au fil des années .
En gros si ces courbes ne sont pas truqués , mieux vaut alors aller vite se planquer à la campagne .
Dernière modification par CP3 le 09 févr. 2019, 13:40, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8367
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par Remundo » 09 févr. 2019, 13:38

on sait bien tout ça,

le fait est que ça coule à flot, et durablement pour quelques décennies.

on sent déjà la poussée du gaz pour les transports car le Diesel va décliner

et puis après, on fera du coal to liquid, comme faisaient les Allemands pendant la guerre...

mon intuition pour les quelques dizaines d'années à venir est que nous n'aurons pas de pénurie, mais que nous paierons plus cher. La vraie pénurie serait plutôt à voir pour après 2050, en particulier si la transition énergétique n'est pas promue résolument.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9144
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par mobar » 09 févr. 2019, 13:49

Remundo a écrit :
09 févr. 2019, 13:38
on sait bien tout ça,

le fait est que ça coule à flot, et durablement pour quelques décennies.

on sent déjà la poussée du gaz pour les transports car le Diesel va décliner

et puis après, on fera du coal to liquid, comme faisaient les Allemands pendant la guerre...

mon intuition pour les quelques dizaines d'années à venir est que nous n'aurons pas de pénurie, mais que nous paierons plus cher. La vraie pénurie serait plutôt à voir pour après 2050, en particulier si la transition énergétique n'est pas promue résolument.
On est d'accord ;)
Aujourd'hui la transition, elle vise surtout à produire de l'électricité, électricité qui lorsqu'elle est utilisée pour le transport ne procure aucun avantage si ce n'est que c'est plus cher, moins commode, moins adapté, moins performant, moins souple ...

La transition qui permettrait de produire un substitut d'ampleur aux carburants pétroliers, elle n'a pas encore commencé

Une nouvelle technologie et sa filière demandent entre 10 et 20 ans pour être déployés

Si la pénurie était imminente, ça fait longtemps que des investisseurs se seraient rués massivement sur les carburants de synthèse, l'hydrogène solaire et/ou les carburants de 3eme génération, ça ne s'est pas produit, ça veut bien dire, qu'il n'y a pas de problème d'appro à moyen voire à long terme
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

tita
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 960
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par tita » 09 févr. 2019, 15:33

mobar a écrit :
09 févr. 2019, 09:50
Le vrai paradoxe c'est que depuis 15 ans qu'on parle de peak oil et que les faits ont démontré que le Peak Oil recule en permanence, que ce que l'on met dans "Oil" se modifie également, personne se semble se rendre compte que ce concept de Peak Oil est un concept évolutif dont la pertinence s'érode avec le temps
C'est même plus ancien que ça. Au tout début de l'exploitation pétrolière, au 19ème siècle, ils se sont vite rendus compte du phénomène de déplétion et certains géologues prédisaient déjà la fin du pétrole. Ce genre de prédiction s'est reproduit à plusieurs reprises, mais la découverte de nouvelles réserves a toujours repoussé l'échéance. La prise de conscience globale que le pétrole n'allait pas être une ressource durable s'est faite il y a 45 ans, lors du premier choc pétrolier. Ce qui a donné lieu à une recherche plus poussée d'alternatives.

Le pic pétrolier tel qu'on le connaît vient d'une publication de 1998 (20 ans déjà), par les géologues Colin Campbell et Jean Laherrère sur la base des travaux de Hubbert. Ils ont par la suite créé l'ASPO, qui allait gagner en notoriété dans le courant des années 2000 lorsque le prix du pétrole grimpait fortement. Leur approche était de considérer le danger économique d'une production globale en déclin, et de tenter de prédire la date à laquelle ça allait se produire à partir des données géologiques. Leur prédiction allait attirer les tenants d'un effondrement de notre société, surtout parce que cette perspective était rapprochée par rapport à d'autres menaces.

Leur prédiction s'est révélée fausse. En particulier, leurs estimations concernant l'Iraq ou l'Arabie Saoudite était bien trop pessimistes, et ils n'ont pas vu venir l'ampleur du pétrole de schiste. De plus, leur modèle était beaucoup trop simplifié pour coller à la réalité. Les "collapsologistes" ont vu dans la crise financière une nouvelle possibilité d'effondrement. L'ASPO a disparu en 2012 et la chute des prix fin 2014 allait mettre fin à la perspective d'un choc pétrolier proche. Le souffle est retombé et on a passé le cap des 100 Mb/j.

Je n'ai pas trop de doutes qu'on va avoir une nouvelle période de très forte hausse des prix du pétrole et que les perspectives de pic pétrolier vont ressurgir.
Si la pénurie était imminente, ça fait longtemps que des investisseurs se seraient rués massivement sur les carburants de synthèse, l'hydrogène solaire et/ou les carburants de 3eme génération, ça ne s'est pas produit, ça veut bien dire, qu'il n'y a pas de problème d'appro à moyen voire à long terme
Personne ne semble capable d'anticiper avec certitude une pénurie ou un surplus du pétrole au-delà du court terme. On va probablement constater un pic pétrolier après l'avoir dépassé, et encore on n'en sera pas certain avant un bon moment. Vous placez la date loin dans l'avenir parce qu'il n'y a pas de raison que ça se produise à court-moyen terme.

yvesT
Condensat
Condensat
Messages : 678
Inscription : 23 mars 2013, 12:16
Localisation : paris
Contact :

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par yvesT » 10 févr. 2019, 01:10

CP3 a écrit :
09 févr. 2019, 13:18


D' après ces courbes , il est aussi possible de remarquer que le declin de la production des nouveaux puits semble de plus en plus prononcer au fil des années .
En gros si ces courbes ne sont pas truqués , mieux vaut alors aller vite se planquer à la campagne .
Non, de fait la "qualité" des puits augmente d'année en année, il faut cliquer sur l'onglet "well quality" pour le voir :

Image

Mais cela reste des puits qui dure en gros 12 mois (les courbes de productions ont une échelle logarithmique en ordonnée).
Et ces courbes ne disent pas si les nouveaux puits coutent plus chers/consomment plus d'énergie.

Et puis il faut voir ce que ça représente à la surface .. :
https://www.google.fr/maps/place/Midlan ... 02.0779146

Le peak oil on y est actuellement à 2 ou 3 années près

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8312
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par kercoz » 10 févr. 2019, 08:08

La courbe la plus intéressante reste celle de Jancovici sur le prix en $ constant.

https://jancovici.com/transition-energe ... puis-1860/

Ces courbes confirme que la constante de notre modèle est bien le prix "acceptable" pour un consumérisme-productivisme possible et donc que la variable d'ajustement pour l' offre/demande se fait par le nombre de demandeurs.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
CP3
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 811
Inscription : 21 janv. 2007, 20:03
Localisation : Vaucluse
Contact :

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par CP3 » 10 févr. 2019, 08:32

D' après les courbes mises en lien dans les posts ci-dessus ( Evolution de la production de schiste dans le bassin permien ) , j' ai pris un peu de temps pour faire quelques Analyses /relevées .

Jusqu' à il y a encore 2 ans , alors que le ratio Production / nombre de puits ne cessait d' augmenter avec un pas moyen de 30 % par an . Depuis 2 ans ce dernier continue tjrs à augmenter mais avec un pas qui a fortement ralentis la cadence . Cela passe de + 30 % à + 15 % par an .
Parallèlement ce déclin de la hausse du ratio s' accompagne d' un déclin de la production par puits sensiblement plus rapide qu' avant 2016 .

Il pourrait donc bien s' agir d' un signal solide d' amorce de déclin physique .

Rod
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 353
Inscription : 19 juin 2008, 14:08
Localisation : au milieu des vignes
Contact :

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par Rod » 10 févr. 2019, 09:20

Pourquoi diable ils construisent de nouveaux pipelines si le déclin est proche :-" :-" :-"
moins vite, moins loin, moins souvent: le transport post PO
Des couches lavables
Chauffage bois solaire

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 284
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par Paulad » 10 févr. 2019, 11:05

Le problème avec ces "derniers" pipelines est que le risque est transféré vers les producteurs de schistes au cas où le pipeline serait peu ou pas utilisé si on en croit l'article ci-dessous ! Ca ne fera qu'affaiblir leur position quand le pétrole viendra à se raréfier mais au final çà étonne qui ? Puisque cet industrie est basée sur une production toujours croissante.

https://www.moroccomail.fr/2019/02/03/p ... et-de-gaz/

Il n'y a pas non plus que le bassin permien aux USA, c'est pour l'instant la moitié de la production US. Certains autres bassins comme Eagle Ford arrivent en "fin de vie" ou stagne, il faudra bien les "compléter".

Et j'ai pas l'impression non plus que les techniques d'extractions vont tant retarder le pic de schiste aux USA. Certes à l'instant T on récolte beaucoup plus mais au bout d'un an on divise toujours la production d'un puit par 2. Les courbes finissent même par converger au bout de 5-6 ans.

Faut pas oublier non plus que le pétrole de schiste doit doubler voir tripler sa production aux USA pour espérer maintenir la cadence à l'échelle mondiale ce qui devrait se traduire par une multiplication des puits et non une augmentation en qualité. On voit bien selon le graphique de yvesT (Cumulative production profiles) qu'on commence à atteindre un plateau de ce côté là : les progrès ont été énorme de 2013 à 2016 mais commence à diminuer fortement en 2017 et 2018.

ni chaud ni froid
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1568
Inscription : 03 mai 2007, 20:42

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par ni chaud ni froid » 10 févr. 2019, 12:03

CP3 a écrit :
10 févr. 2019, 08:32
D' après les courbes mises en lien dans les posts ci-dessus ( Evolution de la production de schiste dans le bassin permien ) , j' ai pris un peu de temps pour faire quelques Analyses /relevées .

Jusqu' à il y a encore 2 ans , alors que le ratio Production / nombre de puits ne cessait d' augmenter avec un pas moyen de 30 % par an . Depuis 2 ans ce dernier continue tjrs à augmenter mais avec un pas qui a fortement ralentis la cadence . Cela passe de + 30 % à + 15 % par an .
Parallèlement ce déclin de la hausse du ratio s' accompagne d' un déclin de la production par puits sensiblement plus rapide qu' avant 2016 .

Il pourrait donc bien s' agir d' un signal solide d' amorce de déclin physique .
Pour l'instant ça dit juste que la croissance diminue…
Sinon, d'un point de vue systémique, ça veux dire que les opérateurs ont cerné les sweet spots, et on optimisé leur exploitation.
A moins d'une nouvelle innovation dans le domaine, on est dans la phase la plus rentable, et ce pour un certain nombre d'années. (comprendre "certain" comme dans "un certain temps", j'ai aucune idée si c'est une ou dix)
Dernière modification par ni chaud ni froid le 10 févr. 2019, 23:58, modifié 3 fois.

alga
Condensat
Condensat
Messages : 567
Inscription : 10 sept. 2010, 01:07

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par alga » 10 févr. 2019, 14:26

A vous lire, on est proche du PO (2023 - 2025).

Avec un déclin brutal ?

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 284
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par Paulad » 10 févr. 2019, 14:56

Si on le savait...

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8312
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par kercoz » 10 févr. 2019, 15:58

Rod a écrit :
10 févr. 2019, 09:20
Pourquoi diable ils construisent de nouveaux pipelines si le déclin est proche :-" :-" :-"
C'est pour faire du transport sous vide.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

yvesT
Condensat
Condensat
Messages : 678
Inscription : 23 mars 2013, 12:16
Localisation : paris
Contact :

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par yvesT » 10 févr. 2019, 20:34

CP3 a écrit :
10 févr. 2019, 08:32
D' après les courbes mises en lien dans les posts ci-dessus ( Evolution de la production de schiste dans le bassin permien ) , j' ai pris un peu de temps pour faire quelques Analyses /relevées .

Jusqu' à il y a encore 2 ans , alors que le ratio Production / nombre de puits ne cessait d' augmenter avec un pas moyen de 30 % par an . Depuis 2 ans ce dernier continue tjrs à augmenter mais avec un pas qui a fortement ralentis la cadence . Cela passe de + 30 % à + 15 % par an .
Parallèlement ce déclin de la hausse du ratio s' accompagne d' un déclin de la production par puits sensiblement plus rapide qu' avant 2016 .

Il pourrait donc bien s' agir d' un signal solide d' amorce de déclin physique .
Oui c'est vrai que l'amélioration des puits ralenti sérieusement, mais pour le déclin "physique", ça viendra plus à mon avis de la rareté des "sweet spots", et les puits commence à se géner entre eux aussi, lu un truc là dessus je ne retrouve plus le lien, ah si, là :
But there are limited sweet spots. And the industry is drilling too many “child wells” in established sweet spots around “parent wells” that are producing, hoping to capitalize on that “good rock.” But, as I explained, the approach isn’t working, and in some cases is even costing the industry more money by damaging the existing wells in those sweet spots.
https://www.desmogblog.com/2018/10/30/p ... an-decline
En français :
http://versouvaton.blogspot.com/2019/02 ... strie.html

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 284
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: Le Peak Oil, encore loin ?

Message par Paulad » 10 févr. 2019, 21:02

C'est très intéressant car si on prends en compte la production / puits, on voit qu'effectivement on est sur un plateau depuis 2016 et 2017.

https://www.eia.gov/petroleum/drilling/pdf/dpr-full.pdf

(à condition que "new-well oil production per rig" veut bien dire "production par nouveau puit de pétrole")

Comment interpréter ces données ? Est-ce comme dit yves, une rareté des sweet spots ou un plateau technologique (il n'y a plus moyen d'augmenter le production par puits), ou une autre raison qui ne me vient pas à l'esprit ? Une chose est sûre, c'est que si cette tendance se confirme et si on souhaite augmenter la production de pétrole, il faudra fatalament creuser plus de puits.

Si c'est un plateau technologique, alors les coûts n'augmenteront pas forcément mais si c'est parce que les sweet spots sont épuisés, alors il faudra creuser toujours plus pour trouver la même quantité et là les prix augmenteront.

Répondre