Le "peak demand"

Discussions libres mais portant sur le thème général de la déplétion.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
hyperion
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1722
Inscription : 18 juin 2005, 19:36
Localisation : herault

Re: Le "peak demand"

Message par hyperion » 06 janv. 2010, 14:53

kercoz a écrit :Répartir la pauvreté serait changer le centre de gravité des profits ....ceux ci n'allant plus ds les memes poches
assez probable si tu vois ds le lien de mr largo la vision de la tribune. si aussi aveugle il est normal que celà change de poches.

le pb est d'affronter mentalement moins de production, c'est un pb collectif....la solution d'exclusion ne tient pas car lors de cette prise de conscience le système s'est arreté, il ne "croit" plus.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9310601#
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17180695homéo niet secu, preservatifs , vaccin hepati b nourisson et chaussures oui oui; Buzin, pas besoin de lui faire de cadeau; dogmatique à virer et au boulot!

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59207
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par energy_isere » 06 janv. 2010, 17:26

hyperion a écrit :
Selon une étude réalisée par l’Electrification Coalition, un lobby américain, 14 millions de véhicules électriques pourraient évoluer sur le sol américain d’ici à 2020, ce qui ramènerait la consommation de pétrole du pays de 8,6 à 2 millions de barils par jour.
ces chiffres du lien de mr largo sont incorrects 14 millions est un % faible du parc americain alors que simultanément la conso baisserait de 75 %. bref , franche desinformation......t.
hyperion, d' ou vient ton information qui parait trés bizarre ?

Perso ce que j' ai trouvé c' est : http://www.temoignages.re/electrificati ... 40476.html
mais qui parle de scénario à 2040.

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4671
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Re: Le "peak demand"

Message par sceptique » 06 janv. 2010, 17:28

energy_isere a écrit :Donc effectivement, que les USA aient 14 millions de véhicules electriques en 2020 est assez incompatible avec "ramènerait la consommation de pétrole du pays de 8,6 à 2 millions de barils par jour" sauf à avoir simultanément beacoup moins de véhicules à moteurs thermique et/ou moins consommants.
Facile : Dans un premier temps, interdiction des gros véhicules consommateurs (en 1942 la fabrication de TOUTES les voitures a été interdite). Promotion des véhicules actuels à 4-5 litres/100. Développement rapide des véhicules 2-3 litres/100 km (4places, 500 kg, 400 cm3, 20 ch, vitesse maxi 90 km/h cout estimé 5000 Euros) suffisants pour les trajets quotidiens. Mais aussi de véhicules encore plus petits (1-2 places), hybrides séries, pour arriver à 1 litre/100.
Avec en plus un petit pourcentage de véhicules tout électrique, en démarrant le programme à "fond la caisse" diviser par 4 la conso me semble possible en 10 ans.
il y a encore plus simple : effondrement économique, les gens n'ont plus de quoi faire le plein ...

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59207
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par energy_isere » 06 janv. 2010, 17:40

super archiviste à trouvé ! Image
l' info trouvée par Hyperion est erronée

ici : http://www.greencarcongress.com/2009/11 ... 91116.html

ca dit que ca ramènerait la consommation de pétrole du pays de 8,6 à 2 millions de barils par jour en 2040 et avec 75 % des distances parcourues en véhicule electrique !

greencarcongress est un site assez sérieux que j' ai déjà regardé par le passé.

et ensuite ca dit :
...In order to reach the goal of 75 percent electric miles by 2040, the US light-duty vehicle market will need to have reached a tipping point by 2020.
This is defined as the point at which grid-enabled vehicles represent 25 percent of new LDV purchases.
c' est à dire que pour arriver à ce point en 2040 il faudra déjà avoir franchi un milestone qui est d' avoir 25% des ventes de véhicules neufs en électrique en 2020 (aux USA).

Voila qui est beaucoup plus crédible, et rend la perplexité de Hyperion tout à fait justifiée. :)

et Greencarcongress de dire que 75% de véhicules electriques en 2040 ca fera (compte tenu du parc à ce moment la) autant que 200 millions de véhicules électriques en circulation !

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59207
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par energy_isere » 06 janv. 2010, 19:20

energy_isere a écrit : ......
soit donc environ 240~250 millions de véhicules (particulières + utilitaires ) aux USA

.....
confirmé dans leblogenergie du jour : http://www.leblogenergie.com/2010/01/le ... onnel.html

245 millions de véhicules en circulation aprés un pic à 250 millions l' année d' avant

Image
http://www.leblogenergie.com/2010/01/le ... onnel.html

loup romain
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 332
Inscription : 11 juil. 2009, 23:52

Re: Le "peak demand"

Message par loup romain » 07 janv. 2010, 19:26

mrlargo a écrit :Les économistes ont finalement trouvé ce qui permettra de ne jamais dire que les adeptes du "peak oil imminant" se sont trompés. Question de vocabulaire. Ce qui arrivera sera juste le "peak demand". Retenez bien le terme, il risque d'être de plus en plus médiatique dans les média d'affaire.

http://www.latribune.fr/actualites/econ ... der=455657

Evidemment, la plupart des gens ici auront compris que c'est en réalité la même chose : l'autre facette du pic pétrolier.
C'est sur.....
Ils auraient pas écrit " le peak economy"

Chez les financiers et spéculateurs et patrons et banquiers, la bourse et le journal La Tribune ce serait la mort assurée !!

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59207
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par energy_isere » 18 févr. 2010, 13:02

Les consommations de pétrole au sein des pays OCDE tirées vers le bas par l'Europe

Par Raymond Bonnaterre leblogenergie 18 fev 2010

Au mois d'Octobre dernier, informe l'EIA, les consommations des riches pays de l'OCDE avaient décru de 1,96 millions de barils/jour (- 4%) tirées vers le bas par la baisse de la part Europe de 1,14 millions de barils/jour (-7%). Cette baisse des consommations européennes (FIG.) est arrivée un an plus tard que celle des consommations américaines qui avaient débuté en tout début 2008, avec la hausse des prix des carburants. La diésélisation du parc automobile allemand, la vente majoritaire de véhicules de faibles cylindrées aux consommations réduites en Europe, l'arrêt de certaines raffineries, la réduction de stocks flottants non recensés sont autant de facteurs qui tirent vers le bas les consommations de pétrole en Europe.

Image

Compte tenu de la tendance observée, les consommations OCDE en 2009 devraient terminer en-dessous des 45,4 millions de barils, soit à 2,2 millions de barils/jour de moins qu'en 2008.
http://www.leblogenergie.com/2010/02/le ... urope.html

Avatar de l’utilisateur
Tovi
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2220
Inscription : 15 sept. 2008, 23:25
Localisation : Nantes
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par Tovi » 03 déc. 2010, 13:26

Pour compléter un peu le concept, je mettrais dans la balance deux facteurs: la productivité et l'efficacité énergétique.

Aujourd'hui quel est le facteur dominant du dynamisme économique ? Outre l'aspect consommation intérieure (la demande) nous avons en parallèle le coût de la main d'oeuvre. La plupart des pays émergents misent sur cet aspect de la compétitivité économique; avec une faible croissance de la demande intérieure.
Après le PO, le coût relatif de l'énergie va monter progressivement. Amenant le facteur énergétique de la production en première place.
De là, deux conséquences :
La première verra la montée en puissance des économies à forte efficacité énergétique (en VA, ou point de PIB/ unité d'énergie nécessaire à sa création). Et dans ce domaine l'Europe, en particulier, possède une longueur d'avance lui permettant de rester dans la course économique ,et par la même de maintenir son niveau de vie.

La deuxième sera un retour au recours à la main d'oeuvre ouvrière en lieu et place des processus mécanisés. Ce qui maintiendra les PVD dans la course économique mais les excluera petit à petit du monde de la consommation.

Au niveau global, les gains de productivité et d'efficacité énergétique, ainsi que l'innovation technologique, mettrons sur le marché des biens et des services remplissant de plus en plus de fonctions (un Iphone, faisant télé, baladeur, agenda, PC, montre etc. par exemple), comme de meilleures isolations permettant de chauffer les bâtiments dans les pays froids, panneaux solaires plus efficaces etc. La pauvreté sera quelque chose de très relatif, puisque l'on peut ne rien posséder mais avoir accès à la connaissance, la culture et à l'information presque gratuitement.

Le clash viendra peut être plus certainement de la production agricole, déjà en flux tendu et peu extensible; que ce soit sur au niveau technique ou sur l'extension des zones arables. Avec, pourquoi pas, un recul de la production du au réchauffement climatique, l'épuisement des phosphates et à l'érosion.

Voilà la façon dont je pourrais dessiner ma vision d'un "peak demand" dans les prochaines années.
Si vous ne faites pas partie de la solution, alors vous faites partie du problème.
Forum des discussions libres

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59207
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par energy_isere » 20 févr. 2014, 21:19

Pic de pétrole : d’offre et/ou de demande ?

28/01/2014 | Aymeric de Villaret | Énergies & Matières premières Peak Oil ?
LE CERCLE.

En décembre, nous avions développé la théorie du Peak Oil (Pic pétrolier) liée à l’offre et ses conséquences… Cette fois ci, nous étudions, l’autre Peak Oil, celui lié à la demande… qui bien sûr peut entrer en opposition avec celui lié à l’offre ! Et de facto entraîner une chute des prix du baril alors que celui lié à l’offre entraîne la hausse….

La conclusion de notre papier de novembre axé sur le peak oil d’offre était la nécessité d’un baril élevé pour inciter les pays et les industriels à investir.

Or il n’y a pas qu’un pic d’offre, mais il peut y avoir un pic de demande car :
1) La demande de pétrole en provenance des pays de l’OCDE baisse sous l’impact de l’amélioration technologique et d’un effort de substitution vers d’autres sources meilleures pour l’environnement et/ou moins chères.
2) La demande de pétrole en provenance des pays non-OCDE continue à être élevée (du fait de leur forte croissance économique principalement en Asie et plus particulièrement en Chine) mais est moindre qu’elle ne l’était au début des années 2000.
Comme pour les pays de l’OCDE, il y a une substitution mais sur des économies moins développées donc dont l’économie industrielle (plus consommatrice d’énergie) est moins avancée.
Certains (économistes et sociétés pétrolières) même prévoient un pic de demande dans environ 20 ans. Il serait déraisonnable de dire que cela n’est pas possible et donc être prêt à s’y préparer.

Des conséquences d’un peak oil de la demande…
60% de l’utilisation du pétrole dans le monde l’est dans le transport (avec un % plus élevé aux Etats-Unis) mais avec une part non transport plus vulnérable à une substitution par le gaz naturel.
Le degré de substitution dépendra de l’écart de prix entre le pétrole et le gaz naturel et de sa pérennité.
Ainsi les exportations de gaz des Etats-Unis (par GNL) vers l’Europe et/ou l’Asie par exemple, dépendront fortement des cours du baril
Voir dans le lien ci-après tableau publié par IFP Energies Nouvelles en janvier 2013

Il serait donc logique d’assister à une certaine harmonisation des prix du baril avec ceux du gaz (corrigés des coûts de transport) alors que jusqu’à maintenant il n’y avait pas de corrélation.

Est-ce pour autant que les prix du baril vont s’effondrer ?
A cette question, nous répondrons que même si partie de la demande de pétrolière est substituée par des énergies moins chères….moins polluantes….. :
1) Il faudra garder du pétrole pour la partie de transport non substituable
2) Le peak oil de l’offre n’en disparait pas pour autant avec la nécessité d’un baril élevé pour assurer le pétrole de demain (voir notre lettre de décembre)
3) Les pays non OCDE vont encore voir pour un certain temps leur demande en brut progresser.

Et nous ne pensons pas qu’ils vont être divisés par deux du fait de l’huile de schiste américaine.
Quant à voir les prix être divisés par deux (voir la une du Parisien du 20/01) notamment de la montée en puissance de l’huile de schiste américaine, nous pensons que :
1) Le plafond de production de l’huile non conventionnelle (tight oil en anglais) des États-Unis sera atteint très rapidement (avant 2020).
2) A l’inverse du gaz de schiste, les États-Unis devraient demeurer importateurs de brut.
3) Le point mort de l’huile de schiste américaine dans les régions où elle se développe (Utica) est assez élevé (>60 $), limitant d’autant la chute éventuelle des prix.
4) Les principales réserves de brut se situent dans les pays de l’OPEP et ceux-ci ont besoin d’un cours du baril >80 $ pour équilibrer leurs budgets.
5) Les tensions géopolitiques (Iran, Irak, Égypte, Sud-Soudan, Syrie et Libye) n’ont pas disparu avec les risques de perturbation de production.
6) Et pour finir, l’expérience a montré que les anticipations de croissance de production des nouvelles productions ont souvent (même très souvent) été surestimées... i.e. Ghana, Ouganda, Irak.

Soulignons aussi que toute chute exagérée des prix (à l’image de celle de 2008-2009) entraînait une baisse des investissements et de facto une remontée des prix.Les réserves de pétrole se trouvent dans les pays de l’OPEP, et les pays de l’OPEP doivent investir ne serait-ce que pour maintenir leurs productions…

En effet, il ne faut pas oublier que du fait du déclin naturel des champs pétroliers, le monde se doit de trouver tous les deux ans quasiment une nouvelle Arabie Saoudite juste pour maintenir la production mondiale : l’Arabie Saoudite a produit en 2013 9,7 Mb/j de pétrole. Cela se compare avec une hausse annuelle actuelle de la production des États-Unis de 1 Mb/j.
http://lecercle.lesechos.fr/entreprises ... role-offre

Avatar de l’utilisateur
rico
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 6358
Inscription : 21 sept. 2005, 15:00
Localisation : 92

Re: Le "peak demand"

Message par rico » 20 févr. 2014, 22:44

En effet, il ne faut pas oublier que du fait du déclin naturel des champs pétroliers, le monde se doit de trouver tous les deux ans quasiment une nouvelle Arabie Saoudite juste pour maintenir la production mondiale
Cette remarque est incomplète je la complète donc moi même :
"Or il va de soi qu'on ne trouve pas tous les 2 ans l'équivalent d'une nouvelle Arabie Saoudite. Et pourtant le prix du baril reste relativement stable. Alors?

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8495
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Le "peak demand"

Message par kercoz » 20 févr. 2014, 22:48

energy_isere a écrit : 1) La demande de pétrole en provenance des pays de l’OCDE baisse sous l’impact de l’amélioration technologique et d’un effort de substitution vers d’autres sources meilleures pour l’environnement et/ou moins chères.
http://lecercle.lesechos.fr/entreprises ... role-offre[/quote]

Ben tiens!! Et les 20% de chomeurs qui consomment moins et le PIB en chute libre ...aucune influence sur la demande ?
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
rico
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 6358
Inscription : 21 sept. 2005, 15:00
Localisation : 92

Re: Le "peak demand"

Message par rico » 20 févr. 2014, 22:58

Les chômeurs en augmentation dans certaines parties du globe peuvent être compensés (dans quelle mesure?) par les "nouveaux travailleurs" en Chine, Inde qui représentent l'apparition d'une nouvelle classe moyenne, consommant de la même manière qu'un occidental. Et vu le nombre de Chinois et d'indiens j'ai peu de chances de me gourrer en affirmant que les chômeurs représentent un tout petit nombre en comparaison.

Théotrace2
Condensat
Condensat
Messages : 554
Inscription : 25 sept. 2010, 15:28

Re: Le "peak demand"

Message par Théotrace2 » 20 févr. 2014, 23:57

alors même qu'un chinois va consommer moins de pétrole qu'un européen (moins bien payé) pour le même travail il ya d'après l'OIT 35millions de chomeurs en plus (2007). sinon il ya la méthode " sapin de noel" qui consiste a remplacer les maçons énergivores par des jardiniers ou des musiciens .

Image
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux spectateurs qui discutent sur les forums. Adios.

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8495
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Le "peak demand"

Message par kercoz » 21 févr. 2014, 07:51

rico a écrit :Les chômeurs en augmentation dans certaines parties du globe peuvent être compensés (dans quelle mesure?) par les "nouveaux travailleurs" en Chine, Inde qui représentent l'apparition d'une nouvelle classe moyenne, consommant de la même manière qu'un occidental. Et vu le nombre de Chinois et d'indiens j'ai peu de chances de me gourrer en affirmant que les chômeurs représentent un tout petit nombre en comparaison.
Je parlais de la "fausse" corrélation entre baisse demande OCDE et l' amélioration technologique qu' avance cet article:
///////1) La demande de pétrole en provenance des pays de l’OCDE baisse sous l’impact de l’amélioration technologique /////
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59207
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par energy_isere » 09 juin 2018, 17:04

Equinor (ex Statoil) voit un peak demand de pétrole en 2030 à 111 millions de b/j.
Equinor Sees Peak Oil Demand Around 2030

By Tsvetana Paraskova - Jun 08, 2018,

Peak oil demand could come around 2030 at 111 million bpd in the current market as road transport electrification and efficiency gains in all sectors offsets increasing petrochemical and aviation growth, Norway’s Equinor said in its Energy Perspectives report on Thursday.

That assumption is one of Equinor’s scenarios for energy transition, Reform, which suggests that oil demand will grow robustly through the early 2020s, level out in the second half of the decade, peak at 111 million bpd around 2030, and then fall to 105 million bpd by 2050.
..................
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... -2030.html

Répondre