Libéralisation de l'énergie en France

Ce forum ne traite pas du «grand jeu» mais des réactions plus locales au pic pétrolier, à l'échelle du pays, des régions, ou des villes.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57791
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 06 déc. 2017, 18:46

La méthode Total pour bousculer le marché de l’électricité

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 06/12/2017

En s’attaquant à la distribution d’électricité verte et de gaz pour les particuliers avec son offre Spring, Total a frappé un grand coup, mais à petit prix.

En juillet dernier, 10 ans après l’ouverture du marché de l’électricité aux particuliers, 85% des foyers français étaient encore fidèles à EDF et son tarif réglementé, aussi appelé tarif bleu. L’arrivée de Total sur la marché en octobre dernier, avec son offre Spring, a peut-être changé la donne. Selon le dernier bulletin de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), les consommateurs d'électricité sont de plus en plus nombreux à quitter les tarifs réglementés. En un trimestre, 302 000 clients supplémentaires ont abandonné l’offre historique d’EDF pour une offre de marché, à prix libre, généralement moins chère, comme chez Total, qui propose de l’électricité verte 10% moins chère. Ce sont dont donc maintenant 17% des 32,2 millions de foyers ou tous petits commerces raccordés au réseaux, qui sont au tarif libre. EDF perdrait ainsi presque 100 000 clients par mois depuis six mois.

Limiter les risques au maximum

Un mouvement inéluctable et l'électricien historique sait qu’il ne pourra pas l'endiguer complètement. En interne, on table sur un équilibre autour de 50% de parts de marché pour EDF à moyen terme. L’arrivée de Total, mais aussi de Cdiscount, sur le marché pourrait rapprocher l’échéance. Car si Total a pu lancer son offre Spring pour fournir de l’électricité verte et du gaz 10% moins cher que les prix réglementés d’EDF, et d’Engie pour le gaz, c’est que cela ne lui coûte quasiment rien depuis l’acquisition du Belge Lampiris en 2016, se plaît à expliquer Patrick Pouyanné, le PDG du groupe pétrolier français. "Dans cette affaire, nos risques économiques sont extrêmement limités. Pour nous, en France, la partie coûts fixes [de Spring] est faible. Pour la partie technique, l’avantage avec les plates-formes digitales [celle de Lampiris, NDLR] c’est que vous pouvez les élargir à l’échelle rapidement", explique le PDG de Total. Et ce dernier répète à l’envi que pour lancer l’offre, il n’a fait que recycler une partie de ses budgets de communication. "Or, le gaz et l'électricité. Les Français aiment bien. En termes de retombées d’image pour le groupe, c’est mieux que la communication corporate", se félicite, un brin malicieux, le patron de Total. Mais ce dernier reconnaît que cela ne serait pas le cas s’il avait dû se lancer dans des pays où le groupe pétrolier à moins de notoriété. "C’est l’établissement de la notoriété et de la marque qui coûte cher", rappelle-t-il.

Faire du tarif régulé un atout

Et même le tarif réglementé d’EDF, Total en fait un atout de communication, alors que le principal challenger d’EDF, Direct Energie, se bat pour qu’il soit supprimé car il nuirait à la libre concurrence. Total s’en sert. "Fondamentalement, sur ce marché-là, on y va pour faire de la concurrence économique. Vous ne verrez pas Total jouer avec le régulateur pour faire sa place sur le marché. Soit on a les moyens de s’imposer grâce à notre offre de service soit non", prévient Patrick Pouyanné. Il le dit d’autant plus volontiers que finalement le tarif réglementé lui sert bien. "Le tarif réglementé, vu d’un nouvel entrant, c’est une espèce de référence qui est assez pratique pour communiquer. Les gens ne savent peut-être pas ce que c’est mais ils assimilent cela au tarif normal. Et le tarif normal moins 10%, cela veut dire que vous gagnez 10%", explique-t-il. Il rappelle d’ailleurs qu’il ne s’attaque pas aux clients de Direct Energie qui ont déjà fait le choix du prix de marché, mais aux millions de Français qui sont restés au tarif historique. "Quand on aura convaincu plein de monde d’en sortir, là on n’en aura plus besoin", résume le patron du pétrolier, qui précise : "Je ne veux pas partir en guerre par des voix juridiques contre de grands acteurs. Si d’autres veulent le faire qu’ils le fassent. Je ne suis pas dans la croisade anti tarif régulé."

Se jouer de la concurrence


Ce n’est pas de ce côté que Direct Energie ou Engie trouveront un soutien. Et EDF doit rire jaune. Pour autant, lors du grand débat de la Conférence de l’Union française de l’électricité (UFE), qui se tenait ce mardi à Paris, les acteurs historiques de l’électricité avaient bien invité Total. Alors le journaliste qui animait le débat n’a pas résisté à demander aux nouveaux concurrents du pétrolier ce que leur inspirait son arrivée sur le marché. "On voit l’arrivée de Total avec une grande amitié. Le marché est attrayant", a lancé Jean-Bernard Lévy, le président d'EDF. Même discours poli chez Engie : "On voit avec sympathie l’arrivée d’un grand groupe national avec qui on vient de passer un grand deal", a précisé Pierre Mongin, directeur général adjoint de l’ex-GDF-Suez. Pour François Brottes, le président de RTE, l’arrivée de Total sur le marché de l’électricité n’est pas une surprise. "Total ne pouvait pas être absent", a-t-il même lancé. Seul un des intervenants de la table ronde a réussi à positiver. "On va être plus nombreux à évangéliser le marché et à dire qu’on peut changer de fournisseur. On s’est longtemps sentis un peu seuls", a déclaré Xavier Caïtucoli, le président de Direct Energie. De partenaire de lutte, Total pourrait s’avérer rapidement un concurrent très encombrant.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... te.N623678

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57791
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 23 déc. 2017, 12:33

au 31 dec 2016

Fin 2016, les fournisseurs alternatifs avaient 29 % de part de marché dans l'électricité et 55 % dans le gaz, selon la CRE. ¤ La prochaine étape sera la fin des tarifs réglementés pour les particuliers et les petits professionnels.
................................

Image
    https://www.lesechos.fr/09/03/2017/LesE ... rrence.htm

    Avatar de l’utilisateur
    mobar
    Hydrogène
    Hydrogène
    Messages : 9182
    Inscription : 02 mai 2006, 12:10
    Localisation : Essonne

    Re: Libéralisation de l'énergie en France

    Message par mobar » 25 déc. 2017, 13:01

    Linky et Gaspar les compteurs communicants mis en échec en gironde
    La dernière trahison de Hulot mise au jour
    https://youtu.be/7W41yI5MMgg
    "C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
    https://youtu.be/0pK01iKwb1U

    Avatar de l’utilisateur
    energy_isere
    Modérateur
    Modérateur
    Messages : 57791
    Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
    Localisation : Les JO de 68, c'était la
    Contact :

    Re: Libéralisation de l'énergie en France

    Message par energy_isere » 02 juin 2018, 12:56

    Les rivaux d'EDF ont demandé 1,8 TWh de nucléaire en plus ( CRE )

    PARIS, 1er juin (Reuters)

    Les concurrents d’EDF ont demandé 1,8 térawatt-heure (TWh) supplémentaire d'électricité d'origine nucléaire au groupe public pour 2018 au titre de l'Accès régulé à l'électricité nucléaire historique (Arenh), a annoncé vendredi la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

    Le dispositif Arenh permet aux fournisseurs alternatifs d'accéder à l'électricité produite par les centrales nucléaires historiques d'EDF au prix régulé de 42 euros par mégawatt-heure depuis le 1er janvier 2012.

    La CRE, dans un communiqué, ne dit pas pourquoi les opérateurs alternatifs ont fait cette demande d'électricité supplémentaire. Mais elle précise que le volume d'Arenh demandé, en augmentation de 1,8 TWh par rapport au niveau demandé au guichet de l'Arenh du 21 novembre 2017, reste inférieur au plafond annuel de 100 TWh fixé par le code de l’énergie.

    Le volume d'Arenh demandé pour 2018 au titre de la fourniture des consommateurs finals s’élève à 87,1 TWh. Le volume demandé au titre de la fourniture des pertes aux gestionnaires de réseaux d’électricité demeure inchangé à 9,2 TWh.

    Sur le marché européen de l'électricité, le contrat pour une livraison en 2019 se négocie à ses plus hauts, au-dessus du prix de l'Arenh depuis le 11 avril, en raison de la hausse des cours du pétrole, du charbon et des émissions de carbone.
    https://investir.lesechos.fr/actions/ac ... 769007.php

    Avatar de l’utilisateur
    energy_isere
    Modérateur
    Modérateur
    Messages : 57791
    Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
    Localisation : Les JO de 68, c'était la
    Contact :

    Re: Libéralisation de l'énergie en France

    Message par energy_isere » 23 juil. 2018, 20:54

    Leclerc se lance à son tour sur le marché de l'électricité

    Publié le 23/07/2018 PARIS (Reuters)

    Leclerc, numéro un de la distribution alimentaire en France, a officialisé lundi son intention de lancer une offre de vente d'électricité à destination des particuliers avec l'ambition de conquérir 10% du marché français.

    Sur son blog, Michel-Edouard Leclerc, président du groupement de distributeurs indépendants, promet de lancer l'offre la moins chère du marché, reprenant le slogan qu'il applique déjà à son coeur de métier.

    "Dans ce marché composé de 32,4 millions de consommateurs, notre objectif est de devenir rapidement le fournisseur alternatif de référence en recrutant 3 millions de clients d'ici 2025, soit 10% du marché", explique le dirigeant sur son blog.

    Le distributeur entend répliquer à l'électricité la percée qu'il a opérée début des années 1980 dans la distribution de carburants. Il se revendique aujourd'hui comme le deuxième opérateur pétrolier dans l'Hexagone après Total.

    Pour proposer l'offre la moins chère, le groupe, dont les tarifs seront garantis pendant un an, entend rogner sur ses marges.

    "Nous sommes cependant en capacité de proposer une offre au meilleur prix, en agissant sur la seule partie du prix laissée à la libre appréciation de chaque fournisseur : les coûts d'approvisionnement et de commercialisation", explique-t-il.

    Le distributeur, qui détaillera son offre en septembre, précise d'ores et déjà qu'elle pourra être souscrite "en moins de 5 minutes" sur un site internet dédié.

    Leclerc s'occupera du changement de fournisseur, en assurant que l'opération n'engendrera aucun coût pour le consommateur.

    Le groupe rejoint ainsi la liste des électriciens alternatifs à l'opérateur historique EDF, parmi lesquels Engie, l'italien Eni ou encore Total, qui commercialise son offre depuis le mois d'octobre 2017 avec lui aussi l'ambition de prendre la place de numéro trois du marché français.

    Cdiscount, la filiale de commerce en ligne de Casino, s'est pour sa part lancée peu après le groupe pétrolier sur le marché de l'électricité pour les particuliers avec une offre 15% moins chère que les tarifs réglementés.

    Les opérateurs alternatifs ont accéléré leurs gains de parts de marché ces dernières années par le biais d'offres moins chères que ces tarifs réglementés, fixés par l'Etat et appliqués aux clients d'EDF.

    Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE), sur le segment des clients particuliers en France, la part de marché d'EDF s'élevait à 81% environ à fin mars contre 85% un an plus tôt.
    https://www.usinenouvelle.com/article/l ... te.N723214

    Avatar de l’utilisateur
    energy_isere
    Modérateur
    Modérateur
    Messages : 57791
    Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
    Localisation : Les JO de 68, c'était la
    Contact :

    Re: Libéralisation de l'énergie en France

    Message par energy_isere » 13 sept. 2018, 23:26

    Electricité: Leclerc vise trois millions de clients d'ici trois ans

    AFP le 13 sept. 2018

    Le géant de la distribution E. Leclerc entend conquérir trois millions de clients d'ici trois ans avec son offre de fourniture d'électricité, objectif plus ambitieux que prévu, a annoncé jeudi son PDG sur son blog.

    En annonçant fin juillet son arrivée sur le marché, Michel-Edouard Leclerc disait vouloir atteindre cette cible d'ici 2025.

    "L'objectif, c'est de vendre de l'électricité verte, d'être le moins cher du marché durablement et de servir d'ici trois ans trois millions de foyers en métropole", écrit M. Leclerc.

    Fin juillet, il disait vouloir devenir "rapidement le fournisseur alternatif de référence" à l'opérateur historique, EDF, et viser 10% du marché.

    L'offre de Leclerc a été officiellement lancée jeudi.

    Ses utilisateurs ont deux choix: soit bénéficier de 10% de remise par rapport au tarif réglementé, "déduits directement sur leur facture", soit bénéficier de -20% "crédités en tickets (bons d'achat, ndlr) Leclerc sur leur carte de fidélité", détaille le distributeur dans son dossier de presse.

    "On y va progressivement. Pour le moment, la baisse des prix est due aux faibles marges de E.Leclerc", souligne encore M. Leclerc sur son blog.

    "On va pouvoir acheter moins cher avec la progression de notre part de marché et on pourra rapidement faire bénéficier aux clients d'économies d'échelle", explique-t-il.

    Il compte proposer "plus tard" cette offre aux entreprises, sans préciser dans quel délai.

    Un autre distributeur, Casino, via sa plateforme de commerce en ligne Cdiscount, s'est déjà positionné sur le marché de l'électricité, en lançant en octobre 2017 une offre en partenariat avec GreenYellow.

    Dans un communiqué transmis jeudi à l'AFP, la filiale de Casino rappelle qu'elle "reste (...) l'offre énergie la moins chère du marché", en proposant une "remise jusqu'à 20% sur le prix du kWh, directement sur la facture électrique des Français".

    "Le volume de souscriptions à notre offre a doublé en juin 2018 et, chaque jour, ce sont plusieurs centaines de foyers qui basculent vers Cdiscount Energie", assure Emmanuel Grenier, le PDG de Cdiscount, cité dans le communiqué.

    Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE), 6,25 millions de foyers français, soit 19% de la population, étaient en offre dite "de marché" à fin juin, et la quasi-totalité d'entre eux avait choisi un fournisseur alternatif à l'opérateur historique.

    Outre Cdiscount, Engie, Total ou Eni figurent parmi les principaux fournisseurs alternatifs d'électricité.
    https://www.connaissancedesenergies.org ... s-180913-0

    Avatar de l’utilisateur
    energy_isere
    Modérateur
    Modérateur
    Messages : 57791
    Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
    Localisation : Les JO de 68, c'était la
    Contact :

    Re: Libéralisation de l'énergie en France

    Message par energy_isere » 02 oct. 2018, 01:39

    Fourniture d'énergie: le groupe suédois Vattenfall va lancer à son tour une offre grand public en France

    AFP le 01 oct. 2018

    Le groupe public suédois Vattenfall a annoncé lundi qu'il allait à son tour lancer une offre d'énergie destinée aux particuliers en France, avec l'ambition de compter parmi les 5 premiers acteurs du marché d'ici cinq ans.

    L'entreprise, déjà présente depuis 2000 sur le marché professionnel, va proposer dès lundi des contrats de fourniture d'électricité et de gaz aux particuliers, a-t-elle annoncé dans un communiqué. Vattenfall rappelle être largement implantée dans sept pays européens (Allemagne, Danemark, Finlande, France, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède).

    La France représente "un marché qui commence à peine réellement à s'ouvrir avec 80% des particuliers qui sont encore aux tarifs réglementés EDF. C'est un potentiel énorme à développer pour un grand acteur comme Vattenfall, habitué à la concurrence depuis 20 ans", juge Henri Reboullet, PDG de la filiale française de Vattenfall. Le groupe "vise une place parmi les cinq premiers acteurs sur le marché des particuliers d'ici cinq ans".

    Le marché français des particuliers est ouvert depuis plus de dix ans mais la concurrence s'est intensifiée récemment avec l'arrivée de nouveaux acteurs, comme par exemple les supermarchés Leclerc dernièrement, après Total Spring, Butagaz ou encore Cdiscount (groupe Casino). Les acteurs historiques - EDF dans l'électricité et Engie dans le gaz - conservent une place dominante.

    C'est surtout vrai pour l'électricité, où 80% des ménages souscrivent toujours aux tarifs réglementés de vente (TRV), fixés par les pouvoirs publics et proposés par EDF (et des entreprises locales de distribution dans certaines régions). L'acteur historique perd toutefois près de 100 000 clients par mois.

    En France, Vattenfall veut aussi se positionner sur la production d'énergie. Il s'est associé avec la Caisse des dépôts et l'allemand WPD dans le cadre de l'appel d'offres du futur parc éolien en mer au large de Dunkerque.

    Le groupe suédois s'intéresse aussi à l'ouverture future des concessions hydrauliques. "On regardera ce qu'il en est, on verra les conditions d'ouverture au marché et en fonction on verra ce qu'on fait. Évidemment c'est un sujet qui nous intéresse", a indiqué M. Reboullet.
    https://www.connaissancedesenergies.org ... nce-181001

    Avatar de l’utilisateur
    energy_isere
    Modérateur
    Modérateur
    Messages : 57791
    Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
    Localisation : Les JO de 68, c'était la
    Contact :

    Re: Libéralisation de l'énergie en France

    Message par energy_isere » 27 oct. 2018, 09:20

    Il y a "trop d'acteurs" dans l'électricité, juge la CRE

    Reuters • 26 octobre 2018

    Il y a aujourd'hui trop d'acteurs sur le marché de l'électricité en France et des consolidations vont avoir lieu, a déclaré le président de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), Jean-François Carenco, au journal Le Monde.

    La concurrence s'est intensifiée ces derniers mois sur le marché français de l'électricité avec l'arrivée de nouveaux acteurs tels que Total ou Leclerc. Elle fait perdre environ 100.000 clients particuliers par mois à EDF, qui, toutefois, détenait toujours une part de marché proche de 80% sur le segment des clients résidentiels à fin juin.

    "Le nombre de fournisseurs autorisés augmente sans arrêt. C'est d'ailleurs un de mes soucis : il faut mieux contrôler l'arrivée sur le marché de nouveaux fournisseurs. Il y a désormais trop d'acteurs, et des consolidations auront nécessairement lieu", a déclaré Jean-François Carenco dans un entretien au Monde publié vendredi.

    Rappelant que la fourniture d'électricité représente seulement 35% du montant des factures et que le reste est constitué de taxes et de coûts de transport, le président de la CRE souligne en outre que, pour obtenir une baisse de prix de 10% pour l'usager, "il faut que la diminution réelle soit de 30%".

    "Cela conduit certains à vendre à perte. Je ne vois pas comment on peut faire des offres autour de -20% et avoir des marges", dit-il.

    "EDF occupera une telle place sur le marché tant que la compétition ne sera pas clairement identifiée comme une garantie de construire un avenir meilleur, des services utiles. On est à la préhistoire des effets de la concurrence ! Même si elle se développe encore bien", estime Jean-François Carenco.
    https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 22640185fe

    Avatar de l’utilisateur
    energy_isere
    Modérateur
    Modérateur
    Messages : 57791
    Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
    Localisation : Les JO de 68, c'était la
    Contact :

    Re: Libéralisation de l'énergie en France

    Message par energy_isere » 25 nov. 2018, 19:18

    Enercoop lance un appel d’offres pour des projets neufs d’énergies renouvelables

    21 nov 2018

    Ce mercredi 21 novembre, le fournisseur d’énergie coopératif, Enercoop, lance son premier appel d’offres pour des projets d’énergies renouvelables.

    « La coopérative souhaite passer de la contractualisation sur 20-30 ans de projets citoyens de petite taille (< 1MW) et hors soutien public, à des projets de plus grande taille (entre 1 et 10 MW) », annonce Enercoop ce mercredi 21 novembre. Ainsi, l’appel d’offres lancé par le fournisseur d’énergie vise à sélectionner des « projets neufs d’énergies renouvelables qui pourront bénéficier d’un achat de leur production par Enercoop dans la durée et hors soutien public, pour une mise en service prévisionnelle avant fin 2020 », est-il précisé.

    L’objectif pour Enercoop est d’accélérer la diversification de son portefeuille d’approvisionnement, ou encore de mettre son approvisionnement « en cohérence ». Ceci avec un engagement dans la durée et en fixant un « prix juste basé sur les coûts de production de l’actif plutôt que sur les niveaux de prix de marché », souligne le fournisseur.

    Fin de la manifestation d’intérêt le 12 décembre prochain

    Un premier projet a été signé début septembre dernier pour un contrat d’achat sur 30 ans d’un parc photovoltaïque au sol de 5,6 MWc, hors soutien public. Les projets sélectionnés devront respecter la charte Enercoop, avoir une dimension citoyenne et auront une capacité à mobiliser des financements et des garanties. La date limite de manifestation d’intérêt est fixée au 12 décembre prochain. Les projets devront être soumis avant le 18 janvier 2019, et les projets d’intérêt seront sélectionnés avant fin février 2019.

    Le directeur général d’Enercoop, Emmanuel Soulias, explique que « maintenant que [Enercoop] a réussi à consolider [ses] activités et développer les synergies à travers le territoire sur de nombreux projets citoyens, Enercoop est prêt à renforcer ce maillage territorial en engageant des projets de plus grande envergure ».
    https://www.environnement-magazine.fr/e ... ouvelables

    D'après leur site il y aurait dans les 60 000 consommateurs.
    https://www.enercoop.fr

    Avatar de l’utilisateur
    energy_isere
    Modérateur
    Modérateur
    Messages : 57791
    Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
    Localisation : Les JO de 68, c'était la
    Contact :

    Re: Libéralisation de l'énergie en France

    Message par energy_isere » 26 nov. 2018, 18:54

    Comment Total "ubérise" les marchés historiques d'EDF et d'Engie

    Publié le 26/11/2018 par Benjamin Mallet Usine Nouvelle

    L'offensive de Total dans le gaz et l'électricité en France bouscule comme jamais EDF et Engie sur leurs marchés historiques et va les contraindre à innover davantage en matière de services pour retenir leurs clients, estiment des sources industrielles et des experts interrogés par Reuters.

    Avec le rachat de Direct Energie, finalisé en septembre, Total vise plus de six millions de clients résidentiels en France à horizon 2022, soit un quasi doublement des portefeuilles combinés des deux groupes et environ 15% du marché d'ici à quatre ans, contre 6% à fin 2017.

    Il enregistre aujourd'hui 3.500 à 4.000 souscriptions quotidiennes à son offre Total Spring, lancée il y a près d'un an, un rythme qui permettra à la marque de dépasser 700.000 clients en fin d'année.

    "On attaque ce marché (...) avec un modèle très 'low cost', fondamentalement à base de digital. Aujourd'hui, nous gérons trois à quatre millions de clients avec 500 personnes, donc nous sommes quelque part les 'Uber' de l'électricité", a estimé vendredi son PDG Patrick Pouyanné lors du salon Actionaria, dédié aux investisseurs individuels.

    "On a considéré que (...) la concurrence dormait un peu, donc on la réveille, mais c'est pour le bien des consommateurs."

    Pour expliquer son succès, Total souligne en effet qu'il propose des prix 10% moins chers que les tarifs réglementés d'EDF et d'Engie (hors taxes) - grâce en particulier à une structure commerciale bien plus légère que celle des opérateurs historiques -, ainsi que des garanties d'électricité d'origine renouvelable.

    "Par comparaison avec les acteurs historiques, nous fonctionnons comme une start-up avec un structure légère et donc beaucoup d'agilité. Tout ce que nous investissons est au service du client, avec des outils numériques, et nous ajustons nos moyens au fur et à mesure de notre croissance", souligne Marc Bensadoun, le directeur de Total Spring.

    Bien plus que les autres opérateurs alternatifs, le groupe pétrolier adopte en outre une stratégie intégrée en développant ses propres moyens de production - il vise 10 gigawatts de capacités d'ici à cinq ans (contre 5 GW) dans des centrales à gaz et des énergies renouvelables - et en produisant de plus en plus de gaz, optimisant ainsi ses coûts d'approvisionnement.



    "UNE MENACE RÉELLE"

    Si EDF et Engie dominent encore largement leurs bases historiques - avec respectivement 80% du marché de l'électricité pour les particuliers et 72% de celui du gaz à fin juin -, ils n'ont jamais été confrontés à un rival aussi solide et avec une marque aussi forte que Total depuis l'ouverture à la concurrence de l'énergie en France, il y a 11 ans.

    "Comme les autres, Total pense qu'il y a de la place pour attaquer les opérateurs historiques. Le problème pour EDF et Engie, c'est que Total n'est pas un concurrent comme les autres", estime une source industrielle.

    Une autre source, proche de la direction d'EDF, indique pour sa part que Total "est perçu comme une menace réelle parce qu'il a un poids considérable et qu'il affiche ses ambitions, par exemple dans l'hydraulique, mais aussi parce qu'il a un réseau et un pouvoir de lobbying extraordinaires".

    ........
    ........
    https://www.usinenouvelle.com/article/c ... ie.N773924

    Avatar de l’utilisateur
    energy_isere
    Modérateur
    Modérateur
    Messages : 57791
    Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
    Localisation : Les JO de 68, c'était la
    Contact :

    Re: Libéralisation de l'énergie en France

    Message par energy_isere » 29 nov. 2018, 22:00

    Quand les concurrents d'EDF se ruent sur la production nucléaire...d'EDF

    Par Journaliste Figaro Frédéric de Monicault le 29/11/2018

    En 2019, les rivaux d'EDF vont s'approvisionner massivement chez lui grâce à un mécanisme qui leur donne un accès prioritaire à une partie de sa production. Mais le plafond a été largement dépassé, ce qui n'est pas une bonne nouvelle.

    C'est un mécanisme complexe mais très important dans le paysage français de l'énergie: institué en 2015 dans le cadre de la loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité, le mécanisme de l'accès régulé à l'énergie nucléaire historique (Arenh) prévoit qu'EDF cède chaque année un certain volume de son électricité à un prix attractif. De manière à dynamiser la concurrence. En tout, ce volume atteint 100 térawattheures (TWh) par an, un seuil établi par la loi et qui correspond à envrion un quart de la production d'EDF (toutes sources de production confondues). Depuis le début du fonctionnement de l'Arenh, ce plafond n'a jamais été atteint: à cela une bonne raison, les prix de marché qui ont été longtemps inférieurs au prix de l'Arenh (42 euros le mégawattheure) n'incitait pas les fournisseurs alternatifs à recourir à ce mécanisme. Ces derniers préféraient s'approvisionner sur le marché de gros.

    Mais voilà que la situation va changer en 2019. La Commission de régulation de l'énergie (CRE), qui pilote le dispositif, a indiqué jeudi que pas moins de 132 TWh d'Arenh avaient été souscrits pour l'année prochaine. Bref, pour la première fois, le plafond est atteint et même largement dépassé. Il est vrai que l'Arenh est redevenu très compétitif: son prix est toujours de 42 euros le MWh, tandis que les prix de marché de l'électricité se sont envolés cet automne au-dessus de 60 euros. Dans sa communication de jeudi, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a précisé que 69 fournisseurs avaient souscrit de l'Arenh pour l'année prochaine.

    Pour Henri Reboullet, le PDG de Vattenfall France, comme pour les autres alternatifs, ce dépassement du plafond n'est pas une bonne nouvelle. «Dans la mesure où les fournisseurs qui ont demandé de l'Arenh n'auront pas les volumes demandés à l'origine, ils devront s'approvisionner sur le marché pour sécuriser leurs approvisionnements auprès de leurs clients. Donc payer plus cher que s'ils avaient eu toute l'Arenh demandée. Cette hausse, ils la répercuteront auprès des clients finaux.» Pour Henry Reboullet, cette situation est d'autant plus dommageable qu'elle était largement prévisible. «Il faut maintenant veiller à ce qu'elle ne se reproduise pas l'année prochaine. Il va donc falloir augmenter le plafond de l'Arenh.» Pour cela, il faut une loi. Autant dire qu'on n'en a pas fini avec ce dossier.
    http://www.lefigaro.fr/societes/2018/11 ... -d-edf.php

    Avatar de l’utilisateur
    energy_isere
    Modérateur
    Modérateur
    Messages : 57791
    Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
    Localisation : Les JO de 68, c'était la
    Contact :

    Re: Libéralisation de l'énergie en France

    Message par energy_isere » 27 avr. 2019, 09:44

    Total Direct Energie vise toujours 6 millions de clients d'ici à 2022

    AFP parue le 26 avr. 2019

    Le fournisseur « alternatif » d'énergie Total Direct Energie recrute 150 000 nouveaux clients chaque mois et en vise toujours 6 millions d'ici 2022, voire avant, ont indiqué vendredi ses dirigeants.
    .........
    https://www.connaissancedesenergies.org ... ant-190426

    Répondre