Politique Etats-Unienne de l' énergie

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 09 déc. 2018, 13:31

Trump il peut dire ce qu'il veut avec son charbon, des organisations font sans lui :
University of Kansas campus to be wind-powered by 2020

December 4, 2018 evwind

The University of Kansas has signed an agreement with Westar Energy to have its Lawrence campus powered nearly 100 percent by wind energy by 2020.

The Kansas City Star reports the 20-year agreement is expected to lower the university’s utility bills about 22 percent, from 2.3 cents per kilowatt hour to 1.8 cents.

Kansas State and Washburn universities have signed similar agreements with Westar.

The energy will come from the Soldier Creek Wind Farm northeast of Manhattan in Nemaha County.

The wind farm is expected to be operating by 2020.
The university says the Lawrence campus uses 130 million kilowatt hours of electricity a year.
https://www.evwind.es/2018/12/04/univer ... 2020/65398

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5197
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par Raminagrobis » 26 déc. 2018, 11:16

Lien

Evolution du mix électrique des USA depuis 2001, par état.

Sur l'ensemble du pays, le phénomène le plus marquant est un recul du charbon (de 51% à 30%) au profit du gaz naturel (de 17% à 32%). En parallèle, le nucléaire et l'hydraulique sont restés stables. L'éolien s'est fait une petite place (6%).

La situation est très variée selon les états. C'est surtout le vieux sud qui a basculé du charbon au gaz.
Le solaire reste marginal sur l'ensemble des USA mais 16% en Californie.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 09 janv. 2019, 23:22

Trump confirme un ex-lobbyiste comme ministre de l'Environnement

AFP le 09 janv. 2019

Le président américain Donald Trump a officiellement nommé mercredi Andrew Wheeler à la tête de l'Agence de protection de l'Environnement (EPA). C'est un ancien lobbyiste des secteurs du charbon et de l'énergie, soutenu par les industriels.

La Maison Blanche a formellement envoyé sa nomination au Sénat, qui devra confirmer l'homme à son poste d'administrateur par un vote. Andrew Wheeler, 54 ans, assurait l'intérim à la tête de l'EPA depuis la démission en juillet 2018 du premier "ministre de l'Environnement" de Donald Trump, Scott Pruitt, poussé dehors après des scandales de dépenses excessives.

Le président républicain avait promis cette nomination en novembre dernier, en notant toute l'estime qu'il avait pour Andrew Wheeler, qui a fait "un travail fantastique".

Ce travail suit une feuille de route méthodique: le démantèlement de règlementations environnementales mises en place pendant les deux mandats de Barack Obama.

Parmi les grandes décisions de l'ère Trump, l'annulation d'un plan antipollution visant les centrales au charbon, et le lancement d'une procédure pour revenir sur un durcissement des normes antipollution de voitures après 2025.

L'EPA veut aussi relâcher la loi de protection fédérale des cours d'eau, dans le but de simplifier le travail des agriculteurs. L'agence a également pris position contre une norme qui limite le rejet de mercure et d'autres substances toxiques dans l'air par les centrales thermiques.

Toutes ces décisions mettront des années à s'appliquer. Le processus de déréglementation aux Etats-Unis est aussi long et tortueux que le processus de réglementation. Et de nombreuses actions en justice ont été intentées pour stopper les propositions de l'EPA.

Les défenseurs de l'environnement dénoncent cependant la politique environnementale pro-entreprises de l'administration Trump. L'ONG Sierra Club avait déclaré en novembre que la nomination d'Andrew Wheeler revenait à "donner les clés du coffre à un voleur".

Andrew Wheeler a commencé sa carrière à l'EPA comme juriste, avant de travailler au Congrès et notamment pour un sénateur républicain climatosceptique, James Inhofe. Comme lobbyiste, il a ensuite défendu les intérêts d'entreprises des secteurs du charbon, de la chimie et de l'uranium.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ent-190109

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 24 janv. 2019, 22:48

Trump va faire le fête en 2020 :
Les USA exporteront dès 2020 plus d'énergie qu'ils n'en importeront (officiel)

AFP le 24 janv. 2019

Grâce au boom du pétrole et du gaz de schiste, les Etats-Unis redeviendront dès 2020 un exportateur net d'énergie et ce, pour la première fois depuis 1953, a indiqué jeudi l'agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

L'administration met en avant deux explications: la forte hausse de la production de brut, de gaz naturel et de liquides de gaz naturel (éthane, propane, butane) au moment où la demande en énergie ralentit dans le pays.

Aussi, selon la prévision de référence, "les Etats-Unis deviendront un exportateur net d'énergie en 2020 et le resteront tout au long de la période sous revue (jusque 2050, NDLR)", écrit l'organisme dans un rapport annuel envisageant divers scénarios pour les décennies à venir.

"Que les Etats-Unis redeviennent un exportateur net d'énergie n'est pas étonnant en soi au vue de l'essor de l'exploitation du gaz naturel et du pétrole, mais c'est un peu plus tôt que ce qu'on pensait jusque-là", a commenté Kyle Cooper, spécialiste du marché de l'énergie pour Ion Energy.

L'EIA estimait en 2018 que cette étape ne serait franchie qu'en 2022 et visait 2026 l'année précédente.

Les Etats-Unis se rapprochent ainsi plus rapidement de "la domination" énergétique prônée régulièrement par le président Donald Trump.

Le pays exporte déjà depuis 2017 plus de gaz naturel qu'il n'en importe et devrait continuer à augmenter ses exportations jusqu'en 2030, par gazoduc vers le Canada et le Mexique ou de plus en plus par bateaux pour les destinations plus lointaines. D'autant que plusieurs sites supplémentaires de liquéfaction de gaz naturel devraient entrer en fonction d'ici 2022.

Les Etats-Unis devraient par ailleurs devenir un exportateur net de produits pétroliers raffinés sur l'ensemble de l'année en 2020, à la faveur d'un nombre croissant de puits en activité.

La production, qui s'élève actuellement à 11,9 millions de barils par jour, pourrait grimper jusqu'à 2027 et continuer à dépasser les 14 millions de barils par jour jusqu'en 2040, prédisent les experts de l'agence.

Dans tous les scénarios envisagés, le rôle du nucléaire et du charbon devrait baisser dans la génération d'électricité.

Selon la projection de référence, la part du charbon devrait reculer de 28% en 2018 à 17% en 2050, celle du nucléaire de 19% à 12% tandis que celle de gaz naturel devrait augmenter de 34% à 39% et celle d'énergies renouvelables de 18% à 31%.
https://www.connaissancedesenergies.org ... iel-190124

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 16 févr. 2019, 01:23

USA: malgré Trump, les centrales à charbon continuent de fermer

AFP le 15 févr. 2019

Une agence publique a choisi de passer outre les coups de boutoir du président américain et de fermer deux centrales à charbon en plein coeur d'une région minière aux Etats-Unis, nouvelle illustration du déclin de cette énergie fossile dans le pays.

Le Conseil d'administration de l'Autorité de la vallée du Tennessee (TVA), un organisme créé en pleine Grande Dépression, en 1933, pour revitaliser le développement économique d'une zone couvrant en partie le Tennessee, l'Alabama, le Mississippi et le Kentucky, a décidé jeudi de fermer deux sites, l'un dans le Kentucky en 2020 et l'autre dans le Tennessee en 2023.

Ces "vieilles" entités "n'ont pas été conçues pour répondre de façon efficiente aux besoins énergétiques sans cesse fluctuants des clients", fait valoir dans un communiqué la TVA, qui gère l'approvisionnement en électricité de près de 10 millions de personnes.

L'organisme est ainsi allé à l'encontre de Donald Trump qui, dans un tweet lundi, avait écrit: "Le charbon est un élément important de notre production totale d'énergie" et la TVA "devrait sérieusement considérer tous les facteurs avant de voter en faveur de la fermeture de centrales à charbon viables".

Pendant sa campagne et depuis son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump n'a cessé de défendre ardemment le charbon. Il s'était notamment engagé à annuler des normes environnementales de l'ère Obama jugées illégales et destructrices d'emplois, en particulier dans des régions qui lui sont fidèles comme la Virginie occidentale et le Kentucky.

Mais malgré le soutien de l'administration, les fermetures de centrales se succèdent.

La production de charbon a baissé de plus d'un tiers depuis son pic en 2008, indiquait fin janvier l'Agence américaine d'informations sur l'Energie (EIA). Et le nombre de mines de charbon actives est passé de 1.435 en 2008 à 671 en 2017.

Résultat: après un léger sursaut en 2017, la production de charbon a de nouveau reculé en 2018, de 3% sur un an, de 36% sur dix ans.

Si les exportations ont légèrement progressé, la consommation de charbon aux Etats-Unis est à son plus bas niveau en 39 ans.

La part de charbon dans la production d'électricité du pays (28%) ne cesse notamment de diminuer face à l'essor du gaz naturel (35%) et des énergies renouvelables (17%). Et l'EIA prévoit déjà que la part du charbon descendra à 24% en 2020 et à 17% en 2050.
https://www.connaissancedesenergies.org ... mer-190215


Image

http://www.world-nuclear-news.org

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 23 mars 2019, 10:01

Le parc nucléaire US a produit 807 TeraWatt.Heures en 2018, autant qu'en 2010 grâce à une bonne disponibilité du parc. Ça represente 19.3 % de l'énergie électrique produite. Le Gaz est devant avec 35.1 %, ainsi que le charbon avec 27.4 %.
. U.S. Nuclear Power Generation At All-Time High Despite Closures

By Tsvetana Paraskova - Mar 22, 2019

Despite the fact that several nuclear power plants have closed since 2010, last year’s U.S. nuclear electricity generation beat the previous record from 2010, as some plants commissioned uprates to boost generation capacity while facilities overall reduced the time for maintenance or refueling, the EIA said in its preliminary 2018 generation data.

In 2018, U.S. electricity generation from nuclear power totaled 807.1 million megawatthours (MWh), slightly more than the previous peak of 807.0 million MWh in 2010, the EIA’s preliminary annual data showed.

“The combination of uprates, shorter outage durations, and balance-of-plant thermal efficiency improvements led the U.S. nuclear power fleet in 2018 to see its highest capacity factor on record, at 92.6%,” the EIA said.

However, the 2018 record in nuclear electricity generation is unlikely to be beaten in the coming decades, because only two reactors are expected to come online in the near future, Georgia’s Vogtle Units 3 and 4 in 2021 and 2022, respectively. The new capacity from those two reactors will not be able to offset the closings of 12 reactors by 2025, based on the currently announced retirements, the EIA said.

Between 2010 and 2018, only one new nuclear plant came online—the Tennessee Valley Authority’s (TVA) Watts Bar Unit 2 nuclear power reactor with 1.2 GW capacity, while seven nuclear power plants with a combined capacity of 5.3 GW retired between 2013 and 2018.

Last year, nuclear electricity generation accounted for 19.3 percent of all U.S. utility-scale power generation, preceded by natural gas with 35.1 percent and coal with 27.4 percent, and followed by renewables including hydropower with 17.1 percent, EIA data shows.

While wind, natural gas, and solar capacity will lead the new electricity capacity in the United States this year, coal-fired generation will account for more than half of scheduled capacity retirements, followed by natural gas with 27 percent, and nuclear with 18 percent, the EIA said in its inventory of electric generators in January.

This year, two nuclear plants totaling 1.5 GW are currently scheduled to retire—the Pilgrim Nuclear Power Station in Massachusetts in May, and the remaining unit at the Three Mile Island Power Station in Pennsylvania in September.

By Tsvetana Paraskova for Oilprice.com

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 28 mars 2019, 23:10

L'état de l'Idaho annonce qu'il veut 100 % d'électricité renouvelable en 2045.
3 centrales à charbon a fermer, les deux premières en 2025.
Idaho Eyes 100% Renewable Energy By 2045

By Irina Slav - Mar 28, 2019

Idaho Power, the state utility, plans to retire all its coal power plants and generate all of its electricity from renewable sources by 2045, NPR reports, citing an announcement by Idaho Power.

Idaho Power already gets almost 50 percent of the power it generates from hydropower and will also pursue solar and wind power to replace coal in its clean energy drive.

For starters, the utility plans to retire two coal power plants by 2025 and eventually shut down the third and last one.
.....
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... -2045.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 12 avr. 2019, 08:51

L'EIA annonce que la capacité de génération des centrales thermiques à Gaz depasse maintenant celle des centrales à charbon aux USA.
A Pivotal Moment For Natural Gas Demand

By Julianne Geiger - Apr 11, 2019

US natural gas-fired combined-cycle capacity overtook coal-fired capacity in 2018, the US Energy Information Administration reported on Wednesday.

In the United States, natural gas-fired combined-cycle (NGCC) capacity has increased for years, finally overtaking coal-fired capacity, which has seen a steady decline over the last decade.

To compare, as of January 2019, NGCC capacity in the US reached 264 gigawatts (GW), while coal plant capacity fell to 243 GW.

Overall natural gas-fired capacity overtook coal-fired capacity long ago. NGCC power plants, which are more efficient than other forms of natural gas-fired capacity, accounted for about half of all natural gas-fired capacity in the United States as of the end of 2018.

While natural gas has been gaining traction, coal capacity is steadily declining, shedding about 40 GW of capacity in the last 4 years. Over that same time, about 30 GW of NGCC has been added into the mix.

New NGCC capacity additions include Duke Energy’s $1.5 billion, 1640MW Citrus Combined Cycle Station in Florida, which is marketed as a means of offering cleaner fuel to millions of homes, and Dominion Energy’s $1.3 billion, 1,588MW Greensville station in Virginia.

Future plants include Virginia’s 1,650MW Chickahominy Power Station, which garnered few objections during its permitting comment period.

Still, new utility-scale capacity will be led by wind, not gas, power. Wind is expected to account for 46% of future additions, while natural gas will account for 34%. Solar will account for just 18%.

According to the EIA, new natural gas capacity for 2019 should add 6.1 GW of electric capacity with most of the capacity additions going to Pennsylvania, Florida, and Louisiana.

Fifty-three percent of all planned electric plant retirements this year will come from coal, at 4.5 GW.

By Julianne Geiger for Oilprice.com
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... emand.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 01 mai 2019, 10:24

Au Massachusset, destruction des tours de refroidissement d'une vieille centrale à charbon.
Last coal-fired power plant in Massachusetts gone in a few seconds

It took only 10 seconds to implode two 500-foot cooling towers that belonged to the Brayton Point Power Station in Somerset, Massachusetts.

The concrete structures demolished last Saturday were the last remains of the last coal-fired plant in the northeastern US state. Originally built in 1953, the facility provided electricity to millions in both Massachusetts and Rhode Island for five decades until it closed in 2017.
Voir la vidéo avec des ralentis splendides : http://www.mining.com/last-coal-fired-p ... e-seconds/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 04 mai 2019, 23:41

US : La production d'énergie renouvelable devrait dépasser les énergies fossiles en avril ( =; titre inexact)

Par Cyril Garrech-Casanova, le 04 mai 2019

Pour la première fois, la production d'énergie renouvelable pourrait détrôner celle des énergies fossiles en avril.
.......
https://www.clubic.com/amp/855874-us-pr ... lable.html

L'article oublie de préciser que c'est de l'énergie électrique dont il s'agit et pas l'énergie en général.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 14003
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par GillesH38 » 05 mai 2019, 04:50

Il "oublie pas de préciser", il est carrément faux, en parlant d'énergie au lieu d'électricité. Et doublement faux car dans le rapport qu'il cite, on ne dit que l'électricité renouvelable (incluant l'hydraulique) a produit plus que le charbon, pas que les fossiles (la majorité de l'électricité aux US est produite avec du gaz naturel ! ).
Bref le titre correct serait ; en avril aux US, les renouvelables ont produit plus d'électricité que le charbon.
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 09 mai 2019, 20:56

50 centrales au charbon ont fermé sous Trump

AFP le 09 mai 2019

Cinquante centrales thermiques au charbon ont fermé aux Etats-Unis depuis l'arrivée au pouvoir du président Donald Trump il y a deux ans, s'est réjouie jeudi l'organisation écologiste américaine Sierra Club.

Le Sierra Club a recensé 50 fermetures, et 51 annonces de fermeture depuis la prise de fonction de Donald Trump en janvier 2017 (les chiffres sont distincts car plusieurs années peuvent passer entre l'annonce et la fermeture réelle).

Cette semaine, les opérateurs de deux centrales au charbon, en Floride et dans l'Utah, ont annoncé leur fermeture d'ici quelques années. Au total, 289 centrales ont engagé leur fermeture depuis 2010, calcule le Sierra Club, soit 40% de la capacité de production électrique des centrales au charbon. Il en reste 241 qui n'ont pas annoncé de fermeture.

Sous la présidence Trump, une seule nouvelle centrale au charbon a ouvert, en Alaska, il y a quelques semaines, selon l'ONG.

"L'industrie du charbon et les opérateurs se précipitent vers la sortie, car économiquement, le charbon n'a plus de sens", dit à l'AFP Jonathan Levenshus, du Sierra Club.

"Les tentatives de l'administration Trump pour sauver l'industrie ne marchent pas", dit-il.

Le charbon est devenu depuis les années 2010 plus coûteux à exploiter que le gaz naturel, qui connaît une forte croissance aux Etats-Unis et remplace de plus en plus le charbon dans la génération d'électricité.

Le charbon ne devrait être la source que de 25% de l'électricité l'été prochain (contre 35% en 2015), et le gaz naturel va monter à 40%, selon une analyse publiée jeudi par l'administration d'information énergétique américaine (EIA).

La production de charbon américain a chuté d'un tiers depuis le pic de 2008, selon les statistiques énergétiques officielles. Plus de la moitié des mines ont fermé depuis cette époque.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ump-190509

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 20 juin 2019, 07:54

L'Etat de New York adopte une ambitieuse loi anti-carbone

AFP parue le 19 juin 2019

L'Etat de New York a approuvé mercredi l'une des lois de réduction des gaz à effet de serre les plus ambitieuses de la planète, en contre-pied du déni climatique de Donald Trump, qui a fini d'enterrer le même jour le plan anti-charbon de Barack Obama.

L'Union européenne, la France, le Royaume-Uni, la Suède, la Nouvelle-Zélande, la Californie sont quelques unes des juridictions à s'être donné comme objectif d'être neutres en carbone d'ici le milieu du siècle -- mais la plupart n'ont pas encore adopté de législation contraignante.

Le texte adopté par le parlement de l'Etat de New York (20 millions d'habitants), dirigé par les démocrates, prévoit de réduire de 85% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050, par rapport à 1990 (en 2015, l'Etat n'en était qu'à une réduction de 8%).

Dans le but de parvenir à un bilan carbone neutre, les législateurs prévoient aussi des incitations pour que les 15% d'émissions restantes soient compensées.

Cela veut dire que d'ici une trentaine d'années, la plupart des centrales thermiques ne pourront plus brûler de gaz naturel ou de charbon, et que la majorité des véhicules sur les routes devront être électriques ou à zéro émission -- sans compter le chauffage des logements ou l'énergie utilisée par les usines.

"Alors que Washington reste les bras croisés, New York montre la voie", s'est réjoui le sénateur démocrate Todd Kaminsky, un des principaux artisans de la loi.

L'Etat s'est fixé comme objectif intermédiaire d'une réduction de la pollution climatique de 40% d'ici 2030, toujours par rapport à 1990.

Et en 2040, 100% de son électricité devra être sans émission de carbone. L'Etat est déjà bien avancé pour cet objectif-là, une grande partie de l'électricité provenant aujourd'hui du nucléaire (28%) et de l'hydraulique (16%), le gaz naturel représentant 35%. Le solaire et l'éolien sont négligeables actuellement.

La loi new-yorkaise, négociée entre le gouverneur Andrew Cuomo et les deux chambres du parlement local, toutes deux à majorité démocrate depuis janvier, illustre l'adhésion rapide de toute la gauche américaine, et notamment des candidats à la Maison Blanche, au principe d'un "New Deal Vert", afin de faire basculer l'économie américaine vers les énergies propres tout en favorisant la création de "bons emplois".

- Déclin du charbon -

Aux Etats-Unis, New York rejoint la Californie et d'autres Etats gouvernés par les démocrates pour compenser l'inaction climatique du gouvernement fédéral américain.
.......
https://www.connaissancedesenergies.org ... one-190619

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 20 juin 2019, 07:56

Combat d'arrière garde :
Le gouvernement Trump finit d'enterrer le plan anti-charbon d'Obama

AFP parue le 19 juin 2019

L'administration du président américain Donald Trump a finalisé mercredi la nouvelle réglementation antipollution qui s'appliquera aux centrales à charbon américaines, bien plus laxiste que ce que Barack Obama voulait imposer.

Mais ces nouvelles normes anti-CO2 sont considérées comme futiles par de nombreux experts, tant le déclin naturel du charbon est engagé aux Etats-Unis au profit du gaz naturel et des énergies renouvelables.

Le secteur énergétique américain devrait avoir réduit ses émissions de dioxyde de carbone de 13% en 2019 par rapport à 2005, selon des statistiques officielles. Pour le charbon seulement, elles ont déjà été réduites de 39% entre 2005 et 2017.

Donald Trump avait annoncé en 2017 qu'il abrogerait le plan climat de son prédécesseur, baptisé le Clean Power Plan, qui avait lui-même été bloqué par la justice.

Depuis, l'Agence de protection de l'environnement (EPA) oeuvrait à rédiger la nouvelle réglementation, qui devait nécessairement passer par une longue période de consultation publique.

Finalement, l'administrateur de l'EPA, Andrew Wheeler, a annoncé mercredi dans un discours que le processus était terminé.

"Nous extrayons et utilisons notre charbon aux Etats-Unis plus proprement que nos concurrents internationaux", a-t-il assuré.

Le plan annoncé mercredi sera vraisemblablement attaqué en justice par les Etats gouvernés par des démocrates, ce qui pourrait repousser son application, notamment si la Cour suprême finissait par se saisir du dossier.

En attendant, les militants écologistes assurent que les centrales au charbon continueront de fermer, par la seule pression du marché, de nombreux opérateurs choisissant de toute façon de continuer la transition au gaz naturel, au solaire et à l'éolien.

"La tentative de l'administration Trump de ressusciter une industrie obsolète comme le charbon s'avère futile: depuis qu'il est entré en fonction, plus de cinquante centrales au charbon ont fermé", a déclaré un responsable de la campagne Beyond Carbon, financée par le milliardaire new-yorkais Michael Bloomberg, qui veut consacrer 500 millions de dollars de sa fortune à achever le charbon aux Etats-Unis d'ici 2030.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ama-190619

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 10 août 2019, 22:49

Le gaz bon marché tue le charbon dans les centrales thermiques.
Cheap Gas Is Killing Coal In The US

08/08/2019

Coal power is being replaced by cleaner energy sources in the US – primarily due to an abundance of cheap natural gas, according to a new study by Rystad Energy.

New renewable energy capacity from solar and wind is on the rise in the US, and April 2019 marked the first month when more electricity was generated in the country from renewable sources than from coal.

However, the growing renewable energy sector alone is not wholly responsible for the on-going retirement of coal-fired power plants and the essential moratorium on the construction of new coal plants.

“The US thermal coal industry is in severe trouble. However, coal’s demise as the fuel of choice for power generators is primarily due to the upsurge of cheap natural gas and not renewable sources of power,” says Steve Hulton, Head of Coal Research at Rystad Energy.

“Strong growth in US shale gas production has more than halved the average fuel cost of natural gas for US electricity producers from 2008 to 2019, in turn leading to a remarkable rise in gas-fueled power generation,” Carlos Torres-Diaz, Rystad Energy’s Head of Gas Market research, added.

Rystad Energy forecasts that natural gas-fueled generation will hit a record 38% share of total US electrical power generated in 2019. This is almost two and a half times the level seen in 2008.

The increase has been spurred by the new capacity of renewable and gas power plants – offsetting the retirement of older coal-fired power plants – and from increased coal-to-gas switching, thanks to a combination of market mechanisms and higher thermal efficiency.

“The move from coal to gas was largely triggered by simple fuel cost economics. Lower gas pricing is a direct result of the falling production costs and increasing volumes of US shale gas extraction,” Torres-Diaz remarked.

The average cost of natural gas for US electricity generators has fallen almost 60% over the last decade, while the cost of thermal coal on the other hand has been relatively flat.

Despite the US not having a federal carbon pricing program, the switch from coal to gas power generation and the growth in renewable energy has resulted in lower carbon dioxide emissions from the power sector. Carbon dioxide emissions from energy consumption at power plants have dropped in tandem with coal-fired power generation from a level of 2.5 billion metric tons in 2007 to 1.8 billion metric tons in 2017.

“The Trump administration campaigned strongly on a promise to revive the US coal sector, however, coal plant retirements and coal mine closures have continued,” Hulton remarked. “Even with the finalization in June 2019 of the new Affordable Clean Energy rule, which lowers the compliance cost for coal plant operators, our view is that the central investment dynamic – cheap gas – remains, and will continue to shape investment in the power sector.”

The outlook for the US thermal coal industry is bleak. With domestic coal supply forecast to hit a 40 year-low this year, operators are struggling to stay in business. Indeed, two of the country’s largest mines were closed in July as the owner filed for bankruptcy.

In 2018, strong prices in the international seaborne thermal coal market enabled US coal producers to lift exports significantly, softening the impact of worsening domestic demand. However, US thermal coal exports for the first quarter of 2019 were down 15% from the previous quarter.

“Export markets won’t be US coal’s savior. The US remains a high-cost ‘swing’ producer for export thermal coal. And with international coal prices on the decline, combined with a weak demand outlook in Europe, the opportunity to make profitable export sales for many producers is closing rapidly,” Hulton remarked.

Rystad Energy forecasts that US natural gas prices will remain very low for the next couple of years given continued growth in gas production and infrastructure bottlenecks that will limit exports.

“With the Henry Hub price expected to remain below $3 per MMBtu at least until 2021 and limited room for cost cuts in the coal mining industry, gas demand from the power sector is expected to remain strong, painting a gloomy outlook for coal miners but having a positive impact on the environment,” Torres-Diaz added.
Source: Rystad Energy
https://www.hellenicshippingnews.com/ch ... in-the-us/

Répondre