Le "peak demand"

Discussions libres mais portant sur le thème général de la déplétion.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Pétroleur
Brut léger
Brut léger
Messages : 426
Inscription : 05 juin 2019, 19:03
Localisation : Val d'Oise

Re: Le "peak demand"

Message par Pétroleur » 11 avr. 2020, 14:35

nemo a écrit :
11 avr. 2020, 12:55
C'est effectivement ce que je pense que la logique "économique" ne doit pas être faites en isolant le pétrole de schiste du reste mais globalement manque de pétrole= effondrement de l'économie. Donc subvention envers et contre tout en épongeant les pertes par des prêt qui ne seront jamais remboursé. Mais justement dnas la situation actuelle on va avoir un bon test de cette hypothèse puisque on va probablement voir des prix qu'on avait plus vu depuis les années 90 (moins de 20$ et peut être même moins de 10$!).
Oui mais dans ce cas le pic de l'offre et le pic de la demande risquent de se retrouver à nouveau très brutalement à la sortie du déconfinement qui arrivera bien un jour. :-"
Si, comme on pourrait le supposer sur un tel site, la majorité des participants de ce forum est persuadée que notre mode de vie ne survivra pas à un pic de l'offre pétrolière tous-liquides, le prix du baril nous redeviendra très vite inaccessible; et inaccessible, dans le contexte post-déconfinement, ça ne voudra pas dire 147$/bl mais peut-être seulement 30$/bl vu ce qui restera dans ta poche à la fin du mois! :cry:

nemo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4651
Inscription : 11 oct. 2005, 03:46
Localisation : Limoges

Re: Le "peak demand"

Message par nemo » 11 avr. 2020, 14:45

Pétroleur a écrit :
11 avr. 2020, 14:35
nemo a écrit :
11 avr. 2020, 12:55
C'est effectivement ce que je pense que la logique "économique" ne doit pas être faites en isolant le pétrole de schiste du reste mais globalement manque de pétrole= effondrement de l'économie. Donc subvention envers et contre tout en épongeant les pertes par des prêt qui ne seront jamais remboursé. Mais justement dnas la situation actuelle on va avoir un bon test de cette hypothèse puisque on va probablement voir des prix qu'on avait plus vu depuis les années 90 (moins de 20$ et peut être même moins de 10$!).
Oui mais dans ce cas le pic de l'offre et le pic de la demande risquent de se retrouver à nouveau très brutalement à la sortie du déconfinement qui arrivera bien un jour. :-"
Si, comme on pourrait le supposer sur un tel site, la majorité des participants de ce forum est persuadée que notre mode de vie ne survivra pas à un pic de l'offre pétrolière tous-liquides, le prix du baril nous redeviendra très vite inaccessible; et inaccessible, dans le contexte post-déconfinement, ça ne voudra pas dire 147$/bl mais peut-être seulement 30$/bl vu ce qui restera dans ta poche à la fin du mois! :cry:
Je ne suis pas sur de comprendre ou tu veux en venir mais la baisse de production aboutira sans doute à un nouveau plateau avec le redémarrage de l'économie post-confinement. Il parait probable que le nouveau plateau se maintiendra quelques années au moins. Combien? On n'en sait toujours rien.
"Tu connaîtras la vérité et la vérité te rendra libre"
Saint Jean 8, 32

"N'est pas musulman celui dont le voisin doit craindre la nuisance"
Prophète Mohamed

"Dans le spectacle la vérité est un moment du mensonge"
Debord

Pétroleur
Brut léger
Brut léger
Messages : 426
Inscription : 05 juin 2019, 19:03
Localisation : Val d'Oise

Re: Le "peak demand"

Message par Pétroleur » 11 avr. 2020, 14:59

nemo a écrit :
11 avr. 2020, 14:45
Je ne suis pas sur de comprendre ou tu veux en venir mais la baisse de production aboutira sans doute à un nouveau plateau avec le redémarrage de l'économie post-confinement. Il parait probable que le nouveau plateau se maintiendra quelques années au moins. Combien? On n'en sait toujours rien.
Là où je veux en venir, c'est te faire comprendre qu'un nouveau paradigme nait brutalement devant nous: nous venons de passer le fameux "peak oïl" et nous entrons désormais en décroissance. Le plateau dont tu parles, nous venons de surfer dessus depuis dix ans, en gros depuis la crise de 2008. C'est le schiste US qui nous a permis de maintenir notre mode de vie encore ces dix années supplémentaires grâce au crédit du QE, mais ça vient de prendre fin sous nos yeux!
Désormais, il va falloir composer avec une offre structurellement décroissante et il n'y aura pas de "redémarrage". Il y aura une adaptation contrainte par une élimination de la demande, "politiquement" mise en place au prétexte du coronavirus mais qui aurait eu lieu de toute façon. C'est pourquoi la courbe risque d'être plus raide coté décroissance: il y a plein de choses que tu abandonnes rapidement quand tu vois qu'elles ne sont pas résilientes. Renouveler ses habits tout les trois mois, acheter un gros 4X4 énergivore acheté pour 50 000€ qui ne se justifieront bientôt plus que par la décoration de ton garage, créer des bulles immobilières d'immeubles vides mais de terres agricoles perdues, etc, etc... :-"

nemo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4651
Inscription : 11 oct. 2005, 03:46
Localisation : Limoges

Re: Le "peak demand"

Message par nemo » 11 avr. 2020, 15:04

Pétroleur a écrit :
11 avr. 2020, 14:59
nemo a écrit :
11 avr. 2020, 14:45
Je ne suis pas sur de comprendre ou tu veux en venir mais la baisse de production aboutira sans doute à un nouveau plateau avec le redémarrage de l'économie post-confinement. Il parait probable que le nouveau plateau se maintiendra quelques années au moins. Combien? On n'en sait toujours rien.
Là où je veux en venir, c'est te faire comprendre qu'un nouveau paradigme nait brutalement devant nous: nous venons de passer le fameux "peak oïl" et nous entrons désormais en décroissance. Le plateau dont tu parles, nous venons de surfer dessus depuis dix ans, en gros depuis la crise de 2008. C'est le schiste US qui nous a permis de maintenir notre mode de vie encore ces dix années supplémentaires grâce au crédit du QE, mais ça vient de prendre fin sous nos yeux!
Désormais, il va falloir composer avec une offre structurellement décroissante et il n'y aura pas de "redémarrage". Il y aura une adaptation contrainte par une élimination de la demande, "politiquement" mise en place au prétexte du coronavirus mais qui aurait eu lieu de toute façon. C'est pourquoi la courbe risque d'être plus raide coté décroissance: il y a plein de choses que tu abandonnes rapidement quand tu vois qu'elles ne sont pas résilientes. Renouveler ses habits tout les trois mois, acheter un gros 4X4 énergivore acheté pour 50 000€ qui ne se justifieront bientôt plus que par la décoration de ton garage, créer des bulles immobilières d'immeubles vides mais de terres agricoles perdues, etc, etc... :-"
Je pense que tu te trompes mais on ne le saura que d'ici quelques mois/1 an...
"Tu connaîtras la vérité et la vérité te rendra libre"
Saint Jean 8, 32

"N'est pas musulman celui dont le voisin doit craindre la nuisance"
Prophète Mohamed

"Dans le spectacle la vérité est un moment du mensonge"
Debord

Pétroleur
Brut léger
Brut léger
Messages : 426
Inscription : 05 juin 2019, 19:03
Localisation : Val d'Oise

Re: Le "peak demand"

Message par Pétroleur » 11 avr. 2020, 17:22

nemo a écrit :
11 avr. 2020, 15:04
Je pense que tu te trompes mais on ne le saura que d'ici quelques mois/1 an...
Tu vas voir bien avant ça ce qu'il en est au niveau politique, en tout cas. :lol:

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63992
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par energy_isere » 13 mai 2020, 00:37

BP Boss: We May Have Already Hit Peak Oil Demand

By Tsvetana Paraskova - May 12, 2020

One of the biggest oil companies in the world, BP, is not ruling out that the oil demand crash amid COVID-19 and perhaps the subsequent lasting change in people's lifestyle may have already brought about peak oil demand.

The pandemic adds not only a layer of uncertainty in the oil industry in the short term, but it also creates another challenge for the coming years, BP's chief executive Bernard Looney told the Financial Times in an interview published on Tuesday.

"It's not going to make oil more in demand. It's gotten more likely [oil will] be less in demand," Looney told FT.

BP's top executive joins other CEOs of major oil corporations who have recently expressed views that it's not guaranteed that global oil demand will return to its 'normal' pre-virus levels of around 100 million barrels per day (bpd).

"I don't think we know how this is going to play out. I certainly don't know," Looney said. "Could it be peak oil? Possibly. Possibly. I would not write that off," BP's chief executive told FT.

Last month, Shell's chief executive Ben van Beurden said on the earnings call that the current crisis is a "crisis of uncertainty," and we don't know what's on the other side of it, as the supermajor slashed its dividend for the first time since World War II.

"We are looking at a major demand destruction that we don't even know that will come back. So the oil price may come back. But if the volumes are significantly lower, we still have a major dislocation, of course, in our own cash wheel," van Beurden said.

According to Shell, maybe we've already hit peak oil demand—a sobering view in stark contrast with opinions from just three months ago that suggested global oil demand would continue to grow every year for at least another decade.

The pandemic and the oil demand crash has made the case for BP investing more in renewables a "personal conviction" for Looney, he told FT.

Both BP and Shell, plus other oil majors, including Eni and most recently, Total, have pledged to become net-zero energy companies by 2050 or sooner.
https://oilprice.com/Energy/Crude-Oil/B ... emand.html

Pétroleur
Brut léger
Brut léger
Messages : 426
Inscription : 05 juin 2019, 19:03
Localisation : Val d'Oise

Re: Le "peak demand"

Message par Pétroleur » 13 mai 2020, 09:31

Si tu rouvres les frontières et si tu remets les avions en route, je serai très heureux de repartir à l'autre bout du monde! :lol:
Et sans doute pleins de gens comme moi seraient tout autant heureux de le faire, s'il leur reste un peu d'argent. Alors parler de "peak demand", sérieusement!? :roll:
Ce pic de la demande est un pic "contraint" mais culturellement, personne n'est encore prêt dans notre société à reconnaitre que, vu sa démographie, c'est bien l'offre qui contraint la demande. Sans cette contrainte, toute l'offre disponible serait consommée. Dans l'autre sens, c'est reconnaitre que nous allons vers la décroissance, et là on est pas équipé du bon logiciel. 8-[

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63992
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par energy_isere » 13 mai 2020, 09:41

Pétroleur a écrit :
13 mai 2020, 09:31
Si tu rouvres les frontières et si tu remets les avions en route, je serai très heureux de repartir à l'autre bout du monde! :lol:
Et sans doute pleins de gens comme moi seraient tout autant heureux de le faire, s'il leur reste un peu d'argent.

Ah bon, le fait éventuel de ne pas pouvoir rentrer et être bloqué à l' autre bout du continent parce que un reconfinement revient avec suspension des lignes ariennes, ça ne vous refroidis pas ?

Moi c'est hors de question de prendre l' avion pour faire plus de 1000 km tant qu'on est pas absolument certain d'en avoir fini avec le Covid19, et de savoir si ca a pas muté en Covid saisonnier comme la grippe.
De toute façon ça fait 15 ans que je ne prends plus l' avion à titre personnel. (Flygskam)

Pétroleur
Brut léger
Brut léger
Messages : 426
Inscription : 05 juin 2019, 19:03
Localisation : Val d'Oise

Re: Le "peak demand"

Message par Pétroleur » 13 mai 2020, 19:49

energy_isere a écrit :
13 mai 2020, 09:41
Ah bon, le fait éventuel de ne pas pouvoir rentrer et être bloqué à l' autre bout du continent parce que un reconfinement revient avec suspension des lignes ariennes, ça ne vous refroidis pas ?
Jusqu'à il y a deux mois les horaires d'une compagnie aérienne étaient plutôt fiables, à part l'épisode du volcan Eyjafjöll en 2010! :D
C'est un fait sans précédent dans les transports depuis le début de la révolution industrielle de ne pas pouvoir les utiliser à cause d'un virus! :cry:
energy_isere a écrit :
13 mai 2020, 09:41
Moi c'est hors de question de prendre l' avion pour faire plus de 1000 km tant qu'on est pas absolument certain d'en avoir fini avec le Covid19, et de savoir si ca a pas muté en Covid saisonnier comme la grippe.
De toute façon ça fait 15 ans que je ne prends plus l' avion à titre personnel. (Flygskam)
Ca n'a pas empêché les passagers de prendre l'avion 4 500 000 000 de fois en 2019 mais toute opinion est respectable. :)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63992
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par energy_isere » 14 mai 2020, 00:39

Pétroleur a écrit :
13 mai 2020, 19:49
energy_isere a écrit :
13 mai 2020, 09:41
Ah bon, le fait éventuel de ne pas pouvoir rentrer et être bloqué à l' autre bout du continent parce que un reconfinement revient avec suspension des lignes ariennes, ça ne vous refroidis pas ?
Jusqu'à il y a deux mois les horaires d'une compagnie aérienne étaient plutôt fiables, à part l'épisode du volcan Eyjafjöll en 2010! :D
C'est un fait sans précédent dans les transports depuis le début de la révolution industrielle de ne pas pouvoir les utiliser à cause d'un virus! :cry:
energy_isere a écrit :
13 mai 2020, 09:41
Moi c'est hors de question de prendre l' avion pour faire plus de 1000 km tant qu'on est pas absolument certain d'en avoir fini avec le Covid19, et de savoir si ca a pas muté en Covid saisonnier comme la grippe.
De toute façon ça fait 15 ans que je ne prends plus l' avion à titre personnel. (Flygskam)
Ca n'a pas empêché les passagers de prendre l'avion 4 500 000 000 de fois en 2019 mais toute opinion est respectable. :)
Visiblement vous avez pas capté que des dizaines de milliers de touristes français avaient été bloqués à l' étranger a cause du Covid19 et qu' ils ont mis pas mal de temps et eu pas mal de désagréments pour rentrer.
Mais si ça vous dérange pas, libre à vous d’expérimenter ça.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63992
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par energy_isere » 04 juin 2020, 23:34

Le Covid accélère le "déclin final" des énergies fossiles, selon Carbon Tracker

AFP•04/06/2020

Le recul de la demande et les risques croissants pour les investisseurs pourraient amputer des deux tiers la valeur des énergies fossiles, et les profits de ce secteur, selon un rapport d'experts publié jeudi.

La concurrence d'énergies non carbonées aux coûts de plus en plus compétitifs, et les politiques des Etats en matière climatique et de souveraineté énergétique sont en train de pousser l'industrie du pétrole, du gaz et du charbon, vers le "déclin final", estime le think tank Carbon Tracker.

"Le déclin final commence quand la demande atteint son sommet", explique à l'AFP l'auteur principal, Kingsmill Bond, ex-analyste financier à la City de Londres.

Avant l'épidémie de Covid-19, la plupart des experts situaient entre le milieu et la fin de la décennie 2020 le sommet de la demande mondiale de pétrole. Les groupes pétroliers visent plus loin, le PDG de Total anticipant, dans une interview jeudi, une demande à son maximum à 2030.

Mais la crise générée par l'épisode de confinement mondial pourrait accélérer le processus, selon Carbon Tracker : "il se peut que nous ayons atteint ce pic", estime M. Bond.

- L'essor des technologies renouvelables -

Les entreprises des énergies fossiles représentent aujourd'hui 18.000 milliards de dollars en actions cotées, soit un quart de la valeur des marchés, relève le rapport.

Si la demande reculait de 2% par an -- conformément aux objectifs de l'accord de Paris de maintenir le monde sous 2°C de réchauffement -- leurs profits futurs seraient amputés des deux tiers. Ils tomberaient à 14.000 milliards, au lieu des 39.000 milliards estimés par la Banque mondiale, selon le calcul de Carbon Tracker.

A ce jour, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit une chute de 8% de la demande d'or noir en 2020 -- tout en redoutant une montée du charbon.

"Personne ne connaît l'ampleur de la reprise en 2021," poursuit M. Bond. Mais le temps de retrouver les niveaux passés, "les technologies renouvelables seront assez développées pour répondre à la croissance de la demande".

En 2019, l'électricité d'origine renouvelable a représenté 72% de la croissance du secteur électrique, selon l'Agence internationale de l'énergie renouvelable (IRENA).

Quand une technologie concurrente absorbe la croissance et dépasse 5% du marché, la technologie plus ancienne entame son déclin, comme l'histoire industrielle l'a montré, argumente Carbon Tracker.

Les renouvelables génèrent aujourd'hui un quart de l'électricité, mais représentent 4% de la consommation d'énergie primaire.

"Il est temps de préparer une liquidation ordonnée des actifs fossiles et de gérer l'impact sur l'économie mondiale, plutôt que d'essayer de soutenir ce qui n'est pas soutenable", appelle le rapport. A défaut, celui-ci annonce une onde de choc massive pour l'économie mondiale et des risques d'instabilité dans certains gros pétro-Etats.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 01f95105c0

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15377
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par GillesH38 » 05 juin 2020, 06:44

vivement qu'on dépasse le pic et qu'on arrête de nous bassiner avec le "scénario BAU" et le "si on continue la croissance des émissions de CO2 à ce rythme" alors, mais ça va mettre plein de catastrophologues au chômage ...
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

Jeuf
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1340
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : St Quentin en 78

Re: Le "peak demand"

Message par Jeuf » 05 juin 2020, 15:55

GillesH38 a écrit :
05 juin 2020, 06:44
vivement qu'on dépasse le pic et qu'on arrête de nous bassiner avec le "scénario BAU" et le "si on continue la croissance des émissions de CO2 à ce rythme" alors, mais ça va mettre plein de catastrophologues au chômage ...
La catastrophe n'est pas forcément celle qui est le plus annoncée (climat boulversé) mais il y en aura. Si on entend par catastrophe la baisse involontaire du nombre d'humains (plus tôt que ce que dit l'ONU 2050, minmum...peut-être plus tard que le rapport au club de Rome, 2030).
Peut-être bien par une conjonction de problèmes climatiques et manque d'énergies fossiles fluides pour y faire face, et le plus embêtant, qu'on s'en énerve à travers de grosses guerres au lieu de voir les vraies causes (l’impossibilité de croissances démographique et économique infinies).
Un BAU qui m'a énervé en effet, c'est de lire : "il y aura(ceux qui disent ça parlent au futur) plus de masse plastique que de poisson dans l'océan en 2050", alors que je suppose qu'ils supposent une croissance inninterrompue et sans accroc de production de polastique sur 30ans, et de proportion jeté aux océans, sans préciser ces hypothèses.

L'affaire du virus, qui est une micro-catastrophe de ce point de vue là ( qui tue plusieurs % de PIB et d'émission de GES, mais pas même 0,05% des gens), on l'avait pas vu venir, c'est clair. Rien ne se passe comme prévu ! Si vous avez l'opportunité, misez à la baisse sur les actions des usines de boules de cristal.

tuefeli
Goudron
Goudron
Messages : 121
Inscription : 03 déc. 2007, 17:06

Re: Le "peak demand"

Message par tuefeli » 06 juin 2020, 01:09

Jeuf a écrit :
05 juin 2020, 15:55
Si vous avez l'opportunité, misez à la baisse sur les actions des usines de boules de cristal.
Je ne pourrais pas dire mieux. L'histoire nous apprend une chose : Les grandes catastrophes ne sont jamais venues par là où on les attendait, et, pire encore, j'ai le sentiment que le déni a souvent accéléré les processus.

Par exemple la fin de l'empire romain (très très sommairement) : le climat en Afrique du nord se modifie en partie à cause des défrichages massifs, moins de blé arrive dans la Rome antique, les empereurs s'accusent mutuellement d'être nuls (petit parallèle avec la situation actuelle), et puis finalement, c'est au confins de l'Empire, du côté des Flandre, qu'une tribu dont tout le monde se moque se soulève et fait vaciller tout l'empire sous les ordre de Clovis.
C'est fascinant....

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63992
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le "peak demand"

Message par energy_isere » 06 juin 2020, 01:40

tuefeli a écrit :
06 juin 2020, 01:09
Par exemple la fin de l'empire romain (très très sommairement) : le climat en Afrique du nord se modifie en partie à cause des défrichages massifs, moins de blé arrive dans la Rome antique, les empereurs s'accusent mutuellement d'être nuls (petit parallèle avec la situation actuelle), ....
ah tiens c'est la première fois que je lis ça, vous auriez un lien la dessus ?

Répondre