Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Modérateurs : Rod, Modérateurs

ni chaud ni froid
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1729
Inscription : 03 mai 2007, 20:42

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par ni chaud ni froid » 22 juin 2013, 23:46

Les prochaines années vont être passionnantes...
lock-out pending...

ABC
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 975
Inscription : 15 mars 2007, 15:45
Contact :

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par ABC » 23 juin 2013, 12:18

ni chaud ni froid a écrit :Les prochaines années vont être passionnantes...
Elle seront surtout dangereuses.
Plus nous monterons haut, plus la chute sera rude.
Ces tight oil sont une fuite en avant qui coûtera très cher à nos descendants.

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7720
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par phyvette » 23 juin 2013, 12:45

C'est donc plutôt une bonne nouvelle le fait que nous ne montons plus beaucoup de puis 10 ans, la chute en sera moins rude, surtout si dans les 10 prochaines années on perd encore 1 point de croissance comme c'est le cas chaque dix ans depuis les années 70'.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

oleotax
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 903
Inscription : 11 janv. 2007, 15:22

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par oleotax » 23 juin 2013, 13:11

ABC a écrit :
ni chaud ni froid a écrit :Les prochaines années vont être passionnantes...
Elle seront surtout dangereuses.
Plus nous monterons haut, plus la chute sera rude.
Ces tight oil sont une fuite en avant qui coûtera très cher à nos descendants.
C'est pas une fuite en avant , c'est la cagnotte que nous a réservé dame Nature pour passer vers un peu plus de sobriété

nemo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4127
Inscription : 11 oct. 2005, 03:46
Localisation : Limoges

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par nemo » 23 juin 2013, 13:15

oleotax a écrit :
ABC a écrit :
ni chaud ni froid a écrit :Les prochaines années vont être passionnantes...
Elle seront surtout dangereuses.
Plus nous monterons haut, plus la chute sera rude.
Ces tight oil sont une fuite en avant qui coûtera très cher à nos descendants.
C'est pas une fuite en avant , c'est la cagnotte que nous a réservé dame Nature pour passer vers un peu plus de sobriété
Je ne suis pas sur des "intentions" :roll: de "dame Nature", par contre l'utilisation de la cagnotte en question pour un passage vers la sobriété me parait plus que douteux à l'heure actuelle...
"Tu connaîtras la vérité et la vérité te rendra libre"
Saint Jean 8, 32

"N'est pas musulman celui dont le voisin doit craindre la nuisance"
Prophète Mohamed

"Dans le spectacle la vérité est un moment du mensonge"
Debord

ABC
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 975
Inscription : 15 mars 2007, 15:45
Contact :

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par ABC » 23 juin 2013, 14:43

Je ne suis pas sur des "intentions" de "dame Nature", par contre l'utilisation de la cagnotte en question pour un passage vers la sobriété me parait plus que douteux à l'heure actuelle...
Hélas tout à fait exact.
Passons sur "dame nature", je ne suis pas croyant.
Par contre, il est très clair que l'utilisation de ces fossiles non conventionnels n'est pas de préparer l'après-pétrole.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59589
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par energy_isere » 20 juil. 2013, 14:04

suite de ce post au sujet de Vaca Muerta : viewtopic.php?p=329889#p329889
Pétrole et gaz de schiste font miroiter l’autonomie énergétique en Argentine
Le site patagonien de Vaca Muerta se développe rapidement


17 juillet 2013 Loma la Lata

À Loma la Lata, à 1100 km au sud de Buenos Aires, où soufflent les implacables vents de la Patagonie, 1200 employés de la compagnie pétrolière argentine YPF s’affairent sur le site de Vaca Muerta, une des principales réserves mondiales de gaz et pétrole de schiste.

« L’Argentine occupe la quatrième place mondiale, avec un potentiel de 27 milliards de barils de pétrole non conventionnel, derrière la Russie, les États-Unis et la Chine. Et en gaz de schiste, c’est le deuxième, derrière la Chine, avec un potentiel de 802 billions de pieds cubes », explique Gonzalo Lopez Nardone, responsable de la communication chez YPF, au cours d’un voyage de presse à Vaca Muerta organisé par l’entreprise.

Pionnière en matière d’exploration et d’exploitation, la compagnie argentine prétend relever le défi de l’autosuffisance du pays grâce notamment aux ressources des sites de Loma, qui s’étendent sur 360 km2. Des 30 000 km2 que représente la formation géologique Vaca Muerta, dans les provinces de Neuquen et Mendoza, YPF détient 12 075 km2.

« Nous avons la technologie, nous développons un modèle de production, nous formons le personnel, nous avons l’expertise en géologie et en sciences, et ceci va nous permettre de libérer le potentiel de Vaca Muerta et de le mettre en production », s’enthousiasme Pablo Iuliano, responsable de la branche pétrole non conventionnel d’YPF.

Où il y a deux ans il n’y avait rien, aujourd’hui 1200 personnes travaillent à Loma la Lata. Pullulent les grues, camions, réservoirs d’eau, tas de sable importé, équipements pour fracturer la roche où sont emprisonnés les hydrocarbures, à 3300 mètres sous terre.

Eldorado ou menace écologique?

Sur ce plateau argileux où les vents patagons, le rude hiver et l’été torride marquent les visages, YPF dispose à ce jour de 90 puits en production de pétrole non conventionnel - le triple du total des autres entreprises ayant des concessions à Vaca Muerta - et projette d’en perforer 90 de plus d’ici la fin de l’année. Avec l’entrée en fonction de 200 puits par an, YPF planifie en avoir d’ici 10 ans entre 1500 et 2000 dans cette zone, moyennant un investissement de 15 milliards de dollars.

L’expérience accumulée et la technologie utilisée ont permis de réduire depuis janvier de 100 à 54 jours le temps nécessaire à la perforation et la mise en activité d’un puits, raconte fièrement M. Iuliano.

Selon lui, « avec deux de ces champs de 2000 puits chacun, l’Argentine peut être autosuffisante et même disposer d’un solde exportable ». La compagnie produit aujourd’hui 8000 barils d’hydrocarbures non-conventionnels par jour (bpj), et prévoit augmenter sa production à 17 000 bpj d’ici la fin de l’année, 38 000 en 2014 et 60 000 l’année suivante. « À la mi-2016, nous atteindrons un plateau de production de 70 000 barils par jour », selon cet expert, à comparer avec les 200 000 bpj de pétrole conventionnel que produit aujourd’hui l’entreprise.

Vaca Muerta représente l’espoir de l’Argentine de revenir à l’autosuffisance, après avoir importé en 2011 pour 9 milliards de dollars de combustibles, et jusqu’à 13 milliards cette année. « Le défi est d’inverser la tendance. Avec le potentiel en pétrole et gaz non conventionnel, l’Argentine pourrait devenir un pays exportateur d’hydrocarbures », assure M. Lopez Nardone.

YPF était jusqu’en 2012 une filiale de l’espagnole Repsol, avant que les autorités argentines ne saisissent 51 % des actions.

Eldorado pour certains, menace pour d’autres, l’exploitation des gaz et pétrole de schiste suscite ici comme ailleurs dans le monde des inquiétudes concernant ses conséquences sur l’environnement, notamment en raison de l’usage de grandes quantités d’eau adjointe de produits chimiques.

L’entreprise se veut rassurante, mais Juan Carlos Villalonga, responsable de l’association écologiste Los Verdes (Les Verts), assure à l’AFP que « l’exploitation par fracturation hydraulique [celle utilisée pour extraire ces hydrocarbures] est beaucoup plus nuisible que la conventionnelle ».

« Vaca Muerta ne va pas atteindre une production significative avant 2020, et vu l’énorme investissement requis, l’exploitation s’étendra sur 30 ou 40 ans, une folie d’un point de vue environnemental. Et à long terme, cela entre en contradiction avec les engagements mondiaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre », ajoute M. Villalonga, ancien de Greenpeace Argentine.
http://www.ledevoir.com/economie/actual ... -argentine

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59589
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par energy_isere » 20 juil. 2013, 14:07

l' article précédent ne mentionne pas le problèmes subit par les locaux.
Les Mapuches argentins mobilisés contre le pétrole et le gaz de schiste

LE MONDE | 18.07.2013

Image

Dans la foulée de la majorité des pays européens, c'est au tour des Indiens mapuches, en Patagonie argentine, de partir en guerre contre l'exploitation du gaz et du pétrole de schiste, accusée de provoquer d'irréparables dommages écologiques. A Buenos Aires, mardi 16 juillet, la compagnie pétrolière argentine YPF a signé un accord avec le géant américain de l'énergie Chevron pour l'exploration et la production d'hydrocarbures non conventionnels sur le gisement de Vaca Muerta (province de Neuquén, sud-ouest). C'est l'une des plus vastes réserves mondiales de gaz et de pétrole de schiste, selon l'US Geological Survey (USGS).

Le même jour, des dizaines de membres de l'ethnie Mapuche ont occupé deux puits de pétrole sur ce même gisement, obligeant à suspendre la production pendant vingt-quatre heures. "YPF est en train d'amener la pire entreprise du monde, qui est Chevron", a dénoncé Lefxaru Nahuel, dirigeant de la Confédération mapuche de Neuquén, qui regroupe une soixantaine de communautés indiennes.

La lutte, a-t-il ajouté, "est surtout dirigée contre la technique de la fracturation hydraulique qui est polluante". Précisant qu'il s'agissait d'une "occupation pacifique", le cacique mapuche a affirmé qu'il "n'autoriserait pas l'entrée de Chevron sur les terres mapuche". "Cela ne doit pas être seulement la lutte des Mapuches, mais celle de tout le peuple argentin", a-t-il lancé.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... _3244.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59589
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par energy_isere » 25 juil. 2013, 17:07

L' Américain Hess (qui a l'experience en Nord Dakota) signe avec PetroChina pour de l' exploration puis production de shale Oil dans un premier bloc pétrolier de 800 km2 en Chine.
Hess, PetroChina Sign China's 1st Shale Oil Deal

July 25 2013 Rigzone

BEIJING, July 24 (Reuters) - U.S. energy company Hess Corp has signed a production- sharing contract with PetroChina, China's first joint agreement to develop a shale oil block, the companies said on Wednesday.

China, believed to hold the world's largest technically recoverable shale gas resource, aims to replicate the production boom seen in the United States, but its exploration for shale gas is at an early stage and for shale oil has barely begun.

Hess Corp, which has experience with shale oil in North Dakota, signed the deal on Tuesday to explore and develop the 800 square-kilometre Malang block of Santanghu basin in China's northwest region of Xinjiang. The contract follows a joint study by the two firms.

"Shale oil is a tough nut to crack as there are very limited data on it," an official with a global energy company said. "There aren't that many opportunities for foreign firms as China has only offered a few blocks (for joint study)."

Royal Dutch Shell and U.S. firm EOG Resources Inc were interested in the same basin, but only Hess officially entered a joint-study agreement, industry officials said.

Hu Wenrui, former vice president of PetroChina, said Chinese companies have so far drilled about 20 shale oil exploratory shale oil wells, mostly in northern China's Ordos basin.

"China has done very preliminary evaluations on shale oil resource, much less work compared with shale gas," Hu said.

"But longer-term, the trend looks fairly clear that wherever the conventional resources are abundant, the unconventional should follow."
.................
http://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/1 ... e_Oil_Deal

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59589
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par energy_isere » 10 août 2013, 14:10

Suite de ce post du 13 Janvier 2013 viewtopic.php?p=342401#p342401

Gazprom Neft va continuer son programme d' exploration du pétrole de schistes. 4 forages a effectuer l' an prochain.

Gazprom Neft Continues Siberian Shale Oil Study

August 09, 2013

Gazprom Neft reported Friday that it has approved the continued study of shale oil reserves at the Bazheno-Abalaksky complex in Western Siberia's Kransnoleninskoye field.

The project's new phase will involve drilling four inclined wells to a depth of between 8,855 and 9,185 feet over the next year. Drilling will start by the end of 2013 and is scheduled to be completed by summer 2014.

Gazprom Neft completed tests on the first appraisal well drilled in the Palyanovskaya zone of the Bazheno-Abalaksky complex in spring 2013. The firm said the well produced an oil flow at a rate of 80 cubic meters per day. Based on these results, Gazprom Neft said it was able to draw up a conceptual model of the field and reserves in the Bazheno-Abalaksky complex as well as plan further development of the site and define locations for the new appraisal and production wells. These will all be relatively close to the existing well.

Gazprom Neft said results taken from the four new wells will support a more extensive study to determine the feasibility of developing the fields at the Bazheno-Abalaksky complex and help refine the geological model of the layer and its potential output. In autumn 2014 Gazprom Neft will consider whether it should move on to the next stage: drilling commercial production wells on this site.

Gazprom Neft First Deputy CEO Vadim Yaklovlev commented in a company statement:

"Gazprom Neft’s strategy to 2025 is to maintain its reserves-to-production ratio at a 20 year level. This means we have to increase our resource base and developing non-traditional reserves, for example, bringing the Bazheno-Abalaksky complex on stream."
http://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/1 ... _Oil_Study

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59589
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par energy_isere » 19 janv. 2014, 13:41

La Russie se prépare à la révolution du pétrole de schiste

Par Benjamin Quenelle | 15/01/2014

Rosneft et Gazprom misent sur cette ressource.

La Russie a longtemps minimisé l'impact de la révolution du gaz de schiste. Mais elle ne veut surtout pas rater celle du pétrole de schiste. Dernier développement en date : Rosneft, le géant de l'énergie russe, a lancé en décembre une société commune avec le norvégien Statoil pour évaluer le potentiel d'une formation géologique, dans la région de la Volga. Cet été, Gazprom avait déjà signé un accord avec l'américain Halliburton pour l'aider à se familiariser avec les technologies d'extraction d'hydrocarbures non conventionnelles. Un virage à 180° pour Gazprom qui avait initialement qualifié le gaz de schiste de « bulle » et s'inquiétait de son impact sur l'environnement. Gazprom Neft, la filiale pétrolière du géant gazier, prévoit désormais d'extraire 300 millions de tonnes de pétrole de schiste d'ici à 2020.

« Bien plus que l'Arctique, dont l'exploitation est encore difficile pour des raisons technologiques, économiques et environnementales, le pétrole de schiste est l'une des meilleures pistes de la Russie afin d'assurer son avenir », insiste Elena Telegina, directrice de l'Institut de l'énergie et de la géopolitique.
Bajenov, le nouvel eldorado

Car si la production de brut a battu un nouveau record en 2013, avec 10,51 millions de barils par jour, le long terme est loin d'être assuré. Pour garantir ses volumes d'exportation, la Russie doit donc lancer de nouveaux gisements. Or le pays disposerait des plus larges réserves au monde de pétrole de schiste : 75 milliards de barils sur un total de 355 milliards, selon le département américain de l'Energie. Ces réserves se situent principalement dans la formation, dite de Bajenov, en Sibérie occidentale, qui pourrait se révéler le nouvel eldorado de l'or noir russe avec des réserves estimées à plus de 3,5 milliards de barils.

« Bajenov offre de larges perspectives ! Le gouvernement doit prendre les décisions stratégiques pour l'exploitation de cette roche. Nos compagnies Rosneft, Lukoil, Gazprom Neft et Surgutneftegas sont très intéressées… », assure Elena Telegina qui, lors du forum Energie et géopolitique du club de Nice, n'avait pas été la seule à souligner l'importance de Bajenov. « Cette formation géologique est très longue. Une grande partie de l'infrastructure est déjà en place, notamment les oléoducs. La production pourrait être de 7 millions de tonnes en 2020, puis de 40 millions dès 2030 », confie l'expert russe Vladimir Vysotsky. Alors que le gouvernement prépare le régime fiscal pour l'exploitation de cette nouvelle ressource, ce pétrole de schiste attire aussi l'intérêt des majors occidentales. Après un premier partenariat avec l'américain ExxonMobil sur la roche de Bajenov, le récent accord entre Statoil et Rosneft devrait en annoncer d'autres. Total, notamment, est sur les rangs.
http://www.lesechos.fr/entreprises-sect ... r=RSS-2007


Bajenov ou Bazhenov, j' en avais parlé dans ce post du 06 Juin 2012 viewtopic.php?p=319994#p319994

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59589
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par energy_isere » 19 janv. 2014, 13:42

et sur Ria Novosti :
Pétrole de schiste: la Russie leader d’ici 2035

MOSCOU, 17 janvier - RIA Novosti

La Russie et l'Amérique latine sont les prochaines étapes de la révolution de schiste, annonce une publication de BP. Selon la compagnie pétrolière britannique, même les entreprises publiques ayant accès au plateau arctique devront développer l'exploitation du pétrole non conventionnel face à l'épuisement des ressources, écrit vendredi le quotidien RBC Daily.

Selon BP, la révolution de schiste qui a commencé aux Etats-Unis trouvera un nouveau souffle en Russie et en Amérique latine. D'après les prévisions à long terme de la compagnie, la Russie produira quotidiennement 800 000 barils de pétrole de schiste d'ici 2035, et 700 000 barils pour l'Amérique du Sud. D'ici là la production de pétrole non conventionnel passera de 2 millions à 7,7 millions de barils par jour dans le monde : la Russie représentera alors près de 10% de la production totale.

Il existe en Russie et aux Etats-Unis une certaine confusion dans les termes. Ce que les Américains qualifient de pétrole de schiste – signifiant qu’il est extrait de cette roche – est appelé "pétrole difficile à extraire" en Russie depuis l'époque soviétique. Cette notion, plus large, regroupe la production d’hydrocarbure à partir du schiste mais aussi d'autres roches, comme le pétrole de schiste argileux. Les technologies d'extraction du pétrole de schiste et du pétrole non conventionnel difficile à extraire sont pratiquement identiques.

Pour créer les conditions favorables aux technologies permettant de produire ce type de pétrole, la Russie réforme son système fiscal. Ainsi depuis fin 2013 l'impôt minier a été annulé pour 10-15 ans sur quatre gisements de pétrole difficile à extraire. "Nous pensons qu'il faut poursuivre le travail dans ce sens", a déclaré Christophe Rühl, économiste chez BP. La compagnie pétrolière britannique prédit que d'ici 2035 la Russie occupera la deuxième place mondiale en termes de production de pétrole difficile à extraire.
Les plus grandes compagnies pétrolières russes confirment les prévisions des experts de BP et soulignent que l'exploitation du pétrole difficile à extraire est une priorité pour eux.

Le porte-parole de Rosneft a rappelé que les réserves estimées de la compagnie avoisinaient
1,4 milliard de tonnes de pétrole de schiste. Rosneft compte prochainement sur l'augmentation de la production des ressources non conventionnelles et prévoit d’en produire 10 à 15 millions de tonnes par an grâce à l'introduction de nouvelles technologies.

Lukoil poursuit les travaux de développement industriel sur ses gisements de Bajenov, dans le district autonome de Khanty-Mansiïsk, et espère trouver les technologies et passer à l'exploitation industrielle du pétrole difficile à extraire, a déclaré le représentant de la compagnie. Gazprom Neft s'est refusé à tout commentaire.

Le collaborateur d'une compagnie pétrolière remarque que l'exploitation du pétrole de schiste est une nécessité face à laquelle se trouve l'ensemble du secteur. Les réserves de pétrole conventionnel s'épuisent et les compagnies pétrolières doivent trouver de nouvelles sources de production d'hydrocarbures. Pour les compagnies ayant accès au plateau arctique, l'extraction dans cette région pourrait être une solution à long terme mais justement, prendra des décennies à mettre en place. Seule l'exploitation des ressources non conventionnelles permettra de maintenir la production qui menace de décliner à moyen terme.
http://fr.ria.ru/presse_russe/20140117/200242249.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59589
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par energy_isere » 04 févr. 2014, 13:18

Halliburton place ses pions sur le marché du tight Oil en Russie :

signature d' un partenariat avec le ''Gubkin Russian State University of Oil and Gas'' en vue d' aider au developpement des pétroles non conventionnels en Russie. Par exemple pour le Bazhenov.
Halliburton Partners with Russian University on Shale Development

Rigzone February 03, 2014

Houston-based oilfield services company Halliburton signed a partnership agreement with Gubkin Russian State University of Oil and Gas Jan. 30 to aid in the development of Russia’s unconventional oil and gas resources.

The partnership will allow Gubkin to offer its students and industry personnel real-world experience in unconventional resource development. By partnering with Halliburton, Gubkin will be positioned to create “a collaborative framework” to strengthen its education curriculum and learning environment and to prepare students to contribute more to their employers upon graduation, Mikhail Silin, university vice rector overseeing innovation activity and commercialization of new developments, in a Feb. 3 press release.

The company will provide senior technical and management staff to serve on Bugkin’s industry Advisory Boards, and will provide the foundation material for Gubkin’s unconventional curriculum that will provide the basis for student and industry training.

Halliburton also will work with Gubkin to explore basic applied research opportunities in conventional and unconventional resource development, assist university students with projects, and pursue research and development opportunities with Russian industry partners.

The company is positioned to provide the most recent ideas in unconventional development as well as state-of-the-art research and development solutions for the Bazhenov in Russia, said Brady Murphy, Halliburton’s senior vice president of business development, in a Feb. 3 press statement.

...........................
http://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/1 ... evelopment

et SHELL est déjà présent : forage du premier de 5 forage horizontaux prévu sur une période de 2 ans.
Last month, Royal Dutch Shell plc and OAO Gazprom Neft began drilling to assess the Bazhenov’s potential. Bloomberg reported Jan. 13 that the companies had started drilling the first of five horizontal wells over a two-year period that would use multi-fracturing technology. Shell and ExxonMobil Corp. are both interested in pursuing the Bazhenov due to its similarities to the U.S. Bakken shale play.
méme lien.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59589
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par energy_isere » 28 mars 2014, 14:57

Total devrait aider le russe Lukoil à extraire du pétrole de schiste

28 Mars 2014 Usine Nouvelle

Le groupe pétrolier français Total pourrait s'associer au russe Lukoil pour l'aider à extraire du pétrole de schiste, rapporte le Financial Times sur son site internet le 27 mars.

La Russie cherche à développer le pétrole de schiste pour compenser la baisse de production de ses gisements vieillissants en Sibérie. Selon des estimations du département américain de l'Energie, le pays détient probablement les plus importantes réserves de pétrole de schiste dans le monde. La principale concentration serait dans la formation de Bajenov, que Lukoil a entrepris d'explorer mais où il n'a pas encore trouvé de pétrole.

Selon des sources citées par le Financial Times sur son site web, Lukoil et Total négocient la formation d'une coentreprise pour l'extraction de "pétrole difficile" - catégorie qui inclut le pétrole de schiste - mais il n'est pas encore certain que les discussions, entamées avant la crise en Crimée, aboutiront.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès des deux groupes. Un partenariat avec Total marquerait un changement de stratégie pour le groupe russe qui jusqu'à présent avait toujours développé ses projets en solo, note le quotidien financier.
http://www.usinenouvelle.com/article/to ... te.N251635

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7720
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Pétroles non conventionnels (tight Oil)

Message par phyvette » 29 mars 2014, 06:40

Le vrai prix du baril marginal de pétrole de roche mère calculé par Wood Mackenzie entreprise Ecossaise de conseil minier. Ce pétrole reste rentable à 75 $/b.
Wood Mackenzie vient de calculer le coût marginal du baril de pétrole non conventionnel onshore aux Etats-Unis. Pour eux, ce pétrole reste rentable à 75 $/b. De manière plus précise, l'analyste renvoie au prix du Brent: à 75 $/b de Brent, 70% du pétrole onshore reste économique.

Cette affirmation rassurante mérite d'être modulée.

D'abord, la référence au Brent n'est pas correcte. Il vaudrait mieux prendre le WTI[1], non pas que le pétrole non conventionnel arrive facilement à Cushing[2], mais que les problèmes de transport sont identiques. La production de pétrole non conventionnel est éparpillée, ce qui entraine un besoin important d'investissement en transport. Soit ces investissements ne sont pas réalisés, et on sait que le transport par rail est à la fois insuffisant et surtout très loin d'être sécurisé (ni les voies, ni les wagons, ni les équipements de signalisation et de sécurité)[3]. Soit les investissements d'évacuation et de transport sont effectués, et cela renvoie à la deuxième remarque.

Le caractère économique de la production pour un Brent à 75 $/b s'entend certainement en couverture par les recettes des coûts variables (y compris redevance, mais sans impôt sur le revenu); il est beaucoup moins certain que ce prix couvre également l'amortissement des investissements nécessaires (forage et complétion des puits, collecte et traitement). Il est de plus en plus admis que les puits non conventionnels ont une durée de vie utile de 2 ans. En amortissant sur cette durée, et non sur 30 ou 35 ans comme c'est actuellement le cas, l'économie est nettement moins assurée. Les nombreuses dépréciations "exceptionnelles" constatées dans les comptes des compagnies américaines l'établissent.

Cela dit, le prix actuel autorise la poursuite de la production de ce pétrole, ce qui n'est pas le cas pour le gaz non conventionnel.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Répondre