la russie aurait-elle dépassé son 2e pic de production ?

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la russie aurait-elle dépassé son 2e pic de production ?

Message par energy_isere » 17 sept. 2014, 21:52

Les sanctions contre Moscou vont geler de gros projets pétroliers

MOSCOU (Reuters)

Les nouvelles sanctions économiques imposées par les Etats-Unis et l'Union européenne à la Russie vont avoir pour effet de geler ou de compliquer le financement de nombreux projets pétroliers impliquant des groupes étrangers.

En vertu des sanctions décidées vendredi par les Etats-Unis, Gazprom, Gazprom Neft, Lukoil, Surgutneftegas et Rosneft ne pourront plus coopérer avec des firmes occidentales dans l'exploration ou la production en eaux profondes, dans l'offshore arctique ou dans le gaz ou le pétrole de schiste.

Ces nouvelles mesures, destinées à punir l'attitude du président Vladimir Poutine dans la crise ukrainienne, durcissent les précédentes sanctions qui se bornaient à interdire les exportations d'équipements de haute technologie à l'industrie pétrolière russe.

Parmi les projets désormais menacés figure un programme clé de forage que la compagnie américaine Exxon Mobil a débuté en août dans l'Arctique russe dans le cadre d'une coentreprise avec Rosneft.

Ce projet sera suspendu, comme des dizaines d'autres conclus par Rosneft et Gazprom Neft avec Exxon, Royal Dutch Shell, Statoil ou l'Eni.

"Le fait de ne plus pouvoir disposer des ressources technologiques et des services des firmes américaines et européennes rend impossible, ou du moins très compliquée, la poursuite de ces projets (...) Il n'existe pas vraiment de moyens de substitution ailleurs", a déclaré vendredi un haut responsable de l'administration américaine.

Un délai de 14 jours a été imparti aux firmes pour se mettre en conformité avec les sanctions, pour lesquelles il n'y aura "aucun sanctuaire", selon l'expression du responsable américain.


"TROP TARD"

La Russie, le deuxième exportateur mondial de pétrole, compte sur ses réserves en Arctique et sur le pétrole de schiste pour compenser le déclin de ses gisements vieillissants en Sibérie afin de maintenir sa production à environ 10,5 millions de barils par jour.

Valeri Nesterov, de la banque nationale Sberbank - également visée par des sanctions - prévoit des lendemains difficiles.

"Le plus préoccupant, ce sont les sanctions ciblant le pétrole dit 'difficile'. Les compagnies russes n'ont pas investi assez dans la recherche et la technologie, elles se reposaient sur les technologies occidentales et maintenant c'est trop tard", dit-il.
.............
http://www.easybourse.com/bourse/intern ... liers.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] La Russie a-t-elle passé son 2e pic?

Message par energy_isere » 03 oct. 2014, 16:16

Russian oil output up to 10.61 mln bpd in Sept due to foreign-owned projects

Oct 2, 2014 Reuters

Oil production in Russia increased by almost 0.9 percent month-on-month in September to 10.61 million barrels per day (bpd) largely because of increased output at joint ventures with foreign majors, Energy Ministry data showed on Thursday.

................
http://uk.reuters.com/article/2014/10/0 ... 8Z20141002

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] La Russie a-t-elle passé son 2e pic?

Message par energy_isere » 18 déc. 2014, 20:30

La seconde phase du projet du champs de Urengoyskoye est lancée.
Novatek avait annoncé que la premiére phase était arrivée à pleine capacité.
Stage Two of Russia's Urengoyskoye Field Launched

December 17, 2014

Russian independent energy firm Novatek reported late Tuesday that SeverEnergia – its joint venture with Gazprom Neft – has launched the second stage of the Urengoyskoye field, including the second train of the gas condensate de-ethanization unit.

Less than a week ago, Novatek reported that the first stage of the Urengoyskoye field had reached its full capacity.

Novatek said the overall capacity of the two stages of the field development is approximately 460 billion cubic feet of gas and more than 34 million barrels of de-ethanized gas condensate per annum.

The wells drilled at the Urengoyskoye field target the Achimov deposits, which are characterized by relatively high depth and a high share of gas condensate in the hydrocarbon flow.
https://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/ ... d_Launched

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] La Russie a-t-elle passé son 2e pic?

Message par energy_isere » 18 déc. 2014, 20:33

Le ministre Russe de l' énergie déclare que le pays maintiendra sa production (de pétrole) 2015 au niveau de 2014.
Russia Energy Minister Says to Maintain 2014 Oil Output into 2015

by Reuters| December 16, 2014

Russia will maintain its 2014 oil output level into 2015, and will not cut production because it would then lose market share to other countries, Russian Energy Minister Alexander Novak said on Tuesday.

"If we cut, the importer countries will increase their production and this will mean a loss of our niche market," he said.

He also told reporters on the sidelines of a conference that Russia agreed that the oil market would eventually stabilise by itself. However, he said nobody could say what the floor for the oil price might be: "no one can tell you the floor for the prices."

So far, oil companies have not made any changes to ongoing projects in Russia because of oil's slide, but the possibility of them freezing some projects there cannot be ruled out, he said.

https://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/ ... _into_2015

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] La Russie a-t-elle passé son 2e pic?

Message par energy_isere » 02 janv. 2015, 20:53

La production pétrolière russe au plus haut niveau en 2014

02 Dec 2014 Le Figaro

La production pétrolière russe a atteint en 2014 son plus haut niveau depuis la fin de l'Union soviétique un record avec une moyenne de 10,58 millions de barils par jour (bpj), soit une hausse de 0,7%. La production de pétrole et de condensats de gaz naturel a également atteint son meilleur niveau depuis l'ère soviétique sur le seuil mois de décembre, à 10,67 millions de bpj.

Cette progression est en partie liée à l'essor des petits producteurs, majoritairement détenus par des capitaux privés, qui ont accru leurs extractions de 11%, à un peu plus d'un million de barils par jour. En comparaison, les exportations de pétrole brut par le groupe public Transneft ont reculé de 5% à 195,5 millions de tonnes à cause notamment de la hausse de la demande intérieure.

Les producteurs russes ont tiré profit de la hausse des prix de l'énergie au premier semestre 2014, durant lequel le baril a atteint 113 dollars avant d'entamer une chute qui l'a fait retomber sous 60 dollars en décembre. La croissance de la production pétrolière en 2014 a été freinée par les sanctions occidentales contre Moscou pour son rôle dans la crise ukrainienne. En 2013, elle avait atteint 1,4%.

Le géant russe de l'énergie Rosneft, qui produit plus de pétrole que certains pays membres de l'Opep tels que l'Iran ou l'Irak, a vu sa production reculer de 0,7%. Le pétrole et le gaz représentent environ la moitié des recettes budgétaires de la Russie. Selon les prévisions du ministère russe de l'Energie, la production pétrolière du pays pourrait baisser à 525 millions de tonnes en 2015.
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/0 ... s-haut.php

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5150
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: la russie aurait-elle dépassé son 2e pic de production ?

Message par Raminagrobis » 31 mars 2015, 23:01

lien VANKOR, qui produit 450 000 b/j et a été le principal moteur de croissance de la production russe ces dernières années, a atteind son pic, ils attendent un déclin dès l'an prochain.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5150
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: la russie aurait-elle dépassé son 2e pic de production ?

Message par Raminagrobis » 06 avr. 2015, 12:17

lien Pour le moment, la production russe toujours en hausse, à 10.71 Mb/j en Mars, nouveau record post-soviétique.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la russie aurait-elle dépassé son 2e pic de production ?

Message par energy_isere » 08 avr. 2015, 20:09

Crise ou pas, les pétroliers russes produisent à plein régime

Les Echos Benjamin Quenelle / Correspondant à Moscou | Le 06/04

La production ­de pétrole russe pourrait légèrement augmenter en 2015. Mais, faute de ­financements et de technologies, l’avenir est menacé.

« Nous ne baissons pas la production. Bien au contraire… » Dans la salle de contrôle de Vankor, l’un des plus grands champs pétroliers russes, l’heure n’est pas aux restrictions de volume. En fin d’année dernière, lorsque Moscou semblait impuissant face à la chute du baril, Igor Setchine, le patron du principal producteur russe, Rosneft, avait déclaré que le pays pourrait réduire sa production de 200.000 à 300.000 barils par jour pour favoriser un rebond des cours.

Dans les faits, ni la baisse des prix pétroliers ni les sanctions occidentales liées à la crise ukrainienne n’ont pour l’instant réduit la production de la Russie. Elle aurait même atteint en 2014 son plus haut niveau depuis la fin de l’Union soviétique, avec 10,58 millions de barils par jour en moyenne, selon le ministère russe de l’Energie. « En 2015, elle devrait même augmenter de près de 1 %. Le nombre de forages, comme à Vankor, reste à la hausse. Les pétroliers russes sont donc ­confiants ! » assure Valerï Nesterov, analyste à la Sberbank.

« L’Etat souffre plus que les compagnies. Car 80 % des revenus d’exportations de pétrole générés au-delà de 25 dollars le baril partent en impôt. La baisse des cours pénalise donc avant tout le budget de l’Etat », insiste Elena Anankina, analyste chez Standard and Poor’s.

Paradoxalement, les compagnies comme Rosneft visées par les sanctions restreignant les apports de technologies occidentales y voient même un avantage financier immédiat. « En retardant ou abandonnant des investissements dans des projets très coûteux, elles augmentent leur cash disponible », rappelle Elena Anankina. Si S & P a baissé les ratings des groupes pétroliers, c’est d’ailleurs moins à cause de leur situation financière que par effet ricochet de la baisse de la note souveraine russe.

Autre bonne nouvelle pour les groupes : leurs dépenses étant en roubles et leurs exportations en dollars, ils profitent à plein de la récente baisse du rouble. Ce qui leur permet de réduire l’impact de la chute du pétrole sur leurs comptes.

Projets en péril

« Tout cela, ce n’est que du court terme ! Vankor et d’autres gisements en expansion aujourd’hui ont des durées de vie de vingt ans. Le problème pour la Russie, c’est le futur », prévient un expert européen à Moscou. Les sanctions limitant les financements et les apports technologiques occidentaux ont contraint les compagnies à revoir leurs partenariats et menacent des projets censés assurer la pérennité de la production. Un problème de fond pour le pays, car les exportations de pétrole assurent plus de la moitié des recettes publiques. Elles sont le moteur de toute l’économie russe. Premières victimes : les chantiers de Rosneft et d’ExxonMobil dans l’Arctique offshore et de Lukoil avec Total pour du pétrole de schiste.

Moscou peut certes se tourner vers Pékin. « Mais les Chinois se méfient toujours des Russes, et ils ne voudront pas tout financer. Les sanctions devraient pousser les compagnies à développer leurs propres technologies et, pour cela, à consacrer de 5 à 7 % de leur chiffre d’affaires aux investissements scientifiques », insiste un expert européen. « Aujourd’hui, elles sont au mieux entre 2 et 3 %. » Ce n’est pas assez pour assurer l’avenir.
http://www.lesechos.fr/industrie-servic ... 108690.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la russie aurait-elle dépassé son 2e pic de production ?

Message par energy_isere » 03 mai 2015, 20:30

production russe de avril à hauteur de 10.71 millions de b/j. c'est idem le mois de Mars.
Russian oil production remains at post-Soviet high in April

May 2 (Reuters)

Russian oil and gas condensate production, among the world's largest, remained at a post-Soviet record level of 10.71 million barrels per day in April, underpinned by a recent recovery in oil prices, Energy Ministry data showed on Saturday.

......................
http://uk.reuters.com/article/2015/05/0 ... 7020150502

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la russie aurait-elle dépassé son 2e pic de production ?

Message par energy_isere » 05 mai 2015, 12:41

Poutine autorise les compagnies privées à eplorer le pétrole en mer Baltique.
ça peut donc interesser la compagnie Lukoil.

Putin allows private investors to explore oil in Baltic Sea

Published May 04, 2015

Russian President Vladimir Putin has signed a law that allows private oil companies to carry out oil exploration and develop fields discovered by them in the Baltic Sea.

The document published Monday lists guarantees for getting drilling licenses if the company received the right to geological exploration at the site before 2018.

Russian legislation limits the number of enterprises that have access to offshore fields. Only state controlled companies that had at least five years of shelf drilling experience could previously access deposits in the Baltic Sea. Until now only Russia’s two major energy companies, Rosneft and Gazprom, have met those requirements.

In late April, Rosneft accused the Russian Ministry of Natural Resources of lobbying in the interest of private companies. The company said that the idea of allowing private enterprises to explore the shelf was geared towards Lukoil (the largest oil company not under state control of Russia).

In 2012, private companies such as Lukoil, Surgutneftegaz and a number of other major oil and gas companies asked Putin to expand their access to shelf exploration, pointing out that without the involvement of private companies oil exploration would slow down.

Lukoil is already running a project in the Baltic Sea’s Kravtsovskoye field, where production began in 2004. The deposit is located 23 kilometers off the coast of the Kaliningrad region. According exploration findings, the proven and preliminary estimated reserves in Kravtsovskoye total 21.5 million tons, while the volumes of recoverable reserves amount to 9.1 million tons.
http://rt.com/business/255509-putin-private-oil-baltic/

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5150
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: la russie aurait-elle dépassé son 2e pic de production ?

Message par Raminagrobis » 28 juin 2015, 18:10

lien

Lukoil, 2e producteur de pétrole en russie, s'attend à un petit déclin (un peu plus de 2%) de sa production cette année.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
matthieu25
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 3358
Inscription : 21 juil. 2005, 00:17
Localisation : passenans

Re: la russie aurait-elle dépassé son 2e pic de production ?

Message par matthieu25 » 29 juin 2015, 09:08

Un petit :shock: :-D
La religion est la maladie honteuse de l' humanité.la politique en est le cancer(Millon de Montherlant)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] La Russie a-t-elle passé son 2e pic?

Message par energy_isere » 02 oct. 2015, 19:40

Nouveau record de production de pétrole post soviétique avec 10.74 millions de b/j au mois de septembre.
Russia Oil Output at Post-Soviet High on Foreign Projects, Rosneft

by Reuters October 02, 2015

Russian oil output, one of the world's largest, reached a new post-Soviet monthly high of 10.74 million barrels per day (bpd) in September thanks to foreign-led projects and Rosneft, Energy Ministry data showed on Friday.

Output rose from 10.68 million bpd in August and eclipsed the previous record of 10.71 million bpd reached earlier this year, adding to a global glut that has battered oil prices. In tonnes, oil output reached 43.961 million, versus 45.17 million in August.
Russian oil production has surprised analysts and industry watchers with its almost uninterrupted rising trend despite widely assumed predictions it would fall due to the depletion of fields in West Siberia, the country's largest oil province.
New technologies and active drilling helped production to rise. Russia has been unwilling to cut output to support the price of oil, which has more than halved since peaking in June 2014 to trade just below $50 per barrel – the level on which - Russia's budget is formed. According to Kuwait's oil minister Ali al-Omair, global crude oversupply is around 1.8 million bpd. He expects oil prices to rise by the end of 2015.
..................
http://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/1 ... ts_Rosneft

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] La Russie a-t-elle passé son 2e pic?

Message par energy_isere » 07 nov. 2015, 19:54

La production pétrolière russe bat un nouveau record

Par Emmanuel Grynszpan, à Moscou La Tribune 03/11/2015,

Malgré la stagnation du cours du brut, les groupes pétroliers russes n’ont jamais autant produit depuis la fin de l’URSS. Mais le sous-investissement et les sanctions occidentales menacent cette résurgence.

Moscou pompe frénétiquement son sous-sol pour compenser la déprime du marché pétrolier. Les groupes pétroliers russes sont parvenus à augmenter leur production en dépit de la faiblesse prolonger des cours du baril. Le total de la production russe a atteint 10,776 millions de barils par jour en octobre, selon des statistiques publiée lundi par le ministère de l'énergie russe. C'est une progression de 0,3% par rapport au mois précèdent et 1,3% de mieux que qu'au mois d'octobre 2014. La Russie se maintient dans le trio de tête des pays producteurs de pétrole, avec les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite.

Environ la moitié de la production de brut russe est exportée, soit 5,42 millions de barils par jour en octobre. En glissement annuel, les exportations ont progressé de 9% par rapport à 2014, atteignant 202,7 millions de tonnes, toujours d'après le ministère de l'énergie russe.

Effets bénéfiques de la dévaluation du rouble

Cette résilience à la baisse des cours du pétrole s'explique par plusieurs facteurs. Les groupes pétroliers bénéficient d'un allègement fiscal, car les taxes à l'exportation sont indexées sur le prix du baril. D'autre part, la baisse des cours du pétrole ayant fait dévisser le rouble, les pétroliers en tirent avantage, car leurs coûts de production et d'exploration sont chiffrés en roubles.

C'est le gouvernement russe qui a donc encaissé le choc, avec une réduction drastique des recettes budgétaires. Or, le budget russe dépend pour la moitié des recettes de l'industrie du pétrole et du gaz. Le Kremlin à l'automne à accentué la pression fiscale sur l'industrie pétrolière, avant d'y renoncer face au lobbying intense des groupes pétroliers. L'arbitrage s'est fait au dépend des dépenses sociales. Les retraités, par exemple, verront leurs retraites fondre alors que le Kremlin a décidé de ne plus les indexer sur l'inflation, qui devrait atteindre 14% cette année.

Des experts soulignent également un effet d'inertie. L'industrie pétrolière russe poursuit sur sa lancée grâce aux gros investissements dans de nouveaux gisements réalisés lorsque le prix du baril dépassait les 100 dollars.


Sous-investissement et déclin

La perspective d'un maintient des cours du pétrole dans la fourchette 40 à 60 dollars le baril inquiète le gouvernement et les groupes pétroliers russes. Le mois dernier, le vice-premier ministre russe Akady Dvorkovich a admit que "Si les prix du baril restent à un bas niveau sur une très longue période, disons plusieurs années, une réduction de 5 à 10% de la production pétrolière est tout à fait envisageable". Pour lui, la baisse de la production ne sera pas provoquée par des mesures gouvernementales, mais par une conséquence "naturelle" : la réduction des bénéfices des compagnies pétrolières se traduira par une baisse des investissements. Depuis le début de la baisse des prix du pétrole, les compagnies pétrolières russes ont réduit de 15 à 30% leurs investissements dans la production, estime Alexeï Gromov, de l'Institut de l'énergie et des finances.

Les sanctions bloquent tous les gisements prometteurs

L'autre facteur menaçant la production russe sont les sanctions internationales imposées dans le cadre de la crise ukrainienne. Ces sanctions frappent tous les transferts de technologies liés à l'exploitation ou l'exploration en zone offshore. Or, la Russie reste très dépendante de technologies concentrées entre les mains de groupes occidentaux. Conséquence, tous les nouveaux projets prometteurs en zone arctique, menés avec des groupes étrangers, sont gelés. Ils doivent remplacer progressivement les gisements de Sibérie occidentale, qui s'épuisent rapidement.
http://www.latribune.fr/entreprises-fin ... 19040.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] La Russie a-t-elle passé son 2e pic?

Message par energy_isere » 03 janv. 2016, 12:52

Russie: record de production de pétrole, mais baisse des recettes

Par RFI le 03-01-2016

La production de pétrole russe a atteint un record à plus de 534 millions de tonnes en 2015, sauf que la chute des prix mondiaux a entraîné également la baisse des revenus tirés de l’or noir.

La production russe d'hydrocarbures a augmenté de 1,4% en 2015 pour atteindre 10,7 millions barils par jour.
Mais pendant ce temps les cours mondiaux du pétrole ont continué de baisser dans des proportions bien supérieures.

Déjà en 2014 la Russie bien qu'ayant augmenté sa production de près de 2% avait vu ses revenus diminuer de 7%. Or la Russie tire 70% de ses recettes d'exportations du pétrole et du gaz, ce qui représente aussi la moitié de ses revenus budgétaires.

Le président Poutine a évalué à plus de 3% la chute du PIB en 2015 et si le pétrole reste à 40 dollars le baril en 2016 une nouvelle récession de plus de 2% est à craindre. Le 17 décembre, Poutine avait averti que la Russie devait se préparer à tous les scénarios économiques possibles en raison de la « volatilité » du marché pétrolier.

Le budget pour cette année a été calculé sur la base trop optimiste d'un baril à 50 dollars. De plus, la réduction des recettes pétrolières entraîne une réduction simultanée des investissements d'avenir dans le secteur des hydrocarbures. Ce qui, à terme, pourrait entraîner une baisse de la production.

La Banque centrale russe estime que si les cours du pétrole restent à 40 dollars toute l'année 2016, le PIB chutera de plus de 2%.
http://www.rfi.fr/europe/20160102-russi ... e-recettes

Répondre