Filiére bois - energie

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8341
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Filiére bois - energie

Message par kercoz » 28 déc. 2014, 12:16

Une précision :
La norme sur les "rémanents" c'est 7cm...aussi bien en france qu' au Quebec ...c'est pour cette raison que pour les BRF , on a choisi cette section ( l' idéal serait plutot 2 à 3 cm pour les %de nutriments)...jusqu' à 7 le rapport C/N est compatible ( inf à 100 de mémoire).
Cette section offre des bois faiblement lignifiés normalement incompatible avec le brulage efficace ....sous cette section , les bucherons ne sont pas tenu de valoriser ( ramasser) .
C'est bien évidemment une source a valoriser en broyat de culture et non en chauffage ...
De plus , pour les forets au sol fragile il est préfé&rable de les laisser au sol .....comme il serait normal d'en laisser une partie sur toute coupe pour l'entretie,n de la biodiversité locale de la pédofaune de surface ( 1o/20%) me semblerait un bon compromis.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58158
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 22 févr. 2015, 20:43

Pourquoi adidas a choisi le bois pour le chauffage de ses bureaux à Landersheim en Alsace

Informations clés – Immeuble tertiaire – Chauffage – Combustibles : 300 tonnes de plaquettes forestières/an – Consommation annuelle : 1 GWh - Chaudière Herz de 450 kW – Taux de couverture par le bois : 80 % – Mise en service : 2015.

................
http://www.bioenergie-promotion.fr/3924 ... s-bureaux/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58158
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 06 avr. 2015, 13:22

TBM-Vecoplan équipe la chaufferie à déchets de bois de Roussillon

À Roussillon dans l’Isère, une plate-forme industrielle de 150 ha regroupe des industriels de la chimie depuis 1915. Pour diversifier ses sources d’énergie, le gestionnaire de la plate-forme, le GIE Osiris, a fait appel à Sita Rekem, filiale de Suez Environnement, qui disposait déjà sur le site de deux fours d’incinération pour déchets liquides dangereux et d’une équipe opérationnelle, pour alimenter en vapeur d’origine renouvelable les lignes de production des 15 industriels présents sur le site. Présent depuis plus d’une décennie sur la plateforme, Sita Rekem a ainsi mis en œuvre le projet Robin et mis en service sa chaufferie biomasse en novembre 2014.

Avec une consommation de 1,2 TWh/an de gaz, 110 000 tonnes de charbon et 0,5 TWh d’électricité, les industriels de la plateforme consomment autant qu’une ville de 150 000 habitants. En phase avec les objectifs européens, la plateforme souhaite réduire de 20% ses émissions de CO2 et porter à au moins 20 % la part de sa consommation d’énergie renouvelable à l’horizon 2020. Aujourd’hui, 100% de la vapeur produite par l’unité biomasse Robin est distribuée aux 15 industriels de la plate-forme à hauteur de 25 tonnes/heure.

Robin valorise 60 000 tonnes/an de biomasse collectée dans un rayon de 150 km : principalement du bois déchet (déchetterie, industrie, bois imprégnés), des refus du recyclage du papier aussi nommés déchets de pulpeur, des refus de compostage, des bois flottés du Rhône et, en complément, de la plaquette forestière.

Le but de l’installation, classée ICPE 2770/2771 au titre d’incinérateur de déchets dangereux, est de consommer notamment la biomasse polluée que les chaufferies classiques ne peuvent absorber pour des questions environnementales et réglementaires. Ce choix permet à Sita de bénéficier d’une ressource aujourd’hui pratiquement inexploitée en France tant les sites en capacité de la consommer sont rares, ce qui lui assure des conditions économiques de mobilisation très favorables. Pour la conduite de l’installation thermique, 24h/24, 7j/7, Sita Rekem a recruté 10 personnes.

Pour la conception et la construction de l’unité Robin dont l’investissement se monte à 20 millions €, Sita Rekem a passé un marché avec l’entreprise Soten, pour la maîtrise d’oeuvre, SOTEN est spécialiste des chaufferies de processus. SITA REKEM a attribué deux lots principaux de travaux: un lot gestion du combustible et un lot production de vapeur avec traitements de fumée. Globalement un vingtaine de lot ont été gérés sur ce projet.

La gestion du combustible
.......................
.......................
http://www.bioenergie-promotion.fr/4055 ... oussillon/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58158
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 18 oct. 2015, 12:53

Vidéos : la chaufferie rurale de Pervenchères valorise le bois de haies

Posté par Frédéric DOUARD le 8 octobre 2015

La première vidéo détaille les aspects techniques de la chaudière de la commune, une Hargassner de 100 kW, son fonctionnement et entretien. Cette chaudière est totalement automatique, y compris le ramonage de son échangeur et le basculement des cendres vers le cendrier. Le seul entretien régulier consiste à balayer les rebords du foyer deux fois par mois en période de chauffe, à l’occasion du passage en chaufferie lors des livraisons qui ont lieu à ce rythme. L’opération prend environ 10 minutes à chaque fois avec le vidage des deux conteneurs à cendres.

L’approvisionnement de la chaudière communale est assuré par Alexis Dupray, agriculteur sur la commune. La plaquette est calibrée à 30 mm et séchée en deçà des 25% d’humidité. Déversée dans une trémie tampon, elle est acheminée dans le silo par une vis de transfert. Un dessileur à pales souples de 5 m de diamètre entraine ensuite le combustible vers la chaudière.

Depuis 2008, la chaudière à bois alimente le groupe scolaire, la médiathèque, la cantine, et le foyer rural (Salle des fêtes). Elle consomme 60 tonnes de plaquettes par an pour un coût de 7000 € par an. L’économie d’exploitation par rapport au fioul a permis d’amortir le surcoût d’investissement de 20 000 € en 7 ans, et même au prix très bas du fioul en 2015, la commune économise encore 4000 € par an par rapport à cette énergie non renouvelable et non locale.
http://www.bioenergie-promotion.fr/4303 ... -de-haies/

soit 117 € la tonne de ces plaquettes.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58158
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 25 nov. 2015, 11:55

ONF Energie, producteur de plaquettes forestières

ONF Energie, société par actions simplifiées détenues à 93 % par l’Office national des forêts et 7 % par la Fédération nationale des communes forestières, produit et commercialise des plaquettes forestières.

Avec 500 000 tonnes commercialisées en 2014 soit environ 25 % du marché national, ONF Energie est aujourd’hui le premier producteur de combustible bois pour les chaufferies et les installations énergétiques fonctionnant à partir de biomasse en France. Cette production est réalisée au cœur même de la sylviculture, notamment lors de l’exploitation des premières éclaircies de feuillus dont l’objectif est de mettre en lumière des arbres destinés à produire le bois d’œuvre. De récentes innovations dans les équipements forestiers co-développées par ONF Energie et ses partenaires (pelles mécaniques équipées de cisailles,etc.) permettent de valoriser des produits qui n’étaient pas récoltés auparavant.

Reconnue pour son professionnalisme et ses compétences, ONF Energie :
- concentre son approvisionnement sur les opérations sylvicoles d’entretien des jeunes peuplements feuillus au bénéfice des propriétaires forestiers publics.
- développe un partenariat exemplaire avec les coopératives forestières au profit de la forêt privée et de la filière, via de nouvelles techniques de récolte de bois et le développement d’une logistique performante.
- assure aux collectivités territoriales, industriels et exploitants de réseaux de chaleur la fourniture d’un combustible de qualité et associé à un approvisionnement pérenne et sécurisé.

Image
http://www.onf-energie-bois.com/plaquet ... t-energie/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58158
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 03 déc. 2015, 13:31

le 08 sept 2014 energy_isere a écrit :Oups, du bois tronc jusqu'à 75 cm de diamétre passé en plaquettes de bois :

Vu ici : http://www.industrie-techno.com/les-bro ... lato.32310
des troncs de 1 mètre maintenant.
La déchiqueteuse de bois-énergie Noremat la plus puissance de France

Posté par Frédéric DOUARD le 30 novembre 2015

Image

Les déchiqueteuses Valormax motorisées et montées sur châssis routier permettent d’optimiser les transferts inter-chantiers.
Leur puissance de série de 280 à 610 cv leur permet de broyer des branches, grumes et troncs entiers jusqu’à 1m de diamètre (bois tendre). Le rotor hélicoïdal assure une parfaite progressivité des efforts. ces déchiqueteuses offrent un haut rendement et permettent un calibrage ajustable, précis et constant de la plaquette produite.
Rendements maximums : de 100 à 360 m3/h.
http://www.bioenergie-promotion.fr/4417 ... de-france/
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58158
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 17 janv. 2016, 13:48

Chez Recybois, cogénération et granulés Badger Pellets à 100% durables

5 janvier 2016

Image

La Paletterie François produit des palettes de qualité Europe, c’est à dire réutilisables. Celles-ci sont séchées dans un processus en continu et l’entreprise utilise ses déchets pour produire l’énergie consommée dans les processus. Car pour le dirigeant de l’entreprise, Bernard FRANÇOIS, rien ne doit se perdre. Cette devise salutaire, qui fut la règle durant des millénaires dans nos sociétés, a malheureusement été oubliée par beaucoup trop de gens, certainement trop gâtés. Cette éthique, portée par des hommes comme Bernard FRANÇOIS, revient aujourd’hui par la porte des nécessités environnementales et sociales, mais aussi économiques, puisqu’efficacité a toujours rimé avec rentabilité.

Et c’est pour mener à bien cette vision de la chose industrielle, que la Paletterie François a créé Recybois, une entreprise qui valorise les déchets de production, mais aussi les déchets finaux de bois, en énergie, en granulés, en litières, mais aussi en emballages réparés. Recybois est implantée sur la commune de Virton dans la province du Luxembourg belge, à quelques kilomètres de la frontière française non loin de Longwy.

Histoire d’un groupe éco-responsable

La Paletterie François a été fondée par Pierre et Bernard François en 1980 avec une capacité de production initiale de 1000 palettes par jour. La proximité et les exigences imposées par ses clients d’alors ont concouru au succès de l’entreprise dès sa création grâce à sa technique, à sa qualité et au respect rigoureux des délais.

En 1997, l’entreprise familiale réalisa d’importants investissements qui portèrent sa capacité de production à son niveau actuel de 1500 palettes par heure, ce qui en fait le plus important producteur d’emballages en bois de Belgique.

À la même époque, l’entreprise entrepris un programme de valorisation énergétique de ses résidus de bois par l’installation d’une chaudière à alimentation automatique Weiss de 2 MW. Le but était alors de chauffer les bâtiments et d’alimenter les cellules de séchage qui étaient devenues indispensables dans le cadre du traitement phytosanitaire à réaliser sur les euro-palettes.

En 2004, soucieux de diversifier et de renforcer ses activités, la paletterie entrepris, en association avec intercommunalité Idelux, l’étude de ce qui allait devenir le second pilier de son développement, à savoir une unité de cogénération fonctionnant avec les déchets de bois recueillis dans les 55 déchetteries de la province de Luxembourg. Cette unité fut réalisée en même temps qu’une nouvelle scierie d’une capacité de 100 m³ de grumes par heure et qu’une unité de production de granulés de 45000 tonnes par an. Ces activités de recyclage et valorisation furent regroupées au sein de la société Recybois dont le groupe François détient 55% du capital et en assure la gestion…

Image
Flotte de camions travaillant en exclusivité pour Badger Pellets, photo Recybois
http://www.bioenergie-promotion.fr/4461 ... -durables/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58158
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 28 févr. 2016, 21:18

La récolte de bois en France peut être accrue de 30 à 40% d’ici à 2035

Posté par Frédéric DOUARD le 24 février 2016

En 2015, l’IGN et le FCBA ont réalisé une évaluation à l’échelon national des disponibilités en bois d’origine forestière et populicole pour l’industrie et l’énergie à l’horizon 2035. Cette étude a été financée par l’ADEME, par l’IGN et par la COPACEL. Les acteurs de la filière ainsi que les ministères de l’agriculture et de l’écologie ont été associés aux différentes étapes de ce travail prospectif.

Afin de réduire sa dépendance aux énergies fossiles et de lutter contre les effets du changement climatique, la France s’est fixée, pour objectif ambitieux, que la biomasse représente 40% du bouquet des énergies renouvelables en 2020, dont une large part d’origine forestière. Les études antérieures sur les disponibilités en bois à l’échelon national (ADEME 2005, ADEME et MAAF 2009, MEDDE 2014) ont confirmé la capacité de la forêt française à supporter une augmentation importante des prélèvements de bois. De fait, différents programmes et outils nationaux et régionaux ont été mis en place depuis 2007 pour développer les filières bois énergie. Il s’agit notamment du Fonds Chaleur pour la production de chaleur issue des énergies renouvelables et des appels d’offre de la CRE pour la production d’électricité en cogénération.

Image
Débardage de menu bois au porteur, photo Frédéric Douard

Face à cet enjeu de développement important de l’utilisation de la biomasse, des tensions sur les ressources forestières les plus aisément exploitables sont apparues. Pour développer et pérenniser les approvisionnements de bois issus de la forêt dans le respect des usages matière, les décideurs doivent connaître les volumes exploitables dans le futur, en quantité et en qualité. L’étude contribue à cet objectif en apportant aux décideurs institutionnels et aux acteurs économiques publics et privés des informations de référence pour l’élaboration des politiques forêt-bois nationales et régionales.

Une évaluation plus précise des disponibilités en bois additionnelles et exploitables

Une estimation plus précise et plus réaliste des volumes de bois effectivement exploitables à l’échéance 2035 a été permise dans cette étude grâce à la mise en œuvre d’informations nouvelles par rapport aux travaux de 2009.

L’évaluation de 2015 est plus proche de la réalité physique que celle de 2009, car elle repose sur les taux de coupe actuels, elle prend mieux en compte les conditions locales d’exploitation et les capacités d’évolution de la filière, et elle traite de manière plus réaliste la valorisation des houppiers résineux et des petits feuillus.

Il en ressort globalement que les capacités de la forêt française permettent une augmentation importante de la récolte à l’horizon 2035, jusqu’à +20 Mm3 /an hors menus bois, jusqu’à +28 Mm3 /an avec les menus bois, tout en restant dans le cadre d’une gestion durable et réaliste.

Notons que le plus fort potentiel de développement de la récolte se trouve dans les essences feuillues et dans les forêts privées ne disposant pas aujourd’hui de plan de gestion.
http://www.bioenergie-promotion.fr/4511 ... ci-a-2035/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58158
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 28 févr. 2016, 21:28

La chaufferie vapeur à bois de Bonilait-Protéines Saint-Flour en vidéo

Posté par Frédéric DOUARD le 24 février 2016

Image
La chaudière bois à vapeur Weiss-France chez Bonilait à Saint-Flour, photo Frédéric Douard

En 2011, l’industriel laitier Bonilait Protéines mettait en service une chaufferie à bois de 5,2 MW de marque Weiss-France sur son site de Saint-Flour dans le Cantal. Cette chaudière qui consomme 16 000 tonnes de bois déchiqueté par an alimente en vapeur la tour de déshydratation de l’usine ainsi que la fromagerie voisine, Les Fromageries Occitanes.
Dans cette vidéo éditée par l’entreprise, découvrez le témoignage des différents acteurs du projet :
6 minute de vidéo http://www.bioenergie-promotion.fr/4511 ... -en-video/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58158
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 06 mars 2016, 14:14

LA FORÊT FRANÇAISE SOUS EXPLOITÉE SELON L'ADEME

04 mars 2016

A l’occasion du lancement de la seconde édition de l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) Dynamic Bois, doté de 20 millions d’euros, l’Ademe dévoile, dans une étude, le potentiel des forêts françaises pour développer le bois-matériau et le bois-énergie. "La biomasse est en effet la première source d’énergie renouvelable en France, qui dispose d’une importante surface forestière", explique l’organisme.

Le document, réalisé avec l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) et l’institut technologique FCBA, montre ainsi qu’il est possible d’augmenter les prélèvements en bois de 20 millions de mètres cubes par an supplémentaires d’ici à 2035. Aujourd’hui, le niveau de prélèvement est de 66 millions de mètres cubes.

L'Ademe a étudié deux scénarios. Le premier est inchangé par rapport à aujourd’hui et le second voit les pratiques de gestion des forêts revues à la hausse. Résultat : "dans les deux cas, les prélèvements restent largement inférieurs à l’accroissement biologique annuel de la forêt. Cette sylviculture permet en parallèle de renouveler les peuplements ainsi que d’adapter la forêt et la rendre moins vulnérable au changement climatique."

L’étude confirme également qu’environ 60% de la ressource supplémentaire mobilisable à l’horizon 2035 se trouve chez les propriétaires privés, en particulier chez les propriétaires de moins de 25 hectares, le reste venant des communes forestières.
http://www.novethic.fr/breves/details/l ... ademe.html

66 millions de mètres cubes, ça fait 1 m3 par Français.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8503
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par Remundo » 06 mars 2016, 19:54

oh c'est pas nouveau que les forêts sont sous-exploitées...

mais la fainéantise humaine fait qu'il est plus simple de tourner un bouton que de couper du bois. Pourtant le bois chauffe plusieurs fois : pour le couper, pour le transporter, pour le fendre... pour l'amener à la cheminée, une fois dans la cheminée et une dernière fois pour évacuer les cendres. :roll:

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9413
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Filiére bois - energie

Message par mobar » 06 mars 2016, 20:55

energy_isere a écrit :
66 millions de mètres cubes, ça fait 1 m3 par Français.
Sur les 66 millions de m3, 60 millions ne sont pas du bois énergie mais du bois d'oeuvre qui doit donner 20 millions de m3 de déchets qui ne sont bien souvent pas utilisés en bois énergie

sans parler du bois laissé sur parcelle qui ferait autant de m3 de BRF si quelqu'un était prêt à le récolter
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

EPE_bel
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 981
Inscription : 04 mars 2014, 09:26

Re: Filiére bois - energie

Message par EPE_bel » 06 mars 2016, 22:09

Remundo a écrit :Pourtant le bois chauffe plusieurs fois : pour le couper, pour le transporter, pour le fendre... pour l'amener à la cheminée, une fois dans la cheminée et une dernière fois pour évacuer les cendres. :roll:
D'un point de vue énergétique ce n'est pas vraiment la même chose. Le bois qui brûle nous évite de brûler des calories pour lutter contre le froid, les autres sont une dépense de calories.
Autrefois EPE http://www.oleocene.org/phpBB3/memberli ... file&u=110 Accès au compte perdu

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8341
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Filiére bois - energie

Message par kercoz » 07 mars 2016, 10:09

mobar a écrit :
sans parler du bois laissé sur parcelle qui ferait autant de m3 de BRF si quelqu'un était prêt à le récolter
Bourguignon disait qu' il ne pouvait plus les récupérer pour ses essais de BRF en viticulture. L' ONF imposait de les laisser en place.

Un calcul rapide montre que cette ponction de ramassage des rémanents d' apres coupe rase est peu impactante pour la pédogenèse des sols :
-+ de 80% de cette pédogenèse s'effectue par les radicelles.
- si l' on fait une coupe tous les 20 ans, on ponctionne 1/20 de 20% soit 1% des branches terminales !!
Ce qu'il faut préconiser, c'est de surveiller l"état humique du sol et imposer de les laisser en place sur les sols de tres faible qualité ou de faible profondeur.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9413
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Filiére bois - energie

Message par mobar » 07 mars 2016, 11:22

kercoz a écrit :
mobar a écrit :
sans parler du bois laissé sur parcelle qui ferait autant de m3 de BRF si quelqu'un était prêt à le récolter
Bourguignon disait qu' il ne pouvait plus les récupérer pour ses essais de BRF en viticulture. L' ONF imposait de les laisser en place.

Un calcul rapide montre que cette ponction de ramassage des rémanents d' apres coupe rase est peu impactante pour la pédogenèse des sols :
-+ de 80% de cette pédogenèse s'effectue par les radicelles.
- si l' on fait une coupe tous les 20 ans, on ponctionne 1/20 de 20% soit 1% des branches terminales !!
Ce qu'il faut préconiser, c'est de surveiller l"état humique du sol et imposer de les laisser en place sur les sols de tres faible qualité ou de faible profondeur.
Ce qu'il faudrait surtout c'est sortir du modèle productiviste de l'agriculture et trouver de quoi financer l'utilisation du BRF partout ou il serait intéressant au lieu de pousser les paysans à s'endetter auprès du crédit agricole pour acheter des tracteurs, des charrues et des engrais chimiques que l'on va devoir traiter dans les eaux à grand renfort de subventions publiques

Après on pourra faire de la qualité et offrir aux paysans de quoi vivre décemment
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Répondre