Syrie

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 5961
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : Yvelines

Syrie

Message par mahiahi » 16 févr. 2005, 09:14

Avec l'attentat au Liban, la Syrie fait un retour inattendu dans la course au prochain pays membre de l'axe du mal à frapper pour sauver la liberté dans le monde et mettre le pétrole à l'abri des terroristes
:twisted:

PRODENT
Kérogène
Kérogène
Messages : 43
Inscription : 25 oct. 2004, 15:34
Localisation : lille

Message par PRODENT » 17 févr. 2005, 21:10

Ils n'ont pas beaucoup de pétrole eux...
Sinon, ils auraient été "traités" depuis longtemps!

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 5961
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : Yvelines

Message par mahiahi » 18 févr. 2005, 09:56

Certes, mais ils en ont tout de même.
Ils sont aussi bien placés entre la Turquie, l'Irak et Israël ; de plus ils sont riches dans la seconde ressource précieuse des temps à venir : l'eau

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 25 août 2005, 22:07

mahiahi a écrit :Certes, mais ils en ont tout de même.
Ils sont aussi bien placés entre la Turquie, l'Irak et Israël ; de plus ils sont riches dans la seconde ressource précieuse des temps à venir : l'eau
Pour l'eau je suis pas si sur que toi : les Turcs construisent de trés grand barrages et ca va leur couper une partie de l'eau. (aux Irakiens aussi).

vois en détail à http://www.hcci.gouv.fr/lecture/note/nl072.html

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 5961
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : Yvelines

Message par mahiahi » 25 août 2005, 22:14

energy_isere a écrit :
mahiahi a écrit :Certes, mais ils en ont tout de même.
Ils sont aussi bien placés entre la Turquie, l'Irak et Israël ; de plus ils sont riches dans la seconde ressource précieuse des temps à venir : l'eau
Pour l'eau je suis pas si sur que toi : les Turcs construisent de trés grand barrages et ca va leur couper une partie de l'eau. (aux Irakiens aussi).

vois en détail à http://www.hcci.gouv.fr/lecture/note/nl072.html
Les barrages c'est déjà commencé (cf le fameux "ataturk" et les problèmes de la région), et pourquoi y a-t-il tellement de contentieux avec Israël? le... Golan (riche en eau)
Dernière modification par mahiahi le 28 oct. 2005, 14:28, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 28 oct. 2005, 12:59

PRODENT a écrit :Ils n'ont pas beaucoup de pétrole eux...
Sinon, ils auraient été "traités" depuis longtemps!
pas beaucoup de pétrole effectivement , mails ils en cherchent :
Syria searches for oil
Syria: Wednesday, October 26 - 2005 at 10:21
Syria has ratified an oil drilling accord with Kuwait Foreign Petroleum Exploration Company and Canada-based Stratic Energy Corporation for oil exploration in its territory, reported the Kuwait News Agency. Under the agreement, the companies will conduct geological and geophysical surveys over a 42-month period at a cost of approximately $5.2m in a search for crude reserves.
source : http://www.ameinfo.com/70662.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 30 oct. 2005, 11:04

Le gouvernement Syrien veut supprimer les subventions sur les carburants :

source : http://www.energybulletin.net/10186.html
Syrians queue for fuel as subsidies cuts are announced via Reuters
IRIN
DAMASCUS - Anxious motorists have been queuing at Syria's petrol stations in recent weeks, concerned about rising fuel prices after the government announcement that state diesel subsidies would be phased out by 2010.

Prime Minister Naji Otri was quoted as saying that hugely expensive energy subsidies simply "cannot be endured any longer." Promised subsidy cuts – along with dwindling domestic reserves, soaring global oil prices and illegal smuggling of subsidised diesel out of the country – has moved some analysts to predict a quadrupling of diesel prices within five years. ...

In response to popular concerns, the government announced that the subsidies reductions would be accompanied by a number of measures designed to limit the social consequences of rising prices.

According to statements from the prime minister, state employees would be given purchase-slips enabling them to buy 200 litres of diesel per year at subsidized prices. Plans were also announced to increase state salaries by 15 percent annually for the next five years. Mini-bus drivers, meanwhile, would be exempted from tax on their vehicles so current ticket prices could be maintained.

Diesel fuel sold to bakeries, too, will remain at subsidised levels to avoid jumps in bread prices, while 20 percent of the money saved from the cuts will go towards helping low-income segments purchase diesel.

Otri was quoted as saying that, as subsidies are gradually phased out, "more social aid will be offered, in order to achieve a balance."
(27 October 2005)
IRIN is the Integrated Regional Information Network, part of the UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA).
[/b]

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 01 nov. 2005, 11:33

Les compagnies occidentales quittent la Syrie car ils ne trouvent pas grand chose :

source : http://www.energybulletin.net/10288.html
Western energy majors have been leaving Syria
Middle East News Wire
NICOSIA -- Industry sources said that over the last year, Western oil exploration firms have been ending operations in Syria. They said the firms have been disappointed by the failure to find large amounts of crude oil in the Levant state.
Over the last year, most U.S. energy majors left Syria. They included Conoco-Phillips, Devon Energy and Exxon-Mobil.
Several additional companies were expected to follow. The sources said Canada's Petro-Canada as well as its Western partners were planning to suspend operations at Syria's Kebibe field. In 2003, the Syrian Oil Ministry awarded a project to develop Kebibe to Petro-Canada, Royal Dutch Shell and the U.S. firm Gulfsands Petroleum.
(30 October 2005)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Syrie?

Message par energy_isere » 20 nov. 2005, 18:27

La production pétroliére de la Syrie décline déja, et la Syrie pourrait devenir importatrice nette d'ici 5 ans !

source : http://www.strategypage.com/qnd/pothot/ ... 51115.aspx
Syria and the Oil Shortage

Items About Areas That Could Break Out Into War

November 15, 2005: As if Syrian President Bashir Asad hasn’t got enough problems, what with trying to walk a fine line between reformist and conservative factions in the Baathist regime, trying to fend off UN pressure regarding Syrian involvement in the death of former Lebanese PM Rafic Hariri (which may reach right into his immediate family), and the ordinary, everyday trials and tribulations of being a dictator, what with the ever present threat of coups and assassination attempts, he now faces a serious economic problem – Syria is running out of oil.
While never one of the mega-petroleum producers, for most of the past 30 years Syria’s daily output averaged about 600 thousand barrels. This was more than sufficient to provide for the country’s internal petroleum consumption, for most of the period under 200,000 barrels a day, and brought in a substantial amount in foreign exchange, particularly since the local product is a relatively high quality light crude. This effectively subsidized the Syrian economy, while providing the Baathist regime with lots of extra cash. But for the last few years production has been declining, to just under 500 thousand barrels a day, while domestic consumption has been rising, probably topping 300,000 barrels a day in 2004.

The government has taken a number of steps to address the problem, converting oil fired electrical plants to operate on natural gas, subsidizing extensive exploration, and so forth. But with only about 2.5 billion in proven reserves and rising consumption, the country is likely to become a net importer of oil within five years or so.

What keeps the Baath Party afloat in Syria is money, and most of the cash comes from Syrias small oil reserves. When the oil fades away, so does another pillar of support for the government.

Avatar de l’utilisateur
mehdiclean
Brut léger
Brut léger
Messages : 405
Inscription : 12 oct. 2005, 16:16
Localisation : 93

Message par mehdiclean » 21 nov. 2005, 13:43

c'est sûr que c'est ennuyeus mais c'est pas si grave pour eux, leur allié n° 1 c'est l'Iran, il pourra les fournir à des conditions avantageuses...
ce qu'il y a de terrible quand on cherche la vérité... c'est qu'on la trouve !

Avatar de l’utilisateur
mehdiclean
Brut léger
Brut léger
Messages : 405
Inscription : 12 oct. 2005, 16:16
Localisation : 93

Message par mehdiclean » 19 déc. 2005, 13:17

http://www.sana.org/index477520b69eb525 ... fe1a8.html
Syrie et Indonésie / pétrole

Dimanche, 18 Décembre 2005 @ 15:15

Damas/ M. Ibrahim Haddad, ministre du Pétrole a examiné aujourd'hui avec la délégation de l'association indonésienne de la renaissance des Ulémas, conduite par M. Ahmad Hachimi Mozadi, président de l'association, les possibilités du renforcement de la coopération entre les deux pays dans les domaines du pétrole, du Gaz et des richesses minières.
M. Haddad a exposé à la délégation indonésienne les projets et les activités de son ministère pour le développement de la production du pétrole et du gaz en Syrie et les conditions de l'investissement dans le pays dans ce domaine, affirmant que son ministère accueillera favorablement tout offre de l'Indonésie de contribuer aux projets du ministère pour la prospection du pétrole et le développement des champs pétrolifères.
La délégation indonésienne a, de son côté, exprimé le désir de son pays d'étendre les perspectives de sa coopération avec la Syrie dans les différents domaines.
ce qu'il y a de terrible quand on cherche la vérité... c'est qu'on la trouve !

Avatar de l’utilisateur
mehdiclean
Brut léger
Brut léger
Messages : 405
Inscription : 12 oct. 2005, 16:16
Localisation : 93

Message par mehdiclean » 04 janv. 2006, 13:19

http://www.sana.org/indexc952a437fea7ca ... f6851.html
Les habitants de Ghajar (Golan occupé) affirment leur attachement à la mère-patrie syrienne
Mercredi, 04 Janvier 2006

Les habitants de la ville syrienne de Ghajar (Golan) ont dénoncé la décision raciste de l'occupation israélienne portant division de la ville, le déplacement des habitants de la partie nord et la destruction de leurs maisons.
Les habitants qui ont insisté sur l'unité de leur ville, ont dénoncé les nouvelles propagées par des médias de l'occupation israélienne sur la possibilité de la division de leur ville, "ce qui exprime une provocation et dénie l'identité nationale des habitants", ont-ils ajouté dans un communiqué.
Les habitants ont affirmé qu'ils ne renonceront pas à leurs maisons quoi qu'elles soient les offres.
Les habitants ont indiqué qu'ils sont des citoyens syriens vivant sur un territoire occupé et que les lois internationaux et le Traité de Genève pour les droits de l'homme interdisent aux autorités d'occupation de traiter avec le destin des habitants, de changer les aspects de la terre et de gaspiller ses richesses et ses biens.
Le communiqué a appelé à œuvrer pour interdire la division de la ville, appelant les Nations Unies et les associations des droits de l'hommes à exercer directement leur influence pour interdire cette division.
Les habitants de Ghajar ont organisé hier une manifestation en signe de protestation contre la décision du gouvernement israélien de diviser leur ville en deux parties et d'expatrier les habitants de la partie nord à la partie sud.
Les manifestants ont adressé un message à Kofi Annan et au secrétaire général de la Ligue arabe, qui dénonce la décision raciste israélienne et qui affirme que les habitants ne renonceront à un seul pouce des territoires syriens.
Les manifestants ont conclu leur message en disant : "Nous sommes arabes syriens, notre terre est occupée, nos maisons sont syriennes et on ne permet pas à l'occupant de les profaner quoi qu'il soit le prix".
ce qu'il y a de terrible quand on cherche la vérité... c'est qu'on la trouve !

BigLolo
Kérogène
Kérogène
Messages : 5
Inscription : 21 juin 2005, 17:02

Syrie: L'euro à la place du dollars pour les transactions...

Message par BigLolo » 14 févr. 2006, 12:05

Trouvé Xinhuanet.com ainsi que dans l'édition papier du Temps (Genève) Image

Tiens tiens ...

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 14 févr. 2006, 19:34

en voila qui le disent sur Al Jazeera, c'est pas comme la supposée Iranian Oil Bourse (mais l' Iran va il emboiter le pas à la Syrie ?) :

http://english.aljazeera.net/NR/exeres/ ... B7E971.htm
Syria picks euros over dollars

Tuesday 14 February 2006, 3:44 Makka Time

Syria has switched all of the state's foreign currency transactions to euros from dollars amid a political confrontation with the United States.


Duraid Durgham, the head of state-owned Commercial Bank of Syria, said on Monday: "This is a precaution. We are talking about billions of dollars. Switching to the euro will help us avoid settlement problems in the United States.

"The move is also needed to avoid complications with our correspondent banks, which have expressed a preference to deal in euro under these circumstances."

Most of the government's foreign currency flows goes through the Commercial Bank, whose US assets were frozen by Washington in 2004 as relations with Syria deteriorated.

The bank, which dominates the Syrian market, also stopped dealing with dollars for international private flows, such as imports, exports and letters of credit, Durgham said.

Economics

He said the switch would mean euro pricing for crude oil sales, a major foreign currency earner for Syria.

The latest official figures show Syria imported $6.7 billion goods in 2004 and exported $5.4 billion. Oil output is about 400,000 barrels a day.

In 2004, Washington imposed sanctions that prohibited certain US exports to Syria, severed financial ties with the Commercial Bank of Syria, and froze the assets of Syrians believed to be linked to terrorism.

After the assassination of Rafiq al-Hariri, the former Lebanese prime minister, a year ago, the US led foreign pressure on Syria for its alleged role in the killing.

Political pressures

Damascus denies involvement in the killing but faces the possibility of more sanctions if it is found uncooperative with a UN investigation into the killing of al-Hariri.

Regional financiers said the Syria managed to minimise the damage of US sanctions and deal with economic uncertainty that followed the al-Hariri assassination, including pressure on the Syrian pound.

The government, controlled by the Baath party for the past for 40 years, has proceeded with steps to open up the economy after decades of central planning, naming on Monday a board to head up a stock exchange under formation.

Joe Sarrouh, a senior executive at Fransabank in Beirut, said: "To its credit, the government managed to keep the economic cycle going; imports, exports and tourism did not suffer a major blow. The have reacted effectively to pressure."

One economist said the euro move by the Commercial Bank of Syria "looked like a kind of pre-emptive action aimed at making their foreign assets safer and preventing them from getting frozen in case of any conflict".

Rafa
Brut léger
Brut léger
Messages : 471
Inscription : 16 juil. 2005, 20:34
Localisation : Lidje, Walonreye

Message par Rafa » 14 févr. 2006, 22:25

energy_isere a écrit :Syria has switched all of the state's foreign currency transactions to euros from dollars amid a political confrontation with the United States.
Bon, recapitulons:
- les Etats-Unis s'en prennent à Cuba et rendent ses transactions en dollars hasardeuses => Cuba passe à l'euro
- les Etats-Unis s'en prennent au Vénézuela => le Vénézuela retire ses reserves des banques US et les passe (en grande partie) à l'euro
- les Etats-Unis s'en prennent à l'Iran => l'Iran a retiré ses reserves des banques occidentales, et voudrait ouvrir une bourse en euros
- les Etats-Unis s'en prennent à la Syrie => la Syrie passe à l'euro

J'ai l'impression que les Etats-Unis sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis, et avec une tronçonneuse qui plus est!

Il faudrait peut-être un fil dedié pour tenir à jour la liste des passages à l'euro - totaux ou partiels (les fameux "paniers" de devises, de plus en plus nombreux, parmi les pays qui il n'y a pas si longtemps n'avaient que des dollars); je ne serai pas surpris outre-mésure d'apprendre que ma liste plus haut est en fait en réalité bien plus longue.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités