L'Algérie

Toutes discussions pour les habitants francophones d'Afrique.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63911
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Algérie

Message par energy_isere » 06 juin 2020, 09:50

L’Algérie devient l’actionnaire principal du gazoduc Medgaz

Agence Ecofin 01 juin 2020

En concluant un accord d’achat de 19,1 % des parts de la société espagnole Cepsa dans le gazoduc Medgaz qui achemine l’offre algérienne vers l’Espagne, la société publique algérienne des hydrocarbures (Sonatrach) devient l’actionnaire principale du conduit.

La Sonatrach possède désormais 51 % des parts tandis que l’autre coentreprise espagnole Naturgy Energy Group en détiendra le reste. Aucun détail concernant les conditions financières de la transaction n’a été dévoilé. « Sonatrach renforcera ainsi sa position en tant que fournisseur majeur et fiable de gaz en Europe, en particulier dans la péninsule Ibérique », a commenté la société dans un communiqué officiel.

Avec des politiques énergétiques nationales qui s’appuient beaucoup plus sur le gaz que le pétrole, il s’agit d’une opération qui sera bénéfique, principalement au moment où les besoins en liquidité se font le plus sentir.

Le gazoduc dont la capacité est de 8,2 milliards de mètres cubes par an, a un diamètre de 24 pouces et une longueur de 210 km. On s’attend à ce que sa capacité soit portée à 10,2 milliards de mètres cubes au cours du premier trimestre 2021.
https://www.agenceecofin.com/transport/ ... duc-medgaz

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63911
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Algérie

Message par energy_isere » 20 juin 2020, 11:20

L’ingénieur italien Maire Tecnimont décroche un contrat de 400 millions $ en Algérie

Agence Ecofin. 11 juin 2020

Sonatrach et ses partenaires du Groupement Bir Seba veulent doubler la production d’hydrocarbures à Bir Seba et Mouiat Outlad Messaoud. Pour cela, un contrat de 400 millions $ a été signé avec Tecnimont. Il s’agira d’y développer les installations d’ingénierie, de stockage et de transport.

En Algérie, Tecnimont, filiale du groupe d’ingénierie italien Maire Tecnimont, a remporté un contrat pour la fourniture de services, l’ingénierie et la construction (EPC), auprès du Groupement Bir Seba, un consortium composé de Sonatrach, Petrovietnam et PTTEP Algeria une filiale de la compagnie publique thailandaise du pétrole.

D’une valeur de 400 millions de dollars, l’accord regroupera les activités EPC telles que l’extension de l’installation centrale de traitement du pétrole à Bir Seba Phase II et à Mouiat Outlad Messaoud ainsi que l’installation d’un nouveau train de séparation du pétrole pour doubler la capacité des sites à 40 000 b/j. Les travaux qui dureront 40 mois, couvriront aussi l’installation de deux stations de collecte, plus de 400 km de pipelines reliant les nouveaux puits et la mise en place d’un système d’injection d’eau.

« Après notre précédent contrat avec Sonatrach en 2018, cet accord nous permet de consolider davantage notre empreinte industrielle sur le marché stratégique algérien, ayant acquis une solide expérience sur l’exécution de projets dans d’autres pays de la zone MENA […]. Nous sommes vraiment fiers de renforcer une relation mutuellement bénéfique avec des clients aussi éminents, ce qui constitue une preuve solide de la réussite de nos opérations dans le pays », s’est ravi Pierroberto Folgiero, PDG du groupe.

C’est la cinquième fois depuis le début de l’année que la société italienne se voit attribuer un contrat, malgré le coronavirus.

Les champs pétroliers de Bir Seba et Mouiat Outlad Messaoud sont situés dans la région de Touggourt, à environ 130 km au nord-est de Hassi Messaoud
https://www.agenceecofin.com/hydrocarbu ... en-algerie

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63911
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Algérie

Message par energy_isere » 24 juin 2020, 23:59

Remaniement ministériel en Algérie : Abdelmadjid Attar est le nouveau ministre de l'Énergie

AFP parue le 24 juin 2020

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a procédé mardi soir à un un remaniement ministériel partiel qui vise les finances et l'énergie, deux secteurs clés alors que l'Algérie, hyper dépendante de la rente pétrolière, fait face à un risque de marasme économique.

La plupart des ministères régaliens - Affaires étrangères, Intérieur et Justice - conservent leur titulaires, à l'exception des portefeuilles stratégiques de l'Énergie et des Finances.

Le premier revient à Abdelmadjid Attar, ancien PDG du géant pétrolier public algérien Sonatrach (1997-2000), qui remplace Mohamed Arkab, propulsé à la tête du ministère des Mines, précise un communiqué laconique de l'agence de presse officielle APS publié tard mardi soir.

Le deuxième changement majeur concerne le ministère des Finances, où Abderrahmane Raouya cède son fauteuil au gouverneur de la Banque centrale, Aymen Ben Abderrahmane. La réorganisation du gouvernement - dont la rumeur courait ces derniers jours à Alger - touche également l'enseignement supérieur, l'agriculture, les transports et le tourisme.

L'Algérie, très vulnérable à la chute des prix du pétrole et confrontée à une crise du système politique doublée d'une urgence sanitaire, voit s'approcher la menace d'un krach financier et de troubles sociaux. La Banque centrale vient de publier des chiffres alarmants sur la chute des liquidités bancaires. Quant aux réserves de change, elle fondent. Elles sont tombées sous les 60 milliards de dollars (55 milliards d'euros) fin mars, contre 79,88 milliards de $ (73 G€) fin 2018 et 97,22 G$ (88,8 G€) fin 2017. Selon certains économistes, ces réserves pourraient s'épuiser à très court terme.

Compte tenu de l'effondrement des cours du brut ces derniers mois, le prix de référence du baril de pétrole a été revu à la baisse de 50 à 30 dollars (de 45 à 27 euros) dans la récente loi de finances complémentaire. L'Algérie est tout particulièrement exposée aux fluctuations du prix du baril du fait de sa dépendance à la rente pétrolière, qui représente plus de 90% de ses recettes extérieures, et de la faible diversification de son économie.

Pour faire face à cette situation préoccupante, le gouvernement a décidé de réduire de moitié le budget de fonctionnement de l'État et a annoncé une réduction de l'énorme facture des importations de 41 à 31 milliards de dollars (38 à 28 milliards d'euros). Alger a également renoncé à recourir aux cabinets d'expertise étrangers pour ses grands projets afin d'économiser 7 G$ (6,5 G€) par an. Et le géant public des hydrocarbures Sonatrach va réduire son budget 2020 de 50%, soit l'équivalent de 7 G$ (6,5 G€).

Le président Tebboune, qui a exclu au nom de la "souveraineté nationale" de contracter des prêts auprès du FMI et des organismes financiers internationaux, a lui-même reconnu "la vulnérabilité" de l'économie algérienne "en raison de notre négligence pendant des décennies à la libérer de la rente pétrolière".

Selon des prévisions du FMI, l'Algérie devrait connaître une récession en 2020 (- 5,2%) ainsi qu'un déficit budgétaire parmi les plus élevés de la région en raison de la crise pétrolière et de la pandémie de coronavirus.
https://www.connaissancedesenergies.org ... que-200624

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63911
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Algérie

Message par energy_isere » 27 juin 2020, 10:03

Algérie : un ministère de la transition énergétique créé pour coordonner le plan de développement du renouvelable

Agence Ecofin 25 juin 2020

L’Algérie s’est dotée d’un ministère de la Transition énergétique dirigé par Chems Eddine Chitour. Le nouveau département conduira la mise en place de 15 000 MW de centrales d’énergie renouvelable à l’horizon 2035, ainsi que l’application du Plan national d’efficacité énergétique.

L’Algérie vient de se doter d’un ministère de la Transition énergétique afin de stimuler la mise en œuvre de son programme d’énergies renouvelables sur les cinq prochaines années. Le nouveau département ministériel a été confié au professeur Chems Eddine Chitour (photo).

Ce dernier sera donc en charge de la mise en œuvre du plan gouvernemental visant à construire 4 000 MW de centrales d’énergie renouvelable d’ici 2024 et 15 000 MW d’ici 2035. Le gouvernement ambitionne également de généraliser les procédés d’isolation thermique dans les nouvelles constructions, de convertir les véhicules à des combustibles moins polluants, d’équiper les éclairages publics et les administrations de dispositifs basse consommation et d’interdire l’importation d’équipements énergivores. Il mettra également en place des incitations aux investissements dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.

« Ce nouveau ministère mettra fin au problème de la définition des prérogatives en termes de gestion du dossier de la transition énergétique et des énergies renouvelables. Il y a maintenant un seul responsable, ce qui permettra de concrétiser le programme des énergies renouvelables à l’horizon 2035 », a affirmé Nazim Zouioueche, ancien PDG de la Sonatrach, la compagnie nationale pétrolière.
https://www.agenceecofin.com/energies-r ... nouvelable

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63911
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Algérie

Message par energy_isere » 04 juil. 2020, 14:23

Suite de ce post du 23 fev 2019 viewtopic.php?p=2281189#p2281189
Algérie : les opérations à l’usine de traitement du gaz de Touat officiellement transférées au Groupement Touat Gaz

Agence Ecofin 3 juillet 2020

Opérée depuis plusieurs mois par la société espagnole Tecnicas Reunidas, l’usine de traitement de la production de Touat sera désormais exploitée par le Groupement Touat Gaz composé de Sonatrach et de Neptune Energy. C’est la conséquence d’un accord signé l’année dernière entre ces parties.

Vendredi, le producteur Neptune Energy a annoncé que les opérations quotidiennes d’exploitation de l’usine de traitement de gaz naturel de Touat ont été transférées au Groupement Touat Gaz (GTG), dont il est membre, avec Sonatrach. Elles étaient, depuis le début de la production l’année dernière, assurées par le contractant espagnol Tecnicas Reunidas (TR).

L’installation a une capacité de traitement de 4,5 milliards de m³/an de gaz et 630 000 barils de condensat. A pleine puissance, la production du Touat représentera environ 9 % des exportations totales de gaz de l’Algérie et se poursuivra pendant plus de 20 ans.

« Nous avons constitué la bonne équipe pour mener à bien les opérations à Touat. TR a joué un rôle clé en permettant la première exportation de gaz et la montée en puissance de l’usine jusqu’au plateau et je voudrais les remercier pour leurs efforts sur le site. Je me réjouis de continuer à travailler avec l’excellente équipe du GTG pour maintenir des niveaux de production solides à partir de Touat », s’est réjoui Ian Conacher, le patron de GTG.

Pour sa part, le vice-président de Neptune Energy pour l’Afrique du Nord et l’Asie-Pacifique, Philip Lafeber, a déclaré : « l’usine de Touat continue à bien fonctionner, ce qui souligne l’importance croissante des activités en Afrique du Nord dans le portefeuille de Neptune, qui est géographiquement bien diversifié ».

Le GTG se compose de Neptune Energy Touat (65 %) et de Sonatrach (35 %).
https://www.agenceecofin.com/compagnies ... -touat-gaz

Répondre