[Acteurs] La compagnie TOTAL

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 12 janv. 2019, 00:02

L'usine de La Mède menacée par l'exclusion de l'huile de palme des biocarburants (PDG de Total au Figaro)

AFP le 11 janv. 2019

L'exclusion de l'huile de palme de la liste des biocarburants menace la "viabilité" de la bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), a dénoncé vendredi le PDG de Total, Patrick Pouyanné, dans un entretien au Figaro.

Les députés ont supprimé mi-décembre l'avantage fiscal dont pouvaient bénéficier les biocarburants à base d'huile de palme, une mesure qui "remet potentiellement en cause la viabilité de l'unité, la rentabilité globale du site et le maintien d'emplois", a affirmé M. Pouyanné dans un entretien publié vendredi sur le site internet du Figaro.

"Je ne fais pas de chantage à l'emploi. Mais soyons clairs: ce n'est pas parce que Total est riche qu'il a vocation à faire tourner des usines à perte", a-t-il insisté.

Le PDG du géant pétrolier espère aussi que les parlementaires "reviendront à une position plus raisonnable" d'ici la fin de l'année.

En adoptant mi-décembre dans le projet de budget 2019 cette mesure, les députés ont réintroduit une exclusion qu'il avaient déjà adopté en première lecture du texte, contre l'avis du gouvernement, mais qui avait ensuite été rejetée par le Sénat.

"Oui pour bannir l'huile de palme non durable, mais non pour bannir l'huile de palme certifiée responsable qui respecte la biodiversité", a défendu M. Pouyanné.

Le géant pétrolier a reconverti sa raffinerie de La Mède en bioraffinerie, et le biocarburant qui y sera produit doit provenir en partie d'huile de palme, accusée par des associations environnementales de favoriser la déforestation.

Selon Total, la bioraffinerie pourra traiter 650.000 tonnes par an et elle s'approvisionnera en huile de palme "durable et certifiée" à hauteur de 300.000 tonnes au maximum.

Interrogé en pleine affaire Carlos Ghosn, Patrick Pouyanné a aussi affirmé qu'il payait "tous (ses) impôts en France", avec un taux de prélèvement de 43,1%, et qu'aucune filiale ne lui versait de salaire.

"Je considère que les patrons ont un devoir de transparence absolue", a-t-il ajouté, soutenant la volonté du président de la République de voir les patrons des groupes français payer leurs impôts en France.
https://www.connaissancedesenergies.org ... aro-190111

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 15 janv. 2019, 17:00

Total lance la vente de ses champs gaziers aux Pays-Bas

Reuters 15/01/2019

Total a lancé la vente de ses gisements gaziers en mer aux Pays-Bas, où la compagnie française va ainsi cesser sa production après 55 ans de présence, a-t-on appris de sources sectorielles et bancaires.

Le groupe français a mandaté en décembre la banque Jefferies pour diriger cette opération qui pourrait s'élever entre 300 et 400 millions de dollars (262 et 349 millions d'euros), selon ces sources.

Total n'a pas commenté ces informations dans l'immédiat et Jefferies a refusé de s'exprimer sur le sujet.

Les plates-formes de Total aux Pays-Bas approchent de leur fin de vie avec le tarissement de leurs réserves en gaz.

La plupart d'entre elles devront être démantelées, ce qui pourrait fournir des avantages fiscaux à leurs propriétaires, ont dit les sources.

La production de Total aux Pays-Bas a baissé d'environ 20% en 2017, à 20.000 barils équivalent pétrole par jour (bepj), en raison du déclin naturel des gisements, montre son rapport financier annuel de 2017.

Total, qui a lancé ses activités aux Pays-Bas en 1964, détient des intérêts dans 24 permis de production offshore dans ce pays, dont 20 dont il assure l'exploitation.

Parallèlement à cette production, le groupe français possède une participation de 55% dans la raffinerie de Flessingue, dans la province néerlandaise de Zélande. Elle dispose aussi d'une activité de gros dans l'électricité et le gaz aux Pays-Bas.

Comme nombre de ses concurrents, Total s'est progressivement séparé de ses actifs vieillissants en mer du Nord pour se développer dans de nouveaux projets de développement. Ces actifs sont généralement repris par des entreprises non cotées de plus petite taille.
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... 1875d71e18

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 29 janv. 2019, 21:57

Total lance une vaste offensive dans l'exploration

Publié le 29/01/2019

dans Usine Nouvelle
par Bate Felix et Wendell Roelf PARIS/LE CAP (Reuters)

Total a lancé cette année sa plus importante offensive en termes d'exploration depuis des années dans le cadre d'une nouvelle stratégie semblant tourner le dos au principe d'un "risque élevé pour une récompense élevée" au profit d'une exploration de zones connues pour abriter du pétrole et du gaz.

Le groupe français s'est fixé pour objectif de forer 23 puits cette année au large des côtes mauritanienne, sénégalaise, namibienne, sud-africaine, guyanaise et brésilienne, a déclaré à Reuters son directeur de l'exploration Kevin McLachlan, ajoutant qu'il s'agit du programme le plus important de Total depuis des années.

Les 23 puits représentent un niveau trois fois supérieur à celui de 2017 et 2016 et dépassent les 20 forés en 2013, avant la chute des cours du brut. Total n'a pas indiqué le nombre de puits qu'il a forés en 2018.

La nouvelle stratégie du groupe consiste à concentrer ses efforts sur les bassins émergents et matures, qui offrent plus de chance de réussite en termes d'exploration. Elle s'éloigne de la stratégie suivie jusqu'ici par Total consistant à prendre davantage de risques dans l'espoir d'obtenir de meilleurs rendements en ciblant des zones inexploitées commercialement. Cette dernière approche a donné de piètres résultats et amené Total à prendre du retard sur ses concurrents.

La part des ressources consacrées par Total aux zones dites "frontières", c'est-à-dire des zones peu explorées où le risque, mais aussi le rendement en cas de succès est élevé, est ainsi tombée à 15%, contre 40% il y a cinq ans.

"Nous avons dépensé beaucoup d'argent dans les frontières", a déclaré Kevin McLachlan, un géophysicien canadien qui a rejoint Total en 2015 pour refonder la stratégie d'exploration du groupe. "A présent, nous cherchons un équilibre."

La plupart des puits visés par Total cette année sont situés dans des champs géants connus, a-t-il ajouté.

Selon Kevin McLachlan, le budget d'exploration de Total cette année sera globalement identique à celui des deux années précédentes, mais il représentera toujours un niveau deux fois inférieur à celui de 2014. En 2018 et 2017, ce budget était respectivement de 1,2 milliard et 1,1 milliard de dollars.


À LA TRAÎNE DANS LES DÉCOUVERTES


La validation de récentes découvertes de Total pourrait confirmer que son revirement stratégique commence à payer.

L'an dernier, le groupe a fait une découverte de gaz significative sur le prospect de Glendronach, situé au large du Royaume-Uni à l'ouest des îles Shetland, avec un volume de ressources récupérables estimé à environ mille milliards de pieds cubes.

Total a aussi effectué une autre découverte en partenariat avec Chevron à Ballymore, un gisement situé en eaux profondes dans la partie Est du Golfe du Mexique américain et estimé entre 500 millions et un milliard de barils équivalent pétrole (bep) dont l'approbation est en cours.

Le groupe attend aussi l'approbation de Calypso, au large de Chypre, réalisé avec Eni. Une autre série de découvertes ont également eu lieu au large de la Birmanie.

Total a enfin annoncé mardi une découverte significative d'hybrocarbures en mer du Nord, au large du Royaume-Uni, dont les ressources récupérables sont estimées à près de 250 millions de barils équivalent pétrole.

Le groupe français détient une participation de 25% dans cette découverte de Glengorm, aux côtés de CNOOC Petroleum Europe Limited, filiale du chinois CNOOC Limited (50%, opérateur), et d'Euroil, filiale de l'italien Edison E&P SpA (25%).

Une nouvelle découverte pourrait encore consolider son revirement stratégique après des années de vaches maigres entre 2009 et 2014 où le groupe a dépensé en vain des milliards de dollars dans l'exploration alors que ses concurrents à l'image d'Eni, Exxon Mobil et BP accumulaient des succès.

Il reste cependant encore beaucoup du chemin à accomplir avant de transformer les investissements dans l'exploration en succès commercial.

Selon le cabinet de conseil en énergie Wood Mackenzie, Total a pris en 2017 et 2018 la tête du classement des explorations de blocs avec plus de 189.000 km2 explorés depuis 2015, soit environ 70.000 de plus que son plus proche poursuivant.

Total est cependant toujours à la traîne de certains de ses concurrents en termes de découvertes depuis 2015, a déclaré Andrew Latham, analyste chez Wood Mackenzie.

"Il est clairement derrière Exxon Mobil. Le succès d'Exxon en Guyane fait de lui le leader du secteur", a-t-il dit, ajoutant que la découverte de gaz d'Eni à Zohr, en Égypte, était la nouvelle grande trouvaille.

Dans le cadre de son plan de redressement, Total a créé cinq pôles d'exploration régionaux avec un regroupement de géoscientifiques, au lieu d'équipes réparties dans 38 pays.

Une nouvelle équipe de direction centrale composée de 10 personnes examine et choisit les projets, par rapport aux décisions prises au niveau local. Des personnes expérimentées dans l'exploration ont aussi été placées dans des postes de direction pour la première fois.


LE CHAMP SUD-AFRICAIN

Comme certains concurrents, dont Exxon et BP, Total a décidé de se tourner de nouveau vers l'exploration en eaux profondes à la faveur des avancées technologiques, notamment dans l'imagerie sismique numérique en 3D, qui ont rendu de nouveau ce secteur attrayant.

Le groupe français, qui avait arrêté ses forages sur le champ en eaux profondes sud-africain de Brulpadda en 2014 après de difficultés sur sa plate-forme liées à de forts courants marins, a fait son retour sur ce même champ en décembre dernier.

Selon deux sources proches du secteur, le potentiel de découvertes y est aujourd'hui élevé et pourrait changer la donne non seulement pour Total, mais aussi pour l'Afrique du Sud.

"Nous attendons les résultats dans les jours qui viennent", a indiqué le PDG de Total Patrick Pouyanné. "J'espère que ce sera une découverte."

Alors que le groupe français a indiqué que le champ de Brulpadda pourrait receler entre 500 millions et un milliard de barils équivalent pétrole (bep), l'un de ses partenaires sur ce projet s'est montré encore plus optimiste.

"Les chances de trouver des hydrocarbures sont extrêmement élevées. La question est de savoir s'il s'agit de gaz ou de pétrole et si c'est un réservoir de bonne qualité", a déclaré à Reuters Keith Hill, directeur général du groupe Africa Oil Corp - détenteur d'une part minoritaire du champ -, ajoutant que Brulpadda pourrait contenir de 1,5 à trois milliards de barils.

"Une éventuelle découverte aura pour effet d'attirer d'autres sociétés pétrolières et de développer l'industrie pétrolière, l'exploration et la production en Afrique du Sud", a déclaré Viljoen Storm, directeur général par intérim de l'agence publique Petroleum Agency.
https://www.usinenouvelle.com/article/t ... on.N799800

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 07 févr. 2019, 21:50

Total: La production dépassera 3 millions de barils par jour en 2019

Publié le 07/02/2019 PARIS (Reuters)

Total a publié jeudi des résultats 2018 portés par la hausse des prix du pétrole et a fait savoir que sa production progresserait de plus de 9% cette année, dépassant ainsi le seuil symbolique de trois millions de barils par jour visé de longue date par le groupe français.

La deuxième compagnie pétrolière européenne par la capitalisation boursière, derrière Royal Dutch Shell, prévoit aussi 15 à 16 milliards de dollars d'investissements nets en 2019 (15,6 milliards en 2018) et des économies de 4,7 milliards (par rapport à 2014), avec des coûts de production de 5,5 dollars par baril équivalent pétrole (5,7 en 2018).

Après avoir dégagé un cash-flow de 26 milliards de dollars l'an passé (+18%), Total souligne que son point mort avant dividende s'est établi à moins de 30 dollars par baril en 2018 et qu'il compte maintenir sa "discipline" en matière de dépenses dans un contexte de volatilité du prix du pétrole.

"Entre la croissance des productions et la discipline sur les dépenses, nous avons une claire visibilité de la croissance de notre cash-flow en 2019. A 60 dollars, on sera meilleur qu'à 71 dollars (en 2018)", a souligné son PDG, Patrick Pouyanné, lors d'une téléconférence avec des journalistes.

Au titre de 2018, Total a enregistré un bénéfice net part du groupe de 11,4 milliards de dollars (+33%), soit mieux qu'en 2013 (8,4 milliards) lorsque le prix du baril atteignait 108 dollars.

"C'est le résultat de tout le travail fait par les équipes du groupe, à la fois sur la discipline sur les dépenses mais aussi sur tout le travail important de M&A, de rotation du portefeuille réalisé depuis trois ans", a fait valoir Patrick Pouyanné, rappelant que Total avait acheté pour 23 milliards d'actifs et cédé pour 16 milliards sur cette période.

Bénéficiant d'une hausse du prix du Brent de 23%, Total a vu son résultat net ajusté progresser de 10% au quatrième trimestre, à 3.164 millions de dollars, alors que les analystes attendaient en moyenne 3.030 millions selon un consensus réalisé par Infront Data pour Reuters.

A 11h32, le titre Total reculait de -1,05% à 48,265 euros, sous-performant l'indice CAC 40 (-0,56%).



RETOUR AUX ACTIONNAIRES CONFIRMÉ

La production trimestrielle d'hydrocarbures du groupe s'est établie à 2,876 millions de barils équivalent pétrole par jour (le consensus tablait sur 2,854 millions), enregistrant elle aussi une hausse de 10%.

Pour 2019, Total compte bénéficier de la montée en puissance de Kaombo North (Angola), Egina (Nigeria) et Ichtys (Australie) et des démarrages de Iara 1 (Brésil), Kaombo South, Culzean (Royaume-Uni) et Johan Sverdrup (Norvège).

Le groupe estime que la sensibilité de ses activités dans l'amont au prix du Brent s'établira cette année à 3,2 milliards de dollars pour 10 dollars de variation.

Il propose comme prévu un dividende de 0,64 euro au titre du quatrième trimestre, en hausse de 3,2%, et mettra un terme à l'option d'un paiement du dividende en actions à partir du mois de juin.

Total prévoit également d'augmenter le dividende de 3,1% en 2019, en ligne avec son objectif de hausse de 10% sur 2018-2020, et de racheter 1,5 milliard de dollars d'actions cette année (comme en 2018) dans un environnement à 60 dollars le baril dans le cadre de son programme de 5 milliards sur la même période.

"Si le prix du pétrole est plus haut on fera sans doute un peu plus (que prévu cette année)", a indiqué Patrick Pouyanné.

Le PDG a également réaffirmé les ambitions de Total en matière de production et de distribution d'électricité, avec notamment la perspective d'un rachat de deux centrales à gaz en France aujourd'hui exploitées par l'allemand Uniper qui lui permettra d'atteindre son objectif de 3 gigawatts (GW) de capacités de production pour ce type d'actifs.

Alors que Total vise aussi quelque 7 GW de capacités renouvelables et qu'il est vu comme un candidat potentiel à la reprise du spécialiste néerlandais en la matière Eneco - au même titre qu'Engie -, le PDG a indiqué que le groupe n'avait pas encore décidé de participer ou non à cette opération.

Patrick Pouyanné a en outre indiqué que les comptes des sociétés dans lesquelles Total est présent au Venezuela étaient "bloqués" en raison des sanctions des Etats-Unis à l'encontre du pays mais que celui-ci ne représentait pour le groupe qu'une production de 50.000 barils par jour et qu'il n'était donc pas pour lui "un enjeu majeur".

Total a par ailleurs annoncé jeudi avoir fait une découverte "importante" de gaz à condensats sur les prospects de Brulpadda, situés à 175 kilomètres au large de la côte sud de l'Afrique du Sud.

Le groupe français (45% du bloc concerné) et ses partenaires - Qatar Petroleum (25%), CNR International (20%) et le consortium sud-africain Main Street (10%) - prévoient de mener une campagne d'acquisition sismique 3D dans l'année, puis de forer jusqu'à quatre puits d'exploration sur ce permis.
https://www.usinenouvelle.com/article/t ... 19.N803560

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 08 févr. 2019, 00:03

Total: comptes bloqués, personnels évacués du Venezuela

AFP le 07 févr. 2019

Total a évacué son personnel du Venezuela, où ses comptes ont par ailleurs été bloqués à la suite des sanctions américaines, a indiqué jeudi son PDG Patrick Pouyanné, en relativisant l'importance du pays pour son groupe.

"Les comptes sont bloqués compte tenu des décisions américaines" et "l'autre problème pratique que l'on a c'est que, compte tenu de ces sanctions, nous devrons opérer le Venezuela non plus depuis les Etats-Unis (...) mais depuis l'Europe", a-t-il indiqué lors d'une présentation des résultats annuels.

L'activité au Venezuela était en effet jusqu'à présent supervisée depuis Houston au Texas. "Nous avions décidé d'évacuer la totalité du personnel du Venezuela compte tenu de ce qui s'y passe", "dès lundi dernier", a ajouté M. Pouyanné.

Les États-Unis ont annoncé de nouvelles sanctions contre la compagnie pétrolière publique vénézuélienne PDVSA pour accentuer la pression sur le président Nicolas Maduro. "Bien évidemment on respectera l'ensemble des sanctions", a assuré Patrick Pouyanné. "On est en train d'analyser juridiquement les sanctions mais il est clair qu'on sera en mode +hibernation+".

"Le Venezuela pour nous, c'est 50 000 barils par jour sur 3 millions donc ce n'est pas un enjeu majeur à l'échelle du groupe", a-t-il relativisé. La production de Total dans le pays est essentiellement issue des participations détenues dans les bruts extra lourds de la ceinture de l'Orénoque. Le groupe est également associé à un petit projet gazier.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ela-190207

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 10 févr. 2019, 20:08

Transition énergétique: le PDG de Total réclame du "temps"

AFP le 10 févr. 2019

La PDG de Total Patrick Pouyanné a réclamé "du temps" et des objectifs "atteignables" pour conduire la transition énergétique, et il a estimé que lier une partie des taxes sur les carburants au prix du pétrole "pourrait être une façon d'amortir le choc".

"C'est un sujet sérieux l'énergie. On ne va pas faire disparaître les hydrocarbures du mix énergétique dans aucun scénario à horizon 2040 ou 2050", a affirmé M. Pouyanné au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. "Faire de l'incantation, des objectifs inatteignables, c'est la non-action", a-t-il lancé.

Pour le patron de Total, "il faut du temps" pour mener la transition énergétique et "il faut qu'on arrive à convaincre les Français, pas simplement en montant les taxes".

"Sur le prix de l'énergie, les Français nous disent quoi? Oui on veut une énergie propre, mais il faut qu'elle ne soit pas chère", a observé M. Pouyanné. "Il nous disent même: pas cher, c'est plus important que propre".

"On ne pourra pas leur imposer une énergie plus chère au nom d'un sujet qui est majeur, le sujet du climat, mais dont ils ne ressentent pas l'urgence malgré tout immédiatement", a-t-il poursuivi.

"Si on veut évoluer, il faut trouver des étapes atteignables", a-t-il dit, en préconisant par exemple "qu'en 2025, tous les véhicules soient au moins hybrides, au moins électrifiés".

"Remplacer toutes les chaudières au fuel, c'est atteignable en 20 ans (...) pas en 10 ans", a aussi objecté M. Pouyanné.

Interrogé sur l'idée de taxe flottante sur le prix des carburants en France en fonction du cours du pétrole, M. Pouyanné a estimé que "c'est une voie (que le gouvernement) devrait suivre". "Lier une partie de ces taxes au prix du pétrole pourrait être une façon d'amortir le choc", a-t-il dit.

"Il y a beaucoup de taxes" dans le prix de l'essence et "avec la trajectoire de taxe qui était prévue, on était à 2 euros (le litre) en 2022", a relevé Patrick Pouyanné.

Le PDG de Total a indiqué que le mouvement des gilets jaunes a eu un impact sur les ventes de carburants, avec "une baisse de la consommation de 10% au mois de décembre".

"Il faut absolument qu'on sorte positivement de ce mouvement", a-t-il dit. "Le grand débat est un bon moyen d'essayer de trouver des nouvelles voies collectives pour aller de l'avant".

Sur l'éventualité d'utiliser une part des profits du groupe pour baisser les marges sur l'essence, M. Pouyanné a indiqué que le groupe gagnait seulement "un centime par litre vendu" à la pompe.

Il a rappelé son engagement à ne plus fermer de station-service en France, et a ajouté que l'enseigne Total serait davantage présente en milieu rural avec la conversion de la moitié des 1.300 stations du réseau Elan.
https://www.connaissancedesenergies.org ... mps-190210

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 211
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par Paulad » 10 févr. 2019, 20:25

C'est beau, il essaie de défendre sa paroisse !

"C'est un sujet sérieux l'énergie. On ne va pas faire disparaître les hydrocarbures du mix énergétique dans aucun scénario à horizon 2040 ou 2050"

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 11 févr. 2019, 21:30

Pourquoi Total veut devenir producteur d'électricité et pas seulement en France

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 11/02/2019

D’ici à 2020, Total devrait disposer de 3 GW de centrales électriques combiné gaz en France. Le pétrolier ne compte pas s’arrêter là.


Le rachat de Direct Energie en France n’était qu’un avant-goût. Après la vente, Patrick Pouyanné veut développer la production d’électricité bas carbone chez Total. En juin dernier, lors de l’annonce du programme Place au soleil de Sébastien Lecornu, il défiait déjà Jean-Bernard Levy d’EDF et son plan solaire de 230 gigawatts (GW) d’ici à 2030, en annonçant l’installation de 10 MW de photovoltaïque sur ses sites (il en a déjà 600 gigawatts) et ses stations-service d’ici à 2020. Finalement, elle serait peut-être limitée à 7 mégawatts (MW), si l’on en croit ses dernières déclarations, lors de la présentation des résultats 2018 (excellents) le 7 février dernier. Il annonçait, en effet, pour 2020 que Total disposerait bien de 10 GW de capacité électrique, mais en incluant 3 GW de centrales thermiques à gaz.

En juin 2018, Total a en effet annoncé avoir signé un accord avec KKR-Energas en vue d’acquérir ses deux centrales à cycle combiné au gaz naturel (CCGT) dans le Nord et l’Est de la France, qui représentent une capacité de génération électrique d’environ 825 mégawatts (MW). Fin décembre, Total passait un accord avec le Tchèque EPH pour lui racheter en 2020 les deux unités gaz de 420 MW de la centrale Emile Huchet à Saint-Avold (Moselle) d’Uniper, dont tous les actifs en France passent sous pavillon tchèque. Enfin, dans la corbeille de la mariée de Direct Energie se trouvait le projet de centrale combiné gaz de Landivisiau (Finistère), dont tous les recours sont levés et dont la construction va être lancée dans quelques semaines. Ce sera d’ailleurs la dernière centrale électrique thermique à base d’énergie fossile qui devrait être construite en Métropole.

Moins subir les prix de marché

"On veut être producteur, car si on n’est que distributeur, sans contrôler une partie des moyens de production, on subit les aléas du prix du marché de l’électricité, explique aussi Patrick Pouyanné. Quand c’est haut, la distribution souffre un peu plus, mais il vaut mieux produire car on en profite. Et si les prix baissent, c’est la distribution qui aura de meilleurs résultats et la production qui sera un peu moins bien. Et tout le groupe, est organisé comme ça. C’est un modèle intégré qui a montré sa capacité à résister."

Dans cet engouement de Total pour l’électricité, la transition énergétique n’y est pas pour rien. Patrick Pouyanné, le PDG de Total, dit vouloir "être un acteur positif et contribuer à notre niveau à faire progresser cette question" en se positionnant sur le marché des énergies bas carbone. Mais il sait surtout que la demande de pétrole va bien finir par cesser de croître de 1,5 % par an comme actuellement et atteindre un plateau (on parle de 2025).

Accompagner la transition énergétique

"On fait évoluer notre portefeuille en ligne avec ce que pourrait être l’évolution des marchés pétroliers, gaziers et électricité à l’horizon 2040. Si le monde arrive à se mettre dans un scénario 2°C, c’est un monde où il y aurait toujours des hydrocarbures (50 %), mais plus de gaz et moins de pétrole, moins de charbon et plus d’énergies renouvelables. Sur la période 2017-2040 il y a un doublement de la consommation d’électricité", prévient le PDG de Total. Selon lui, cette électrification de l’économie devrait venir des renouvelables et, dans une moindre proportion, du gaz naturel.

Pour Total, cela signifie "produire du pétrole à prix bas c’est-à-dire à point mort bas, car si le scénario se réalise il y aura trop de pétrole sur la planète et donc les prix vont baisser", anticipe le patron de la major française. Mais le vrai pari de Total pour compenser la baisse de revenus du pétrole, n’est pas sur le solaire et les renouvelables, mais bien sûr le gaz. Sur le gaz naturel liquéfié (GNL) principalement, qui a déjà cru de plus de 10 % par an ces deux dernières années, tiré notamment par la Chine et par l’Inde.

Trouver un débouché à son GNL

"Dans les économies des pays émergents, le gaz naturel joue un rôle fondamental dans leur trajectoire de baisse d’émissions de CO2", rappelle Patrick Pouyanné. Mais dans les pays encore en développement, ce n’est pas de gaz dont les gens ont besoin mais d’électricité. "On a plusieurs projets [de production d’électricité] sur lesquels on travaille actuellement au Vietnam, au Myanmar et en Côte d’Ivoire", annonce Patrick Pouyanné. Là où Total a investi dans des terminaux GNL, notamment via l’acquisition de l’activité amont d’Engie.

Et Patrick Pouyanné compte beaucoup sur ce nouveau segment bas carbone, baptisé integrated gas, renewables and power. “Il va attirer 25 % des investissements, de l’ordre de 4 milliards, et va croître rapidement pour atteindre 20 % de l’entreprise", annonce le PDG de Total. Une entreprise qui a réalisé 13,9 milliards de dollars de bénéfice en 2018.
https://www.usinenouvelle.com/article/p ... ce.N804470

en annonçant l’installation de 10 MW de photovoltaïque sur ses sites (il en a déjà 600 gigawatts) 600 GW est completement farfelu. ca doit étre 600 MW.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 11 févr. 2019, 22:16

Israël critique Total qui estime compliqué d'investir en Israël

Publié le 11/02/2019 PARIS Reuters

Israël a vertement critiqué le pétrolier français Total dont le PDG a déclaré qu'il était trop compliqué d'investir dans le pays, malgré son rôle de plus en plus important dans la production de gaz, rapporte dimanche le Financial Times sur son site internet.

"Nous aimons les situations complexes (...) jusqu'à un certain point. (...)", a déclaré Patrick Pouyanné, PDG de Total, au quotidien financier britannique.

L'enjeu, a-t-il ajouté, n'est pas suffisamment important pour accepter les risques associés, notamment en terme de concurrence dans la région.

Le ministre israélien de l'Energie, Yuval Steinitz, qui se trouvait à Londres pour la promotion d'un prochain appel d'offres portant sur des licences de gaz, a déclaré au FT que les sociétés qui refusent d'investir en Israël se pliaient de fait à la "tyrannie et à la dictature" de l'Iran.

"C'est une position lamentable", a déclaré Yuval Steinitz au Financial Times.

"Nous allons réfléchir à notre réaction à cela parce que c'est tout à fait inacceptable de boycotter [Israël]", a ajouté le ministre.

Total était parti pour être le principal investisseur international en Iran avec son projet de développement d'une partie du gisement gazier de South Pars avant que le rétablissement des sanctions américaines contre la République islamique ne contraigne le groupe français à suspendre son projet.
https://www.usinenouvelle.com/article/i ... el.N804525

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 11 févr. 2019, 23:18

Le PDG de Total assume son salaire annuel de 3,8 millions d'euros

REMUNERATION Il gagne environ 60 fois plus que la moyenne des salariés du groupe

Nicolas Raffin le 11/02/19

Droit dans ses bottes. Alors que la rémunération des hauts fonctionnaires et des élus est souvent contestée par les « gilets jaunes », Patrick Pouyanné ne s’est pas dérobé. Invité de l’émission « Le Grand Jury » diffusée sur RTL ce dimanche, le PDG du groupe Total a indiqué qu’il voulait être « complètement transparent ».

« Je gagne 3.8 millions d’euros de salaire [annuel] et je reçois des actions de performance (…) et je paye 43,4 % de prélèvement à la source » a-t-il détaillé. « Le salaire moyen en France d’un employé de Total c’est environ 65.000 euros [annuels] (…) c’est un ratio de 1 à 60 » a-t-il poursuivi. Patrick Pouyanné a aussi expliqué qu’il estimait « être très payé » et qu’il comprenait que sa rémunération « puisse interpeller ».

Attac et « l’évitement fiscal »

Un rapport d’Attac publié en janvier 2019 indiquait que si les salaires moyens des groupes du CAC40 en France avaient augmenté de 22 % entre 2010 et 2017, les rémunérations de leurs dirigeants avaient progressé davantage (+32 %) et leurs dividendes versés à leurs actionnaires encore plus (+44 %), toujours selon ce rapport.

Attac accusait aussi les entreprises du CAC 40 de recourir à de nombreuses « techniques d’évitement fiscal », notamment par le biais de près de 2.500 filiales implantées dans des territoires considérés comme des paradis fiscaux.
https://www.20minutes.fr/economie/24485 ... ions-euros

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8882
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par mobar » 12 févr. 2019, 07:44

energy_isere a écrit :
11 févr. 2019, 23:18
Le PDG de Total assume son salaire annuel de 3,8 millions d'euros

REMUNERATION Il gagne environ 60 fois plus que la moyenne des salariés du groupe
Si on parle de la moyenne des revenus des salariés de Total, c'est déjà presque 3 fois la moyenne des salariés Français et 3.6 SMIC
Sinon Pouyanné, c'est un salaire de 200 SMIC, c'est plus clair là!
Dans une économie équitable, Il devrait faire des journées d'au moins 100 heures pour mériter ça :-"
Au fait ses impôts il les paye ou, le bougre?

Les impôts de "son" groupe, on sait il les paye aux Pays-Bas!
Doit être pote avec Carlos, tu produis du trolpé, moi les bagnoles qui le consomment, on peut planquer le pognon chez les Bataves!

On pourrait appeler ça une association de malfaiteurs ou une escroquerie en bande organisée ... si on était taquins :wtf:
Le pays aux 12 000 filiales fantômes

Pourquoi les Pays-Bas sont-ils considérés comme un paradis fiscal ? Le pays a mis en place un régime très favorable pour les multinationales, avec des taux réduits d’impôts sur une série de revenus, notamment les dividendes, les intérêts perçus, les royalties et les plus-values, associé à un grand nombre de conventions fiscales avec d’autres nations destinées à éviter une double imposition. De quoi encourager les grandes entreprises mondiales, y compris de nombreuses firmes françaises ((lire notre article), à y implanter, par exemple, des holdings destinées à acheminer des investissements vers d’autres pays. Ou encore des entités chargées de récolter les royalties liées à l’usage d’une marque. En France, ces holdings seraient imposées sur les bénéfices qui y sont réalisés, pas aux Pays-Bas...
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 22 févr. 2019, 20:26

Total annule une vente d'actifs gaziers en mer du Nord

Publié le 22/02/2019 PARIS Reuters

Total a annulé une vente de gisements de gaz naturel matures en mer du Nord néerlandaise, qui aurait pu rapporter plusieurs centaines de millions de dollars, rapporte vendredi l'agence Bloomberg en citant des sources proches du dossier.

La major pétrolière envisageait une vente car ces champs commencent à s'épuiser, selon les sources, qui n'ont pas donné la raison de cette annulation.

Les responsabilités liées au "déclassement" des champs anciens sont les obstacles les plus fréquents à ce genre de cession.

Une porte-parole de Total interrogée par Bloomberg s'est refusée à tout commentaire.

NOTE : Ces informations n'ont pas été vérifiées par Reuters, qui ne garantit pas leur exactitude.
https://www.usinenouvelle.com/article/t ... rd.N810050

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 10 mars 2019, 11:28

Pétrole : non, le fonds norvégien ne se désengagera pas de Total

08 mars 2010

.......
Il faut dire que le fonds norvégien possédait, à fin 2018, des participations loin d'être négligeables dans ces entreprises : 2,02% de Total, 2,45% de Shell, 2,4% de TechnipFMC, 2,16% de CGG, 1,06% de Vallourec.
.......
https://www.lerevenu.com/bourse/petrole ... s-de-total

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 11 mars 2019, 20:15

Bruxelles autorise le rachat de Chevron Denmark par Total

08/03/2019

La Commission européenne a autorisé, en application du règlement européen sur les concentrations, l'acquisition de Chevron Denmark par Total Holdings USA. L'enquête de la Commission s'est concentrée sur les marchés de la fourniture en gros de gaz en amont et en aval au Danemark et dans les États membres voisins. La Commission a conclu que l'acquisition envisagée ne poserait pas de problèmes de concurrence. En ce qui concerne le marché de la fourniture en gros de gaz en amont, la Commission a constaté que l'entité issue du rapprochement n'aurait pas un pouvoir de marché accru. En outre, la capacité d'interconnexion entre le Danemark et les États membres voisins n'est soumise à aucune contrainte. En ce qui concerne le marché de la fourniture en gros de gaz en aval, Bruxelles a constaté qu'un certain nombre d'autres fournisseurs sont à la disposition des clients et que l'opération aurait une incidence limitée sur la structure du marché au Danemark et dans l'EEE. La Commission a constaté, entre autres, que les clients danois s'approvisionnent déjà directement auprès d'autres plates-formes européennes situées en Allemagne et aux Pays-Bas.
https://www.boursedirect.fr/fr/actualit ... 072c1956c6

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56061
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 20 mars 2019, 20:14

A.P. Moller-Maersk a vendu une part dans Total à 51,18 euros par action

Publié le 20/03/2019 (Reuters)

Le géant danois du transport maritime A.P. Moller-Maersk a annoncé mercredi avoir vendu la participation de sa filiale Maersk Oil Trading and Investments (MOTI) dans Total pour environ 884 millions d'euros, soit 51,18 euros par action.

L'action Total a clôturé mardi à 51,54 euros.

Cette opération, réalisée via la construction accélérée d'un livre d'ordres, porte sur près de 17,3 millions de titres, soit environ 0,65% du capital du groupe français selon des calculs de Reuters.

Le groupe A.P. Moller-Maersk lui-même a annoncé en août dernier son intention de distribuer une part "substantielle" de sa participation résiduelle dans Total à ses actionnaires.

Le groupe danois était entré à hauteur de 3,7% au capital du géant pétrolier français à l'occasion du rachat par ce dernier de sa division pétrolière, Maersk Oil, pour 6,3 milliards d'euros.
https://www.usinenouvelle.com/article/a ... on.N820380

Répondre