Afrique du Sud

Toutes discussions pour les habitants francophones d'Afrique.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 05 août 2018, 12:24

ENEL à 700 MW de projets en éolien en Afrique du Sud et sécurise 700 millions € de financement pour cela.
Enel Green Power Signs Project Financing for 700 MW of New Wind Power Projects in South Africa

02 August 2018 EVWIND

Enel Green Power RSA (“EGP RSA”), the Enel Group’s South African renewables company, signed with senior lenders Nedbank Limited and Absa[1] all project financing agreements for up to 950 million euros, namely up to 80% of the overall investment of around 1.2 billion euros on a portfolio of five new wind projects, totalling roughly 700 MW of capacity. The five facilities, namely Nxuba, Oyster Bay, Garob, Karusa and Soetwater, have a capacity of around 140 MW each. The Enel Group is contributing around 230 million euros in equity in the construction of the five wind farms. Following the signing of the agreements, also known as “financial close”, construction of the first project, Nxuba, is expected to start by the end of 2018.

...........

The Garob, Karusa and Soetwater projects will be constructed in the Northern Cape province, while the Oyster Bay and the Nxuba wind farms will be built in the Eastern Cape province. The five wind farms were all awarded in round 4 of the South African government’s Renewable Energy Independent Power Producer Procurement Programme (REIPPPP). Each project is minority-owned by a local partner.
.........
https://www.evwind.es/2018/08/02/enel-g ... rica/64104

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 20 août 2018, 18:56

Afrique du Sud : Jiangsu Seraphim a inauguré une usine de fabrication de module photovoltaïque de 300 MW


Agence Ecofin 15 Aout 2018

La compagnie chinoise Jiangsu Seraphim Solar System a annoncé avoir inauguré une usine d’assemblage de modules solaires en Afrique du Sud. D’une capacité de production de 300 MW, l’infrastructure est implantée dans la province de l’Eastern Cape.

Sa mise en place a coûté 14 millions $ et a été faite en partenariat avec la compagnie espagnole, ILB Helios Southern Africa et l’Industrial Development Corporation of South Africa. L’usine est actuellement en période de test, mais ses promoteurs affirment qu’elle tournera à plein régime d’ici la fin de ce mois. Elle a été équipée d’une technologie de production entièrement automatisée.

Jiangsu Seraphim Solar System ambitionne de produire au cours des trois prochaines années, des modules photovoltaïques d’une capacité totale de 1,5 GW. Elle prévoit également de doubler sa capacité de production à cet horizon.
https://www.agenceecofin.com/solaire/15 ... -de-300-mw

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 31 août 2018, 20:24

Les cœlacanthes sud-africains menacés par les projets pétroliers d’Eni

Publié le 31/08/2018

La dernière colonie connue de cœlacanthes vivant en Afrique du Sud, au large de la côte de Sodwana, serait menacée par des projets pétroliers d’Eni, s’inquiète le Guardian, dans un article publié en août.

Image

Découvert en 2000, le groupe, d’une trentaine d'individus, se situe à proximité du block ER236, où Eni a des ambitions pétrolières. Un rapport du groupe italien confirme qu’il « envisage de forer jusqu’à six puits en eau profonde dans le bloc ER236. Quatre dans une zone d’intérêt nord de 1 840 km2, à des profondeurs comprises entre 1 500 et 2 100 mètres. Et deux dans une zone sud de 2 905 km2, à des profondeurs de 2 600 à 3 000 mètres ».

Problème, la zone nord, au large de la réserve humide d’iSimangaliso, flirte avec l’aire de répartition de cette colonie de fossiles vivants, mise en lumière par le naturaliste Laurent Ballesta à l’occasion d’une expédition scientifique, suivie d’un reportage en 2013.


Application des normes

« Le risque doit être soigneusement évalué avant que cette entreprise commerciale ait progressé trop loin et qu'il soit trop tard, prévient Mike Bruton, biologiste marin spécialiste de ce poisson. Les marées noires ne respectent pas les limites des aires marines protégées. »

Et Andrew Venter, directeur du Wildlands conservation trust, un groupe de défense de l’environnement en Afrique du Sud, de rappeler : « Le déversement d’hydrocarbures de Deepwater horizon dans le golfe du Mexique en 2010 a décimé les populations de poissons, donc si un déversement de pétrole se produit au large d’iSimangaliso, il pourrait très bien éliminer ces cœlacanthes. »

Dans son étude d’impact environnemental, le pétrolier italien reste évasif. « Eni applique toujours les normes opérationnelles les plus strictes, qui dépassent souvent les réglementations locales », se défend-il, ajoutant qu’une étude indépendante sur la modélisation des déversements accidentels était en cours.

« En danger critique d’extinction »

Le cœlacanthe date de 400 millions d’années. Ce poisson préhistorique se caractérise par ses nageoires rattachées aux corps par des appendices carnées et osseux. Il possède également une poche d’air qui pourrait être le vestige d’un poumon, faisant de l’animal un hypothétique chaînon manquant dans l’évolution.

Le poisson a été identifié au 19e siècle, fossilisé sur des schistes ardoisiers. En 1938, le premier spécimen vivant a été découvert au large des Comores. Deux espèces de cœlacanthe ont été identifiées, l’une en Afrique de l’est, l’autre en Indonésie.

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le cœlacanthe africain est en « en danger critique d’extinction », tandis que celui évoluant au large de l’île indonésienne de Sulawesi est « vulnérable ».
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... es-projets

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 01 sept. 2018, 14:27

Afrique du Sud : le gouvernement passe à la trappe l’ajout de nouvelles capacités de nucléaire

Agence Ecofin 27 aout 2018

Le gouvernement sud-africain a renoncé à l’ajout de nouvelles capacités de centrales nucléaires. Il s’agit là de l’une des principales révélations du Plan de ressources intégré (IRP) du secteur de l’électricité, dévoilé aujourd’hui par les autorités pour amendements.

Porté par l’exécutif sous la direction de l’ex-président Jacob Zuma, le plan d’extension nucléaire visait la mise en place de 9 600 MW de nouvelles capacités d’ici 2030. Si dans sa dernière version, l’IRP s’était montré plus modéré en revoyant à 1 359 MW la puissance des centrales à mettre en place, la nouvelle version du rapport ne fait pas mention de nouvelles capacités nucléaires. En effet, selon les auteurs, le principal argument qui militait en faveur d’une telle décision n’est plus valable puisque la demande interne en énergie connait une baisse.

« Nous n’envisageons pas de construire de nouvelles centrales nucléaires avant 2030.», a donc annoncé le ministre de l’Energie Jeff Radebe (photo), comme pour mettre fin au débat. En lieu et place, le document prévoit au même horizon, la mise en place de 8 100 MW d’éolien, 8 100 MW de centrales à gaz, 5 670 MW de photovoltaïques, 2 500 MW d’hydroélectricité et 1 000 MW de centrales à charbon.
https://www.agenceecofin.com/nucleaire/ ... -nucleaire

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 17 nov. 2018, 12:22

Afrique du Sud : en décembre, Total va démarrer un forage en mer

Agence Ecofin 14 nov 2018

Mardi, la société française Total a annoncé qu’elle commencera, à la mi-décembre, un programme de forage dans l’offshore sud-africain qui devrait durer entre trois et quatre mois, selon les conditions météorologiques.

Les activités seront centrées sur son bloc 11B/12B, situé à 180 km au sud de Mossel Bay, dans le bassin en eau profonde de l'Outeniqua, notamment sur le puits Brullpada-1AX qui avait été suspendu en 2014, en raison de problèmes mécaniques liés à l'équipement marin de la plateforme de forage. Les partenaires engagés sur le projet avaient expliqué à l’époque que la profondeur totale n’avait pas été atteinte, mais qu'ils étaient convaincus du potentiel en hydrocarbures du site.

Une plateforme de forage, la Deepsea Stavanger, appartenant à Odfjell est actuellement en transit de Norvège et devrait arriver sur place dans quelques jours. Si les résultats s’avèrent concluants, plusieurs autres cibles devraient être explorées sur le périmètre.

Le bloc 11B/12B couvre une superficie d’environ 19 000 km2 dans des profondeurs d'eau allant de 200 à 1 800 mètres. Total opère le bloc avec 45%. Il est suivi de Qatar Petroleum (QP), 25 %, Canadian Natural Resources (CNR), 20 % et Main Street, 10 %.
https://www.agenceecofin.com/exploratio ... age-en-mer

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 24 nov. 2018, 18:48

Afrique du Sud : Eskom est loin d’être sortie d’affaires, sa dette pourrait bientôt atteindre 40 milliards $

Agence Ecofin 22 nov 2018

La situation financière d’Eskom, la compagnie électrique sud-africaine, demeure inquiétante pour plusieurs années avec le risque que la charge des dettes passe de 400 milliards de rands (29,1 milliards $) à 550 milliards de rands (40 milliards $) dans un futur proche. Cette affirmation a été faite par Phakamani Hadebe (photo), le directeur exécutif de la compagnie.

« La compagnie est réellement sous une tension financière sévère », a confié le responsable au comité parlementaire en charge des entreprises publiques.

Calib Cassim, le directeur financier d’Eskom, a expliqué que ces problèmes sont en partie dus au fait que la compagnie ne peut pas apurer le service de sa dette avec ses revenus. Une situation qui l’oblige à contracter des dettes pour en régler d’autres et qui, au final, empire sa situation.

La société espère que son niveau de dépenses se stabilisera au cours des trois prochaines années, une fois que les centrales actuellement en construction seront achevées. Cependant, cet effet sera mitigé par le coût de maintenance des infrastructures.

En outre, les pénuries de charbon conduiront à une baisse de la disponibilité de l’énergie qui passera à 73, voire 72% de la demande. Ce qui obligera la compagnie à avoir recours à ses groupes électrogènes fonctionnant au diesel. Une situation qui devrait perdurer jusqu’en mars 2019.
https://www.agenceecofin.com/investisse ... -milliards

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 02 déc. 2018, 17:11

Connection au réseau de la centrale solaire à concentration et stockage de sels de Kathu, Afrique du Sud. 100 MW.
The 100 MW Kathu concentrated solar power plant with molten salt storage system accomplished first synchronization

November 26, 2018 evwind

SENER and ACCIONA Industrial have reached a critical milestone in the construction project of Kathu Solar Park. Namely, the successful synchronization was achieved on 18 November, electric power was generated and transferred on the National grid complying with all expected parameters to ensure the supply of power starts and end users can consume reliable energy once the plant is operation.
.......

Image

https://www.evwind.es/2018/11/26/the-10 ... tion/65305

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 08 déc. 2018, 22:02

Afrique du Sud : Seraphim implantera une usine de fabrication de cellules solaires de 500 MW, à Coega


Agence Ecofin 6 déc 2018

Le fabricant mondial de composants solaires Seraphim ambitionne de construire une usine de fabrication de cellules solaires d’une capacité de 500 MW, dans la Zone industrielle de Coega, près de Port Elisabeth, en Afrique du Sud.

L’usine sera mise en place en collaboration avec l’Association de développement industriel d’Afrique du Sud (IDC). Elle est prévue pour entrer en service, d’ici le troisième trimestre de 2019.

L’ouverture de cette nouvelle usine survient suite à l’implantation d’une usine de fabrication de modules solaires, d’une capacité de 300 MW, dans la région de l’Eastern Cape, en août dernier. Il est d’ailleurs prévu que la capacité de cette usine soit augmentée de 200 MW.

« Nous recevons continuellement des commandes pour notre usine de fabrication de modules de 300 MW, depuis son entrée en service en septembre dernier. L’implantation de notre propre usine de fabrication de cellules solaires est le moyen idéal de consolider notre base clientèle en optimisant le processus de fabrication et en réduisant les délais de livraison », a affirmé Polaris Li, le président de Seraphim.
https://www.agenceecofin.com/solaire/06 ... mw-a-coega

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 30 déc. 2018, 15:28

Afrique du Sud : démarrage du forage du puits Brullpada-1AX

Image

Agence Ecofin 30 déc 2018

En Afrique du Sud, Africa Energy Corp a annoncé que le forage du puits Brullpada-1AX qui avait été suspendu en 2014, a repris vendredi avec la plateforme de forage Deepsea Stavanger.

Africa Energy et ses partenaires engagés sur le projet (bloc 11B/12B) estiment que le puits possède des ressources potentielles brutes de plus de 500 millions de barils avec des chances de succès élevées. Il faut dire que la région située en offshore, notamment dans le bassin d'Outeniqua, à 175 km au large possède un système pétrolier éprouvé provenant du champ de pétrole Sable et ceux d’Oryx en Afrique du Sud.

Selon NGW, si du gaz est découvert sur place, il existe une option pour acheminer le combustible à la raffinerie de gaz liquide de Mossgas.

« Le puits d'exploration Brulpadda-1AX est une opportunité d'ouverture de ce bassin de classe mondiale qui est l'une des dernières régions sous-explorées d'Afrique. Nous attendons avec impatience les résultats de forage du puits au premier trimestre de 2019 », a déclaré Garrett Soden, le patron d’Africa Energy.

Total est l'opérateur du bloc avec 45%, tandis que Qatar Petroleum et Canadian Natural Resources (CNRL) détiennent respectivement 25% et 20%. Les 10 % restants sont détenus par Main Street 1549, qui, elle, est détenue à 51 % par Africa Energy Corp./quote]
https://www.agenceecofin.com/exploratio ... llpada-1ax

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 19 janv. 2019, 10:28

Projets d'investissement de l' Arabie Saoudite en Afrique du Sud. 10 milliards de dollars pour une raffinerie et de la pétrochimie.
Saudis Look To Build Oil Refinery, Petrochemical Plant In South Africa

By Tsvetana Paraskova - Jan 18, 2019

Saudi Arabia plans to build an oil refinery that would use Saudi crude, as well as a petrochemical plant in South Africa, as part of US$10 billion investments, Saudi Energy Minister Khalid al-Falih said on Friday while on a visit to South Africa.

Saudi oil giant Saudi Aramco will lead the construction of the oil refinery in South Africa, al-Falih noted.

“There have been exchanges of talks by Saudi Aramco teams and they have been supported by the South African energy ministry,” Reuters quoted the Saudi minister as saying after a meeting with South Africa’s Energy Minister Jeff Radebe.

“The Republic of South Africa and the Kingdom of Saudi Arabia concluded & signed a declaration of intent to cooperate comprehensively in the field of oil & gas,” Radebe tweeted on Friday.

According to the South African minister, the two countries will finalize in the next few weeks details about the exact locations of the oil refinery and petrochemical plant.

Al-Falih, for his part, noted that Saudi Arabia was interested in using the African country’s major oil storage facilities. In addition, Saudi Arabia’s utility developer ACWA Power is looking to invest in South Africa’s new renewable energy program.

In the summer of 2018, during the state visit of South Africa’s President Cyril Ramaphosa to Saudi Arabia, the Saudis pledged to invest US$10 billion in South Africa, predominantly in the energy sector.

While Ramaphosa was on a visit to Saudi Arabia in July, the outlet Middle East Eye raised questions about the potential involvement of South Africa-made weapons in the conflict in Yemen.

According to annual reports from South African National Conventional Arms Control Committee (NCACC), quoted by Middle East Eye, South Africa supplied arms, ammunition, armored vehicles, and surveillance and military technology to both Saudi Arabia and the United Arab Emirates (UAE) in 2016 and 2017. In 2015, the pro-Houthi Al Masirah news channel showed footage of a shot-down drone. The footage clearly indicated a plate worded ‘Made in South Africa Carl Zeiss Optronics Pty Ltd’ on the crashed drone, Zeenat Adam at Middle East Eye wrote in July 2018.

By Tsvetana Paraskova for Oilprice.com
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... frica.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 26 janv. 2019, 12:56

L’Afrique du Sud pourrait doubler l’énergie importée d’Inga III en la faisant passer à 5 000 MW

Agence Ecofin 21 janv 2019

L’Afrique du Sud envisage de doubler la quantité d’énergie qu’elle importera depuis le barrage d’Inga III, en construction en République démocratique du Congo, rapporte Bloomberg. L’acheteur s’était engagé en 2013, dans le cadre d’un traité bilatéral, à racheter 2 500 MW de l’énergie produite par le barrage, d’une capacité projetée de 11 000 MW.

« Je voudrais annoncer que l’Afrique du Sud est intéressée par l’acquisition de 2 500 MW supplémentaires, en plus de la quantité convenue dans le cadre du traité », a affirmé Jeff Radebe, le ministre sud-africain de l’énergie, dans une correspondance adressée à Bruno Kapandji, le responsable de l’Agence pour le développement et la Promotion du projet Grand Inga.

La finalisation du nouvel accord relatif à cette demande devrait se faire avant la fin de l’année en cours, selon le responsable sud-africain. Le tarif de rachat ne devrait pas dépasser les 30$ le mégawattheure, en y incluant les coûts de transmission.

La construction de la centrale a récemment été confiée à un consortium sino-espagnol constitué par la China Three Gorges and State Grid International Development et AEE Power Holdings. Elle devrait coûter environ 18 milliards $.

L’accroissement de l’intérêt sud-africain pour sa production est important pour l’avancée du projet qui devrait s’achever dans la seconde moitié de la décennie 2020.

Récemment, le Parlement sud-africain a émis un doute sur l’opportunité à dépendre du Congo pour la fourniture électrique. Entre autres arguments avancés, la baisse de la demande électrique, les difficultés financières de l’Eskom, la compagnie électrique nationale, et la possibilité pour le pays de produire sur place à moindre coût, l’énergie qu’il s’apprête à importer.
https://www.agenceecofin.com/hydroelect ... a-5-000-mw

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 26 janv. 2019, 13:56

Afrique du Sud : une réforme de l’Eskom et du marché énergétique est nécessaire, selon la Banque mondiale

Agence ECOFIN 24 janv 2019

L’Eskom est trop importante pour simplement faire faillite et nécessite une réforme, non seulement de son organisation, mais du marché énergétique, selon la Banque mondiale.

« La compagnie est trop grande pour tout simplement se désintégrer. Réparer toutes les pièces qui en ont besoin sera plus coûteux que de réformer l’ensemble.», a affirmé Paul Noumba Um (photo), le directeur de la Banque mondiale pour l’Afrique du Sud.

Avant de poursuivre : « Si vous voulez demeurer un atout pour le pays, il faudra également faire attention à la transition vers une énergie propre qui est en train d’arriver. Alors, la réorganisation du marché est d’une importance primordiale, toute aussi importante que de s’assurer que chacune des parts de ce marché joue bien son rôle.»

Le gouvernement envisage cette réforme, et l’accélérera après les élections générales de mai. La mise en place de ces mesures prendra plus ou moins du temps, selon leur ampleur. La situation financière précaire de l’entité publique qui a entre autres 420 milliards de rands de dettes (30 milliards $), est devenue une priorité pour le

gouvernement qui ne pourrait pas résister à un effondrement de cette compagnie publique.

Pour la banque, il faudrait restructurer les trois unités qui composent actuellement l’Eskom et qui sont la production, la transmission et la distribution électrique. Il est également important de restructurer la dette de l’entité à l’aune de la garantie étatique qui devra prendre le relais en cas d’incapacité de l’entreprise.

Selon un rapport émis par l’institution financière, la croissance projetée du PIB sud-africain est de 1,3%, une estimation de la moyenne de 4,2% des pays émergents et de 3,7% des pays d’Afrique subsaharienne. L’éventualité d’une sécheresse, les dettes des entités publiques et les passifs éventuels, sont les causes de cette faible prévision.

La maturation des passifs des entités publiques pourrait ajouter deux points de pourcentage au ratio dette-PIB du pays, le faisant passer à 55,8% pour l’exercice budgétaire 2018/2019.
https://www.agenceecofin.com/investisse ... e-mondiale

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 02 févr. 2019, 13:17

Afrique du Sud : l’augmentation de tarif proposée par l’Eskom menace 150 000 emplois dans le secteur minier

Agence Ecofin 30 janv 2019

En Afrique du Sud, l’augmentation de 15% du tarif électrique sur trois ans prévue par l’Eskom, la compagnie électrique nationale, portera un coup au secteur minier du pays. C’est ce qu’ont affirmé les entreprises intervenant dans le secteur, dans le cadre d’une conférence sectorielle.

« Une augmentation du prix de l’électricité n’est pas une solution en soi. L’Eskom doit être restructurée et l’Etat doit intervenir dans ce sens.», a affirmé Henk Langenhoven, l’économiste en chef du regroupement des entreprises minières intervenant dans le pays.

Après l’augmentation du tarif électrique en 2006 et la crise énergétique en 2008, l’Eskom a sensiblement diminué la fourniture électrique des mines du pays tandis que le prix d’acquisition de l’énergie a augmenté de 523% sur la période pour cette catégorie de consommateur, selon les miniers. Ces contingences ont conduit à la réduction d’environ 15 000 emplois.

La nouvelle hausse de 15% du tarif qui se profile, conduira selon les miniers, à une hausse cumulative de 75% d’ici à 2021, ce qui endommagerait sérieusement l’industrie qui se trouve déjà dans une position délicate.

Cela conduirait, selon les entreprises minières, à une baisse de la production du secteur ainsi qu’à la perte de 150 000 emplois.

La réduction de la consommation des mines entretiendra le cercle vicieux des problèmes de l’Eskom puisque ces dernières consomment près du tiers de l’énergie distribuée dans le pays.
https://www.agenceecofin.com/distributi ... eur-minier

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 07 févr. 2019, 01:41

Engie met en service en Afrique du sud sa première centrale solaire à concentration

AFP le 06 févr. 2019

Engie a annoncé mercredi avoir mis en service une centrale solaire de 100 mégawatts (MW) à Kathu en Afrique du sud, première réalisation mondiale du groupe français à partir de la technologie du solaire thermique à concentration.

Cette centrale, située dans la province du Cap-du-Nord, sera dotée d'un système de stockage qui permettra quatre heures et demie d'autonomie.

Elle est composée de 384 000 miroirs étendus sur environ 4,5 km2, qui permettent de concentrer les rayons du soleil afin de chauffer un fluide caloporteur qui fait tourner une turbine pour produire de l'électricité.

"Kathu, avec son système de stockage de sels fondus, offre une solution propre pour l'intermittence des énergies renouvelables", s'est félicité la directrice générale d'Engie, Isabelle Kocher, citée dans un communiqué.

Engie avait été retenu en 2015 par le Département sud-africain de l'Energie pour développer ce projet. Dans ce pays, le groupe français est aussi présent dans un parc éolien de 94 MW, deux parcs photovoltaïques de 21 MW, mais aussi deux centrales à gaz de 1.005 MW.

Il détient également deux sociétés d'installation et maintenance de systèmes de froid et ventilation.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ion-190206

Image
http://www.engie-africa.com/fr/exploita ... ue-du-sud/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55558
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 07 févr. 2019, 14:53

suite de ce post du 30 dec 2018, http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 2#p2277942
bien vu pour Total :
Hydrocarbures : Total annonce une découverte « importante » en Afrique du Sud

07 février 2019 Par Jeune Afrique avec AFP

Le groupe français Total a annoncé jeudi avoir découvert un gisement important d'hydrocarbures au large de l'Afrique du Sud, une annonce aussitôt saluée par le gouvernement de Pretoria comme un « coup de pouce » potentiel à son économie en difficulté.

Dans une déclaration publiée à Paris, le pétrolier Total a précisé avoir identifié ce gisement de condensats – des hydrocarbures à l’état gazeux et liquide – dans le bassin de l’Outeniqua, à 175 kilomètres au large de la côte sud de l’Afrique du Sud.

« Il s’agit d’un gisement qui pourrait représenter un volume d’environ 1 milliard de barils, du gaz et des condensats », a commenté devant la presse le PDG de Total, Patrick Pouyanné, qui présentait les résultats 2018 de son groupe. »C’est probablement un gros gisement », a-t-il ajouté, « mais dans une région où l’exploitation s’annonce difficile, avec de fortes vagues et une météo pas très facile ».

Ces conditions météo difficiles avaient contraint Total à suspendre une précédente campagne de recherches dans ce même secteur en 2014.

La découverte doit désormais être confirmée par une campagne d’étude sismique puis le forage de quatre puits.

« Un coup de pouce potentiel important pour notre économie »

Le ministre sud-africain des Ressources minérales Gwede Mantashe s’est immédiatement réjoui de la découverte du groupe français, une première pour le pays. « Cette découverte est particulièrement intéressante pour notre pays », a-t-il réagi dans un communiqué, « c’est un coup de pouce potentiel important pour notre économie ».

L’annonce de Total intervient quelques heures avant le très attendu discours sur l’état de la nation qu’il doit prononcer devant les députés, à trois mois des élections générales.

L’Afrique du Sud traverse depuis la crise financière de 2008 une passe difficile, caractérisée par une faible croissance et un fort taux de chômage (28%). Au pouvoir depuis un an, le président Cyril Ramaphosa a promis de relancer l’économie de son pays, sans résultats tangibles jusque-là, et d’éradiquer la corruption qui a éclaboussé le règne de son prédécesseur Jacob Zuma.
https://www.jeuneafrique.com/731502/eco ... ue-du-sud/


Image
Le puits de Brulpadda a été foré par Total sur son bloc 11B/12B, à 175 km des côtes sud-africaines. (Illustration : Total)

https://www.lemarin.fr/secteurs-activit ... s-eaux-sud

Répondre