Revenu inconditionnel

Discussions libres mais portant sur le thème général de la déplétion.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Un revenu (ou dotation) sans condition

Vous pouvez sélectionner 2 options

 
 
Consulter les résultats

ni chaud ni froid
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1608
Inscription : 03 mai 2007, 20:42

Re: Revenu inconditionnel

Message par ni chaud ni froid » 13 juin 2013, 09:37

@ Jeuf, ton propos corrobore le mien, et tous les arguments pour répondre à ton propos je les ai déjà évoqué :

- Aucune société moderne ne souhaite payer cher le "poubelier" ou le "balayeur" c'est une mauvaise allocation de ressource (poste de coût uniquement), ou si tu veux non productive. Pour être clair je ne défends pas ce point de vue, je t'explique ce que la plupart du monde pense. Preuve s'il en est : on a "importé" plusieurs millions de personne pour satisfaire notre besoin de main d’œuvre pas chère et pas regardante.

- C'est scientifiquement prouvé, il y a des études sur le sujet : même parmi les bonnes volontés, il y a toujours une proportion constante de gens qui fuit les corvées collectives. Si tu te poses la question de ce que ferait un individu sans contrainte de ressources, regarde les gens sans contraintes de ressources, il n'y en a pas beaucoup qui passent le balai dans leur propre appartement, et encore moins qui bossent sur les chantiers.

- On ne peut pas non plus réduire tous les boulots "corvées". Quid des boulots productifs qui ne peuvent pas être réduits : le manœuvre en maçonnerie ou le mec qui fait des projections de peinture en usine ? On arrête de produire ? On produit moins ? Comment finances tu ton système avec de moins en moins de production ? Quant à supposer qu'il n'y a pas de travail "si affreux"... As tu déjà étalé de l'enrobé en plein cagnard ? Passé ta journée dans une cabine à peinture de type poudre ? Passé l'aspirateur et nettoyé les bureaux suffisamment longtemps pour souffrir de TMS ? Désamianté des bâtiments ? Ramassé des centaines de salades à la chaine ? Fait de la maçonnerie en plein hiver ? A tout ces boulots là, je préfère ton revenu minimal sans hésiter un instant.

- Tout système qui fonctionne pas trop mal n'est pas principalement basé sur le fait de changer les mentalités. On adapte l'idéologie à l'humain, et pas l'inverse...

Après, libre à toi d'y croire et de promouvoir tout cela, libre à toute société de mettre en place cela. Si ça passe, tu sais ou me trouver : dans mon jardin à gratter ma guitare, à regarder mes salades pousser, attendant mes amis pour le méchoui.

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8391
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Revenu inconditionnel

Message par kercoz » 13 juin 2013, 15:10

Si l' on étudie les activités que l' on peut sous traiter , il en est de 3 sortes :
-celles que l' on peut ne pas sous traiter ( menage , cuisine ,vaisselle , education domicile, petits bricolages) // les sous traiter c'est admettre un servage , une exploitation)
-celle que l' on est quasi obligé de sous traiter : fourniture eau elec , gaz , dechets , gros travaux ou tx qualifiés
-entre les deux ceux que l' on peut sous traiter partiellement .

Je trouverais assez obscène qu' une allocation finance la 1ere cat.
Il reste les activités spécialisées ou dépendants de materiels , qui peuvent faire l' objet d' activité rénumérées partielles ...
Mon idée serait que les activités soient multiples et tendent vers une autonomie importante .
Le concept le plus dur a faire admettre c'est que le gain de productivité doit etre abandonné comme mal-faisant...il transforme une activité en ...travail !
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Jeuf
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1048
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : St Quentin en 78

Re: Revenu inconditionnel

Message par Jeuf » 14 juin 2013, 18:43

Je trouverais assez obscène qu' une allocation finance la 1ere cat.
Le but n'est pas de financer telle ou telle activité.

Tiens, on peut présenter autrement le revenu sans condition, comme un synthèse improbable des thèses socialistes (où est promu la redistribution de la richesse) et celles libérales (pour lesquelles l'homme est son propre "manager", et aussi que le poids de l'etat, la masse de fonctionnaire doivent être réduites), puisque que c'est considérer que distribuer une partie de la richesse pour subventionner l'ensemble des activités qui sont effectué par tous les citoyens sans distinction, sans s'embêter à contrôler si c'est bien ou pas, car on suppose qu'étant leur propre hérault ils en feront bon usage. A la base, ce revenu sert à assurer nourriture et protection, donc, certainement pas des choses critiquables.
Certes, il peut y avoir de "mauvais" usage (selon certains...), mais ils resteront minoritaires.
La loi continuera aussi de définir ce qui est expressement nuisible et punissable (usage de drogue, d'armes par exemple).

C'est scientifiquement prouvé, il y a des études sur le sujet : même parmi les bonnes volontés, il y a toujours une proportion constante de gens qui fuit les corvées collectives.
Argument d'autorité ("scientifiquement")...ok mais j'aimerai en savoir plus sur les études en question.

Ne pas oublier que le revenu serait suffisant pour ne pas mourir de faim ou de froid, mais guère plus.
Et qu'il serait réduit si tout le monde cesse de travailler. Et sans avoir à évoquer la délation, il ne sera pas socialement (ni psychologiquement) satisfaisant de ne pas contribuer d'une manière ou une autre à la production de richesse.

Sinon ce qui est une corvée pou l'un ne l'est par forcément pour un autre.
- On ne peut pas non plus réduire tous les boulots "corvées". Quid des boulots productifs qui ne peuvent pas être réduits : le manœuvre en maçonnerie ou le mec qui fait des projections de peinture en usine ? On arrête de produire ? On produit moins ? Comment finances tu ton système avec de moins en moins de production ? Quant à supposer qu'il n'y a pas de travail "si affreux"... As tu déjà étalé de l'enrobé en plein cagnard ? Passé ta journée dans une cabine à peinture de type poudre ? Passé l'aspirateur et nettoyé les bureaux suffisamment longtemps pour souffrir de TMS ?
J'ai fait quelques missions d'interim en usine. Un jour, j'ai eu, avec quelques autres à tour de role, à nettoyer, au pied de la cheminé, une pièce, le filtre à pollution dit-on...un pièce pleine de poussière humide à pelleter.
Bref, de cela, j'ai pas gardé un souvenir si traumatisant. Ou peut-être que si, sans m'en rendre compte, inconsciemment (sinon je me souviendrai pas de cette anecdote de rats qui seraient retrouvés à cet endroit?).
A cette usine, et même dans cette pièce de filtre, je pourrai retourner (la finalité n'étant pas parmi les pire). Ce n'est pas la pénibilité du travail qui m'empêche...je suis parti ailleurs après mes études, je ne me sens pas trop à l'aise dans le milieu ouvrier (pas seulement là). Ce n'est pas la pénibilité physique qui est en cause.
Ce genre de tâche ne constitue pas ce que fait un ouvrier toute sa journée (ou nuit). Et ces travaux demandent à être alterné avec d'autres (pour éviter cette situation où on "passe l'aspirateur jusqu'à avoir des TMS"). C'est possible dans une économie avec beaucoup de machines, qui réduisent le travail considéré pénible physiquement.

Il y a des boulots pénibles physiquement, et si il s'ajoute à ça un patron coléreux sur le dos, une mauvaise ambiance avec collègues, une mauvaise paye, une finalité visiblement nuisible (coller des affiche de pub par ex), la peur de l'avenir avec une absence d'alternative sociale ou professionnelle (un ou plusieurs de ces éléments) vraiment y'a de quoi être malheureux. Un revenu sans condition permet de débloquer pas mal de ces points. Sans provoquer une ruée hors des travaux pénibles.

Concernant le bâtiment (dont je reconnais toute l'utilité, appréciant d'avoir un clos est un couvert) je signale que le travail physique n'est pas toujours associé à tout ces maux. Ainsi vont les chantiers participatifs. Auxquels acceptent de participer des personnes pour pas un rond.
Je veux dire aussi qu'un chantier dans une bonne ambiance puisse se faire de façon salariée.

Libre à toi d'y croire et de promouvoir tout cela, libre à toute société de mettre en place cela. Si ça passe,
Hoho, pas si vite, faut tester à petite échelle avant.

Si ça passe, tu sais ou me trouver : dans mon jardin à gratter ma guitare, à regarder mes salades pousser, attendant mes amis pour le méchoui.
Si tout le monde fait comme ça (ce qui me semble improbable), il risque de ne rien y avoir à manger pour le méchoui. D'ailleurs, revenu redistribué pour se le payer. Restera à organiser avec ces mêmes amis des activités collectives pour faire soi-même ce méchoui.

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8391
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Revenu inconditionnel

Message par kercoz » 14 juin 2013, 20:15

Ce système c'est encore "le" système , c'est a dire l' accepter et le valider , ..ne rien remettre en cause , puisqu' il faut maintenir la structure existante pour produire un "revenu" ....S' il y a revenu c'est qu' il y a spoliation ...d' une façon ou d' une autre , surtout avec moins d' énergie ...
Si je veux faire un méchoui , j' élève un mouton ( nettement meilleur) ...ou je trouve un pote qui en a un de rab...actuellement je peux refiler 2 poules qui ne pondent plus besef ...et que j' ai trop fréquenté pour les occire moi meme ...Le revenu -charité rend dépendant et valide le modèle actuel ...laissons le s'écrouler de sa belle mort ..
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

ni chaud ni froid
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1608
Inscription : 03 mai 2007, 20:42

Re: Revenu inconditionnel

Message par ni chaud ni froid » 14 juin 2013, 21:29

Jeuf a écrit :Argument d'autorité ("scientifiquement")...ok mais j'aimerai en savoir plus sur les études en question.
Ne t'imagine pas qu'il y a une bataille rhétorique, il n'y a pas de ma part une volonté d'utiliser tout Schopenhauer pour gagner quoi que ce soit.
Je n'ai rien à gagner à te mentir sur le fait que j'ai lu quelques études sur le sujet dans des bouquins liés aux comportements psychosociaux (impossible de retrouver la référence comme ça, désolé)
Pour un des exemples que j'ai en tête. Le protocole était peu ou prou le suivant :
On donne une tache à faire à plusieurs groupes. On laisse le travail se répartir comme il l'entendent. Globalement on distingue trois types de comportements : les volontaires (actifs, distribuant le travail), les suiveurs (qui participent, sans prendre de décision) et les tire au flanc (ils en font le moins possible). Quelque soit le groupe, on retrouve une répartition des tâches assez semblable.
Deuxième partie, on réorganise les groupes. On mets les volontaires ensemble, les suiveurs ensemble et les tire au flanc ensemble (rôle observés dans la 1ere partie de l'expérience). Étonnamment, dans chaque groupe "homogène", on constate que les rôles se répartissent à nouveau dans des proportions quasi semblables à la première expérience.

Jeuf a écrit : Et sans avoir à évoquer la délation, il ne sera pas socialement (ni psychologiquement) satisfaisant de ne pas contribuer d'une manière ou une autre à la production de richesse.
Voilà ou on coince depuis le début : C'est vrai pour toi, mais pas pour moi, et l'expérience ci-dessus me laisse à penser que même en sélectionnant des gens de bonnes volontés, il y aura toujours des tire au flanc. Tu n'as d'ailleurs pas relevé ce que je disais sur les gens sans problème de ressources. Sont ils dévalorisés en tant que rentiers, ne contribuant pas à la production de richesse ? pas tellement...
Hoho, pas si vite, faut tester à petite échelle avant.
Je passe mon tour... :-D

kercoz a écrit :Ce système c'est encore "le" système , c'est a dire l' accepter et le valider , ..ne rien remettre en cause , puisqu' il faut maintenir la structure existante pour produire un "revenu" ....S' il y a revenu c'est qu' il y a spoliation ...d' une façon ou d' une autre , surtout avec moins d' énergie ...
Si je veux faire un méchoui , j' élève un mouton ( nettement meilleur) ...ou je trouve un pote qui en a un de rab...actuellement je peux refiler 2 poules qui ne pondent plus besef ...et que j' ai trop fréquenté pour les occire moi meme ...Le revenu -charité rend dépendant et valide le modèle actuel ...laissons le s'écrouler de sa belle mort ..
Kercoz, 100% dans ton optique.
Jeuf, mon premier méchoui, je t'invite ! promis je ne l'aurai pas acheté...

ni chaud ni froid
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1608
Inscription : 03 mai 2007, 20:42

Re: Revenu inconditionnel

Message par ni chaud ni froid » 14 juin 2013, 22:05

Une petite anecdote pour détendre la discussion, sans argument d'autorité. ;)

Je l'ai déjà évoqué, mais j'ai récemment créé ma société. Une des grandes satisfaction de ce geste est que je suis (plus ou moins) libéré, de la notion de travail au sens classique du terme. N'ayant pas de grosses exigences de confort, je ne coûte pas cher, et donc je n'aurai pas besoin de travailler toute l'année : mon revenu minimal "conditionnel" est obtenu jusqu'en juin 2014.
Alors je me roule les pouces ? Non, car avoir une activité professionnelle implique aussi de continuer à travailler pour continuer à exister professionnellement. Si je veux me payer en juillet 2014, il ne faut pas que d'autres prennent la place que j'occupe actuellement. Conclusion, je prends ce qu'on me présente, je refuse quand c'est trop gros ou je co-traite avec promesse d'un futur échange de bon procédé.
Bref, ce n'est ni le sentiment d'utilité ni l'envie de papoter avec la collègue que je n'ai pas qui me maintiens en activité, mais bien la conscience de la nécessité du maintien de mes revenus à moyen terme.

D'une certaine manière, je peux répondre "non" à ceux qui me disent que je suis mon propre patron : En tant que patron, j'exigerais que le temps de travail soit productif à 85%, que les affaires amenées par le commercial soient bien payées. En tant que salarié, je n'accepterai pas d'avoir peu de boulot, d'être aussi mal payé, et d'avoir à faire le secrétariat.
Ma conclusion : j'accepterais volontiers un boulot salarié à tiers temps, mais "ça ne se fait pas" dans les postes bien payés.
Dernière modification par ni chaud ni froid le 14 juin 2013, 22:11, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8600
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Revenu inconditionnel

Message par Remundo » 14 juin 2013, 22:11

Kercoz a écrit :Actuellement je peux refiler 2 poules qui ne pondent plus besef ...et que j' ai trop fréquenté pour les occire moi meme
c'est la belle vie, ça Kercoz :-P

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8391
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Revenu inconditionnel

Message par kercoz » 14 juin 2013, 22:12

En socio , l' experience similaire la plus connue c'est la cours d' école, en camera cachée ....un groupe de gamins , c'est un leader , des dominés et un ou 2 lieutenants .......Qd on sort le leader , tres vite un autre le remplace ...si on continue meme s' il reste les 2 plus graves blaireaux anciens dominés , il y aura un leader qui va s' imposer ;....c'est la structuration des rites hierarchisants qui se substituent a l ' agressivité .....C' est une des raisons qui me fait dire que la "culture" ( la vraie , celle qui permet le contrat social ), se transmet d' enfant a enfant ....les parents transmettant surtout les gènes .....comme les enfants ne vivent plus ensemble ( sans adulte) , moins de frateries , surveillance accrue , tv et ordi ..., plus de colos ..., on aboutit a des zombis destructurés , infoutus de passer au stade adulte (Néoténie/K.Lorenz)
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58580
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Revenu inconditionnel

Message par energy_isere » 15 juin 2013, 12:03

ni chaud ni froid a écrit : .....
Pour un des exemples que j'ai en tête. Le protocole était peu ou prou le suivant :
On donne une tache à faire à plusieurs groupes. On laisse le travail se répartir comme il l'entendent. Globalement on distingue trois types de comportements : les volontaires (actifs, distribuant le travail), les suiveurs (qui participent, sans prendre de décision) et les tire au flanc (ils en font le moins possible). Quelque soit le groupe, on retrouve une répartition des tâches assez semblable.
Deuxième partie, on réorganise les groupes. On mets les volontaires ensemble, les suiveurs ensemble et les tire au flanc ensemble (rôle observés dans la 1ere partie de l'expérience). Étonnamment, dans chaque groupe "homogène", on constate que les rôles se répartissent à nouveau dans des proportions quasi semblables à la première expérience........
Ca me rappelle une expérience du même genre chez les rats, qu j' ai vu reporté plusieurs fois : expériences de structure hiérarchique chez les rats, dominants / dominé .......

ni chaud ni froid
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1608
Inscription : 03 mai 2007, 20:42

Re: Revenu inconditionnel

Message par ni chaud ni froid » 15 juin 2013, 12:13

Oui déjà lu cette expérience, et lu quelquechose de similaire chez les abeilles : il y a toujours un pourcentage qui fait semblant de bosser.
Apparemment c'est inhérent aux comportements sociaux chez les animaux...

Jeuf
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1048
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : St Quentin en 78

Re: Revenu inconditionnel

Message par Jeuf » 15 juin 2013, 22:37

On donne une tache à faire à plusieurs groupes. On laisse le travail se répartir comme il l'entendent. Globalement on distingue trois types de comportements : les volontaires (actifs, distribuant le travail), les suiveurs (qui participent, sans prendre de décision) et les tire au flanc (ils en font le moins possible). Quelque soit le groupe, on retrouve une répartition des tâches assez semblable.
Deuxième partie, on réorganise les groupes. On mets les volontaires ensemble, les suiveurs ensemble et les tire au flanc ensemble (rôle observés dans la 1ere partie de l'expérience). Étonnamment, dans chaque groupe "homogène", on constate que les rôles se répartissent à nouveau dans des proportions quasi semblables à la première expérience.
Oui donc alors..
de ce genre d'expérience, je peux faire une argument pour le revenu inconditionnel, ou au moins neutre.
Déjà, culpabiliser une partie des personnes comme étant fainéantes ( un tiers, carrément), ça ne me convient guère.
Personnellement, je ne vois guère de place utile dans l'économie actuelle, presque entièrement tourné vers une consommation frénétique des ressources finies à commencer par le pétrole. Je fais pas de zèle en carrièrisme, je suis pas dans les "volontaires". Mais sinon tout dépend des contextes (travail, activité à coté, ...), et au sein même de chaque type d'activité, il y a des variations. Par exemple, au travail, j'ai été très en avant, pour faire un déménagement, manier les cartons, et désemcombrer des archives...Pour ce qui est du prosélytisme d'idée (ce que je dois faire à mon travail, ou ce que je peux faire ailleurs), je me sens franchement en retrait par rapport à beaucoup d'autres, n'ai pas envie d'embêter les gens, mais ce n'est pas le cas sur le présent sujet, pour le présent moment.

Bref, je me perds à conter ma vie.... Qu'il y ait un tiers de "tire-au-flan"... implicitement c'est les chomeurs qui sont visés? Parce que dans les années 50, avec 0% de chomage ou presque, on ne sait pas où il est ce un tiers. Aujourd'hui encore, il y a 10 % de chomage...
Mettons donc que ces ennemis intérieurs sont cachés dans les entreprises...Le revenu conditionnel n'a pas empêché leur existence donc.

Ainsi, on garde une même structure? Donc, avec ou sans revenu, ce sera la même chose, chouette, en fait on n'y peut rien. Il y aura toujours des meneurs, des suiveurs, des pas motivés. Quand bien même on voudrait critiquer la dernière catégorie...il me semble assez radical de vouloir appliquer le "qui ne travaille pas ne mange pas" et mépriser ce tiers. D'autant plus dans une société moderne avec fort capital productif (qu'il n'est pas question de briser), où on ne choisit qu'assez rarement d'être dépossédé de travail.
Si malheureusement les volontaires se tuent à la tâches, comme tu l'as mentionné, d'autres se lèveront et prennent leur place, puisqu'on garde la même structure. D'ailleurs, les tire-au-flan eux-même se mettent à travailler quand il sont ensemble. Et puis, on peut pas être tous à mener.
Voilà voilà...

ni chaud ni froid
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1608
Inscription : 03 mai 2007, 20:42

Re: Revenu inconditionnel

Message par ni chaud ni froid » 16 juin 2013, 01:55

Jeuf a écrit :Ainsi, on garde une même structure? Donc, avec ou sans revenu, ce sera la même chose, chouette, en fait on n'y peut rien. Il y aura toujours des meneurs, des suiveurs, des pas motivés.
Je n'ai fait aucune mention des proportions régissant les différents groupe (je ne m'en souviens pas), et je n'ai surtout pas dit que cette proportion était invariante quelque soit la situation !
Ce que j'avais retenu de cette expérience, c'est que la répartition des tâches n'est pas fonction de la bonne volonté des personnes mais du contexte et de la nature humaine justement, et c'est ce que je voulais te faire partager.

Tu persistais à penser qu'un système se régule naturellement sur un point que tu considères vertueux : tout le monde bosse par ce que c'est mieux pour sa conscience, et chacun fait l'activité qui correspond parfaitement au bien commun, par la main magique et invisible du marché.

Maintenant tu reconnais que tout le monde ne bossera pas nécessairement, mais tu caricatures mon propos. Tu peux revenir une dizaine de posts en arrière : 100% des gens qui répondent a l'enquête ne vivent pas dans un monde avec un revenu inconditionnel. En gros pas grand monde sait ce qu'il ferait dans ces conditions et ma fiction (méchoui et jardin), vaut autant que la tienne : pas grand chose.
Peux tu me montrer autre chose qu'un sondage montrant que distribuer un revenu universel n'aboutirait pas à un système instable (disparition de la main d’œuvre qui préfère regarder pousser des salades en mangeant un méchoui) ?
En revanche, tu peux de toi même trouver plusieurs exemples de systèmes locaux ou globaux ayant échoué car ne prenant pas en compte la réalité du psychisme humain.

Quant à la main invisible du marché de main d’œuvre et de service, tu enlèves des mécanismes de régulations implicites dans ton système (rien de moins que la satisfaction sans prérequis des premiers étages de la pyramide de maslow, entre autres).

Ensuite quand bien même ton système fonctionnerait, serait il meilleur que l'actuel ? Pour qui ?

Enfin, pour que le revenu universel soit appliqué dans notre beau pays, il faudrait encore qu'il soit dans l'intérêt de l'oligarchie actuelle. Encore une fois, cf. plus haut.

Bref t'as compris, je ne suis pas convaincu. Néanmoins, c'est ton dada ? Fonces ! D'après le sondage mon point de vue est minoritaire...

Si tu aimes le mouton, tu sais où me trouver...

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8391
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Revenu inconditionnel

Message par kercoz » 16 juin 2013, 07:55

Jeuf a écrit :
Ainsi, on garde une même structure? Donc, avec ou sans revenu, ce sera la même chose, chouette, en fait on n'y peut rien. .
Tu mets le doigt sur "LE" problème : la "STRUCTURE".
Dans notre structure actuelle , on n' y peut effectivement rien ...
Dans la structure de groupes restreints , morcelés , ....l' individu est responsable ET de son activité , puisqu'il en dépend , ET du fait qu' il lui est interdit de "Perdre la face" .....
Les caracteres "négatifs" ( flemme , veulerie, avidité , désirs de puissance ..etc) sont identiques mais contraints par la proximité immédiate , historique des individus et l' affect y joue a plein son role ...
Le problème c'est que dans cette structure "restreinte" , le gain de productivité y est, aussi , "restreint" ...mais la contre partie c'est qu'avec moins de gain de productivité , l' activité ne se transforme pas en "travail" , mais reste un mode de vie .

Je reste persuade , que de toutes les façon , a partir d' un certain degré de spécialisation-soustraitance,l' EROI devient négatif ( surtout sans énergie gratos)...et que le système ne perdure que par l' exploitation de certains maillons par d' autres .
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8600
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Revenu inconditionnel

Message par Remundo » 16 juin 2013, 10:44

je lis bien vos discussions, assez fines et sociologiques...

Si l'on revient à l'idée de base du topic, il s'agit de donner les moyens de subsistance décente à tout individu, et cela sans condition...

Si l'on peut le justifier pour les enfants, les vieillards, les malades et handicapés [et encore on pourrait leur chercher des activités utiles et dans leurs possibilités, comme cela se fait toujours pour des raisons de survie dans les microsociétés "tribales" que décrit Kercoz], je suis assez réservé sur le fait de l'accorder aux personnes valides et en âge de subvenir à leurs propres besoins.

Car si l'on admet que les personnes inaptes au travail représentent déjà 50% de la population, et que parmi les aptes, encore la moitié ont envie de se "reposer" sur leur "indemnité automatique", chaque travailleur doit supporter 3 personnes, en plus de lui-même. Alors si ce travailleur dispose des esclaves énergétiques [Cf. Jancovici] pour décupler ses forces, ça peut à la limite passer, s'il n'en a plus, c'est lui qui devient l'esclave, et à mon avis, pour pas longtemps car soit il s'épuisera, soit il se rebellera.

Le revenu universel et inconditionnel, ça peut se reformuler en assistanat généralisé. Et là c'est moins poétique parce qu'on ne connaît aucune société, grand ou petite qui prend de l'essor sur le principe de l'assistanat généralisé.

@+

Jeuf
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1048
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : St Quentin en 78

Re: Revenu inconditionnel

Message par Jeuf » 16 juin 2013, 11:24

on ne connaît aucune société, grand ou petite qui prend de l'essor
Pourquoi prendre de l'essor? Il a eu lieu, l'essor, au 19 et 20ème siècle. ça commence à bien faire, pour reprendre un mot à la mode.
Le but des rationalisations et automatisations n'est-il pas de travailler moins pour améliorer la vie? On y est arrivé, et on se lamente du chômage qui brise aussi des vies.

Aujourd'hui, la volonté de croissance prend des formes grotesques. N'importe quelle activité est bon tant que c'est pour la croissance. Quand les abeilles seront toutes mortes, on pollinisera à la main, ce qui sera un gisement d'emploi et donc de croissance de l'activité économique...

Peux tu me montrer autre chose qu'un sondage montrant que distribuer un revenu universel n'aboutirait pas à un système instable (disparition de la main d’œuvre qui préfère regarder pousser des salades en mangeant un méchoui) ?
Il y eu des expériences en réel dans le passé. Qui ont permis de constaté, entre autre, que les gens réduisaient leur temps de travail. Du moins, selon l'auteur du livre cité en préambule, elles n'ont pas duré assez longtemps pour bien s'en rendre compte, en effet.
Je rappelle que le revenu serait inconditionnel, mais pas à un montant garanti (du moins, selon mon idée). Il est proportionnel à ce qui est collecté. Tout le monde au méchoui, il n'y a plus rien. Du reste, le montant du revenu ne permettrait certainement pas de mener un tel train de vie avec grosse consommation quotidienne d'agneau. Et ça serait vite lassant. Mais une fois, je veux bien, sauf qu'on a pas la moindre idée de où tu es chaud et froid.

Alors si ce travailleur dispose des esclaves énergétiques [Cf. Jancovici] pour décupler ses forces, ça peut à la limite passer, s'il n'en a plus, [...]
Sur ce forum, on connait bien le sujet, moi y compris...
Avec une décroissance des énergie fossile, et des apports d'autre énergies renouvelables, celles existantes et celles qui restent à déployer, il reste de l'énergie. On n'est pas dans une perspective de désorganisation totale de l'économie. Passer de cent esclave énergie à zéro du jour au lendemain ou d'une année sur l'autre, ce n'est pas réjouissant, dans aucun cas, et pas obligatoire.

Répondre