Efficacité énergétique dans l' industrie

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 02 mars 2019, 19:21

ah, PSA fait pareil que Volskwagen (post au dessus) :
Energies alternatives: l'usine de PSA chauffe Charleville-Mézières

AFP le 01 mars 2019

Les PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, et de Dalkia, Sylvie Jéhanno, ont inauguré vendredi à Charleville-Mézières (Ardennes) un réseau de chauffage urbain alimenté par la chaleur de six fours de la fonderie PSA, la plus importante du groupe automobile en France.

"A partir de la chaleur auparavant perdue de l'usine, nous chauffons depuis janvier plus de 3.000 logements sur trois quartiers ainsi que le centre hospitalier de la ville. Et nous avons créé une vingtaine d'emplois", s'est réjoui le maire LR de Charleville-Mézières et président d'Ardenne Métropole, Boris Ravignon.

Cet investissement de 10 millions d'euros porté par Dalkia, dont quatre millions provenant du "Fonds Chaleur" de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), permettra selon les concepteurs d'éviter le rejet dans l'atmosphère de 7.000 tonnes de gaz carbonique chaque année.

"Comme si l'on retirait 4.000 voitures de la circulation", a précisé la dirigeante de Dalkia, gestionnaire du réseau de chaleur par une délégation de service public signée en juin 2017.

Ce réseau de chaleur d'un nouveau type est un système gagnant-gagnant. D'un côté, les utilisateurs du chauffage voient leur facture énergétique baisser de l'ordre de 15% (300.000 euros par an d'économies pour l'hôpital, par exemple); de l'autre, PSA vend à Dalkia les chaleurs résiduelles dites fatales de six fours de fonderie qui, selon le directeur du site ardennais de PSA Stéphane Gelas, "ne servaient avant qu'à chauffer les oiseaux".

Le prix de vente de cette chaleur fatale est "raisonnable", dit-il, sans en communiquer le montant.

En marge de cette inauguration, MM. Lévy et Ravignon ont signé un accord-cadre de partenariat pour la période 2018-2021. Ce document formule, entre autres, le projet d'une formation spécifique dans le secteur du nucléaire en partenariat avec le centre de formation des apprentis (CFA) de Charleville-Mézières.

Enfin, dans sa perspective de création de filières dans les domaines des énergies renouvelables, EDF continue de soutenir le projet porté par la société ardennaise Helliogreen Technologies d'une vis d'Archimède destinée à produire de l'énergie sur les petites chutes d'eau.
https://www.connaissancedesenergies.org ... res-190301

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 01 sept. 2019, 09:30

En Allemagne
AET va construire une chaudière à bois-déchet de 90 MW pour Solvay Rheinberg

Frédéric DOUARD29 mai 2019

Aalborg Energie Technik a/s (AET), en remplaçant une centrale à charbon par une à biomasse, AET va permettre à Solvay de diminuer de 190 000 tonnes/an ses émissions de CO2.

Grâce à la centrale de cogénération à haut rendement du nom de Projet Woodpower située à Rheinberg en Rhénanie du Nord-Westphalie, l’utilisation du combustible fossile sera ainsi réduite de 25 % sur ce site. Cet investissement s’inscrit dans la stratégie de Solvay, bien déterminée à servir ses clients de manière plus durable.

La chaudière brûlera du broyat de bois recyclés achetés localement. D’une puissance de 90 MWth, elle développera un rendement de 92 %. AET fournira le foyer, les échangeurs, un système de SNCR, un système de nettoyage des fumées, une chaufferie, un système électrique, un système de contrôle par API ainsi qu’un système SCADA.

........
https://www.bioenergie-promotion.fr/602 ... rheinberg/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 14 sept. 2019, 23:05

Une centrale en autoconsommation de 500 kWc pour le siège du Groupe SEB

Image

Afin de diversifier ses sources d’approvisionnement électrique et réduire son impact environnemental, le Groupe SEB a confié à ORA filiale du Groupe Apex Energies, un projet de production d’énergie photovoltaïque en autoconsommation sur le site de son siège situé à Ecully près de Lyon (dépt 69).

D’une puissance de 500 kWc et d’une superficie de 3000 m², la centrale photovoltaïque en autoconsommation du Campus SEB a été mise en service au mois de Juin 2019. Elle couvre d’ores et déjà 27% des besoins du site en semaine et 45% le week-end. Elle permettra ainsi d’éviter près de 800 tonnes de rejets CO² au cours de sa durée de vie, soit l’équivalent de la consommation électrique d’environ 150 foyers par an*.

La société montpelliéraine sera également en charge de la réalisation et de l’exploitation d’une seconde centrale de 500 kWc sur l’un des sites industriels du groupe, dont la construction débutera dans les prochaines semaines. « Nous sommes très satisfaits d’avoir réalisé ce premier projet en autoconsommation avec ORA. Nous allons continuer cette collaboration sur un deuxième site confirmant ainsi notre volonté de multiplier les innovations en matière d’autoconsommation tout en mettant des moyens au service de nos engagements. » a déclaré Joël TRONCHON, Directeur du Développement Durable et Délégué Général du Fonds de dotation.


......

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 29 nov. 2019, 21:46

Société Générale signe avec EDF un contrat d’approvisionnement de 27 GWh d'énergie éolienne

EMILIE LÉVÊQUE Usine Nouvelle le 29/11/2019

Société Générale signe le premier CPPA (corporate power purchase agreement) du secteur bancaire, le cinquième en France. Très développé outre-Atlantique notamment, le dispositif, qui permet à une entreprise d’acheter directement au producteur de l’énergie verte, à un tarif fixe, va se multiplier dans l’Hexagone.

La banque Société Générale annonce ce 29 novembre la signature de son premier "Corporate Power Purchase Agreement" (CPPA) avec EDF. Un CPPA est un contrat de long terme par lequel une entreprise accepte d’acheter de l’électricité verte directement à un producteur d’énergie. Il apporte une visibilité aux deux parties et une sécurité financière aux producteurs et aux développeurs, facilitant le financement de nouvelles capacités de production renouvelable.

Ce type d’accord présente l’avantage d’accélérer le développement des énergies renouvelables sans faire appel à des subventions publiques. De plus en plus d’entreprises françaises sont séduites par ce dispositif, en particulier car cela leur permet de tenir leurs engagements en faveur des énergies renouvelables.

Dans le cadre de l’accord entre la Société Générale et EDF, il ne s’agit pas de créer de nouvelles capacités de production, mais d’exploiter un parc éolien existant situé à Santilly (Eure-et-Loir). A travers ce contrat de fourniture d’électricité, le groupe Société Générale s’engage à s’approvisionner, par l’intermédiaire d’Agregio, l’agrégateur d’EDF, pour une quantité d’énergie de 27 GWh par an sur 3 ans, de 2021 à 2023. "Depuis 2018, 100% de notre approvisionnement en électricité en France, qui s’élève à 250 GWh par an, est certifié garantie d’origine renouvelable, notamment hydraulique. Pour la période 2021-2023, nous avons lancé un appel d’offre avec la volonté de contribuer plus concrètement au développement des énergies renouvelables, en signant un corporate PPA. Cela génère un léger surcoût sur la facture énergétique mais nous permet d’aller plus loin dans la démarche de transition énergétique", explique Eric Bousrez, directeur de l’Immobilier du groupe Société Générale.

Pour le premier énergéticien, ce type de contrat constitue une nouvelle approche sur le marché français. "Ce PPA est le troisième du groupe EDF en France (en plus de celui signé avec la principauté d’Andorre). Il confirme l’intérêt des clients pour ce type de contrat", commente un porte-parole d'EDF.

Cinquième CPPA en France

Jusqu’à récemment, les entreprises n’avaient pas vraiment intérêt à signer ce type de contrat en France, car elles profitent d’un prix de l’électricité moins élevé sur le marché. De leur côté, les producteurs d’énergies renouvelables bénéficiaient d’un mécanisme de soutien aux renouvelables via un tarif de rachat élevé de leur courant pendant quinze à vingt ans. Mais la situation a changé, avec la baisse du prix des énergies vertes et la fin du tarif fixe d’achat pour les premiers parcs éoliens et solaires installés sur le territoire. Les dispositifs de PPA prennent le relais des parcs d’énergies renouvelables qui arrivent en fin de contrat d’obligation d’achat mais sont encore en capacité de produire. L’investissement initial dans le parc étant amorti, l’électricité produite est moins chère.

EDF a signé en mars 2019 son premier CPPA avec le groupe Metro, également via sa filiale Agregio, portant sur un volume de 25 GWh en provenance de son parc éolien situé en Eure-et-Loir. En août, l'énergéticien a signé un PPA avec le groupe agricole Maïsadour pour un approvisionnement en électricité en provenance de son parc éolien de 12 MWh situé sur la commune de Fitou (Aude). Plus intéressant car créateur de nouvelles capacités : le CPPA signé en mai entre le groupe Boulanger et Voltalia, acteur international des énergies renouvelables, portant sur la création d’une nouvelle centrale solaire d’une puissance de 5 MW, qui sera mise en service fin 2022. En juin, SNCF Energie, le fournisseur de SNCF Mobilités en matière d’électricité de traction, a signé avec Voltalia, un CPPA pour une période de vingt-cinq ans, prévoyant la construction de trois centrales solaires portant sur une puissance de 143 MW. Les CPPA devraient se multiplier. Les acteurs veulent y croire.
https://www.usinenouvelle.com/article/s ... ne.N908689

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 02 déc. 2019, 19:05

Dans ma boite les éclairages extérieurs ont étés changés (allées, voirie, parkings auto, passage piétons, etc), ça a été remplacé par un système basse consommation, à haute efficacité énergétique, à faible impact:
Réduction de la consommation d’électricité sur ce poste : - 70 % ;-)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 07 déc. 2019, 21:16

Après Société Générale (voir un peu plus haut) au tour du Crédit Mutuel :
Voltalia signe un CPPA de 25 ans avec le Crédit Mutuel

Par Romain Chicheportiche- 4 décembre 2019

Voltalia a signé un partenariat stratégique avec le Crédit Mutuel Alliance Fédérale pour lui fournir de l’électricité d’origine renouvelable et des services de performance énergétique. Cet accord se traduit concrètement par la signature d’un premier corporate power purchase agreement (CPPA) sur une centrale solaire greenfield de 10 MWc.

Production de 15 GWh/an

Voltalia ne donne que peu de détail sur ce CPPA. Seule précision, il est de très long terme : 25 ans. Le tarif au MWh n’est pas indiqué mais ne serait « pas décorrélé des prix de marché », selon un porte-parole du groupe qui...

Ce contenu est réservé à nos abonnés
https://www.greenunivers.com/2019/12/vo ... el-217361/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 19 déc. 2019, 22:39

Les lorrains Noske Skog et Novacarb mobilisent 230 millions d’euros d’investissement dans la cogénération biomasse

PHILIPPE BOHLINGER Usine Nouvelle 18/12/2019

Les projets de cogénération biomasse portés par Norske Skog à Golbey (Vosges) et Novacarb à Laneuveville-devant-Nancy (Meurthe-et-Moselle) ont obtenu le feu vert du ministère de la Transition écologique, le 13 décembre. Au total, les industriels vont injecter plus de 230 millions d’euros dans ces deux centrales, en partenariat avec Véolia, pour le premier et Cofely pour le second.

Deux importants projets de cogénération biomasse représentant plus de 230 millions d’euros d’investissement vont se concrétiser sur les sites industriels lorrains de Norske Skog à Golbey (Vosges) et de Novacarb à Laneuveville-devant-Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Ils figurent parmi les 14 lauréats de l’appel d’offres pour le développement de centrales de cogénération à partir de biomasse dévoilés le 13 décembre dernier par Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique.

A eux seuls, les deux projets lorrains représentent plus de la moitié des 74,1 mégawatts de puissance électrique qui seront installés par l’ensemble des acteurs. Pour parvenir à cette issue favorable, le papetier Noske Skog et le fabricant de carbonate et bicarbonate de soude Novacarb auront dû s’armer de patience. Leurs projets avaient été présélectionnés en février 2016 dans le cadre d’un appel à projet 5-3 de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Manquait à l’appel l’autorisation de mise sur le marché de l’électricité verte. Elle leur sera rachetée au prix moyen de 109 euros par mégawattheure a annoncé la ministre.

"Aujourd’hui, notre site Novacarb franchit une étape décisive dans sa transition énergétique après cinq ans de travail et d’efforts avec nos partenaires, nos élus et les autorités locales qui ont su nous accompagner tout au long du processus" s’est réjoui Frédéric Louis, directeur du site de Novacarb. L’industriel qui emploie 315 personnes à Laneuveville-devant-Nancy investira 80 millions d’euros en partenariat avec Cofely (Engie) pour substituer les déchets de bois au charbon et ainsi couvrir ses besoins en vapeur.

De son côté, Noske Skog injectera 150 millions d’euros en partenariat avec Veolia Industries Global Solutions (Veolia) sur son site de Golbey, dans l’agglomération d’Epinal. Les deux acteurs produiront la vapeur nécessaire aux procédés du papetier qui emploie localement 325 salariés, mais aussi à ceux des industriels du cluster d’entreprises Green Valley.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... se.N914374

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 17 janv. 2020, 22:16

Microsoft veut "effacer" son empreinte carbone d'ici 2030

Pour lutter contre le changement climatique, Microsoft veut aller plus loin que la neutralité carbone et arriver à un bilan carbone négatif d'ici 2030. Cette feuille de route s'applique aussi bien aux émissions directes de la firme qu'à sa chaîne d'approvisionnement. Pour répondre à ces objectifs, le géant technologique va injecter un milliard de dollars dans un fonds "d'innovation climatique" pour booster le développement des "technologies d'émission négative" (NET).

ALICE VITARD Usine Nouvelle le 17 JANVIER 2020
............
lire : https://www.usine-digitale.fr/editorial ... 30.N920709

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 23 janv. 2020, 23:24

La transition énergétique de la soudière lorraine de Solvay mobilise 180 millions d’euros

PHILIPPE BOHLINGER PUBLIÉ LE 23/01/2020

Une enveloppe de 180 millions d’euros devrait permettre au site Solvay de Dombasle-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle) d’arrêter trois chaufferies au charbon. Le chimiste belge s’est associé à Veolia en vue d’y substituer une chaufferie alimentée par des combustibles issus des refus de tri.

La transition énergétique du site Solvay de Dombasle-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle) est en marche. Le chimiste belge a présenté le 22 janvier, à l’occasion d’une réunion de concertation publique, le projet d’investissement de 180 millions d’euros qu’il porte en partenariat avec Veolia en vue d’abaisser de moitié les émissions de CO2 de sa soudière lorraine.

Il s’agit concrètement de remplacer les trois chaufferies au charbon vieillissantes par une installation de cogénération de 180MW thermiques et 17,5MW électriques alimentée en combustibles solides de récupération (CSR).

"La hausse de la taxation carbone attendue à partir de 2021 nous a incité à conduire une transition énergétique ambitieuse, en vue de maintenir la compétitivité de notre site", résume Nicolas Dugenetay, directeur du site Solvay de Dombasle. Le groupe emploie 320 personnes sur ce site de fabrication de carbonate et bicarbonate de soude.

COMBUSTIBLES SOLIDES DE RÉCUPÉRATION

Le recours aux CSR constitue l’originalité du projet. Ce combustible déjà employé par Solvay sur son site de Bernburg (Allemagne) demeure peu répandu dans l’Hexagone. Il provient de la fraction non recyclable des déchets traités dans les centres de tri. Veolia va extraire de ces "refus de tri" la partie combustible afin de la valoriser sous forme de CSR. Le site de Dombasle-sur-Meurthe devrait consommer 350 000 tonnes de CSR par an en provenance des centres de tri du Grand Est et des régions limitrophes.

"La loi relative à la transition énergétique vise à augmenter le degré de valorisation matière des déchets, ce qui mécaniquement devrait augmenter le gisement de CSR", analyse Jérôme Auffret, directeur des projets énergies, recyclage et valorisation des déchets chez Veolia.

Le projet est en phase de lancement. La phase de concertation préalable - "non obligatoire" insistent les porteurs du projet - devrait conduire en mars 2020 au dépôt du dossier de demande d’autorisation d’exploiter. Les travaux pourraient commencer en mai 2021 en vue d’une mise en service au second semestre 2022. Une société ad hoc baptisée Dombasle Energie détenue à parts égales par Solvay et Veolia est en cours de création.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... nt.N922479

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 16 févr. 2020, 10:31

Orange en Espagne passe un contrat d'achat long terme avec Iberdrola pour se faire fournir la moitié de ses 200 GWh de consommation électrique par du solaire PV du projet Ceclavín.
Orange has chosen Iberdrola to provide green energy for 9,000 supply points in its own network over the long term

February 13, 2020 evwind

The energy that Iberdrola will supply to Orange, through this long-term power purchase agreement (PPA), will come from a new solar photovoltaic project that will be built in Extremadura.

Iberdrola and Orange have decided to ally themselves in terms of sustainability, with a long-term power purchase agreement (PPA), which will allow the telecommunications operator to continue with its commitment to consuming emissions-free energy in this country, which it already demonstrates as it uses energy from 100% renewable sources at all its locations.

The terms of the agreement reached between the two companies establish that Iberdrola will provide green energy to the 9,000 supply points in Orange’s own network in Spain, for a period of 12 years. The contract is now in place and half of the consumption – 200 GWh/year – to be supplied under the PPA formula will be associated with a new-build renewable asset, the Ceclavín photovoltaic project, which Iberdrola will develop in Extremadura during this year.

The plant will have an installed capacity of 328 MW and be located in the municipalities of Ceclavín and Alcántara, in the province of Cáceres, and will be Iberdrola’s third photovoltaic project in the region. It will become operational in 2020 and avoid the emission of 110,000 tonnes of CO2 a year.
......
https://www.evwind.es/2020/02/13/orange ... term/73552

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 27 févr. 2020, 21:36

Seqens et Engie lancent la centrale biomasse de la soudière de Laneuveville-devant-Nancy

PHILIPPE BOHLINGER Usine Nouvelle 27/02/2020

Les groupes Seqens et Engie posent le 27 février 2020 la première pierre de la centrale de cogénération biomasse de la soudière de Laneuveville-devant-Nancy (Meurthe-et-Moselle). Les deux partenaires injectent 80 millions d’euros dans ce projet indispensable à la transition énergétique du site de 315 salariés.

Pierre Luzeau, président de Seqens, et Pierre Hardouin, directeur général d’Engie Solutions Industries, posent, le 27 février 2020, la première pierre de la centrale de cogénération biomasse de la soudière du groupe à Laneuveville-devant-Nancy (Meurthe-et-Moselle), en présence de Frédéric Louis directeur du site, d’André Rossinot, président du Grand-Nancy et Jean-François Husson, sénateur de Meurthe-et-Moselle.
(suite abonnés)
https://www.usinenouvelle.com/article/s ... cy.N934509

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 09 mars 2020, 20:05

Les combustibles solides de récupération (CSR), des briquettes à base de déchets, s’ouvrent petit à petit des débouchés industriels au-delà des cimenteries.

9 mars 2020 Usine Nouvelle

Le 23 janvier, Solvay et Veolia ont confirmé la création de la coentreprise Dombasle Énergie. Elle gérera une installation de cogénération de 180 mégawatts (MW) thermiques et 17,5 MW électriques alimentée en combustibles solides de récupération (CSR), en remplacement de trois chaufferies au charbon sur le site du chimiste de Dombasle-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle). Ce projet de 180 millions d’euros consommera 350 000 tonnes de CSR par an en provenance des centres de tri du Grand Est et des régions limitrophes. La mise en service est prévue au second semestre 2022.
https://www.usinenouvelle.com/article/s ... es.N935999

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Efficacité énergétique dans l' industrie

Message par energy_isere » 25 mars 2020, 08:42

Avec "Furnace of the future", les verriers de l’emballage veulent produire plus propre

LAURENT ROUSSELLE Usine Nouvelle 25/03/2020

BONNE NOUVELLE Les 20 plus importants verriers de l’emballage européens se sont réunis autour du projet "Furnace of the future" pour inventer des fours moins énergivores et améliorer leur empreinte environnementale.

L’union fait la force. Surtout lorsqu’il s’agit de moins polluer. Vingt fabricants européens d’emballages en verre ont rejoint "Furnace of the future", un projet européen qui vise à réduire de 50 % les émissions de CO2. "Ce projet représente une étape majeure de la stratégie de décarbonation du secteur du verre d’emballage", assure Michel Giannuzzi, président de la Fédération européenne du verre d'emballage (Feve), dont l’organisation est à l’initiative du projet.

Ces acteurs, qui représentent 90 % de la capacité de production de verre en Europe, participeront au financement et mettront en commun leurs compétences pour produire un four hybride dont l’objectif, à terme, est de réduire les émissions de gaz à effet de serre de toute une industrie.

Une industrie très dépendante aux énergies fossiles

"Les rejets de CO2 proviennent à 80 % de la consommation d’énergie fossile", explique Jacques Bordat, président de la Fédération des industries du verre. Les plus gros fours sont en effet alimentés à plus de 80 % en gaz et en fioul, le reste provenant de l’électricité (20 % maximum). Ces énergies servent à maintenir l’appareil de production à 1600°C pour assurer la fusion. Mais il y a aussi "les 20 % d'émissions qui sont liés au process, au moment de la décarbonatation de la matière première, qui génère aussi des gaz à effet de serre", complète le porte-parole de l’industrie verrière en France.

L’enjeu du projet est donc doublement stratégique, alors que l’Europe a fixé la neutralité carbone en 2050 et que la Feve s’est fixé un objectif de recyclage ambitieux de 90 % en 2030. Augmenter la part de calcin (verre recyclé) dans les pots et autres bouteilles compte parmi les priorités de cette industrie particulièrement énergivore. La France, bon élève avec un taux de recyclage de 78 % (contre 76 % en moyenne en Europe) s’est d’ailleurs engagée à atteindre l’objectif dès 2025.

Le four du futur est électrique et de grande taille

Le projet "Furnace of the future" est une première étape sur la longue route de la neutralité carbone. Cette nouvelle génération de four fonctionnera grâce à un procédé d'oxycombustion et à 80 % d'électricité renouvelable en remplacement du gaz. À ce jour, seuls des fours de petite taille ont recours à l'électricité. Ces derniers sont essentiellement utilisés pour produire des emballages en verre blanc 100 % vierge. L’absence de flamme pose des problèmes pour la fusion du calcin.

"Demain, avec cette nouvelle technologie, l'industrie sera en mesure de produire plus de 300 tonnes par jour dans différentes teintes, en utilisant des niveaux élevés de verre recyclé", précise la fédération. Il sera alors possible d’augmenter la part de recyclé dans les emballages. "Chaque tranche additionnelle de 10 % de verre recyclé dans le four permet une réduction supplémentaire de 5 % des émissions de CO2 et de 3 % de la consommation d'énergie", indique encore l’organisation professionnelle.

Ardagh lance le pilote

Le groupe Ardagh, deuxième plus grand producteur d'emballages en verre au monde, sera le premier à expérimenter cette technologie en Allemagne. Le pilote sera construit en 2022 et une évaluation des premiers résultats est d’ores et déjà prévue pour 2023.

"Nous nous engageons sur la voie d'un emballage en verre climatiquement neutre, et nous assurons ainsi la durabilité à long terme de notre industrie", a déclaré Martin Petersson, PDG de Ardagh Group Glass Europe dans le communiqué. "Nous voulons démontrer la viabilité de la fusion électrique à l'échelle commerciale, ce qui révolutionnerait le marché des emballages en verre."

En outre, la flexibilité de la technologie hybride permettra d’avoir recours à d'autres sources d'énergie en cas de difficultés d'approvisionnement, garantissant la continuité de la production. La Feve estime que sur les dix ans de sa durée de vie, le nouveau four électrique hybride devrait entraîner un coût supplémentaire total (investissement et dépenses opérationnelles) de 40 millions d’euros par rapport à un four conventionnel, principalement dû au surcoût de l'électricité par rapport au gaz naturel (environ trois fois plus élevé par MWh).
https://www.usinenouvelle.com/article/a ... re.N945341

Répondre