Canada

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 24 mai 2019, 23:38

Canada: décision de justice favorable à un projet d'oléoduc controversé

AFP parue le 24 mai 2019

Le gouvernement fédéral d'Ottawa a compétence exclusive pour réguler le transport de pétrole entre les provinces canadiennes, a conclu vendredi un tribunal dans une décision de facto favorable à un projet d'agrandissement d'un oléoduc controversé.


Dans une décision unanime, cinq juges de la plus haute instance judiciaire de la Colombie-Britannique ont débouté le gouvernement de cette province de l'Ouest canadien qui souhaitait légiférer pour réguler le transport du pétrole sur son territoire.

La province invoquait les risques pour l'environnement d'une hypothétique marée noire mais la Cour d'appel de Colombie-Britannique a conclu que le gouvernement local cherchait surtout à contrecarrer le projet d'agrandissement de l'oléoduc Trans Mountain, nationalisé l'an dernier par le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

"Le projet concerne le pays tout entier et doit donc être régulé en tenant compte de l'intérêt de tout le pays", ont écrit les juges.

Le projet vise à tripler la capacité de l'oléoduc Trans Mountain pour écouler 890.000 barils de pétrole par jour sur 1.150 km entre l'Alberta, assise sur la troisième réserve mondiale d'or noir, et la banlieue de Vancouver, afin de l'exporter vers l'Asie.

Après plusieurs contestations judiciaires, le projet attend encore une décision définitive du gouvernement de Justin Trudeau, prévue d'ici un mois.

La Cour d'appel a reconnu que la Colombie-Britannique pouvait légiférer pour protéger son environnement mais qu'elle ne disposait pas du pouvoir, en vertu de la Constitution canadienne, d'émettre des permis pour le transport du pétrole à partir d'une autre province. Cette responsabilité incombe à l'Office national de l'énergie, le régulateur fédéral du secteur.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a indiqué qu'il ferait appel de la décision auprès de la Cour suprême du Canada.

Le Premier ministre Justin Trudeau a souvent répété que le projet était d'"intérêt national".
https://www.connaissancedesenergies.org ... rse-190524

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 19 juin 2019, 08:07

Trudeau relance l'agrandissement d'un oléoduc controversé au Canada

AFP parue le 19 juin 2019

Le gouvernement de Justin Trudeau a annoncé mardi la relance des travaux d'agrandissement de l'oléoduc Trans Mountain vers la côte Ouest canadienne, une décision saluée par l'industrie pétrolière mais décriée par les écologistes.

A quatre mois des législatives, M. Trudeau a assuré que "chaque dollar généré par ce projet" serait investi "dans la transition écologique du Canada".

"Aujourd'hui, j'annonce que notre gouvernement ira de l'avant avec le projet d'agrandissement de l'oléoduc Trans Mountain", a-t-il dit en ajoutant qu'il avait "aussi entendu les Canadiens qui nous ont dit qu'ils voulaient un avenir plus vert".

Il a précisé que les travaux devraient commencer "cet été". Une fois le projet terminé, Ottawa devrait empocher "environ 500 millions de dollars par année" (334 millions d'euros) en recettes fiscales additionnelles.

"On va investir cet argent ainsi que les profits générés par la vente de l'oléoduc dans des projets d'énergie renouvelable qui vont alimenter nos maisons, nos entreprises, et nos communautés pour des générations à venir", a ajouté M. Trudeau.

Le gouvernement avait nationalisé l'an dernier l'oléoduc au prix de 4,4 milliards de dollars canadiens (3 milliards d'euros).

Le projet vise à tripler la capacité de l'oléoduc Trans Mountain pour écouler 890.000 barils de pétrole par jour sur 1.150 km entre l'Alberta, assise sur la troisième réserve mondiale d'or noir, et la banlieue de Vancouver, avant de l'exporter vers l'Asie.

M. Trudeau a également invoqué le fait que l'exportation d'or noir vers l'Asie permettrait de réduire la dépendance du Canada à l'égard du marché américain et que le transport par oléoduc du pétrole était beaucoup plus sûr que par rail.

Cette décision a déclenché la colère des conservateurs, farouches défenseurs de l'industrie pétrolière, qui y voient une gabegie budgétaire, mais aussi des écologistes, jugeant cette mesure contraire à l'Accord de Paris sur le climat, dont le Canada est signataire.

- "Irresponsable" -

M. Trudeau a reconnu ne pas être en mesure pour l'instant de fournir "un montant exact" pour l'agrandissement du projet, qui avait été estimé à 7,4 milliards de dollars (4,9 milliards d'euros) en 2015.

L'organisation écologiste Environmental Defence a qualifié d'"irresponsable" la décision du gouvernement Trudeau qui, selon elle, va entraîner "une hausse additionnelle de 15 millions de tonnes" des émissions de gaz à effet de serre du Canada.

Hasard du calendrier, l'annonce de mardi est intervenue moins de 24 heures après le vote par la Chambre des communes d'une motion proclamant l'"urgence climatique nationale". Ce vote a eu lieu à l'initiative du gouvernement de M. Trudeau, qui compte ériger la lutte contre les changements climatiques en enjeu majeur des prochaines élections.

Pour le Premier ministre, autoriser l'agrandissement de Trans Mountain va de pair avec la lutte contre le réchauffement de la planète généré par les émissions anthropiques de gaz à effet de serre.

Le gouvernement de Justin Trudeau avait autorisé en 2016 la société américaine Kinder Morgan à agrandir l'oléoduc avant de le nationaliser.

Mais la Colombie-Britannique, d'où ce pétrole devrait être chargé sur des navires, avait porté l'affaire en justice, épaulée par une coalition d'écologistes et de communautés autochtones.

En août dernier, la justice avait donné raison aux opposants, notamment en jugeant que les conséquences environnementales de l'agrandissement n'avaient pas été prises en compte.

Ottawa avait alors demandé au régulateur du secteur, l'Office national de l'énergie (ONE), de tenir de nouvelles consultations auprès des populations affectées, notamment des groupes d'Amérindiens, afin de tenir davantage compte des impacts sur l'environnement.

- Participation des autochtones -

M. Trudeau a précisé que le gouvernement comptait à terme revendre l'oléoduc et s'est dit ouvert à l'éventualité que des autochtones puissent acheter des parts de ce projet à l'avenir.

Dans un nouveau rapport émis en février, l'ONE a reconnu que tripler Trans Mountain risquait "d'entraîner des effets environnementaux négatifs importants" pour une population d'épaulards en péril de la région de Vancouver, et une augmentation des émissions de gaz à effet de serre.

Malgré tout, l'agence fédérale avait recommandé au gouvernement d'aller de l'avant, "vu les avantages considérables du projet et les mesures proposées pour réduire au minimum les incidences".

Avec cet obstacle juridique levé et le nouveau feu vert du gouvernement fédéral, les travaux pourraient donc débuter avant les élections législatives d'octobre pour lesquelles les troupes libérales de M. Trudeau sont au coude à coude avec l'opposition conservatrice dans les derniers sondages.
https://www.connaissancedesenergies.org ... a-190619-0

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 23 juin 2019, 08:59

Le chantier de l'oléoduc Transmountain va démarrer à l'automne.
Canada’s Trans Mountain pipeline work greenlighted for fall

Nelson Bennett — Business in Vancouver | June 21, 2019

Providing there are no excessive regulatory delays, work on the Trans Mountain pipeline expansion should resume in late summer or early fall, and oil should be flowing through a new pipeline by the second or third quarter of 2022, says Ian Anderson.
.......

The Trans Mountain twinning project will require 5,000 to 6,000 workers at peak construction, Anderson said.
......
About 30% of the steel pipe needed for the project has been delivered and is now being stored at sites along the route.
......
https://www.mining.com/canadas-trans-mo ... -for-fall/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 05 juil. 2019, 08:13

Second projet de terminal d'exportation de LNG en Colombie Britannique, pour 2.1 millions de tonne par an.
Projet Woodfibre LNG à 1.22 milliard de dollars.

British Columbia Issues Critical Permit For Second LNG Project

By Irina Slav - Jul 04, 2019

The British Columbia Oil and Gas Commission has granted a permit for the Woodfibre LNG project, after it also received a license to export 2.1 million tons of LNG from the Canadian province for a period of 40 years.

CBC reports the US$1.22-billion (C$1.6 billion) project has yet to get the final green light after an environmental impact assessment, and notes there is strong regional opposition to a new fossil fuel facility in the province that has recently become notorious for its government-driven opposition to the Trans Mountain pipeline expansion project.

While LNG and natural gas in its original form are a lot less polluting than crude oil, fossil fuel opponents tend to ignore that distinction when opposing new energy projects.

“We simply cannot develop new fossil fuel infrastructure if we want to have a livable planet. We’re facing a climate emergency and developing natural gas for export makes absolutely no sense,” one environmental activist from a local environmental organization in Squamish, where Woodfibre LNG will be located, told The Star.

The Woodfibre LNG project, which will supply the commodity to Asian markets where demand for it is the strongest, has already gone through three environmental assessments but has yet to meet additional conditions in this respect, along with some archaeological and technical ones.

However, unlike other energy infrastructure projects, Woodfibre LNG has also received the approval of the Squamish First Nation, whose council voted in favor of the facility after it agreed to a benefits agreement with the company behind the project. It would see the First Nation receive some US$172.2 million (C$225 million) over the life of the project.

Woodfibre LNG would be B.C.’s second LNG project, after the consortium behind the LNG Canada project made the final investment decision on it last year. LNG Canada is much bigger, however, with an initial capacity of 6.5 million tons, and the option to boost this to as much as 26 million tons.

By Irina Slav for Oilprice.com
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... oject.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 11 oct. 2019, 07:21

Situation énergétique du Canada

Source : EIA 10 octobre 2019

En 2018, le Canada a été le 4e producteur mondial de pétrole (après les États-Unis, l’Arabie saoudite et la Russie) mais aussi de gaz (après les États-Unis, la Russie et l’Iran)(1). Le pays dispose des 3e réserves prouvées de pétrole au monde (167,8 milliards de barils de pétrole à fin 2018(2)), celles-ci devant toutefois être extraites de sables bitumineux, mélange de bitume brut, de sable, d’eau et d’argile.

Dans l’analyse ci-après en anglais publiée le 7 octobre, l’EIA américaine (Energy Information Administration) délivre ses dernières données sur la situation énergétique du Canada, en particulier sur le pétrole et le gaz naturel : évolution de la production, réserves, exportations, etc.

Il y est entre autres rappelé que le Canada a produit 5,2 millions de barils de pétrole et d’autres hydrocarbures liquides par jour (Mb/j) en 2018(3). Précisons que la quasi-totalité des exportations canadiennes de pétrole brut est acheminée vers les États-Unis (96% en 2018, contre seulement 2% vers l’Europe) et que la production canadienne devrait croître « modestement en 2019 et 2020 » en raison des capacités d’exportation limitées dont dispose actuellement le pays (ce qui entraîne de fréquents débats au sujet de nouveaux oléoducs comme Keystone XL).

Le Canada est également le 3e producteur hydroélectrique au monde (après la Chine et le Brésil). En 2018, près de 59% de la production électrique de ce pays a été fournie par l’énergie hydraulique. Le Canada dispose par ailleurs d’un parc de 19 réacteurs nucléaires(4) comptant pour près de 15% de son mix de production électrique.

Image
Mix énergétique Canada
La production électrique du Canada est dite « décarbonée » à plus de 80%. (©Connaissance des Énergies, d'après EIA)

Sources / Notes
1. BP Statistical Review of World Energy, juin 2019.
2. Après le Venezuela (303,3 Gb de réserves prouvées à fin 2018) et l’Arabie saoudite (297,7 Gb).
3. Le Canada est ainsi uniquement devancé par les trois géants pétroliers que sont les États-Unis (15,3 Mb/j en 2018), l’Arabie saoudite (12,3 Mb/j) et la Russie (11,4 Mb/j).
4. Base de données PRIS de l’AIEA.

https://www.connaissancedesenergies.org ... ada-191010

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1748
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Canada

Message par tita » 11 oct. 2019, 19:43

La production électrique du Canada est dite « décarbonée » à plus de 80%. (©Connaissance des Énergies, d'après EIA)
D'après Wikipedia, en 2007, c'était 75%
En 2007, l'hydroélectricité était le type de production le plus répandu avec une part de 58,7 %, suivie du charbon (16,7 %), de l'énergie nucléaire (15,5 %), du gaz naturel (6,6 %), du fioul (1,2 %), de l'éolien (0,5 %) et de la biomasse (0,3 %). Les sources diverses, comme le coke de pétrole, représentent 0,7 % de la production.
Ils ont surtout diminué la part de charbon (-40 TWh) et augmenté le gaz naturel (+20 TWh), l'hydro (+24 TWh), les EnR (+40 TWh).

En fait, le Canada a toujours eu une production hydro hyper importante...

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 21 oct. 2019, 08:49

Les élections au Canada illustrent le fossé entre défenseurs du pétrole et de l'environnement

AFP•21/10/2019

Justin Trudeau "est en train de déchirer le pays" avec sa taxe carbone, déplore à la veille des élections fédérales une électrice de la province de la Saskatchewan, fief du conservateur Andrew Scheer: au Canada, le fossé se creuse entre partisans du pétrole et défenseurs de l'environnement.

Les libéraux de Justin Trudeau et leurs rivaux, les conservateurs d'Andrew Scheer, sont au coude-à-coude au niveau national avant les législatives de lundi, mais dans les provinces des prairies, Saskatchewan et Alberta où le pétrole est roi, on est en territoire acquis aux conservateurs.

"J'aimerais voir la production de pétrole et de gaz prospérer alors que Trudeau essaie d'y mettre fin", déplore Sarah Wall, une retraitée de 71 ans qui vit dans la circonscription de M. Scheer, en banlieue de Regina, la capitale de la province.

La Saskatchewan n'est pas la principale province pétrolière canadienne, ne représentant que 12% de la production, contre 80% pour l'Alberta, mais l'industrie pétrolière joue un rôle important dans l'économie de la province.

Nombre de ses habitants, tout comme leurs voisins albertains, reprochent au Premier ministre Trudeau sa taxe carbone, que M. Scheer a promis d'abolir dès son arrivée au pouvoir s'il l'emportait lundi.

Ils accusent aussi le Premier ministre sortant de n'en avoir pas fait assez pour sortir l'industrie de la crise provoquée par la baisse des cours du pétrole, même s'il a nationalisé l'oléoduc Trans Mountain, une décision qui pourrait lui coûter des voix dans le reste du pays.

Pour Mme Wall, "Trudeau est en train de déchirer le pays, car l'ouest et l'est s'affrontent".

-Greta au pays de l'or noir-

L'Alberta et la Saskatchewan vivent en effet très mal la ferme opposition de l'est du Canada et de leur voisine de l'ouest, la Colombie-britannique, à la construction de nouveaux oléoducs, indispensables selon les autorités locales pour exporter leur pétrole sur les marchés internationaux.

Les voisins de Mme Wall, Peter et Daisy Popkie, ne cachent pas non plus que le pétrole est la principale raison de leur soutien aux conservateurs de M. Scheer. "Il est plus sensible aux besoins de l'industrie pétrolière ici dans l'ouest", fait valoir M. Popkie.

Leur fils fait des études de géologie et se prépare à travailler dans l'industrie pétrolière en espérant que la situation sera meilleure que sous le gouvernement actuel. "Nous voulons qu'il ait un emploi quand il aura terminé ses études. Nous avons besoin d'emplois dans l'ouest", insiste Daisy Popkie.

Pour Andrew Spagrud, PDG d'une entreprise liée au pétrole, Villanova Energy, le choix du bulletin de vote lundi est "évident".

"Nous sommes dans un cycle où l'industrie (du pétrole) est en mauvais état. La réglementation handicape notre industrie par rapport à nos concurrents", plaide l'homme d'affaires.

Les conservateurs reprochent notamment à l'administration Trudeau d'avoir renforcé les dispositions réglementaires sur la construction de nouveaux oléoducs.

Le Canada possède les troisièmes réserves prouvées de pétrole au monde, situées principalement dans les sables bitumineux de l'ouest du pays.

La jeune militante suédoise Greta Thunberg, qui avait manifesté pour le climat avec des centaines de milliers de personnes dans les rues de Montréal fin septembre, a aussi attiré plusieurs milliers de personnes vendredi à Edmonton, capitale de l'Alberta. Sa venue a fait grincer des dents chez les défenseurs des hydrocarbures.

Difficile de concilier les points de vue des défenseurs du pétrole et de ceux qui réclament des mesures urgentes contre le réchauffement climatique, souligne M. Spagrud.

"Il est difficile d'avoir des conversations avec ceux qui se trouvent de l'autre côté de ce fossé parce c'est quelque chose de personnel qui a un impact sur notre mode de vie, sur nos finances, sur notre économie ici et c'est essentiel", dit-il.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 89cfac4392

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 22 oct. 2019, 09:25

Deuxième mandat pour Justin Trudeau.

https://www.boursorama.com/actualite-ec ... a2f49ed3b3

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 11 nov. 2019, 09:47

Production de pétrole au Canada depuis 2012

Image

https://oilprice.com/Energy/Crude-Oil/H ... eaked.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 05 déc. 2019, 08:27

Suite de ce post du 23 juin 2019 viewtopic.php?p=2284696#p2284696

Début des travaux pour l'expansion de l'oléoduc Trans Mountain.
Trans Mountain Pipeline Makes Landmark Step Forward

By Tsvetana Paraskova - Dec 04, 2019

The controversial Trans Mountain pipeline expansion project made a landmark step forward with the start of construction in Alberta on Tuesday, two weeks before a federal court of appeal is set to hold hearings on challenges to the project.

In August, the Canadian federal government announced that work would resume on the Trans Mountain oil pipeline expansion project. Just a few weeks later, Canada’s Federal Court of Appeal said it would allow challenges to the project, filed by six indigenous groups.

The Federal Court of Appeal is set to begin three-day hearings in the challenges in Vancouver, British Columbia, on December 16.

On Tuesday, Trans Mountain began construction at Acheson, Alberta, with pipes expected to be in the ground by Christmas. The company began construction of Spread 1 in Greater Edmonton, which includes some 50 kilometers (31 miles) of pipeline running from Trans Mountain’s Edmonton Terminal in Sherwood Park to Acheson, Alberta.

“If everything goes according to plan, and nothing has for ten years by the way, but if everything goes according to the plan that I have in my mind now, we’ll be finished in mid- third to fourth quarter in 2022,” Trans Mountain CEO Ian Anderson said at the event marking the start of the construction.

The expansion of the Trans Mountain pipeline would more than double the oil flow from oil-rich Alberta to British Columbia, and from B.C.—potentially--to export markets in Asia. But British Columbia’s government has been a vocal opponent of the pipeline in bitter disputes with neighboring Alberta.
.......
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... rward.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 16 déc. 2019, 23:58

Canada: des autochtones contestent en justice un oléoduc controversé

AFP parue le 16 déc. 2019

La justice canadienne a commencé à entendre lundi à Vancouver des groupes d'autochtones qui réclament l'arrêt des travaux d'agrandissement de l'oléoduc controversé Trans Mountain, nationalisé par le gouvernement de Justin Trudeau.

Ces groupes soutiennent qu'ils n'ont pas été adéquatement consultés par le gouvernement canadien avant que ce dernier n'approuve cet été ce projet pour la deuxième fois.

Le gouvernement avait dû lancer un nouveau processus de consultation de ces mêmes communautés autochtones à l'automne 2018 après que la Cour d'appel fédérale eut suspendu une première fois le projet.

La Cour d'appel fédérale de Vancouver a prévu trois jours d'audience jusqu'à mercredi pour entendre les parties. Les autochtones craignent notamment les répercussions du projet sur leur approvisionnement en eau potable.

Les travaux ont été relancés cet été malgré la procédure judiciaire en cours. Ils visent à tripler la capacité de l'oléoduc pour écouler 890.000 barils de pétrole par jour entre l'Alberta, assise sur la troisième réserve mondiale d'or noir, et le port de Vancouver, sur le Pacifique, avant de l'exporter vers l'Asie et le marché américain.

Le gouvernement de Justin Trudeau avait nationalisé en 2018 l'oléoduc au prix de 4,4 milliards de dollars canadiens (3 milliards d'euros). Il craignait que son propriétaire à l'époque, le groupe américain Kinder Morgan, n'abandonne les travaux d'agrandissement en raison des contestations judiciaires des autochtones, des écologistes et du gouvernement de la Colombie-Britannique.

L'agrandissement de l'oléoduc, estimé à 7,4 milliards de dollars canadiens en 2015, doit être achevée d'ici mi-2022.
https://www.connaissancedesenergies.org ... rse-191216

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 19 déc. 2019, 09:02

Why Oil Majors May Never Return To Canada's Arctic

By Tsvetana Paraskova - Dec 18, 2019

Canada’s federal government has returned security deposits that oil majors had paid to drill in Canadian Arctic waters which are currently off limits until 2021, but even if Canada lifts the ban then, companies are unlikely to be eager to drill in harsh-environment challenging waters, analysts say.

Canada has returned to oil companies—including majors ExxonMobil, Chevron, BP, and Imperial Oil—a total of US$327 million (C$430 million) worth of security deposits, or 25 percent of the money they had pledged to spend on exploration in the Beaufort Sea, CBC reports.
The Canadian government motivated its decision to return the deposits with the existing ban on drilling in the Arctic offshore which prevents oil firms from drilling.

In December 2016, Canada’s Prime Minister Justin Trudeau announced that Canadian Arctic waters are indefinitely off limits to new offshore oil and gas licensing, and this ban would be reconsidered every five years through a science-based review.

In July 2019, the government issued an order in council extending the moratorium until December 31, 2021.

Earlier this year, the Canadian Association of Petroleum Producers (CAPP) said that Canada was lagging behind other oil producers in tapping its offshore oil and gas resources because of the moratorium on drilling in its Arctic waters in place since 2016 and up for review in 2021.

Commenting on the government returning the security deposits, Merven Gruben, mayor of the Tuktoyaktuk hamlet on the Beaufort Sea, expressed to CBC disappointment and concern that the hamlet will not have a chance to benefit from oil exploration.

“Oil and gas future up here is very, very bleak,” Mr Gruben told CBC.

Oil companies may not return to the Beaufort Sea if Canada lifts the moratorium after 2021, because of the challenging and expensive drilling in Arctic waters, while there is plenty of oil elsewhere in the world, oil and gas analyst Doug Matthews told CBC.

By Tsvetana Paraskova for Oilprice.com
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... rctic.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 18 janv. 2020, 01:50

La cour suprême du Canada à rejeté en appel la demande de la Colombie Britannique de stopper les travaux de l'oléoduc Trans Mountain.
Trans Mountain Expansion Scores Big Win In Court
By Irina Slav - Jan 17, 2020

Canada’s Supreme Court has dismissed an appeal by British Columbia that aimed to stop work on the controversial Trans Mountain pipeline expansion project, Bloomberg reports, adding that the decision to dismiss the case was unanimous.
......
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... Court.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 05 févr. 2020, 00:00

Canada: la justice rejette un nouveau recours contre un oléoduc controversé

AFP parue le 04 févr. 2020

La justice canadienne a rejeté mardi l'appel de groupes autochtones qui réclamaient l'arrêt des travaux d'agrandissement de l'oléoduc Trans Mountain, ouvrant la voie à la poursuite de ce projet controversé.


Il s'agit d'une victoire pour le gouvernement de Justin Trudeau qui avait annoncé en 2018 la nationalisation de cet oléoduc "stratégique" pour 4,4 milliards de dollars canadiens (3 milliards d'euros).

"Le gouvernement du Canada se réjouit de la décision prise aujourd'hui", a salué le ministre des Ressources naturelles Seamus O'Reagan, précisant que l'agrandissement de l'oléoduc "favorisera(it) la réconciliation avec les peuples autochtones".
.......
https://www.connaissancedesenergies.org ... e-200204-0

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62229
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 21 févr. 2020, 20:18

Canada: la construction d'un gazoduc provoque la grogne des peuples autochtones

Publié le : 21/02/2020

En cours de construction à l’est du Canada, le gazoduc Coastal GasLink suscite la colère des peuples autochtones qui contestent son passage sur leur terre.

Long de 670 km, le gazoduc relira Dawson Creek, à l’extrémité du nord-est de la Colombie-Britannique à Kitimat, une ville canadienne sur la côte du pacifique. Près de cette ville, une énorme usine de liquéfaction du gaz est en construction. Ce qui permettra d’acheminer ensuite le gaz par bateaux vers les marchés asiatiques.

L’objectif est d’exporter jusqu’à 26 millions de tonnes par an, soit 20% de la production gazière du pays. Le chantier, qui comprend le gazoduc, les infrastructures de liquéfaction et un terminal portuaire coûtera 40 milliards de dollars canadiens. La fin des travaux est prévue pour 2025.

Moins de dépendance du marché américain et sources de revenus

Le projet, soutenu par le gouvernement canadien, est le plus important investissement privé de l’histoire du pays. Il permettra au Canada de vendre du gaz sur le marché asiatique et d’être moins dépendant du marché américain. Le projet permettra ainsi au Canada de monter sur le podium des premiers exportateurs mondiaux de gaz liquéfié.

Il sera également une source importante de revenus. Selon les autorités de la province de la Colombie-Britannique, le chantier, une fois mis en service, va générer jusqu'à 22 milliards de dollars de bénéfices durant les 40 prochaines années. Sa réalisation va également générer 10 000 emplois. Les défenseurs du projet estiment qu'il sera aussi bénéfique pour les communautés autochtones.

Malgré les promesses de création d’emplois et le reversement de bénéfices, le tracé du gazoduc est contesté par les chefs de la nation Wet'suwet'en en Colombie-Britannique. Soutenus par les écologistes ils sont hostiles au passage du gazoduc sur leurs terres traditionnelles.
http://www.rfi.fr/fr/podcasts/20200221- ... utochtones

Répondre