Les océans et les mers

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 11 janv. 2018, 20:11

Les océans manquent de plus en plus d’oxygène

Une étude du Global ocean oxygen network publiée vendredi 5 janvier dans la revue Science alerte sur l’extension des « zones mortes », dépourvues d’oxygène, dans les océans. En cause : le changement climatique et la pollution par les nutriments.

Limiter le changement climatique et la pollution des océans par les nutriments permettrait d’enrayer le déclin de la teneur en oxygène des océans. Il s’agit de l’enseignement tiré d’une étude menée par les chercheurs du groupe de travail international Global ocean oxygen network (GO2NE), publiée le vendredi 5 janvier dans la revue Science. Les chercheurs soulignent que la proportion de zones de haute mer dépourvues de tout oxygène (« zones mortes ») a plus que quadruplé au cours des cinquante dernières années. « Quant aux sites à faible teneur en oxygène situés près des côtes, y compris les estuaires et les mers, ils ont été multipliés par dix depuis 1950 », est-il précisé. « Les scientifiques estiment que la teneur en oxygène va continuer à chuter dans ces deux types de zones au fur et à mesure que la Terre se réchauffera », souligne le Centre national de recherche scientifique (CNRS) sur son site.
................
la suite : http://www.environnement-magazine.fr/bi ... xygene.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 19 janv. 2018, 21:35

En 2017, l'océan mondial n'a jamais été aussi chaud

Publié le 19/01/2018 lemarin.fr

On savait que 2017 avait été l’année la plus chaude jamais enregistrée sur l’ensemble de la planète. On vient d'apprendre que l’océan mondial a aussi connu ses températures les plus élevées depuis le début des mesures, en 1958. L’Institut de physique de l’atmosphère de l’académie chinoise des sciences vient de le confirmer dans une étude parue le 18 janvier.
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... ussi-chaud

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 23 févr. 2018, 19:27

Les Seychelles créent une vaste réserve maritime

22.02.2018

Le gouvernement des Seychelles a annoncé jeudi la création d'une vaste zone de protection marine au sein de l'archipel, dans l'océan indien, pour préserver ses eaux, essentielles au développement de son économie.

Cette réserve, d'une superficie de 210.000 km² - soit approximativement 15% de la Zone économique exclusive (ZEE) seychelloise - s'inscrit dans le cadre du concept d’"économie bleue", dans lequel les Seychelles, très dépendantes de la pêche et du tourisme, veulent baser leur avenir.

"Notre océan engendre des opportunités de développement, mais aussi des responsabilités", a déclaré le ministre seychellois de l'Environnement, Didier Dogley. "Notre océan est central à notre développement et au futur des générations à venir."

Il a décrit la création de cette réserve comme "un changement de paradigme dans la manière dont nous gérons et utilisons nos ressources côtières et maritimes".

Le dispositif a été rendu possible par un accord conclu en 2016 portant sur le rachat de 21 millions de dollars (17 millions d'euros) de dette publique, grâce à l'intervention de l'ONG américaine Nature Conservancy.

Celle-ci a prêté de l'argent au gouvernement seychellois et mobilisé des dons privés, dont un de la Fondation Leonardo DiCaprio, pour financer ce rachat. Ce dernier était conditionné à la création de la réserve, qui permet à l'archipel de protéger ses 115 îles contre les effets du changement climatique, dont le réchauffement, la montée et l'acidification des eaux.

"Cet effort aidera les Seychellois à protéger leur océan pour les générations futures, et servira de modèle pour les prochains projets de protection marine dans le monde", a déclaré l'acteur américain et défenseur de l'environnement Leonardo DiCaprio, qui préside la Fondation.

"Ces protections signifient que toutes les espèces vivant dans ces eaux ou passant par elles sont désormais mieux protégées contre la surpêche, la pollution et le changement climatique", a-t-il ajouté.

Près d'un tiers de la nouvelle réserve sera interdite à tout type de pêche. Et le reste de la zone ne sera accessible que par les petits pêcheurs locaux et pas les gros chalutiers d'une industrie qui rapporte 300 millions de dollars (244 millions d'euros) par an au pays.

Cette réserve comprend l'atoll d'Aldabra, classé au patrimoine mondial de l'Unesco, et qui sert de lieu de nidification aux oiseaux de mer et abrite des tortues imbriquées, des tortues géantes ou des dugong (vaches de mer).

D'ici 2020, près d'un tiers des eaux seychelloises seront protégées dans le cadre d'un "plan spatial marin", qui permettra d'empêcher la pêche non réglementée ou illégale, ainsi que l'exploration pétrolière ou gazière, et l'exploitation et le dragage miniers en eaux profondes.

Le président de Nature Conservancy, Mark Tercek, prédit que les Seychelles seront un modèle pour le reste du monde. "Ce que vous voyez aujourd'hui aux Seychelles, c'est ce que prévoyons d'introduire dans les Caraïbes et d'autres régions océaniques confrontées à la menace du changement climatique".
http://information.tv5monde.com/en-cont ... ime-222127

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 28 févr. 2018, 18:51

Chili : 38% des eaux et du territoire désormais protégés

Publié le 28/02/2018 lemarin.fr

La présidente du Chili Michelle Bachelet a signé le mardi 27 février les décrets officialisant la création cinq nouvelles aires marines protégées, dont celle de Rapanui, autour de l’île de Pâques, annoncée en septembre.

Outre celle de Rapanui, Mme Bachelet a signé les décrets créant les aires marines protégées de l’archipel Juan Fernandez, des îles Diego Ramirez-Passage de Drake, du fjord Almirantazgo, et celle de Tortel.

« Nous sommes passés de 5 % à près de 38 % des mers et de la terre chilienne désormais protégés », a souligné Mme Bachelet en signant les décrets. « La plus importante conquête environnementale du Chili est d’avoir fait passer l’enjeu environnemental d’un thème sectoriel, traité par des spécialistes ou des idéalistes à un impératif de toutes nos discussions sur l’économie, l’énergie, la planification territoriale, les relations internationales ou le transport ».

La nouvelle aire marine protégée de l'île de Pâques est soutenue par la fondation Bertarelli et The Pew Charitable Trusts.

Image
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... s-proteges

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 14 mars 2018, 20:01

Un premier parc national marin au Cambodge, contre la pêche illégale

Publié le 14/03/2018 lemarin.fr

Le Cambodge a annoncé, fin février, la création de son premier parc national marin. D’une superficie de 524 km2, il englobe les sept îles de l’archipel de Koh Rong et vise à protéger les récifs de coraux et les mangroves. Il s’étend en grande partie sur une zone de conservation de 405 km2, créée en 2016, qui vise à supprimer la pêche illégale.
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... e-la-peche

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 30 avr. 2018, 13:08

Golfe d’Oman: Les chercheurs découvrent une «zone morte» plus grande que l’Écosse dans l’océan
OCÉANS À cause du manque d’échantillons, les modèles climatologiques avaient sous-estimé la gravité de la situation dans cette zone océanique…

20 Minutes avec agences le 30/04/18

Un « désastre » pire que ce que prévoyaient les modèles climatiques. Des chercheurs ont découvert dans le Golfe d’Oman une « zone morte » plus grande que l’Ecosse.

Le faible niveau d’oxygène y empêcherait le développement de la vie marine. « Jusqu’à maintenant, personne ne savait à quel point la situation était mauvaise parce que la piraterie et les conflits dans la zone empêchaient de recueillir des données », explique Bastien Queste, coauteur d’une étude sur le sujet publiée ce vendredi dans la revue Geophysical Research Letters.

Un désastre écologique sous-estimé par les prédictions
« Nos recherches montrent que la situation est pire que ce qu’on craignait, et que la zone morte est grande et continue à s’étendre, poursuit le chercheur dans un communiqué. L’océan suffoque ».

Pour évaluer la situation dans le golfe d’Oman, l’équipe de chercheurs y a envoyé pendant huit mois des robots sous-marins capables de plonger jusqu’à un kilomètre de profondeur et couvrir des milliers de kilomètres. Par manque d’échantillons, les modèles climatologiques ne reflètent pas cette situation, « surestimant les concentrations d’oxygène et probablement sous-estimant la dénitrification » (perte en azote), note l’étude.

Asphyxie des fonds marins
Les zones mortes ou hypoxiques sont des régions océaniques où le taux d’oxygène est très faible, provoquant l’asphyxie de la flore et de la faune marines. Elles se développent naturellement dans certaines régions du monde, mais sont aggravées par le réchauffement des océans – l’eau plus chaude contenant moins d’oxygène – et par les engrais et les eaux usées qui s’y déversent.

En l’absence d’oxygène, le cycle de l’azote, dont se nourrissent les plantes, est en effet également modifié : « du protoxyde d’azote, un gaz à effet de serre 300 fois plus puissant que le CO2, est produit », explique Bastien Queste.
https://www.20minutes.fr/planete/226365 ... osse-ocean

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 04 mai 2018, 17:52

Exposition au mercure par le poisson : 66 pays à risque

Publié le 04/05/2018 lemarin.fr

La Polynésie française arrive en 6e position sur 175 pays, par son taux d’exposition au mercure via les produits de la pêche.

Image
La Polynésie française (ici, Tahiti) présente une exposition hebdomadaire au méthylmercure de 5 μg/kg contre une recommandation de l’OMS de 1,6 pour les femmes enceintes et allaitantes, et 3,3 sinon. Les poissons en bout de chaîne, comme ici le thon tropical, sont les plus contaminés. (Photo : Louis Laplane)
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... er-66-pays

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 08 mai 2018, 13:53

Hawaï bannit les crèmes solaires qui détruisent les coraux !

par Yohan Demeure 7 mai 2018,

Dans une grande partie des crèmes solaires, il y a deux ingrédients contribuant fortement à la dégradation des coraux. Face à l’urgence de la situation concernant les récifs coralliens, l’archipel d’Hawaï a voté une loi tout aussi unique qu’exemplaire : interdire les crèmes solaires incriminées !

En fin d’année 2017, des chercheurs ont découvert des coraux uniques au monde et résistants au réchauffement climatique. Mais cela ne change pas la situation générale : un peu partout aux quatre coins du globe, les barrières de corail sont mises à mal, mettant en grand danger la faune marine. L’Australie a récemment réuni plus de 300 millions d’euros pour appliquer un plan de sauvetage de la Grande Barrière de corail, mais certains experts pensent que cela ne sera pas assez.

Prendre le problème sous un autre angle semble judicieux, et c’est justement ce que tente de faire l’archipel d’Hawaï. Les législateurs de cet État américain ont voté une loi interdisant les crèmes solaires contenant les deux ingrédients suivants : l’oxybenzone et le méthoxycinnamate d’éthylhexyle. Ceux-ci auraient un effet dévastateur sur les fonds marins, selon une étude récente menée par le Haereticus Environmental Laboratory (HEL). Le fait est que ces deux composants sont présents dans plus de 3500 produits solaires commercialisés dans le monde entier.

Cependant, la loi ne prendra effet qu’à partir de janvier 2021, bien que celle-ci fut largement plébiscitée lors du vote (76 pour et 4 contre). Par ailleurs, cette loi doit encore attendre la validation de David Ige, gouverneur de l’État d’Hawaï. Dans tous les cas, Hawaï agit tel un pionnier dans ce genre de législation, et les efforts sont déjà visibles en amont. En effet, la compagnie locale Hawaiian Airlines a commencé depuis le mois dernier à offrir des échantillons de crème solaire ne contenant pas d’additifs polluants à ses passagers.

Pour les porteurs de la loi, il s’agit de protéger la faune de l’archipel, car Hawaï est tout simplement entouré de récifs coralliens. Les détracteurs de cette décision auront sans doute des intérêts économiques à ce qu’elle ne soit pas validée, tandis que d’autres craignent simplement la dangerosité d’une baisse trop importante de l’usage de crème solaire.
https://sciencepost.fr/2018/05/enfin-ha ... es-coraux/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 08 mai 2018, 14:20

[En images] La barrière flottante pour dépolluer les océans testée dans la baie de San Francisco

Cle 08/05/2018 Usine Nouvelle

VIDÉO Un premier barrage de dépollution flottant "Ocean Cleanup" devrait être déployé mi-2018. D’ici là, les porteurs de l’initiative vont procéder aux derniers tests dans la Baie de San Francisco et au large des côtes californiennes aux Etats-Unis.
..........
https://www.usinenouvelle.com/article/e ... co.N690599

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 07 juin 2018, 20:07

Journée mondiale de l’océan : gros plan sur le microplastique

Publié le 07/06/2018 lemarin.fr

Lancée en 1992 au sommet de Rio, la Journée mondiale de l’océan, qui se tient le 8 juin, vise à sensibiliser le grand public à mieux gérer et préserver l’océan et ses ressources.

Partout dans le monde, le World oceans day donne lieu à des animations, des expositions, des conférences. Thème central en 2018 : des océans propres. Selon l’Organisation des Nations unies (Onu), 8 millions de tonnes de plastique arrivent par an dans les océans, « faisant des ravages sur la faune, la pêche et le tourisme ». Cette pollution, d’origine terrestre à 80 %, coûte la vie à un million d’oiseaux de mer et 100 000 mammifères marins par an. Le fameux 7e continent en est la face visible, médiatisée.

« Le brouhaha médiatique autour des déchets plastique agit comme un écran de fumée, alertent en cette journée Jeff Ghiglione, directeur de recherche en écotoxicologie au CNRS, et Romain Troublé, directeur général de la Fondation Tara expéditions. À force de trop communiquer sur des continents plastique qu’on pourrait nettoyer par des solutions miracles, nous passons à côté de l’essentiel. » Les microplastiques, pollution invisible mais au pouvoir de nuisance le plus important : un danger pour toute la chaîne alimentaire marine, du plancton à l’assiette. Il y en a partout, y compris en Arctique, et ils ne pourront pas être collectés. Les solutions : limiter drastiquement l’usage des plastiques, empêcher qu’ils atteignent la mer et inventer de nouveaux matériaux biodégradables. « C’est au G7, à l’Onu et à l’Union européenne d’en faire une question de santé publique internationale. »


La pêche durable dans l’assiette

Le plastique sera ainsi au centre de plusieurs initiatives en France pour ce 8 juin. L’Onu recense, pays par pays, des événements de cette journée. C’est aussi la cérémonie de remise des prix du concours culinaire Olivier Roellinger, pour la préservation des ressources de la mer, à l’Unesco à Paris : un concours de jeunes chefs ou futurs chefs, en école hôtelière, qu’Ethic Ocean organise tous les ans, les encourageant à choisir des espèces pêchées ou élevées durablement.
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... oplastique

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 14 juin 2018, 21:02

Pollution plastique: Le projet «Ocean Cleanup» peut-il vraiment nettoyer les océans?

Cet été, le jeune Néerlandais Boyan Slat mettra à l’eau le premier maillon de son projet «Ocean Cleanup», des barrières flottantes destinées à nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique nord. Des scientifiques dénoncent un écran de fumée…

12 juin 2018 Fabrice Pouliquen

Boyan Slat promet « le plus grand nettoyage de l’histoire ». Et c’est en septembre que l’aventure commence, indique-t-il ce mardi sur Twitter. Le jeune entrepreneur néerlandais, 23 ans, mettra alors à l’eau un premier système de barrières flottantes pour l’acheminer d’ici la fin de l’année dans le vortex des déchets qui flotte dans le Pacifique nord. Le fameux «septième continent», comme il est régulièrement appelé. A mi-chemin entre la Californie et Hawaï, grand comme trois fois la France, il s’est constitué au niveau d’un gyre océanique, un tourbillon d’eau formé de la rencontre de plusieurs courants marins drainant dans leur sillage des déchets en tout genre. Du plastique en particulier.

50 % du septième continent prélevé en cinq ans ?

Au départ, le Néerlandais partait sur l’idée d’une immense barrière de 100 km en forme de V arrimée au fond marin et équipée de filets dans lesquels s’engouffreraient les morceaux plastiques. Depuis, Boyan Slat et son équipe de 75 ingénieurs ont revu leur copie. Ils imaginent désormais une trentaine de barrières en forme de fer à cheval, d’un ou deux kilomètres. Elles ne seraient non plus arrimées au fond marin mais à une ancre flottante dérivant au gré des courants.

C’est l’un de ces fers à cheval, actuellement en cours d’assemblage en Californie, qu’Ocean Cleanup s’apprête à déployer dans le gyre du Pacifique nord. L’opération devrait être suivie de très près par les médias du monde entier. C’est que le Néerlandais promet régulièrement monts et merveilles : en cinq ans, il se dit en capacité de nettoyer 50 % du septième continent. Soit 36.000 tonnes de déchets plastiques sur les 73.000 comptabilisées lors d’une étude publiée en mars dernier. Ensuite, le Néerlandais s'attaquera aux quatre autres vortex de déchets dans le monde.

« Juste les macrodéchets »

Un optimisme qui agace de plus en plus de scientifiques. Car même si le Néerlandais atteint son objectif, la vraie question est de savoir à quoi bon ? Jeff Ghiglione, directeur de recherche en écotoxicologie au CNRS, collaborateur de la Fondation Tara Expéditions, commence ainsi par une mise au point : « La technologie élaborée par Boyan Slat ne permettra de collecter que les macroplastiques, c’est-à-dire les déchets suffisamment gros pour être perçu à l’œil nu. » Soit la partie émergée de l’iceberg.

« Une première estimation globale et complète de ces particules flottant à la surface des océans évaluait à 269.000 tonnes la quantité de plastiques flottant à la surface, indique Alexandra Ter Halle chargée de recherche au CNRS où elle travaille sur la fragmentation des plastiques. Or, nous savons aussi que, depuis 1950, ce sont 200 millions de tonnes de plastiques qui ont été rejetées dans les océans. »

Les microplastiques, l’essentiel de la pollution ?

Où est passé le reste ? En mer, les plastiques ne se dissolvent pas mais se fragmentent en petites microparticules inférieures à cinq millimètres. « Ce sont ces microplastiques qui constituent l’essentiel de la pollution plastique des mers et océans, pas les macrodéchets », insiste le navigateur Patrick Deixonne, fondateur de l’association scientifique et de sensibilisation « Expédition 7e continent ».

Vendredi, pour la Journée mondiale des océans, WWF a illustré ce phénomène en faisant un focus sur la pollution plastique en Méditerranée. « Les microplastiques y atteignent des niveaux records », précise le rapport évoquant une concentration quatre fois plus élevée que dans le vortex de déchets du Pacifique nord.

Contrairement à l’idée de plus en plus répandue d’un seul « continent plastique », en réalité il y aurait des microplastiques partout. « Nous en avons même trouvé en Arctique qu’on pensait vierge de cette pollution », précise Jeff Ghiglione. Alexandra Ter Halle prend alors sa calculatrice. « En ramassant 36.000 tonnes sur les 200 millions déversées dans les océans depuis 1950, Boyan Slat ne s’attaquera qu’à 0,02 % de cette pollution, observe-t-elle. Il se dit en capacité de le faire en cinq ans. Mais sur ce laps de temps, si nous continuons sur cette mauvaise trajectoire de 20 millions de tonnes de déchets venus des continents et rejetés chaque année en mer, ce seront 100 millions tonnes de déchets qui auront terminé de nouveau leur course dans les océans. » Soit 2.777 fois plus que la quantité de déchets que Boyan Slat aura récoltée.

« Dommage qu’il survende son projet »

« C’est tout le problème d’Ocean Cleanup, s’agace alors Jeff Ghiglione. Il laisse penser qu’on peut nettoyer les océans et que cette pollution plastique est en passe d’être résorbée. » Plusieurs scientifiques tiquent aussi sur la méthode employée pour collecter les déchets. « Les barrières flottantes qu’il a imaginées sont l’équivalent d’un dispositif de pêche permanent laissé au beau milieu du Pacifique, note Patrick Deixonne. Si le système parvient à capter les macrodéchets, il est fort à parier qu’il affecte aussi les écosystèmes, bouleverse la faune autour. »

Yvan Bourgnon accorde tout de même un bon point à Boyan Slat : « Celui d’avoir sensibilisé des millions de personnes à la pollution plastique des océans ». Tout en continuant la course au large, le navigateur suisse planche lui aussi sur une solution visant à collecter des déchets plastiques en mer. Il veut construire pour 2022 La Manta, le plus grand multicoque au monde qui sera doté de herses à l’arrière pour ratisser les déchets qui seront remontés à bord via un tapis roulant. « La capacité de collecte de la Manta serait de 1.200 m² avant de devoir regagner un port, précise-t-il. Nous n’allons pas nettoyer un continent de plastiques avec ce bateau et nous n’avons jamais eu la prétention de le faire. En revanche, à moins de 50 miles des côtes, à l’embouchure des grands fleuves et au large des mégapoles, la Manta peut faire sens sur la collecte des macrodéchets ou pour aider à résorber des épisodes de pollution très localisés. »

Yvan Bourgnon est convaincu que les barrières flottantes de Boyan Slat pourraient aussi faire sens dans ce cas de figure précis. « Et non en haute mer dans les gyres océaniques, estime-t-il. Dommage qu’il survende son projet. »
.................
https://www.20minutes.fr/planete/228829 ... yer-oceans

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 12 juil. 2018, 20:25

La Baltique en manque d’oxygène


Gazeta Wyborcza - Varsovie le 10/07/2018

La Pologne s’inquiète de la dégradation de l’état de la Baltique, unique mer à ses frontières. Une nouvelle étude pointe du doigt les origines anthropiques de la désoxygénation, causée par le réchauffement climatique et les rejets d’engrais et de polluants.

“La Baltique va-t-elle devenir un désert sans oxygène et sans vie ?” s’alarme le quotidien polonais Gazeta Wyborcza. Selon une étude publiée le 5 juillet dans la revue scientifique Biogeosciences et conduite par une équipe de chercheurs finlandais et allemands, “la désoxygénation des eaux côtières du nord de la mer Baltique a été au XXe siècle sans précédent”.

L’analyse de données sur mille cinq cents ans montre que le phénomène a commencé au début du XXe siècle, mais qu’il est “monté en puissance dans les années 1950 avec la ‘révolution verte’ et le développement de l’industrie. Aujourd’hui, bien que nous nous souciions davantage de protéger l’environnement, la Baltique continue d’étouffer, probablement en raison du réchauffement climatique”, commente le journal.

Les océanographes interrogés expliquent en effet que l’évolution du climat change la circulation atmosphérique et diminue les échanges d’eau. Or, rappelle Gazeta, “l’écosystème de la Baltique, mer semi-fermée, dépend des apports d’eau de la mer du Nord, plus riche en sel et en oxygène”. L’oxygène est également moins soluble dans l’eau à mesure que la température augmente.
Par ailleurs, “la Pologne est le plus grand pollueur de la Baltique, même si, en proportion de notre population, nous rejetons moins d’eaux usées, de phosphore et d’azote que le Danemark ou la Suède”, poursuit le journal polonais. Ces nutriments alimentent la croissance d’algues qui, en se décomposant, consomment de l’oxygène. “La Baltique va connaître le sort de la mer Noire”, déplore encore le quotidien.
––
https://www.courrierinternational.com/a ... e-doxygene

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 24 juil. 2018, 18:15

L'inquiétant réchauffement des océans


Par Chris Harris & Rafael Cerrada Euronews 24/07/2018

La chaleur étouffante gagne aussi les océans. L'image en tête de cet article montre les anomalies des températures océaniques enregistrées le 21 juillet dernier. On remarque que les dans les zones touchées par des vagues de chaleur, comme les pays nordiques et le Japon, la température de l'eau dépasse aussi la moyenne de saison.

La carte ci-dessous, qui illustre les données compilées par l'Institut de changement climatique de l'Université de Maine, montre l'anomalie des températures par rapport à la moyenne en Europe au cours du mois de juillet.

Image

En plein été, les nombreux plagistes pourraient voir en ces températures plus chaudes une aubaine. Mais ont-elles un coût ? "Oui", assure Hans-Martin Fussel, expert du changement climatique à l'Agence européenne pour l'Environnement (AEE).

Ce dernier rappelle que le réchauffement des mers d'Europe a multiplié les maladies hydriques et étendu les "zones mortes maritimes", où l'oxygène est insuffisant pour sustenter la vie aquatique.

"Mais les effets les plus inquiétants de la hausse de la température de la mer ont lieu dans les zones tropicales et subtropicales", dit le Dr Fussel. "En particulier dans les récifs coralliens".

"Lors des récentes vagues de chaleur marine en Australie, par exemple, un tiers de la Grande Barrière de Corail est morte", ajoute le scientifique. "Il y a un grand risque de voir disparaître la plupart des récifs coralliens du monde au cours du siècle."

Les chiffres du réchauffement des mers

Certaines mers d'Europe n'ont jamais été aussi chaudes que ces dernières années, d'après les données de l'AEE.

Les dernières données compilées datent de 2014 : la mer méditerranée et la mer noire affichaient cette année là des températures record. La mer Baltique, l'Atlantique nord et la mer du Nord affichaient pour leur part les plus hautes valeurs depuis le siècle dernier.

Voici l'augmentation des températures marines depuis 1865, selon l'AEE. On observe un pic inquiétant depuis 30 ans.

graphe dynamique , voir dans le lien

Les conséquences du réchauffement

La hausse des températures a un impact dévastateur sur les récifs coralliens dans les zones tropicales. Près de chez nous en Europe, les effets ne sont pas si visibles. Mais d'autres effets sont perceptibles.

Migration des poissons

Quand le thermomètre grimpe, on observe une migration à grande échelle des poissons et de la vie marine vers le nord : en conséquence, les espèces subtropicales sont de plus en plus nombreuses dans les eaux européennes.

La pêche de poissons d'eau froide, comme la morue et l'aiglefin, a diminué de moitié dans certaines parties de l'Europe depuis les années 1980, tandis que la pêche de poissons préférant les eaux plus chaudes, comme le rouget et le merlu, a augmenté de 250 %.

Infections d'origine hydrique

La hausse des températures de l'eau en mer Baltique a été liée à une augmentation des infections par la vibriose d'origine hydrique.

Ces maladies peuvent inclure le choléra, la gastro-entérite, l'infection de plaies et la septicémie, selon l'organisme américain des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies.

Les autorités sanitaires du nord de l'Allemagne ont invité les personnes souffrant d'une santé fragile à ne pas se baigner dans la mer Baltique après une vague de chaleur.


Les "zones mortes maritimes"


Les températures plus chaudes font augmenter le nombre de "zones mortes" en Europe, selon l'AEE. Des zones qui n'ont pas assez d'oxygène pour soutenir la vie marine. La mer Baltique est la plus grande zone morte du monde.

Les zones appauvries en oxygène représentaient une zone totale de 5 000 km2 au début du XXe siècle. On estime aujourd'hui leur surface à 60 000 km2.

La principale cause de cette accroissement est l'azote, présent dans les engrais agricoles, déversé chaque année dans les océans. Mais l'augmentation de la température aggrave le problème.

Les causes du réchauffement

"Les principaux responsables sont sans aucun doute les gaz à effet de serre, le premier étant le dioxyde de carbone, libéré lorsque les combustibles fossiles sont brûlés. Viennent ensuite le méthane et l'oxyde d'azote" a déclaré le Dr Fussel.

"La plupart des activités humaines contribuent à leur échelle au changement climatique mondial : la production et la consommation d'énergie, les transports et l'agriculture, en particulier la production de viande."
http://fr.euronews.com/2018/07/24/l-inq ... des-oceans

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 27 juil. 2018, 19:35

La vie marine sauvage est en train de disparaître

Par Journaliste Figaro Nine d'Halluin le 27/07/2018

Selon une étude scientifique, il ne resterait que 13,2% des océans de la planète pouvant être considérés comme sauvages. Ces espaces pourraient complètement disparaître d'ici à 50 ans.

Une équipe internationale de chercheurs a analysé les impacts humains sur l'habitat marin, entre ruissellements et augmentation du transport maritime. D'après eux, il ne resterait plus que 13,2% des océans (environ 55 millions de km2) de la planète pouvant être considérés comme sauvages, conséquence de l'augmentation du fret maritime, de la pollution et de la surpêche. Selon leur étude, les espaces sauvages des océans restant sont susceptibles de disparaître d'ici à 50 ans.

Les scientifiques, emmenés par Kendall Jones de l'Université du Queensland, ont établi une cartographie des zones sous-marines considérées comme «intactes» ainsi que des écosystèmes «libres de perturbations humaines». D'après leur étude publiée par Current Biology , la majorité des zones sauvages se trouvent dans l'Antarctique, l'Arctique et près des îles reculées du Pacifique.

Les zones côtières proches d'activités humaines sont celles où la vie marine est la moins florissante. «Les zones marines qui peuvent être considérées comme intactes sont de plus en plus rares à mesure que les flottes marchandes et de pêche étendent leur champ d'action à la quasi-totalité des océans du monde et que les ruissellements de sédiments ensevelissent de nombreuses zones côtières», a expliqué Kendall Jones, en ajoutant que «l'amélioration des technologies du transport maritime signifie que les zones les plus reculées et sauvages pourraient être menacées à l'avenir, y compris les zones jadis recouvertes par la glace désormais accessibles à cause du changement climatique».

«Ces zones diminuent de façon catastrophique»

Selon l'étude, seulement 4,9% des espaces considérés comme intacts sont situés dans des zones protégées. Le restant est donc d'autant plus vulnérable et susceptible de disparaître rapidement. «Nous savons que ces zones diminuent de façon catastrophique. Leur protection doit devenir l'objectif d'accords environnementaux multilatéraux. Faute de quoi, elles disparaîtront vraisemblablement d'ici à 50 ans», a expliqué James Watson, de la Wildlife Conservation Society australienne. Les chercheurs appellent donc au renforcement de la coopération internationale pour protéger les océans, lutter contre la surpêche, limiter les extractions minières sous-marines et réduire les ruissellements polluants.

En 2016, l'ONU a commencé à travailler sur un accord international qui régirait et protégerait la haute mer. «Cet accord aurait le pouvoir de protéger de vastes espaces en haute mer et pourrait représenter notre meilleure chance de protéger la dernière vie marine sauvage», a souligné Kendall Jones.
http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/07 ... raitre.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 06 août 2018, 18:51

Une nouvelle aire marine protégée est créée au large de l'Espagne

02 août 2018 Fanny Rousset actuenvironnement.com

Un couloir marin de 1.350 km de long et de 46.385 km2 au total, situé au large des côtes espagnoles, a été déclaré "aire marine protégée" par l'Espagne. Cette mesure devrait protéger 3.500 rorquals communs. Il a aussi été proposé pour inclusion sur la liste des Aires spécialement protégées d'importance méditerranéenne (ASPIM), dans le cadre de la Convention de Barcelone pour la protection du milieu marin et du littoral de la Méditerranée.

Ce couloir est utilisé comme une autoroute migratoire par beaucoup d'espèces de cétacés en Méditerranée. Dix mammifères marins sont menacés dans ce corridor parmi lesquels la baleine à bosse et le dauphin bleu.

"Avec cette initiative, des mesures de prévention spécifiques vont être mises en place pour réguler les activités humaines en mer [pêche, transport maritime, exploration et exploitation pétrolières et gazières]", indique un communiqué. "Cela aura un impact positif au-delà des limites du corridor sur l'ensemble de la mer Méditerranée, ainsi que sur d'autres secteurs", s'enthousiasme le Plan d'action pour la Méditerranée (PAM) de l'ONU Environnement.

L'Espagne a maintenant atteint et dépassé l'objectif de développement durable (ODD) de protéger au moins 10% des zones côtières et marines d'ici 2020. Mais des progrès restent à faire au niveau de la Méditerranée (8,9%) et au niveau mondial (5,3%). Le PAM a développé une feuille de route pour soutenir les efforts de création de nouvelles zones en Méditerranée. Elle vise à aider les gouvernements à identifier de nouvelles aires prioritaires, à vérifier la mise en œuvre des mesures, à conduire des évaluations et à créer des synergies avec d'autres secteurs comme la pêche et le tourisme.
https://www.actu-environnement.com/ae/n ... 31826.php4

Répondre