Les océans et les mers

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 08 août 2018, 21:10

Le domaine maritime français défini par décret

Publié le 08/08/2018

Un décret daté du lundi 30 juillet officialise la limite extérieure de la mer territoriale de la France métropolitaine.

Image
La carte des zones économiques exclusives françaises. Avec les eaux intérieures et la mer territoriale, elles couvrent 10,27 millions de km². (Photo : DR)
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... par-decret

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans et les mers

Message par energy_isere » 12 août 2018, 08:34

La mer Caspienne, riche en hydrocarbures et en caviar

Par AFP le 12.08.2018

Les dirigeants de de l'Azerbaïdjan, de l'Iran, du Kazakhstan, de la Russie et du Turkménistan se rassemblent dimanche dans la ville portuaire d'Aktaou pour signer un accord historique définissant le statut de la mer Caspienne.


Voici cinq choses à savoir sur cette vaste étendue d'eau dont le statut légal fait l'objet de négociations depuis plus de vingt ans.

- Mer ou lac ? -

Mer ou lac ? La question divise toujours autant les experts. Ce qui est sûr, c'est que la Caspienne constitue la plus grande étendue d'eau enclavée au monde avec près de 70.000 kilomètres cube, soit plus que la mer du Nord et la mer Baltique.

Alimentée par la Volga, on la qualifie souvent de "mer fermée" à l'exemple de la mer d'Aral.

L'accord qui doit être signé dimanche qualifie la Caspienne de "mer" mais est censé lui donner un statut légal spécial, selon Moscou.

- Hydrocarbures -

L'une des raisons de l'intérêt des pays riverains pour la mer Caspienne sont les riches réserves d'hydrocarbures qu'elle renferme.

Selon les estimations, ses eaux salées recèlent près de 50 milliards de barils de pétrole et 300.000 milliards m3 de gaz naturel.

Le plus gros gisement, Kachagan au Kazakhstan, renferme 13 milliards de barils de pétrole.

Extraire les hydrocarbures de l'eau n'est toutefois pas toujours aisé comme l'ont montré les retards dans l'exploitation de Kachagan, qui pose de nombreux défis technologiques: faible profondeur de l'eau, gelée en hiver, et réserves soumises à très hautes pressions.

- Caviar -

La Caspienne abrite la population la plus élevée au monde de grand esturgeon bélouga, dont les oeufs sont consommés sous forme de caviar.

Le caviar le plus cher de la Caspienne provient des oeufs d'un rare esturgeon albinos présent dans le sud de l'étendue d'eau.

Les militants écologistes dénoncent une pêche intensive qui épuise les stocks et espèrent que le nouvel accord donnera un coup de pouce aux efforts de préservation.

Selon le livre Guiness des records, un kilogramme du caviar d'esturgeon d'Iran peut atteindre jusqu'à 25.000 dollars.

- Tourisme local -

Les côtes couvertes d'écume et les eaux agitées de la Caspienne semblent pas être une destination touristique idéale, mais pour les citoyens du Turkménistan et d'Azerbaïdjan, elles représentent un séjour à la plage idéal.

Les deux pays riverains ont investi massivement pour développer le tourisme au bord de la Caspienne, orienté surtout vers un public local.

Certains endroits souffrent pourtant de la pollution liée à l'industrie du pétrole et aux déchets industriels.

Ces dernières années, les autorités azerbaïdjanaises et russes ont décrété plusieurs plages dangereuses pour la baignade, ce qui n'empêche pas certains nageurs de s'y risquer malgré tout.

- Monde de Narnia? -

L'écrivain britannique C. S. Lewis a nommé "Caspian" l'un des personnages de sa saga fantastique culte "Le Monde de Narnia". Si le lien n'est pas prouvé, les sept tomes regorgent de références aux langages et aux cultures dominant la région.

Parmi ces références figurent le lion Aslan, dont le nom est dérivé du mot "lion" dans plusieurs langues turques dont l'azéri et le turkmène.
https://www.challenges.fr/economie/la-m ... iar_606590

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans et les mers

Message par energy_isere » 15 août 2018, 16:20


Vidéo Aux États-Unis, un ferry sabordé pour être recyclé de façon improbable


SIMON CHODORGE PUBLIÉ LE 14/08/2018

VIDÉO Aux États-Unis, le ferry MV Twin Capes a été coulé volontairement le 15 juin 2018. L'État du Delaware a sabordé le navire pour le recycler d'une façon originale. Au fond de l'océan Atlantique, le bateau rejoindra un récif artificiel. Une pratique régulière sur la côte Est qui permet d'attirer poissons, plongeurs et pêcheurs.
......
https://www.usinenouvelle.com/article/v ... le.N730454

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans et les mers

Message par energy_isere » 08 sept. 2018, 09:13

Les mégots de cigarettes, principale source de
déchets marins


par Brice Louvet 7 septembre 2018,

La pollution marine est l’un des fléaux les plus importants de la planète, impliquant l’ensemble de la chaîne alimentaire. Si depuis quelques années le viseur est pointé sur les sacs plastiques, et plus récemment sur les pailles, les mégots de cigarettes sont de leurs côté passés inaperçus – du moins au plus grand nombre. L’organisation Ocean Conservancy, qui sponsorise le nettoyage de plages du monde entier chaque année depuis 1986, explique en effet avoir récolté plus de 60 millions de filtres au cours de ces 32 dernières années. C’est un tiers de tous les déchets collectés. Et c’est un gros problème.

La grande majorité des 5 600 milliards de filtres fabriqués dans le monde chaque année sont en effet chargés en acétate de cellulose, une forme de plastique qui peut mettre plusieurs années à se décomposer. On estime aujourd’hui que les deux tiers de ces filtres sont jetés dans la nature. Par le biais des égouts pluviaux, des ruisseaux et autres rivières, beaucoup se retrouvent dans les océans, nuisant à la faune marine. Des micro-plastiques auraient ainsi été décelés chez environ 70 % des oiseaux de mer et 30 % des tortues marines.

En ce sens, de nombreuses personnes tirent la sonnette d’alarme, demandant l’interdiction pure et simple de la fabrication de ces filtres. « Ils ne présentent aucun avantage pour la santé. Ils ne sont qu’un outil de marketing. Et ils facilitent la consommation de tabac, explique Thomas Novotny, professeur de santé publique à l’Université de San Diego (États-Unis). C’est aussi un contaminant majeur, avec tous ces déchets plastiques. Il me semble évident que nous ne pouvons continuer à autoriser cela ».

Les campagnes anti-tabac et autres rappels de civilités ne portant pas leurs fruits, certains se penchent directement sur la composition de ces filtres, avec pour objectif de les rendre biodégradables. En ce sens, le chimiste Mervyn Witherspoon, par exemple, qui travaillait autrefois pour le plus grand fabricant de filtres en acétate, œuvre actuellement en tant que conseiller technique auprès de Greenbutts. Il s’agit d’une startup basée à San Diego qui tente de développer un filtre composé de chanvre de Manille et de pâte de bois, liés ensemble par un amidon naturel.
https://sciencepost.fr/2018/09/les-mego ... ts-marins/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans et les mers

Message par energy_isere » 15 sept. 2018, 08:08

Baleines: rejet du retour de la chasse commerciale proposé par le Japon

Par Le Figaro.fr avec AFP le 14/09/2018

La Commission baleinière internationale a rejeté vendredi le texte du Japon qui entendait autoriser à nouveau la chasse commerciale, au dernier jour de la réunion de cette instance au Brésil.

Les pays défenseurs des cétacés, conduits par l'Australie, l'Union européenne et les Etats-Unis, ont mis en échec la proposition nippone intitulée "Le chemin à suivre", par 41 voix contre 27. Six des 89 pays membres n'ont pas envoyé de délégation et sept autres nations, africaines pour la plupart, qui n'ont pas payé leur cotisation, ne sont pas autorisées à prendre part aux votes.

Le vice-ministre japonais de la Pêche Masaaki Taniai a regretté l'issue du vote et a menacé de quitter la Commission baleinière internationale (CBI) si aucun progrès n'était fait pour revenir à la chasse à la baleine commerciale. "Si les preuves scientifiques et la diversité ne sont pas respectées, si la chasse à la baleine commerciale est totalement niée...le Japon va devoir réévaluer sa position en tant que membre de la CBI", a-t-il déclaré.

Selon lui, le résultat du vote "peut être vu comme une négation de la possibilité pour des gouvernements avec points de vue différents de coexister dans le respect et la compréhension mutuels au sein de la CBI". En réponse, le représentant australien Nick Gales a rejeté "le discours soulignant l'intolérance et les dysfonctionnements" de la CBI que tient le Japon.Il a appelé Tokyo à rester au sein de la CBI "afin de continuer à se battre pour défendre son point de vue et travailler de manière constructive avec les autres membres".
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/0 ... -japon.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 21 sept. 2018, 23:09

Les déchets de la pêche commerciale dans le collimateur du G7


Par Journaliste Figaro Le figaro.fr , AFP agence e 20/09/2018

Le G7 veut s'attaquer à la pollution marine créée par les équipements de pêche perdus ou abandonnés par les chalutiers, qui représentent 70% des déchets plastiques flottant à la surface des mers, a annoncé jeudi le ministre canadien des Pêches et des Océans, Jonathan Wilkinson.

Le G7 veut lutter contre les déchets de la pêche. Quelque 640.000 tonnes de filets et autres matériels de pêche sont jetées dans les océans chaque année, causant la mort d'environ 136.000 phoques, dauphins, otaries, tortues, petites baleines et autres oiseaux de mer, selon l'ONG Protection mondiale des animaux. «C'est un énorme problème car ça se désintègre en particules de plastique qui prennent beaucoup de temps à se désagréger et qui causent la mort de beaucoup, beaucoup de mammifères marins et de poissons», a déclaré Jonathan Wilkinson, le ministre canadien des Pêches et des Océans, à l'AFP depuis Halifax, où se tient jusqu'à vendredi une rencontre du G7 consacrée à l'environnement, aux océans et à l'énergie.

«Il y a un consensus au sein des pays du G7 pour dire que c'est un enjeux très important, dont on ne parle pas autant que les autres problèmes causés par le plastique, et nous sommes très déterminés à nous y attaquer», a-t-il ajouté. Selon l'agence des Nations unies pour l'environnement, 70% des gros déchets en plastique qui flottent sur les mers sont liés à la pêche. «C'est un grave problème que peu de gens connaissent», a déploré Josey Kitson, directrice au Canada de l'ONG Protection mondiale des animaux, se disant «très optimiste que les ministres G7 puissent y remédier».

Pas de calendrier arrêté

De fait, les gouvernements rassemblés à Halifax réfléchissent à diverses solutions, telles que «réutiliser ces matériaux», créer «des incitatifs financiers pour les récupérer ou, avant tout, ne pas les jeter», a confié le ministre canadien, notant que le G7 souhaite pouvoir identifier les pollueurs. Bien qu'aucun calendrier n'ait été arrêté, les sept grands se sont entendus pour «poursuivre la discussion lors de la conférence Blue Economy au Kenya en novembre», a-t-il indiqué. Enfin, les ministres ont abordé la question de la pêche illégale, qui, selon Jonathan Wilkinson, concerne 30% de l'industrie halieutique mondiale. Un groupe de travail a été créé afin de suivre ce dossier, piloté par les États-Unis, a-t-il dit.

Présidé par le Canada cette année, le G7 est un groupe informel de grandes puissances formé de la France, du Royaume-Uni, de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon, du Canada et des États-Unis. L'Union européenne y est associée.
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018 ... -du-g7.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans et les mers

Message par energy_isere » 27 oct. 2018, 22:33

Lorient : la goélette Tara revient samedi de deux ans et demi d'expédition

26 oct 2018

Partie le 28 mai 2016 pour sa onzième expédition, l'expédition Tara Pacific revient samedi 27 octobre dans son port d'attache de Lorient. Elle vient de passer 29 mois en mer afin que les scientifiques à bord étudient les effets du réchauffement climatique sur les récifs coralliens.

Enfin ! Après avoir parcouru 100.000 kilomètres, la goélette Tara revient à Lorient. Elle comporte à son bord 70 scientifiques de huit nationalités différentes qui ont collecté 36000 échantillons depuis 40 sites marins.

Image

"Un effet visible du changement climatique"
Depuis 2003, elle a réalisé onze expéditions à travers les mers du monde pour étudier l'effet de l'activité terrestre sur la pollution des océans. Ces expéditions visent à collecter des échantillons de coraux ou planctons. Pour sa onzième expédition, elle a pris la direction du plus grand océan du monde. Elle l'a traversé de part en part, faisant escale dans pas moins de 32 îles du Pacifique et réalisant environ 2.600 plongées pour récupérer des éléments utiles aux recherches scientifiques.

"200 personnes se sont relayées sur le bateau pendant ces deux ans et demi, rapporte Romain Troublé, directeur général de la Fondation Tara Expéditions. Le planning a été respecté à la minute près : chaque escale a été faite, c'est une belle victoire !"

Premièrement nommée Antarctica, ce bateau fut conçu à la fin des années 1980 pour étudier la dérive des glaces. Étienne Bourgeois en fait l'acquisition en 2003 à condition de continuer les missions scientifiques du navire. Il le rebaptise Tara, s'entoure d'une équipe de scientifiques (dont Christophe Gascard, océanographe qui devait participer à l'expédition polaire avortée) et le navire reprend de l'exercice.
https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 64006.html

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12765
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Les océans et les mers

Message par GillesH38 » 27 oct. 2018, 23:59

c'est bizarre le sous-titre "un effet visible du réchauffement climatique" alors qu'il n'y a rien d'écrit de tel dans l'article (et sur les compte rendus que j'ai entendus à la radio, ils disent que le blanchissement des coraux n'est pas "global" ... du coup il pourrait bien être dû à des causes "locales" ...)
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans et les mers

Message par energy_isere » 29 oct. 2018, 20:56

Image
Le navire scientifique « Tara » a retrouvé son port d’attache de Lorient après d’une navigation de plus de deux ans dans le Pacifique. (Photo : Bertrand Tardiveau)

http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... ur-lorient

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans et les mers

Message par energy_isere » 05 nov. 2018, 19:12

Échec de la création d’un sanctuaire marin en Antarctique

Publié le 05/11/2018

La Commission de conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR) a échoué, lors de sa conférence, qui s’est achevée le vendredi 2 novembre à Hobart, en Tasmanie, à créer un vaste sanctuaire dans l’océan Antarctique.

Malgré les efforts conjugués des scientifiques, des ONG, des gouvernements favorables au renforcement des mesures de préservation de l’océan Austral, et alors que ce projet était soutenu par 22 des 25 membres de la CCAMLR et plus de 2,7 millions de personnes dans le monde, aucune nouvelle réserve naturelle ne devrait être créée. La réunion de la CCAMLR s'est terminée sans un accord sur trois nouvelles aires marines protégées – en Antarctique oriental, dans la mer de Weddell et dans la péninsule antarctique occidentale – rejetant la création d’une immense zone océanique de l'Antarctique d’une superficie de 1,8 million de km2 , cinq fois plus grande que l'Allemagne, qui offrirait une protection « aux manchots, aux épaulards, aux phoques léopards et aux rorquals bleus ».


Russie, Chine et Norvège font blocage

Mais qui dit sanctuaire dit eaux protégées et limitation de la pêche commerciale et des autres activités humaines comme l’exploitation du fond marin ou le forage de pétrole. La Russie, la Chine et la Norvège ne l’entendent pas ainsi et ont bloqué le processus de création. Et ce, alors que les scientifiques ont clairement souligné la nécessité de créer des sanctuaires marins sur au moins 30 % de la surface des océans d’ici à 2030, afin de protéger la faune, d’assurer la sécurité alimentaire pour des milliards de personnes et de lutter contre le changement climatique.

Laura Meller, conseillère pour Greenpeace sur les pôles, souligne la responsabilité de ces trois états : « En 2009, la commission avait approuvé le mandat de créer un réseau de sanctuaires, mais depuis, les efforts diplomatiques semblent porter davantage sur le développement des pêcheries que sur la conservation. Si des organes tels que la CCAMLR continuent d’échouer dans leur mandat de protéger l’océan, ils ne pourront plus faire partie de la solution. Nous devons alors nous pencher sur les négociations historiques en cours à l’Onu en vue d’un traité international sur les océans. »

Les membres continueront néanmoins de travailler pendant la période d'intersession sur les propositions de ces aires marines protégées avant d'être examinées à nouveau à la réunion de l'année prochaine, a déclaré la CCAMLR dans son communiqué de clôture vendredi.
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... sanctuaire

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans et les mers

Message par energy_isere » 29 nov. 2018, 19:49

Dauphins : des répulsifs acoustiques pour empêcher les captures accidentelles

21 juillet 2018

Plusieurs entités regroupant des chercheurs et des pêcheurs tentent de mettre au point un répulsif acoustique efficace afin de sauver les centaines de dauphins victimes de captures accidentelles chaque année. Si les tests s'avèrent concluants, il pourrait voir le jour à l'horizon 2021.

Face aux nombres inquiétants de dauphins et cétacés échoués sur les côtes atlantiques à cause de la pêche accidentelle, l'organisation Les Pêcheurs de Bretagne, l'Observatoire PELAGIS de La Rochelle et l'institut scientifique Ifremer s’associent une nouvelle fois pour trouver une solution. Les trois organisations ont ainsi lancé le projet Licado, avec comme ambition de mettre au point d'ici 2021 un "pinger" – ou répulsif acoustique – capable de se déclencher seulement à l'approche d'un dauphin.

De janvier à avril 2018, "près de 700 échouages de petits cétacés, dauphins communs et marsouins communs, ont été recensés par le Réseau national des échouages" sur les côtes atlantiques, explique à l'AFP Olivier Van Canneyt, biologiste à l'observatoire Pélagis de La Rochelle. "Dans l’état actuel des examens, on recense au moins 90% de dauphins communs, dont 70% à 80% d'entre eux montrent des lésions compatibles avec une mort par capture accidentelle dans un engin de pêche."

L’année d’avant déjà, 893 échouages de dauphins avaient été recensés. Et après autopsie 70% d'entre eux présentaient des signes de capture accidentelle : marque de mailles de filets sur le corps, rostre (museau) cassé, nageoire amputée ou asphyxie. Un bilan trois fois supérieur aux captures accidentelles répertoriées au cours des dix années précédentes, et certainement sous-estimé car toutes les carcasses ne sont pas ramenées jusqu'à la côte.

Un premier dispositif avorté

En cause : non seulement le changement climatique mais aussi un changement de distribution des populations de cétacés ces quarante dernières années. "Avant, les mammifères s'observaient surtout en mer du Nord", explique Hélène Peltier, elle aussi chercheuse au laboratoire Pelagis. "Il y a eu une migration vers le Sud, la Manche, la mer Celtique et le golfe de Gascogne. C'est sans doute lié à l'environnement et aux espèces qu'ils chassent."

Une problématique que les pêcheurs et les scientifiques connaissent de longue date mais qui n’a, pourtant, toujours pas été solutionnée. Entre 2004 et 2009 les trois entités avaient porté plusieurs projets de répulsifs acoustiques. Un premier dispositif avait même été développé, mais sans jamais être commercialisé faute de partenaire industriel et de débouchés commerciaux suffisants. Aujourd'hui, les premiers essais réalisés par des pêcheurs du port de La Turballe, en Loire-Atlantique, pourraient bien changer la donne.

Trois paires de chalutiers ont ainsi effectué 200 passages de chalut, dont la moitié avec des filets équipés de ces répulsifs sonores. "On a mis trois pingers, on n'a pas pris un seul dauphin", raconte à l'AFP Eric Morice, patron du Zéphyr. "En les disposant de façon à bloquer la gueule du chalut, ça a marché. Et on n'a pas eu moins de merlus", assure-t-il. Les données sont en cours d’analyse mais les acteurs du projet, eux, semblent déjà confiants : "on observerait une réduction significative des prises de cétacés", prédit Thomas Rimaud, chargé de mission de l'organisation professionnelle.
https://www.maxisciences.com/dauphin/de ... 41219.html

et la news du jour du marin.fr
Un répulsif acoustique à dauphins validé par Les Pêcheurs de Bretagne

Publié le 29/11/2018

La réduction des captures accidentelles de dauphins par les pêcheurs fait l’objet, depuis plusieurs années, de recherches qui, jusqu’à maintenant, n’avaient pas abouti.

Image
Testé à bord de trois paires de chalutiers pélagiques entre février et avril, le répulsif acoustique a permis la diminution de 65 % des captures accidentelles de dauphins. (Photo : Les Pêcheurs de Bretagne)

Image
Chaque chalut disposait de trois pingers (ailes et corde de dos) émettant de façon aléatoire sur une fréquence de 5 à 500 kHz pour éloigner les cétacés sans gêner les poissons de rente. (Photo : Les Pêcheurs de Bretagne)
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... echeurs-de

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 12 déc. 2018, 22:03

Une première aire marine protégée en projet en Côte d’Ivoire

Publié le 12/12/2018 lemarin.fr

Une mission scientifique à Grand-Béréby, près de San Pedro, au sud-ouest de la Côte d’Ivoire, se déroule jusqu’au 16 décembre. Objectif : lancer le projet de la première aire marine protégé du pays.

Image

Des tortues imbriquées viennent pondre sur les plages près de Grand-Béréby. Elles sont en « danger critique » selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). (Photo : DR)
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... te-divoire

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans

Message par energy_isere » 21 déc. 2018, 21:39

ah les enfoirés :
Le Japon va mettre fin à 32 ans d’accord international pour reprendre le commerce de la baleine


21 dec 2018

Le Japon, déjà pointé du doigt pour ses tueries de cétacés sous couvert de "recherche scientifique" envisage de briser le moratoire internationale sur la chasse à la baleine pour pouvoir relancer ce commerce dans le pays.

Arès plusieurs mois de menaces, le Japon serait décidé à quitter la Commission baleinière internationale (CBI) pour reprendre officiellement la chasse commerciale à la baleine. Selon les médias japonais, les arguments de leur gouvernement : certaines baleines menacées d’extinction se sont rétablies. Mais le Japon avait-il seulement arrêté la chasse un jour ?

Chaque année, le pays tue légalement entre 200 et 1200 baleines. Bien que la viande finisse dans les supermarchés, cette pêche se fait sous couvert de "recherche scientifique". Une dérogation autorisée par la CBI en 1986, année d’interdiction internationale de la chasse à la baleine, après que certaines espèces aient été annoncées en voie d’extinction. Le Japon reste donc pour l'instant limité et surveillé dans sa gestion de capture des cétacés. Un problème selon les représentants du Japon à la commission, car selon eux, manger de la baleine fait partie de leur culture.

Une décision en suspens

L'Agence japonaise de la pêche a déclaré à la BBC que le Japon envisageait "toutes les options possibles" mais qu'il "n'avait pas encore pris de décision". Il n’y a donc pas eu de confirmation officielle concernant le départ du Japon de la CBI, mais selon NHK, le gouvernement aurait déjà informé les députés de cette décision. Citant des sources gouvernementales anonymes, l'agence de presse Kyodo a également annoncé qu'une annonce officielle pourrait être faite la semaine prochaine.

Ce départ est néanmoins attendu puisqu’en septembre 2018, le pays a essuyé un refus de la part des autres membres concernant la reprise de la chasse à la baleine, à 41 voix contre 27. Parmi les nations favorables à la chasse commerciale, plusieurs s'attendaient à ce que le moratoire soit temporaire, en attendant un consensus sur des quotas de capture "durables".

Les défenseurs de l'environnement sur le qui-vive

Les militants environnementaux ont averti qu'en se retirant de la CBI, le Japon risquait de devenir une "nation de pirates baleiniers". Darren Kindleysides, directeur général de l'Australian Marine Conservation Society, a déclaré : "Quitter la CBI créerait un précédent très dangereux pour d'autres traités et conventions internationaux. Non content de harponner les baleines, il semble maintenant que le Japon menace de harponner l'avenir de la CBI."
https://www.lci.fr/planete/video-chasse ... 08069.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 55091
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les océans et les mers

Message par energy_isere » 31 déc. 2018, 19:46

Au moins les Japonais ne vont plus aller chasser la baleine en Antarctique.
Après cette annonce, Tokyo a assuré qu'il s'abstiendrait d'aller chasser "dans les eaux de l'Antarctique ou dans l'hémisphère Sud", limitant sa pêche "aux eaux territoriales et à la zone économique exclusive".

......
https://mobile.francetvinfo.fr/monde/ja ... 123221.amp

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7325
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Les océans et les mers

Message par phyvette » 12 janv. 2019, 01:15

Le réchauffement des océans revu à la hausse

Une nouvelle étude parue dans « Science » révise les températures de référence, trop basses, et permet de confirmer les modèles climatiques...

Depuis 2014, les experts climatiques étaient perplexes : la hausse de température mesurée des océans n’était pas aussi forte que ce que les modèles climatiques prédisaient. Les thermomètres avaient-ils faux ?...

« Si vous voulez comprendre où se passe le réchauffement climatique, regardez dans nos océans, affirme l’un des auteurs du résumé publié dans Science, Zeke Hausfather, de l’université de Californie à Berkeley. Le réchauffement océanique est un indicateur très important du changement climatique, et nous avons les preuves que ce réchauffement va plus vite que ce que nous pensions. »...
https://www.lemonde.fr/climat/article/2 ... 52612.html
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Répondre