Filiére bois en France

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53245
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Filiére bois en France

Message par energy_isere » 27 févr. 2018, 20:51

Les scieries françaises sont en danger ! C'est ce qu'affirme le patron de l'entreprise Parquet Chêne Massif, implantée à St-Pierre-les-Etieux, dans le Boischaut sud. Selon Samuel Deschaumes, la concurrence chinoise risque de priver de chêne les transformateurs de l'hexagone.


27 février 2018 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

« Les magnifiques chênes centenaires récoltés dans nos forêts sont de plus en plus chargés sur des camions puis des containers qui vont faire 7.000 km de camion et 28.000 km de bateau ». Voilà ce qu'écrit, dans une lettre au président de la République, le porte-parole de la Fédération Nationale du Bois, Samuel Deschaumes. Egalement président de la société parquet-chene-massif.com, basée à St-Pierre-les-Etieux, au cœur du Boischaut sud, il s'inquiète de voir partir vers la Chine une partie de la production française de chêne.

Un risque de pénurie de matière première

Depuis quelques mois, la Chine a en effet investi le marché français. En janvier, les exportations de chêne en direction de ce pays ont bondi de 35% par rapport au même mois de l'année dernière. Samuel Deschaumes explique : « les Chinois ont clairement décidé de geler l’exploitation de leur forêt donc ils viennent chercher la matière première dans les pays étrangers. C’est stratégique, ils mettent un ou deux euros de plus que le scieur français pour venir emporter le marché ». Toujours d'après Samuel Deschaumes, parmi les 550 scieries existant dans l'hexagone, certaines pourraient commencer à manquer de bois d'ici trois mois.

Face à cette situation, le porte-parole de la Fédération Nationale du Bois plaide pour la mise en place de mesures protectionnistes. Il souhaite ainsi voir étendu aux forêts privées le label UE, un label qui garantit une exploitation et une transformation des bois au sein de l'Union. Pour l'instant, celui-ci n'est appliqué qu'aux forêts domaniales (environ 30% de la surface totale).

Une filière méconnue mais importante en Berry

En Berry, une dizaine d'entreprises (des scieries mais aussi des tonnelleries et des merranderies, qui fabriquent les pièces de bois qui utilisées dans la fabrication des tonneaux) vivent du travail du chêne. La région Centre-Val-de-Loire est une zone de production importante en France. Parmi les principales forêts berrichonnes, on peut citer celles de Châteauroux, de Choeurs-Bommiers, de Habert, de St-Palais et d'Allogny.
https://www.francebleu.fr/infos/agricul ... 1519749411

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53245
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois en France

Message par energy_isere » 27 févr. 2018, 21:24

Forêt-bois: des crispations en chêne

07-02-2018

La Fédération nationale du bois demande plus de protectionnisme. Stéphane Travert indique maintenir le caractère volontaire de l’adhésion au label UE et, en même temps, souhaiter son extension à la forêt privée.

Il faut sauver la filière du chêne et, pour cela, brider les exportations de grumes, en vue de favoriser la transformation du bois en France. C’est le message qu’a voulu faire passer la Fédération nationale du bois (FNB), lors d’une conférence de presse organisée le 6 février 2018, à Paris.

Sur ce sujet dont s’alarment les scieurs depuis plusieurs années, la fédération s’est déjà tournée vers le Premier ministre récemment, par parlementaires interposés. Elle sollicite cette fois-ci la presse, pour qu’elle interpelle le président de la République, Emmanuel Macron. Des parlementaires sont aussi susceptibles d’y apporter à nouveau leur écho.

Le label UE « sur la base du volontariat »

La FNB demande des mesures protectionnistes, notamment des quotas d’exportation par essence et qualité, un registre des exportateurs, un système de redevances phytosanitaires « fiable », le conditionnement des aides pour la forêt à la contractualisation des ventes de bois ou à la transformation du bois en France. L’organisation appelle à la redéfinition du statut des organisations de producteurs, en fonction de la valeur des bois que celles-ci vendent (et non plus du volume). La FNB souhaite aussi une priorité donnée à la forêt de production, des soutiens aux plantations forestières pour le reboisement, ou encore un plan pour les investissements.

..............
..............
L’export des grumes de chêne, anecdotique il y a une dizaine d’années, de l’ordre de 50 000 m3 en 2007, se monte aujourd’hui à quelque 490 000 m3 toutes destinations confondues, quoique la Chine demeure au centre des attentions. Elle en absorbe environ 352 000 m3. L’export des grumes vers la Chine tend à augmenter en 2017, retrouvant son niveau de 2015. Au total, l’export des grumes de chêne représente 21 % de ce qui est récolté, en intégrant les bois à sciages, à tranchage, et merrain. Il constitue 23,8 % des seuls bois de chêne à sciages. Le ministère de l’Agriculture l’évalue à 15 % de la récolte commercialisée en 2017.

Toutefois, selon le Syndicat de la filière bois (SFB), « plus de 85 % des chênes qui sont exportés en Chine sont essentiellement des bois de qualité inférieure (B / C), noueux et tordus, des grumes de faibles diamètres (< 40 cm) et des surbilles qui n’entrent pas – faute d’équipements adéquats (versus les scieries chinoises) – dans les process de production des scieries françaises ».
..............
https://www.forestopic.com/fr/yes-i-woo ... ions-chene

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53245
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois en France

Message par energy_isere » 15 mai 2018, 16:08

dans un autre fil mobar a écrit :
15 mai 2018, 10:33
GillesH38 a écrit :
15 mai 2018, 09:28
Mais ça peut etre aussi considéré comme une philosophie assumée de laisser en paix des milieux naturels ...
C'est surtout historique et lié aux conséquences des méthodes de transmission du patrimoine lors des héritages. La répartition du foncier qui consiste à répartir les surfaces entre les enfants au fil des ages est la principale raison de ce morcellement.

C'est l'abolition du droit d'ainesse par la constituante (Nivose an II) qui a enclenché le phénomène de morcellement.

En comme il n'y a pas eu de remembrement contrairement aux surfaces agricoles, il est aujourd'hui extrêmement difficile de rentabiliser une coupe dans une forêt privée de petite surface. Dans plusieurs régions les scieries et industries de première transformation ont aussi disparu, ce qui complique encore et alourdi la facture

Une agence nationale devrait être créée pour redynamiser les secteur et rationaliser l'exploitation par des regroupement de chantiers forestiers en fédérant les propriétaires. ce ne sont pas les compétences qui manquent, l'expertise de l'ONF nous est enviée par tous nos voisins, mais la volonté politique!

Pour nos politiques, les propriétaires du foncier forestier ne sont bons qu'à payer des taxes, comme bien d'autres! :-D
Il y a les groupements forestiers pour dynamiser :
Place des Groupements Forestiers

L’objet d’un Groupement Forestier, qui permet d’investir en forêt pour une mise raisonnable, est d’exploiter la ressource forestière. Le succès des Groupements Forestiers est donc un facteur de dynamisme de toute la filière bois. Les Groupements Forestiers permettent le regroupement des propriétés forestières : la forêt française c’est 2,3 millions de propriétés de moins de 1 hectare, sur 3,5 millions de propriétaires forestiers privés. C’est l’une des raisons pour lesquelles le Gouvernement s’est toujours mobilisé pour que le Groupement Forestier bénéficie d’une fiscalité attractive, prenant en compte les caractéristiques particulières de l’exploitation forestière : longue durée d’exploitation, qui s’étale sur plusieurs générations (d’où l’aménagement sur les droits de succession), une valeur foncière qui représente environ 25% de la valeur à l’hectare (d’où également l’exonération hauteur de 75% de la valeur des forêts d’un Groupement Forestier pour calculer les droits de transmission de patrimoine, en contrepartie de la gestion durable des forêts pendant 30 ans), des rendements modestes et irréguliers (d’où une réduction d’impôt sur le revenu et une imposition des revenus du Groupement Forestier au forfait cadastral)… Ainsi le Groupement Forestier est adapté aux particularités de l’exploitation forestière et à la fiscalité des particuliers.
source : https://www.groupementsforestiers.com/l ... forestier/

J'en ai pris quelques (petites) parts l' an dernier.

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7902
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Filiére bois en France

Message par kercoz » 15 mai 2018, 17:43

La technique actuelle est vraiment crado qd on va sur place. Des engins énormes qui bousculent tout ce qui ne les intéresse pas. les roues creusent des trous de près d' un mètre sur les terrains meubles. Qd ils ont finis on croirait Verdun, jeunes arbres couchés ou penchés, taillis massacrés.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7429
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Filiére bois en France

Message par Remundo » 15 mai 2018, 20:14

le manque de main d'oeuvre et le recul des techniques traditionnelles et légères (au cheval de trait) font que le jardinage des forêts (l'exploitation progressive avec des tiges d'âges différents) est de plus en plus délicat.

Effectivement, comment aller chercher un gros arbre avec un engin de 3 m de large et 6m de long au milieu de jeunes pousses ou taillis finement éparpillés ? La "solution" consiste généralement à tracer des lignes (dites coupe d'éclaircie) et à partir de ces lignes, aller chercher "à la grue ou au treuil" sur les côtés à plusieurs mètres.

Ces coupes d'éclaircies fragilisent néanmoins la forêt (sensibilité au ravinement et aux tempêtes).

Ainsi le mieux maintenant, dans la situation actuelle, est d'avoir des forêts homogènes et de faire une coupe rase à mâturité. Une forêt naturelle et inhomogène est un casse-tête à exploiter.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7673
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Filiére bois en France

Message par mobar » 15 mai 2018, 20:28

Le mieux est l'ennemi du bien, la tendance qui se développe partout en Europe est plutôt organisée autour de la régénération naturelle avec des coupes ciblées sur les arbres à forte valeur ajoutée et la forêt irrégulière

Les coupes rase ou coupes à blanc ne se font plus que dans des champs d'arbres comme dans les Landes et sur les parcelles difficiles d'accès

http://www.prosilva.fr/html/presentatio ... ulture.htm
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53245
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois en France

Message par energy_isere » 16 mai 2018, 17:53

en marge de la filiére bois, il apparait une nouvelle activité lié au bois de Chataigner assez incroyable, la récupération du tanin de Chataigner :
King Tree démarre la production de tanin de châtaigniers dans sa nouvelle usine tarnaise

MARINA ANGEL le 16/05/2018 À 10H54

La nouvelle usine d'extraction de tanin de châtaigniers de King Tree à Labruguière (Tarn) entre en phase de production. Un investissement de 15 millions d'euros, avec à la clef, la création d'une vingtaine d'emplois.

Après un an de chantier et plusieurs semaines de rodage, la nouvelle usine de King Tree, à Labruguière (Tarn), entre en phase opérationnelle de production. 15 millions d'euros ont été investis dans cette unité industrielle dédiée à l'extraction de tanin de bois de châtaigniers destiné à la nutrition animale. "La production est déjà à mi-capacité et monte progressivement en puissance", précise Pierre-Hugues Tierny, directeur général de King Tree. L'effectif du site tarnais, actuellement d'une quinzaine de salariés, devrait être conforté de quatre à cinq emplois supplémentaires d'ici fin 2018.

Des synergies avec la Tarnaise de Panneaux.

Jean-Benoît Tierny, qui dirige depuis une trentaine d'années une société spécialisée dans l'alimentation animale à Arras (Pas-de-Calais) et son fils Pierre-Hugues Tierny, travaillent sur ce projet depuis plusieurs années. L'idée est de valoriser les propriétés du tanin de châtaignier pour renforcer les défenses immunitaires des animaux. Utilisé en additif dans l'alimentation animale, cet extrait végétal offre une arme naturelle de défense contre les attaques microbiennes et certains parasites intestinaux, permettant ainsi de limiter l'utilisation d'antibiotiques et autres produits anti-parasitaires.

Dès 2015, la société King Tree est constituée et décide de se doter de son propre outil de production. Le choix du site d'implantation s'impose rapidement. "Nous avons installé notre usine au cœur d'un massif châtaignier, sur un terrain mitoyen de la Tarnaise des Panneaux, pour permettre une synergie maximale entre nos deux sociétés", souligne Pierre-Hugues Tierny. La Tarnaise des Panneaux, spécialisée dans la production de panneaux à partir de fibres de bois, fournit les plaquettes de châtaignier en amont de l'usine King Tree et les récupère en aval, après le process d'extraction du tanin, dans une démarche "zéro déchet".

La nouvelle usine a été conçue pour réceptionner environ 60 000 tonnes de bois par an et l'approvisionnement se fait dans un rayon de 80 km.

Une usine entièrement automatisée

Installée sur un site de 2,4 hectares, l'usine King Tree est entièrement automatisée. A partir de la trémie d'entrée de site, les plaquettes suivent un circuit via des systèmes de convoyages automatisés, jusqu'au cœur du circuit d'extraction. Le tanin de châtaignier est ensuite séché automatiquement, conditionné en sacs de 25 kg, avant une mise en palettes, également automatisée. Toute l'usine est supervisée à partir d'une salle de commandes. Un projet innovant, soutenu par l'Etat, dans le cadre du programme des investissements d'avenir et qui bénéficie d'un accompagnement financier de Bpifrance, de la Région Occitanie et de l'Europe, via le Feder.

Des perspectives à l'internationale et dans la santé humaine

La commercialisation du tanin tarnais démarre sous la marque Kingbrown. King Tree prévoit de se développer très vite à l'international et cible déjà le grand export (Asie et Amérique du Nord). En parallèle, la société s'intéresse aussi à de nouvelles voies de valorisation de son produit, en direction cette fois de l'alimentation humaine, pour des compléments alimentaires.

Marina Angel
https://www.usinenouvelle.com/article/k ... se.N694134

et effectivement ce site : http://www.cariboutg.eu/tanins.php parle de complément alimentaire à base de tanins.

la aussi : http://www.codelia.fr/LE-TANIN-DE-CHATAIGNIER.html

Remundo il connait ça avec ses vaches et taureaux du Massif central ?

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53245
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois en France

Message par energy_isere » 03 juin 2018, 12:49

Derrière l'appel pour renouveler les forêts, un double enjeu économique et environnemental

SIMON CHODORGE Usine Nouvelle 02/06/2018

Un "grand appel à renouveler la forêt française", c'est le texte signé le 31 mai par plusieurs acteurs de la filière bois au Carrefour International du Bois. Les signataires du texte alertent sur le manque de diversité dans les forêts et sur la double nécessité économique et environementale de changer leur gestion.

Le Carrefour International du Bois a débuté le mercredi 30 mai à Nantes (Loire-Atlantique) pour rassembler pour tous les acteurs de la filière : scieurs, négociants, importateurs, fabricants de produits bois, charpentiers ou encore architectes. Cette année, le renouvellement des forêts est au centre des discussions. Le jeudi 31 mai, les organisateurs du salon ont publié un “grand appel à renouveler la forêt française” dans l’espoir d’impulser un tournant dans la filière. La région Pays de la Loire, hôtesse de l’événement, entend donner l’exemple. Elle souhaite planter 1,5 million d’arbres en d’ici 2019.

“Certes, les forêts s’agrandissent naturellement, mais de manière désordonnée. Optimiser la séquestration du CO2 en améliorant, par exemple, les performances environnementales de nos bâtiments en y intégrant plus de bois, est un enjeu majeur pour l’avenir”, peut-on lire dans le texte de l’appel.

L’appel a notamment été signé par le président de Fransylva (la Fédération des forestiers privés de France), le président de France Bois Forêt (interprofession nationale de la filière forêt-bois) et des professionnels. Plusieurs parlementaires ont soutenu l’appel, dont le député de Saône-et-Loire Rémy Rebeyrotte (LREM).

Un enjeu économique et environnemental

“On a 16 millions d’hectares de forêt en France, les Allemands en ont 11 millions. Ils arrivent à générer 1,5 million d’emplois tandis que nous atteignons péniblement les 450 000”, déplore Rémy Rebeyrotte, à L’Usine Nouvelle.

Philippe Besseau est animateur ressource et bois énergie pour Atlanbois, l’organisme interprofessionnel de la filière bois en Pays de la Loire qui organise également le salon. Il nous fait le diagnostic de forêts en manque de diversité : “On pourrait avoir des problèmes sur le résineux et sur le chêne un peu plus tard. Si on ne s’en préoccupe pas maintenant, les forêts continueront de pousser mais pas avec la qualité dont on a besoin. Le bois énergie, ce n’est pas ce qui fait vivre la forêt et ce n’est pas la belle forêt qui produit l’ensemble des usages qu’on peut avoir du bois.”
..................
..................
https://www.usinenouvelle.com/article/d ... al.N701234

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7902
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Filiére bois en France

Message par kercoz » 03 juin 2018, 13:23

energy_isere a écrit :
03 juin 2018, 12:49
Derrière l'appel pour renouveler les forêts, un double enjeu économique et environnemental

SIMON CHODORGE Usine Nouvelle 02/06/2018
Il nous fait le diagnostic de forêts en manque de diversité : ......Le bois énergie, ce n’est pas ce qui fait vivre la forêt et ce n’est pas la belle forêt qui produit l’ensemble des usages qu’on peut avoir du bois.”
..................
..................
https://www.usinenouvelle.com/article/d ... al.N701234
Ca va mieux en le disant.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7673
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Filiére bois en France

Message par mobar » 05 juin 2018, 14:11

Le bois énergie pour un forestier, c'est comme le biogaz pour un agriculteur-éleveur, ce n'est pas son gagne-pain principal, mais ça lui permet d'arrondir ses fins de mois en augmentant ses revenus avec un produit dé corrélé des revenus classiques de son métier de base
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53245
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois en France

Message par energy_isere » 07 juin 2018, 20:43

L'appétit chinois pour le chêne affame les scieries françaises

Publié le 07/06/2018
par Sybille de La Hamaide et Yawen Chen

Les prix des grumes de chêne français ont bondi grâce à la demande chinoise, dopée par le goût de la nouvelle classe moyenne pour les parquets et les meubles de qualité, permettant aux exportateurs de l'Hexagone d'engranger des profits.

Mais la médaille a son revers puisque les 550 scieries de France, qui exploitent la troisième forêt de chênes du monde, risquent de devoir mettre la clé sous la porte faute de bois, qui part directement en Chine pour y être transformé.

"Le problème est que le chêne n'a jamais été aussi cher en France et nous, les transformateurs, n'en avons jamais eu aussi peu", dit Didier Chavot, directeur de la scierie Margaritelli Fontaines qui emploie 90 personnes en Bourgogne.

L'inquiétude de l'industrie française du chêne, qui emploie 26.000 personnes, y compris l'aval et l'amont, a même amené le ministre français de l'Agriculture à convoquer une réunion de crise en mars entre les toutes les parties. En vain.

"Les propriétaires de forêts poursuivent leur stratégie qui est de pousser les prix au plus haut mais ils doivent faire attention parce si les prix continuent d'augmenter, des marchés vont disparaître", estime Divier Chavot.
.....................
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... es.N703634

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53245
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois en France

Message par energy_isere » 12 juil. 2018, 23:07

La filière bois aggrave son déficit commercial

Franck Stassi Usine Nouvelle le 15/05/2018

Pour la première fois depuis 2012, le déficit commercial de la filière bois a dépassé la barre des 6 milliards d’euros, selon le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Image

La France a importé pour 16 milliards d’euros de produits (+ 4%) et en a exporté pour 9,6 milliards (+ 3%). La hausse de 22% en un an des exportations de grumes, en valeur, corrobore les inquiétudes des scieurs sur les approvisionnements.
Le secteur des meubles et sièges en bois reste celui qui, sans surprise, est le plus lourdement déficitaire (4,8 milliards d’euros).
https://www.usinenouvelle.com/editorial ... it.N692839

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7673
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Filiére bois en France

Message par mobar » 13 juil. 2018, 07:15

6 milliards de déficit commercial sur une filière de transformation de matière première, c'est, au bas mot, 300 000 smic que l'on offre aux transformateurs étrangers

ça doit être parce qu'on est au plein emploi en France :-D
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7429
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Filiére bois en France

Message par Remundo » 13 juil. 2018, 11:00

nous sommes un petit pays de branquignols. Voilà tout.

Les Polonais, les Chinois et autres, reçoivent notre bois, transpirent pour le transformer, et nous le remettent dans la gueule avec une haute valeur ajoutée.

On ne perd pas que des emplois dans l'affaire, mais aussi des devises.

A mon petit niveau dans les montagnes des Arvernes, il nous arrive d'acheter des piquets pour les clôtures : et bien ils arrivent des pays de l'Est, transport compris, et coûtent souvent moins cher que ceux proposés par un petit forestier local.

Je plains les gars là bas car ils doivent prendre des suées mémorables pour quelques roubles ou kopeks... des "notions" évanouies dans la France de jouisseurs du XXIème siècle.

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Condensat
Condensat
Messages : 769
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: Filiére bois en France

Message par Silenius » 13 juil. 2018, 18:09

Je plains les gars là bas car ils doivent prendre des suées mémorables pour quelques roubles ou kopeks... des "notions" évanouies dans la France de jouisseurs du XXIème siècle.
Pas sur, ce doit etre des lignes automatisees. Les palettes bois jetables sont fabriquees quasiment sans intervention humaine.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités