[RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13161
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par GillesH38 » 27 janv. 2019, 07:24

paradigme a écrit :
26 janv. 2019, 17:52
Quelques nouvelles du RC :

Les projections pour 2100 vont de 200 mm à 300 mm ; voire de 1000 mm à 2000 mm sachant que si toutes calottes glaciaires fondaient on aurait 60 000 mm :-)
donc un facteur 15 d'incertitude, c'est à dire en termes clairs qu'on n'en sait rien en fait. Et ça c'est la clé de tout bon discours catastrophiste : surtout ne pas trop savoir, car moins on en sait, plus les barres d'erreurs sont grandes, et donc plus les valeurs supérieures sont élevées, donc alimentent les discours catastrophistes ! :smt074
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9047
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par mobar » 27 janv. 2019, 09:57

D'autant que le réchauffement peut également nous amener vers une ère glaciaire
http://www.up-magazine.info/index.php/p ... -glaciaire
Le titre du communiqué du CNRS est on ne peut plus clair : « Atlantique Nord : le risque d’un refroidissement rapide au XXIe siècle revu à la hausse ». Dès l’aube des années 2000, l’hypothèse selon laquelle le réchauffement climatique provoquera l’émergence relativement brutale d’une période de glaciation fit l’objet de nombreuses études et rapports plus ou moins alarmistes. Hollywood s’empara même du thème en sortant un film catastrophe à succès : « Le jour d’après » de Joseph Emmerich (2002). L’hypothèse d’un refroidissement brutal de l’hémisphère nord est fondée sur la modification de la circulation thermohaline du courant océanique en Atlantique Nord. L’afflux d’eau douce provenant de la fonte de la banquise, les crues des grands fleuves du Nord de l’Europe et l’augmentation des précipitations seraient les facteurs principaux d’une rupture de la circulation océanique ; si ce seuil était atteint, il s’ensuivrait des conséquences planétaires apocalyptiques.

Depuis cette époque, les scientifiques se sont penché avec des moyens considérables sur l’analyse du changement climatique en général et de la circulation des courants océaniques en particulier. Parmi ceux-ci, le Gulf Stream est le moteur des climats tempérés de l’hémisphère nord. Il joue le rôle d’un gigantesque « tapis roulant » qui apporte dans son flux les eaux chaudes de Floride vers l’Arctique, en passant par les côtes européennes dont il garantit un climat tempéré. Arrivé vers les froids polaires, le courant océanique repart dans l’autre sens mais, ses eaux devenues plus froides, plongent vers les fonds marins. L’eau chaude allant vers le Nord est plus proche de la surface alors que les eaux froides revenues du pôle se situent dans les couches basses du courant. C’est ce que les scientifiques appellent la circulation océanique de retournement. Il s’agit en quelque sorte du moteur du Gulf Stream. Si le moteur ne fonctionne plus correctement, c’est toute la circulation océanique qui s’en trouvera perturbée et en conséquence, tout le climat des régions concernées.
Mécréants tremblez ... de froid ! :wtf:
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56972
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par energy_isere » 02 févr. 2019, 14:46

Arctique Canadien : les températures estivales du dernier siècle seraient les plus chaudes depuis 115 000 ans !

par Damien Altendorf, rédacteur scientifique
31 janvier 2019,

De nouvelles données observationnelles en provenance de l’île de Baffin appuient le caractère inhabituel du réchauffement de l’Arctique et du recul des glaciers qui s’y trouvent. Elles permettent de replacer l’évolution récente dans une perspective multi-millénaire. Il apparaît ainsi qu’il faut remonter au dernier interglaciaire pour trouver des conditions climatiques estivales comparables à celles régnant actuellement dans la région. Cela renvoie environ 115 000 ans dans le passé.

......
https://sciencepost.fr/2019/01/arctique ... 5-000-ans/

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 273
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par Paulad » 06 févr. 2019, 20:02

https://www.lemonde.fr/planete/article/ ... _3244.html
Du pôle Nord au Sud, coup de chaud sur les glaces
De récents travaux alertent sur l’accélération de la fonte des calottes glaciaires de l’Antarctique et du Groenland et leurs conséquences sur la montée du niveau des mers.

Le glacier Renegar, dans l’Antarctique de l’Est. Cette région, autrefois considérée comme relativement à l’abri, est également touchée par la fonte des glaces.
Le glacier Renegar, dans l’Antarctique de l’Est. Cette région, autrefois considérée comme relativement à l’abri, est également touchée par la fonte des glaces. Nick Golledge
Partout, elles craquent, grincent, se morcellent et chavirent. Les glaces fondent plus vite que jamais, tant au nord qu’au sud du globe, sous l’effet du réchauffement de l’atmosphère et des océans. Dans une série d’études scientifiques récentes, de nombreux chercheurs alertent sur la disparition accélérée des grandes étendues blanches des pôles et leurs conséquences sur l’environnement de la planète : montée du niveau des mers et multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes.

L’alarme vient d’abord du Groenland, qui enregistre un réchauffement de 3 °C depuis cent ans. La fonte des glaces y a été multipliée par quatre en dix ans, avec une moyenne de 280 milliards de tonnes de glaces perdues chaque année entre 2002 et 2016, selon une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), le 22 janvier. L’ensemble de l’inlandsis est affecté, essentiellement en raison du réchauffement de l’air qui fait fondre la surface de la calotte. « Le Groenland a atteint un point de basculement », prévient Michael Bevis, l’auteur principal, professeur à l’université d’Etat de l’Ohio, aux Etats-Unis.

Mais dorénavant, c’est également l’Antarctique qui préoccupe les scientifiques. La débâcle des glaces y est six fois plus rapide qu’il y a quarante ans, selon une autre étude publiée dans la même édition des PNAS. Ces vastes travaux estiment que le continent blanc a perdu 252 milliards de tonnes de masse glaciaire par an entre 2009 et 2017, contre 40 milliards chaque année sur la période 1979-1990.

Courants sous-marins plus chauds
« Les vents d’ouest, qui tournent autour de l’Antarctique, s’intensifient avec le réchauffement du climat. Ils envoient de la chaleur le long des côtes du continent blanc, un phénomène plus rapide que le réchauffement global de l’océan », explique Eric Rignot, premier auteur de l’étude, glaciologue à l’université de Californie, à Irvine, aux Etats-Unis et chercheur au Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

Ces courants sous-marins plus chauds grignotent la base des plateformes glaciaires flottantes de l’Antarctique, qui finissent par se détacher sous forme d’icebergs. Or, ces parties côtières font office de « bouchons » pour les glaciers qui sont en amont. Libérés de leurs contraintes, ces derniers « accélèrent », c’est-à-dire que leur écoulement augmente vers la mer. Ce n’est pas tout. La perte d’épaisseur des glaciers fait également reculer la ligne d’échouage, c’est-à-dire la zone de transition entre la partie où les glaces flottent et celles où elles reposent sur le socle de terre. De quoi créer une instabilité et augmenter encore la débâcle des glaces.

Le plus grand danger réside en Antarctique de l’Ouest, avec les glaciers de l’île du Pin et de Thwaites, engagés dans des retraits inexorables. « Thwaites est capable de vider la moitié de l’Antarctique de l’Ouest à lui tout seul », prévient Catherine Ritz, glaciologue à l’Institut des géosciences de l’environnement à Grenoble. Mais selon l’étude publiée dans les PNAS, l’Antarctique de l’Est, autrefois considéré comme relativement à l’abri, est également touché, notamment la terre de Wilkes, qui contient davantage de glace que l’Antarctique de l’Ouest et la Péninsule antarctique réunis.

Débat sur l’élévation du niveau de la mer
Tout l’enjeu de ces recherches est de prévoir quelle sera la hausse du niveau des mers entraînée par l’inéluctable fonte des glaces et à quelle vitesse (en centaines, milliers ou dizaines de milliers d’années). « Nous tablons sur plusieurs mètres, à cause de l’Antarctique, dans les prochains siècles », estime Eric Rignot. En 2016, dans des travaux qui ont fait date, les chercheurs Robert DeConto et David Pollard avaient évoqué une hausse possible de 1,8 mètre d’ici à 2100 liée seulement à l’Antarctique – auxquels il faut encore ajouter la fonte du Groenland, des glaciers terrestres ou encore l’expansion thermique de l’océan sous l’effet du réchauffement.

Un glacier dans la péninsule Antarctique.
Un glacier dans la péninsule Antarctique. Mark Brandon
Ces projections font actuellement débat au sein de la communauté scientifique. Une nouvelle étude publiée dans la revue Nature, mercredi 6 février, bat en brèche les résultats de MM. DeConto et Pollard, après avoir réanalysé leurs données. « L’Antarctique devrait contribuer à l’élévation du niveau de la mer à hauteur de 14-15 centimètres d’ici à la fin du siècle, avance de son côté Catherine Ritz, qui a participé à cette recherche. Cela reste tout de même très inquiétant, car la fonte va se prolonger pendant plusieurs milliers d’années et la hausse des océans se comptera alors en mètres. »

D’autant qu’un tel phénomène – encore non expliqué – a déjà eu lieu par le passé : il y a 125 000 ans, lors de la dernière période interglaciaire, la Terre était plus chaude de 2 °C et le niveau de la mer culminait à entre + 6 et + 9 mètres, en raison d’une fonte partielle du Groenland, mais également, sans doute, de l’Antarctique.

Ces incertitudes résident dans une connaissance encore insuffisante des mécanismes physiques de la glaciologie ou de la climatologie, mais surtout dans le manque de données de base, en termes de topographie, de profondeur des fonds marins ou de température de l’eau. « Les satellites ne suffisent pas, il faut des mesures aéroportées et des expéditions sous-marines, jusqu’à 500 mètres de profondeur, ce qui est très difficile », explique Eric Rignot. « On essaie de développer de nouveaux modèles plus complets, qui couplent les mécanismes sur les océans, l’atmosphère, l’Antarctique et le Groenland », précise Catherine Ritz.

Intensification des événements climatiques extrêmes
C’est l’objet d’une dernière étude, elle aussi publiée mercredi 6 février dans Nature, qui se projette dans un monde à + 3 ou 4 °C à la fin du siècle – la trajectoire vers laquelle nous mènent les engagements actuels des Etats – et examine les effets combinés de la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique. Les chercheurs en dressent la longue liste : une élévation du niveau de la mer de 25 cm, la perturbation de la circulation océanique mondiale, l’augmentation des variations de température d’une année à l’autre, la multiplication et l’intensification de certains phénomènes météorologiques extrêmes – comme par exemple des tempêtes et des cyclones tropicaux plus forts dans le golfe du Mexique –, ou encore l’affaiblissement du principal système de circulation océanique dans l’Atlantique Nord.

« Il en résultera un réchauffement de l’air en Amérique centrale, dans l’est du Canada et dans l’extrême Arctique, et, à l’inverse, un réchauffement réduit sur le nord-ouest de l’Europe », détaille Nicholas Golledge, le principal auteur de l’étude, professeur à l’université Victoria de Wellington (Nouvelle-Zélande).

Ces résultats seront incorporés au prochain rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui doit paraître en septembre sur les liens entre changement climatique, océans et glace. En 2013, le GIEC évoquait, dans son pire scénario, une élévation du niveau des mers de 98 cm d’ici à la fin du siècle, toutes causes confondues.

Audrey Garric

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7613
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par phyvette » 06 févr. 2019, 20:43

Ah très cher Paulad, tu as déjà tâté des arguments mobaresques....

Et ben maintenant tu va bouffer des arguments gillesques, tout aussi indigestes.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13161
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par GillesH38 » 07 févr. 2019, 05:05

j'ai pas besoin d'arguments spéciaux, l'article lui même signale les incertitudes et les désaccords entre scientifiques , dans l'extrait cité
. En 2016, dans des travaux qui ont fait date, les chercheurs Robert DeConto et David Pollard avaient évoqué une hausse possible de 1,8 mètre d’ici à 2100 liée seulement à l’Antarctique – auxquels il faut encore ajouter la fonte du Groenland, des glaciers terrestres ou encore l’expansion thermique de l’océan sous l’effet du réchauffement.
.....
Ces projections font actuellement débat au sein de la communauté scientifique. Une nouvelle étude publiée dans la revue Nature, mercredi 6 février, bat en brèche les résultats de MM. DeConto et Pollard, après avoir réanalysé leurs données. « L’Antarctique devrait contribuer à l’élévation du niveau de la mer à hauteur de 14-15 centimètres d’ici à la fin du siècle, avance de son côté Catherine Ritz, qui a participé à cette recherche. Cela reste tout de même très inquiétant, car la fonte va se prolonger pendant plusieurs milliers d’années et la hausse des océans se comptera alors en mètres. »
entre 15 cm et 1,8 m, il y a plus d'un facteur 10 d'incertitude, ce qui signifie qu'en réalité on n'en sait rien. Et plus l'incertitude est grande, plus les valeurs maximales sont grandes, et comme les articles grand public à sensation mettent l'accent sur les valeurs maximales pour des raisons journalistiques évidentes (ça fait vendre !!), le résultat est que moins on en sait, et plus les gens sont persuadés de la catastrophe à venir. Du pain béni pour le business du catastrophisme.
Après , le niveau de la mer dans plusieurs siècles , moi je m'en fous personnellement. Ca vous fait quoi que le niveau de la mer a monté de plus de cent mètres (oui cent mètres) depuis la fin de la dernière glaciation et le développement de l'agriculture à vous ?
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9047
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par mobar » 07 févr. 2019, 07:49

De toutes façons les descendants de nos descendants se démerderont comme les humains l'ont toujours faits sans avoir rien à faire de ce que nous pouvons penser, dire ou faire

La durée de vie moyenne d'une construction humaine utile ne dépasse pas une génération, ce qui oblige les suivantes à repenser en permanence leurs constructions en fonction du contexte du moment et ça concerne tous les secteurs que ce soit l'agriculture pour manger, le bâtiment pour s'abriter, la monnaie pour échanger, les technologies pour le confort, les transports, la production, la fourniture d'énergie ...

***..... modéré ***
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56972
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par energy_isere » 07 févr. 2019, 08:35

mobar a écrit :
07 févr. 2019, 07:49
De toutes façons les descendants de nos descendants se démerderont comme les humains l'ont toujours faits sans avoir rien à faire de ce que nous pouvons penser, dire ou faire
Traduction pour ceux qui ne comprennent pas le Mobarien : après moi le déluge.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56972
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par energy_isere » 07 févr. 2019, 08:38

mobar a écrit :
07 févr. 2019, 07:49

La durée de vie moyenne d'une construction humaine utile ne dépasse pas une génération,......
Ah bon, ravi d'apprendre que tous les immeubles Hausmaniens de Paris sont à l'abandon.

Avatar de l’utilisateur
marc0
Condensat
Condensat
Messages : 688
Inscription : 06 juil. 2007, 15:24

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par marc0 » 13 mars 2019, 14:52


Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13161
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par GillesH38 » 13 mars 2019, 15:14

encore un record "opportuniste", le détroit de Béring était bien englacé il y a juste quelques années, or la température moyenne n'augmente de que 0,02°C par an - je ne vois pas très bien le rapport entre le record de cette année et le RC donc, c'est plus probablement une fluctuation météorologique

Et globalement la banquise ne se porte pas trop mal par rapport aux dernières années, donc si le détroit de Béring a moins de glace, ça veut dire que les autres régions en ont plus ... encore le filtrage habituel !

Image
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56972
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par energy_isere » 17 mars 2019, 11:17

Réchauffement climatique : il est déjà trop tard pour maintenir l'Arctique

Le samedi 16 Mars 2019

Un rapport d'étude sur les transformations touchant l'Arctique relève qu'il est déjà trop tard pour y empêcher une hausse importante des températures, même si les Etats remplissaient dès maintenant les conditions de la COP 21.

Le Grand Nord se réchauffera significativement ces prochaines décennies et il n'y a déjà plus rien à y faire, même si les Etats du monde remplissaient dès à présent les conditions de réduction des gaz à effet de serre décidés lors de la COP 21 de 2015 (et on en est loin).

C'est l'une des conclusions d'un rapport de l'ONU (.PDF) sur les changements survenant actuellement en Arctique, alors que certains mécanismes sont désormais entrés dans une phase irréversible qui ne permettra plus le maintien de ses températures.

Selon les projections, il fera en moyenne plus chaud de 3 à 5 degrés Celsius par rapport aux niveaux pré-industriels en Arctique jusqu'en 2050 puis de 5 à 9 degrés Celsius d'ici 2080.

Le problème est que les conséquences de cette hausse sensible des températures ne s'arrêteront pas au Grand Nord et auront des répercussions mondiales, dont l'une des plus marquantes reste la fonte du permafrost et la libération de grandes quantités de CO2 dans l'atmosphère, jusqu'à présent piégées dans les terres gelées et qui auront un effet d'emballement sur le réchauffement climatique mondial.

......
https://www.generation-nt.com/amp/recha ... 63129.html

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7613
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par phyvette » 17 mars 2019, 12:05

Selon les projections, il fera en moyenne plus chaud de 3 à 5 degrés Celsius par rapport aux niveaux pré-industriels en Arctique jusqu'en 2050 puis de 5 à 9 degrés Celsius d'ici 2080
Ah ces bourrins de l'ONU, y savent même pas multiplier 3 ppm par 60 divisé par les GT de réserves de fossiles qui n'existe pas, ha-ha-ha... Et ça veux faire de la science nom d'une pipe !!

9°C non mais j'vous d'mande un peu, et le pic oil, hein ?

Ces foutriquets mériteraient de se faire boulotter pas le grand carbogillosaure.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56972
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par energy_isere » 17 mars 2019, 12:18

phyvette a écrit :
17 mars 2019, 12:05

9°C non mais j'vous d'mande un peu, et le pic oil, hein ?
C'est les Russes qui auront moins besoin de brise glaces pour exporter leur LNG de Yamal et LNG Arctic 2 par méthanier.......

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7613
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: [RC/CC]Réchauffement Arctique(banquise/calotte du Groenland)

Message par phyvette » 17 mars 2019, 12:44

Ho mais monsieur Isère ce n'est pas très scientifique ça... La fonte des glaces n'est prouvée par rien. http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 1#p2281751

Tout ça c'est des fluctuations naturelles, encore des journaleux à bac L payés aux C-C et un titre complètement idiot et racoleur, Je suis bien placé pour le savoir, je le tiens d'un ingénieur à Grenoble.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Répondre