[Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

ni chaud ni froid
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1220
Inscription : 03 mai 2007, 20:42

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par ni chaud ni froid » 28 févr. 2018, 00:18

déjà 80 milliards de défaut d'après
La majorité de la dette est tenue sous forme d'obligations... et c'est pas des petites sommes.

Pour moi c'est une des bulles potentielles qui pourraient nous pêter à la figure.

Pour rappel, situation à aout 2017 sur bakken :
Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53752
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par energy_isere » 05 mars 2018, 20:55

La production de pétrole pourrait bientôt ne plus suffire

Par Armelle Bohineust le 05/03/2018 Le Figaro

L'Agence internationale de l'énergie craint qu'après 2020 les capacités d'exploitation soient insuffisantes pour répondre à la hausse de la demande.

Manquerons-nous de pétrole après 2020? C'est probablement ce qui se produira si les investissements, «trop faibles», n'augmentent pas, a averti lundi l'Agence internationale de l'Énergie (AIE). La production est abondante, notamment grâce à l'essor des États-Unis dans ce secteur. Mais la demande est encore plus forte, en dépit du développement des sources d'énergies parallèles.

«Il faudra plus d'investissements pour compenser les champs pétroliers en déclin. Le monde doit remplacer 3 millions de barils par jour chaque année, l'équivalent de la mer du Nord», a expliqué Fatih Birol, directeur exécutif de l'agence. Parallèlement au recul de la production de pétrole, l'AIE s'attend à une «croissance robuste de la demande», en particulier en Chine. Celle-ci devrait augmenter de 6,9 millions de barils par jour d'ici à 2023 et atteindre 104,7 millions de barils/jour. Or, si le rythme de croissance de la production devrait permettre de répondre à la demande sans problème d'ici à 2020, il risque d'être insuffisant ensuite, s'inquiète l'agence internationale de l'énergie.

Les États-Unis couvriront 80% de la croissance de la demande

Les États-Unis, dont la production est soutenue par l'exploitation des huiles de schiste, vont couvrir à eux seuls 80% de la croissance de la demande sur les trois prochaines années. Le reste viendra du Brésil, du Canada et de la Norvège. Mais cela ne suffira pas ensuite, alors que le secteur pétrolier n'a pas encore relancé ses dépenses après leur chute en 2015-2016. À la suite de l'effondrement des cours du pétrole en 2014, la plupart des compagnies pétrolières avaient, en effet, taillé dans leurs dépenses. Elles n'ont toujours pas revu leurs investissements à la hausse dans l'exploration et la production et elles ne prévoient pas de le faire, ou à peine, en 2018, prévoit l'AIE.
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018 ... etrole.php

tita
Condensat
Condensat
Messages : 667
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par tita » 13 avr. 2018, 17:09

Le dernier Oil Market Report de l'AIE:
https://www.iea.org/oilmarketreport/omrpublic/

Deux graphiques assez parlants. Tout d'abord les stocks pétrolier de l'OCDE par rapport à la moyenne sur 5 ans, qui ne sont qu'à 30mb au-dessus (bon, ok, les stocks étaient élevés dans les 3 dernières années)

Image

Puis les prévisions de l'offre/demande pour 2018 qui prévoit un déficit sur toute l'année désormais.Donc les stocks devraient continuer à diminuer, ce qui logiquement ferait monter les prix. A noter que ces prévisions incluent une augmentation de la production non-OPEP de 1.8Mb/j, en tablant sur une augmentation de 1.3Mb/j rien qu'aux USA.

Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53752
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par energy_isere » 13 juin 2018, 20:19

Pétrole: L'AIE voit des risques d'approvisionnement en 2019

Publié le 13/06/2018 LONDRES (Reuters)

La demande de pétrole augmentera régulièrement en 2019 en raison de la solidité de l'économie mondiale et d'importantes difficultés d'approvisionnement pourraient apparaître d'ici la fin de l'année prochaine si l'Opep ne peut pas pallier la moindre pénurie d'offre, estime mercredi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Ce rapport sonne comme un avertissement adressé à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et à ses alliés dont les ministres se réunissent les 22 et 23 juin à Vienne pour discuter de leur accord d'encadrement de l'offre, qui court jusqu'à la fin 2018.

Selon l'AIE, la demande mondiale de pétrole devrait augmenter de 1,4 million de barils par jour (bpj) en 2019, pour dépasser 100 millions de bpj d'ici le deuxième trimestre de l'année. L'agence estime que la demande devrait croître au même rythme cette année, comme dans son dernier rapport.

"Un contexte économique solide et une hypothèse de stabilité des prix sont des facteurs importants. Les risques portent sur une hausse des cours et des tensions commerciales. Certains gouvernements envisagent des mesures pour atténuer les pressions sur les prix", explique l'agence basée à Paris dans son rapport mensuel.

"Il est possible que nous révisions à la baisse nos prévisions économiques dans les prochains mois. L'économie mondiale souffre de la hausse des prix du pétrole."

Les cours du pétrole ont bondi d'environ 50%, à environ 76 dollars le baril de Brent, depuis que l'Opep et d'autres pays emmenés par la Russie ont décidé fin novembre 2016 de réduire leur production de 1,8 million de bpj. Cet accord est entré en vigueur en janvier 2017.

Lors de sa réunion la semaine prochaine à Vienne, l'Opep discutera de l'évolution de sa production, en particulier à la lumière des baisses prolongées au Venezuela et de la perspective de nouvelles sanctions américaines contre l'Iran.

"Même si la baisse de production du Venezuela et de l'Iran est compensée, le marché sera juste équilibré l'année prochaine et vulnérable à une hausse des prix en cas de nouvelles perturbations. Il est possible que le tout petit nombre de pays qui disposent de capacités de réserve devront y avoir recours rapidement", prévient l'AIE.
https://www.usinenouvelle.com/article/p ... 19.N706284

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53752
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par energy_isere » 10 août 2018, 10:23

Sanctions contre l'Iran: les inquiétudes sur le pétrole pourraient revenir (AIE)

Par Le Figaro.fr avec AFP le 10/08/2018

Les inquiétudes sur l'offre pétrolière mondiale pourraient revenir prochainement avec les sanctions américaines contre l'Iran, a mis en garde l'Agence internationale de l'énergie (AIE) vendredi, faisant aussi état d'une baisse surprise de la production saoudienne en juillet.

Dans son rapport mensuel sur le pétrole, l'agence observe un "retour au calme du marché" mais estime qu'il "pourrait ne pas durer".

Le dernier train de sanctions s'était traduit par une chute des exportations de brut de 1,2 million de barils par jour (mbj) mais "cette fois-ci l'impact pourrait être encore plus sévère", selon le rapport.

L'AIE note toutefois que pour l'instant, les inquiétudes sur l'offre se sont calmées, même si elle fait état d'un déclin surprise de la production saoudienne en juillet: elle a en effet baissé de 110.000 barils par jour (b/j) à 10,35 mbj, avec un déclin des exportations.
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/0 ... ir-aie.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53752
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par energy_isere » 26 août 2018, 10:53

Les investissements dans les énergies fossiles repartent à la hausse

20 août 2018

Comme chaque année, la publication du World Energy Investment permet de faire un tour d’horizon des investissements mondiaux réalisés dans le secteur de l’énergie.

Ce rapport annuel, publié par l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), s’intéresse en effet aux grandes tendances en matière de fonds investis dans les différents segments du secteur énergétique : renouvelable, nucléaire, énergie fossile mais également électrification de nos économies, amélioration de l’efficacité énergétique, gestion de l’équilibre réseau…

Depuis plusieurs années, ce rapport permet de mettre en exergue les profonds bouleversements qui se sont opérés dans un des secteurs majeurs de l’économie mondiale.

Et notamment la croissance des investissements dans les ressources renouvelables et le déclin des investissements dans les hydrocarbures.

Mais ces tendances historiques ne sont plus forcément valables. Une situation d’autant plus préjudiciable que la transition énergétique mondiale devrait plutôt avoir tendance à s’accentuer pour atteindre les objectifs fixés par la communauté internationale.

Retour sur les principaux points d’enseignement du rapport de l’AIE.

Hausse des investissements dans les hydrocarbures…

2017 n’aura pas été une année particulièrement faste pour l’énergie. Si l’on se fie aux chiffres publiés par l’AIE dans son dernier World Energy Investment, les investissements mondiaux dans l’énergie se sont élevés à quelques 1.800 milliards de dollars, tous secteurs confondus.

Un volume important mais qui marque cependant un léger recul de 2% par rapport à l’année 2016 et une troisième année consécutive de baisse.

Le bras énergétique de l’OCDE déplore une pause dans la redirection des investissements consacrés au développement des ressources énergétiques propres.

La part des combustibles fossiles dans les investissements pour l’approvisionnement énergétique s’est élevée à 59% en 2017 : un chiffre en légère augmentation sur une année, ce qui représente “une première depuis 2014”.

Les investissements dans le segment de la prospection pétrolière et gazière se sont inscrits en légère hausse (2%), signant ainsi la fin du déclin des dépenses entamé avec la chute des prix du brut en 2014.

Aussi modeste soit-elle, cette hausse compense malheureusement les bénéfices environnementaux tirés de la baisse des investissements dans les centrales à charbon.

… au détriment des énergies renouvelables
“Même s’il est trop tôt pour juger,[ces données] suggèrent que les énergies fossiles conserveront un rôle significatif dans les années qui viennent”, prédisent les auteurs du World Energy Investment. Une constatation qui n’est guère optimiste dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique.

D’autant plus que la progression des investissements dans les énergies fossiles polluantes semble se faire au détriment des ressources décarbonées que sont les filières du nucléaire (-44% d’investissement en 2017) et du renouvelables (-7%).

Une tendance que tempère cependant l’AIE en soulignant que le secteur de l’énergie solaire a battu à nouveau un record en attirant près de 150 milliards de dollars.

De manière plus globale, c’est dans le secteur de l’énergie électrique qu’a été investie la part la plus importante : ce ne sont pas moins de 750 milliards de dollars qui ont en effet été injectés dans le secteur de l’électricité en 2017.

Une tendance qui se dessine pour la seconde année consécutive et qui illustre l’électrification en cours de l’économie mondiale notamment via le déploiement des énergies renouvelables et l’adaptation des réseaux électriques.

L’AIE estime que cette tendance est visible dans les secteurs de la production de chaleur et le transport, dans lesquels l’électrification connait une croissance exponentielle même si la faiblesse des volumes ne permet pas réellement de créer un impact vertueux sur la demande de pétrole.

“Un total de 236 milliards USD a été investi dans l’efficacité énergétique dans les bâtiments, les transports et l’industrie en 2017. Cependant, la croissance des investissements dans l’efficacité énergétique a été forte ces dernières années, elle a ralenti à 3%, dans un contexte où la mise en œuvre de la politique d’efficacité énergétique et les améliorations de l’intensité énergétique ralentissent”, précise l’AIE
https://www.lemondedelenergie.com/inves ... 018/08/20/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53752
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par energy_isere » 05 oct. 2018, 07:52

Pétrochimie: des mesures à prendre face à l'explosion de la demande

AFP le 05 oct. 2018

L'utilisation des produits pétrochimiques, à commencer par le plastique, va continuer à progresser fortement et nécessiter des mesures pour limiter la pollution qu'ils engendrent, estime l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Dans un rapport publié vendredi, l'agence basée à Paris souligne le rôle croissant de la pétrochimie, qui transforme le pétrole et le gaz en produits omniprésents dans le quotidien: plastique, engrais, emballages, vêtements, détergents, etc.

La demande de plastique a notamment explosé et dépassé celle des autres matériaux (comme l'acier, l'aluminium ou le ciment), doublant quasiment depuis le tournant du millénaire.

Les Etats-Unis, l'Europe et les autres économies avancées utilisent ainsi jusqu'à 20 fois plus de plastique et 10 fois plus d'engrais que des pays comme l'Inde ou l'Indonésie. Ce qui en "souligne l'énorme potentiel de croissance dans le monde", note l'AIE.

La pétrochimie est aussi devenue le principal facteur derrière la croissance de la demande de pétrole, devant les voitures, les camions ou les avions. Elle représentera plus d'un tiers de cette croissance d'ici 2030 et presque la moitié d'ici 2050.

"Nos économies dépendent fortement des produits pétrochimiques mais le secteur fait l'objet de beaucoup moins d'attention que ce qu'il mérite", juge le directeur exécutif de l'AIE, Fatih Birol.

L'AIE estime qu'il s'agit de l'un des "angles morts" du débat sur l'énergie, avec d'autres sujets qu'elle a déjà abordés comme l'essor de la climatisation.

"La production, l'utilisation, et l'élimination de ces produits soulèvent une série de défis en termes de soutenabilité, auxquels il faudra faire face", juge-t-elle.

Elle formule dix recommandations à la fois sur la production et sur l'utilisation ainsi que l'élimination de ces produits.

Elle prône notamment la réduction des plastiques à usage unique, l'amélioration de la gestion des déchets ou encore une "extension de la responsabilité du producteur" avec par exemple des taxes qui pénalisent la faible recyclabilité des produits.

La quantité de plastique qui finit dans les océans chaque année pourrait ainsi être réduite considérablement et la quantité totale de plastique accumulée dans les mers être plus que divisée par deux d'ici 2050 par rapport à un scénario où la tendance actuelle se poursuivrait.

Le stock de plastique en mer serait ainsi quasi-stabilisé à cet horizon, sans compter les initiatives éventuelles pour aller retirer les sacs et autres produits emballages à la dérive.

Côté production, l'AIE encourage aussi des réglementations pour limiter les émissions de CO2 ou encore l'établissement de normes plus strictes pour la qualité de l'air.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nde-181005

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53752
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par energy_isere » 13 oct. 2018, 21:02

100 millions de barils/j, on y est sur un trimestre :
100 MMbbl: The world hits daily oil, liquids record
By DAN MURTAUGH on 10/12/2018

The world is pumping out more oil and other petroleum liquids than ever before.

Global supply rose to 100.3 MMbpd in the third quarter, the International Energy Agency said Friday in its monthly oil market report. Output, which includes crude oil, natural gas liquids, biofuels and refinery processing gains, was 2.3 MMbbl above the same period last year and 1.3 MMbpd higher than the second quarter.

The new quarterly output record underscores how growing demand in the developing world requires new sources of supply in the short term, even as increasing sales of new energy vehicles and renewable power generation threaten the long-term growth of fossil fuels. The IEA sees production from outside the Organization of Petroleum Exporting Countries rising another 1.7 MMbpd next year.

The output increase from the second quarter was led by OPEC, which boosted production by 500,000 bpd, and the Americas, which saw a rise of 400,000 bpd. Biofuel production also increased by 300,000 bpd from the previous quarter, according to the report.
https://www.worldoil.com/news/2018/10/1 ... ids-record

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12003
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par GillesH38 » 13 oct. 2018, 22:30

energy_isere a écrit :
13 oct. 2018, 21:02
The world is pumping out more oil and other petroleum liquids than ever before.

Global supply rose to 100.3 MMbpd in the third quarter, the International Energy Agency said Friday in its monthly oil market report. Output, which includes crude oil, natural gas liquids, biofuels and refinery processing gains...
l'expression "pumping more oil and other petroleum liquids" n'est pas tout à fait appropriée vu que ça inclut les agrocarburants ...
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7731
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par mobar » 14 oct. 2018, 05:40

Petroleum, étymologiquement c'est "huile de pierre", rien à voir avec l'huile de plante :wtf:
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53752
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par energy_isere » 14 oct. 2018, 10:27

Il faut lire '' all liquids ''

tita
Condensat
Condensat
Messages : 667
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par tita » 14 oct. 2018, 16:36

Oui, la notion c'est *hydrocarbures liquides"...

Petite comparaison entre les prévisions d'avril et la réalité concernant la demande/offre:
ImageImage

On constate:
- Une hausse de l'offre plus forte que prévue. L'IEA tablait sur une production juste en-dessous de 100mb/j au 4ème trimestre, on est déjà au-dessus au troisième
- Une demande un peu moins forte au deuxième trimestre, mais qui a fortement augmenté au troisième trimestre. Au final, la demande correspond à leur prévision d'avril.
- Pour le 4ème trimestre, la hausse de production/demande devrait être peu élevée. C'est encore incertain.
- Au final, au lieu d'avoir un déficit en 2018, on se retrouve avec un surplus tout au long de l'année, ce qui aurait dû avoir un effet à la baisse sur les prix.

Hors, on constate un effet inverse sur les prix, ils sont au plus haut depuis 2014. Le rapport de l'OPEP montre un écart offre-demande beaucoup plus serré pour 2018, avec un déficit de l'offre au troisième trimestre. Ce que l'IEA ne prend probablement pas en compte, c'est que l'offre de l'OPEP est en déclin. Reste à voir qui a raison!

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53752
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par energy_isere » 19 oct. 2018, 10:33

L'efficacité énergétique, un potentiel énorme qui nécessitera de gros investissements

AFP le 19 oct. 2018

L'efficacité énergétique représente encore un potentiel énorme à travers le monde mais elle nécessitera d'importants investissements, a prévenu vendredi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

"La taille de l'économie mondiale pourrait doubler d'ici 2040 avec seulement une augmentation marginale de la demande énergétique", souligne Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE.

Cela grâce à des mesures d'efficacité, qui permettent d'utiliser moins d'énergie pour le même résultat, dans des domaines comme le transport, l'industrie ou le bâtiment.

L'Agence présente ainsi, dans un rapport qu'elle consacre au sujet, un scénario idéal qui imagine que toutes les mesures d'efficacité possibles soient mises en oeuvre, sur la base des technologies actuelles.

Les émissions de gaz à effet de serre provenant du secteur énergétique pourraient ainsi atteindre un pic avant 2020 et chuter ensuite de 12% en 2040 par rapport à aujourd'hui.

Mais ces mesures ont un coût: l'AIE calcule qu'il faudrait doubler les investissements moyens annuels d'ici 2025 et encore les doubler après cette date.

Un effort loin de la tendance actuelle: les investissements ont progressé de seulement 3% à 236 milliards de dollars en 2017, témoignant d'un ralentissement. C'est toujours le secteur du bâtiment qui absorbe 60% de ces dépenses.

L'AIE juge que "de nouveaux mécanismes de financement sont vitaux" pour cela, alors que la plupart de ces investissements sont toujours auto-financés.

Elle suggère aussi aux gouvernements de durcir leurs politiques pour rendre des mesures obligatoires. Les normes ont été durcies récemment pour les véhicules mais presque pas dans les secteurs du BTP et de l'industrie.

Géographiquement, c'est dans les pays émergents que l'effort serait le plus payant: l'intensité énergétique (qui rapporte l'utilisation d'énergie au PIB) peut y être divisée par deux, estime l'AIE.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nts-181019

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12003
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par GillesH38 » 19 oct. 2018, 18:12

de là à imaginer que l'AIE est en train de préparer les gouvernements à l'idée qu'il ne faut plus trop compter sur une croissance des énergies fossiles ... :-"
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

tita
Condensat
Condensat
Messages : 667
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Chiffres] Surveillons les prévisions de l'AIE (Agence OCDE)

Message par tita » 20 oct. 2018, 08:48

Cela grâce à des mesures d'efficacité, qui permettent d'utiliser moins d'énergie pour le même résultat, dans des domaines comme le transport, l'industrie ou le bâtiment.
J'ai un scepticisme assez grand vis-à-vis du résultat concret de telles mesures dans le système économique dans lequel on vit. Si on réduit les dépenses d'un côté par l'efficacité, on augmente automatiquement les dépenses ailleurs, ce qui entraîne une augmentation de la consommation. Notre système économique est conçu pour utiliser pleinement les ressources à disposition, pas pour les réduire.

C'est aussi pour ça qu'on ne constate pas de diminution globale des énergies fossiles comme le charbon. A un niveau local, on peut forcer certains changements, mais ça n'aura que peu d'effet au niveau global.

Répondre