la récupération, le recyclage...

Comment anticiper au mieux le choc à venir (organisation de la société, questions politiques, conseils financiers, etc).

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53245
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 16 mai 2018, 18:06

Le nouveau centre de tri de Suez à Limeil-Brévannes triera 60 000 tonnes de déchets par an

PATRICK DÉSAVIE Usine Nouvelle le 16/05/2018

Grâce à un investissement de 15 millions d'euros Suez a construit à Limeil-Brevannes (Val-de-Marne) un nouveau centre de tri hautement automatisé qui traitera 60 000 tonnes de déchets par an.

Image
Le nouveau centre de tri de Suez à Limeil-Brévannes triera 60 000 tonnes de déchets par an.

Le groupe Suez a inauguré, le 15 mai, son centre de tri de nouvelle génération de Limeil-Brevannes (Val-de-Marne) qui a représenté un investissement de 15 millions d’euros et emploie 90 salariés selon Marie-Ange Debon, directrice générale France, Italie, Europe Centrale et Orientale de Suez.

Le nouveau centre a une capacité de traitement de 60 000 tonnes de déchets par an, soit deux fois plus que l’équipement qu’il remplace et qui était installé sur le même site. Déjà en pleine charge quelques mois seulement après sa mise en service, il peut trier 13 flux différents provenant des ordures ménagères d’un bassin de population d’environ un million d’habitants. L’établissement peut également traiter les flux provenant des consignes franciliennes déployées par Suez dans le cadre du projet Réco ayant pour objectif de récupérer les bouteilles plastiques et les canettes. Une fois trié les différents déchets (papier, bois, cartons, métaux, plastiques, etc) sont orientés vers des filières spécialisées de valorisation.

"La caractéristique de cet équipement c’est d’être innovant et très structuré avec un process très proche des process industriels", précise Marie-Ange Debon. Ainsi les technologies et les équipements mis en œuvre (tri optique, tri par la taille et le poids, tri par aimants, etc) permettent d’avoir un très haut niveau d’automaticité et de rapidité.

Le financement de la nouvelle usine a reçu le soutien de l’Ademe et de Citeo (une société née du rapprochement d’Eco-Emballages et d’Ecofolio).
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... an.N694139

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53245
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 31 mai 2018, 15:10

Moulinot transforme les déchets alimentaires en carburant

Par Emmanuelle Pesez, publié le 09/01/2018

Grâce à son armée de lombrics, Stephan Martinez valorise les déchets des restaurants, transmués en énergie et en engrais.
"Je ne suis pas un écolo, je suis un mec qui a du bon sens", annonce d'emblée Stephan Martinez dans son bistrot parisien très seventies, le Petit Choiseul. Ce petit-fils de restaurateur aurait pu devenir garagiste comme papa, mais il est vite tombé dans la marmite de la restauration avant de finir par faire... les poubelles.

Enfin, façon de parler: avec sa société, Moulinot Compost & Biogaz, il valorise les déchets alimentaires grâce à une armée de lombrics qui font leur oeuvre sur 4500 mètres carrés du côté de Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis. Elior, Sodexo, le Bristol, le restaurant du Sénat, McDonald's, l'hôpital Georges-Pompidou... au total, pas moins de 400 clients, dont des particuliers, font appel à son entreprise et à ses 26 salariés -tous en réinsertion.

Soit 7500 tonnes de déchets par an qui seront transformés en 7200 tonnes d'engrais et en 450000 mètres cubes de biogaz. "De quoi faire plus de 200 fois le tour de la Terre en voiture sans polluer", se félicite ce titi parisien au look savamment travaillé.

L'histoire commence en 2007. Aiguillé par un reportage, il découvre qu'au Canada on utilise des lombrics pour transformer les déchets en engrais. Il déniche un éleveur de vers dans le sud de la France et bricole un lombricomposteur dans la cave de son bistrot.

L'objectif de "M. Moulinot": 2000 tonnes de compost

Trop chaud, trop froid, odeur de pourri ou moucherons virevoltants, Stephan Martinez franchit tous les obstacles. Son enthousiasme est si contagieux que son entourage finit par l'appeler "M. Moulinot" (en référence à un sketch de Coluche sur un marchand d'articles de pêche). Ce sera le nom de son entreprise.

Dans la foulée, il met au point un minicomposteur qui séduit les écoles, la Moulibox. Une simple boîte à gâteaux en fer remplie de terre et de vers qu'il vendra à 3500 exemplaires. Après un stage de maître composteur, il convainc, en 2014, 80 établissements parisiens de participer à un test grandeur nature. "On pensait traiter 200 tonnes de déchets, on en a recyclé 580", raconte Stephan Martinez.

Suivront le marché de la COP21 à Paris, en 2015, celui de l'Euro de football, en 2016, et, cette année, celui du Parc des expositions de la Porte de Versailles. Aujourd'hui, 15 camions Moulinot à biogaz sillonnent les rues pour valoriser quotidiennement l'équivalent de 100000 repas.

La dernière idée de Stephan Martinez? Il vient d'ouvrir une plateforme de compostage et vise la production de 2000 tonnes de compost "haute couture", affiné avec des vers de terre. Avec M. Moulinot, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme!

Image
15 camions Moulinot à biogaz sillonnent les rues pour valoriser quotidiennement l'équivalent de 100000 repas. SDP
https://lexpansion.lexpress.fr/entrepri ... 73607.html

https://www.moulinot.fr/site/collecte/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53245
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 13 juil. 2018, 20:35

Le recyclage s'entasse aux Etats-Unis car la Chine n'en veut plus

11 juilelt 2018

Depuis quelques mois, l'usine de recyclage de l'agglomération de Baltimore-Washington a un problème: elle doit payer pour se débarrasser du papier et du plastique qu'elle trie, au lieu de les vendre. Car la Chine n'en achète plus, affirmant qu'ils sont trop "contaminés".

Les 900 tonnes de recyclage déversées par des camions-bennes 24 heures sur 24, cinq jours par semaine, sur les tapis convoyeurs de l'usine d'Elkridge, à une heure de la capitale américaine, n'ont certes rien de propre.

Dans un vacarme mécanique infernal et un nuage de poussière marron, des dizaines d'ouvriers gantés et masqués, en majorité des femmes, retirent de leurs mains expertes un bazar de détritus, vêtements, objets en bois, câbles, branches d'arbres... et la hantise des recycleurs: des sacs en plastique, qui ne sont pas censés aller dans les bacs à recycler car ils s'emmêlent dans les machines.

Le but est de "décontaminer" au maximum, c'est-à-dire d'une part de séparer strictement les matières recyclables des déchets non recyclables, d'autre part de s'assurer que les piles finales de plastiques, de papiers ou de cartons ne contiennent aucune autre matière.

"On a même dû ralentir les machines et embaucher plus de gens" pour mieux décontaminer, dit le responsable, Michael Taylor.

A la fin du tri, de gros cubes de déchets compactés (papiers, cartons, plastiques...) sont produits. Ces déchets étaient achetés depuis des décennies par des entreprises, principalement en Chine, qui les nettoyaient, broyaient et retransformaient en matières premières pour des industriels. Ces importateurs fermaient les yeux quand les balles de plastiques étaient trop sales ou n'étaient pas assez "pures".

La Chine, l'an dernier, a ainsi acheté plus de la moitié des déchets recyclables exportés par les Etats-Unis. Au niveau mondial, depuis 1992, ce sont 72% des déchets plastiques qui ont fini en Chine et à Hong Kong, selon une étude parue dans Science Advances.
Mais depuis janvier, les frontières chinoises se sont fermées à la plupart du papier et du plastique, conséquence d'une nouvelle politique environnementale de Pékin... les dirigeants chinois se disant désireux de ne plus être la poubelle de la planète, ou même sa déchetterie.

Pour le reste, dont le métal ou le carton, les inspecteurs chinois ont fixé un taux de contamination de 0,5%, trop bas pour les technologies américaines actuelles qui n'arrivent pas à trier les déchets de façon aussi précise. Le secteur s'attend in fine à ce que presque toutes les catégories de déchets soient refusées d'ici 2020.

- Transition brutale -

A Elkridge, l'usine arrive encore à vendre son PET (bouteilles en plastique) à un acheteur en Caroline du Sud, et son carton à l'étranger. Mais le papier et le plastique mélangés ne valent plus rien: elle paie des sous-traitants pour les lui reprendre.

Ailleurs aux Etats-Unis, des recycleurs se sont résolus à un acte tabou: ils ne trient plus le plastique et le papier, qui finissent donc dans les décharges.

"Personne ne veut le dire à haute voix, car personne n'aime le faire", dit à l'AFP Bill Caesar, patron de WCA, société basée à Houston.

Les géants américains Republic Services et Waste Management ont reconnu l'avoir fait ponctuellement, comme dans l'Oregon. Des petites villes, notamment en Floride, ont simplement annulé la collecte de recyclage.

Les autres pays importateurs, Indonésie, Vietnam ou Inde, sont incapables d'absorber les dizaines de millions de tonnes que la Chine importait. Et peu d'industriels américains ont la technologie pour traiter ces matériaux.

"La Chine a donné trop peu de temps au secteur pour s'adapter", dit Adina Renee Adler, de l'Institute of Scrap Recycling Industries, grande fédération professionnelle.

"Nous aurons bientôt tellement de stocks que nous serons obligés d'en mettre de plus en plus dans les décharges si on ne trouve pas de nouveaux marchés", admet le président de la National Waste and Recycling Association, Darrell Smith.

- De plus en plus cher -


Le problème commence à se faire sentir dans les villes lors de la renégociation des contrats municipaux. D'autant plus que nombre de métropoles ont des objectifs ambitieux de recyclage --comme Washington, qui veut passer de 23% des ordures ménagères à 80%.

La capitale paie déjà 75 dollars pour recycler une tonne, contre 46 dollars pour les ordures, qui sont brûlées pour générer de l'électricité.

"Il fut un temps où cela revenait moins cher de recycler mais ce n'est plus le cas", explique Christopher Shorter, directeur des travaux publics de Washington.

"Recycler va nous coûter de plus en plus cher", prévient-il.

Pour éviter des pénalités financières, la ville veut mieux "éduquer" ses administrés afin qu'ils arrêtent de mettre dans la poubelle bleue les mauvais déchets, comme les sacs plastiques.

Pour réduire le volume de déchets à recycler ou brûler, elle envisage la collecte des déchets organiques, avec une future troisième poubelle, et la construction d'une usine de compostage. Et elle réfléchit à faire payer les habitants au poids de déchets.

Même avec ces mesures, Bill Caesar, à Houston, avertit l'ensemble des Américains: il faudra bientôt payer plus pour "le privilège de recycler".
https://www.romandie.com/news/Le-recycl ... 935748.rom

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53245
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 14 juil. 2018, 16:45

Paprec construit un centre de tri à sur-tri robotisé près de Lyon

MYRTILLE DELAMARCHE PUBLIÉ LE 13/07/2018

Le groupe de recyclage Paprec, qui sera chargé de la collecte sélective du grand Lyon (Rhône) ces sept prochaines années, a annoncé le 13 juillet la construction d’un centre de tri de 60 000 tonnes, un investissement de 25 millions d’euros.

Ce sera "une première technologique", selon Paprec. Le groupe étudie encore plusieurs solutions avec des partenaires, mais c'est décidé, le futur centre de tri dévolu au traitement de la collecte sélective du grand Lyon, implanté à St Priest/Chassieu (Rhône), sera doté d’une cabine de sur-tri des refus robotisée.

Jusqu’ici, les centres de tri dotés de systèmes automatiques de séparation (tri optique, magnétique, à courant de Foucault) devaient, pour rehausser le taux de déchets recyclés, ajouter une étape de sur-tri manuel. Les refus passaient sur des tapis roulants, où des opérateurs de tri repéraient les matières d’intérêt qu’ils jetaient dans des compartiments dédiés. Avec cette innovation, Paprec vise un taux de valorisation de 95% en moyenne des matières entrantes (papiers, cartons, ferrailles et métaux non-ferreux, plastiques).

UN INVESTISSEMENT DE 25 MILLIONS D'EUROS

Ce centre de tri automatisé, qui doit être opérationnel en juillet 2019, aura une[…]
https://www.usinenouvelle.com/article/p ... on.N719809

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53245
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 05 sept. 2018, 14:22

Meubles usagés : 530 100 tonnes collectées en 2017

le 30 août 2018

L’éco-organisme éco-mobilier vient de publier les chiffres de la collecte de meubles effectuée en 2017 : 530 100 tonnes de meubles usagés ont été collectées. Elles ont été recyclées en nouvelles matières premières à 57 % et valorisées en énergie à 36 %.

En 2017, plus de 530 100 tonnes de meubles usagés ont été collectées, soit 45 % de plus qu’en 2016. Sur le territoire hexagonal, 4038 points de collecte sont disponibles : 1253 sont mis à disposition par les distributeurs et professionnels, 391 sont déployés par des associations et entreprises d’insertion engagées dans le réemploi et la réutilisation. C’est 33 % de points de collecte de plus qu’en 2016.

« La collecte prise en charge par Eco-mobilier a dépassé la moitié des tonnages de meubles mis au rebut en France », précise l’éco-organisme dans son communiqué. Il souligne également le rôle des structures de l’économie sociale et solidaire : « En 2017, elles ont pris en charge plus de 50 000 tonnes de mobilier donné, afin d’être remis en état et revendu à prix solidaire ».

Eco-mobilier vise un objectif de zéro enfouissement des meubles usagés d’ici 2023.
http://www.environnement-magazine.fr/de ... s-2017.php

Avatar de l’utilisateur
moulino51
Kérogène
Kérogène
Messages : 78
Inscription : 21 août 2018, 20:54
Localisation : a proximité de Reims
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par moulino51 » 05 sept. 2018, 19:06

energy_isere a écrit :
31 mai 2018, 15:10
Moulinot transforme les déchets alimentaires en carburant

Trop chaud, trop froid, odeur de pourri ou moucherons virevoltants, Stephan Martinez franchit tous les obstacles. Son enthousiasme est si contagieux que son entourage finit par l'appeler "M. Moulinot" (en référence à un sketch de Coluche sur un marchand d'articles

La dernière idée de Stephan Martinez? Il vient d'ouvrir une plateforme de compostage et vise la production de 2000 tonnes de compost "haute couture", affiné avec des vers de terre. Avec M. Moulinot, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme!

Image
Quoi :?: qu'est-ce :?: qu’ouï-je :?: que vois-je :?:

Damned, je suis démasqué :lol: :lol: :lol:



"Il ne suffit pas de regarder quelle planète nous allons laisser à nos enfants
mais aussi quels enfants nous laisserons à la planète"

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7429
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par Remundo » 05 sept. 2018, 19:29

c'est Moulino qui boit du thé ! :lol:

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités