L'eau en France

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9013
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: L'eau en France

Message par mobar » 28 janv. 2019, 08:32

Si l’on prélève plus d’eau potable que l’on n’en consomme, c’est qu’il y a des déperditions entre la source et le robinet des particuliers. La différence est essentiellement due aux rendements des usines et des réseaux de distribution, matérialisés par environ 906 000 kilomètres de conduites. Entreprises privées et régies publiques affichent un taux de rendement moyen de 80 %, soit 20 % de fuites donc.
Prélèvements d'eau qui retournent tous au final dans le milieu naturel, sous une forme ou une autre! ;)
La "consommation" d'eau n'existe pas
Ce que l'on consomme, ce sont des capacités de potabilisation et des capacités d'assainissement
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 56513
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'eau en France

Message par energy_isere » 16 avr. 2019, 23:11

Des traces de plus de 40 perturbateurs endocriniens dans les lacs et rivières français

Adeline Haverland Usine Nouvelle le 16/04/2019

Glyphosate, atrazine, chlordécone... des traces de plus de 40 perturbateurs endocriniens ont été trouvées dans des lacs et rivières françaises selon l'association Générations Futures.

Du glyphosate, de l'atrazine, de chlordécone... en dépit de leur limpidité, les eaux françaises ne sont pas ainsi claires qu'on pourrait l'imaginer. Selon une étude réalisée par l'ONG Générations Futures et publiée ce 16 avril, plus d'une quarantaine de molécules dangereuses ont été observées dans les cours d'eaux hexagonaux.

Les perturbateurs endocriniens suspectés d’être l’une des causes de certaines maladies non transmissibles.

Pour parvenir à ce résultat, Générations Futures s'est appuyée sur la base de données des pesticides de l’Union européenne (EU pesticides database) dans laquelle les produits phytosanitaires suspectés d'être des perturbateurs endocriniens sont listés.

Selon la définition de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), un perturbateur endocrinien est une substance ou un mélange de substances, qui altère les fonctions du système endocrinien et de ce fait induit des effets néfastes dans un organisme intact, chez sa progéniture ou au sein de (sous)- populations. Les perturbateurs endocriniens sont suspectés d’être l’une des causes de l’augmentation de certaines maladies non transmissibles telles que les cancers hormono-dépendants, l'infertilité, l'obésité ou le diabète. *

"Dans un second temps, nous avons déterminé, parmi les perturbateurs endocriniens listés, lesquels avaient été analysés par les agences de l'eau et répertoriés dans la base de données publique Naïades" ajoute Générations Futures.

Le glyphosate parmi les substances les plus fréquemment retrouvées

Résultat: "Nous remarquons que le nombre de pesticides perturbateurs endocriniens suspectés quantifiés est en moyenne de plus de 41 par département (sur une moyenne de molécules recherchées d'environ 183), donc une proportion de l'ordre de 22,8% de molécules retrouvées en moyenne" explique l'association.

Les trois substances qui arrivent le plus fréquemment en tête sont le glyphosate que l'on retrouve dans 37 départements puis l'atrazine-déséthyl (un désherbant interdit depuis 2003 ), le métolachlor (un désherbant). Ces deux dernières substances sont interdites depuis 2013.

Les eaux du Calvados les plus concernées

Autre élément surprenant dans l'étude de Générations Futures: la diversité des situations entre les départements français. "Le nombre de substances actives de pesticides ou métabolites supposées perturbateurs endocriniens quantifiés est très variable selon les départements : de 4 pour la Corse du sud à 90 pour le Calvados".

Le département normand est en effet sur la première marche du podium, suivi par la Manche et la Seine Maritime avec respectivement 87 et 85 molécules différentes identifiées.
https://www.usinenouvelle.com/article/d ... is.N832185

alain2908
Kérogène
Kérogène
Messages : 47
Inscription : 13 nov. 2005, 09:58

Re: L'eau en France

Message par alain2908 » 17 avr. 2019, 09:14

Les trois substances qui arrivent le plus fréquemment en tête sont le glyphosate que l'on retrouve dans 37 départements puis l'atrazine-déséthyl (un désherbant interdit depuis 2003 ), le métolachlor (un désherbant). Ces deux dernières substances sont interdites depuis 2013.
y a comme une contradiction dans la formulation :wtf:

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13121
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: L'eau en France

Message par GillesH38 » 17 avr. 2019, 12:40

et sinon, les oestrogènes des pilules contraceptives, y en a combien ? :roll:
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Répondre