Ca va mal du coté de l'amazonie...

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58218
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par energy_isere » 03 nov. 2018, 20:10

L’élection du président brésilien Jair Bolsonaro menace la survie de la forêt amazonienne

Thomas Boisson 1 novembre 2018

Jair Bolsonaro, le candidat de l’extrême droite brésilienne à la présidence, a remporté les élections présidentielles dimanche dernier. Notoirement connu pour ses dénégations scientifiques climatiques similaires à celles de Donald Trump, le programme de Bolsonaro, incluant la déforestation et l’industrialisation massives de la forêt amazonienne, provoque l’extrême inquiétude des scientifiques.


Bolsonaro, surnommé le « Trump des Tropiques » et réputé pour ses commentaires anti-gays, misogynes, violents et racistes, s’intéresse également aux politiques environnementales du pays. Et les scientifiques du monde entier sont inquiets. En tant que président du Brésil, Bolsonaro contrôlera près des deux tiers de l’Amazonie, la plus grande forêt tropicale du monde. Il a fait valoir que trop de zones protégées sur le plan environnemental nuisent au développement du pays.

Il a déclaré qu’il envisageait d’ouvrir une autoroute traversant l’Amazone et d’interdire aux organisations non gouvernementales s’occupant de l’environnement, telles que Greenpeace et la WWF, d’agir au Brésil.

Déforestations, industrialisation et menace des populations tribales amazoniennes : les conséquences attendues de la présidence Bolsonaro
Le président a récemment promis aux journalistes que le Brésil resterait dans l’accord de Paris ; l’accord sur le climat envers lequel il s’est montré critique par le passé. Cependant, il est difficile d’imaginer comment le président brésilien continuerait d’honorer cet accord tout en abattant de larges pans de la forêt amazonienne qui contribue, pour une grande partie, à l’écosystème planétaire. Bolsonaro a également annoncé son intention de supprimer le ministère brésilien de l’Environnement

« Ses projets téméraires d’industrialisation de l’Amazonie de concert avec les secteurs de l’industrie agroalimentaire et miniers brésiliens entraîneront des destructions immenses dans la plus grande forêt tropicale humide de la planète et dans les communautés qui l’habitent, et sèmeront la catastrophe dans le climat mondial » déclare Christian Poirier, directeur du programme Amazon Watch.

« Je pense que nous nous dirigeons vers une période très sombre de l’histoire du Brésil » affirme Paulo Artaxo, chercheur en changements climatiques à l’Université de Sao Paulo au Brésil. « Ça ne sert à rien de tourner autour du pot : Bolsonaro est la pire chose qui puisse arriver pour l’environnement »

Geneviève Guenther, qui a fondé EndClimateSilence.org, a déclaré sur Twitter que l’élection de Bolsonaro « garantissait que le Brésil ne ferait rien pour réduire les émissions de pollution et que des superficies inouïes de la forêt amazonienne seraient détruites », tandis que le météorologue Eric Holthaus a fait valoir qu’un programme de privatisation de la forêt que le nouveau président envisage est essentiellement un « suicide planétaire ».

D’autres scientifiques, tels que Jess Phoenix, un volcanologue ayant participé aux primaires démocrates dans le sud de la Californie cet été, ont confirmé cet avis. Certains peuples autochtones vivant dans la forêt ont déclaré craindre que davantage de bûcherons et de mineurs n’empiètent sur leurs habitations sous la présidence de Bolsonaro.

.........
.........
https://trustmyscience.com/president-br ... azonienne/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58218
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par energy_isere » 28 nov. 2018, 21:34

Déforestation au Brésil : l'équivalent d'un million de terrains de foot perdus en un an

Par Journaliste Figaro Le figaro.fr , AFP agence , le 27/11/2018

Entre août 2017 et juillet 2018, la forêt amazonienne a perdu 7900 km² de sa surface, soit plus de cinq fois la ville de Sao Paulo, selon un organisme gouvernemental brésilien. Et la situation pourrait s'aggraver si le nouveau président, Jair Bolsonaro, concrétise ses promesses électorales.


La déforestation au Brésil, qui compte la plus vaste surface amazonienne du continent américain, s'est accrue de 13,72% entre août 2017 et juillet 2018 selon des chiffres officiels, soit l'équivalent d'un million de terrains de football, a estimé Greenpeace. La surface déboisée sur cette période est de 7900 km² - ce qui représente 5,2 fois la ville de Sao Paulo - selon l'Institut national d'études géographiques, un organisme gouvernemental.

Pour Greenpeace, «c'est plus ou moins un million de terrains de football déforestés en seulement un an», a affirmé le coordinateur des politiques publiques de l'ONG au Brésil, Marcio Astrini. Selon lui, la situation pourrait empirer si le président élu d'extrême droite Jair Bolsonaro concrétise ses promesses électorales d'amender certaines réglementations environnementales.

«Il a dit qu'il mettrait fin aux aires protégées, aux terres réservées aux Indiens, qu'il réduirait les inspections et les sanctions contre les crimes environnementaux. Tout ce qui pouvait réduire la déforestation auparavant. S'il élimine tout cela, ça peut déclencher une situation inimaginable», a affirmé Marcio Astrini. Le Brésil a enregistré une baisse progressive de la déforestation entre 2004 et 2012, grâce notamment aux moyens de contrôle gouvernementaux.

Jair Bolsonaro voulait dans un premier temps fusionner les ministères de l'Environnement et de l'Agriculture, une idée qui a suscité un tollé au Brésil. Mais a finalement renoncé, sous pression notamment du lobby de l'agro-business, craignant des sanctions commerciales de pays soucieux de la déforestation.
http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/11 ... -un-an.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58218
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par energy_isere » 03 juil. 2019, 20:20

energy_isere a écrit :
03 nov. 2018, 20:10
L’élection du président brésilien Jair Bolsonaro menace la survie de la forêt amazonienne

Thomas Boisson 1 novembre 2018
https://trustmyscience.com/president-br ... azonienne/
Hélas, la prédiction s'est réalisée :
Brésil: La déforestation de l'Amazonie a augmenté de 88% en un an

REUTERS•03/07/2019

La déforestation de la partie brésilienne de l'Amazonie a augmenté de 88% en juin par rapport à il y a un an, poursuivant une tendance qui s'est renforcée depuis l'élection du président d'extrême droite Jair Bolsonaro.

Selon les données de l'agence spatiale brésilienne, 920 km2 de forêt tropicale ont disparu le mois dernier. Cela représente une hausse de 88,4% par rapport à juin 2018.

Alors que les chiffres annuels seront communiqués à la fin du mois sur la base d'une analyse plus détaillée des images satellites, la déforestation de l'Amazonie a atteint 4.565 km2, soit la superficie du département français des Hautes-Pyrénées, au cours des 11 derniers mois, en hausse de 15% par rapport à la même période l'an dernier.

Jair Bolsonaro s'est engagé à favoriser le développement de l'Amazonie en l'ouvrant davantage aux investissements agricoles et miniers. Il a promis d'assouplir les réglementations environnementales mises en place par ses prédécesseurs et de réduire les amendes imposées aux exploitants forestiers et aux agriculteurs qui y contreviennent.

Depuis la fin de la saison des pluies, en mai, le rythme de la déforestation explose. Il avait déjà atteint 34% sur un an en mai et s'est encore accéléré en juin.

Interrogé par Reuters, le ministre de l'Environnement, Ricardo Salles, a assuré que le gouvernement prenait "toutes les mesures pour combattre la déforestation illégale".

La forêt amazonienne, plus grand puits de carbone au monde, se trouve à 60% sur le territoire du Brésil, qui fait figure de pays clé dans la lutte contre le dérèglement climatique.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 039515719e

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58218
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par energy_isere » 03 août 2019, 12:29

Sale type ce Bolsonaro :
Brésil : Jair Bolsonaro licencie le directeur de l’institut divulguant les données sur la déforestation

Ricardo Galvão était accusé par le président brésilien d’exagérer l’ampleur de la destruction de la forêt amazonienne pour faire le jeu des ONG.

Le Monde 2 Août 2019 Par Claire Gatinois
.....

Le directeur de l’INPE, institut chargé, notamment, de divulguer les chiffres sur la déforestation amazonienne, était dans le viseur du chef de l’Etat depuis plusieurs semaines. Jair Bolsonaro a peu apprécié que l’organisme fasse état au grand jour de l’ampleur de la destruction de la forêt native brésilienne, divulguant mois après mois des données chaque fois plus effrayantes : 739 km2 de forêt détruits en mai, soit une hausse de 34 % par rapport au même mois l’année passée ou l’équivalent de deux terrains de football rasés chaque minute, puis 920 km2 en juin (+88 %) et encore 1 864 km2 en juillet (+212 %). « Un cauchemar », souffle une source au sein de l’Observatoire du climat, ONG environnementale brésilienne.
........

https://www.lemonde.fr/international/ar ... _3210.html

Jeuf
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1030
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : St Quentin en 78

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par Jeuf » 05 août 2019, 15:22

Face à un péril qui croît (la crise écologique), on pourrait penser que la réaction irait aussi en croissant. C'est du moins ce que j'ai cru peut-être dans les années 2000.
Mais avec l'élection de Bolsonaro et de Trump, c'est l'inverse qui se produit, c'est le déni qui croît. De quoi ne pas se rassurer du tout pour l'avenir.

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8353
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par kercoz » 05 août 2019, 18:58

Jeuf a écrit :
05 août 2019, 15:22
Face à un péril qui croît (la crise écologique), on pourrait penser que la réaction irait aussi en croissant. C'est du moins ce que j'ai cru peut-être dans les années 2000.
Mais avec l'élection de Bolsonaro et de Trump, c'est l'inverse qui se produit, c'est le déni qui croît. De quoi ne pas se rassurer du tout pour l'avenir.
Tu oublies Micron volontairement .?...qui veut nous faire signer le mercosur.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9458
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par mobar » 06 août 2019, 07:03

Les échanges commerciaux avec le Brésil sont excédentaires pour la France, 1.2 Mds € pour un montant total de 7.1 Mds €

Pour inciter le Brésil à modifier sa politique de déforestation en Amazonie il suffirait d'arrêter de leur acheter ce qu'ils font pousser sur les terres concernées ... voire de cesser tout commerce avec eux
https://www.tresor.economie.gouv.fr/Art ... nce-bresil
Mais ça ce n'est pas à l'ordre du jour de l'agenda de l'UE, ni de la France

La signature d'accords multi latéraux comme le Mercosur permet d'éliminer le risque d'avoir des mesures de rétorsion vis à vis d'un des pays signataires de l'accord sans faire exploser l'ensemble et quand c'est un accord signé par l'UE au nom des 27, c'est encore plus difficile
Comme ça on peut faire des discours et endormir le bon peuple tout en sachant que toute action permettant d'inverser la tendance sera pratiquement impossible
Le Micron et ses copains de la Commission Européenne sont de gros malins!

La solution : un Boris Johnson à la française pour sortir de l'UE et de l'Euro?
On va y venir tôt ou tard
C'est l'autre Emmanuel (Todd) qui va être content :-"
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58218
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par energy_isere » 11 août 2019, 22:30

Forêt en Amazonie : l’Allemagne, fatiguée par Bolsonaro, suspend ses subventions

Par Jean-Denis Renard (avec AFP) le dimanche 11 août 2019

L’Allemagne suspend une partie de ses subventions à des projets de protection de l’Amazonie. Les chiffres de la déforestation au Brésil, combinés aux déclarations provocatrices du président Bolsonaro, commencent à faire des dégâts

Les déclarations intempestives de Jair Bolsonaro, le président du Brésil, semblent fatiguer la communauté internationale. 24 heures après l’avoir entendu préconiser de "faire caca un jour sur deux" pour préserver l’environnement, le gouvernement allemand a annoncé le 10 août suspendre une partie de ses subventions dévolues à la protection de l’Amazonie.

En réponse, dimanche 11 août, "Ils peuvent utiliser cet argent comme bon leur semble. Le Brésil n’en a pas besoin", a déclaré le chef de l’Etat à des journalistes à Brasilia.


La première étape consiste à bloquer une subvention de 35 millions d’euros aux projets de conservation des forêts et de la biodiversité au Brésil. L’Allemagne continuera néanmoins de contribuer au Fond de préservation de la forêt amazonienne, crée en 2008 et dont le plus généreux donateur, la Norvège, menace de se retirer. De 2008 à 2019, le gouvernement allemand a fourni une enveloppe totale de 95 millions d’euros pour différents projets de sauvegarde environnementale au Brésil.

La déforestation explose

Autant voire plus que les propos outrageux de Bolsonaro, ce sont les chiffres de la déforestation au Brésil qui ont poussé l’Allemagne à bouger. Il y a dix jours, le président brésilien a limogé le directeur de l’Institut national de recherche spatiale (INPE) qui avait eu le malheur de rendre public le rebond du déboisement. Jusqu’en avril, la déforestation se maintenait à un niveau similaire à celui des dernières années. Mais elle a augmenté de façon exponentielle ces derniers mois : 738 km2 en mai (+34% par rapport au même mois en 2018), 932 km2 en juin (+91%) et 2255 km2 en juillet (+278%).

Ceci n’a rien d’une surprise quand on sait que Bolsonaro, climato-sceptique notoire, est très proche de l’agrobusiness qui fait la loi au Brésil. Grâce à la déforestation de l’Amazonie – et de la savane du Cerrado, un immense territoire dont on parle beaucoup moins en Europe – le pays est devenu le deuxième producteur mondial de viande bovine. Il est également incontournable sur le marché du soja qui alimente, entre autres, le bétail européen.

C’est avec un sens aigu de la litote que Svenja Schulze, la ministre allemande de l’Environnement, a justifié la décision de son pays. "La politique du gouvernement brésilien en Amazonie soulève des doutes quant à la poursuite d’une réduction soutenue des taux de déforestation", a-t-elle déclaré. Cette timide sortie témoigne cependant de l’agacement des partenaires du Brésil face au comportement de son président qui semble emprunter le chemin tracé par Donald Trump – sans posséder des moyens de pression aussi massifs que lui.
https://www.sudouest.fr/2019/08/11/fore ... 3.amp.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58218
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par energy_isere » 17 août 2019, 18:52

Déforestation en Amazonie: la Norvège bloque ses subventions pour le Brésil

par RFI 16 août 2019

La Norvège a décidé de fermer les robinets au motif que le pays dirigé par Jair Bolsonaro « ne souhaite plus arrêter la déforestation ». La Norvège estime que Brasilia a « rompu l’accord » passé avec les donateurs du fond de préservation de la forêt amazonienne.

C’est la décision du gouvernement brésilien fin juin de suspendre le conseil d’administration et le comité technique de ce fond pour l’Amazonie qui a entrainé cette décision des Norvégiens. La Norvège est le principal pourvoyeur de ce fond, avec près de 830 millions d’euros versés depuis sa création en 2008.

La déforestation s’accélère en Amazonie

Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro en janvier, la déforestation s’accélère, au profit d’une politique d’expansion agricole. Ouvertement climato-sceptique, le président brésilien estime que les lois de protection de la forêt amazonienne entravent le développement économique de son pays.

En juillet, la déforestation a été beaucoup plus importante que l’an passé à la même période. D’où la décision norvégienne de bloquer le versement de 30 millions d’euros de subventions.

Le samedi 10 août, l’Allemagne avait aussi décidé de retenir 35 millions d’euros jusqu’à ce que les chiffres de la déforestation redeviennent encourageants. Jair Bolsonaro a réagi en estimant que la Norvège qui « tue des baleines au Pôle Nord », n’a aucune leçon à donner au Brésil.
http://m.rfi.fr/ameriques/20190816-defo ... -le-bresil

ni chaud ni froid
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1587
Inscription : 03 mai 2007, 20:42

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par ni chaud ni froid » 18 août 2019, 00:20

Le brésil se développe en rasant ses forêts primaire comme l’Europe l'a fait pendant 2000-3000 ans.
On est mal barré pour donner des leçons...

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9458
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par mobar » 18 août 2019, 07:09

D'autant que nous achetons au Brésil de plus en plus de produits issu de son agriculture et que ça va encore s(amplifier avec le Mercosur
Double langage et enfumage, les deux mamelles d'une politique néo libérale assumée
A de multiples reprises, votre délégation a abordé la question de l'élevage brésilien, qui occupe une position centrale dans l'économie agricole, tant sur le plan national qu'international. Ce rôle central tient autant à l'existence d'un marché intérieur de la viande très vigoureux qu'à celle d'une puissante industrie des abattoirs dont le développement a été favorisé par une forte croissance des exportations pendant les deux guerres mondiales. Conjugués à l'existence d'importantes ressources foncières facilitant l'exploitation de troupeaux immenses, ces deux facteurs ont permis à l'élevage brésilien de s'orienter vers une stratégie de conquête des marchés extérieurs. Le Brésil exporte désormais près de 2,2 millions de tonnes de viande chaque année, ce qui représente 30 % du marché mondial. A titre d'exemple, il exporte de la viande bovine dans 182 pays, en particulier vers l'Union européenne et la Russie, cette dernière étant le premier importateur de viande brésilienne.

Les chiffres de ce secteur économique sont à nouveau éloquents puisque le Brésil a produit, en 2006, 9,5 millions de tonnes de boeuf, 8,9 millions de tonnes de poulet et près de 3 millions de tonnes de porc, les taux de croissance de ces productions ayant été particulièrement soutenus au cours de la période 1994-200614(*). Le Brésil est le premier exportateur mondial de viande bovine15(*) depuis 2003, ainsi que de poulet16(*) et le quatrième exportateur de viande de porc. 21 % de la viande bovine brésilienne est exportée vers les pays de l'Union européenne, cette part s'établissant à 22 % pour la Russie, pays qui absorbe par ailleurs 50 % des exportations nationales de porc. Pour le poulet, les principaux marchés sont, là encore, les pays de l'Union européenne (13 %), mais aussi l'Arabie Saoudite dans une proportion équivalente.

Malgré ce statut de premier exportateur mondial de viandes, le Brésil destine l'essentiel de ses productions à la satisfaction des besoins de son marché intérieur. En effet, un Brésilien consomme, chaque année et en moyenne, 35 kilos de viande de poulet, 37 kilos de boeuf et 12 kilos de porc17(*). De ce fait, 80 % de la production bovine est consommée au Brésil, ces proportions s'élevant à 71 % pour la volaille et 82 % pour le porc.

L'essentiel des élevages de poulet et de porc sont situés dans les régions sud-est du pays, tout comme les élevages bovins, également localisés dans le centre du pays. Toutefois, au cours des dernières années, les principales zones d'élevage se sont déplacées vers les régions centre-ouest du pays en raison d'une plus grande disponibilité des terres et d'une production de grains plus abondante et meilleure marché.
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58218
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par energy_isere » 22 août 2019, 07:25

DES INCENDIES RAVAGENT LA FORÊT AMAZONIENNE, POUMON DE LA TERRE
C'est une véritable catastrophe. La forêt amazonienne, considérée comme le poumon vert de la Terre, part en fumée. Depuis le début de l'année 2019, les incendies ont augmenté de 83 % dans le secteur ravageant des milliers d'hectares. En cause : la sécheresse et les feux provoqués pour transformer des aires forestières en zones de culture. La ville de Sao Paulo a même été plongée dans le noir en pleine journée, recouverte de fumées d'incendies en cours à des milliers de kilomètres.

21 août 2019

Ce sont des images impressionnantes. La forêt amazonienne est en proie à des incendies depuis le mois de juillet. Dans l’État de Rondonia, à la frontière bolivienne, plus de 1 000 hectares d’une réserve naturelle sont partis en fumée. D’après Euronews, face à la multiplication des feux, l’État d’Amazonas a déclaré l’état d’urgence.

Selon l’Institut national de recherche spatiale, les feux de forêt au Brésil ont augmenté de 83 % depuis le début de l’année 2019. Entre janvier et août, 72 843 départs de feu ont été enregistrés dans le pays, contre 39 759 sur la totalité de l’année 2018. Or ces incendies sont une conséquence directe de la déforestation.

Les feux sont provoqués par les défrichements par brûlis utilisés pour transformer des aires forestières en zones de culture et d’élevage ou pour nettoyer des zones déjà déforestées, généralement pendant la saison sèche qui s’achève dans deux mois. Cette pratique est normalement illégale mais elle reste couramment pratiquée. Au total, la déforestation en juillet a été quasiment quatre fois supérieure au même mois de 2018.

L’État le plus touché est le Mato Grosso (centre-ouest), avec 13 682 départs de feu, soit une hausse de 87 % par rapport à toute l’année 2018. Et les conséquences se font sentir jusqu’à Sao Paulo, une des villes les plus peuplées au monde. En pleine journée, lundi 19 août, les habitants ont littéralement été plongés dans le noir. "Juste une petite alerte au monde : le ciel vient de se noircir à Sao Paulo et d’après les météorologistes, la fumée provient de feux de forêt en cours à des milliers de kilomètres", prévient une journaliste sur Twitter. "Imaginez à quel point cela doit brûler pour produire autant de fumée ! SOS", écrit-elle.

......
https://www.novethic.fr/actualite/envir ... 47609.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58218
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par energy_isere » Hier, 11:49

Incendies en Amazonie : une ancienne ministre dénonce une situation "hors de contrôle"

BOURSORAMA AVEC AFP SERVICES•23/08/2019

La situation en Amazonie, dévastée par la déforestation et des incendies, est "hors de contrôle", dénonce la militante écologiste brésilienne Marina Silva, en accusant le gouvernement d'ultra droite du président Jair Bolsonaro de permettre une "action effrénée" qui affecte un écosystème vital pour la planète.

Marina Silva, ex-candidate à la présidentielle, en visite à Bogota, a affirmé lors d'un entretien, jeudi 22 août, que le Brésil a le savoir et la "technologie" pour maîtriser les feux, qui dévorent de vastes superficies de jungle du fait, selon elle, de la "négligence" de l'équipe Bolsonaro, un climato-sceptique.

Marina Silva, qui a aussi été ministre de l'Environnement de 2003 à 2008 du président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva (2003-10), a indiqué qu'un mouvement était en cours de formation pour exiger que le Parlement écarte les initiatives législatives "contraires" à la protection de la nature.

Lauréate du prestigieux prix Goldman Environmental en 1996, considéré comme le Nobel vert, elle a sévèrement critiqué le président de son pays, estimant que ce qui se passe en Amazonie, dont 60% est située au Brésil, constitue un "crime contre l'humanité".

Dans le cadre d'un colloque "Progrès et reculs de la gestion socio-environnementale en Amérique latine", organisé à Bogota par le Centre des objectifs de développement durable pour l'Amérique latine (CODS), elle a appelé à l'établissement d'un impératif éthique de protection de la nature, détaché des positions politiques.

Voici les principaux extraits de l'entretien accordé par Marine Silva, 61 ans, après son intervention à cette conférence :

Pourquoi et comment en est-on arrivé à la situation actuelle en Amazonie?

"En ce moment, elle est hors de contrôle du fait qu'il y a 38.000 foyers d'incendies, ce qui représente 60% de tous ceux du Brésil (...) Bien sûr, dans peu de temps les pluies vont arriver et ce sera résolu. Mais aujourd'hui le gouvernement, en raison de sa négligence, de tout ce qu'il a stimulé par son discours contraire aux actions de fiscalisation, a favorisé une action effrénée liée aux brûlis.

Nous sommes en train de former un mouvement, ex-ministres, organisations de la société civile, et nous allons parler avec le Congrès national afin qu'il suspende tous les projets de loi contraires à l'environnement et que soit créée une commission parlementaire spéciale, dont devront faire partie des scientifiques, des écologistes, des populations locales, des agents publics, des entrepreneurs pour que nous assumions le contrôle de la politique environnementale brésilienne."

Votre pays a-t-il les outils pour maîtriser ces incendies?

"Le Brésil sait et a la technologie pour contrôler cette situation. Le problème c'est que le gouvernement a abandonné ces politiques (...) et se méfie des scientifiques du secteur environnemental, des écologistes. C'est le moment pour les entrepreneurs, qui ont une autre conscience, de commencer à agir pour protéger jusqu'à leurs propres affaires."

Durant le colloque, vous avez accusé le président Bolsonaro de "crime contre l'humanité" du fait de ce qui se passe en Amazonie. Pourquoi ?

"Il a pris de nombreuses mesures qui ont donné un signal aux forces qui ont toujours agi, mais aucun gouvernement n'avait tenu un discours les permettant (...) Il y a toujours eu de la déforestation et des feux en Amazonie, mais jamais un gouvernement n'avait fait l'apologie de l'illégalité."

Les dégâts causés en Amazonie ont eu une répercussion globale. Le moment est-il venu pour la communauté internationale de la protéger ?

"Le monde est terrorisé parce que l'Amazonie a une double fonction: c'est un régulateur de la planète par ses fonctions environnementales mais, en même temps, si elle était détruite, ce serait la gâchette d'une hausse de la température qui activerait d'autres gâchettes en relation avec la biologie marine, les fontes des glaces... Nous avons les moyens de contrôler la déforestation en Amazonie et cela dépend seulement d'une capacité de mobilisation interne."
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 7af695d642

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9458
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par mobar » Hier, 12:52

energy_isere a écrit :
Hier, 11:49
Incendies en Amazonie : une ancienne ministre dénonce une situation "hors de contrôle"
Elle s'est inscrite aux cours de collapsologie?
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58218
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ca va mal du coté de l'amazonie...

Message par energy_isere » Aujourd’hui, 17:31

Derrière les feux en Amazonie, l'appétit mondial pour le boeuf et le soja brésilien

AFP•24/08/2019

De la viande bovine et du soja OGM, achetés goulûment dans le monde entier: voilà les activités agricoles qui rongent l'Amazonie et, selon tous les chercheurs, expliquent la dramatique multiplication des incendies.

LE BOEUF

"L'élevage bovin extensif est le principal facteur de déforestation de l'Amazonie. Un peu plus de 65% des terres déboisées en Amazonie sont aujourd'hui occupées par des pâturages", explique Romulo Batista, chercheur chez Greenpeace.

Le Brésil est le premier exportateur mondial de boeuf. Ses exportations de viande bovine ont atteint en 2018 le record de 1,64 millions de tonnes (source: Association des industries exportatrices de viande au Brésil). Les principaux marchés sont la Chine, suivie de l'Egypte, puis de l'Union européenne.

Derrière cette première place, un peu plus de vingt ans de croissance plus que spectaculaire. Entre 1997 et 2016, par exemple, le pays a tout simplement multiplié par 10 ses exportations de viande bovine (en poids comme en valeur).

Le marché est dominé par trois mastodontes: JBS, Minerva et Marfrig.

LE SOJA

Les activités agricoles occupent quant à elles près de 6,5% de la surface déboisée.

Déjà premier exportateur mondial de soja devant les Etats-Unis, le Brésil a exporté un record de 83,6 millions de tonnes en 2018, soit 22,6% de plus qu'en 2017, selon le ministère brésilien de l'Economie.

Cette performance s'explique surtout par l'appétit de la Chine, premier client du soja brésilien, majoritairement OGM: la guerre commerciale qui oppose Pékin et Washington depuis près d'un an a conduit l'Empire du Milieu à acheter davantage au Brésil pour nourrir son bétail.

Les exportations de soja brésilien vers la Chine ont fait un bond de près de 30% l'an dernier.

Le soja était l'une des principales cultures à grignoter du terrain sur la forêt amazonienne. Mais depuis un moratoire entré en vigueur en 2006, "moins de 2% du soja planté en Amazonie provient de zones déboisées après 2008", précise M. Batista.

L'Europe aussi est client du soja brésilien, qui y sert surtout à l'alimentation animale, selon Greenpeace. L'ONG avait dénoncé en juin une "addiction" européenne à ces exportations de soja venus d'Amérique du sud, utilisées en particulier pour les élevages industriels de volaille et porc.

Principale production céréalière du Brésil, le soja a connu une incroyable ascension dans les années 1970, avec la migration de producteurs du sud vers le centre-ouest du Brésil, le développement de nouvelles techniques de culture et l'usage de pesticides.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 2a521dcd6b

Répondre