Les ambitions de Renault dans le véhicule électrique

Forum dédié aux discussions sur les moyens de transport.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

tita
Condensat
Condensat
Messages : 664
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Les ambitions de Renault dans le véhicule électrique

Message par tita » 19 mars 2018, 18:42

Remundo a écrit :
17 mars 2018, 08:32
A noter qu'en Avril 2018, la Zoé serait enfin commercialisée en pleine propriété pour sa batterie, ou en location "classique".

Ceci devrait augmenter les ventes car Renault a perdu beaucoup de clients de VE à cause de son despotisme locatif.
Reste que techniquement, la Renault ZOE est la voiture électrique à batteries la plus vendue en Europe en 2017.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7593
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Les ambitions de Renault dans le véhicule électrique

Message par Remundo » 19 mars 2018, 19:25

et alors ? combien de % dans le total des ventes de voitures ?

tita
Condensat
Condensat
Messages : 664
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Les ambitions de Renault dans le véhicule électrique

Message par tita » 19 mars 2018, 21:28

Remundo a écrit :
19 mars 2018, 19:25
et alors ? combien de % dans le total des ventes de voitures ?
0.25% environ.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les ambitions de Renault dans le véhicule électrique

Message par energy_isere » 14 juin 2018, 19:58

Renault va investir un milliard d'euros dans la production de voitures électriques en France

le 14/06/2018 Usine Nouvelle

Le groupe veut doubler les capacités de production de ZOE et de moteurs électriques. Le site de Douai rejoint la carte industrielle française de production électrique de Renault.

Renault mise gros sur l’électrique… avec comme centre de production, la France. Le constructeur a annoncé jeudi 14 juin son intention d’investir "plus d’un milliard d’euros" d’ici à 2022 dans le développement et la production de véhicules électriques dans l’Hexagone. "L'accélération de nos investissements en France pour le véhicule électrique va permettre d'améliorer la compétitivité et l’attractivité de nos sites industriels français", précise le PDG de Renault et de l’Alliance avec Nissan et Mitsubishi, Carlos Ghosn, dans un communiqué.

Dans le détail, le montant devrait profiter prioritairement à quatre sites, dont l’usine de Douai (Nord) dans laquelle une nouvelle plateforme électrique de l’Alliance devrait être introduite. Objectif: créer un "deuxième site de production Renault de véhicules électriques". Un bol d’air pour le site qui souffre de la forte demande mondiale en SUV, alors qu’il s’est spécialisé dans la production de voitures haut de gamme comme l’Espace, la Scenic et le Talisman.

A Flins (Yvelines), seule usine à produire la ZOE, les capacités de production devraient être doublées, tandis que la production de moteurs 100% électriques devrait carrément tripler à Cléon (Seine-Maritime), avant l’arrivée d’un moteur nouvelle génération à partir de 2021 sur place. En clair, les capacités de production à Flins passeront de 60 000 unités par an en 2018 à autour de 120 000, tandis que celles de Cléon grimperont à 240 000 en 2022, contre 80 000 à l’heure actuelle.

Succès de la ZOE en Europe


Dernier site à profiter de cette décision, Maubeuge. En charge de l’assemblage de l’utilitaire électrique Kangoo ZE, le site devrait bénéficier d’investissements pour assurer la production de la prochaine génération de Kangoo. En parallèle, Renault rappelle son intention d’embaucher 5 000 personnes en CDI en France entre 2017 et 2019, dont une partie pour alimenter la transition vers le véhicule électrique.

Grâce à des nouveaux investissements, le groupe a l’intention de conforter sa place privilégiée dans la vente de véhicules électriques. En Europe, Renault apparaît comme leader du marché avec la ZOE, qui s’est écoulée en 2017 à plus de 31 000 exemplaires. Le constructeur français indique détenir une part de marché de presque 24% pour l’année écoulée, grâce à des progressions de ses immatriculations à deux chiffres : 38% de hausse pour l’ensemble des ventes de voitures électriques, et 44% pour le seul modèle ZOE.
https://www.usinenouvelle.com/article/r ... ce.N707009

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les ambitions de Renault dans le véhicule électrique

Message par energy_isere » 11 oct. 2018, 21:06

[Véhicule électrique] Quand Renault appelle à l’aide les géants de l’énergie

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 11/10/2018

Renault vient d’annoncer des partenariats avec EDF, Total et Enel dans la mobilité électrique. Ils devraient l’aider à développer un écosystème intelligent qui rende ses voitures électriques compétitives.

Les alliances vont être la clé pour imposer les véhicules électriques aux particuliers. Et pas de place aux partenariats exclusifs. Pour construire un écosystème intelligent de véhicules et bornes de charge qui permettent aux voitures électriques de devenir compétitives comparées aux véhicules thermiques, les constructeurs doivent faire feu de tout bois.

Ils ne peuvent pas avancer seuls ni faire la fine bouche, et accepter la compétition. Comme dans le plan E-mobilité européen d’EDF, présenté le 11 octobre, l’électricien français annonçait d’emblée des partenariats avec Renault, PSA, Nissan et Valeo, aujourd'hui, c'est Renault qui annonce des partenariats avec trois énergéticiens en compétition sur la fourniture d’énergie : EDF, Total et l’italien Enel.

Impossible de travailler seul

"On ne peut pas travailler tout seul pour rendre le véhicule électrique abordable. On a besoin de coopérer avec de nombreux acteurs, dont EDF ", explique Eric Feunteun, directeur de programmes véhicules électriques et nouveaux business de Renault. Mais à chaque énergéticien ses atouts.

L’accord signé avec EDF portera sur trois points. D’abord l’adaptation de l’autoconsommation autour des offres "Mon soleil et moi" d'EDF avec du stockage pour proposer un smart charging à valeur ajoutée pour le client final. Ensuite, l’extension du concept des îles intelligentes (smart islands), testé par Renault à Madère, en outremer et en Corse, en commençant par la Réunion. Le troisième axe du partenariat porte sur la mise en place d’offres d’électricité verte pour la charge des batteries.

Des accords ciblés

Avec Total et la start-up Jedlix, Renault va lancer une application smartphone de recharge intelligente des véhicules électriques en France, Z.E Smart Charge, au premier semestre 2019. Là, pas d’autoconsommation comme avec EDF, mais l’offre commune comprendra aussi l’accès à une électricité verte à bas prix, donc concurrente des offres d’EDF.

Quant au partenariat avec Enel X, filiale de l’électricité italien Enel, il portera aussi sur la recharge intelligente et surtout sur les infrastructures de charge en Italie avec le soutien de projets européens comme EVA+, un réseau de charge rapide qui couvre l’Autriche et l’Italie.
https://www.usinenouvelle.com/article/v ... ie.N753939

Répondre