Prévisions de production de pétrole

De Oleowiki.

Sommaire

Pic pétrolier (maximum de la courbe de production)

Le PO a-t-il déjà commencé ?

L'analyse des statistiques de l'EIA montre un plafonnement de la production mondiale depuis près de 2 ans/ Les avis diffèrent sur l'interprétation de ce plateau : simple "pause technique" (destruction momentanée de la demande, saturation des capacités de la chaîne d'approvisionnement) ou début du pic pétrolier ?

Estimations de "spécialistes"

Pour la plupart des spécialistes (géologues ou ayant accès à des données non publiques), le pic pétrolier devrait survenir dans la période 2010-2015 ; les compagnies pétrolières sont plus optimistes, tandis que certains peakistes médiatiques annoncent le pic pétrolier comme imminent, voire déjà dépassé. Ce tableau récapitule les principales hypothèses telles qu'elles étaient formulées en 2005.

D'autres prévisions
  • Sadad-Al-Husseini, ancien vice-président exécutif d'Aramco : le plateau ondulé est atteint, il durera jusqu'en 2015-2020 (source ContreInfo)
  • Matthew Simmons : 2006
  • The Energy Watch Group : 2006 (voir graphique ci-dessous)

poaccordingtoewgby8.png

  • Yves Mathieu (IFP, 11 mai 2006) : 2006-2009 (si pas de relance rapide des investissements) ou 2028 (si relance rapide des investissements)
  • Keith Deffeyes : avant 2009
  • Fredrik Robelius (dans une thèse dirigée par le Président de l'ASPO, K. Aleklett) : 2008-2018
  • C. Skrebowski : 2009-2011
  • David Goodstein : avant 2010
  • Colin Campbell (ASPO Newsletter d'octobre 2007) : 2010
  • World Energy Council : après 2010
  • Pang Xiongqi : 2012
  • Jean Laherrère et Jean-Louis Wingert (membres d'ASPO-France) : 2015
  • EDF (modèle Mescalito développé par B. Rogeaux, d'EDF R&D, également membre d'ASPO-France) : 2015-2020 (voir graphique ci-dessous)

0710220725101447475.jpg

  • Shokri Ghanem, Président du Comité Populaire de la compagnie pétrolière nationale lybienne, dans un Bulletin de l'OPEP (page 60) : d'ici 2017
  • société Total : *vers 2020 si la croissance annuelle de la demande se maintient à 2% - déclaration de son PDG en octobre 2006 au journal le Monde
  • probablement entre 2020 et 2030 selon M. Gires, Directeur de l'Environnement et du Développement Durable, selon une interview publié sur le site institutionnel de la société
  • société Shell : après 2024
  • Rapport Hirsch : d'ici 2037
  • CERA : après 2020, probablement après 2050 selon Peter Jackson, un de ses médiatiques consultants :
  • EIA ­(scénario de référence) : après 2030

imagedisplayashxjs3.gif

Décrochage Offre/Demande (point d'inflexion de la courbe de production)

picoupaspic4tp.png

Ce point, encore moins facile à dater avec précision, correspond au moment à partir duquel la production commence à augmenter moins vite. D'un point de vue macro-économique, il devrait se traduire par une envolée du prix du baril car il correspond au début marqué de la situation de pénurie. Les courbes publiées par l'ASPO et Peak Oil Netherlands situent ce point aux alentours de 2007-2008.

Prévisions de l'EIA

l' EIA (Energy Information Administration) est un organisme dépendant du Ministère de l'Energie (DoE : Department of Energy) états-unien ; on le confond souvent avec l'IEA (International Energy Agency), qui est un organisme dépendant de l'OCDE. Ceci explique peut-être pourquoi la confusion est entretenue.

anim_gilles_essai1.gif

En millions de barils par jour.

Source (et commentaires) : voir le fil Surveillons les prédictions de l'EIA du forum Oleocene


Pourquoi l'EIA (et l'AIE) sont-ils si optimistes ?

peak-oil--iea-donation-.jpg

Parce que leurs prévisions sont des prévisions de demande : les économistes de l'AIE établissent tous les deux ans un document de référence nommé World Energy Outlook dans lequel ils estiment, en fonction de données de la Banque Mondiale (notamment prévisions de croissance économique), ce que pourrait être la consommation en énergie, par source. Aux géologues ensuite de dire si c'est faisable ou pas ! Depuis quelques années, l'ASPO d'abord puis les autres compagnies pétrolières, Total et BP en tête, ont commencé à reconnaître que la production finira par ne plus pouvoir suivre.

Voir aussi