Prix et cotations

De Oleowiki.

A lire les journaux, on pourrait croire que le pétrole est une matière première dont le prix est unique et fixé par la loi de l'offre et de la demande, à l'échelle mondiale. En fait, la réalité est, comme toujours, un peu plus compliquée...

Sommaire

Prix du pétrole

Grades

La composition du pétrole n'est pas homogène d'un gisement à l'autre : les proportions (ou fractions) d'hydrocarbures lourds et légers peuvent varier fortement :

  • l' Arabian Light d'Arabie Saoudite, comme son nom l'indique, est riche en hydrocarbures légers qui, raffinés, donneront de l'essence et du kérozène
  • le Brent de la Mer du Nord, est également riche en hydrocarbures légers
  • le West Texas Intermediate, ou WTI, est un cocktail... intermédiaire

Mécanismes de négoce

Pour un producteur, il y a deux façons de vendre massivement des matières premières ou, plus généralement, ce qu'on appelle en bon franglais des commodités (commodities), c'est-à-dire des produits banalisés servant à la fabrication de produits plus élaborés et souvent spécifiques (automobiles, spécialités chimiques, etc) :

  • soit on trouve un acheteur prêt à acheter sur le long terme une partie significative de sa production, à un prix négocié une fois pour toutes lors de la signature du contrat.
  • soit on va sur un marché d'échanges (appelée communément bourse) où les acheteurs qui ont des choses à acheter rencontrent les vendeurs qui ont des choses à vendre. Dans la plupart de ces marchés d'échanges, on peut passer deux types de contrats :
    • spot : on y achète une quantité pour livraison immédiate
    • futures : on y achète des promesses d'achat pour les mois qui viennent.

Pour les contrats correspondants à des marchandises réelles, lorsque l'on achète (ou vend un contrat) un jour donné à un prix donné, tout se passe comme si le prix ne changeait plus par la suite : on recevra (ou fournira) à l'échéance la marchandise correspondante. Une compagnie ayant acheté du pétrole Octobre 2006 à 77$ vendredi dernier le recevra en octobre prochain, que le prix soit à ce moment là 50 ou 100$. Bien entendu, on peut toujours revendre ou racheter les contrats à n'importe quel moment avant l'échéance au prix courant à ce moment-là : c'est ce que font les spéculateurs. Il ne faut pas s'offusquer de leur présence, car c'est grâce à leur activité que ces marchés à terme existent : les compagnies aériennes parviennent à se couvrir sur le prix du kérozène car elles trouvent des spéculateurs prêts à prendre ce risque.

Le "prix fixé" le dernier jour du contrat est anecdotique, car on est alors au moment ou le présent rattrape les futures. Ce prix doit alors être égal au spot. Par contre, dans le cas des futures immatérielles (par exemple celles sur les indices), le dernier prix à l'échéance est celui où doivent être impérativement vendus ou rachetés les contrats.

Cotations

Les principaux marchés

Il y a deux grands marchés d'échanges, le NYMEX (prononcer naïmex) aux USA et l'IPE (prononcer aïpi-hi) au Royaume-Uni. Ceux-ci assurent respectivement la cotation, entre autres, du WTI et du Brent qui servent de référence pour les autres qualités de pétrole. Les cotations publiées par les médias correspondent généralement, non pas au marché spot, trop aléatoire, mais au contrat de futures du prochain mois. Attention, certains sites changent avant la date officielle (dans les environ du 20), ce qui engendre quelquefois des malentendus. Les dates officielles sont celles du nymex (lien ci-dessous)

Les cours disponibles sur le Web

La plupart des sites boursiers fournissent les cours avec une demi-heure de retard, car les données temps réel sont monnayées par les places boursières :

  • le prix du pétrole « Light Sweet Crude » sur le marché du NYMEX : http://www.nymex.com/lsco_fut_cso.aspx (La colonne « Last » indique le prix auquel s'est effectué la dernière transaction.)
  • Quelques jolis graphiques :
  • 321Energy

chart.jpg

En fouinant un peu sur le Web, on peut néanmoins trouver le cours en quasi-temps réel, par exemple chez Cantor Index :

  • sur la gauche de la page : clic sur "PRICES" puis "COMMODITIES":
 Aug Brent Crude......... 7722.... 7732.... 0.00
 Aug Nymex Crude........ 7693.... 7703.... -3.00
  • la première valeur (en US cents) est SELL (vente), la deuxième BUY (achat) et la troisième CHANGE (variation)

On peut également consulter le cours (avec graphique) du Brent sur livecharts.co.uk

Extension firefox : Une extension firefox affichant le prix du Nymex dans la barre d'état.

Les derniers records

  • Light Sweet Crude (NYMEX) : $111,80 - contrat d'avril 2008 (17 mars 2008)
  • Brent (IPE) : $106,51 - contrat d'avril 2008 (17 mars 2008)

Brent ou WTI ?

Au printemps 2007, le Brent s'est imposé temporairement comme référence mondiale devant le WTI : cela était dû au fait que le marché intérieur des Etats-Unis est saturé de brut, du fait de sous-capacités dans le raffinage. Cette abondance toute relative a rendu le WTI un tout petit peu moins cher que le Brent : les traders (et les médias) ont donc préféré mettre en avant le Brent pour lequel le prix "flambe" à la moindre mauvaise dépêche d'agence.


Dollars ou Euros ?

Les cotations se font aujourd'hui en dollars pour des raisons historiques, les Etats-Unis ayant été le premier pays où le pétrole fut coté.

On prétend qu'à partir de 2001, l'Irak vendait son pétrole en euros et non plus en dollars.

Un pays de la zone euro a tout intérêt à acheter son pétrole en euros : il élimine ainsi le risque de change, il renforce la zone d'influence euro au détriment de la zone dollar et, pour terminer, il économise sur les frais de change tout simplement.

Par ailleurs, l'euro plus que le dollar est la monnaie de référence du pétrole aujourd'hui. La raison en est que les pays producteurs utilisent leurs gains pour acheter des produits et des services principalement en zone euro : si le dollar baisse face à l'euro, ils vont monter d'autant leurs prix pour que leurs revenus restent stables. Cet effet stabilisateur de l'euro est parfaitement visible depuis 2003.

Le Qatar, pays producteur, a annoncé en avril 2006 qu'il allait porter à 40% la part de l'euro dans ses réserves de change.

Certains prétendent que le fait de coter le pétrole en euros plutôt qu'en dollars ferait s'effondrer la monnaie états-unienne ; ce pur fantasme s'est notamment concrétisé lors de la rumeur (?) de la Bourse iranienne du pétrole. Si c'était le cas, on se demande pourquoi les Britanniques ne cotent pas le Brent en livres sterling plutôt qu'en dollars.

Historique entre le prix en dollars et le taux de change euro/dollar

bariletchangeex8.png

Temps réel

Pour ceux qui ne peuvent plus vivre sans le cours du baril en temps réel, allez voir ce sympathique inutilitaire développé par cybernico, qui vous incruste le cours dans la barre des tâches (sous Windows XP)

Voir aussi

prix du baril en Euros

Le panier de l'OPEP

Le prix du panier de l'OPEP est une moyenne des prix de 11 barils de différents pétroles vendus par l'OPEP. Les 11 pétroles en question sont les suivants :

  1. Saharan Blend (Algérie)
  2. Minas (Indonésie)
  3. Iran Heavy (Iran)
  4. Basra Light (Irak)
  5. Kuwait Export (Koweït)
  6. Es Sider (Libye)
  7. Bonny Light (Nigéria)
  8. Qatar Marine (Qatar)
  9. Arab Light (Arabie Saoudite)
  10. Murban (Émirats Arabes Unis)
  11. BCF 17 (Venezuela)

Plus d'infos

Au 14 juillet 2006, le baril « panier de l'OPEP » est à 71,71 dollars.

Prix du gaz

De la même façon que le pétrole, le gaz naturel s'achète au travers de contrats gré à gré ou sur les marchés internationaux. Pour différentes raisons (voir Géostratégie du gaz naturel), il est encore majoritairement échangé au travers de contrats long terme. Ces contrats possèdent une clause de révision des prix généralement indexée sur la cote du baril de pétrole sur les marchés boursiers, avec un décalage de l'ordre de 6 mois.

En 2005, seulement un quart du gaz produit était échangé selon des mécanismes de trading sur les marchés internationaux, alors que près des deux tiers du pétrole sont aujourd'hui échangés ainsi ; la majorité des échanges restent encore gouvernés par ces contrats de longue durée passés entre un opérateur (ex: GDF) et un producteur (ex: Gazprom en Russie). Sur le marché européen, au Royaume-Uni par exemple, malgré la dérégulation fortement poussée dans ce pays, près de 85% de l'approvisionnement en gaz reste couvert par des contrats.

Les mouvements globaux de dérégulation cherchent à réduire la proportion de contrats au profit du trading, ce qui amènerait le prix du gaz à s'envoler dès que l'offre et la demande ne s'ajusteront plus parfaitement, comme c'est le cas depuis le début du siècle pour le pétrole.

Pour que le trading puisse se développer, il faut que les trois grands marchés régionaux actuels (Amérique, Europe, Asie) soient connectés de façon plus flexible que des gazoducs : c'est pourquoi un grand nombre de méthaniers sont actuellement en construction partout dans le monde.

Voir aussi Choc gazier


Prix du jet fuel

Pour les amateurs de sensations fortes... Le jet fuel (kérosène) est le carburant des avions de lignes.

Domestic Airline Jet Fuel Prices by Type of Service (monthly data)

air_jet_fuel_prices_air_jet_fuel_prices_27747_image001.gif

Voir également le prix du kérosène SPOT d'après les informations de l'EIA (Energy Information Administration).