Rapport Hirsch

De Oleowiki.

Le rapport Hirsch est un rapport effectué pour le Département de l'Energie états-unien, par la Science Applications International Corporation (SAIC) et publié en février 2005. Il traite de la probabilité de l'arrivée du pic pétrolier et du calendrier des actions visant à en atténuer l'impact.

La SAIC, une entreprise fondée en 1969 autour d’un petit groupe de scientifiques, emploie aujourd’hui plus de 43 000 personnes dans 150 villes à travers le monde. Elle est la plus importante firme de recherche et d’ingénierie des Etats-Unis. Robert L. Hirsch est Senior Energy Program Advisor à la SAIC ; auparavant, il a occupé le poste d’analyste principal pour les questions d’énergie à la Rand Corporation, ainsi que diverses fonctions dans des entreprises liées au secteur de l’énergie.

Le rapporteur, Robert Hirsch, a publié un rapide résumé (en anglais) de son rapport en octobre 2005 pour l'Atlantic Council.

Un complément à ce rapport, commandité par le National Energy Technology Laboratory de Pittsburgh, a été publié en 2006. Sa traduction en français est disponible ci-dessous. Ce complément élude complètement la question des biocarburants, sans explication.

Ce document n'a aucun lien avec le "rapport Hirsch" français, traitant de la pauvreté en France, remis par le président d'Emmaus, Martin Hirsch, au ministre des Solidarités, de la Santé et de la Famille en avril 2005.

Sommaire

Le rapport initial (2005)

Extrait de l'introduction

"L'arrivée du pic de la production pétrolière mondiale se présente aux Etats-Unis et au monde comme un problème de gestion des risques sans précédent. A l'approche du pic, les prix des carburants liquides et la volatilité des prix augmenteront dramatiquement et, sans une atténuation adéquate, les coûts économiques, sociaux et politiques seront sans précédent. Des options d'atténuation viables existent à la fois du côté de l'offre et de la demande, mais pour avoir un impact substantiel, elles doivent être engagées plus d'une décennie avant le pic."

Conclusions

  • Le pic pétrolier va survenir
  • Le pic pétrolier pourrait coûter cher à l'économie américaine
  • Le pic pétrolier apparaît comme un challenge unique ("il sera abrupt et révolutionnaire")
  • Le problème concerne les carburants liquides (demande croissante principalement dans le secteur du transport)
  • Les efforts d'atténuation nécessiteront un temps conséquent
  • Il faudra faire attention à la fois à l'offre et à la demande
  • C'est une question de Management des Risques (les actions d'atténuation doivent survenir avant le pic)
  • L'intervention du gouvernement sera nécessaire
  • Le bouleversement économique n'est pas inévitable ("si on dispose de suffisamment de temps, les problèmes sont solubles avec les technologies actuelles")
  • Plus d'information est nécessaire

Trois scénarios

  • Attendre que la production pétrolière mondiale culmine pour lancer un plan d'action d'urgence (crash program) laissera le monde dans un déficit de carburant liquide pendant plus de deux décennies
  • Lancer un plan d'atténuation de l'impact (mitigation crash program) 10 ans avant le pic améliorera considérablement les choses mais laissera néanmoins le monde en pénurie de carburants liquides pendant environ une décennie après le pic
  • Lancer un plan d'atténuation de l'impact 20 ans avant le pic semble offrir la possibilité d'éviter une pénurie mondiale en carburants liquides pour la période considérée.


Complément 2006

Source : http://misi-net.com/publications/economicimpactsexecsummary.pdf

Impacts économiques des solutions d'atténuation (de la pénurie) en carburants liquides

Le monde consomme plus de pétrole qu'il n'en découvre, et à un certain moment d'ici 10 à 20 ans, la production mondiale de pétrole conventionnel culminera (peak) probablement. De plus, la dépendance états-unienne aux importations de pétrole est largement préoccupante, à la fois du point de vue de la sécurité énergétique et du point de vue de la balance des paiements.

Solutions d'atténuation

Cette étude considère 4 solutions que les Etats-Unis pourraient mettre en oeuvre pour une atténuation massive et physique de sa dépendance en pétrole importé :

  • Efficacité énergétique des véhicules (Vehicle Fuel Efficiency ou VFE)
  • Liquéfaction du charbon (Coal to Liquid ou CTL)
  • Les schistes bitumineux
  • La récupération améliorée du pétrole (Enhanced Oil Recovey ou EOR)

Notre objectif était de mieux expliquer les implications de programmes d'atténuation, par exemple le temps nécessaire pour économiser et produire des quantités significatives de carburant liquide, les coûts associés, et les impacts en termes économiques, fiscaux et d'emplois. Nous avons étudié la mise en oeuvre en catastrophe (crash program) de toutes les options simultanément, car les résultats ainsi obtenus fournissent une borne supérieure de ce qui pourrait être accompli dans les les meilleures circonstances. Personne ne sait si et quand un tel programme pourrait être entreprises, aussi nos calculs furent basés sur une date de départ indéfinie, désignée par t0.

L'étude s'appuie sur une étude précédente, conduite par les auteurs en 2005 et qui adressaient le problème du pic pétrolier. La présente étude examine exclusivement les options d'atténuation physique pour les Etats-Unis. Les options analysées dans les deux études sont cohérentes et figurent dans la table EX-1.

Tableau EX-1 : Hypothèses de mise en oeuvre
Solution d'atténuation Hypothèses prises pour le Monde (rapport précédent) Hypothèses prises pour les USA (présent rapport)
VFE Amélioration de 50% en 8 ans idem
CTL 5 usines (100 000 barils/jour chacune) par an - 4 ans de délai 3 usines (100 000 barils/jour chacune) par an - 4 ans de délai
EOR Production mondiale augmentée de 3 millions de barils par jour au bout de 10 ans 175 000 barils par jour supplémentaires après 4 ans de préparation
Sables bitumineux 2,5 millions de barils par jour supplémentaires, venant progressivement en 13 ans AUCUNE
Gas to liquid 1 million de barils supplémentaires par jour au bout de 5 ans AUCUNE
Schistes bitumineux AUCUNE 3 usines (100 000 barils/jour chacune) par an - 8 ans de délai

Principaux résultats

Notre analyse montre que les solutions d'atténuation que nous avons considéré peuvent significativement contribuer à économiser et produire des carburants liquides états-uniens, bien que des décennies seront nécessaires pour que l'impact soit suffisant, et les coûts associés seront de l'ordre de grandeur du millier de milliards (trillion) de dollars. Les impacts cumulés sur 20 ans d'un tel crash program massif serait :

  • économie et production de 44 milliards de barils de carburants liquides
  • besoin de plus de 2600 milliards de dollars d'investissement
  • plus de 10 millions d'années.hommes de travail créées
  • plus de 125 milliards de dollars de bénéfices pour l'industrie
  • plus de 500 milliards de dollars de revenus fiscaux pour le Gouvernement Fédéral
  • près de 300 milliards de dollars de revenus fiscaux pour les Etats et les collectivités locales

Ces estimations doivent être considérées comme des estimations minimales, "dans le meilleur des cas", car les données réelles pourraient s'avérer bien supérieures. Par exemple, le chiffre de 2600 milliards de dollars d'investissement n'inclut pas la flambée des prix dans les premières années d'un tel programme. Les coûts associés pourraient facilement doubler. De plus, comme les 4 solutions sont lancées en même temps, des pressions inflationnistes dans des industries particulières et sur le marché du travail pourraient accroître considérablement les coûts.

hirschfigex17dx.png


Les solutions d'atténuation considérées ci-dessus pourraient avoir des retombées annuelles largement différents, comme l'illustre la figure EX-2 pour l'année t0+20. Les retombées croîtront continûment tout au long de la période de 20 ans du scénario. Durant les premières années, les économies de carburant, la production, les ventes, les emplois, les bénéfices et les revenus fiscaux seront relativement faibles, et les retombées s'accroisseront chaque année jusqu'à t0+20. Avec toutes les solutions combinées, les retombées annuelles maximales aura lieu à t0+20.

hirschfigex25bq.png

Emplois et revenus fiscaux créés

Quant aux emplois, ils sont créés tout au long de la période, mais leurs caractéristiques et leur distribution varient énormément avec le temps. par exemple, la conception et la construction d'usines de fabrication d'usines à carburants alternatifs nécessite le personnel adéquat jusqu'à ce que l'usine soit construite, mais comme de nouvelles usines sont continuellement mises en chantier, les besoins en emplois et compétences seront continus sur la période. Cependant, les postes d'exploitation et de maintenance commencent suelement lorsque les usines de carburants alternatifs sont terminés et entrent en service, et comme de plus en plus d'usines fonctionnent, l'emploi dans le domaine Exploitation et Maintenance croît continûment. Ainsi, sur les premières années de programme d'atténuation, la plupart des emplois créés concerneront les secteurs de l'ingénierie et du BTP ainsi que les activités associées, mais au fur et à mesure que le temps passe, de plus en plus d'emplois seront créés dans le domaine des opérations, de la maintenance et du support associé. Le nombre total d'emplois croîtra durant les 20 ans, et le nombre maximum de postes sera créé en l'an t0+20. Cette année-là :

  • le CTL créera le plus d'emplois - de l'ordre de 500 000 postes
  • les schistes bitumineux en créeront 350 000
  • le VFE créera 310 000 emplois
  • l'EOR créera le moins de postes : de l'ordre de 230 000
  • Au total, les 4 solutions créeront 1,4 million d'emplois

Nous avons décomposé les emplois créés par les solutions d'atténuation en métiers et compétences, comme indiqué en EX-4 pour les métiers sléectionnées à t0+20 ans. Les postes créés sont concentrés dans les secteurs du BTP, de l'énergie et de l'industrie, ce qui reflète les besoins des solutions d'atténuation et des secteurs qui les supportent. Ainsi, des quantités importantes et disproportionnées de postes seront créés pour des métiers spécialisés et techniques comme ingénieur de BTP, électricien, géologue, conducteur de machine, développeur de logiciel, agent spécialisé de raffinerie, fabricant d'outils et d'outillages, opérateur de machine-outil numérique, mécanicien, chaudronnier, tuyauteur, technicien d'intervention pétrole/gaz, chef de projet, électronicien, charpentier, etc.

hirschex45bd.png

L'activité économique ainsi stimulée et les postes ainsi créés entraîneront des revenus fiscaux substantiels pour la nation, les Etats et les collectivités locales. A t0+20 ans :

  • le CTL générera 30 milliards de dollars de taxes
  • les schistes bitumineux généreront 23 milliards de dollars de taxes
  • le VFE générera 22 milliards de dollars de taxes
  • l'EOR générera 18 milliards de dollars de taxes
  • les 4 options combinées généreront 93 milliards de dollars de taxes

Timing

L'ordre de grandeur de la consommation de pétrole états-unienne est énorme et effectuer des changements massifs rapidement nécessitera un crash program géant et coûteux et au moins deux décennies. Heureusement, les Etats-Unis sont dotés des ressources géologiques, du capital, de la force de travail et des dirigeants nécessaires pour entreprendre un tel effort. De plus, il y a des bénéfices économiques très significatifs qui proviendront des programmes d'atténuation. Par exemple, à t0, la combinaison des solutions considéres dans cette étude généreront :

  • 175 milliards d'investissements
  • une quantité de carburant à la fois économisée et produite de 14 millions de barils par jour
  • 1,4 million d'emploi
  • 315 milliards de dollars de ventes
  • 15 milliards de dollars de profits pour les entreprises industrielles
  • 60 milliards de dollars de taxes fédérales
  • 30 milliards de dollars de taxes d'Etat et locales

L'impact futur dépendra, de façon critique, de la date à laquelle un tel effort national sera engagé. Par exemple, si les efforts décrits ci-dessus sont engagés en 2006, l'impact en 2026 sur les Etats-Unis sera d'environ 14 millions de barils par jour, comme indiqué sur la figure EX-5. Si le démarrage du programme était retardé d'une décennie, en 2016, l'impact dix ans plus tard serait seulement de 5 millions de barils par jour (figure EX-6).

hirschfigex569ou.png

En cumul, sur les 20 ans, le coût moyen d'un baril de carburant produit par toutes les solutions est d'environ $60 (NdT : division du coût du programme par le nombre de barils économisés/produits). Cependant, la productivité de chaque solution diffère considérablement, comme l'illustre la figure EX-7 : contrairement au sens commun et à certaines études publiées, l'amélioration de l'efficacité des transports ne pourrait pas être la solution d'atténuation la plus pertinente. Cependant, les estimation de coût pour les matières premières - surtout pour les schistes et le CTL - sont sujet à un niveau d'incertitude, tandis que les coûts concernant l'efficacité des véhicules sont probablement plus précis. De plus, notre analyse est tronquée à t0+20 ans, alors que des véhicules encore plus économiques continueront à consommer moins de carburants liquides tout au long de leur durée de vie de 15 ans ou plus. Enfin, nous n'avons pas supposé de progrès en amélioration de l'efficacité des véhicules au-delà de t0+8, ce qui peut être une hypothèse réductrice.

hirschfigex73lb.png

Efficacité des investissements

Les solutions d'atténuation peuvent être évalués selon divers critères. Comme illustré sur la figure EX-8, en terme d'emplois créés par dollar d'investissement direct, les solutions d'atténuation se distinguent relativement peu : la moyenne est d'environ 8 emplois par million de dollars investi, le CTL créant le plus d'emplois par dollar et l'EOR le moins.

hirschfigex87oo.png

Conséquences sur les importations

Dans son discours 2006 sur l'Etat de l'Union, le Président Bush a déclaré que les Etats-Unis sont "accro au pétrole" ("addicted to oil"), et il a présenté un objectif de réduire de 75% les importations états-uniennes en provenance du Moyen-Orient d'ici 2025. Bien que nous ne traitons pas spécifiquement la question des importations de pétrole du Moyen-Orient, en terme de réduction des importations totales, nous avons trouvé que, si les programmes d'atténuation étaient engagés en 2006, il serait possible decommencer à réduire sensiblement les importations états-uniennes à partir de 2010. En fait, les options d'atténuation peuvent éventuellement réduire le niveau total des importations des 13 millions de barils par jour (mb/j) actuels à :

  • 11 mb/j en 2016
  • 5 mb/j en 2026

Cependant, ces conclusions relativement optimistes dépendent de façon critique d'un démarrage effectif des programmes d'atténuation en 2006. S'ils sont retardés, les importations ne pourront pas être diminuées avant deux décennies. Par exemple, si la mise en oeuvre des programmes est retardé de 10 ans, soit en 2016, alors en 2026 les solutions d'atténuation contribueraient à 5 mb/j mais les importations auraient augmenté à 15 mb/j

Conclusions

Si les Etats-Unis deveinnent sérieusement motivés pour réduire leur dépendance vis-à-vis des importations pétrolières, alors de multiples pistes seront nécessaires, dont des pistes au-delà de celles considérées dans cette étude. Le but de cette étude était de cadrer ce qui serait nécessaire dans ce que nous avons défini comme le meilleur cas d'atténuation physique. En utilisant l'information produite dans l'étude précédente et dans celle-ci, les gens seront, espérons-le, capables de prendre des décisions en connaissance de cause, s'ils doivent décider de nous embarquer dans une atténuation physique massive.

Il est important de noter que toutes les solutions simultanées ne satisfont même pas la moitié des besoins états-uniens en carburants liquides avant 2025. Si le pic de production du pétrole conventionnel survient avant 2025, les Etats-Unis pourrait ne pas avoir le choix en terme de programme national d'atténuation massif. Même avec les hypothèses les plus optimistes et en supposant la mise en oeuvre en catastrophe d'un tel programme, l'atténuation physique nécessitera des décennies et des millions de millions de dollars d'investissement pour obtenir des contributions substantielles.


Voir aussi

En français

En anglais