Méthanol : come back ?

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Méthanol : come back ?

Re: Méthanol : come back ?

par sceptique » Aujourd’hui, 11:43

mobar a écrit :
Hier, 18:54
Toutes les consommations domestiques et industrielles qui se font entre 9 heures et 16 heures, ce qui doit représenter plus de 50% de la conso d'élec
... et qui pourrait en représenter 80% si on le décidait
Allons plus loin : la bonne vieille bougie et arrêtons toutes ces activités inutiles entre 9h et 16h

Re: Méthanol : come back ?

par mobar » Aujourd’hui, 11:16

Avant de penser à faire de l'élec avec du méthanol, on pourrait faire de l'élec avec du soleil gratos pour toutes les applications qui se passent de jour!
Beaucoup plus efficace, simple et économique!!

Re: Méthanol : come back ?

par emmort » Hier, 19:46

Mais il n'a jamais été dit que 100% de l'électricité PV devait être transformé en méthanol, si cela converti un surplus temporaire on est gagnant. Et on sort,un peu, de la fatalité do non stockage de l'électricité.

N'y a-t-il pas aussi des piles à combustible au méthanol ? On aurait alors aussi un bon rendement à la restitution.

Re: Méthanol : come back ?

par mobar » Hier, 18:54

Toutes les consommations domestiques et industrielles qui se font entre 9 heures et 16 heures, ce qui doit représenter plus de 50% de la conso d'élec
... et qui pourrait en représenter 80% si on le décidait

https://lvsl.fr/razmig-keucheyan-le-cap ... tificiels/


LVSL – En exergue de votre ouvrage, vous fondez la problématisation de votre propos sur la revendication d’un droit à l’obscurité. Cette revendication récente s’oppose à une forme de progrès : l’éclairage nocturne peut être perçu comme une conquête de temps et d’espace d’émancipation en dehors du travail. C’est ce qu’explique Rancière dans La nuit des travailleurs. Ainsi, un besoin n’est pas immuable et peut passer du statut de conquête à celui de nuisance.

Razmig Keucheyan – Le développement de l’éclairage artificiel a donné lieu, au cours des deux siècles passés, à une diversification sans précédent du spectre des activités humaines. Lire un livre après la tombée de la nuit, dîner entre amis au restaurant, se balader dans une ville seul ou en amoureux la nuit…

Ces activités devenues courantes seraient inconcevables sans lumière artificielle. Cette diversification des activités humaines est l’une des composantes du progrès, dont le sentiment est profondément ancré dans les habitus modernes.

« La nuit cesse d’être le moment du seul sommeil réparateur. Elle devient un lieu d’émancipation »

Pourtant, passé un certain stade, l’éclairage se transforme aussi en nuisance, en « pollution lumineuse ». Il complique par exemple la synthèse de la mélatonine, l’ « hormone du sommeil », générant des pathologies parfois graves. L’éclairage artificiel suscite également la disparition de la nuit. La nuit noire, l’observation des étoiles à l’œil nu est une expérience de moins en moins répandue dans les pays développés, ceux où les niveaux d’éclairage sont les plus élevés. Ce constat a donné lieu à l’émergence d’un mouvement contre la « perte de la nuit », qui revendique un « droit à l’obscurité ». C’est l’un des mouvements sociaux les plus intéressants de notre époque. Il lutte pour retrouver ce qui était auparavant un « donné » : l’obscurité, que le développement de la vie moderne met en péril.

Comme l’a en effet montré Jacques Rancière dans La Nuit des prolétaires, la nuit est un enjeu politique pour le mouvement ouvrier dès les années 1830. C’est le moment où les ouvriers échappent aux cadences infernales diurnes imposées par les patrons et deviennent enfin des « êtres pensants ». La nuit cesse d’être le moment du seul sommeil réparateur. Elle devient un lieu d’émancipation.

Re: Méthanol : come back ?

par GillesH38 » Hier, 18:40

mobar a écrit :
Hier, 15:33
GillesH38 a écrit :
Hier, 08:35

c'est quoi les applications qui ne nécessitent pas de stockage ou de conso différée ?
Toutes les activités et consommations électriques fixes qui se font quand le soleil brille à l'endroit ou elles sont!
et t'en connais beaucoup des comme ça ?

Re: Méthanol : come back ?

par mobar » Hier, 15:33

GillesH38 a écrit :
Hier, 08:35

c'est quoi les applications qui ne nécessitent pas de stockage ou de conso différée ?
Toutes les activités et consommations électriques fixes qui se font quand le soleil brille à l'endroit ou elles sont!

Re: Méthanol : come back ?

par Remundo » Hier, 08:37

Et les carburants liquides offrent une autonomie et une vitesse de ravitaillement très supérieures à l'électricité.

Re: Méthanol : come back ?

par GillesH38 » Hier, 08:35

mobar a écrit :
Hier, 06:56
Avec les différences de rendement, les écarts de couts d'immobilisation, les économies sur l'exploitation, l'élimination des déchets ... et les applications qui ne nécessitent pas de stockage ou de conso différée, on peut substituer une grande partie des utilisations des fossiles ou de la biomasse
c'est quoi les applications qui ne nécessitent pas de stockage ou de conso différée ?

Re: Méthanol : come back ?

par mobar » Hier, 06:56

Avec les différences de rendement, les écarts de couts d'immobilisation, les économies sur l'exploitation, l'élimination des déchets ... et les applications qui ne nécessitent pas de stockage ou de conso différée, on peut substituer une grande partie des utilisations des fossiles ou de la biomasse

Re: Méthanol : come back ?

par GillesH38 » Hier, 06:50

sauf que la biomasse se stocke et pas le PV; toujours le même problème ...

Re: Méthanol : come back ?

par mobar » Hier, 06:25

Remundo a écrit :
02 juin 2020, 23:30
Le rendement de la photosynthèse est mauvais, mais on s'en fout, puisque l'énergie solaire est gratuite et gigantesque.
La photosynthèse, n'a pas qu'un rendement minable, elle occupe de l'espace de foncier qui lui coute un bras!
Pour faire de l'énergie de valeur, le photovoltaïque occupe 20 fois moins de surface que la biomasse et produit de l'énergie pure (sans nécessiter d'intrants, ni de travail du sol et ne produit pas de déchet) qui se transforme en mouvement mécanique avec des rendements de plus de 90% alors que le rendement mécanique de la biomasse via un cycle thermique dépasse péniblement les 30%

La photosynthèse c'est parfait pour produire de l'alimentation ou des matériaux et ça devrait rester sur ces créneaux!

Re: Méthanol : come back ?

par Remundo » 02 juin 2020, 23:30

les rendements en H2 pur ne sont déjà pas très fameux.

en passant par le méthanol, ça ne doit pas s'améliorer, sauf qu'on y gagne pour stocker et distribuer le produit (qui est un liquide, facilement incorporable à l'essence), et qu'on peut valoriser le CO2 d'une activité industrielle stationnaire...

Mais voilà, si le but est vraiment de faire du méthanol, je pense qu'une thermolyse de biomasse suivi d'une synthèse avec catalyseur sélectif est plus économique.

Le rendement de la photosynthèse est mauvais, mais on s'en fout, puisque l'énergie solaire est gratuite et gigantesque.

Re: Méthanol : come back ?

par mobar » 02 juin 2020, 22:37

Le CO2, c'est le déchet d'une combustion, il ne vaut rien du tout et çà a même une valeur négative!
Le seul organisme qui peut lui trouver une valeur ce sont les végétaux qui l'utilisent grâce au soleil pour se développer avec un ridicule rendement énergétique qui n'atteint même pas dans la plupart des cas le 1%

Payer pour un truc qui a une valeur négative c'est marcher sur la tête et quand c'est pour transformer un truc super énergétique en un truc qui a une densité d'énergie 4 fois moindre, ça frise la folie furieuse

ça doit être l'époque qui veut ça!

Re: Méthanol : come back ?

par Remundo » 02 juin 2020, 18:59

le méthanol est sans doute plus simple et économique à produire à partir d'un syngas,

selon l'équation CO + 2 H2 -> CH3OH
voir ici pour plus d'infos

Mais ce procédé n'utilise pas du CO2 fatal... cependant le CO2 fatal peut être absorbé par les plantes grâce au Soleil, et à partir de biomasse, on fait le syngas assez facilement par thermolyse.

Le méthanol est vraiment un carburant intéressant, je trouve qu'on n'en parle pas assez.

Re: Méthanol : come back ?

par mobar » 02 juin 2020, 18:34

Essaye voir à t'approvisionner en CO2 de quelques milliers de tonnes par mois, et tu vas voir si tu trouves des blaireaux pour t'approvisionner en te payant!

:-"

Le CO2 de qualité standard utilisé pour doper les cultures en serre agricole, il coute déjà entre 100 et 200 €/t selon la quantité livrée et le mode de stockage

Dans le monde des bisounours du greenwaching, on n'a pas encore de bourse du CO2

Haut