Bateaux électriques

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Bateaux électriques

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 15 nov. 2019, 21:17

Ulstein lance son premier design offshore à pile à combustible

Publié le 15/11/2019 lemarin

Le constructeur et designer naval norvégien Ulstein réputé pour ses navires de soutien à l’offshore pétrolier et gazier mais aussi pour son étrave inversée X Bow a dévoilé son premier design de supply alimenté partiellement à l’hydrogène.

Image

Le designer norvégien assure que son modèle permet déjà de disposer de quatre jours d’autonomie en mode zéro émission, sans préciser toutefois si le navire navigue ou reste uniquement en position stand by. (Illustration : Ulstein)
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... ombustible

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 17 oct. 2019, 20:15

IBM embarque dans la première traversée autonome de l’Atlantique

Publié le 17/10/2019

Le géant américain de l’informatique IBM embarque pour Mars, entendez le Mayflower autonomous research ship, le premier navire à vouloir franchir l’océan Atlantique en mode totalement autonome entre Plymouth, dans le comté anglais Devon, et Plymouth, dans l’État américain du Massachusetts.

Quatre cents ans après l’arrivée en 1620 des premiers colons anglais sur le sol américain à bord du Mayflower, cette traversée sans marin d’un catamaran fonctionnant avec une voile rigide et des panneaux solaires est un projet associant l’ONG britannique Promare, l’université anglaise de Plymouth et son homologue de Birmingham.

Les travaux de construction de ce navire de 15 mètres pesant 5 tonnes ont commencé à Gdansk dans le chantier polonais Aluship qui doit le livrer au printemps. IBM et le centre de recherches sur l’intelligence artificielle de l’université de Birmingham sont chargés d’automatiser le navire afin qu’il analyse lui-même sa route en évitant les dangers lors de cette traversée de 12 jours.

Ce néo-Mayflower sera chargé de recueillir une multitude de données lors de ce périple, non seulement sur son propre fonctionnement mais aussi sur l’environnement marin. Il collectera ainsi des échantillons d’eau de mer qui permettront à l’université de Plymouth d’enrichir ses connaissances sur la présence de microplastiques dans l’Atlantique.

Image
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... utonome-de

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 16 oct. 2019, 17:59

Appel à la vigilance sur les batteries après une explosion en Norvège

Publié le 16/10/2019

L’administration maritime norvégienne et le fabricant de batteries Corvus energy ont publié chacun une note d’avertissement destinés aux propriétaires de navires équipés de batteries à la suite de l’explosion survenue à bord du ferry côtier norvégien Ytteröyningen le vendredi 11 octobre.
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... plosion-en

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 21 août 2019, 18:00

Ulstein livre le ferry hybride « Color Hybrid »

Publié le 20/08/2019

Le chantier norvégien Ulstein Verft a livré début août le ferry hybride Color Hybrid à l’opérateur norvégien de ferry Color Line. Il est considéré à ce stade comme le plus grand ferry de ce type entrant en service.

Mesurant 160 m de long et 27,1 m de largeur, le navire, dont la commande avait été confirmée en février 2017, a une capacité de 2 000 passagers et 500 voitures. Il entrera en service entre Sandefjord et Strømstad.

C’est un hybride rechargeable dont le bloc de batteries de cinq MWh et 65 tonnes, fourni par Siemens, est chargé via un câble d’alimentation sur le quai de Sandefjord. Le système de rechargement par plug-in a été fourni par la société française NG3 qui l’a équipé de deux interfaces : une qui peut être utilisée à quai la nuit pour une charge lente, tandis que l’autre permet la charge rapide pendant l’escale de seulement une heure en journée.

Le navire entrera et sortira du fjord de Sandefjord uniquement sur sa puissance électrique, sans émission polluante : sa capacité de navigation sur ses seules batteries est de 12 milles.

Une fois en mer, les batteries seront rechargées par les génératrices diesel. Et ses quatre moteurs diesel ont été fournis par Rolls-Royce.

Le Color Hybrid dispose également d'un grand réservoir de chauffage d'une capacité de 5 MGWh, qui utilise la chaleur perdue provenant du cycle d'eau de refroidissement du moteur et des gaz d'échappement pour le chauffage à bord.

Son design a été réalisé par les chantiers norvégiens Fosen.

Image
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... lor-hybrid

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 21 août 2019, 08:36

Le Danemark inaugure le plus gros ferry électrique du monde

Audrey Duperron 20 août 2019

Au Danemark, le plus grand ferry électrique du monde, Ellen, a réalisé son premier voyage commercial jeudi dernier. Le navire, qui effectuera les traversées entre les ports de Fynshav et Søby, dans le sud du pays, a une capacité de 4,3 mégawattheures. Celle-ci lui permet de parcourir une distance de quarante kilomètres avec une batterie complètement chargée. Le navire peut transporter deux cents passagers et trente voitures.

Selon la société suisse Leclanché, constructeur de batteries du nouveau ferry, Ellen permettra d’éviter une émission annuelle de deux mille tonnes de dioxyde de carbone et de 1,4 tonne de dioxyde de soufre.

À partir de septembre, l’Ellen effectuera 5 à 7 rotations quotidiennes entre Fynshav et Søby. Une traversée dure environ soixante-dix minutes. Danfoss Editron, la société danoise qui a construit les moteurs du ferry, souligne que le rayon d’action d’Ellen est sept fois plus important que celui attendu par ses concepteurs.

« L’Ellen montre que des itinéraires régionaux plus longs pourraient être assurés exclusivement avec des navires électriques », a déclaré Ole Wey Petersen, maire de l’île d’Ærø, sur laquelle se trouve le port de Søby. Le ferry navigue de Søby à Fynshav, un port de la péninsule d’Als. Lui-même espère que le ferry électrique devienne une attraction touristique.

L’Ellen mesure soixante mètres de long et treize mètres de large. Le navire est équipé d’un pont en aluminium, qui lui assure une plus grande légèreté par rapport à une construction en acier. Ce détail lui permet d’économiser encore plus d’énergie et de développer en conséquence son rayon d’action. Le mobilier de bord a également été conçu en papier recyclé.

Le transport maritime se prépare pleinement aux nouvelles normes d’émissions de soufre de l’Organisation maritime internationale (OMI) qui entreront en vigueur l’année prochaine. Selon les experts, l’absence d’émission de soufre de navires tels que l’Ellen plaide en faveur de leur prochaine généralisation.

L’Ellen est aussi une parfaite illustration des efforts qui sont entrepris au Danemark dan le cadre des ambitieux plans climatologiques nationaux. Le nouveau gouvernement socialiste, arrivé au pouvoir en juin, a promis de réduire ses émissions de 70 % d’ici la fin de la prochaine décennie
https://fr.express.live/ellen-plus-gros ... -danemark/

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 17 juin 2019, 21:14

Un premier bac tout électrique pour le réseau suédois

Publié le 17/06/2019 lemarinfr

Le chantier estonien Baltic workboats a livré à l’administration suédoise en charge du réseau de bacs publics (Vägverket Färjerederiet) son premier grand navire entièrement électrique.

Image
Le « Tellus » est le premier bac tout électrique de Suède et le plus grand parmi les 68 bacs jaunes du réseau national. (Photo : DR)
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... au-suedois

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 27 mai 2019, 19:50

Environnement : le transport maritime surfe sur la vague de l’hydrogène

Barnabé Binctin| 27 mai 2019, Leparisien.fr

En cette matinée printanière, dans le port d’Amsterdam, « Energy Observer » vogue sans émettre ni particules fines ni gaz à effet de serre. Doté d’un moteur électrique, ce bateau, inventé en France, est le premier navire à hydrogène parti autour du monde. Entamé en avril 2017, son périple en 101 escales doit durer six ans, et passer par 50 pays. Le capitaine, Victorien Erussard, 39 ans, ancien navigateur professionnel, en a eu l’idée lors de la Transat Jacques Vabre, en 2013. « J’étais victime d’un bug de mon diesel, je voyais toutes les énergies autour de moi qu’on ne savait pas exploiter », se souvient-il.

S’il est une ressource abondante en mer, c’est bien l’eau. Pompée, désalinisée, elle est utilisée pour produire de l’hydrogène, ensuite stocké et transformé en électricité grâce à une pile à combustible. Une énergie propre, sans émission de dioxyde de carbone et quasi infinie. Le reste du temps, les 165 m2 de panneaux solaires installés sur la nacelle centrale assurent la production d’énergie.

En guise de voiles, des ailes captant l’énergie du vent

Image

Depuis le 19 avril 2019, le catamaran est équipé, en sus, d’Oceanwings, des voiles compactes rotatives, automatisées et abaissables, qui captent mieux l’énergie du vent. Ces « ailes » augmentent la vitesse du navire, tout en divisant sa consommation énergétique. Voguant à 7 noeuds, Jean-Baptiste Sanchez, deuxième capitaine, s’extasie du rendement devant le tableau de bord informatique. « À une telle vitesse, on devrait consommer 30 kilowattheures, et on en est seulement à 12 ! » s’exclame-t-il. Une première mondiale pour ce système de propulsion conçu par le cabinet français d’architecture navale VPLP Design. « Ces ailes représentent une véritable rupture technologique, estime Victorien Erussard. Associées à l’hydrogène, elles constituent le combo gagnant pour un transport maritime propre. » Depuis ce test réussi, l’équipage vogue vers la mer Baltique, au large de la Suède.

Ce marin innovant n’est pas seul à croire au potentiel de l’hydrogène pour remplacer le fuel polluant des bateaux à moteur. Avec un peu plus de 2,5 % des émissions mondiales de CO2, le transport maritime doit revoir son modèle énergétique. « Plus on veut réduire ses émissions, plus on doit l’électrifier, et plus il est difficile de se passer de l’hydrogène, considère Pierre-Etienne Franc, vice-président de la branche hydrogène à Air Liquide. Par rapport à une batterie classique, l’hydrogène est bien plus intéressant en rapport densité/poids/volume », insiste-t-il.

Plusieurs initiatives concrètes ont déjà été lancées. La start-up cannoise Hyseas Energy travaille sur une pile à combustible adaptée pour une application maritime et fluviale. Objectif, alimenter en hydrogène une navette de 200 passagers dans le port de Toulon dès 2021, avec dix heures d’autonomie. Le projet Hynovar, lancé dans le Var par Hyseas et différents partenaires (dont le fournisseur d’électricité et de gaz Engie, en avril 2018), prévoit la mise en place d’une station hydrogène d’avitaillement avec électrolyseur. À Nantes, la première navette fluviale à propulsion hydrogène, le « Jules Verne 2 », doit assurer chaque jour la traversée de l’Erdre à partir du mois prochain.

Un paquebot d’ici à 2025

À ce jour, les applications se concentrent sur les petites flottes de navires de plaisance ou de ferrys engagés sur de courtes traversées. Pour les paquebots ou les porte-conteneurs, les besoins de consommation demeurent trop importants. La compagnie de croisière Viking Cruises prépare néanmoins, à l’horizon 2025, un modèle à l’hydrogène liquéfié qui transporterait 900 personnes. « Pour les plus gros bateaux, les développements ne seront pas opérationnels avant la fin de la décennie 2020 », juge Pierre- Etienne Franc, également cosecrétaire de l’Hydrogen Council, une structure réunissant les industriels de l’hydrogène. Mais le secteur maritime a désormais clairement identifié l’hydrogène comme l’une des solutions les plus intéressantes à terme.
http://www.leparisien.fr/societe/enviro ... D-32280599

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 15 janv. 2019, 21:11

Le gouvernement norvégien a retenu l’offre commune de l’opérateur de ferries Norled associé au cabinet d’architecture navale LMG Marin pour exploiter à compter de 2021 le premier ferry côtier utilisant des batteries et une pile à combustible alimenté à l’hydrogène.


Image

Le futur ferry tout électrique associant batteries et hydrogène épousera les mêmes dimensions et capacités que l’actuel « Hjelmeland », mais avec un espace pour passagers localisé sous le pont-garage. (Photo : Norled)
https://www.lemarin.fr/secteurs-activit ... -norvegien

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 03 janv. 2019, 21:30

Le ferry tout électrique le plus puissant au monde est danois

Publié le 03/01/2019 lemarin.fr

4,3 MWh de batteries installées pour quatre moteurs électriques totalisant 2 MW de puissance, c’est le nouveau record mondial atteint au Danemark pour un navire à propulsion tout électrique.

Image

Encore sur ses tins dans son chantier au Danemark, le ferry « Ellen » doit entrer en service en mars. (Photo : DR)
https://www.lemarin.fr/secteurs-activit ... est-danois

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 28 nov. 2018, 13:02

GRDF associé au projet de bateau hybride biogaz-électricité Green Deliriver

22/11/2018  Michael TORREGROSSA

Officialisé à l’occasion du Salon des Maires à Paris, l’accord conclu entre GRDF et Segula Technologies vise à accélérer la mise en place d’un premier bateau pilote à l’horizon 2020.

Image

Avec sept autres partenaires, GRDF a officialisé à l’occasion du Salon des Maires un partenariat avec Segula Technologies dans le cadre de « Green Deliriver », un projet de navette fluviale écologique animée par un système hybride associant motorisation électrique et gaz naturel.

Logistique fluviale
Alors que l’explosion du e-commerce et de la livraison du dernier kilomètre accélèrent la congestion des réseaux routiers, les équipes de Segula Technologies ont imaginé un concept de logistique urbaine exploitant le réseau fluvial.

Objectif : transporter des marchandises depuis la périphérie urbaine jusqu’au coeur de Paris en passant par la Seine. Le tout basé sur un concept de « reverse logistic », l’idée étant de permettre à la navette d’évacuer des déchets urbains vers des centres de traitement et de valorisation lors du trajet retour.

Biogaz-électricité
Si ses caractéristiques détaillées n’ont pas encore été communiquées, la navette de Segula Technologies reposera sur un système de propulsion hybride biogaz/électrique. Si le GNL est très utilisé dans le domaine maritime, c’est ici de GNC (Gaz Naturel Comprimé) dont il est question.

L’idée est de pouvoir ravitailler le navire grâce à des stations GNC positionnées le long de l’axe fluvial et alimentées grâce au réseau de GRDF. Parmi ces stations pourrait figurer celle du projet « Réinventer la Seine » qui prévoit l’ouverture d’une station multi-énergie sur le site du parking du Pont de Grenelle, au cœur de Paris.

« Engagé dans la transition énergétique, GRDF a l'ambition de soutenir la dynamique de développement de la filière GNV et bioGNV car elle constitue l'une des meilleures réponses aux défis de la mobilité de demain et permet d’améliorer rapidement la qualité de l’air. Le GNV et le bioGNV offrent aux collectivités et aux entreprises une solution pour atteindre l’objectif de 10% d’énergies renouvelables dans les transports d’ici à 2020 fixé par la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte en contribuant à l'ancrage d'une économie circulaire au coeur des territoires » souligne Edouard SAUVAGE, Directeur Général de GRDF.

Associant Segula Technologies, GRDF, le Chantier Naval de la Seine et Oise, GPS&O, HAROPA Ports de Paris, Saint-Gobain Distribution Bâtiment France, Syctom, TOTAL et VNF, ce consortium réunit l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur et vise à mettre à l’eau un premier démonstrateur à l’horizon 2020.
https://www.gaz-mobilite.fr/actus/grdf- ... -2128.html

Image

https://www.voxlog.fr/actualite/3307/un ... -deliriver

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 12 nov. 2018, 21:32

:smt038 Belle réalisation ! Vive le Drakkar electrique.
Scandlines inaugure ses deux ferries convertis en batteries

Publié le 12/11/2018

La compagnie danoise de ferries Scandlines a inauguré son nouveau service maritime tout électrique sur la ligne courte de 20 minutes reliant le Danemark et la Suède, entre Elseneur et Hälsingborg.

Deux des cinq ferries déployés sur cette route extrêmement fréquentée, avec plus de 7 millions de passagers par an, ont été convertis pour fonctionner uniquement sur batteries. D’une capacité de 1 250 passagers et 540 voitures, les Tycho Brahe et Aurora ont reçu chacun 640 batteries équivalant à 4,16 Mwh, la plus forte puissance de batteries installée à ce jour à bord de navires de commerce.

La recharge des batteries s’effectuent à chaque touchée à l’aide d’un bras automatique à guidage laser. Le tout en cinq minutes, pour rester dans les temps des escales commerciales.

12 millions de fonds européens

L’aboutissement d’un projet de 3 ans qui aura nécessité un investissement global de 30 millions d’euros, dont 12 millions de fonds européens.

Scandlines a déjà deux autres gros ferries alimentés en batteries en complément de leurs moteurs thermiques. Livrés en 2016 pour la ligne Gedser-Rostock (1h45), entre Danemark et Allemagne, les Berlin et Copenhagen disposent d’une capacité de 2,7 Mwh de batteries en plus des 22,5 MW apportés par les moteurs diesel.

Image
L’« Aurora » effectue la totalité de ses traversées de 20 minutes uniquement sur batteries. (Photo : Scandlines/HH Ferries)

Image
640 batteries représentant un poids de 60 tonnes pour 4,16 Mwh de puissance ont été installées à bord. (Photo : Scandlines/HH Ferries)
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... -batteries

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 21 août 2018, 20:56

Rolls-Royce se lance dans la production de batteries électriques pour bateaux

Nicolas Robertson Usine Nouvelle le 21/08/2018

Le constructeur britannique Rolls-Royce a annoncé sur son site, lundi 20 août, le lancement d’une batterie électrique lithium-ion pour les navires. C’est une première pour l’entreprise qui commercialisait déjà des batteries depuis 2010 mais produites par un partenaire extérieur.


SAVe Energy. Voici le nouveau nom de la batterie lithium ion pour bateaux produite et commercialisée par Rolls-Royce. L’entreprise sur son site met en avant "un système complètement propre, sûr et économique".

Le projet a été en partie financé par le programme ENERGIX du Conseil norvégien de la recherche. De plus Rolls-Royce a développé la batterie avec trois compagnies maritimes norvégiennes, Color Line, Norled et Norwegian Coastal Administration Shipping Company, afin de garantir la fiabilité et l’adaptabilité des batteries aux différents types de navires.

Le constructeur affirme ainsi dans son annonce que ses batteries sont compatibles avec les ferries, les navires de croisière et les navires polyvalents. En continuité avec les partenariats cités précédemment la SAVe Energy est produite dans le site de l’entreprise à Bergen en Norvège.

La société britannique commercialisait déjà des batteries pour les navires depuis 2010 mais ces dernières étaient produites par un prestataire extérieur.

D'après Andreas Seth, un représentant de l'entreprise, les modèles de batteries vendus depuis 2010 représentent un volume de "15 MWh au total" tandis que les prévisions de vente pour les modèles SAVe Energy se situeront selon lui entre "10 et 18 MWh" en 2019.

Il ressort du communiqué de Rolls-Royce que SAVe Energy semble être un système de stockage d'énergie prévu essentiellement pour être utilisé dans une configuration hybride. C'est-à-dire combiné à un autre moyen de propulsion au diesel ou au GNL (Gaz Naturel Liquéfié).

Sans effacer complètement les émissions de CO2, une solution hybride permettrait de les réduire significativement.

Rolls-Royce n’est pas le premier constructeur à avoir engagé des mesures concrètes pour développer des systèmes de propulsions propres. En 2015, l’entreprise Siemens, en collaboration avec Fjellstrand, un chantier naval norvégien et la compagnie maritime Norled, avait développé la technologie du premier ferry-boat à propulsion électrique au monde. Le navire ne produit aucune émission.

Le ferry, d'une longueur de 80 mètres, est entraîné par deux moteurs électriques d'une puissance de 450 kilowatts chacun. Les deux sont alimentés par des batteries au lithium-ion. Elles ont une capacité combinée de 1 000 kWh.

Le secteur maritime tourné vers une transition écologique


Rolls-Royce précise que les nouvelles batteries moderniseront "des ferries de croisière de Hurtigruten et des navires de pêche commandés par Prestfjord". L’entreprise souligne que SAVe Energy a été récemment approuvée par DNV GL, une société de classification et d’accréditation dont le siège social se trouve aussi en Norvège à Hovik.

Cette nouvelle production apparaît alors que le secteur maritime, en avril 2018, s'est engagé à réduire ses émissions de CO2. Les 173 pays membres de l’organisation maritime internationale (OMI) avaient signé à Londres un accord les poussant à réduire de 50% leurs émissions de CO2 en 2050.

Pour rappel, le transport maritime contribue entre 2,2 et 3% des émissions de CO2 de la planète. Il serait responsable de la mort prématurée de 60 000 personnes en Europe et coûterait 58 milliards d’euros aux services de santé du vieux continent d’après l’Université de Rostock et le centre de recherche Helmholzzentrum Munich.
https://www.usinenouvelle.com/article/r ... ux.N731724

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 06 juil. 2018, 18:35

Damen va construire cinq navettes électriques pour Copenhague

Publié le 06/07/2018

Les navettes maritimes naviguant dans le centre de la capitale danoise seront désormais totalement électriques.
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... iques-pour

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 05 juil. 2018, 07:01

Toyota Europe est partenaire du projet du bateau Energy Observer
https://www.caradisiac.com/un-bateau-a- ... 169495.htm

Re: Bateaux électriques

par energy_isere » 02 juin 2018, 12:52

Mise à l'eau du premier bateau fluvial électrique en Alsace

Saverne (France) 1 juin 2018

Le premier bateau fluvial de France propulsé à l'électricité a commencé sa navigation vendredi sur le canal de la Marne au Rhin en Alsace, a constaté un journaliste de l'AFP.

Inaugurée à Saverne (Bas-Rhin), l'embarcation de plaisance, de dimension classique (13,5 m de long) et habitable (trois cabines pour un total de six personnes), a été construite par le français Nicols.

Elle circulera sur 120 km dans le Bas-Rhin et en Moselle, sur les deux canaux de la Marne au Rhin et de la Sarre, grâce à l'installation de dix bornes de recharge, a exposé Guy Rouas, directeur régional de Voies navigables de France (VNF).

Ce réseau, qui permet la recharge en deux heures, a été volontairement surdimensionné pour ne risquer aucune mauvaise surprise pour les plaisanciers, a précisé M. Rouas.

L'autonomie du bateau est en réalité supérieure, atteignant "6 à 8 heures", correspondant à 40 km parcourus, a exposé à l'AFP Alain Mousset, directeur général de Nicols.

Ce lancement est une première en France, et "probablement" en Europe sur une telle distance, a estimé Thierry Guimbaud, directeur général de VNF.

Selon M. Guimbaud, le développement d'une flotte plus large peut être "envisagé" à partir de 2020, VNF se donnant deux ans pour vérifier le bon fonctionnement technique et la viabilité économique, à travers cette "expérimentation" qui inclura un second bateau l'an prochain.

La première péniche 100% électrique a requis des investissements spécifiques, de 400.000 euros, de VNF pour installer les bornes et les raccorder au réseau, et de "plus de 50.000 euros" de Nicols pour les batteries et divers aménagements, ont souligné MM. Rouas et Mousset.

Il en résulte un surcoût du prix de location, dans le cas présent de 15% mais qui ne couvre pas tous les frais, "dont il s'agit de voir si les clients seront prêts" à le payer, a souligné M. Mousset.

Toutefois, l'écart pourrait diminuer avec le développement des batteries et la propulsion électrique qui génère moins de frais de maintenance, sans compter les avantages du "zéro émission" de C02 et du moindre bruit, a argumenté M. Mousset.

Nicols, également loueur du bateau, vise en priorité la clientèle d'Europe du Nord, d'Allemagne et de Suisse, réputée particulièrement sensible aux questions d'écologie, a précisé son dirigeant.
https://www.romandie.com/news/Mise-l-ea ... 923613.rom

Haut