Niger

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Niger

Re: Niger

par energy_isere » 11 juil. 2020, 10:00

Niger : le gouvernement adopte une politique minière 2020-2029 pour une meilleure exploitation de ce secteur

Agence Ecofin 6 juillet 2020

Au Niger, l’exécutif a adopté un plan décennal (2020-2029) pour diversifier l’industrie minière, jusque-là outrancièrement dominée par l’uranium. L’objectif est d’augmenter la contribution des mines au PIB local.

Le gouvernement a adopté en Conseil des ministres la Politique minière du Niger pour une période de 10 ans (2020-2029). A travers cette politique, l’Etat veut permettre à l’industrie minière de prendre sa place parmi les secteurs à même de générer des ressources pour financer le développement économique et social du pays.

Aussi, cette disposition vise à diversifier la production minière actuellement dominée par l’industrie uranifère. Car, selon le gouvernement, ce secteur qui est caractérisé par l’exploitation industrielle de l’uranium depuis 1968, du charbon depuis 1980 et de l’or depuis 2004, a toujours été dominé par l’industrie uranifère.

« Cette domination persiste bien que le Niger ait opté pour une diversification de sa production minière, qui s’est traduite par l’élaboration du plan directeur de la recherche géologique et minière en 1992 et l’adoption d’une déclaration de politique minière en 2001, assortie d’une stratégie de développement minier ».

Et l’analyse diagnostique de ce secteur réalisée en 2019 pour résoudre cette situation a abouti à la mise en place de cette politique minière, dont l’absence constituait selon le gouvernement la principale faiblesse de ce secteur.
https://www.agenceecofin.com/gestion-pu ... ce-secteur

Re: Niger

par energy_isere » 06 juin 2020, 09:46

Energies renouvelables : des investisseurs pakistanais veulent produire 1000 mégawatts d’électricité au Niger

Agence Ecofin 4 juin 2020

Des investissements pakistanais pour produire jusqu’à 1000 MW d’énergie solaire et éolienne au Niger. L’information émane du chargé d’affaires de l'ambassade du Pakistan dans le pays. Une bonne nouvelle pour le Niger, dont le taux d’accès des ménages à l’électricité n’était que de 14 % en 2019.

Des investisseurs pakistanais sont intéressés par le secteur de l’énergie électrique au Niger, en particulier le solaire et l’éolienne, d’après le chargé d'affaires de l'ambassade de la République islamique du Pakistan au Niger, Ahmed Ali Sirohey, au sortir d’une audience avec le Premier ministre Brigi Rafini le 2 juin 2020.

A en croire le diplomate pakistanais, ces investisseurs sont prêts à venir au Niger pour produire 500 à 1000 mégawatts d’énergie renouvelable. Ce qui permettra de booster le secteur et de réduire fortement le déficit en énergie du Niger qui peine actuellement à satisfaire la demande locale malgré les potentialités qui ne sont plus à démontrer dans ce domaine.

Le taux d’accès des ménages à l’énergie électrique se situe à 14% en 2019 selon des chiffres communiqués par la présidence de la République. Ce qui demeure très faible.

Des investissements dans ce secteur pourront donc permettre au pays de réduire sa dépendance à l’égard du Nigeria et réaliser son ambition qui est d’exporter l’énergie électrique à moyen et long termes.
https://www.agenceecofin.com/investisse ... e-au-niger

Re: Niger

par energy_isere » 02 mai 2020, 14:44

Niger : les réserves de brut augmentent à 953 millions de barils, selon le président Issoufou

Agence Ecofin 29 avril 2020

Ces dernières années, le Niger a attribué plusieurs permis de recherche et des autorisations exclusives d'exploitation minière. Ce qui a permis une amélioration significative des réserves de pétrole et de gaz naturel.

« D’importantes études géologiques et géophysiques ont été réalisées, portant ainsi les réserves récupérables de pétrole à 953 millions de barils et les réserves en gaz naturel à plus de 24 milliards de m3 », a récemment indiqué le président de la République Issoufou Mahamadou.

Et au vu de l'importance de ces réserves, le Niger a décidé d'exporter son pétrole afin que ce secteur contribue de manière significative au développement économique du pays. C'est la raison pour laquelle le projet de développement du bloc d'Agadem ainsi que celui de la construction du pipeline Niger-Bénin, long d’environ 2 000 km, ont été mis en place.

L’infrastructure pipelinière, dont les travaux ont été lancés en septembre 2019, va aussi permettre de multiplier la production pétrolière journalière du Niger par 5.
https://www.agenceecofin.com/production ... t-issoufou

Re: Niger

par energy_isere » 15 mars 2020, 11:17

Discussions entre Orano et le ministère des mines du Niger.
Orano sees 10 more years for Niger uranium project

13 March 2020
https://www.world-nuclear-news.org/Arti ... ,-says-Ora

Re: Niger

par energy_isere » 17 févr. 2020, 22:19

En plein boum minier et pétrolier, le Niger réintègre l'ITIE

Publié le : 17/02/2020 RFI

En fin de semaine dernière, le Niger a réintégré l'ITIE, l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives, après dix ans d'absence. Niamey a donné des gages en particulier sur la participation de la société civile.

En fin de semaine dernière, le Niger a réintégré l'ITIE, l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives, après dix ans d'absence. Niamey a donné des gages en particulier sur la participation de la société civile.

Une « plateforme de la société civile permettant à tous les citoyens d'avoir une visibilité sur les revenus des activités extractives ». C'est, juge le directeur Afrique de l'ITIE Bady Baldé, interrogé par RFI, « le changement majeur » qui a permis le retour du Niger dans l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives. Il y a trois ans le Niger s'était retiré de l'ITIE après en avoir été suspendu. La population nigérienne n'avait pas été jugée en mesure de comparer les revenus déclarés par le gouvernement avec ceux versés par les sociétés minières. Les rapports du Niger comportaient aussi des erreurs.

Rassurer les investisseurs et diversifier le secteur minier

Désormais la Société du patrimoine des mines du Niger (SOPAMIN), qui gère les participations de l'État dans le secteur, se forme au Sénégal. En particulier sur la « propriété réelle », explique-t-elle, afin de de mieux détecter les sociétés écrans et donc les fraudes.

Ce retour du Niger dans l'ITIE intervient alors que le pays sahélien est en plein boum minier. L'an dernier, le gouvernement nigérien a octroyé de nombreux permis de recherche, il a investi dans la cartographie géologique et la prospection.

Le départ d'Orano, ex-Areva, se profile

Le retour dans l'ITIE « va avoir un effet très positif auprès des investisseurs et des bailleurs de fonds », estime Ludovic Bernet, avocat au barreau de Paris et collaborateur senior du cabinet Fieldfischer LLP (Africa Group), alors que le Niger, qui produisait avant tout de l'uranium et de l'or « cherche à diversifier son secteur minier, notamment dans le fer », et alors que se profile « le retrait d'opérateurs importants et historiques comme Orano, ex-Areva ».

Contexte sécuritaire et électoral

Pour autant cette démarche volontaire du Niger ne garantit pas la transparence à ce stade. « Le pays est encore 120ème sur 180 dans le classement de Transparency international sur la corruption, souligne Pierre-Samuel Guedj, président d'Affectio Mutandi, une société de conseil juridique et réputationnel dans le secteur minier. La situation sécuritaire est très compliquée, on sera en période électorale au second semestre. L'administration, les politiques et les médias seront focalisés sur autre chose, à moins que cette réintégration ne devienne un argument électoral. »

Pas de lien entre l'ITIE et les objectifs de développement durable

Plus largement, l'ITIE n'a pas encore démontré en quoi elle contribuait à lutter contre la faim, à faciliter l'accès des populations à l'eau, à l'énergie ou à la parité homme/femme. « Des objectifs de développement durable qu'il serait bon, juge Pierre-Samuel Guedj, d'intégrer dans l'initiative. »
http://www.rfi.fr/fr/podcasts/20200217- ... A9gre-itie

Re: Niger

par energy_isere » 01 févr. 2020, 11:58

Niger : Global Atomic veut réduire le capital nécessaire à l’exploitation de l’uranium de Dasa

Image

Agence Ecofin 31 janv 2020

La compagnie canadienne Global Atomic, active dans l’exploration uranifère au Niger, a entamé une étude d’optimisation pour son projet Dasa. Elle veut revoir l’évaluation économique préliminaire (PEA) réalisée en 2018 afin de développer le projet pour un coût en capital réduit.

« Le type de mine que nous prévoyons produira une quantité significative d’uranium avec de faibles dépenses d’investissement et d’exploitation », a commenté Stephen Roman, PDG de la compagnie.

Le cours de l’uranium et la faible demande sont les raisons évoquées par Global Atomic pour justifier ce changement de plan. La PEA de 2018 prévoyait en effet un investissement de 230 millions $ pour produire de l’uranium à un coût global de 28,51 $ la livre. Mais le prix actuel de l’uranium est de 24,60 $ la livre, rendant un tel projet non viable.

La PEA optimisée sera achevée fin mars au plus tard et servira de base à la demande de permis d’exploitation minière que soumettra la compagnie au gouvernement nigérien en fin d’année.

Pour rappel, Global Atomic possède 6 permis d’exploration d’uranium au Niger couvrant une superficie totale de 729,8 km².
https://www.agenceecofin.com/uranium/31 ... um-de-dasa

Re: Niger

par energy_isere » 25 janv. 2020, 21:24

Niger : WAPCo reçoit une autorisation de transport intérieur pour la réalisation du pipeline Niger-Bénin

Agence Ecofin 20 janv 2020

Le gouvernement nigérien a signé un projet de décret portant attribution de l’Autorisation de transport intérieur et déclarant d’utilité publique le projet de construction du système de transport des hydrocarbures par canalisation Niger-Bénin.

L’Autorisation de transport intérieur est ainsi donnée à la société chinoise WAPCo (West african pipeline company), suite à sa demande, et conformément aux dispositions du Code pétrolier, pour lui permettre de réaliser ces travaux.

Par ailleurs, la déclaration d’utilité publique du système de transport permettra d’engager la procédure d’expropriation au profit de l’Etat de toutes les propriétés immobilières qui seraient impactées par les travaux de canalisation.

Filiale de la China National Oil and Gas Exploration and Development Company Ltd. (CNODC), WAPCo-Niger est la société en charge de la construction, l’exploitation, l’entretien et la gestion du pipeline Niger-Bénin. Long d’environ 2000 km, ce pipeline va permettre l’exportation du pétrole brut du Niger vers le terminal du port de Sèmè au Bénin.
https://www.agenceecofin.com/transport/ ... iger-benin

Re: Niger

par energy_isere » 25 janv. 2020, 11:42

Suite de ce post du 14 sept 2019 viewtopic.php?p=2287784#p2287784
Barrage de Kandadji au Niger : « Nous allons continuer à financer notre part du projet » (Banque mondiale)

Image

Agence Ecofin 21 janv 2020

Au cours de la visite de trois jours (du 15 au 17 janvier 2020) qu’il a effectuée en terre nigérienne, le vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique, Hafez Ghanem, a fait une descente sur le site du barrage de Kandadji. Ici, il a pu constater que les « travaux ont commencé à aller à grands pas et avancent correctement en dépit du retard enregistré », a-t-il affirmé.

Hafez Ghanem a réitéré l’engagement de la Banque mondiale à continuer à accompagner ce projet. «Nous sommes l’un des partenaires importants du gouvernement du Niger, dans le cadre de la réalisation du projet Kandadji. Nous allons continuer à financer notre part du projet », a-t-il affirmé.

Un engagement pris par l’institution de Bretton woods au vu de l’importance de ce barrage pour les populations nigériennes. « Kandadji est un projet important dans la mesure où il va notamment permettre d’aider le Niger à lutter contre les crises naturelles et l'insécurité alimentaire, en augmentant notamment la production alimentaire, l’accès à l’eau potable, l’électricité et la création d’emplois », a-t-il souligné.

Estimés à 740 milliards FCFA, les travaux du barrage de Kandadji sont financés par plusieurs partenaires parmi lesquels la BAD, la Banque islamique de développement et la Banque mondiale.

Ce chantier a été relancé, le 26 mars 2019. Il est réalisé par l’entreprise China Gezhouba group company Ltd (CGGC) pour un délai contractuel de 58 mois.
https://www.agenceecofin.com/hydroelect ... e-mondiale

Re: Niger

par energy_isere » 18 janv. 2020, 18:42

Niger : un consortium d’entreprises dont le français Vergnet remporte le marché de la centrale hybride d’Agadez

Agence Ecofin 17 janv 2020

Le marché portant sur la réalisation de la centrale hybride solaire/diesel d'Agadez a été attribué à un groupement d’entreprises composé du français Vergnet, Sterling et Wilson, et SNS, a appris Niamey et les 2 jours.

Le consortium a décroché ce marché face à six concurrents français et internationaux, apprend-on.

Financé par l’Agence française de développement (AFD) et l’Union européenne à hauteur de 32 millions d’euros (environ 20,9 milliards FCFA), « ce projet est constitué de 18,9 MWc solaires, 10 MWh de stockage et 3 x 2,6 MW de groupes diesel », explique le groupe Vergnet dans un communiqué.

Ce projet « comporte également deux ans de maintenance, service après-vente ainsi que la formation du personnel de Nigelec (Société nigérienne d'électricité)», poursuit Vergnet qui précise que le contrat définitif avec la Nigelec sera négocié dans les prochaines semaines.

Le projet de construction de la centrale hybride d’Agadez selon l’AFD, vise à créer une capacité de production d’énergie électrique supplémentaire afin de permettre le développement économique et social de la ville d’Agadez, principalement en améliorant et en sécurisant l’approvisionnement électrique à moindre coût.

Fondé en 1989, le groupe Vergnet est spécialisé dans la production des énergies renouvelables.
https://www.agenceecofin.com/solaire/17 ... e-d-agadez

Re: Niger

par energy_isere » 26 oct. 2019, 10:23

Niger : la Cominak, filiale du français Orano, va cesser ses activités de production d’uranium, le 31 mars 2021

Agence Ecofin. 25 oct 2019

Le conseil d’administration de la Compagnie minière d’Akouta (Cominak) a fixé la date d’arrêt de la production d’uranium sur ce site situé à Arlit au 31 mars 2021, apprend-on dans un communiqué rendu public, au terme d’une séance extraordinaire du conseil d’administration, tenue le 23 octobre.

Cette décision est consécutive à la grande crise qui secoue depuis quelque temps déjà la Cominak, l’une des deux filiales de la société française Orano au Niger. En effet, « l’épuisement de ses réserves ne permet plus la poursuite des activités opérationnelles. Faisant face à des coûts d’exploitation très élevés et à la forte baisse des prix de l’uranium, la Cominak est déficitaire depuis 2017, malgré la mise en œuvre de plans d’économies », apprend-on. Et comme l’expliquait récemment le ministre des Mines, Moussa Hassane Barazé, le prix spot de l'uranium tourne autour de 35 000 à 36 000 FCFA alors que les coûts de production de la Cominak tournent autour de 49 000 à 50 000 FCFA.

Ces difficultés ont d’ailleurs amené le gouvernement du Niger à multiplier des initiatives visant à repousser les délais de cessation des activités de la Cominak, avait affirmé le membre du gouvernement.

Suite à cette décision du conseil d’administration, « un plan d’accompagnement revu avec les partenaires sociaux sera mis en place pour chaque salarié, incluant des mesures complémentaires au dispositif légal et notamment des propositions de reclassement dans d’autres entreprises », précise le communiqué. Sont également prévus : un projet de réaménagement de la mine, le démantèlement des installations, la gestion des verses et des bassins, ainsi que la surveillance environnementale, conformément à la réglementation nigérienne et aux recommandations internationales.

La Cominak est une des filiales de la société française Orano (ex-Areva), qui exploite depuis 1978 les gisements d’Akouta, Akola et Ebba situés à Arlit au Niger. Son actionnariat est notamment constitué d’Orano (France, 34 %), Sopamin (Niger, 31 %), Ourd (Japon, 25 %) et ENUSA (Espagne, 10 %).
https://www.agenceecofin.com/mines/2510 ... -mars-2021

Re: Niger

par energy_isere » 12 oct. 2019, 13:42

Niger : le marocain ONEE et la BID s’activent pour accroître l’accès à l’électricité en milieu rural

Agence Ecofin. 10 Oct 2019

L’Agence nigérienne de promotion de l’électrification en milieu rural (ANPER) a signé avec le marocain ONEE (Office national de l’électricité et de l’eau Potable), un contrat de prestations de service.

Cet accord, paraphé à Rabat au Maroc le 7 octobre 2019, par Salouhou Hamidine et Abderrahim El Hafidi, respectivement directeur général de l’ANPER et de l’ONEE, va permettre d'accroître le taux d’accès à l’énergie électrique en zone rurale au Niger.

Il sera plus précisément question, d’« augmenter l’accès à l’électricité en milieu rural à travers la réalisation de mini-réseaux alimentés par des centrales solaires avec stockage et le raccordement d’environ 17 500 foyers et 1 500 activités (services publics et activités économiques) dans une trentaine de villages », indique l’ONEE dans un communiqué.

Cet accord entre dans le cadre du partenariat entre l'entreprise marocaine et la Banque islamique de développement qui a pour but d’appuyer les projets d’électrification rurale.
https://www.agenceecofin.com/electricit ... lieu-rural

Re: Niger

par energy_isere » 05 oct. 2019, 10:31

Niger : selon les députés, le charbon de Salkadamna doit être exploité pour accroitre l’offre énergétique du pays de 600 MW

Agence Ecofin. 3 oct 2019

Les parlementaires nigériens, ont formulé le vœu de voir le charbon de Salkadamna dans la région de Tahoua être exploité rapidement, a fait savoir le président de l’assemblée nationale, Ousseini Tinni.

Les élus de cette chambre souhaitent en effet que le « processus conduisant à l’exploitation du charbon de Salkadamna » soit accéléré dans le but d’améliorer « notre indépendance énergétique grâce notamment à la diversification de l’offre », a indiqué le président dans son discours lors de la cérémonie d’ouverture de la deuxième session ordinaire parlementaire de l’année en cours.

En effet, le Niger mise beaucoup sur le projet du complexe charbonnier Salkadamna, dont la livraison est prévue pour 2023, pour accroître de manière significative son offre en énergie.

Ce projet comprend la construction d’une centrale thermique qui pourra atteindre une capacité de 600 mégawatts, d’une unité de production de 100 000 tonnes de briquettes de charbon par an, ainsi que d’une mine. Son coût est estimé à 740 milliards de FCFA.
https://www.agenceecofin.com/actualites ... -de-600-mw

Re: Niger

par energy_isere » 18 sept. 2019, 23:41

Le Niger et la Chine lancent la construction de 2 000 km d'oléoduc via le Bénin

AFP parue le 18 sept. 2019

Le Niger et la Chine vont construire un oléoduc de 2 000 km afin d'exporter du pétrole brut à partir des champs d'Agadem (sud-est nigérien) jusqu'au port de Sèmè au Bénin, a-t-on appris mercredi auprès de la présidence nigérienne.

Le coup d'envoi des travaux de l'oléoduc a été donné mardi par le président Mahamadou Issoufou à Koulélé dans l'Agadem, la zone pétrolière située dans la région de Diffa (sud-est) où la China national Petroleum corporation (CNPC) extrait du pétrole depuis 2011. Les travaux vont durer 42 mois et coûteront 4,5 milliards de dollars.

Niamey a jusqu'ici privilégié l'évacuation de son brut par un port camerounais via le Tchad voisin. Cette zone connaît des incursions meurtrières des jihadistes de Boko Haram basés au Nigeria voisin. "Finalement, c'est l'option béninoise qui a été retenue pour diverses raisons", a expliqué Foumakoye Gado, le ministre nigérien du Pétrole, qui a signé dimanche avec M. Wang Zhong Cai, président de la China national oil and gas exploration and development coorporation (CNODC, filiale de la CNPN), la convention pour la réalisation de l'oléoduc.

L'or noir est jusqu'ici acheminé par oléoduc (462 km) d'Agadem à Zinder (centre-sud nigérien), où il est raffiné à raison de 20.000 barils par jour. Pour augmenter sa production, le Niger a signé en 2018 un accord avec la CNPC, lui permettant d'atteindre une production globale de 110 000 barils par jour dès 2021.

La contribution du pétrole au produit intérieur brut du Niger sera multipliée par six dans trois ans, a annoncé mercredi le président nigérien. "Jusqu'ici, le pétrole contribue pour 4% du PIB mais à partir de 2022 le pétrole va représenter près de 24% du PIB du Niger", a dit le président Mahamadou Issoufou à la télévision d'État. "Près de 4 milliards de dollars" seront injectés "entre 2019 et 2021", a chiffré le président Issoufou. "Si on tient compte des investissements qui sont programmés jusqu'en 2031, ça sera 7 milliards de dollars qui y seront investis".

Selon le chef de l'État, cet investissement "va soutenir la croissance" de son pays, qui "connaîtra un taux de croissance à deux chiffres" : "On pense qu'en 2022, on aura un taux de croissance de 12%" et "ça veut dire que ce projet (pétrolier) va apporter près de 6 points de croissance", s'est-il réjoui.

En outre, l'activité pétrolière va gonfler les recettes fiscales pour l'État, "autour de 2022, ça sera à peu près 45% des recettes fiscales qui viendront du secteur pétrolier" soit "à peu près entre 300 milliards à 400 milliards de FCFA" (entre 457 et 610 millions d'euros), a-t-il précisé.

Le Niger, un des pays les plus pauvres du monde, est également riche en uranium et en or.
https://www.connaissancedesenergies.org ... n-190918-0

Re: Niger

par energy_isere » 14 sept. 2019, 15:06

Suite de ce post du 17 fev 2017 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 86#p398786

J'avais loupé cette news il y a 6 mois
Relance de la construction du barrage de Kandadji sur le fleuve Niger
L’ouvrage, dont le chantier a été confié à une entreprise chinoise, sera doté d’une centrale d’au moins 130 MW et permettra d’irriguer 45 000 hectares de terres agricoles.

Le Monde avec AFP Publié le 27 mars 2019

Le président nigérien Mahamadou Issoufou a relancé, mardi 26 mars, les travaux de construction sur le fleuve Niger d’un important barrage essentiel pour cet Etat confronté aux crises alimentaires, aux pénuries récurrentes d’électricité et aux crues assassines et fréquentes.

Selon le président nigérien, l’ensemble de « ce projet structurant a un coût estimé à 740 milliards de francs CFA [1,2 milliard d’euros] ».

Réguler le fleuve
Le financement du barrage Kandadji « est bouclé » et sera réalisé par une entreprise chinoise dans un délai de cinquante-huit mois, a précisé la présidence.

Dès son arrivée au pouvoir en 2011, Mahamadou Issoufou avait relancé le chantier, mais, en 2013, son gouvernement a résilié le contrat du maître d’œuvre russe, accusé de « lenteur » dans les travaux.

Une fois achevé, Kandadji, situé à quelque 180 km en amont de Niamey et à 60 km de la frontière avec le Mali, devrait à terme permettre d’irriguer 45 000 hectares de terres agricoles.

Plus de 80 % des 20 millions d’habitants du Niger vivent d’une agriculture archaïque et totalement dépendante des pluies, alors que le pays connaît un taux de croissance démographique de 3,3 % par an, l’un des plus élevés de la planète. Le barrage sera doté d’une centrale d’une puissance de plus de 130 mégawatts (MW) pour résorber le problème d’électricité récurrent dans le pays, fortement tributaire du Nigeria voisin.

Le barrage permettra aussi de réguler le fleuve Niger dont les crues sont responsables de dizaines de morts et d’importants dégâts chaque année.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/ ... _3212.html

Image

Re: Niger

par energy_isere » 14 sept. 2019, 14:54

Niger : la contribution de l’or noir au PIB devrait passer de 4% en 2017 à 24% en 2025

Agence Ecofin 14 sept 2019

Le secteur des hydrocarbures est en pleine croissance au Niger. Le gouvernement a récemment signé, avec le Bénin, un accord de construction d’un oléoduc de 2000 km, pour un coût estimé à 2 milliards de dollars, afin d’exporter les excédents dans de bonnes conditions de sécurité.

La compagnie Sonatrach vient de découvrir un important gisement à Kafra, tandis que la China National Petroleum Corporation lance l’exploitation d’un deuxième puits à Agadem.

Le gouvernement nigérien ambitionne de faire passer la contribution de l’or noir au PIB de 4% en 2017 à 24% en 2025, des recettes de l’État de 19 % à 45 %, des recettes d’exportation de 16 % à 68 %, et des emplois salariés de 5 % à 12 %.

Au-delà des hydrocarbures, c’est tout le secteur de l’énergie qui se développe au Niger, avec les mises en chantier de la centrale thermique de Gorou Banda, de la centrale solaire de Malbaza, ainsi que la construction du futur barrage de Kandadji, d’une puissance de 130 mégawatts.
https://www.agenceecofin.com/gestion-pu ... 24-en-2025

Haut