L'eau en France

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : L'eau en France

Re: Yves Cochet.

par Silenius » 23 sept. 2019, 21:51

Si l'on voulait avoir un second reseau d'eau, non potable, cela necessiterait de lourds investissements et des travaux importants.
Vu que ces resaux sont enterres sous la voirie cela genererait beaucoup de nuisances pendant les travaux.

Re: Yves Cochet.

par kercoz » 23 sept. 2019, 20:14

Pétroleur a écrit :
23 sept. 2019, 19:08

Un truc que connaissent bien les cyclistes en matière d'eau potable ce sont les cimetières. Il y a toujours une source d'arrosage. Mais je me suis laissé dire que malheureusement il est de moins en moins systématique qu'elle soit potable. 8-[
Un vendangeur itinérant m' a dit que les communes les fermaient pendant les vendanges .....pour ne pas que des bivouacs de pauvres s' instalent près des cimetieres ( tentes et camions )

Re: Yves Cochet.

par Pétroleur » 23 sept. 2019, 19:08

mobar a écrit :
23 sept. 2019, 09:00
Le principe qui veut que 100% de l'eau distribuée soit potable, oblige à des traitements qui pour la plupart des usages ne se justifient pas
Sur les 150 litres d'eau utilisés en moyenne par un français, 10% seulement nécessiteraient une potabilisation et les 90% restant pourraient être issus d'eau de pluie ou de pompage d'aquifères locaux sommairement traités
C'est sur que tirer la chasse d'eau des toilettes avec de l'eau potable… :shock:
Un truc que connaissent bien les cyclistes en matière d'eau potable ce sont les cimetières. Il y a toujours une source d'arrosage. Mais je me suis laissé dire que malheureusement il est de moins en moins systématique qu'elle soit potable. 8-[

Re: Yves Cochet.

par mobar » 23 sept. 2019, 18:19

nemo a écrit :
23 sept. 2019, 17:21
Je voulais parler du fait que pour certaines choses et notamment l'eau la gestion en commune est la plus efficace.
L'eau est gérée sur les territoires des communes, ce qui pose problème à certains c'est plutôt le fait que ce soit géré par des sociétés privées et seulement à 40% par les services des communes, généralement les petites communes ou il est plus difficile de faire des profits
Municipaliser les pertes et privatiser les profits, c'est le principe de base!

Re: Yves Cochet.

par nemo » 23 sept. 2019, 17:21

mobar a écrit :
22 sept. 2019, 20:57
Je l'ai écouté
Pas trouvé dans ses interview de méthode ou de proposition qui permette de voir une issue et qui soit crédible
Je voulais parler du fait que pour certaines choses et notamment l'eau la gestion en commune est la plus efficace.

Re: Yves Cochet.

par mobar » 23 sept. 2019, 09:00

60% d'eau en provenance des eaux souterraines ne veut pas dire que ces eaux soient potables!
De plus en plus d'aquifères, en plus des contaminants naturels, sont sujets à des contaminations anthropiques (agriculture, industries, transports, infiltrations d'eaux usées ...)

ça veut aussi dire que 40% des eaux distribuées proviennent des eaux de surface dont on connait la qualité extrêmement variable

Le principe qui veut que 100% de l'eau distribuée soit potable, oblige à des traitements qui pour la plupart des usages ne se justifient pas
Sur les 150 litres d'eau utilisés en moyenne par un français, 10% seulement nécessiteraient une potabilisation et les 90% restant pourraient être issus d'eau de pluie ou de pompage d'aquifères locaux sommairement traités

C'est bien sur que c'est possible d'optimiser les consommations d'énergie et de traitement, mais c'est une telle manne financière que personne n'y a intérêt. Les collectivités et les multinationales de l'eau disposent d'un marché captif qui leur permet de prélever de la taxe de façon quasiment indolore et de manière récurrente

Cette organisation est probablement irremplaçable pour les mégapoles et les grandes villes ... tant que celles-ci ont de quoi continuer à exister et se développer

Yves Cochet.

par kercoz » 22 sept. 2019, 23:32

mobar a écrit :
22 sept. 2019, 18:22
L'eau du château d'eau elle est passée par une usine de potabilisation, le pompage c'est seulement une partie des consommations énergétiques
Tout le système est construit autour de ça
Même l'eau de source qui est potable doit être traitée avant d'être injectée dans le réseau pour rester potable
Et cette eau de source ne représente qu'une fraction de l'eau distribuée, l'essentiel vient des eaux de surfaces plus ou moins pollués
Le traitement généralisé n'a été rendu possible que grâce au cout ridiculement bas de l'énergie si celle ci vient à devenir beaucoup plus chère ou rare le système ne tient plus
Faudra en inventer un autre, c'est possible et faisable, mais ce ne sera pas les multinationales de l'eau qui le feront
Faudra le faire soi même ou les nationaliser
60% de l' eau provient du sous sol et est pratiquement potable. Un pompage direct est possible, même avec un traitement préventif ds le chateau d'eau

Re: L'eau en France

par energy_isere » 01 juil. 2019, 19:16

Le gouvernement veut faire des économies d'eau

REUTERS•01/07/2019

Le gouvernement français a dévoilé lundi une série de mesures censées permettre de mieux gérer les ressources du pays en eau, appelées à se raréfier dans les décennies à venir, en évitant notamment les gaspillages.

Le ministère de la Transition écologique souhaite réduire la consommation d'eau de 10% d'ici à 2025 et de 25% en 15 ans.


Le but est de préparer la France à un avenir dans lequel l'eau sera moins abondante : selon une étude gouvernementale parue en 2013, le débit moyen des cours d'eau devrait baisser de 10% à 40% au cours du prochain demi-siècle.

"L'eau, c'est l'un des combats prioritaires dans l'action écologique", a déclaré le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, lors de la restitution de sept mois de travaux dans le cadre des "Assises de l'eau".

Pour faire baisser la consommation, le gouvernement souhaite moduler la tarification de l'eau en faisant davantage payer les gros consommateurs - les propriétaires de maison avec piscine, par exemple - dont les besoins excèdent l'usage normal.

Il revient aux collectivités locales, seule habilitées à fixer les prix, d'appliquer ou non ce principe. "On mettra en place le cadre et les incitations pour les collectivités pour le faire", précise la secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon.

Les mesures concernent également certains secteurs économiques, notamment celui de la construction, qui verra ses normes environnementales évoluer à partir de 2022.

L'exécutif ambitionne en outre de tripler d'ici à 2025 les volumes d'eau dite non conventionnelle - eaux usées traitées ou eaux de pluie - utilisée pour les usages ne nécessitant pas d'eau potable, comme l'arrosage des espaces verts. Une pratique normale dans certains pays d'Europe mais encore rare en France.

Le plan présenté lundi inclut également des mesures visant à préserver les rivières et à protéger les sites de captage - à partir de nappes phréatiques, de cours d'eau, de lacs ou de retenues - afin de garantir la qualité de l'eau.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 153c362750

Re: L'eau en France

par GillesH38 » 15 mai 2019, 15:22

t'es en retard d'un bulletin Phyvette

https://www.brgm.fr/publication-presse/ ... r-mai-2019

L'eau

par phyvette » 15 mai 2019, 13:33

Etat des nappes d'eau souterraine au 1er avril 2019

Les niveaux des nappes phréatiques sont autour ou en-dessous des moyennes mensuelles. Un nombre marqué de réservoirs affiche déjà des niveaux modérément bas à bas...
https://www.brgm.fr/publication-presse/ ... avril-2019

Re: L'eau en France

par GillesH38 » 17 avr. 2019, 12:40

et sinon, les oestrogènes des pilules contraceptives, y en a combien ? :roll:

Re: L'eau en France

par alain2908 » 17 avr. 2019, 09:14

Les trois substances qui arrivent le plus fréquemment en tête sont le glyphosate que l'on retrouve dans 37 départements puis l'atrazine-déséthyl (un désherbant interdit depuis 2003 ), le métolachlor (un désherbant). Ces deux dernières substances sont interdites depuis 2013.
y a comme une contradiction dans la formulation :wtf:

Re: L'eau en France

par energy_isere » 16 avr. 2019, 23:11

Des traces de plus de 40 perturbateurs endocriniens dans les lacs et rivières français

Adeline Haverland Usine Nouvelle le 16/04/2019

Glyphosate, atrazine, chlordécone... des traces de plus de 40 perturbateurs endocriniens ont été trouvées dans des lacs et rivières françaises selon l'association Générations Futures.

Du glyphosate, de l'atrazine, de chlordécone... en dépit de leur limpidité, les eaux françaises ne sont pas ainsi claires qu'on pourrait l'imaginer. Selon une étude réalisée par l'ONG Générations Futures et publiée ce 16 avril, plus d'une quarantaine de molécules dangereuses ont été observées dans les cours d'eaux hexagonaux.

Les perturbateurs endocriniens suspectés d’être l’une des causes de certaines maladies non transmissibles.

Pour parvenir à ce résultat, Générations Futures s'est appuyée sur la base de données des pesticides de l’Union européenne (EU pesticides database) dans laquelle les produits phytosanitaires suspectés d'être des perturbateurs endocriniens sont listés.

Selon la définition de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), un perturbateur endocrinien est une substance ou un mélange de substances, qui altère les fonctions du système endocrinien et de ce fait induit des effets néfastes dans un organisme intact, chez sa progéniture ou au sein de (sous)- populations. Les perturbateurs endocriniens sont suspectés d’être l’une des causes de l’augmentation de certaines maladies non transmissibles telles que les cancers hormono-dépendants, l'infertilité, l'obésité ou le diabète. *

"Dans un second temps, nous avons déterminé, parmi les perturbateurs endocriniens listés, lesquels avaient été analysés par les agences de l'eau et répertoriés dans la base de données publique Naïades" ajoute Générations Futures.

Le glyphosate parmi les substances les plus fréquemment retrouvées

Résultat: "Nous remarquons que le nombre de pesticides perturbateurs endocriniens suspectés quantifiés est en moyenne de plus de 41 par département (sur une moyenne de molécules recherchées d'environ 183), donc une proportion de l'ordre de 22,8% de molécules retrouvées en moyenne" explique l'association.

Les trois substances qui arrivent le plus fréquemment en tête sont le glyphosate que l'on retrouve dans 37 départements puis l'atrazine-déséthyl (un désherbant interdit depuis 2003 ), le métolachlor (un désherbant). Ces deux dernières substances sont interdites depuis 2013.

Les eaux du Calvados les plus concernées

Autre élément surprenant dans l'étude de Générations Futures: la diversité des situations entre les départements français. "Le nombre de substances actives de pesticides ou métabolites supposées perturbateurs endocriniens quantifiés est très variable selon les départements : de 4 pour la Corse du sud à 90 pour le Calvados".

Le département normand est en effet sur la première marche du podium, suivi par la Manche et la Seine Maritime avec respectivement 87 et 85 molécules différentes identifiées.
https://www.usinenouvelle.com/article/d ... is.N832185

Re: L'eau en France

par mobar » 28 janv. 2019, 08:32

Si l’on prélève plus d’eau potable que l’on n’en consomme, c’est qu’il y a des déperditions entre la source et le robinet des particuliers. La différence est essentiellement due aux rendements des usines et des réseaux de distribution, matérialisés par environ 906 000 kilomètres de conduites. Entreprises privées et régies publiques affichent un taux de rendement moyen de 80 %, soit 20 % de fuites donc.
Prélèvements d'eau qui retournent tous au final dans le milieu naturel, sous une forme ou une autre! ;)
La "consommation" d'eau n'existe pas
Ce que l'on consomme, ce sont des capacités de potabilisation et des capacités d'assainissement

Re: L'eau en France

par energy_isere » 27 janv. 2019, 23:53

La France puise 5,5 milliards de mètres cubes d’eau par an
Chaque habitant consomme en moyenne 148 litres d’eau par jour, selon le bilan chiffré rendu public par les entreprises du secteur de l’eau.


Par Martine Valo Publié le 15 octobre 2015

Un Français consomme en moyenne 148 litres d’eau par jour, à peu près comme les autres Européens. Mais tout le monde ne barbote pas dans le même bain : un Breton des Côtes-d’Armor en use 103 l/j, tandis qu’il en faut trois fois plus à un habitant des Alpes-Maritimes, soit 324 l/j. C’est l’une des nombreuses données que rapporte l’étude BIPE sur les services publics d’eau et d’assainissement réalisée pour les entreprises du secteur et rendue publique jeudi 15 octobre. En dix ans, c’est la sixième fois que Veolia, Suez, SAUR et quatre autres se livrent à cet exercice de présentation de leur secteur.

La Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E) ne manque évidemment pas une occasion de souligner les excellentes performances de ses adhérents tout au long du rapport. Cela n’empêche pas le bilan d’être instructif, quant à l’évolution des usages et aux efforts à fournir pour préserver une eau de bonne qualité face au stress hydrique et à un environnement qui se dégrade.

D’où vient l’eau ?

Depuis 2008, la France métropolitaine puise en moyenne 5,5 milliards de mètres cubes d’eau potable par an. Les deux tiers sont captés dans le sous-sol – ce qui est plutôt un gage de qualité – dans des sources ou des nappes profondes. Le tiers restant provient de la surface. Il est pompé dans les fleuves, rivières ou lacs, autrement dit dans des milieux plus exposés aux contaminations diverses. Au total, on prend dans la nature un peu plus de 85 m³ par habitant et par an, soit 234 litres d’eau par personne et par jour. Les eaux de surface représentent, en revanche, l’essentiel des quantités qui vont à l’agriculture et à l’industrie.

Image
LES PRÉLÈVEMENTS EN EAU POUR LES USAGES DOMESTIQUES Moyenne en litres par jour, ramenés au nombre d’habitants BIPE d’après World’s water, Aquastat, Eurostat, SOeS

Certaines régions prélèvent trois fois plus d’eau que d’autres. Cela ne veut pas forcément dire qu’elles sont plus gourmandes, mais bien souvent qu’elles alimentent leurs voisines. C’est le cas de la Bourgogne et du Centre, par exemple, qui comblent une partie des besoins de la consommation de l’Ile-de-France.

Globalement, les quantités distribuées tendent à la baisse à la fois parce que les Français font attention à leurs dépenses, se montrent plus sensibles à la lutte contre le gaspillage des ressources, utilisent des équipements aux technologies plus économes et parce que les performances des circuits de distribution s’améliorent.

Si l’on prélève plus d’eau potable que l’on n’en consomme, c’est qu’il y a des déperditions entre la source et le robinet des particuliers. La différence est essentiellement due aux rendements des usines et des réseaux de distribution, matérialisés par environ 906 000 kilomètres de conduites. Entreprises privées et régies publiques affichent un taux de rendement moyen de 80 %, soit 20 % de fuites donc.

Image

...........
https://www.lemonde.fr/ressources-natur ... 52731.html

Haut