Et le Pic pollution ?

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Et le Pic pollution ?

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 04 nov. 2019, 20:41

Suite de ce post du 23 nov 2015 http://oleocene.org/phpBB3/viewtopic.ph ... 11#p382811

ça fait maintenant 4 ans qu'à eu lieu la catastrophe du barrage minier de Mariana au Brésil.
Brésil: quatre ans après la catastrophe de Mariana, un décor fantôme

AFP•04/11/2019

Il y a quatre ans, un barrage de retenue de résidus de minerai de fer s'effondrait près de Mariana, provoquant le pire désastre écologique jamais vu au Brésil.
Aujourd'hui, dans les alentours de la petite ville du sud-est de l'Etat rural du Minas Gerais, tout ce qui reste sont des villages en ruine, un paysage dévasté et des milliers d'habitants qui attendent toujours des compensations sous une forme ou une autre.

La rupture le 5 novembre 2015 du barrage de Fundao, géré par une société commune appelée Samarco, a libéré brutalement dans la nature 40 millions de mètres cube de déchets hautement toxiques. Une rivière de boue chargée de résidus a englouti les localités de Bento Rodrigues et Paracatu de Baixo, les rayant de la carte.

De ce chaos, des villages fantômes ont émergé au fil des mois: des maisons abandonnées, des églises, une école, toutes recouvertes de mauvaises herbes et dont les murs sont couverts de cette couleur cuivrée du minerai qui a repeint tout le paysage.
............

Au mois d'août dernier, Samarco, Vale et BHP avaient versé, via une organisation sans but lucratif nommée la Fondation Renova, l'équivalent de 1,5 milliard d'euros pour "les mesures de réparation et de compensation" le long de la rivière Doce et de ses 113 affluents.
..............
lire + photos : https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 5a97561693

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 05 oct. 2019, 11:36

Plomb de Notre-Dame: quels dangers pour la santé?

AFP•05/10/2019

Quels sont les risques pour la santé liés au plomb? A partir de quelle quantité dans l'environnement y a-t-il un danger? Le point sur les questions sanitaires que pose la pollution à ce métal lourd, six mois après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame.
........
Lire https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 48b4aa35b4

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 30 sept. 2019, 12:39

Incendie de Lubrizol: une centaine de communes touchées par suie dans les Hauts-de-France

AFP•29/09/2019

Une centaine de communes de Hauts-de-France "auraient été impactées par les retombées du panache de fumée" de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol de Rouen, selon les autorités qui y ont interdit "à titre conservatoire" la récolte des cultures et des denrées alimentaires d'origine animale.
"Les retombées de suie occasionnées par ce nuage sur les zones de production agricoles sont susceptibles de présenter un risque de santé publique qui nous impose la prise de mesures conservatoires immédiates guidées par le principe de précaution", justifie la préfecture de région.


Le lait, le miel collectés et les œufs d'élevage en plein air pondus depuis jeudi "sont consignés sous la responsabilité de l'exploitant jusqu'à l'obtention de garanties sanitaires sur les productions, sur la base de contrôles officiels," peut-on lire dans les arrêtés des préfectures publiés dimanche.

"A défaut de garanties sanitaires satisfaisantes, ces productions seront retirées de la consommation humaine et de l'alimentation animale et détruites", ajoutent les textes. Les cultures végétales non récoltées avant jeudi ou susceptibles d'avoir été exposées aux contaminations sont également consignées. Le non-respect de cette mesure est puni de deux ans de prison et d'une amende de 300.000 euros.

Une fois la consignation levée, la mise sur la marché "s'effectuera sous la responsabilité de l'exploitant" qui devra faire lui-même des contrôles de conformité sanitaire de ses produits.

Une centaine de communes "auraient été impactées par les retombées du panache de fumée" essentiellement dans l'Oise, l'Aisne et la Somme, selon la liste "évolutive" de la préfecture de région publiée dimanche soir, établie "sur la base de signalements de particuliers, avec un recoupement de l'information par les services de l'Etat". Beaucoup de villages mais aussi des agglomérations comme Saint-Quentin ou Douai.

Le nuage de fumées de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol qui a survolé les Hauts-de-France "ne présentait pas de toxicité aiguë", selon les autorités. Mais des témoignages faisant état de suie ont conduit l'Agence régionale de santé des Hauts-de-France à demander dimanche aux habitants de signaler aux différents services "la présence de retombées sous forme de suie".

"Des retombées de particules de suie ont été signalées, mais elles ne sont pas mesurées par les instruments de mesures d'Atmo (organisme de surveillance de l'air), qui suit en permanence les particules de très petites tailles (inférieures à 2,5 micromètres de diamètre), non visibles à l'oeil nu", ajoute la préfecture.

Après de grosses averses tombées dimanche à Lille, le député du Nord LFI Adrien Quatennens a constaté vers 18h00 de la "poussière noire et collante sur les Velux".

"Peut-on savoir de quoi il s'agit au juste ?", a-t-il ajouté sur Twitter, sous deux photos montrant des tâches noires sur une vitre et sur un essuie-tout. Lille n'apparaissait pas dimanche soir sur la liste.

Le Premier ministre Édouard Philippe a assuré dimanche que "l'engagement du gouvernement est de répondre à toutes les questions et de faire la transparence totale".
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 54aa663f35

Re: Et le Pic pollution ?

par mobar » 18 juil. 2019, 20:32

Une carte de France de l’eau contaminée par du tritium radioactif
Un pic qui n'est pas encore atteint!
http://www.acro.eu.org/carteeaupotable/ ... .309/3.499

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 17 juil. 2019, 08:09

Suite de ce post du 26 février 2019 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 6#p2281286

Fuite d'hydrocarbures dans les Yvelines: remise en service du pipeline

AFP parue le 16 juill. 2019

La remise en service temporaire du pipeline Ile-de-France (PLIF), qui avait fait l'objet d'une importante fuite d'hydrocarbures en février dans les Yvelines, a été autorisée par la préfecture, a-t-on appris mardi par un communiqué.

Le 24 février, une faille détectée sur le pipeline reliant Le Havre (Seine-Maritime) à Grandpuits (Seine-et-Marne) avait provoqué la fuite de 900 m3 de pétrole brut, avant qu'elle ne soit colmatée définitivement le 26 au petit matin.

Une zone de huit hectares avait été touchée par la pollution, dont plusieurs rus et un ruisseau. Deux agriculteurs avaient vu l'ensemble de leurs récoltes détruite.

Total avait arrêté progressivement la raffinerie de Grandpuits, qui traitait environ 100.000 barils par jour, tout en assurant que cela n'aurait "pas de conséquence sur l'approvisionnement en carburant de la région parisienne".

Depuis cet accident, une expertise a permis d'en expliquer l'origine, attribuée à "un mécanisme de corrosion fissurante", explique la préfecture dans son communiqué.

"Plusieurs dizaines de points particuliers ont été contrôlés" et des "réparations, pouvant aller jusqu'au remplacement de sections de pipeline ont été réalisées, quand elles étaient nécessaires", assure la préfecture. En tout, une centaine de défauts ont été identifiés dont 60 "urgents", selon Total.

La remise en service du pipeline, autorisée par un arrêté du 15 juillet, devra se faire à une pression de 52 bars au lieu de 69 bars, avec une "surveillance renforcée", jusqu'au 30 septembre, moment où un redémarrage définitif pourrait être entériné, a précisé la préfecture.

Le travail de dépollution du site est loin d'être terminé. Au moment de la réunion du 12 juin, les prélèvements dans les cours d'eau ne montraient plus de pollution mais une analyse approfondie était en cours. Par ailleurs, "l'évacuation des terres souillées" était prévue de juin à "fin août" et "l'apport des terres nouvelles (22.000 à 30.000 m3, en première estimation)" devait débuter "mi-juillet ou début août".

Une enquête judiciaire est par ailleurs toujours en cours.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ine-190716

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 04 juil. 2019, 13:06

Notre-Dame : des taux de plomb de 400 à 700 fois supérieurs au seuil autorisé
Selon Mediapart, des taux supérieurs à la limite autorisée ont été détectés sur le parvis de la cathédrale, mais aussi en dehors de la zone de chantier.

Par LePoint.fr le 04/07/2019

Y aura-t-il un scandale sanitaire après l'incendie de Notre-Dame de Paris ? Selon les informations de Mediapart, des taux de concentration au plomb 400 à 700 fois supérieurs au seuil autorisé ont été relevés à l'intérieur de la cathédrale, mais aussi dans ses alentours. Les relevés ont été effectués par plusieurs laboratoires, dont celui de la préfecture de police de Paris. Lors de l'incendie du 15 avril dernier, 400 tonnes de plomb – qui se trouvaient dans la toiture et la flèche du monument – ont pollué la cathédrale et ses environs en étant consummées par le feu. Comme le rappelle Mediapart, le plomb est classé cancérigène, mutagène et reprotoxique, et au début du mois de juin, un taux de plomb supérieur au seuil réglementaire a été détecté chez un enfant.

Selon des documents consultés par Mediapart, les concentrations en plomb sont de 10 à 740 fois supérieures au seuil autorisé à l'intérieur de la cathédrale et de 500 fois supérieures au niveau du parvis. Plus inquiétant, certains endroits en dehors de la zone de chantier, au niveau de ponts, de squares ou dans certaines rues, montrent des taux de concentration de 2 à 800 fois supérieurs à la limite autorisée. Citée par le média en ligne, une chercheuse à l'Inserm affirme que « ce sont des taux qu'on ne voit jamais. Sur des chantiers pollués comme une usine de recyclage de batteries, par exemple, les taux sont douze fois supérieurs. Là, avec des taux 400 fois supérieurs, les conséquences pour la santé peuvent être dramatiques. » D'après elle, un suivi médical est nécessaire, « y compris pour les pompiers qui sont intervenus », car « ce suivi est d'autant plus important que les effets sur la santé peuvent être différés dans le temps ».
.................
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 57f9d6bdf7

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 04 juin 2019, 20:34

Image

La plus haute montagne de déchets de New Delhi devrait dépasser la hauteur du Taj Mahal l'an prochain, selon les autorités indiennes. Symbole puant et mauvais pour la santé des habitants du quartier, la décharge de Ghazipur semble connaître une croissance sans fin, dans la capitale considérée par l'Onu comme la plus polluée au monde

video (1mn) : https://www.boursorama.com/videos/actua ... a068a125bb
......
La décharge a été ouverte en 1984 et est arrivée à saturation en 2002, lorsqu'elle aurait dû être fermée. Mais chaque jour des centaines de camions ont continué à apporter des détritus. Elle couvre aujourd'hui une aire grande comme plus de 40 terrains de football. «Environ 2000 tonnes de poubelles sont déchargées chaque jour à Ghazipur», a indiqué un responsable de la municipalité de Delhi sous couvert d'anonymat.
En 2018, de fortes précipitations ont causé l'effondrement d'une partie de la colline, tuant deux personnes. Après ces morts, les nouveaux déchargements ont été interdits. Mais la mesure n'a duré que quelques jours, les autorités n'arrivant pas à trouver d'autre endroit où mettre les déchets. Selon une étude récente, la décharge de Ghazipur pose un risque sanitaire pour les gens résidant jusqu'à cinq kilomètres autour, qui vivent déjà dans l'une des villes les plus polluées du monde.
.......
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/new-d ... l-20190604

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 04 juin 2019, 08:57

Notre-Dame: femmes enceintes et enfants invités à faire doser leur taux de plomb
La recommandation de l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France intervient après qu’un taux de plomb supérieur à la norme a été détecté chez un enfant vivant sur l’île de la Cité.

Par lefigaro.fr et AFP agence Publié le 03/06/2019
.....
.....

L’incendie de Notre Dame de Paris est à l’origine d’une pollution au plomb aux abords de la cathédrale. L’association Robin des Bois s’était notamment inquiétée de cette situation quelques jours après le sinistre, qualifiant la cathédrale de «déchet toxique». «Après la fusion d’au moins 300 tonnes de plomb dans les garnitures de la flèche et dans la toiture, l’emprise de Notre-Dame de Paris est un site pollué. La cathédrale est aujourd’hui rendue à l’état de déchet toxique», avait affirmé l’ONG dans un communiqué. L’association avait notamment demandé que soit dressée une «cartographie de toutes les substances toxiques» présentes dans l’édifice. «Les eaux d’extinction, les cendres, les suies, les gravats au sol et dans les parties aériennes doivent être, dès que la sécurité pour les travailleurs sera garantie, caractérisés, triés, regroupés et orientés vers des sites légaux et confinés de stockage et d’élimination.»

» LIRE AUSSI - Plomb: les riverains de Notre-Dame invités à faire le ménage chez eux

Les prélèvements effectués à partir du 17 avril par le Laboratoire central de la préfecture de police ont montré qu’il n’y avait pas de risque associé à la qualité de l’air mais que des valeurs hétérogènes, pour certaines élevées, étaient constatées dans les sols à proximité et dans certains locaux administratifs. Face à ce constat, les sols en question ont été interdits d’accès au public. Leur dépollution va commencer dans les prochains jours.

Pour les logements des riverains et afin d’éviter l’éventuelle ingestion de poussières de plomb, en particulier par les enfants, l’Agence a diffusé des conseils de prévention visant à opérer un nettoyage humide efficace des appartements. L’ARS procède à des prélèvements dans les appartements de familles vivant à proximité de la cathédrale, pour s’assurer de l’efficacité des opérations de nettoyage effectuées. L’ARS va informer cette semaine individuellement les familles des résultats des prélèvements dans leur logement et les conseiller dans les gestes à adopter pour prévenir d’éventuelles réintroductions de poussières dans les logements.
https://amp.lefigaro.fr/actualite-franc ... b-20190603

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 24 mars 2019, 12:18

Rupture du barrage minier au Brésil : la pollution pourrait durer des années

23.03.2019

Deux mois après la rupture du barrage de Brumadinho au Brésil qui a fait 211 morts et 95 disparus, les cours d'eau sont pollués pour plusieurs années. Un autre barrage minier du groupe Vale menace de rompre.

José Geraldo dos Santos, pêcheur brésilien, propulse sa barque à l'aide d'une longue perche qui s'enfonce dans les eaux brunâtres de la rivière Paraopeba. Il fait bien attention à ne pas recevoir d'éclaboussures de ce liquide qui est toxique, assure-t-il.

Deux mois après la rupture du barrage de Brumadinho, qui avait provoqué un torrent de boue de déchets miniers de 13 millions de m3, détruisant tout sur son passage, le cours d'eau est encore trop pollué pour pêcher ou pour faire boire ses animaux, explique cet homme de 67 ans.

La catastrophe du 25 janvier a fait 211 morts et 95 disparus. La majorité des victimes travaillaient dans la mine de fer Corrego do Feijao, appartenant au groupe Vale. Beaucoup étaient en train de déjeuner à la cantine au moment de la tragédie.

Cet affluent de la rivière Sao Francisco, la deuxième plus grande du pays, est tellement pollué, dit dos Santos, qu'on lui a recommandé de ne pas même "marcher dans la boue".

"Les chercheurs qui sont venus ici ont dit qu'il faudrait 8 ou 10 ans (pour que la rivière s'en remette), raconte dos Santos, qui vit environ à 45 kilomètres du village de Brumadinho dans l'Etat de Minas Gerais (sud-est).

Tandis que les secours poursuivent le lent processus de récupération des corps, les spécialistes tentent d'évaluer les conséquences de cette catastrophe environnementale pour la qualité de l'eau.

"De véritables polluants"
"C'est si épais, qu'on ne peut pas appeler ça de l'eau", déclare Malu Ribeiro de la fondation SOS Mata Atlantica, dans une vidéo publiée par l'ONG.

Avant le 25 janvier, l'eau était "cristalline, pleine de poissons", poursuit Ribeiro. "Je n'avais jamais vu cette couleur."

Le groupe Vale, déjà impliqué dans un drame similaire fin 2015 à la mine de Samarco, a installé des barrages filtrants sur la rivière Paraopeba pour tenter de limiter l'impact sur le Sao Francisco, des centaines de kilomètres plus bas.

Mais les derniers relevés de l'ONG SOS Mata Atlantica font état de niveaux élevés de déchets toxiques dans la rivière Sao Francisco, cours d'eau stratégique pour le Brésil. Selon eux, ils proviennent de la rupture du barrage de Brumadinho.

Un peu plus tôt ce mois-ci, l'ONG y a trouvé de fortes concentrations de cuivre, de fer, de manganèse et de chrome. Elles dépassent les limites autorisées par la loi brésilienne.

"Il s'agit de véritables polluants", assure Romilda Roncatti de SOS Mata Atlantica.

Mais les autorités brésiliennes ne l'entendent pas de la même façon: elles affirment que les polluants ne sont pas allé au-delà d'un kilomètre en aval du barrage.

"Il est normal, à cette époque de l'année de trouver de fortes concentrations de certains éléments comme le fer ou le manganèse, ces deux éléments présentent des concentrations bien plus élevées durant les inondations", assure Eduardo Paim Viglio de la commission géologique du Brésil, chargée de recueillir des données sur les ressources en eaux et en minéraux du pays.

L'importante turbidité de l'eau s'explique par les fortes pluies, dit-il, ajoutant que les relevés du gouvernement montrent des niveaux d'oxygène et d'acidité "normaux".

Des explications qui ne semblent pas à même de réconforter le pêcheur José Geraldo dos Santos, qui assure être privé de revenus faute d'activité.

"Cet endroit ne me sert plus à rien", tranche-t-il.

Alerte face au risque de rupture d'un nouveau barrage minier

Les autorités brésiliennes ont décrété l'alerte maximale vendredi face au risque de "rupture imminente" d'un barrage minier du groupe Vale dans l'Etat du Minas Gerais (sud-est), où la rupture d'un ouvrage du même type avait fait 211 morts et 95 disparus fin janvier.

La population des environs immédiats du barrage, situé dans le complexe minier Gongo Soco de Vale à Barao de Cocais, à 100 km de Belo Horizonte, la capitale de l'Etat, avait déjà été évacuée à titre préventif le 8 février dernier.

Vendredi soir, la Défense civile de Minas Gerais a élevé le niveau d'alerte de deux à trois, équivalent à une "rupture imminente", et les sirènes d'alarme ont été déclenchées.

Des exercices d'évacuation seront organisés dimanche et lundi à Barao de Cocais, dans des zones risquant d'être impactées dans un second temps par une rupture du barrage, et où vivent quelque 3000 personnes, a expliqué le lieutenant-colonel Flavio Godinho, coordinateur adjoint de la Défense civile. "Ces gens doivent être entraînés, orientés, pour qu'ils sachent où aller en cas de rupture", a-t-il déclaré.
http://www.agefi.com/home/entreprises/d ... 86391.html

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 17 mars 2019, 10:00

La catastrophe de la rupture du barrage minier Brumadinho au Brésil pourrait coûter 13 milliards de dollars à Vale.
Prosecutors seek $13 billion from Vale for environmental restoration

Image
......
http://www.mining.com/web/prosecutors-s ... storation/

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 10 mars 2019, 14:21

Pour la fuite plus haut, il s'agirait de 900 m3 de pétrole.
Fuite de 900 m3 de pétrole dans les Yvelines : un "premier constat rassurant" selon Total

Publié le 06/03/2019 lechorepublicain.fr

La préfecture des Yvelines a organisé une réunion ouverte au public, mardi 5 mars 2019, pour faire le point sur la fuite d’hydrocarbures sur un pipeline des Yvelines, à 20 kilomètres de Rambouillet.
Il fallait rassurer. Rassurer, dans un premier temps, les habitants vivant dans les villages proches du lieu de la fuite d’hydrocarbures, causée par la rupture d’un pipeline appartenant à Total. Puis rassurer, dans un second temps, les associations de protection de l’environnement.


Un fuite d'hydrocarbures après la rupture d'un pipeline dans les Yvelines

Une faille, détectée le 24 février sur le pipeline reliant Le Havre (Seine-Maritime) à Grandpuits (Seine-et-Marne), a provoqué la fuite de 900 m3 de pétrole brut dans des champs, dans les Yvelines, avant qu’elle ne soit colmatée définitivement le 26, au petit matin. Deux champs, situés à cheval sur les communes de Boissy-sans-Avoir, Autouillet et Vicq ont été touchés. Ils appartiennent à deux agriculteurs. Au total, une zone de huit hectares a été polluée, dont plusieurs rus et un ruisseau, Le Lieutel.

« Depuis le 27 février, un bassin de rétention a permis de bloquer tous les hydrocarbures », a indiqué Arnaud Dumas, directeur de la plateforme Grandpuits-Gargenville de Total. « 650 m3 de pétrole brut mélangés à de l’eau ont été pompés, a-t-il précisé, et le volume de terre impacté est de l’ordre de 30.000 m3 ».

Des représentants de Total, ainsi que le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot, ont convié des habitants de plusieurs communes à une réunion organisée mardi 5 mars , dans la soirée à Autouillet.

« Des prélèvements d’eau ont été réalisés », a annoncé Arnaud Dumas. « Les premiers résultats sont rassurants ».

Une filiale de Total chargée de la dépollution, Rétia, est chargée du traitement des terres polluées, dont une partie sera incinérée et l’autre traitée en biocentre. Total « recherche actuellement des terres de remplacement » et « renouvelle ses excuses », a poursuivi Arnaud Dumas.

La nappe phréatique ne serait pas atteinte
« Le délai estimé pour enlever les terres est de l’ordre de quatre mois », a avancé un représentant de Retia. « On a la chance que la pollution ne soit pas entrée dans la nappe phréatique », a-t-il affirmé.

Sur recommandation de l’Agence régionale de santé, Jean-Jacques Brot a cependant préconisé de « ne pas utiliser les puits par précaution » dans la commune de Vicq.

Plusieurs personnes ont aussi relevé la volatilité du produit. « On a tous senti l’odeur de pétrole, ça a duré plusieurs nuits, quelles sont les conséquences pour nous ? », a demandé un habitant.

Des animaux retrouvés morts
D’après Florence Poncet, chercheuse au Cedre, expert en pollutions accidentelles des eaux, même si le produit est particulièrement volatile, « nous sommes dans des milieux très ouverts, très ventilés », le risque pour la santé est donc faible. Elle explique que le pétrole en question « est à 60 % biodégradable. Ce qui explique sa couleur marron actuelle, visible sur les rus et ruisseau touchés ».

Concernant les conséquences sur la faune et la flore, deux kilos de petits poissons morts ont été collectés, ainsi que deux canards et deux poules d’eau, d’après Total. Mais « pas mal de plans d’eau sont propres aux alentours donc la faune peut se reporter sur ces secteurs », a tempéré Florence Poncet.

En attendant, l’ouverture de la pêche normalement prévue samedi, est repoussée sur la zone polluée, a indiqué le préfet.

Nathan Sportiello
https://www.lechorepublicain.fr/ramboui ... 10746.html

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 26 févr. 2019, 21:32

Dans les Yvelines, une fuite d'hydrocarbures sur un pipeline de Total

Simon Chodorge Usine Nouvelle le 26/02/2019

Images Une fuite d'hydrocarbures a été constatée le 25 février au niveau du pipeline d'Île-de-France de Total dans les Yvelines. La structure de 268 kilomètres relie le dépôt de Gargenville (Yvelines) à la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne). Selon la préfecture, au moins quatre hectares de champs ont été pollués ainsi que des rivières. Les opérations de dépollution vont demander plusieurs mois de travail.

Image

...............
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... al.N811250

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 26 févr. 2019, 20:03

La fuite d'hydrocarbures en Ile-de-France maîtrisée

AFP le 26 févr. 2019

La fuite d'hydrocarbures qui s'échappait depuis dimanche d'un pipeline en Île-de-France a été jugulée mardi "en fin de nuit, début de matinée" et "il n'y a plus de déversement de pétrole dans les champs", a indiqué mardi la préfecture des Yvelines.

Total "poursuit les mesures urgentes qui consistent à pomper le pétrole et à faire des travaux de terrassement pour isoler du réseau hydrographique le secteur pollué", a indiqué à l'AFP Thierry Laurent, directeur de cabinet du préfet des Yvelines.

Dimanche soir, une alarme s'est déclenchée pour signaler une fuite sur un tronçon du pipeline d'Île-de-France (PLIF) reliant le dépôt de Gargenville (Yvelines) à la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne).

Du pétrole brut s'est répandu dans un champ mais aussi dans plusieurs rus alentours. Au total, "la pollution s'étend sur sept hectares", a précisé M. Laurent.

"La police de l'eau de la direction départementale des territoires (DDT) va faire des prélèvements pour voir s'il y a de la pollution au-delà des zones touchées", a-t-il ajouté.

"Total va tout prendre en charge, y compris l'indemnisation des propriétaires agricoles et des riverains", a précisé M. Laurent.

Concernant les mesures de sécurité, il a rappelé que les champs touchés étaient interdits d'accès. Tout captage d'eau dans les ruisseaux concernés est également interdit et "il ne faut pas laisser les animaux s'y abreuver".

En revanche, "il n'y a pas de signaux laissant penser que la nappe phréatique est atteinte", a affirmé M. Laurent, précisant que des études étaient engagées pour le confirmer. Il a enfin rappelé que les opérations de dépollution seraient longues et dureraient probablement "plusieurs mois".
https://www.connaissancedesenergies.org ... see-190226

Re: Et le Pic pollution ?

par energy_isere » 25 févr. 2019, 22:57

Grosse tuile pour TOTAL :
Yvelines : fuite sur le pipeline d’lle-de-France, du pétrole dans des champs


Le Parisien avec AFP 25 février 2019,

Plusieurs communes des Yvelines sont touchées par cette fuite d’hydrocarbures.

Quelque 4 à 7 hectares de champs et des rivières dans les Yvelines ont été touchés par une fuite d’hydrocarbures sur le pipeline d’Ile-de-France, ont annoncé Total et la préfecture des Yvelines dans des communiqués ce lundi.

« Dimanche soir, vers 22h35, une alarme de baisse de pression sur le pipeline d’Ile-de-France (PLIF) s’est déclenchée sur le tronçon reliant le dépôt de Gargenville (Yvelines) à la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) », a annoncé Total, qui précise que « la présence de pétrole brut a été constatée dans un champ ». Quelque 4 à 7 hectares de champs sont concernés à Autouillet, ainsi que des rus dans les communes des Yvelines de Vicq, Boissy-sans-Avoir et Autouillet, a indiqué la préfecture.

La gendarmerie fait, elle, état de 9 à 12 hectares touchés par la pollution. « Il y a des moyens de pompage sur place. Mais plus aucun produit ne circule, le pipeline n’est plus sous pression et plus grand-chose ne s’en échappe », a précisé le directeur de cabinet du préfet, Thierry Laurent. « On est parti pour plusieurs mois d’opération », a-t-il assuré. « Il faudra sans doute plusieurs semaines pour excaver le pipeline », enfoui sous terre, puis construire des fossés autour des zones polluées, a-t-il précisé.

« Il faudra sans doute excaver l’ensemble des terres polluées »

« A terme, il faudra sans doute excaver l’ensemble des terres polluées » qui appartiennent à deux agriculteurs de Boissy-sans-Avoir, a-t-il ajouté. Total a activé sa cellule de crise et son Plan de surveillance et d’intervention (PSI). « Des investigations sont en cours pour déterminer les origines de la fuite », a précisé l’entreprise pétrolière et gazière.

20 sapeurs pompiers de la cellule anti-pollution se sont rendus sur place, ainsi que des gendarmes et des agents de l’Unité départementale de la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie (DRIEE). « Les dégâts sont importants mais localisés. C’est Total qui va se charger de l’ensemble des opérations. C’est sa responsabilité, sous le contrôle des services de l’État et de la DRIEE », a souligné Thierry Laurent.

Long de 268 kilomètres, le pipeline d’Ile-de-France transporte principalement du pétrole brut entre le port du Havre (Seine-Maritime) et la raffinerie de Grandpuits.
http://www.leparisien.fr/societe/yvelin ... D-32280599

Re: Et le Pic pollution ?

par mobar » 24 févr. 2019, 07:59

Combien de mines françaises en exploitation en 1989?
Les HBNPC* (fin en 1990) et les HBL** (fin en 2004) étaient en PLS*** depuis des lustres!

*Houillères du Bassin du Nord et du Pas de Calais (les chtis auront traduit, enfin les vrais :-" )
** Houillères du Bassin de Lorraine (les lorrains ...)
***Position Latérale de Sécurité (comme les yeuvs à la pointe :wtf: )

Haut