[Acteurs] Le secteur parapétrolier

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : [Acteurs] Le secteur parapétrolier

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par energy_isere » 29 juil. 2020, 23:34

Parapétrolier: très lourde perte pour Subsea 7

AFP parue le 29 juill. 2020

Le spécialiste des services pétroliers sous-marins Subsea 7 a annoncé mercredi une très lourde perte de près d'un milliard de dollars au deuxième trimestre, plombé par l'effet des cours bas sur le secteur parapétrolier et des dépréciations d'actifs.

Entre avril et juin, le groupe basé au Luxembourg mais coté à Oslo a subi une perte nette de 922 millions de dollars, contre un bénéfice de 24 millions un an plus tôt. La perte résulte de l'effet conjugué d'un net recul du chiffre d'affaires (-21%, à 754 millions) et de plus de 570 millions de dollars de dépréciations d'actifs liées au coup de frein des investissements dans le secteur parapétrolier.

La rare bonne nouvelle est venue des commandes dans les énergies renouvelables, principalement dans l'éolien en mer, qui ont représenté près de 85% des nouveaux contrats au deuxième trimestre.

Comme l'ensemble du secteur, Subsea 7 est doublement affecté par le plongeon du prix du pétrole qui conduit les compagnies pétrolières à réduire leurs investissements, et dans une moindre mesure par la pandémie de coronavirus, qui a eu un effet négatif sur le résultat opérationnel de 30 millions de dollars au deuxième trimestre.

En mai, Subsea 7 avait annoncé un plan de suppression de 3.000 emplois, soit un quart de ses effectifs. Les processus de consultation sociale sont "en cours" pour supprimer 1.000 postes permanents et 2.000 non-permanents, indique le groupe.

Le groupe veut également réduire de dix unités sa flotte de navires parapétroliers, qui comprenait jusque là 32 bateaux. Subsea 7 s'est déjà séparé de quatre d'entre eux et compte en vendre six de plus dans les douze prochains mois, précise-t-il mercredi.

Le plan d'économies vise à réduire d'ici au deuxième trimestre 2021 les coûts opérationnels de 400 millions de dollars en rythme annuel.

Des géants du secteur des services pétroliers, comme Schlumberger, ont eux aussi annoncé ces dernières semaines des coupes massives dans leurs effectifs et des résultats en chute libre.
https://www.connaissancedesenergies.org ... a-7-200729

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par energy_isere » 29 juil. 2020, 11:29

CGG creuse ses pertes au 2T avec la chute des cours du pétrole

AFP parue le 29 juill. 2020

Le groupe parapétrolier français CGG a creusé ses pertes au deuxième trimestre, dans un contexte de chute des cours du brut avec la pandémie de Covid-19.

La perte nette a atteint 147 millions de dollars au deuxième trimestre, contre une perte de 101 millions un an plus tôt, a annoncé CGG dans un communiqué.

Les résultats sont marqués par 94 millions de dollars de charges exceptionnelles diverses passées sur le trimestre, liées essentiellement à des dépréciations et des réévaluations d'actifs.

Le chiffre d'affaires publié a chuté de 29% à 239 millions de dollars, alors que les clients réduisent leurs dépenses pour faire face à la crise.

"Le marché des géosciences a poursuivi sa détérioration ce trimestre, les clients redéfinissant leurs portefeuilles à la suite d'une nouvelle révision en baisse de leurs dépenses E&P", d'exploration-production, a commenté la directrice générale, Sophie Zurquiyah.

Les cours du pétrole ont chuté avec la pandémie de Covid-19 qui a mis quasiment à l'arrêt certaines activités comme le transports aérien. Certains pays ont aussi tardé à ajuster leur production pétrolière, aggravant la crise.

Les compagnies pétrolières ont rapidement réagi en taillant dans leurs dépenses et en abandonnant ou en revoyant à la baisse leurs projets.

CGG avait déjà annoncé vouloir faire des économies dans ce contexte difficile. Le groupe précise qu'il attend 35 millions de dollars de baisse de coûts en 2020 et 135 millions en année pleine.

Comme le reste du secteur parapétrolier, l'entreprise de géosciences - chargée d'évaluer les ressources du sous-sol - avait déjà été mise en difficulté par la chute des cours du brut à partir de 2014.

Elle avait subi un plan de restructuration financière en 2018 puis annoncé un plan stratégique à horizon 2021 prévoyant un recentrage sur les activités où elle est en position de force: géoscience, études multiclients et équipements.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ole-200729

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par energy_isere » 25 juil. 2020, 08:57

En detail
Schlumberger taille dans l'emploi en pleine crise du marché pétrolier

AFP parue le 24 juill. 2020

Touché de plein fouet par la crise de l'or noir sur fond de Covid-19, le géant des services pétroliers Schlumberger taille à son tour dans l'emploi, avec 21.000 suppressions de postes prévues - un quart de ses effectifs.

Au deuxième trimestre, la multinationale basée à Houston (Texas) a accusé une nouvelle perte nette de 3,43 milliards de dollars, après trois premiers mois déjà clos dans le rouge (7,38 milliards de perte).

Le bénéfice net par action, qui fait référence à la Bourse de New York où le groupe est coté, s'est élevé à 5 cents ces trois derniers mois, en chute de 86% sur un an, hors éléments exceptionnels.

"Cela a probablement été le trimestre le plus difficile des dernières décennies", a reconnu le PDG Olivier Le Peuch, relevant notamment "une chute sans précédent de l'activité nord-américaine" et un recul à l'international, sous le double choc de l'effondrement des prix du pétrole et de la demande, renforcé par l'impact de l'épidémie de Covid-19.

L'activité forage, par exemple, a reculé de 28% par rapport à 2019 et de 24% par rapport au trimestre précédent, les clients pétroliers ayant revu leurs budgets à la baisse et leurs stocks à la hausse.

Le bilan négatif du trimestre tient aussi à des charges de restructuration, qui incluent plus d'un milliard de dollars d'indemnités "liées à une réduction de main d'oeuvre de plus de 21.000 employés".

Schlumberger, qui indique employer à ce jour quelque 85.000 personnes dans 120 pays, n'a donné aucun détail sur ces suppressions de postes, évoquées à l'avant-dernière page de son communiqué de résultats trimestriels.

Mais dès le printemps, l'entreprise avait annoncé des restructurations pour ménager sa trésorerie, y compris par des réductions de salaires et d'effectifs et des fermetures de sites.

- Rebond espéré -

La direction explique supprimer ainsi 1,5 milliard de dollars annuels de "coûts structurels", dont la moitié à l'international. Au programme: réorganisation géographique autour de cinq bassins d'activité, "rationalisation" de l'encadrement et recours accru au numérique.

Selon le cabinet Rystad Energy, cette crise a déjà détruit plus de 100.000 emplois dans le secteur du pétrole et du gaz aux seuls États-Unis, notamment dans le parapétrolier.

Certains, comme le Français Bourbon, spécialisé dans les services maritimes pour l'industrie pétrolière, mise désormais sur l'éolien flottant pour se diversifier.

Du côté des majors pétrolières, BP a déjà annoncé la suppression de 10.000 emplois dans le monde.

Le PDG de Schlumberger, lui, se veut toutefois "extrêmement optimiste pour l'avenir" de son groupe. Il voit la demande de pétrole commencer à "doucement se normaliser", tout en relevant les incertitudes sur le front sanitaire.

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), la production mondiale de pétrole, après avoir atteint en juin son plus bas niveau en neuf ans, devrait repartir à la hausse, avec la reprise de la demande. L'AIE est toutefois prudente, face aux risques de résurgence de la pandémie.

La demande de son côté est attendue à 92,1 mb/j cette année, soit une chute de 7,9 mb/j par rapport à 2019. Pour 2021, l'AIE attend un rebond de 5,3 mb/j, à un niveau toujours inférieur cependant à celui de 2019 en raison des incertitudes dans le secteur aérien.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ier-200724

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par phyvette » 24 juil. 2020, 17:47

:shock: 21 000.

Schlumberger prévoit la suppression de 21 000 emplois, soit un quart de ses effectifs.

https://www.ouest-france.fr/sante/virus ... fs-6917317

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par energy_isere » 20 juil. 2020, 22:27

Suite de ce post du 20 avril 2020 viewtopic.php?p=2301085#p2301085
Le groupe de services pétroliers Halliburton secoué par la chute de l'activité

AFP parue le 20 juill. 2020

Le groupe de services pétroliers américain Halliburton, heurté de plein fouet par le plongeon des prix du pétrole et la baisse des activités d'exploration et de forage, a vu son chiffre d'affaires chuter de 46% au deuxième trimestre, selon un communiqué publié lundi.

Les mesures de restrictions imposées en début d'année pour tenter d'enrayer la propagation de la pandémie de Covid-19 ont en effet fait chuter les trajets en voiture et en avion, et par ricochet la demande en énergie. Le cours du baril de brut coté à New York, le WTI, s'est effondré au printemps, chutant même temporairement en territoire négatif en avril.

Le WTI s'est depuis un peu repris mais, à environ 40 dollars le baril, reste en dessous du niveau considéré comme rentable pour de nombreuses sociétés de production de pétrole. Beaucoup ont sévèrement réduit leurs activités de forage et d'exploitation. Elles font au passage beaucoup moins appel aux services de groupes qui fournissent des technologies et équipements nécessaires à ces activités comme Halliburton.

Le chiffre d'affaires de l'entreprise s'est particulièrement effondré aux Etats-Unis, de 68%. Il a reculé de 8% dans la région Moyen-Orient/Asie, de 16% dans la région Europe/Afrique et de 39% en Amérique latine.

Basée à Houston, au Texas, la société a dû passer une charge de 2,1 milliards de dollars pour "ajuster encore un peu plus sa structure de coût aux conditions actuelles du marché", détaille un communiqué. Elle a dans la foulée encaissé une perte nette de 1,68 milliard de dollars sur la période, ses comptes s'affichant dans le rouge pour le troisième trimestre de suite.

Le groupe avait prévenu à l'issue du premier trimestre qu'il allait réduire ses frais d'environ 1 milliard de dollars et ses dépenses d'investissement de 800 millions de dollars. Ces mesures d'économies ont permis de limiter les dégâts puisque Halliburton a dégagé un profit opérationnel: hors élément exceptionnel, le groupe a gagné 5 cents par action là où les analystes s'attendaient à ce qu'il perde 11 cents.

"Malgré les difficultés du marché, les marges de nos divisions dédiées à la finalisation des projets et à la production de pétrole, au forage et à l'évaluation, ainsi que les 456 millions de dollars de trésorerie générés au cours du trimestre, montrent la rapidité et l'efficacité de nos réductions de coûts", a commenté le PDG de l'entreprise, Jeff Miller, cité dans le communiqué.

À Wall Street, l'action d'Halliburton montait de 5,8% dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la séance officielle.

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par energy_isere » 08 juil. 2020, 23:13

Raffinage pétrolier : TechnipFMC signe un contrat de plus d'un milliard de dollars en Égypte

AFP parue le 07 juill. 2020

Le groupe d'ingénierie pétrolière TechnipFMC a annoncé mardi avoir signé un "contrat majeur" pour la construction d'un complexe d'hydrocraquage pour la raffinerie d'Assiout en Égypte.

TechnipFMC qualifie de "contrat majeur" une transaction d'un montant supérieur à un milliard de dollars. Le contrat passé avec l'Assiut National Oil Processing Company (ANOPC) prévoit de "nouvelles unités de traitement telles qu'une unité de distillation sous vide, un hydrocraqueur de distillats, une unité de cokéfaction, une unité d'hydrotraitement de distillats ainsi qu'une installation de production d'hydrogène", détaille le groupe dans un communiqué.

L'hydrocraquage est une opération qui permet de convertir les produits pétroliers lourds en produits légers, en les portant à température élevée. Le complexe transformera les produits pétroliers de la raffinerie voisine en "environ 2,8 millions de tonnes par an de produits plus propres", selon TechnipFMC.

Issu de la fusion du français Technip et de l'américain FMC Technologies, le groupe devait de nouveau se scinder pour donner naissance à deux entreprises, basées respectivement à Houston et Paris. Ce projet a toutefois été repoussé en raison des conditions actuelles de marché.
https://www.connaissancedesenergies.org ... pte-200707

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par energy_isere » 06 juin 2020, 01:07

Offshore : Seadrill et Allseas dégraissent

Publié le 05/06/2020

Seadrill et Allseas se voient contraints de réduire leurs effectifs face à l’intensité de la crise du secteur des hydrocarbures. Le premier a annoncé début juin la suppression 1 400 postes à terre et en mer, soit plus de 30 % de ses effectifs.
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... egraissent

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par nemo » 03 juin 2020, 13:39

https://qph.fs.quoracdn.net/main-qimg-c ... 95414293d1

Enquéte sur la société Rubis qui aurait trafiqué du pétrole avec Daesh

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par energy_isere » 23 mai 2020, 11:30

Google promet qu’il ne construira plus d’outils d’intelligence artificielle pour l’industrie des hydrocarbures

Agence Ecofin 20 mai 2020

Le géant américain Google vient d’annoncer qu’il renonce à développer de nouvelles solutions d’intelligence artificielle qui aideront l’industrie du pétrole et du gaz à accélérer la production des énergies fossiles. Une déclaration qui fait suite à la publication par Greenpeace d’un rapport qui reproche à la société ainsi qu’à Microsoft et Amazon d’avoir aidé les majors à causer davantage de dommages à l’environnement au cours de ces dernières années.

« Ces trois entreprises technologiques semblent être conscientes du décalage entre leurs objectifs climatiques déclarés et l’impact climatique réel de l’aide apportée au secteur des combustibles fossiles pour qu’il devienne plus productif et plus efficace », a écrit Greenpeace.

Les solutions mises à disposition de l’industrie par ces compagnies technologiques ont facilité l’augmentation de l’offre de pétrole et de gaz aux États-Unis par exemple. Elles ont surtout aidé des entreprises comme Shell, BP, Chevron ou encore Exxon Mobil à doper leur production à l’échelle mondiale et par ricochet, saper leur propre engagement à réduire les émissions de carbone.

Il faut savoir que la décision de Google n’implique pas qu’il résilie ses contrats existants, mais seulement qu’il ne développe plus de nouvelles solutions pour l’extraction, se réjouit Liz Jardim, responsable de la campagne climat de Greenpeace USA, même si l’idéal aurait été une résiliation de ses contrats avec l’industrie, ajoute-t-elle.

Si Amazon n’a pas commenté l’affaire, Microsoft a déclaré que la transition des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables était compliquée, mais que la société vise toujours à être négative en carbone d’ici 2030. Greenpeace a critiqué cette posture affirmant que le contrat de Microsoft avec ExxonMobil pourrait à lui seul, « entraîner des émissions supérieures à 20 % de l’empreinte carbone annuelle de Microsoft ».
https://www.agenceecofin.com/telecom/20 ... rocarbures

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par energy_isere » 14 mai 2020, 09:49

Coronavirus: Vallourec réduit ses coûts, recapitalisation en suspens

PUBLIÉ LE 13/05/2020 PARIS (Reuters)

Vallourec a annoncé mercredi des résultats du premier trimestre marqués par la chute brutale de la demande de ses clients pétroliers, consécutive à celle des prix du brut, et a indiqué que sa recapitalisation programmée avant la crise du coronavirus restait pour le moment en suspens.

Le producteur de tubes sans soudure en acier, très exposé à un marché nord-américain des huiles et des gaz de schiste en pleine tourmente, a aussi fait savoir qu'il visait cette année 130 millions d'euros d'économies brutes, en plus de l'ajustement de ses coûts variables à l'activité, et qu'il prévoyait de réduire de 20% son enveloppe d'environ 200 millions d'investissements annoncée en février.

Le groupe a enregistré au premier trimestre une perte nette part du groupe de 74 millions d'euros (contre -90 millions un an plus tôt), un résultat brut d'exploitation de 68 millions d'euros (stable), un chiffre d'affaires de 853 millions (-17%) et un cash-flow disponible de -181 millions (contre -159 millions).

Pénalisé de longue date par une baisse des investissements du secteur pétrolier qui s'est nettement accentuée avec la crise du coronavirus, Vallourec avait annoncé mi-février une augmentation de capital de 800 millions d'euros afin de réduire son endettement.

"Alors que les marchés restent volatils, le groupe a pour intention de procéder à la réalisation de l'augmentation de capital dès que l'environnement opérationnel offrira une meilleure visibilité et que les conditions générales de marché le permettront", a-t-il fait savoir mercredi.

"Il n'y a pas de 'plan B', il n'y a pas de discussions en cours avec des tiers, avec le gouvernement ou que sais-je, l'augmentation de capital est et reste notre scénario", a déclaré mercredi son directeur financier, Olivier Mallet, lors d'une conférence téléphonique.

Vallourec, dont la dette nette s'élevait à 2,3 milliards d'euros à fin mars contre 2,0 milliards à fin 2019, dispose de 1,7 milliard de trésorerie et de 123 millions de lignes de crédit non tirées.

"SÉVÈRE DÉTÉRIORATION" EN VUE EN AMÉRIQUE DU NORD

L'essentiel de ces liquidités expirant en février 2021, il serait "extrêmement souhaitable" que la recapitalisation du groupe ait lieu avant cette date, a cependant souligné Olivier Mallet.

Vallourec a suspendu le 20 mars ses prévisions de résultats pour 2020 en raison de l'impossibilité de quantifier l'impact sur ses activités de l'épidémie de coronavirus et de ses retombées.

Il a également annoncé début avril un plan de réduction d'effectifs portant sur plus de 900 postes en Amérique du Nord, soit plus du tiers de ses effectifs dans la région.

Le groupe a estimé mercredi que, par rapport au premier trimestre, les suivants "devraient montrer une sévère détérioration des résultats en Amérique du Nord et dans une bien moindre mesure sur les marchés de l'industrie".

Cette détérioration "devrait être compensée dans une large mesure" par une activité accrue dans l'offshore brésilien, ainsi que par le soutien provenant de la bonne tenue des prix du minerai de fer notamment.

Vallourec estime également que sa "consommation de flux de trésorerie en 2020 devrait être fortement réduite par rapport au premier trimestre".
https://www.usinenouvelle.com/article/c ... ns.N964126

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par energy_isere » 14 mai 2020, 00:13

Forage : une première mondiale pour Neptune energy

Publié le 13/05/2020 lemarin

Pour la première fois au monde, deux puits ont été forés simultanément à partir d’une structure sous-marine (subsea template) intégrée, a annoncé le 13 mai Neptune energy.

Image

Neptune Energy a utilisé le semi-submersible West Phoenix pour forer simultanément deux puits à partir d’une structure sous-marine intégrée. (Photo : Seadrill)
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... une-energy

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par energy_isere » 12 mai 2020, 09:58

Le groupe parapétrolier CGG annonce un plan d'économies et de réduction de ses investissements

AFP parue le 12 mai 2020

Le groupe parapétrolier CGG a annoncé mardi un plan d'économies et de réduction de ses investissements après avoir creusé ses pertes au premier trimestre sur fond de chute des cours du brut.

Sa perte nette a atteint 98,4 millions de dollars sur les trois premiers mois de l'année, contre 30,5 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a pour sa part reculé de presque 7% à 252,7 millions de dollars.

Les cours du pétrole ont chuté dernièrement en raison de la pandémie de Covid-19, qui a causé un effondrement de la demande notamment dans le secteur des transports, tandis que les pays producteurs ont peiné à s'entendre pour réduire une offre excédentaire. Face à cette crise, les groupes pétroliers ont rapidement annoncé des mesures d'économies et taillé dans leurs investissements.

"La durée de cette grave crise est incertaine", a estimé la directrice générale de CGG, Sophie Zurquiyah, citée dans un communiqué. "Nous nous concentrons donc sur ce que nous pouvons contrôler à savoir la gestion de notre liquidité, la réduction de nos investissements et des coûts cash, l'ajustement si nécessaire de notre organisation et le maintien en parallèle de nos efforts de R&D", a-t-elle indiqué.

CGG va ainsi à son tour réaliser des économies cette année, avec une réduction de ses coûts de l'ordre de 110 millions de dollars par rapport aux prévisions initiales, et de 75 millions de ses investissements, qui sont désormais attendus autour de 300 millions.

L'entreprise, spécialisée dans les géosciences pour la recherche d'hydrocarbures, avait durement souffert, comme l'ensemble du secteur parapétrolier, à la suite de la chute des cours du brut il y a quelques années. À la suite de ces difficultés, CGG a subi une restructuration financière et s'est recentré sur certains activités.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ies-200512

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par energy_isere » 06 mai 2020, 00:18

TechnipFMC veut supprimer 700 emplois en Norvège

REUTERS•05/05/2020 PARIS, 5 mai

Le groupe fanco-américain de services pétroliers TechnipFMC FTI.N FTI.PA a l'intention de supprimer 700 emplois sur ses sites de Norvège en raison des difficultés du marché, a déclaré mardi un porte-parole.

"TechnipFMC confirme qu'en raison de la situation sans précédent du marché, le conseil d'administration du groupe en Norvège a approuvé une réduction des effectifs pouvant représenter 700 postes sur tous les sites", a-t-il dit, ajoutant que l'objectif était de finaliser la procédure d'ici fin août.

Le groupe emploie 3.100 personnes en Norvège.
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... dda832f192

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par energy_isere » 02 mai 2020, 11:28

Services pétroliers sous-marins : Subsea 7 sabre dans ses coûts face à la baisse de l'activité

AFP parue le 30 avr. 2020

Le spécialiste des services pétroliers sous-marins Subsea 7 a annoncé jeudi un gros effort de réduction des coûts pour faire face à la baisse de l'activité due à la crise sanitaire et à la chute des cours.

Subsea 7, dont la perte nette au premier trimestre a doublé sur un an pour ressortir à 38 millions de dollars, dit vouloir réduire ses coûts annuels d'environ 400 millions de dollars d'ici au second trimestre 2021. Si les détails de ce plan ne seront pas dévoilés avant le deuxième trimestre, le groupe qui emploie 12 000 personnes à travers le monde précise envisager une réduction de ses effectifs, notamment des travailleurs temporaires, et de sa flotte.

Comme l'ensemble du secteur parapétrolier, Subsea 7 est doublement affecté par la pandémie de nouveau coronavirus qui paralyse les activités et par le plongeon du prix du pétrole qui conduit les compagnies pétrolières à réduire leurs investissements.

"Cumulés, la pandémie de Covid-19 et le nouvel environnement de prix du pétrole bas ont eu un impact double sur Subsea 7 à la fois en termes d'exécution des contrats existants et de perspectives d'activités à plus long terme", écrit l'entreprise dans son rapport.

Au premier trimestre, le résultat brut d'exploitation (EBITDA) ajusté a plongé de 39%, à 68 millions de dollars, pour un chiffre d'affaires en baisse de près de 13%, à 750,6 millions de dollars. Cela reflète une baisse de l'activité en mer du Nord, un gel en Afrique et au Moyen-Orient et une augmentation des coûts due à la pandémie de Covid-19, explique le groupe. Celui-ci a renoncé plus tôt en avril à ses objectifs pour l'année en cours en raison de l'absence de visibilité sur l'attribution de nouveaux contrats et l'exécution de ceux déjà existants.

En début de matinée, l'action reculait de 0,56% à la Bourse d'Oslo, où le groupe est coté bien qu'il soit basé au Luxembourg.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ite-200430

Re: [Acteurs] Le secteur parapétrolier

par tita » 27 avr. 2020, 16:42

Un nouveau "Chapter 11", cette fois dans le domaine des services de forages offshore. Ce qui illustre bien le fait qu'il n'y a pas que la production de schiste qui est sous pression. Pour Diamond Offshore, c'est une très longue chute qui a débuté par la crise de 2008, est passée par la déconvenue de Deepwater Horizon (ils n'étaient pas impliqués, mais ils subissaient l'impact des répercussions), la chute des prix de 2014 et finalement la crise actuelle. Leur chiffre d'affaire a été divisé par 3 en 10 ans ($3 milliards à $1 milliard). Il y a aussi une concurrence et une surabondance de machines de forage en mer. Depuis 2015, l'entreprise avait juste affiché une année (2017) sans pertes.
New York (awp/afp) - Nouvelle illustration des difficultés de l'industrie de l'énergie, le groupe texan Diamond Offshore, spécialisé dans les forages en eaux profondes, a dimanche déposé le bilan sous la pression de la "guerre des prix" du pétrole et de la pandémie de coronavirus.

Le groupe, qui revendique 5,8 milliards de dollars d'actifs et 2,6 milliards de dettes, s'est placé sous la protection de la loi des faillites, qui aux Etats-Unis permet de se protéger de ses créditeurs en attendant une éventuelle restructuration.
https://www.zonebourse.com/DIAMOND-OFFS ... -30477386/

Ses actifs sont essentiellement constitués d'équipements, donc des machines de forage en mer (88% pour $5.15 milliards). Ils n'avaient quasiment plus de cash.

Son principal concurrent, Transocean, est plus gros et a subit la même proportion de baisse de chiffre d'affaire dans les 10 dernières années (mais il est 3 fois plus élevé que Diamond Offshore). Néanmoins, leurs actifs sont un peu plus solides.

Dans les autres, il y a Noble corporation (qui est dans la même situation que Diamond Offshore, et risque fort de déclarer chapter 11), Seadrill (Sorti du chapter 11 en 2018), Vallourec, TechnipFMC.

Pour tous, c'est le même scénario... Ils sont en difficulté depuis très longtemps, et toutes voyaient leur chiffre d'affaire diminuer depuis 10 ans (à part Technip qui semblait mieux s'en sortir). Le covid-19 n'est pas l'élément fondamental de leur chute, mais le point final.

Haut