Chauffage collectif par chaufferie bois

Isolation, maisons écologiques, écoconstruction... c'est ici.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8025
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par mobar » 11 déc. 2014, 19:47

kercoz a écrit :Paille fumiers melons ne doivent en aucun cas sortir du circuit d' humification......cette externalisation implique un remplacement par des intrans qui ne pourraient qu' ètre plus chimique et conso d'energie-production co2 ...transport etc ..
Ces productions ne sont pas des "déchets" mais des rémanents .....le premier bouquin agricole , même des années 30 situe le % de ce retour au sol des nutriments a des valeurs entre le 1/3 et 1/2 des besoins ( chiffre SGDK, de mémoire)
Le plus con des vignerons ( et c'est pas peu dire!) sait maintenant que son intéret c'est de broyer ses sarments dans ses rangs de vigne.
[-X Les sarments de vignes ne sont pas adaptés à des chaufferies bois, ils sont chargés en cuivre et nécessiteraient un traitement de fumée couteux qui rendrait l'installation non rentable
En plus les tonnages sont dispersés, de densité vrac faible et couteux à collecter. Gamin j'utilisais les sarments de l'année passée pour faire griller les cotelettes d'agneau pendant que mon père taillait sa vigne, cultivée en biodynamie, ça nous rajeunit pas :-$

Mieux vaut bruler des déchets industriels, des chutes de fabrication, des sciures, du bois d'éclaircie qui eux sont sans intérêt sur leur lieu de production, doivent être évacués et présentent une bonne qualité de combustion après un séchage naturel lors du stockage
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54522
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par energy_isere » 29 janv. 2015, 14:15

Le réseau de chaleur de Bagnolet bientôt alimenté au bois-énergie

29 janv 2015 enerzine

L'installation des chaudières biomasse de la chaufferie des Roses par la Société de Distribution de chaleur de Bagnolet - filiale du Groupe GDF suez - qui a débuté mercredi, alimentera dès le mois de juin 2015 le réseau de chaleur de la Ville de Bagnolet (93).

Illustration de la transition énergétique, la chaufferie des Roses connaît actuellement des travaux de grande ampleur avec un projet complet de rénovation et de reconversion : initialement alimentée en charbon, fuel lourd et électricité, elle produira bientôt de la chaleur par combustion du bois grâce à la mise en service de 2 chaudières bois de 10 MW chacune.

Au total, le recours à cette énergie locale et renouvelable permettra d'éviter le rejet de 23.700 tonnes de CO2 par an dans l'atmosphère, soit l'équivalent de 10.500 véhicules. Ainsi, la production de chaleur du réseau de Bagnolet sera assurée par la biomasse. Le projet de reconversion de la chaufferie concerne aussi la rénovation de son architecture extérieure pour une plus grande intégration au paysage local.

Le réseau de chaleur de Bagnolet a grandi et évolué au rythme des mutations de la ville. Sillonnant les quartiers Louise Michel, La Noue, La Dhuys, Le plateau, il alimente aujourd'hui 15.000 équivalent-logements grâce à 20 kilomètres de canalisations qui s'étendent de Romainville à la Porte de Montreuil.

Réseau historique de la ville, il est actuellement en pleine reconversion avec le projet de construction d'une chaufferie biomasse sur le site de la centrale de production des Roses, qui sera mise en service en juin 2015. Le réseau sera ainsi alimenté à 57 % grâce à une énergie locale et renouvelable et s'inscrira naturellement dans le programme de transition énergétique initié par la commune de Bagnolet.

Bagnolet et la SDCB sont engagés pour le développement durable et privilégient l'énergie biomasse

• Recours à une énergie locale et renouvelable : la chaufferie biomasse de Bagnolet assurera plus de 57% de la production de chaleur de l'ensemble du réseau de Bagnolet, ce qui permet une facturation à un taux de TVA réduit de 5,5%.

• Réduction des émissions de CO2 : au total, le recours à cette énergie locale et renou¬velable permet d'éviter chaque année l'émission de 23 700 tonnes de CO2 dans l'atmos¬phère, soit l'équivalent de 10 500 véhicules.

• Organisation de filières locales : la production, la transformation et l'utilisation du bois-énergie permettent de valoriser le bois-déchet et de réduire les mises en centre de stockage. Cette activité participe également au maintien et au développement d'emplois locaux.

• Une plus grande stabilité du montant de la facture des usagers dans la durée : le bois-énergie étant une ressource locale, les frais de transport sont réduits. Sa structure de coût est également déconnectée de celle des énergies fossiles.
http://www.enerzine.com/6/18087+le-rese ... rgie+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54522
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par energy_isere » 19 avr. 2015, 12:42

Montpellier : une centrale à bois produit chaleur, électricité et froid

15 Avril 2015 enerzine

A l’initiative de la Ville de Montpellier, la centrale de trigénération mise en service à Montpellier, dans le quartier Port Marianne, constitue une première en France : "elle produit simultanément, à partir du bois régional, trois énergies (chaleur, froid et électricité)."

Saluée par le label Ecocité-Ville de demain, reçu par Montpellier Méditerranée Métropole pour les opérations de son projet urbain de « Montpellier à la mer » qui s’étend sur les communes de Montpellier, Castelnau-le-Lez, Lattes et Pérols, la centrale dessert 6 quartiers et alimente plus d’un million de mètres carrés de logements, commerces, établissements scolaires, de santé et bureaux.

.................
http://www.enerzine.com/6/18300+montpel ... roid+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54522
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par energy_isere » 25 avr. 2015, 14:07

La Ville de Chambéry inaugure sa seconde chaufferie bois à Bissy

Image

Cette construction s’inscrit dans la politique de transition énergétique voulue par la Ville de Chambéry et son concessionnaire SCDC, projetée dès 2005. Après le raccordement fin 2008 de l’usine de valorisation énergétique (UVE) au réseau de chaleur, après la construction de la chaufferie bois 7MW sur les Hauts de Chambéry et sa mise en service fin 2010, cette réalisation contribue au déploiement massif des énergies renouvelables et de récupération (ENR&R) dans la production de chaleur du réseau de chaleur chambérien.

Dans cette nouvelle chaufferie 16 MW, 33 000 tonnes de bois consommés par an produiront l’énergie nécessaire à 8500 équivalent-logements. L’investissement porté par le concessionnaire SCDC s’élève à 11,850 M€, bénéficiant d’une subvention ADEME Fonds Chaleur de 1,2 M€.

Ainsi, la part des énergies renouvelables et de récupération dans le mix des énergies primaires du réseau de chaleur atteindra 67%.

Au total, l’émission de 57 000 tonnes de CO2 par an sera ainsi évitée; 60% des objectifs de réduction des émissions de CO2 inscrits au volet Habitat du Plan Climat 2020 de la Ville de Chambéry seront atteints.

Les foyers chambériens alimentés par le réseau de chaleur feront en 2015, une économie de près de 15% sur leur facture énergétique équivalente à celle de 2013.

L’installation sera publiquement inaugurée le 13 avril 2015.
http://www.bioenergie-promotion.fr/4068 ... s-a-bissy/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54522
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par energy_isere » 09 mai 2015, 14:11

La chaufferie bois de Saint-Dizier, un projet d’aménagement urbain durable

Posté par Frédéric DOUARD le 2 mai 2015

Soucieuse d’intégrer le développement durable à sa politique et de faire bénéficier ses concitoyens de la compétitivité d’une énergie locale très abondante, la Ville de Saint-Dizier en Haute-Marne a décidé de remplacer ses deux réseaux de chaleur existants et alimentées en énergies fossiles et importées par un grand réseau de chaleur unique alimenté en bois local.

Composée de deux chaudières bois pour une puissance totale de 11 000 kW, cette nouvelle chaufferie fonctionnera toute l’année et couvrira 80 % des besoins du réseau, tout en préservant l’avenir. Le recours à la biomasse permettra d’éviter l’émission de plus de 13 000 tonnes de CO2 par an, soit 260 000 tonnes de CO2 sur les 20 années du contrat.

La pose de la première pierre s’est déroulée le 5 décembre 2014 et la mise en service est prévue en octobre 2015. C’est le constructeur Weiss France qui fournit les deux chaudières de 3,4 et 6,6 MW et le condenseur de 1 MW.
http://www.bioenergie-promotion.fr/4088 ... n-durable/

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8015
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par kercoz » 09 mai 2015, 14:42

Le terme bio-masse est un cache sexe tres pratique. Il permet d' y caser aussi bien les palettes que les résidus de récolte qui en aucun cas ne devraient etre brulés.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8025
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par mobar » 09 mai 2015, 16:34

kercoz a écrit :Le terme bio-masse est un cache sexe tres pratique. Il permet d' y caser aussi bien les palettes que les résidus de récolte qui en aucun cas ne devraient etre brulés.
Assertion gratuite et aucun sexe la dessous
Les résidus de récolte ont toujours été brulés parce que très difficile à utiliser, couteux à transporter et difficiles à stocker

Ils sont d'ailleurs souvent brulés sur la parcelle pour s'en débarrasser parce que leur tonnage produit est bien supérieur à la demande et au besoin en amendement de son détenteur

Ce potentiel énergétique est bien mieux utilisé dans une chaudière biomasse ou dans une installation de production de biogaz ou de biocarburants

Voir l'étude IRSTEA du potentiel français
http://www.set-revue.fr/potentiel-de-pr ... ce-0/texte
Un potentiel total de 10,6 Mtep/an biogaz peut être obtenu en France à partir du maïs fourrage ou luzerne comme des cultures dédiées et des résidus agricoles blé, maïs, colza et tournesol. En valorisation de résidus agricoles, un potentiel de 5,1 Mtep/an peut être obtenu. Ce chiffre montre l’importance du biogaz comme une source énergétique renouvelable. La valeur moyenne de l’énergie consommée dans les différents systèmes biogaz présente 44 % et 26 % de l’énergie produite pour les cultures dédiées et les résidus maïs respectivement. Ce travail se concentre sur le bilan énergie et gaz à effet de serre dans plusieurs systèmes de la production de biogaz. Des analyses étendues aux impacts locaux sont nécessaires pour approfondir la vue globale et l’analyse environnementale des systèmes, notamment pour la gestion et l’épandage des digestats et pour les aspects agronomiques de la gestion des résidus. Le développement de filières biogaz compétitives repose bien sur une mobilisation efficace des ressources, dans des filières gérant les flux (ressources, digestats, énergie produite) à meilleur rendement énergétique global et à moindres impacts environnementaux.
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8015
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par kercoz » 09 mai 2015, 17:34

Tu racontes vraiment n' importe quoi. J' espère que tu es impliqué financièrement pour faire un tel prosélithisme ...sinon c'est du scientisme pur sucre!
il suffit de jeter un oeil sur la premiere page de GG , même l' INRA insiste pour le retour au sol de l' azote et du carbone naturel ..la lignine aussi qu' onne trouve pas dans les engrais qui compenseraient ces externalisations obscènes.
http://horizon.documentation.ird.fr/exl ... /21058.pdf
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8025
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par mobar » 09 mai 2015, 19:38

kercoz a écrit :Tu racontes vraiment n' importe quoi. J' espère que tu es impliqué financièrement pour faire un tel prosélithisme ...sinon c'est du scientisme pur sucre!
il suffit de jeter un oeil sur la premiere page de GG , même l' INRA insiste pour le retour au sol de l' azote et du carbone naturel ..la lignine aussi qu' onne trouve pas dans les engrais qui compenseraient ces externalisations obscènes.
http://horizon.documentation.ird.fr/exl ... /21058.pdf
L'azote vient des déjections humaines ou animales, il y en a très peu voire pas du tout dans les résidus de cultures

La méthanisation de lisier, de fumier, de boues d'épuration mixée avec des résidus de culture tels que la paille et les tontes produit un amendement qui est bien mieux assimilé et utilisable par les cultures sous forme de digestat que sous forme brute. Avec en plus une réduction des odeurs et des pathogènes notamment dans les procédés thermophiles

En méthanisation, la lignine et la cellulose ne sont pas dégradées et se retrouvent presque intégralement dans le digestat, elles servent seulement de support pour la croissance des bactéries méthanogènes. D'ailleurs tous les méthaniseurs un peu au fait conseillent d'en limiter les apports dans les digesteurs

La méthanisation agricole est un moyen qui ne s'oppose à rien d'autre, ce peut être réalisé en circuit ultra court et offre une production d'énergie directement valorisable en électricité, carburant ou combustible, tout ebn générant un fertilisant et en traitant la pollution et les odeurs

Si tu as quelque chose de plus pertinent pour une agriculture durable faut y aller, ta fortune est faite
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8015
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par kercoz » 09 mai 2015, 20:23

mobar a écrit :
L'azote vient des déjections humaines ou animales, il y en a très peu voire pas du tout dans les résidus de cultures



Si tu as quelque chose de plus pertinent pour une agriculture durable faut y aller, ta fortune est faite
Les BRF par ex ....on préconise un rapport C/N inf à 100 , c'est a dire de la lignine faiblement lignifié ...d' ou le diamètre 7cm moyen max des branches :
"""""Types de bois utilisables

Le bois de grosses branches (dit « caulinaire ») ne convient pas en BRF (il peut être utilisé en bois énergie). Son rapport C/N très élevé (600) nécessite une très grande quantité d'azote lors de la dégradation. Seul l'aubier et les rameaux jeunes (diamètre < 7 cm2) provenant d'un mélange d'arbres nobles (bois durs à forte teneur en tannins tels que le chêne, le châtaignier, l'érable, le hêtre, le robinier) sont utilisables en BRF. En effet, les tanins se trouvent principalement dans le duramen.""""""""""
C'est le process naturel e la pédogenèse forestière ...qui dans sa vraie vie provient des radicelles " caduques" et de même composition que les branches terminales .
Si tu veux te chauffer, tu prends des buches! le bois des talus et des résidus c'est pour faire à manger pas pour faire rouler ta bagnole ou te chauffer les roubignolles. ( c'est pour la rime)
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8025
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par mobar » 09 mai 2015, 21:21

kercoz a écrit :
mobar a écrit :
L'azote vient des déjections humaines ou animales, il y en a très peu voire pas du tout dans les résidus de cultures



Si tu as quelque chose de plus pertinent pour une agriculture durable faut y aller, ta fortune est faite
Les BRF par ex ....on préconise un rapport C/N inf à 100 , c'est a dire de la lignine faiblement lignifié ...d' ou le diamètre 7cm moyen max des branches :
"""""Types de bois utilisables

Le bois de grosses branches (dit « caulinaire ») ne convient pas en BRF (il peut être utilisé en bois énergie). Son rapport C/N très élevé (600) nécessite une très grande quantité d'azote lors de la dégradation. Seul l'aubier et les rameaux jeunes (diamètre < 7 cm2) provenant d'un mélange d'arbres nobles (bois durs à forte teneur en tannins tels que le chêne, le châtaignier, l'érable, le hêtre, le robinier) sont utilisables en BRF. En effet, les tanins se trouvent principalement dans le duramen.""""""""""
C'est le process naturel e la pédogenèse forestière ...qui dans sa vraie vie provient des radicelles " caduques" et de même composition que les branches terminales .
Si tu veux te chauffer, tu prends des buches! le bois des talus et des résidus c'est pour faire à manger pas pour faire rouler ta bagnole ou te chauffer les roubignolles. ( c'est pour la rime)
Personne ne met du BRF dans un méthaniseur ce serait une perte de volume inutile et créerait de inhibitions de la méthanisation

L'utilisation des rémanents forestiers en centrale biomasse est essentiellement une question économique, il est plus rémunérateur de les utiliser à proximité du lieu de production pour se chauffer ou produire de l'électricité que de les enfouir dans des champs éloignés avec un bénéfice que personne n'est capable de chiffrer

C'est peut être intéressant dans les pays qui comme le Canada ont une électricité renouvelable à bas cout, des forêts à profusion et une saison de culture raccourcie, mais dans nos contrées si la filière ne s'est pas développée malgré ses fervents supporters, il doit y avoir une raison!

Avec un cout de revient au m3 de 18€ hors transport, il n'y a pas besoin de chercher bien loin!
Sans parler de la correspondance en humus stabilisé : 111 m3 de BRF= 6,5 t d'humus.
Pour 1 ha amendé en BRF on arrive à plus de 2 000 € hors transport, avec un compost de digestat à 50 € la tonne, tu es à moins de 500 € livré, 4 fois moins cher pour le même apport humique, YAPAFOTO

http://www.gard.chambagri.fr/fileadmin/ ... sterie.pdf
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8015
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par kercoz » 10 mai 2015, 07:51

Tu te rends compte que tu nous sort des arguments "économiques" pour justifier des comportements éthiques.
L' objectivité, l' écologie, la vérité ne seraient elles qu' économiques ?
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8025
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par mobar » 10 mai 2015, 09:12

kercoz a écrit :Tu te rends compte que tu nous sort des arguments "économiques" pour justifier des comportements éthiques.
L' objectivité, l' écologie, la vérité ne seraient elles qu' économiques ?
Ce ne sont pas des arguments, ce sont des faits!
Que les acteurs de la filière soient sensibles au fait économique est aussi un fait!
Si le BRF est si intéressant pour l'éthique, l'écologie et la sauvegarde de la planète, une seule solution : les subventions :-"

Le cout d'une solution par rapport à l'autre est aussi un moyen de comparer les efforts nécessaires, l'énergie consommée pour produire un apport agronomique donné, et dans ce cas le comparatif est sans appel

Dés lors que le rapport des bénéfices est aussi déséquilibré, la chance de se développer du BRF se limite aux "croyants" et aux adeptes

Mais c'est une bataille de chapelle sans intérêt, les composts et digestats sont bien moins difficiles à produire que du BRF et leur apports agronomique différents, l'un n'excluant pas l'autre je ne vois pas ou est le problème, si les adeptes du BRF veulent dépenser 4 fois plus pour un résultat équivalent, c'est leur affaire
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2492
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par sherpa421 » 13 mai 2015, 16:23

mobar a écrit :Les résidus de récolte ont toujours été brulés parce que très difficile à utiliser, couteux à transporter et difficiles à stocker
Ils sont d'ailleurs souvent brulés sur la parcelle pour s'en débarrasser parce que leur tonnage produit est bien supérieur à la demande et au besoin en amendement de son détenteur
Evidement non, certaines moissonneuses batteuses peuvent broyer la paille. Suivant la demande et le coût de l'engrais l’agriculteur averti récoltera la paille ou la broiera. Si il la brûle c'est soit qu'il n'a pas trouvé preneur pour sa paille après la récolte, soit qu'il n'a pas le bon outil. Brûler c'est une perte pour l'agriculteur.
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8025
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Chauffage collectif par chaufferie bois

Message par mobar » 13 mai 2015, 17:13

sherpa421 a écrit : Brûler c'est une perte pour l'agriculteur.
Seulement s'il y avait une recette de vente de paille ou une économie liée à sa récolte
Et perte toute théorique comparée à l'acquisition d'une machine neuve, aux emprunts qui vont avec ... pour récolter un résidus dont on n'a pas l'utilité

Pour q'un agriculteur qui n'a pas l'usage ou la possibilité de vendre sa paille, s'il trouve un entrepreneur qui lui broie sa paille pour le même prix qu'une manutention et évacuation des balles, il prendra peut être, si ça lui coute plus cher que de la laisser sur place et de la bruler, il brulera ... sauf si la maréchaussée le lui interdit

Les agriculteurs n'ont pas les moyens de jeter l'argent par les fenêtres, avec leurs revenus, ils ont tout intérêt à savoir compter, s'ils veulent manger tous les jours
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Répondre