Effinergie / Maisons à basse concommation d' énergie

Isolation, maisons écologiques, écoconstruction... c'est ici.

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49566
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Habitations / Immeubles / bureaux à energie positive

Message par energy_isere » 05 janv. 2009, 21:32

Entrée en vigueur du crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt pour l'achat d'un logement BBC
2005


REGLEMENTATION - Actu-Environnement.com - 05/01/2009

Depuis la loi en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (loi TEPA) publié en juillet 2007, les acquéreurs d'un logement neuf ou existant peuvent déduire de leur déclaration d'impôt sur le revenu, 40% des intérêts de l'emprunt qu'ils ont contracté. Cette mesure est valable la première année. Le crédit d'impôt passe ensuite à 20% pour les 4 années suivantes.

Par un décret publié le 3 janvier dernier, le gouvernement a élargi ce dispositif à l'acquisition d'un bâtiment répondant au label « bâtiment basse consommation énergétique, BBC 2005 ». Le crédit d'impôt est relevé à hauteur de 40% des intérêts d’emprunt payés pendant sept ans.

Rappelons que le label BBC est attribué à des logements ne consommant pas plus de 50 kWh/m2/an d'énergie.
Cette mesure complète l'éco-prêt à taux zéro en vigueur depuis le 1er janvier, qui vise à encourager les particuliers à financer des travaux de rénovation énergétique de leur résidence principale.


http://www.actu-environnement.com/ae/ne ... _6460.php4

sur ce lien : http://www.hespul.org/De-la-RT-2005-a-l ... se-et.html

on peut lire :
Objectifs de consommation
pour la construction : 50 kWhep/m2/an
pour la rénovation : 80 kWhep/m2/an

Ces objectifs visent à réduire les consommations d’un bâtiment d’un facteur 2 par rapport à au neuf et d’un facteur 4 ou plus par rapport à l’existant.

Les consommations prises en compte sont celles de la réglementation thermique française : Le chauffage, le refroidissement, l’Eau Chaude Sanitaire, les auxiliaires, la ventilation, l’éclairage

Comme pour la réglementation thermique ces objectifs varient en fonction de la zone climatique et de l’altitude. Pour une construction neuve ils seront par exemple, respectivement :

de 84 kWhep/m2/an à Chamonix
de 60 kWhep/m2/an à Lyon
de 40 kWhep/m2/an à Marseille

Les kW "ep" prennent en compte les consommations d’énergie primaire, c’est à dire l’énergie nécessaire à la fabrication et au transport de chaque kWh.

Pour obtenir le label, il faudra donc mesurer les consommations du bâtiment en multipliant chaque kWh par les facteurs de conversion (énergie finale/énergie primaire) suivants :

Electricité = 2,58 / Fioul, Gaz naturel, GPL =1 / Bois = 0,6


Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49566
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Habitations / Immeubles / bureaux à energie positive

Message par energy_isere » 23 juin 2009, 20:30

Batiments basse consommation en France : premier bilan

(src : Ademe)

Deux ans après le lancement des appels à projets, l'Ademe tire un premier bilan positif des bâtiments basse consommation expérimentés en France.
Dans le cadre du PREBAT, programme de recherche et d’expérimentations sur l’énergie dans le bâtiment, l’Ademe accompagne ce secteur en apportant notamment son soutien à des opérations exemplaires.

................


A lire dans : http://www.enerzine.com/14/7838+batimen ... ilan+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49566
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Habitations / Immeubles / bureaux à energie positive

Message par energy_isere » 06 nov. 2009, 19:32

Premier bilan très satisfaisant pour le volet Bâtiment du Grenelle de l'environnement


Jean-Louis Borloo et Benoist Apparu ont présenté, le 28 octobre, les principaux résultats de la mise en place du plan bâtiment du Grenelle de l'environnement. La construction de bâtiments basse consommation et les travaux de rénovation thermique rencontrent un succès important.

Avec une consommation énergétique évaluée à près de 68 millions de tonnes d’équivalent pétrole chaque année et le rejet de 123 millions de tonnes de CO2 dans l'atmosphère, le bâtiment est le premier chantier du Grenelle de l'environnement dans la lutte contre le changement climatique.

Pour réduire considérablement la facture énergétique du secteur, le volet bâtiment du Grenelle de l'environnement a misé sur la construction de logements basse consommation et la rénovation thermique des logements. Depuis son lancement, le 26 février 2009, le plan bâtiment a enregistré de très bons résultats dans ces deux domaines.

Dix fois plus de bâtiments labellisés basse consommation ont été construits
L'un des objectifs phares du Grenelle est la généralisation des bâtiments basse consommation (BBC) d'ici à 2012. L'ambition est de faire passer la consommation moyenne d'énergie primaire des bâtiments neufs de 150 kWh/m2/an à 50 kWh/m2/an d'ici à 2012.

Aujourd'hui le "saut énergétique" réalisé grâce à cette mesure est considérable : 20 000 demandes de certifications BBC ont été déposées auprès des organismes compétents, soit dix fois plus que ce qui était initialement prévu. Les régions Ile-de-France, Rhône Alpes et Aquitaine sont en tête de liste avec 60 % des demandes de label BBC.

Afin de généraliser les bâtiments basse consommation, le Gouvernement a pris des mesures fiscales importantes en faveur des particuliers. A compter du 1er décembre 2009, le montant maximum du prêt à taux zéro (PTZ) sera porté jusqu'à 20 000 euros sur l'acquisition d'un logement certifié BBC. Cette majoration s'ajoute au doublement du prêt à taux zéro, prévu dans le cadre du plan de relance et prolongé jusqu’au 30 juin 2010. Après la signature des décrets ces prochains jours, un acquéreur d'un logement BBC pourra donc tripler le PTZ.

En moyenne, les aides publiques financent jusqu'à 50 % du surcoût financier nécessaire pour mettre un logement au niveau du label BBC.

Une mobilisation sans précédent pour la rénovation thermique des bâtiments
Le plan bâtiment a mis en oeuvre deux dispositifs financiers incitatifs pour réaliser des travaux de rénovation thermique. L'éco-prêt à taux zéro est ciblé sur la rénovation thermique des logements privés et l’éco-prêt logement social sur l’amélioration de la performance énergétique des logements sociaux.

En six mois, 50 000 éco-prêts à taux zéro ont été accordés pour un montant total de travaux de 1 milliard d'euros. Face à ce succès, les professionnels du secteur du bâtiment envisagent d'atteindre le chiffre de 200 000 prêts d'ici à la fin de l'année 2010.

L’éco-prêt logement social a permis la rénovation programmée de 30 000 logements. Ces opérations représentent un montant total de travaux de plus de 700 millions d'euros.

Ces deux dispositifs doivent permettre d'atteindre les objectifs fixés par le Grenelle, qui sont de :

réduire les consommations d’énergie du parc des bâtiments existants d’au moins 38 % d’ici à 2020 et, à cette fin, de rénover complètement 400 000 logements chaque année à compter de 2013 ;
rénover l'ensemble des logements sociaux avec comme priorité le traitement des 800 000 logements sociaux les plus énergivores d'ici à 2020.

--------------------------------------------------------------------------------

L'exemplarité de l'Etat
En terme de rénovation thermique, l'Etat n'est pas en reste. Une enveloppe de 200 millions d'euros a été allouée pour la rénovation énergétique des bâtiments de l'Etat. D'ici à la fin 2010, l'Etat devra avoir réalisé un audit énergétique sur l'ensemble de ses bâtiments. Les travaux de rénovation devront permettre de réduire la consommation d'énergie de 40 % et les émissions de gaz à effet de serre de 50 %.


http://www.gouvernement.fr/gouvernement ... ironnement

Le dosssier de presse pour ceux qui veulent creuser la question :
http://www.developpement-durable.gouv.f ... 43b4-1.pdf
(29 pages)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49566
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Habitations / Immeubles / bureaux à energie positive

Message par energy_isere » 04 déc. 2009, 19:21

Norme de 50 kWh/an/m2 : modulations


http://www.journaldelenvironnement.net/ ... &idThema=6

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2876
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

A propos de «Developpement Durable»

Message par krolik » 06 déc. 2009, 20:43

Le dernier rapport de l'Office Parlementaire aux choix technologiques en ce qui concerne les futures tendances légales pour l"évolution de l'habitat.
ici : http://dl.free.fr/f6E3BRg0U

@+

RAPPORT SUR
La performance énergétique des bâtiments :
comment moduler la règle pour mieux atteindre les objectifs ?
Par MM. Christian BATAILLE et Claude BIRRAUX
Députés

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49566
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: A propos de «Developpement Durable»

Message par energy_isere » 07 déc. 2009, 11:58

krolik,

je viens de transferer ici ton post, cat il s' agit du détail des mesures dont j' ai rapporté l' info juste au dessus. :-)

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2876
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: Effinergie / Maisons à basse concommation d' énergie

Message par krolik » 07 déc. 2009, 12:07

Et ce qu'il y a d'amusant c'est que les rapporteurs de la commission parlementaire sont allés visiter la maison de Bruno Comby , le président fondateur de l'AEPN... Comme quoi on peut être "nucléariste" et chercher à économiser l'énergie.

Mais dans ce papier, les rapporteurs "rêvent" en ce qui concerne du chauffage urbain à plus de 200km sous prétexte qu'il y a peu de pertes thermiques dans les tuyaux...
Ils oublient joyeusement :
- l'énergie nécessaire au transport "aller", ainsi qu'au transport "retour" du fluide caloporteur.
- les volumes à transférer pour un chauffage efficace.
En gros, ils se sont faits "enfumer" par les vendeurs de tubes.

@+

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49566
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Effinergie / Maisons à basse concommation d' énergie

Message par energy_isere » 07 déc. 2009, 12:10

krolik a écrit :Et ce qu'il y a d'amusant c'est que les rapporteurs de la commission parlementaire sont allés visiter la maison de Bruno Comby , le président fondateur de l'AEPN... Comme quoi on peut être "nucléariste" et chercher à économiser l'énergie.

Mais dans ce papier, les rapporteurs "rêvent" en ce qui concerne du chauffage urbain à plus de 200km sous prétexte qu'il y a peu de pertes thermiques dans les tuyaux...
Ils oublient joyeusement :
- l'énergie nécessaire au transport "aller", ainsi qu'au transport "retour" du fluide caloporteur.
- les volumes à transférer pour un chauffage efficace.
En gros, ils se sont faits "enfumer" par les vendeurs de tubes.

@+


Et Geneviéve Fioraso, députée à Grenoble, qui a le 1er réseau urbain de chaleur àprés Paris, s' est laissée enfumée aussi ? (Elle est dans la liste des co auteur du rapport )

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2876
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: Effinergie / Maisons à basse concommation d' énergie

Message par krolik » 07 déc. 2009, 12:28

energy_isere a écrit :

Et Geneviéve Fioraso, députée à Grenoble, qui a le 1er réseau urbain de chaleur àprés Paris, s' est laissée enfumée aussi ? (Elle est dans la liste des co auteur du rapport )


Mais le réseau de chauffage urbain de Grenoble ne s'étend pas sur des éloignements de centaines de km, ça reste dans le giron de la ville.
http://www.cciag.fr/Documents/Le%20plan%20du%20réseau%202008.pdf
A Paris les chaufferies de la CPCU / TIRU sont vraiment très proches des consommateurs, Issy les Moulineaux...et ils ne s'aventurent pas au-delà.
@+

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49566
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Effinergie / Maisons à basse concommation d' énergie

Message par energy_isere » 07 déc. 2009, 13:01

A krolik, on a du mal se comprendre,

le réseaux de chaleur de Grenoble ne parcourent effectivement que quelques km pour les points les plus éloignés,ca je confirme (j' habite Grenoble), ce en quoi je trouve étrange que Geneviée Fioraso laisse envisager des réseaux de chaleur de 200 km.
Mais je vais pas trop m' avancer, je lirais de facon plus détaillé de rapport du Sénat.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49566
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Effinergie / Maisons à basse concommation d' énergie

Message par energy_isere » 07 déc. 2009, 13:24

c' est en page 60 du rapport :

Le parc des chaufferies représente une puissance installée de 18,5 GW.
Cependant une dimension du développement possible des réseaux de chaleur reste
peu évoquée, alors qu'elle est très fortement soutenu par Pierre-René Bauquis et
Yves Farge. Elle résulte de l'observation qu’avec un parc de production
d’électricité d’une puissance de l’ordre de 80 GW, la France dissipe chaque
seconde l’équivalent de 160 GW de chaleur en pure perte ; il suffirait de convoyer
cette chaleur sous forme d’eau chaude, ou mieux, plus tard, à travers des
changements de phase de l’ammoniaque, pour la récupérer en milieu urbain.

Les progrès technologiques déjà réalisés permettent d’estimer que la perte
de température n’excéderait pas 1°C par dizaine de kilomètres parcourus. Or
beaucoup de grandes villes se trouvent à quelques dizaines de kilomètres de
centrales électriques, nucléaires ou fossiles, et pourraient être raccordées ; seules
Brest, Nice, Perpignan, Bayonne feraient exception.
La principale difficulté est de trouver, dans un contexte marqué par la
réduction des consommations énergétiques, l'équation économique qui
déclenchera les investissements nécessaires à la mise en place de ce qui
permettrait d'augmenter d'un facteur 10 le potentiel d'offre de chaleur. Vos
rapporteurs estiment que la question mérite néanmoins examen.


c' est trés prospectif cette affaire !
Quelle municipalité va prendre le risque de se lancer la dedans ?

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2876
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: Effinergie / Maisons à basse concommation d' énergie

Message par krolik » 07 déc. 2009, 14:17

Mais où il y a arnaque, c'est lorsqu'ils écrivent qu'il y a 160GW qui pourraient être utilisés..
Les160GW c'est de l'eau à 27°C typiquement...
Capacité d'utilisation de cette eau pour chauffer des bâtiments? Nulle, si ce n'est pour quelques serres dans le voisinage extrêmement proche (Max 1km) ou une ferme de crocodiles..

Il ne vous reste plus qu'a envoyer un message à votre députée pour lui dire qu'avec son expérience elle pourrait éviter à la commission de raconter des bêtise et de laisser à croire que le Père Noël peut passer tous les jours..

@+

Lansing
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1796
Inscription : 18 sept. 2005, 10:58
Localisation : Finis Terae

Re: Effinergie / Maisons à basse concommation d' énergie

Message par Lansing » 07 déc. 2009, 15:21

Rarement d'accord avec krolik mais là si. C'est parfaitement stupide.
Par contre on peut récupérer la chaleur des incinérateurs en chauffant des logements, 21400 à Brest. Et en produisant de l'électricité.
Equipements de récupération d'énergie
• 2 chaudières CITTIC CAROSSO à 2 passages (horizontal et vertical) à circulation
naturelle complétée chacune par un économiseur pour la récupération d’énergie.
Puissance de chaque chaudière : 18 MW.
Production de vapeur surchauffée (32 bars abs, 285°C) 385 386 tonnes.
soit 23,6 t/h par four (110 % du nominal chaudière)
Puissance : 15,6 MW (660 kWh par tonne de vapeur)
• 1 turbo alternateur NADROWSKI à contre pression capable de fournir une
puissance électrique de 3000 kW :
- avec de la vapeur à l’admission à 32 bars abs 285°C,
- détendue en sortie à 5 bars abs 153°C
- rotation de la turbine : 7000 tr/min.
• 1 échangeur/condenseur de vapeur d’une puissance de 25 MW alimenté par de la vapeur MP (ou HP détendue et désurchauffée) à 5 bars abs 150°C, permettant d'alimenter en chaleur le réseau de chauffage urbain de la CUB.
• aérocondenseur capable de condenser la totalité de la vapeur des deux lignes en
période estivale (par 25°C extérieur).
3.2. Rendement de récupération (données 2003)
PCI des déchets : 2 100 kcal / kg (1 cal = 4,184 J).
Débit déchet : 7,63 t/h par ligne
PCI des déchets : 2 122 kcal/kg
Puissance : 18 817 kW
Vapeur valorisable (y compris vapeur prélevée pour le réchauffage de l'air de combustion primaire)
Débit vapeur : 23,6 t/h par ligne
Puissance : 15 576 kW
(660 kWh / t vapeur)
Rendement de récupération 83 %


L'intégralité du document est ICI

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49566
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Effinergie / Maisons à basse concommation d' énergie

Message par energy_isere » 07 déc. 2009, 15:57

page 56 du rapport du sénat :

...
En tout état de cause, l'investissement dans la construction a basse
consommation se veut fondamentalement rentable sur le moyen terme, en prenant
en compte les économies réalisées sur les factures d'énergie. Cette économie est
sensible, car l'ordre de grandeur du gain avoisine un facteur 10, avec une charge
annuelle qui passe du millier d'euros a la centaine d'euros. Les ménages
bénéficiant de ces nouvelles conditions de consommation énergétique se trouvent
en outre prémunis contre les chocs de prix de l'énergie qui s'annoncent dans
l'avenir, toutes énergies confondues, du fait de l'épuisement annonce des
ressources en hydrocarbures.

......

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49566
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Effinergie / Maisons à basse concommation d' énergie

Message par energy_isere » 07 déc. 2009, 16:27

page 22 :

"L'association « Effinergie » qui s'est constituée en mars 2006 dans le but
de promouvoir, en France, la construction à basse consommation, et de développer
un référentiel de performance énergétique des bâtiments, est à l'origine d'un label,
défini par l'arrêté du 3 mai 2007, qui sert de référence pour la réglementation
thermique à venir. Ce label reprend la division de notre pays en zones climatiques
en le simplifiant, puisque seulement six coefficients correcteurs (a) de la valeur
pivot des 50 kWh sont prévus."

Image

"Le label « Effinergie » ajoute un autre coefficient correcteur (b), tenant
compte de l'altitude, dont le principe avait déjà été introduit par la RT 1988. Il
distingue trois niveaux, et ce coefficient (b) reste à zéro en dessous de 400 mètres
d'altitude, vaut 0,1 de 400 à 800 mètres, et 0,2 au dessus de 800 mètres.
La valeur plafond de consommation d'énergie primaire s'appliquant
localement devient alors :
Cmax = 50 (a + b) kWh/m2/an
Vos rapporteurs ne peuvent qu'apporter leur appui à ce dispositif de
modulation géographique et climatique qui s'appuie sur une expérience pratique de
longue date. Les auditions ont du reste permis d'en confirmer la pertinence
globale."

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité