Venezuela

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 284
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: Venezuela

Message par Paulad » 04 févr. 2019, 09:29

(De rien, même si le parti-pris est tout de même assez prononcé)

Ah bah çà y est on y vient, çà ne bouge pas assez vite pour les États-Unis.

https://www.lemonde.fr/international/ar ... _3210.html
Venezuela : la France reconnaît la légitimité de l’opposant Juan Guaido « pour organiser des élections »
Plusieurs pays de l’UE avaient donné au président Maduro jusqu’à dimanche pour annoncer un nouveau scrutin présidentiel.


Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 01h24, mis à jour à 09h20

Temps de Lecture 2 min.

La France a officiellement annoncé, lundi 4 février, que le président du Parlement vénézuélien Juan Guaido « a la légitimité pour organiser des élections » présidentielles, selon la formule utilisée par le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian

Plusieurs pays européens, dont l’Allemagne, la France, l’Espagne, les Pays-Bas, le Portugal et le Royaume-Uni, avaient donné jusqu’à dimanche au chef de l’Etat vénézuélien Nicolas Maduro pour convoquer une nouvelle élection présidentielle, faute de quoi ils reconnaîtraient son rival comme président par interim. Sur ce dernier point, « nous allons nous consulter avec nos amis européens aujourd’hui », a indiqué M. Le Drian sur France Inter.

Nicolas Maduro avait rejeté, dimanche, l’ultimatum de plusieurs pays de l’Union européenne (UE) pour l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle, alors que celui-ci expirait en fin de journée. Dans un entretien donné à la chaîne de télévision espagnole La Sexta, le dirigeant chaviste a déclaré qu’il ne ferait pas preuve de « lâcheté face aux pressions » de ceux qui réclament son départ et qui soutiennent son opposant et rival, Juan Guaido. Il a notamment déclaré :

« Pourquoi faut-il que l’UE dise à un pays du monde qui a déjà organisé des élections qu’il doit refaire son élection présidentielle, parce que ce ne sont pas ses alliés de droite qui l’ont gagnée ? Ils tentent de nous coincer avec des ultimatums pour nous obliger à en venir à une situation extrême de confrontation ».

Le président vénézuélien a répondu aux exigences européennes en disant qu’il était favorable à un groupe de contact international comprenant l’UE et des pays latino-américains, comme l’Uruguay et le Mexique, qui va se réunir jeudi à Montevideo, « une bonne initiative », selon lui.

« Moi, je soutiens cette conférence (…). Je gage que cette initiative-là permettra de s’asseoir à la table des négociations, pour un dialogue entre Vénézuéliens, pour aplanir nos différends, pour programmer un plan, une sortie qui résoudra les problèmes du Venezuela ».

Pour comprendre : L’Union européenne divisée sur la situation au Venezuela

Le président américain, Donald Trump, a, quant à lui, déclaré qu’il n’excluait pas l’envoi de troupes américaines au Venezuela. « C’est certainement une option », a-t-il dit, dimanche, dans un entretien à la chaîne CBS. Le président américain, qui a reconnu la légitimité de M. Guaido dès que celui-ci s’est autoproclamé président par intérim il y a douze jours, a en outre expliqué avoir décliné une demande d’entretien de M. Maduro.

La Russie, la Chine et la Turquie continuent, de leur côté, de soutenir le dirigeant socialiste, qui bénéficie aussi de l’appui, primordial, des forces armées vénézuéliennes.

Moscou, important bailleur de fonds du Venezuela au cours de ces dernières années, a appelé, dimanche, à la retenue. « L’objectif de la communauté internationale doit être d’aider [le Venezuela] sans ingérence destructrice de l’étranger », a estimé Alexandre Chtchetinine, directeur du département Amérique latine au ministère russe des affaires étrangères, cité par l’agence de presse Interfax.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes avaient manifesté, samedi, à travers le pays pour réclamer le départ de M. Maduro – dont le second mandat a débuté le 10 janvier après une réélection contestée en mai 2018 – ou pour le soutenir.

tita
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 960
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Venezuela

Message par tita » 05 févr. 2019, 15:37

Paulad a écrit :
03 févr. 2019, 20:35
https://www.investigaction.net/fr/ancie ... lhumanite/

« Ce qui est en jeu, ce sont les énormes, énormes ressources naturelles du Venezuela. Et je crois que si le Venezuela n’avait pas de ressources naturelles, tout le monde se ficherait de Chavez ou de Maduro ou de qui que ce soit là-bas… Si vous écrasez ce gouvernement et mettez en place un gouvernement néolibéral qui va tout privatiser et vendre, beaucoup d’entreprises multinationales engrangeront d’immenses profits, et les États-Unis sont dirigés par les multinationales. »
C'est tellement vrai! On parle de la crise du Venezuela, qui est réelle. On a un débat binaire sur la gouvernance de ce pays. Mais il y a très peu d'articles de fond qui traite des origines de cette crise et des aspects économiques. Ce n'est pas juste en remplaçant leur président que la situation économique va s'améliorer comme par magie pour la population. Un gouvernement néolibéral avait été installé dans les années 90, qui avait conduit à la révolte et à la prise de pouvoir par Chavez au début des années 2000. Chavez a commis des erreurs, entre autre dans la gestion de la grève de PVDSA en 2003 suite à la nationalisation, mais c'était déjà les USA qui mettait une pression parce qu'ils perdaient le contrôle des ressources du Venezuela. D'ailleurs, les ex-employés qui sont partis ont été accueillis à bras ouverts aux USA (immigration choisie) de façon à garder un pied et trouver un moyen de reprendre le contrôle de ces ressources. L'autre erreur est de ne pas avoir réussi à créer un tissu économique indépendant des revenus pétroliers, en prenant exemple sur la Norvège et son fond souverain par exemple.

Par l'usure, on en est arrivé à ce qu'il n'y ait plus qu'une option, celle de se plier à la volonté des USA de contrôler ces ressources.

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 284
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: Venezuela

Message par Paulad » 05 févr. 2019, 21:25

http://lesakerfrancophone.fr/la-tentati ... ernational

Je ne colle pas l'article car les photos et les citations à l'intérieur sont assez importante.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 06 févr. 2019, 00:36

Guaido Set To Open Venezuela’s Oil Sector To Private

By Tsvetana Paraskova - Feb 05, 2019

Juan Guaidó, the Venezuelan opposition leader recognized as the country’s interim president by the U.S. and several major European countries, plans to drop the requirement that Venezuela’s state oil firm PDVSA hold a majority stake in all joint projects, as the leader looks to boost oil production as soon as possible, Guaidó’s envoy to the U.S. has told Bloomberg.

“We want to go to an open economy, we want to increase oil production,” Guaidó’s U.S. envoy Carlos Vecchio said in an interview with Bloomberg.

“The majority of the oil production that we want to increase will be with the private sector,” Vecchio noted.

Under current rules, state firm PDVSA has to hold at least 51 percent in all joint oil projects in the country.

With Nicolas Maduro’s government and PDVSA running out of cash, crude oil production in Venezuela—the country sitting on the world’s largest oil reserves—has been incessantly falling over the past three years, despite Maduro touting deals with Russia and repeatedly vowing to increase oil production.

The economic collapse adds to years of mismanagement and underinvestment in the oil industry to further complicate attempts in Venezuela, one of OPEC’s five founding members, to stop the steep decline of its oil production.

OPEC figures show that Venezuela’s crude oil production dropped by another 33,000 bpd from November to just 1.148 million bpd in December, compared to average 1.911 million bpd for 2017.

Earlier this month, Wood Mackenzie analyst Ann-Louise Hittle warned that Venezuela’s crude oil production could fall below 1 million bpd after the United States imposed new sanctions on struggling oil firm PDVSA.

“We believe production will likely fall to around 900,000 b/d under pressure from sanctions and a lack of materials for workovers, but we expect waivers will ease the full impact of the sanctions until they expire,” Hittle said.

By Tsvetana Paraskova for Oilprice.com
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... Firms.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 09 févr. 2019, 10:53

Énormément d'employés dans le pétrole ont émigré et se sont placés dans le secteur pétrolier d'autres pays :
Oil Workers Exodus Could Complicate Efforts To Reverse Venezuela’s Collapse

By Tsvetana Paraskova - Feb 08, 2019,

Not only ordinary Venezuelan people have been fleeing poverty and hyperinflation in the Latin American country in recent years.

Oil workers are also leaving their poor-paying jobs in the country holding the world’s largest oil reserves for a better life and oil jobs in other oil-rich countries, leaving fewer and fewer skilled workers who could help reverse Venezuela’s collapsing crude oil production, even if Nicolas Maduro is ousted and a business and private-investment friendly leadership takes over, Associated Press correspondent Scott Smith writes.

Venezuelan oil workers have been leaving the country since 2003, with the first wave of fleeing workers under previous president Hugo Chavez. Many of those have found jobs and a new life in other countries hungry for skilled oil workers, including Kuwait, Angola, Canada, and Iraq’s semi-autonomous region of Kurdistan.

Tomas Paez, a professor at Central University of Venezuela, told AP’s Smith that Venezuela’s oil workers are employed in the oil industries in 90 countries worldwide. The initial wave of emigration began in 2003, when an estimated 30,000 Venezuelan oil workers fled, after Hugo Chavez publicly fired thousands of them for staging a strike.

Thousands more have fled since then, leaving fewer and fewer skilled workers that could help turn around the ailing oil industry.

Those who are still working in Venezuela’s oil sector work in dangerous conditions without safety precautions and many of them often report hungry for work.

More than 3 million Venezuelan people have fled the country amid an aggravating humanitarian crisis and an extreme poverty rate of 40 percent.

The economic collapse adds to years of mismanagement and underinvestment in the oil industry to further complicate attempts in Venezuela, one of OPEC’s five founding members, to stop the steep decline of its oil production.

OPEC figures show that Venezuela’s crude oil production dropped by another 33,000 bpd from November to just 1.148 million bpd in December, compared to average 1.911 million for 2017. As of this month, Venezuela’s production could accelerate the plunge because under the new U.S. sanctions, Venezuela will not be able to import U.S. naphtha to dilute its heavy crude grades.

By Tsvetana Paraskova for Oilprice.com
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... lapse.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 09 févr. 2019, 13:23

PDVSA, le pilier pétrolier de l'économie vénézuélienne en pleine débâcle

AFP le 09 févr. 2019

Pilier de l'économie vénézuélienne, l'entreprise publique PDVSA était jadis une des cinq plus grandes compagnies pétrolières au monde. Elle est aujourd'hui en pleine déconfiture, plombée par une chute de la production, une dette abyssale et les sanctions américaines.

En novembre 2017, le président Nicolas Maduro a nommé à la tête de Petroleos de Venezuela SA (PDVSA) le général Manuel Quevedo avec l'objectif d'augmenter la production d'un million de barils/jour.

Mais plutôt que de progresser, la production a encore plongé d'un million de barils/jour.

A l'arrivée au pouvoir d'Hugo Chavez (1999-2013), PDVSA produisait 3,1 millions de barils/jour, contre 1,1 million actuellement, le plus bas niveau depuis 30 ans, selon l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Pour le gouvernement, cet effondrement est à mettre sur le compte des sanctions américaines, encore renforcées dernièrement. Le 28 janvier, Washington a annoncé le gel de sept milliards de dollars d'actifs de la compagnie et lui a interdit de faire du commerce avec des entités américaines.

Les États-Unis, qui ont été les premiers à reconnaître l'opposant Juan Guaido comme président par intérim, espèrent ainsi accroître la pression sur le chef de l'État Nicolas Maduro dont ils contestent la réélection, tout comme l'opposition et une grande partie de la communauté internationale.

La chute des prix du pétrole en 2014 a marqué un tournant : le prix du baril, après avoir battu des records, a chuté presque de moitié, grevant une manne sans précédent, grâce à laquelle le Venezuela a engrangé pendant une décennie 750 milliards de dollars en exportations de brut.

Mais les spécialistes font remonter les difficultés de la compagnie publique -- classée il y a dix ans devant les géants Shell ou Chevron par le cabinet d'analyses Petroleum Intelligence Weekly -- au financement partiel par PDVSA du déficit budgétaire (20% du PIB).

"PDVSA est en faillite. Pourquoi ? Parce qu'elle est devenue une banque", estime José Gonzales, directeur de la société de conseils GCG Advisors.

- Corruption -

Dans le cadre du strict contrôle des changes en vigueur depuis 2003 -- assoupli depuis 2018 -- la compagnie pétrolière a aussi été contrainte de vendre des devises à la Banque centrale à des taux très bas. Cela a limité les investissements pour l'entretien des infrastructures, tandis que le nombre d'employés est passé de 40.000 à 150.000.

Le paiement du déficit public par la compagnie publique a aussi fait monter sa dette en flèche. Les obligations de la société représentent un tiers de la dette extérieure du Venezuela, estimée à 150 milliards de dollars.

Des sanctions américaines imposées en août 2017 interdisant l'achat de nouvelles obligations émises par le gouvernement vénézuélien et PDVSA ont par ailleurs empêché une renégociation de la dette. En novembre 2017, le Venezuela et la compagnie pétrolière nationale PDVSA ont été déclarés en défaut partiel par plusieurs agences de notation.

Dans ces conditions, il est "impossible de retrouver la production" d'autrefois, explique à l'AFP l'économiste Jesus Casique. Pour l'analyste José Toro Hardy, le Venezuela aurait besoin d'emprunter 30 milliards de dollars, et surtout d'un "changement de politique", pour augmenter sa production de 400.000 barils/jour en un an.

La corruption est aussi un élément clé pour expliquer l'effondrement de la production, qui finance 96% du budget national.

Un rapport du Parlement, unique institution aux mains de l'opposition, estime que les malversations ont coûté 11 milliards de dollars à PDVSA à l'époque faste (2004-2014), plus que les réserves actuelles du pays (8,6 milliards de dollars).

Le gel des prix de l'essence, presque gratuite dans le pays, a accentué la saignée. L'augmentation des prix, annoncée en août par le chef de l'État, n'est toujours pas entrée en vigueur. Dans le pays, le prix d'un demi-kilo de viande permet d'acheter 500 millions de litres d'essence.

Incapable de répondre à la demande, le Venezuela doit donc importer de l'essence des États-Unis, en plus du pétrole léger qui est raffiné aux États-Unis à partir de son brut lourd.

Sa vulnérabilité aux sanctions américaines s'en trouve accentuée, alors que 80% des liquidités issues des ventes de pétrole proviennent de la relation commerciale avec les États-Unis.
https://www.connaissancedesenergies.org ... cle-190209

Avatar de l’utilisateur
paradigme
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1339
Inscription : 23 mai 2006, 22:56

Re: Venezuela

Message par paradigme » 11 févr. 2019, 00:59

Le Venezuela c'est nous ?

Encore un excellent article qui pose cette question :
http://www.2000watts.org/index.php/ener ... zuela.html

Les choses arrivent petit à petit...
Guerre civile là-bas :
https://www.youtube.com/watch?v=liLviubwzoY
Et ici ? :
https://www.youtube.com/watch?v=-rvCx-AILBM

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9144
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Venezuela

Message par mobar » 12 févr. 2019, 07:25

Les mêmes causes produisent les mêmes effets.
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

tita
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 960
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Venezuela

Message par tita » 12 févr. 2019, 20:27

paradigme a écrit :
11 févr. 2019, 00:59
Le Venezuela c'est nous ?

Encore un excellent article qui pose cette question :
http://www.2000watts.org/index.php/ener ... zuela.html
Malgré les efforts, le Venezuela a atteint son peak oil en 1997 avec 3,5 millions b/j.

Quand Hugo Chavez prit le pouvoir en 1999, la production avait déjà diminué de 1 million b/j. et la corruption ravageait le pays.
Pas vraiment... Déjà, le Venezuela avait atteint un pic en 1970, à 3.75 Mb/j. Ensuite, ça a chuté de 3.44 Mb/j en 1998 à 3.1 Mb/j en 1999, quand Chavez prenait le pouvoir au tout début de l'année (donc pas 1 Mb/j). Pendant les années 90, sous le régime libéral, la production a augmenté, du fait que la ponction de l'état était beaucoup plus faible.

D'ailleurs pourquoi ça a chuté dès 1970? La compagnie pétrolière a été nationalisé en 1976, mais la loi était passé en 1971... Une loi qui stipulait que toute l'infrastructure pétrolière en main privée à ce moment-là allait être en possession de l'Etat. Et aussi que tout projet lié au pétrole devait être approuvé par l'Etat. Similaire à ce qui s'est passé à l'arrivée au pouvoir de Chavez.

Je ne cherche pas à soutenir le libéralisme. Je pense aussi que les USA sont fortement impliqués parce qu'ils ont un intérêt commercial. Ils savent probablement très bien comment récupérer ce pétrole lourd, vu qu'ils ont exploré ces réserves dans les années 90. Chavez aurait eu tout intérêt à donner plus de liberté à son entreprise pétrolière.

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 284
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: Venezuela

Message par Paulad » 14 févr. 2019, 12:21

https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... n-Oil.html

Et çà continue les menaces de la part des USA, maintenant en Inde.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 15 févr. 2019, 08:20

Venezuela: Maduro contre-attaque après l'offensive de Guaido sur le pétrole

AFP le 15 févr. 2019

Le président vénézuélien Nicolas Maduro, soutenu par une cinquantaine de pays à l'Onu, dont la Russie, la Corée du Nord ou l'Iran, a fait appel à la justice jeudi pour contrer l'offensive de l'opposant Juan Guaido sur le groupe public pétrolier PDVSA.

La Cour suprême (TSJ), acquise au gouvernement selon l'opposition, a annoncé l'ouverture de poursuites pénales contre quinze dirigeants que le Parlement, présidé par Juan Guaido, venait de nommer la veille à la tête de PDVSA et de sa filiale aux Etats-Unis, Citgo.
.......
https://www.connaissancedesenergies.org ... ole-190215

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 16 févr. 2019, 01:31

Venezuela: Washington sanctionne 5 proches de « l'ex-président » Nicolas Maduro

AFP le 15 févr. 2019

Les États-Unis ont infligé des sanctions financières contre cinq hauts responsables proches de "l'ex-président Nicolas Maduro" au Venezuela, a indiqué le Trésor américain vendredi. Ces responsables dirigent les services de renseignement, la garde présidentielle de M. Maduro, la police et la compagnie pétrolière nationale PDVSA.
........
https://www.connaissancedesenergies.org ... uro-190215

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 16 févr. 2019, 01:42

Trader Trafigura To Stop Oil Business With Venezuela
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... zuela.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 16 févr. 2019, 20:05

La Chine s'inquiète pour ses investissements au Venezuela

Par Journaliste Figaro Cyrille Pluyette le 15/02/2019 à

Des diplomates chinois auraient rencontré des représentants de l'opposition pour discuter de la dette et des projets pétroliers, selon la presse américaine.

L'histoire avait pourtant bien commencé: la Chine, destinée à devenir le premier importateur mondial de pétrole, avait les poches profondes. Le Venezuela disposait quant à lui d'énormes réserves d'or noir et voulait contrer le pouvoir américain. Le géant asiatique a donc commencé à partir de 2007, sous le règne d'Hugo Chavez, à prêter des sommes colossales à Caracas (plus de 50 milliards de dollars en une dizaine d'années), remboursables en livraisons de pétrole, et à investir massivement dans des projets énergétiques de ce pays d'Amérique latine.

Mais aujourd'hui, en pleine crise politique vénézuélienne, Pékin craint d'avoir raté son pari et de ne jamais récupérer les quelque 20 milliards de dollars que Caracas lui doit encore. Tout en continuant à soutenir officiellement Nicolas Maduro, le successeur du défunt leader socialiste, dont le maintien est mis sous pression par les États-Unis, Pékin s'est rapproché de l'opposition politique afin de protéger ses intérêts au Venezuela, ...

Cet article est réservé aux abonnés. 69% reste à lire.
http://www.lefigaro.fr/international/20 ... ezuela.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 22 févr. 2019, 20:57

Venezuela: 2,7 millions d'habitants ont fui le pays depuis 2015

AFP 22/02/2019

Dans un communiqué conjoint, le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont indiqué qu'au total, 3,4 millions de Vénézuéliens sont recensés à l'étranger, dont 700.000 avaient migré avant 2015.

Depuis cette date, le HCR a précisé qu'environ 2,7 millions de Vénézuéliens ont trouvé refuge dans les pays voisins, comme la Colombie et le Pérou.

En moyenne sur l'année 2018, 5.000 personnes environ ont quitté le Venezuela chaque jour.

Sur la base de ces chiffres, l'ONU a déclaré en décembre s'attendre à ce que le nombre de Vénézuéliens réfugiés ou vivant à l'étranger atteigne les 5,3 millions à la fin de cette année, dont 4,6 millions partis depuis 2015.

La Colombie abrite 1,1 million de réfugiés et migrants vénézuéliens, suivie du Pérou, avec 506.000 personnes, du Chili 288.000, de l'Equateur 221.000, de l'Argentine 130.000 et du Brésil 96.000.

"Les pays de la région ont fait preuve d'une solidarité extraordinaire à l'égard des réfugiés et des migrants de Venezuela (...) Mais ces chiffres soulignent les contraintes qui pèsent sur les communautés d'accueil et les besoins permanents de soutien de la communauté internationale", a déclaré Eduardo Stein, représentant spécial du HCR et de l'OIM pour les réfugiés et les migrants du Venezuela.

L'exode des Vénézuéliens fuyant cette situation économique désastreuse est considéré par l'ONU comme le déplacement de personnes le plus massif de l'histoire récente de l'Amérique latine.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... e836cbab41

Répondre