[Le Monde] AIE:le marché pétrolier face à un mur d'ici 2015?

Forum traitant des émissions, des magazines et des reportages traitants de la déplétion et des sujets proches.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9843
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Message par mobar » 08 juil. 2007, 20:37

Cassandre a écrit : Et l'envol du prix surviendra bien bien avant ! La solution, on ne l'a pas. On n'a pas réagi assez vite, assez tôt. Et à présent qu'on sait, on minimise toujours le problème pour éviter de le prendre à bras le corps.
Nous sommes une civilisation de déni, faudra pas s'étonner après du choc !
L'envol du prix on est en train d'y assister, et la réorganisation de l'économie ne va pas se faire attendre. Les énormes liquidités qui sont en train de s'accumuler dans les coffres des producteurs (compagnies et pays) vont bientôt pouvoir trouver ou s'investir dès que des perspectives de gains importantes vont se faire jour.

Les Etats Unis et le Brésil construisent à tour de bras des usines de biocarburants de première génération à 40 millions de dollars pièce, ce n'est qu'un début, dès lors que les perspectives de gains seront évidentes on verra se créer des unités de production de BTL dans des proportions encore plus importantes.

Et même si cela doit créer la famine dans les pays du sud, je doute que cela puisse ralentir le rythme. Celui qui détient la monnaie fera le jeu comme d'habitude, sans préoccupations pour ses victimes.

Même avec une bonne main de temps en temps tu ne peux espérer gagner une partie de poker face à un adversaire dont les fonds sont illimités.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9843
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Message par mobar » 08 juil. 2007, 20:57

GillesH38 a écrit :tu veux dire que tu crois que le pétrole restera en production constante, et ne descendra que quand quand on en aura plus besoin , comme les outils en silex?
Je veux dire que le plateau de production se maintiendra puis que la production déclinera progressivement jusqu'à ce que le pétrole soit épuisé. Conjointement le prix augmentera dans les proportions qui permettront de financer les énergies de substitutions vitales pour le système économique mondial.

Les utilisations les moins "vitales" au système disparaitront progressivement jusqu'a ce que soit mis au point des technos qui permettront un nouvel essor ou une stabilisation sur une situation d'équilibre.

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4671
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Message par sceptique » 08 juil. 2007, 23:55

GillesH38 a écrit :Il y a effectivement le problème de l'échelle de temps. Une baisse de 2 ou 3 % /an de la production pétrolière ça supposerait de changer de 30 % à 50 % par an de chaque usage vu les taux de renouvellement (acheter 30 à 50 % de voitures électriques, etc..).
Ceci, par exemple, boostera l'industrie automobile, générant croissance de l'emploi, de l'investissement ... Le tout en consommant beaucoup moins de matières premières.

Avatar de l’utilisateur
bastien300
Charbon
Charbon
Messages : 219
Inscription : 07 juin 2006, 21:27
Localisation : Suisse

Message par bastien300 » 09 juil. 2007, 00:46

sceptique a écrit :
GillesH38 a écrit :Il y a effectivement le problème de l'échelle de temps. Une baisse de 2 ou 3 % /an de la production pétrolière ça supposerait de changer de 30 % à 50 % par an de chaque usage vu les taux de renouvellement (acheter 30 à 50 % de voitures électriques, etc..).
Ceci, par exemple, boostera l'industrie automobile, générant croissance de l'emploi, de l'investissement ... Le tout en consommant beaucoup moins de matières premières.
A notre horizon temporel, la seule matière première qui risque de devenir plus rare et plus cher, c'est le pétrole... Il n'y a pas de raisons que cela bloque DIRECTEMENT les chaînes de production de véhicules efficients (bien qu'il soit évident que les coûts de fabrication risquent d'être affectés en partie).

Par contre, dans le contexte d'une récession liée à un 3e choc pétrolier, il reste à voir si la demande (et donc les investissements) pour des véhicules hyperefficients (hybrides rechargeable, VE, ect...) ne disparait pas à cause des difficultés économiques.... La forme de la courbe de production mondiale (et la vitesse d'une éventuel déclin) seront déterminantes pour l'émergence (ou non) de solutions alternatives. Etant donné le manque de certitude en la matière, on ne peut rien dire de la façon dont l'économie et la société en général surmonteront cette crise....
Alors pas de doute, côté fringues, sans pétrole, difficile d’avoir le style !

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7665
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Message par phyvette » 09 juil. 2007, 00:58

bastien300 a écrit :
A notre horizon temporel, aa seule matière première qui risque de devenir plus rare et plus cher, c'est le pétrole... ....
Tu en est sûr bastien ? Il semble pourtant que toutes les matières premières, du pétrole à l’uranium en passant par le nickel, cuivre , plomb qui vient de dépasser l'alu et les céréales, en fait maintenant toutes les ressources minérales ou alimentaires, connaissent une flambée des cours et rien n’indique une baisse à court terme.

Et inutile de te mettre un lien , il y en a a foison sur google.

Phyvette
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9843
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Message par mobar » 09 juil. 2007, 07:38

phyvette a écrit : Il semble pourtant que toutes les matières premières, du pétrole à l’uranium en passant par le nickel, cuivre , plomb qui vient de dépasser l'alu et les céréales, en fait maintenant toutes les ressources minérales ou alimentaires, connaissent une flambée des cours et rien n’indique une baisse à court terme.

Phyvette
Toutes les matières premières, tous les produits et toutes les énergies vont subir une hausse dont l'amplitude sera déterminée par leur niveau de rareté directe et indirecte (matières et énergies consommées par leur production). Cela nous en sommes tous convaincus.

La question est de savoir si cette hausse mettra l'économie à genoux et engendrera le chaos ou si cela créera un formidable challenge qui mobilisera les acteurs pour apporter des solutions respectueuse de l'environnement dans une nouvelle approche durable du développement.

Est ce que les sociétés et les modèles actuels seront capables de s'adapter ou est ce qu'ils disparaitrons?

Quelles qualités individuelles et collectives devront nous développer pour assurer la transition?

Ce débat mériterait d'être porté sur la place publique, qui s'y colle?

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13360
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Message par GillesH38 » 09 juil. 2007, 08:02

Cette position suppose que l'économie ne dépend que de la psychologie des acteurs, indépendamment des contraintes matérielles. Je ne sais pas si je caricature ta position, mais en tout cas c'est comme ça que je la perçois.

Je pense que c'est l'erreur No1 des économistes libéraux. Quand il disent que ce n'est pas grave si les prix du pétrole et des matières premières s'envolent, que ça encouragera les investisseurs et que ça rétablira l'offre, ils supposent que l'économie se développe dans un monde de ressources infinies, comme des humains colonisant petit à petit un monde très vaste. C'est l'essence du terraplatisme.

Le problème, c'est que ça ne marche plus quand on a rempli l'espace disponible, ou qu'on a rencontré les limites des ressources. Tout coût supplémentaire ne peut plus etre compensé par une croissance, parce qu'il n'y a plus de possibilité de croissance. Il doit etre emprunté ailleurs. Tu ne peux plus enrichir quelqu'un sans appauvrir quelqu'un d'autre, le surcoût d'une de tes consommations (le chauffage) impacte directement sur une autre (la voiture), etc, etc... Et si tu crées artificiellement trop de monnaie pour assurer ces surcoûts, tu le paies immédiatement par de l'inflation qui dévalorise ta monnaie.
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9843
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Message par mobar » 09 juil. 2007, 08:25

GillesH38 a écrit :Cette position suppose que l'économie ne dépend que de la psychologie des acteurs, indépendamment des contraintes matérielles. Je ne sais pas si je caricature ta position, mais en tout cas c'est comme ça que je la perçois.
Les contraintes d'aujourd'hui ne seront plus celles de demain.

C'est pour moi clair qu'il y aura une période de transition entre la consommation débridée du XXeme siècle et le futur régime d'équilibre qui sera trouvé demain.

Quel sera la niveau de consommation, de population, la biodiversité résiduelle demain personne n'en sait rien mais il serait extraordinaire que la vie disparaisse.

La quantité d'énergie solaire que recoit la terre serait capable de satisfaire 10 000 fois notre actuelle consommation. Certes la methode et les techniques de captation actuelles ne nous permettent pas d'en disposer, ce n'est qu'une question de temps. La situation actuelle à le mérite de nous faire prendre conscience des questions environnementales lorsque nous les aurons assimilées et intégrées à notre modèle de développement, nous explorerront de nouvelles voies.

Le modèle actuel de la société de consommation est condamné mais ce n'est qu'un épiphénomène dans l'histoire de l'humanité, ne croyons pas que parce que ce modèle est condamné que ce sera la fin de l'aventure.

La quête continue et cela promet d'être passionnant et plein de surprises.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13360
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Message par GillesH38 » 09 juil. 2007, 09:49

mobar a écrit :
GillesH38 a écrit :Cette position suppose que l'économie ne dépend que de la psychologie des acteurs, indépendamment des contraintes matérielles. Je ne sais pas si je caricature ta position, mais en tout cas c'est comme ça que je la perçois.
Les contraintes d'aujourd'hui ne seront plus celles de demain.

C'est pour moi clair qu'il y aura une période de transition entre la consommation débridée du XXeme siècle et le futur régime d'équilibre qui sera trouvé demain.

Quel sera la niveau de consommation, de population, la biodiversité résiduelle demain personne n'en sait rien mais il serait extraordinaire que la vie disparaisse.
ah mais là je suis totalement d'accord ! ;-).

Je ne vois deja aucune raison que l'humanité ne soit pas capable au moins de vivre comme au Moyen Age avec 500 millions d'habitants, et après on peut imaginer effectivement n'importe quelle situation nouvelle entre les deux. C'est juste la consommation actuelle d'énergie (1,5 tep/hab/an) qui me parait insoutenable dans le futur, pas l'existence de l'humanité.

Mais comme tu dis, ce sera passionnant d'essayer de trouver comment vivre sans fossile, on va surement pas s'ennuyer ;-).
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
Alter Egaux
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4302
Inscription : 08 févr. 2006, 15:18
Localisation : Ile de France
Contact :

Message par Alter Egaux » 09 juil. 2007, 10:24

mobar a écrit : La pression n'est pas assez forte c'est pour cela qu'il ne se fait rien ou pas assez vite.
Tout dépend de quel coté tu te places. Coté pays en voie de développement, la pression est forte, déjà avec le niveau de prix du baril. Sans parler de la pression en Irak par exemple, pays qui s'est effondré et qui sert maintenant de pompe à pétrole, largement sous pression.

Enfin, tu semble nier totalement l'inertie d'une économie exclusivement dépendante du pétrole, y compris la filière nucléaire. Tous les experts en transition énergétique tablent sur une transition de 15 à 20 ans (et ceci avec des problèmes). Vu que la transition ne démarre pas en occident, on est dans le mur, car nous allons bien trop lentement et nous en sommes encore à savoir si les incitations fiscales peuvent être prises ou pas, ou son efficace ou pas, verrouillé par les dogmes néolibéraux (qui nous annoncent que la terre est plate et que la solution est dans les tiroirs).

A part quelques pays d'exception (Suède, Cuba, Venezuela, ...), je ne vois pas de planification de transition énergétique avec une volonté étatique ferme.
mobar a écrit :Dans l'industrie dès que des perspectives financières existent les transformation sont extrêmement rapides, les usines obsolètes sont fermées ou les équipements sont changés.
Génial. Ca délocalise à l'autre bout du monde en faisant exploser les compteurs kilométriques et on de fait que des services qui ne serviront à rien lorsque le PO se sentira jusque dans la baguette de pain (par son absence).

Ce matin, sur France Inter, les journalistes flippaient sur le prix du blé, et un expert donnait sa solution : les OGM. Il est clair que les néolibéraux pensent que la solution est dans un tiroir, faisant preuve d'une grâce incapacité à analyser leur courbe. Si on veut nourrir la population demain, on a déjà la capacité alimentaire, mais on préfère nourrir les bêtes pour leur viande, question de volonté politique et de rapport de dominant/dominé.
Je dois dire que j'étais parfois sceptique sur la résilience de l'économie face au PO. Mais tout les infos concordent avec les prévisions pessimistes de quelques experts du PO, avec une erreur sur les dates seulement (6 mois ou parfois 2 ans).
Pire, le RC plombe notre capacité à répondre à ce qui va se passer. Le climat est sens dessus dessous. Chaque pays va devoir trouver des solutions ingénieuses pour gérer leurs catastrophes locales.
GillesH38 a écrit : Il y a effectivement le problème de l'échelle de temps. Une baisse de 2 ou 3 % /an de la production pétrolière ça supposerait de changer de 30 % à 50 % par an de chaque usage vu les taux de renouvellement (acheter 30 à 50 % de voitures électriques, etc..).
Oui, autant dire une crise économique sans précédent, faisant passer 1929 à une rigolade entre quelques boursicoteurs.
GillesH38 a écrit :Le risque de crise systémique est plutot grand.
Ce soir, il y a "Le Déclin de l'empire américain" avec l'excellente suite "Les Invasions barbares". 2 films visionnaires. Regarder le second, ou le père ayant un cancer en stade final, regarde son fils (néolibéraux) comme un "prince noir". J'ai connu des cancéreux en stade final. Parfois, les doses de médicaments massives leur donnent des visions, avec des répits d'une clairvoyance infinie, dû probablement à l'assimilation des "cauchemars" qu'ils ont faits.
C'est tout à fait fascinant. En général, l'entourage ni prête qu'une oreille peu attentive, (pour cause de chagrin profond), et c'est la première fois que je vois un film retranscrire ces moments et expériences "uniques".
Le film démontre la désillusion de ceux qui ont combattu le néolibéralisme et la suprématie de l'empire américain. C'est à la fois un constat d'échec d'une bande de copains qui ont une humanité débordante, mais aussi une vision réaliste du monde qui va basculer.
Les titres ne sont pas innocents :
- Le Déclin de l'empire américain,
- Les Invasions barbares.
Oui, la crise systémique est proche et le système économique aveugle n'est pas pour nous rassurer. Le chaos irakien nous montre chaque jour que les USA sont désespérés et lancés dans un engrenage de mort.
mobar a écrit : Conjointement le prix augmentera dans les proportions qui permettront de financer les énergies de substitutions vitales pour le système économique mondial.
Et le transport, clef de toute échange marchant ?
mobar a écrit : Les utilisations les moins "vitales" au système disparaitront progressivement jusqu'a ce que soit mis au point des technos qui permettront un nouvel essor ou une stabilisation sur une situation d'équilibre.
En perte : l'agriculture chimique, l'automobile, l'aviation, le tourisme de masse, le transport routier, etc...
La situation d'équilibre semble bien loin...
bastien300 a écrit : la seule matière première qui risque de devenir plus rare et plus cher
Grace erreur. Tout explose, de l'uranium à blé en passant par le maïs et le cuivre. Ce qui me glace le sang, c'est la nourriture. Manger et boire (à sa faim) risque de devenir un luxe.
mobar a écrit : Est ce que les sociétés et les modèles actuels seront capables de s'adapter ou est ce qu'ils disparaitrons?
Car tu penses que tout va devenir vertueux, pas enchantement. Soyons réaliste : l'armement, le commerce illicite et le pétrole sont les 3 piliers de notre économie mondiale. Perso, je donne un bon avenir encore à ses 3.
Les états, devant l'ampleur des problèmes climatiques et sociaux vont probablement plus du tout contrôler le trafic commercial. C'est un avenir de marché noir qui nous attend, sans règle ni morale. On ira voler le cuivre d'une maison comme on vole une caisse d'une banque. C'est l'ère du recyclage qui nous attend, mais pas celui propret avec les 3 poubelles de trie sélectif, mais un recyclage sauvage, dur et violent, ou un jardin sera plus défendu qu'une banque.
Le pire, c'est les petits black-out quotidiens qui transformeront tous les congélateurs en meuble de rangement. Oui, les coupures électriques vont nous empoisonner la vie.
mobar a écrit : il y aura une période de transition entre la consommation débridée du XXeme siècle et le futur régime d'équilibre qui sera trouvé demain.
Probablement des dizaines de régimes fascistes. Les crises des années 20 sont là pour nous rappeler que un état qui perd le contrôle de son économie est un état qui part en vrille vers une dictature, sauf rare exception comme le Front populaire en France. Mais la suite a prouvé que la France n'a pas échappé à son fascisme structurel et induit (pendant l'occupation). Pire, les derniers SS du bunker de Hitler était français, issue de la division Charlemagne.

Et il faut reconnaitre que peu de gens sont prêt à faire face à tout ce que nous prévoyons, même à oleocene.
J'ai beau essayer d'être optimiste, le cocktail est explosif. Les gens se détestent déjà. Le communautarisme règne dans le monde anglo-saxon et gagne du terrain dans le monde francophone. L'Inde et la chine sont des poudrières.
La pression démographique commence à être une impasse pour de nombreux pays, au regard de leurs ressources locales, diminuées par la pression du climat.
Non, quelque que soit mon regard, c'est un proto chaos que je vois.
Pire, ma parano de la guerre contre le terrorisme terrorise les occidentaux. Même la GB demande aux citoyens de se soumettre à la délation, pourtant eux mêmes observés par des millions de caméras.
Je veux bien être optimiste mais il faut se rendre à l'évidence, c'est un cauchemar que nous vivons en direct.

Mais je n'ai jamais été aussi déterminé. Et je veux croire encore à un sursaut. :D
mobar a écrit : Le modèle actuel de la société de consommation est condamné mais ce n'est qu'un épiphénomène dans l'histoire de l'humanité
Un épiphénomène qui a brulé le pétrole et le gaz en 150 ans, pourtant la depuis des dizaines de millions d'années. On risque de s'en souvenir.
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett

Avatar de l’utilisateur
AJH
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1571
Inscription : 28 juil. 2005, 07:20
Contact :

Message par AJH » 09 juil. 2007, 10:39

Bonjour
Je ne sais pas si ça a déjà été cité, merci de supprimer dans ce cas...
http://www.synergy-space.com/index.php? ... &Itemid=47
BP prévoit la pénurie pétrolière dans 40 ans


Dans son rapport annuel, le groupe pétrolier BP envisage l'épuisement des ressources pétrolières d'ici 2048. Comme chaque année, BP dresse un tableau de l'évolution de la consommation mondiale en matière d'énergies.

Malgré des prix élevés et volatils, la consommation globale en 2006 n'a cessé de croître dans le monde, atteignant une croissance des énergies primaires de 2,4%. Un chiffre inférieur à la consommation relevée en 2005, mais qui reste supérieur à la croissance moyenne de la décennie précédente.

Le rapport note la plus forte progression pour la consommation de charbon : +4,5% sur l'année. Une hausse principalement imputable à la Chine, qui représente 39% de la consommation de charbon au monde, et atteint 15% de la consommation énergétique mondiale toute ressources confondues.

Pour les pays développés, la hausse de la consommation s'observe principalement dans le domaine du nucléaire. L'atome enregistre une augmentation de 1,4% à l'échelle mondiale. Les deux tiers de cette consommation sont attribuables aux pays de l'OCDE.

Le gaz reste malgré tout l'énergie primaire dominante en Europe et le charbon en Asie. Au niveau mondial, le pétrole garde la tête des énergies utilisées. IL connaît néanmoins une diminution inédite de sa consommation, puisqu'il enregistre une hausse de 0,7% en 2005, soit la moitié de sa croissance annuelle moyenne des dix dernières années.

L'élévation du prix du baril n'a pas empêché la Chine d'alimenter son appétit énergétique : +7% de pétrole consommé en 2006.

Par ailleurs, BP relève une stagnation des réserves de pétrole sur la même année, et prévoit un épuisement des réserves dans 40 années et demi au rythme actuel de la production. L'épuisement progressif des réserves va de paire avec la hausse des coûts d'exploration.

Enfin, le rapport note un développement rapide des énergies alternatives, éolien et solaire notamment. Mais malgré une croissance de l'ordre de 25% en 2006, les éoliennes ne dépassent pas les 1% de la part d'éléctricité produite dans le monde, le solaire encore moins.

source : newteon

Dernière mise à jour : ( dimanche 08 juillet 2007 )
Vous voulez les misérables secourus, moi je veux la misère supprimée ( Victor Hugo )
Sociétal et Dette et monnaie
Signez la pétition " POUR QUE L'ARGENT NOUS SERVE, AU LIEU DE NOUS ASSERVIR ! "

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9843
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Message par mobar » 09 juil. 2007, 10:50

Alter Egaux a écrit : Un épiphénomène qui a brulé le pétrole et le gaz en 150 ans, pourtant la depuis des dizaines de millions d'années. On risque de s'en souvenir.
Lorsque le pétrole, le charbon, et le gaz naturel ne seront plus en quantité suffisante pour faire tourner l'économie et les structures actuelles, les consommations les moins "importantes" disparaitrons ou se réguleront.

L'humanité à existé depuis plus de 15 000 ans sans pétrole alors que sa connaissance n'était pas la notre,nous avons tous les atouts en main pour nous adapter ... lorsque nous serons collectivement conscients du problème.

A mon avis, la prise de conscience est en train de se produire. Il reste encore un peu de temps avant que la pression soit telle qu'elle suscite un changement de comportement généralisé, nous n'échapperont peut être pas à un crasch, son impact sur nos sociétés sera fonction de la rapidité de la prise de conscience collective.

Avatar de l’utilisateur
DominiqueBoscher
Brut léger
Brut léger
Messages : 422
Inscription : 02 déc. 2006, 20:22
Localisation : Nice
Contact :

Message par DominiqueBoscher » 09 juil. 2007, 11:00

Alter Egaux a écrit :J'ai beau essayer d'être optimiste, le cocktail est explosif. Les gens se détestent déjà. Le communautarisme règne dans le monde anglo-saxon et gagne du terrain dans le monde francophone. L'Inde et la chine sont des poudrières.
On a déjà eu l'occasion d'en parler dans un fil précédent dans lequel je voyais un mal dans l'immigration, non pas parce que je n'en comprend pas la raisons qui poussent les immigrés à venir dans les pays développés, mais parce que lorsque nous seront en grandes difficultés économiques, ces mêmes immigrés seront alors la cible des français de souche et les tensions (pour ne pas dire la guerre civite inter-communautaires) seront alors très problématiques.
Alter Egaux a écrit :Un épiphénomène qui a brulé le pétrole et le gaz en 150 ans, pourtant la depuis des dizaines de millions d'années. On risque de s'en souvenir.
Je vais avoir 50 ans cette année et je constate que mon grand père roulait en vélo et se déplaçait principalement à pied lorsqu'il avait 50 ans... Mon petit fils (pas encore né) se déplacera lui aussi à pied et en vélo lorsqu'il aura 50 ans !...

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9843
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Message par mobar » 09 juil. 2007, 11:06

Alter Egaux a écrit :
mobar a écrit : La pression n'est pas assez forte c'est pour cela qu'il ne se fait rien ou pas assez vite.
Tout dépend de quel coté tu te places. Coté pays en voie de développement, la pression est forte, déjà avec le niveau de prix du baril. Sans parler de la pression en Irak par exemple, pays qui s'est effondré et qui sert maintenant de pompe à pétrole, largement sous pression.
Les pays en voie de développement sont bien trop occupés à survivre et de plus ils n'ont pas les moyens de proposer ou d'expérimenter des solutions.

Ils sont moins concernés par le peak oil que nos économies qui elles vont devoir radicalement changer.

Tant que le baril n'aura réellement atteint des niveaux vraiment élevés (200 ou 500 $/bl) on restera dans les demi mesures comme les programmes de recherche français qui mobilisent péniblement quelques millions d'euros pour réinventer l'eau tiède.

Je persiste à croire que la situation n'est pas assez critique pour que les décideurs qui détiennent le pouvoir réel agissent. Ce n'est pas le sort des PVD qui peut les émouvoir, seulement la perspective de voir leurs profits s'évaporer.

On n'a jamais été si proche du dénouement, il va y avoir du sport!
Dernière modification par mobar le 09 juil. 2007, 11:11, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9843
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Message par mobar » 09 juil. 2007, 11:08

DominiqueBoscher a écrit : Je vais avoir 50 ans cette année et je constate que mon grand père roulait en vélo et se déplaçait principalement à pied lorsqu'il avait 50 ans... Mon petit fils (pas encore né) se déplacera lui aussi à pied et en vélo lorsqu'il aura 50 ans !...
Et le petit fils du bédouin en chameau ... comme disait un Sheik saoudien.

Répondre