Page 20 sur 21

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 17 janv. 2018, 05:21
par mobar
Hulot va manger un nouveau chapeau, il préconisait le statut quo!

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 18 janv. 2018, 23:40
par williams
energy_isere a écrit :
16 janv. 2018, 22:53
Le Parlement européen dit non à la pêche électrique

Publié le 16/01/2018

En séance plénière à Strasbourg le mardi 16 janvier, les députés du Parlement européen ont rejeté le courant électrique impulsionnel.

Par 402 voix favorables (232 contre et 40 abstentions), ils ont adopté un amendement au rapport de l’Espagnol Gabriel Mato (PPE) sur la Conservation des ressources halieutiques et protection des écosystèmes marins par des mesures techniques, rejetant totalement cette pratique de pêche, le pulse trawl fishing, prônée par les Néerlandais. La commission pêche du Parlement proposait de l’utiliser dans certaines dérogations.
.............
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... en-dit-non
Ceci est bon geste, mais il faut tout de même voir que la pêche électrique est interdite en Europe depuis 1998 par un règlement en faveur de la conservation des ressources de pêche mais bénéficie de dérogations depuis 2007, à titre expérimental. Donc ce nouveau vote aura t-il un effet car souvent des loi sont revoter, revoter,... et cela n'a pas d'effet puisque les loi ne sont pas respecter ou bien il y a des dérogations,... Puis la pêche électrique est une technique qui existerait soit disant depuis un siècle !

Donc espérons que cela serra respecté !

Williams

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 19 janv. 2018, 08:12
par mobar
Cela sera respecté si la commission met en place des contrôle, prévoit des sanctions et les applique
Ce qui n'est pas gagné, il étaient quand même pour une extension de la pêche électrique

On va rentrer dans des batailles juridiques et ça va prendre des mois avant de connaitre les positions des uns et des autres

M'étonnerait que les néerlandais laissent tomber sans rien négocier

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 25 févr. 2018, 13:27
par energy_isere
La pêche industrielle exploite plus de la moitié de la superficie des océans

Une carte inédite, basée sur des données satellitaires, révèle que les navires opèrent sur 200 millions de km2, une zone quatre fois plus vaste que celle utilisée par l’agriculture.

C’est une nouvelle illustration de la colossale pression que l’humain exerce sur les océans. La pêche industrielle exploite au moins 55 % de la surface des mers dans le monde – soit plus de quatre fois la superficie occupée par l’agriculture sur terre. Voilà les conclusions d’une vaste étude, publiée dans Science vendredi 23 février, qui passe au crible, avec un degré de précision inédit, l’ampleur des prises de poissons partout sur la planète, jusqu’aux déplacements du moindre navire et à ses activités heure par heure. Elle fournit une carte interactive, accessible au grand public, de l’empreinte mondiale de la pêche.

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs appartenant à des ONG (Global Fishing Watch, National Geographic Society, SkyTruth), des universités (Californie et Stanford aux Etats-Unis, Dalhousie au Canada) ainsi que Google ont récupéré 22 milliards de messages diffusés depuis les positions des systèmes d’identification automatique (SIA) des navires entre 2012 et 2016. Ces SIA, à l’origine conçus pour éviter les collisions, donnent l’identité des bateaux, leur position, leur vitesse et leur angle de rotation chaque poignée de secondes, enregistrés par des satellites et des stations au sol.
http://www.lemonde.fr/biodiversite/arti ... 52692.html

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 13 mars 2018, 16:13
par ni chaud ni froid
Honnêtement, je savais même pas que ça existait, la pêche au krill.
C'est le genre de nouvelles qui m'inquiète grandement, le genre de signal qui me fait dire qu'on est VRAIMENT en train d'attaquer une fin de cycle.

Je sais pas si on se rends compte qu'on cherche vraiment à foutre en l'air notre écosystème. Comme il est dit dans les commentaires, on sciait la branche sur laquelle on était assis, maintenant l'attaque à la tronçonneuse.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... _3244.html

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 25 mai 2018, 00:04
par energy_isere
Ce cliché pris depuis l’ISS apporte une nouvelle preuve de la surpêche !

par Yohan Demeure Sciencepost

Image

Un astronaute situé à bord de la Station spatiale internationale a photographié une zone en proie à la surpêche en Asie. Ce cliché permet d’apporter une nouvelle preuve de cette autre menace planant sur les océans.
.................
Cependant, les lumières blanches montrant la vie sur le continent contrastent avec d’autres lumières cette fois de couleur verte, témoignant de l’activité des bateaux de pêche. En effet, ce genre de lumière est utilisé pour attirer les poissons ou encore le plancton qui lui, servira d’appât pour pêcher plus aisément le calamar. Ainsi, la concentration des lumières vertes est très élevée, que ce soit dans le golfe de Thaïlande ou du côté de la mer d’Andaman.
..............
http://sciencepost.fr/2018/05/ce-cliche ... -surpeche/

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 18 juin 2018, 13:56
par energy_isere
Des pêcheurs vont bloquer plusieurs ports européens pour protester contre la pêche électrique

18 juin 2018

Des ONG et des pêcheurs traditionnels de plusieurs pays, dont la France, la Belgique, l'Allemagne et les Pays-Bas, vont bloquer lundi des ports pour protester contre la pêche électrique, méthode "qui détruit le milieu marin et menace leur survie économique", selon un communiqué de l'ONG Bloom.

L'action des pêcheurs débutera lundi à partir de 09h00, selon l'ONG, qui mène campagne contre la pêche électrique depuis plusieurs mois.

Les pêcheurs interviendront dans les ports de Boulogne-sur-Mer (France), Ijmuiden (Pays-Bas), Nieuwpoort (Belgique) et Lowestoft (Royaume-Uni). Des actions sont également prévues à Flensbourg (Allemagne), Mandriola (Italie), Saint-Mandrier, La Ciotat et Saint-Jean-de-Luz (France).

Les pêcheurs souhaitent ainsi interpeller les responsables politiques européens pour qu'ils interdisent définitivement cette technique de pêche destructrice, précise Bloom.

A Boulogne-sur-Mer, ils recevront le soutien du député européen EELV Yannick Jadot.

Une plateforme a été lancée pour permettre au public d'interpeller les décideurs européens (https://stopelectricfishing.org/).

La pêche électrique interdite notamment en Chine, au Brésil et aux États-Unis, consiste à envoyer depuis un chalut des impulsions électriques dans le sédiment pour y capturer des poissons vivant au fond des mers.

Elle est interdite en Europe depuis 1998 mais la Commission européenne permet sa pratique depuis 2006 dans le cadre d'un régime dérogatoire exceptionnel.

Les ONG accusent la Commission d'avoir cédé aux lobbies néerlandais de la pêche industrielle au détriment des petits pêcheurs.

"Au fil des ans, l'épuisement du poisson le long des côtes de la mer du Nord a amené les pêcheurs traditionnels au bord du gouffre économique. A titre d'exemple, entre 2014 et 2018, les fileyeurs des Hauts-€de-€France ont perdu en moyenne 50% de leurs captures de soles", déplore Bloom dans son communiqué.

Mi-janvier, le Parlement européen s'est prononcé pour une nouvelle interdiction de la pêche électrique dans l'UE. Cela n'est qu'une étape sur le long parcours législatif du texte, le Parlement devant négocier avec le Conseil (les États membres) et la Commission pour trouver un compromis final.

En France, l'Assemblée nationale a apporté son soutien à l'unanimité au gouvernement pour qu'il obtienne l'interdiction définitive.

Fin janvier, des pêcheurs ont déjà bloqué des ports, à Calais et à Boulogne-sur-Mer.
https://www.romandie.com/news/Des-p-che ... 928441.rom

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 24 juil. 2018, 18:40
par energy_isere
Le prix du poisson pourrait flamber d'ici à 2030

Franck Stassi le 24/07/2018

La réforme de l’industrie chinoise du poisson et la hausse de la demande pourraient contribuer à faire grimper le cours moyen de 25% de cette ressource sur les marchés internationaux.

Pour évaluer le niveau de vie d’une ville, le dernier indicateur à la mode, comme le suggère Bloomberg, est de mesurer… le prix des sushis (New York et Seattle caracolent en tête aux Etats-Unis). Or, si l’on en croît les dernières prévisions de l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), leur matière première est amenée à se renchérir au cours des prochaines années.

Entre 2016 (année de référence des dernières statistiques élaborées) et 2030, le cours moyen du poisson commercialisé sur les marchés internationaux s’apprécierait de 25%. Le prix du poisson pêché à des fins alimentaires grimperait de 17%, tandis que le prix moyen du poisson d’élevage augmenterait de 19%. Les prix de la farine de poisson gagneraient, pour leur part, 20% au cours de la période.

La croissance démographique, la hausse des revenus, et la baisse des pêches de capture sont autant de facteurs avancés pour expliquer la forte hausse des prix du poisson envisagée à l’horizon 2030. La production mondiale de poisson (pêche et aquaculture) s’apprécierait de 17,6% entre 2016 et 2030, à 200,9 millions de tonnes. L’Asie continuerait de dominer la production mondiale, avec 89% de parts de marché devant l’Europe et l’Amérique latine. Pour sa part, la consommation mondiale de poisson atteindrait 21,5 kg en 2030, contre 20,3 kg en 2016. Elle ne progresserait que de 0,4% par an, contre un taux de croissance annuel moyen de 1,7% entre 2003 et 2016.

La Chine dans le viseur

Les projets de restructuration du secteur chinois suscitent toutefois un questionnement de la part de la FAO. "Le ralentissement de la production halieutique et aquacole chinoise favorisera une progression des prix en Chine, qui se répercutera sur les prix mondiaux", explique-t-elle en référence à l’instauration de quotas dans le pays.

La mise en place de systèmes de production moins énergivores, la limitation des capacités de pêche et la délivrance de permis, et des mesures de repeuplement des stocks sont aussi envisagés dans le treizième plan quinquennal pour le développement économique et social de la République populaire de Chine. Le pays produirait 79,1 Mt de poisson en 2030, toujours en tête, contre 66,6 Mt en 2016. La majeure partie des volumes émaneraient de l’aquaculture (64,5 Mt).

A l’inverse, à l’échelle mondiale, l’aquaculture assurerait 46% des volumes en 2030, contre 53% en 2016.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... 30.N723794

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 20 août 2018, 23:19
par energy_isere
La pêche à l'explosif en Libye, fléau écologique en Méditerranée

AFP le 20/08/2018

Pas de grasse matinée pour les Libyens riverains de la Méditerranée à Tripoli, réveillés chaque week-end par les déflagrations de dynamite, une pratique de pêche ravageant les récifs et la faune marine dans l'impunité la plus totale.

Plus rentable mais beaucoup plus nuisible que les techniques classiques, cette pêche était déjà répandue en Libye. Mais elle s'est encore développée avec la prolifération des armes depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi, en 2011.

Postées sur les réseaux sociaux par des pêcheurs se vantant de leurs exploits sans crainte de poursuites judiciaires, des vidéos montrent des déflagrations soulevant l'eau de quelques mètres et projetant des dizaines de poissons morts à la surface. "On entend les déflagrations (...) mais personne ne peut les arrêter", déplore Bannour Abou-Kahal, directeur du port de pêche de Garaboulli, à l'est de Tripoli

"Elles font trembler les vieilles fenêtres de ma maison près de la mer tous les vendredis matin. Je ne m'habitue pas à ce bruit et lorsque mes petits-enfants viennent me rendre visite, je dois les rassurer en leur disant qu'il s'agit de gens qui pêchent et non de bombardements de l'Otan", raconte Mariam, 64 ans.

Faible conscience écologique

La "gélatine", mot utilisé en Libye pour identifier la matière explosive, ne laisse rien sur son passage, ni faune ni flore. "Elle tue les poissons, les oeufs, les larves et même les plantes", explique Fathi al-Zaytouni, pêcheur et poissonnier.

La pêche à la dynamite "réduit le nombre de poissons", et elle "n'est ni correcte ni saine" pour le consommateur car la chair du poisson est "déchiquetée", indique de son côté Mokhtar, un poissonnier du centre de Tripoli.

Dans ce vaste pays méditerranéen disposant d'un littoral inexploité d'environ 1.770 kilomètres, les revenus de la pêche arrivent loin derrière les recettes pétrolières dont dépend quasi exclusivement l'économie nationale.

Et la protection de l'environnement n'est pas une préoccupation à ce jour, encore moins en milieu marin, regrette une biologiste marine libyenne sous le couvert de l'anonymat.

Ainsi, l'utilisation de la dynamite ou des chalutiers qui raclent le fond des mers font des ravages sans que personne s'en préoccupe, déplore-t-elle.

Outre la dégradation des fonds marins, la pêche à l'explosif fait également des dizaines de morts et de blessés chaque année, mais les autorités, qui n'ont pu être contactés par l'AFP, ne donnent aucune statistique.

Seuls quelques médias locaux font parfois état de ces accidents. En mars 2018, trois hommes de la même famille ont été tués à Syrte (450 km à l'est de Tripoli) en désamorçant des bombes afin d'en extraire les explosifs qu'ils voulaient utiliser pour pêcher.

Cinq ans plus tôt, le cheikh Sadek al-Ghariani, qui se pose comme la plus haute autorité religieuse de Libye, avait souligné dans une fatwa (décret religieux, ndlr) que ce procédé était "interdit par les réglementations régissant la pêche. "S'il porte préjudice à l'environnement et à l'homme, il ne faut plus y recourir", avait-il tranché. Sans grand résultat.

Appel aux autorités

"Personne ne semble pouvoir y mettre un terme. (...) Il faut que les autorités et les gardes-côtes fassent leur travail" avant qu'il ne soit trop tard, clame Noureddine Souleimane, pêcheur à Tripoli.

La dégradation de la situation sécuritaire en Libye a par ailleurs poussé de nombreux travailleurs étrangers, notamment des Egyptiens et des Tunisiens, à quitter le pays. Pour l'industrie de la pêche traditionnelle, ils étaient pourtant fort utiles sur les grands chalutiers dont les propriétaires peinent à reformer les équipages.

"Rares sont les Libyens prêts à faire ce genre de travail, surtout parmi les jeunes", déplore Abdelrazag al-Bahri, pêcheur septuagénaire qui, même à la retraite, ne peut s'éloigner du port de Tripoli.

En cette nuit d'été sans lune, il se met à compter les barques au lamparo qui constellent la mer dans l'obscurité pour pêcher la sardine.

"Il y a encore de l'espoir tant que de braves pêcheurs sortent la nuit en silence pour attraper quelques poissons dans le respect de ce métier", dit-il en fixant l'horizon.
https://www.google.fr/amp/s/amp.lepoint.fr/2244551

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 22 oct. 2018, 08:21
par energy_isere
Antarctique : des albatros "espions" vont traquer les bateaux suspectés de pêche illégale

21 oct 2018 FranceInfo

Grâce à un système de balise, ces oiseaux peuvent transmettre en quasi-simultané la localisation des navires qu'ils croisent.

Des radars… embarqués sur des oiseaux. Dans les semaines à venir, des grands albatros vont aider à traquer les bateaux suspectés de pêche illégale dans les mers australes. Comment ? Grâce à un système de balise porté par ces géants des océans, transmettant en quasi-simultané la localisation des navires qu'ils croisent.

Entre novembre et mars, 150 premières balises vont être posées sur des albatros des îles Crozet, Kerguelen et Amsterdam, dans les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), après des essais concluants début 2018.

Un programme pour préserver l'espèce
C'est un programme scientifique pour préserver cette "famille d'oiseaux la plus menacée au monde" qui a débouché sur cet emploi indirect d'espion des mers, explique le Centre d'études biologiques de Chizé (CEBC), du CNRS.

Ocean Sentinel, programme labellisé par le Conseil européen de la recherche (ERC), est né d'une inquiétude sur un déclin démographique "très prononcé" des albatros des Crozet et Kerguelen, "suivis depuis près de cinquante ans, dont on connaît tous les individus", explique à l'AFP Henri Weimerskirch, directeur de recherche au CEBC. Selon l'Union internationale de conservation de la nature (UICN), 18 espèces d'albatros sur 22 sont menacées, voire en danger d'extinction. A l'échelle mondiale, on compte environ 25 000 couples reproducteurs de grands albatros (Diomedea exulans).

Des navires "en mode discret"
D'où l'idée du CEBC d'une balise dernier cri, mise au point avec une société néo-zélandaise et qui va renseigner sur le comportement des albatros, leur état, leurs déplacements, mais qui va aussi détecter les radars des bateaux croisés en route par les oiseaux.

Un point crucial, sachant que lorsqu'ils se livrent à des pêches illégales, des bateaux peuvent "éteindre" leur "système d'identification automatique" (AIS) pour passer en mode discret. En revanche, ils ne peuvent naviguer sans radar, pour des raisons de sécurité. "Or la moitié des bateaux qu'on détecte [lors des essais] n'ont pas leur AIS branché..." souligne Henri Weimerskirch. Mais avec l'albatros et sa balise, qui "capte" le bateau à partir de 5 km, "on a la localisation du bateau une demi-heure après le contact".

En cas de navire non déclaré dans ou trop près d'une Zone économique exclusive (ZEE), "l'information est fournie aux autorités, pour information et interception éventuelle", souligne la présentation d'Ocean Sentinel.
https://mobile.francetvinfo.fr/monde/en ... 96981.html

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 19 avr. 2019, 19:35
par energy_isere
La pêche minotière, menace pour la vie marine ?

Publié le 19/04/2019 lemarin.fr

Selon un nouveau rapport très polémique cosigné par la fondation américaine Changing markets, les millions de tonnes de poissons pêchées chaque année pour produire de la farine et de l’huile de poisson - principaux ingrédients des aliments pour poissons d’élevage - menacent la sécurité alimentaire et font courir le risque d’un effondrement de la vie marine.

Selon le rapport de la fondation, qui a collaboré avec l'ONG française Bloom et la fondation Pew, près de 70 % des poissons-fourrages (dont les sardines, les anchois, le maquereau et le hareng) débarqués sont transformés en farine et en huile de poisson, ce qui représente environ 20 % des captures totales de poissons sauvages dans le monde.

Pêche illicite et pollution

S’appuyant sur des études scientifiques sur l’impact de la pêche minotière (qui transforme les poissons sauvages en farine et huile de poisson), le rapport pointe du doigt l’absence de transparence et de durabilité dans le secteur des aliments pour poissons. Il met en cause la surpêche, la pêche illicite et la pollution générée par les usines de farine de poisson.

Les principaux producteurs du secteur, dont Cargill Aqua Nutrition, Skretting, Mowi (anciennement Marine Harvest) et Biomar, sont accusés « de se procurer de la matière brute dans les pays d’Afrique de l’ouest et d’Amérique latine », où ce secteur met en péril la santé des écosystèmes et la sécurité alimentaire.

Environnement et droits de l'homme

On estime en effet que 90 % des poissons utilisés pour produire des farines et huiles de poisson pourraient être directement consommés par l’homme. Le rapport fait état de « vives préoccupations quant aux effets sur l’environnement et les droits de l’homme qui accompagnent l’utilisation de farine et d’huile de poisson dans les aliments aquacoles produits par une industrie multimilliardaire », et il demande clairement l’arrêt de cette pratique.

Ce rapport ne fait pas, loin s'en faut, l'unanimité. L'Iffo, l'organisme à rôle consultatif auprès des différentes organisations et commissions internationales, qui représente les producteurs de farine et d’huile de poisson et leur commerce à travers le monde, a d'ailleurs publié dans la foulée sa réaction.

L’Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) prévoit que l’aquaculture, secteur de production alimentaire qui connaît la plus forte croissance au monde, représentera 60 % de la consommation mondiale de poissons d’ici 2030, soit 109 millions de tonnes de poisson. Le marché mondial des farines de poisson s’élevait ainsi à environ 6 milliards de dollars (5,3 milliards d’euros) en 2017 et devrait atteindre 10 milliards de dollars (8,9 milliards d’euros) d’ici 2027.
https://www.lemarin.fr/secteurs-activit ... quaculture

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 21 avr. 2019, 13:33
par energy_isere
Le Parlement européen vote l'interdiction totale de la pêche électrique dès 2021

16/04/2019

L'interdiction totale de la pêche électrique d'ici 2021 par le Parlement européen a été définitivement votée par le Parlement européen mardi 16 avril, rapporte Reuters.

Pour rappel, les négociateurs du Parlement européen et des États membres s'étaient entendus le 13 février 2019 sur l'interdiction de la pêche électrique à compter de juillet 2021. Les États membres sont d'ailleurs libres de l'interdire plus tôt dans leurs eaux territoriales, et c'est ce qu'a décidé la France au lendemain de cette entente. Selon l'AFP, celle-ci s'est engagée à "lancer la procédure d'interdiction de la pêche électrique dans les eaux sous souveraineté française dès la publication du règlement européen".

Ce mardi 16 avril, le vote définitif de son interdiction dans l'Union européenne à compter de 2021 par le Parlement est ainsi désormais acté (571 votes contre 60). Pour rappel, cette technique de pêche consiste à envoyer des décharges dans les sédiments pour faire remonter les poissons. De nombreuses ONG, des pêcheurs et des chefs cuisiniers se sont mobilisés contre, mettant notamment en cause les impacts sur les poissons, brûlés ou déformés, et sur l’écosystème au sens large. Une dérogation mise en place depuis 2007 permettait aux pêcheurs d’user de cette technique à hauteur de 5 % de la flotte, en mer du Nord.

L’association Bloom, qui lutte pour la protection marine et se bat contre la pêche électrique, a indiqué dans un communiqué publié le 16 avril : "Cette victoire prouve que David peut gagner contre Goliath. En s’attaquant à la pêche électrique, Bloom s’est confrontée à une industrie particulièrement puissante et influente, voire mafieuse à tous les niveaux européens de décision."
https://www.linfodurable.fr/environneme ... trique-des

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 03 mai 2019, 10:19
par energy_isere
L’Équateur mobilise ses forces navales contre une imposante flotte chinoise de navires de pêche près des Galapagos

PAR LAURENT LAGNEAU · 26 AVRIL 2019

Le sous-investissement chronique dont souffrent les forces navales de certains pays d’Amérique latine encourage le pillage des zones économiques exclusives [ZEE] de ces derniers par des flottes de navires de pêche chinois. Et cela vaut évidemment aussi pour l’Afrique, dont les eaux sont peu surveillées.

Selon des chiffres avancés par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture [FAO] en 2017, 3.400 navires chinois pêchent 15 millions de tonnes de poissons chaque année.

Ce phénomène a pris corps dans les années 1990, quand les ressources halieutiques chinoises se sont épuisées. Et il est estimé que la pêche illégale [qui n’est pas le seul fait de la Chine] coûterait plus de deux milliards de dollars à la seule Afrique de l’Ouest… Ce qui pénalise les économies des pays de cette région… et prive de les pêcheurs locaux de moyens de subsistance.

S’agissant de l’Amérique du Sud, un rapport récemment publié par site Dialogos America, édité par l’US Southern Command, relevait que « l’appétit insatiable de la Chine pour le poisson fait que ses navires tirent parti des difficultés des pays d’Amérique latine pour protéger leurs eaux territoriales ». Et d’expliquer que les navires chinois « sont toujours dans les eaux internationales et pêchent près des frontières maritimes des pays d’Amérique latine ».

« Des navires de pêche frigorifiques peuvent se trouver dans les eaux internationales pour transférer leurs captures, leur carburant et leurs fournitures. Bien que le transbordement puisse être légal, dans de nombreux cas, il pourrait également servir à blanchir les profits de la pêche illégale » avait ainsi expliqué Juan Carlos Sueiro, de l’organisation internationale Oceana.

L’Équateur est l’un des pays particulièrement affecté par ce phénomène. En août 2017, sa marine avait réussi à arraisonner, dans les eaux des Galapagos, le Fu Yuan Yu Leng 999. Bien que n’étant pas un chalutier, ce navire recelait dans ses congélateurs pas moins de 300 tonnes de poissons, dont certains étaient des espèces protégées. Il s’avéra par la suite que ce bâtiment chinois récupérait les prises faites par une centaine de bateaux de pêche, naviguant dans les eaux internationales, mais à la limite de celles de l’archipel. À l’époque, Quito avait convoqué l’ambassadeur de Chine pour lui remettre une protestation officielle.

Mais l’arraisonnement du Fu Yuan Yu Leng 999 ne mit pas un terme à la pêche près des zones maritimes protégées par l’Équateur. En 2018, rappelle le quotidien El Comercio, environ 300 navires de pêche furent repérés dans la même région.

Aussi, et alors qu’une nouvelle et imposante flotte de bateaux chinois [et, a priori, panaméens] se dirige vers les eaux des Galapagos, le président équatorien, Lenin Moreno a tapé du poing sur la table et a ordonné aux forces armées du pays d’envoyer des navires et des avions dans le secteur.

M. Moreno « considère que ces pratiques déprédatrices sont inacceptables, c’est pourquoi il a ordonné aux forces armées […] l’envoi de navires et d’avions pour sauvegarder la souveraineté équatorienne », a en effet indiqué le gouvernement équatorien, le 25 avril. Dans le même temps, il a demandé à son ministre des Affaires étrangères, José Valencia, de convoquer « immédiatement » l’ambassadeur de Chine.

Cela étant, les moyens de l’Armada del Ecuador sont limités. Elle dispose de cinq corvettes disponibles, de deux frégates de classe Condell, de deux sous-marins de Type 209/1300, de trois vedettes rapides de la classe Seawolf et de seulement deux patrouilleurs. Pour la surveillance maritime, elle ne peut s’appuyer que sur deux avions [1 Beechcraft Super King Air et 1 CASA CN‑235 Persuader] ainsi que sur 6 drones [2 Heron I et 4 Searcher III]. Les gardes-côtes peuvent compter sur quatre patrouilleurs livrés par le constructeur néerlandais Damen.


« C’est une flotte prédatrice, un groupe de bateaux de pêche chinois. Nous avons formé une force composée de corvettes, de navires auxiliaires, de sous-marins, de bateaux des gardes-côtes, d’aéronefs et d’élements du corps des marines », a expliqué l’amiral Darwin Jarrin Cisneros, commandant de la marine équatorienne.

« Le contrôle se fait par satellite. Lorsque les navires s’approchent des eaux juridictionnelles équatoriennes, des avions sont envoyés pour corroborer les images. Les gardes-côtes et nos unités se déplacent ensuite vers des endroits stratégiques pour empêcher la flotte [de navires de pêche] d’entrer dans les eaux équatoriennes », a continué l’officier.

La mission est de « garantir la souveraineté maritime de l’Équateur » et de « préserver une zone marine sensible comme peut l’être celle îles Galapagos, un site du patrimoine mondial », a conclu l’amiral Cisneros.

La réserve maritime des Galapagos, avec ses 133.000 km2 de surface, est la deuxième plus grande du monde. Toutes les espèces qui y vivent sont protégées.
http://www.opex360.com/2019/04/26/lequa ... galapagos/

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 06 mai 2019, 20:46
par energy_isere
Vidéo : l’Indonésie coule 51 navires étrangers saisis pour pêche illégale

Publié le 06/05/2019 lemarin.fr

Elle a l’habitude des opérations spectaculaires pour démontrer que sa politique en matière de lutte contre la pêche illégale ne faiblit pas. L’Indonésie a annoncé le samedi 4 mai qu’elle allait couler cette année 51 navires étrangers épinglés pour ce délit.

L’opération a commencé en avril quand deux navires ont été coulés au large de Bitung. Le samedi 4 mai, au large de Kalimantan, treize autres ont suivi, tous battant pavillon du Vietnam, comme la majorité (38) des 51 navires concernés par cette vaste opération. Les autres sont malaisiens, chinois ou philippins.

Diffusée en direct, cette dernière destruction a été effectuée en présence de la ministre des Pêches et des Affaires maritimes, Susi Pudjiastuti, entre autres personnalités politiques. Elle porte à 503 le nombre de bateaux de pêche illégaux détruits depuis octobre 2014. Auxquels s’ajouteront bientôt les 36 navires actuellement confisqués et dont la destruction est programmée dans les semaines à venir.

Pour le gouvernement indonésien, ces opérations « ont un impact positif sur les pêcheries indonésiennes et un effet dissuasif sur les auteurs de pêche illégale ».

Image
Treize bateaux de pêche illégaux ont été coulés en Indonésie le samedi 4 mai. (Photo : ministère indonésien des Pêches et des Affaires maritimes)
https://www.lemarin.fr/secteurs-activit ... pour-peche

Cette fois ci il les ont pas fait exploser, ils les ont coulé en les remplissant d'eau avec un bateau pompe, ce qu' on voit dans la vidéo.

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Publié : 07 mai 2019, 17:23
par alga
Excellente nouvelle. En plus touts ces bateaux coulés se transformeront en abris pour poissons.