Gaz en France

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10458
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Gaz en France

Message par mobar » 20 mars 2019, 05:18

Raminagrobis a écrit :
26 sept. 2018, 15:23
Si tu produit du méthane avec une matière à fort ratio C/H, tu as du CO2 en plus.

C'est le principe du syngaz de charbon.

Là on a deux filières en gros :

* produire du méthane à partir de solides (charbon, biomasse, pneus usagés, etc), avec un excédent de CO2 (car on fait du C0 + H20 => CO2 + H2).
* produire du méthane à partir d'électricité via l'électolyse, en mangeant du CO2. C'est le EtG.

Je m'étonne qu'on ne s'intéresse par à la solution intermédiaire. C'est à dire utiliser des solides comme source de carbone, et en complémentant avec de l'hydrogène produit par électrolyse.
il y a effectivement une voie intermédiaire plus performante, c'est de chauffer à 850°C le substrat carboné par de l'électricité et de d'oxyder le carbone par de la vapeur d'eau surchauffée, produite grâce au refroidissement du syngas avec une étape de méthanation en final, le Power & Waste to Gas
Un électrolyseur fonctionnant en parallèle permet d'équilibrer le ratio H2/CO en amont de la méthanation pour optimiser la production de méthane et réduire les pertes de carbone

Les avantages de cette chaine sont sa souplesse due à l'utilisation de l'électricité, la qualité des rejets gazeux, il n'y a pas de combustion de carbone par l'air donc des rejets de CO2 qui ne sont pas dilués par l'azote de l'air, un rendement de gazéification du carbone proche de 1 et la possibilité d'utiliser une électricité à bas cout rendue possible par la souplesse (relative) des procédés de gazéification et d'électrolyse

Une voie confidentielle explorée par quelques pionniers
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59993
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 28 mars 2019, 00:57

Des gens du forum impactés par ceci ?
Gaz: avec la fin du gisement néerlandais de Groningue, la France doit s'adapter.

AFP parue le 27 mars 2019

Avec la fin programmée du gisement de gaz de Groningue au Pays-Bas, la France doit se convertir à un autre type de gaz d'ici dix ans, un chantier d'ampleur qui va concerner certains foyers dès le mois d'avril.

Aux Pays-Bas, le gouvernement avait annoncé en mars 2018 l'arrêt anticipé d'ici à 2030 de l'extraction de gaz sur le gisement de Groningue. Cela en raison des nombreux séismes que ces activités provoquent et qui ont endommagé des habitations.

Ce gaz est actuellement utilisé par 14 millions de foyers au total en Europe (Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas), dont 1,3 million en France, concentrés dans la région des Hauts-de-France. Mais il est quelque peu différent de celui utilisé dans le reste du pays, qui pour sa part provient de mer du Nord, de Russie ou d'Algérie.

Le gaz de Groningue possède en effet un pouvoir calorifique plus faible et une pression de distribution différente. "La qualité du gaz de Groningue qui a été découvert et exploité dans les années 1960 présentait des taux d'azote un peu plus élevés que le standard international", rappelle Edouard Sauvage, directeur général de GRDF, le réseau de distribution de gaz naturel en France.

Réglages

Le passage progressif de ce gaz "B" au gaz standard (dit "H") déjà utilisé dans le reste du pays nécessite donc auparavant une vérification de la compatibilité des appareils domestiques - essentiellement chaudières et chauffe-eaux - et éventuellement un réglage gratuit par un technicien.

"En gros, il y a une grosse moitié des appareils sur lesquels il n'y a rien à faire, une petite moitié sur laquelle il y a juste un réglage à faire et il y a aujourd'hui à peu près entre 2 et 3% de matériel à changer", détaille Alain Mille, directeur du développement de GRDF.

Ces appareils anciens, de plus de 15 ans, ne sont en effet pas compatibles et leur utilisation représenterait un risque. Leur remplacement est financé par GRDF avec des montants forfaitaires définis par les pouvoirs publics (par exemple 4 000 euros pour une chaudière à gaz murale).

Une situation différente de la Belgique, où encore plus de foyers sont concernés (1 million en Flandres, 500 000 en région bruxelloise et 110 000 en Wallonie): les réglages et les éventuels remplacements d'appareils y sont à la charge du client. Toutefois , "très peu d'appareils doivent être remplacés", souligne-t-on chez ORES, l'opérateur des réseaux en région wallonne. En effet, depuis 1978, tout appareil vendu en Belgique doit être compatible avec les deux types de gaz.

Dès avril

En France, GRDF travaille pour l'instant sur quatre zones pilotes - Doullens, Gravelines, Grande-Synthe et Dunkerque - afin de préparer la phase de généralisation qui s'étendra de 2021 à 2029. Le premier basculement aura lieu dès le 9 avril pour les 6 000 clients de la zone de Doullens, un bourg de la Somme. "On pourra enfin avoir une vision très claire des difficultés", espère Edouard Sauvage.

Pour l'instant, le principal problème réside dans la difficulté à contacter certains clients et à accéder à des logements, notamment des résidences secondaires. "Nous avons encore quelques dizaines de clients pour lesquels nous n'avons pas pu avoir accès à leur installation et nous serons obligés bien évidemment de couper (l'accès au gaz du) logement", pour des raisons de sécurité, selon M. Sauvage.

Du côté du médiateur national de l'énergie, on se dit "très attentif et vigilant" sur le projet de conversion, sans avoir détecté de problème jusqu'à présent. "Pour l'instant on n'a pas de litiges, de questions, ni de remontées de consommateurs qui sont situés dans cette région et qui vont être concernées par le projet", indique Frédérique Coffre, directrice générale des services du médiateur.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ter-190327

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7734
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Gaz en France

Message par phyvette » 28 mars 2019, 01:09

Non, gaz bouteille chez moi.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59993
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 26 sept. 2019, 20:34

Elengy devrait prolonger la vie de son terminal de Fos-Tonkin

Publié le 26/09/2019

L’appel au marché pour trouver des clients au plus petit des deux terminaux GNL de Fos a été un succès, indique la filiale d’Engie au marin.

Image
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... fos-tonkin

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59993
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 29 nov. 2019, 20:43

Gaz: la France devrait être bien approvisionnée cet hiver

AFP•29/11/2019

La France devrait être bien approvisionnée en gaz cet hiver, même en cas de vague de froid exceptionnelle ou de crise russo-ukrainienne, ont estimé vendredi les gestionnaires du réseau de transport.

"Le système gazier devrait répondre à la demande de l'ensemble des consommateurs de gaz français l'hiver prochain, même en cas de pointe de froid exceptionnelle", jugent GRTgaz et Teréga.

"Les gestionnaires de réseaux de transport de gaz ne formulent pas aujourd'hui d'alerte particulière", indiquent-ils dans un communiqué commun, en publiant leurs perspectives pour l'hiver 2019/2020.

Pour son approvisionnement, la France peut compter sur les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) via les terminaux méthaniers, sur les importations via les réseaux des pays voisins ainsi que sur les stocks constitués avant l'hiver.

Ceux-ci sont à leur maximum: les volumes souscrits dans les stockages atteignaient 129 térawattheures (TWh) fin octobre, au plus haut niveau depuis 2010.

"On n'a pas d'inquiétude particulière en termes de sécurité d'approvisionnement en cas de crise" russo-ukrainienne, a indiqué Thierry Trouvé, le directeur général de GRTgaz, lors d'une conférence de presse. La France peut en effet facilement s'approvisionner par d'autres routes.

L'accord de transit entre la Russie et l'Ukraine arrive à son terme fin 2019 et les deux pays, à couteaux tirés, n'arrivent pour l'instant pas à se mettre d'accord pour la suite.

"Si le gaz qui transite par l'Ukraine, pour des raisons liées à ces désaccords, venait à ne plus transiter, ça créerait probablement un peu de nervosité sur les marchés et donc probablement un petit peu d'augmentation de prix", a toutefois jugé Thierry Trouvé.

GRTgaz, détenu à 75% par Engie, possède et exploite la majorité du réseau de transport de gaz en France. Teréga possède pour sa part un réseau plus petit, concentré dans le sud-ouest.
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... af9c4955f0

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59993
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » Hier, 19:23

Accords d’achat-vente de gaz entre Engie et Sonatrach

Publié le 05/12/2019 lemarin

Le français Engie a signé des accords d’achat de gaz avec la compagnie étatique algérienne Sonatrach. Ils se traduiront en particulier par la livraison de GNL au terminal méthanier de Fos-Tonkin.

Image
Le terminal de Fos Tonkin
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... -sonatrach

Répondre