Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 13 oct. 2019, 14:59

Suite de post du 26 avril 2016 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 20#p389320

Le stockage '' sec'' de combustible ISF2 bientôt prêt.
Chernobyl used fuel store ready for commissioning

24 September 2019

Holtec International has announced completion of the pre-commissioning programme, or 'cold tests', for the Chernobyl Interim Spent Nuclear Fuel Storage Facility (ISF-2) in Ukraine. It is the world's largest dry storage installation.

The principal contractors on the ISF-2 facility project are Ukraine's UTEM, Germany's BNG and Italy's Maloni. The project, supported by the Nuclear Safety Account managed by the London-headquartered European Bank for Reconstruction and Development, will provide for the processing and storage of the used nuclear fuel from units 1, 2 and 3, which is required for the decommissioning of the Chernobyl plant.

Completion of cold testing was marked by the demonstration on 29 August of full functionality of the facility with no major issues or impediments to its licensed operation, Holtec said. This was confirmed at a working meeting by State Nuclear Regulatory Inspectorate of Ukraine on 6 September.

ISF-2 will formally enter commissioning once the operator - Chernobyl Nuclear Power Plant (ChNPP) - obtains an individual operation licence from the regulator. This will initiate the campaign to dismember each of Chernobyl’s more than 21,000 fuel assemblies into three parts - two fuel bundles and an activated connecting rod - in a purpose-built ‘hot cell’ and place them in interim dry storage.
.......
http://www.world-nuclear-news.org/Artic ... missioning

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 02 nov. 2019, 20:39

Les chevaux sauvages de Tchernobyl

par Brice Louvet, rédacteur sciencesBrice Louvet, rédacteur sciences 1 novembre 2019

Introduits il y a quelques années dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, les chevaux de Przewalski poursuivent leur lente convalescence.
........
https://sciencepost.fr/les-chevaux-sauv ... chernobyl/

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12506
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par mobar » 24 janv. 2020, 22:37

https://www.goodplanet.info/2016/04/27/ ... chernobyl/
La catastrophe de Tchernobyl a coûté 700 milliards de dollars en 30 ans, estime l’ONG Green Cross. Un rapport, publié le 21 avril, évalue le coût de l’explosion, les dommages causés aux terres à proximité de la centrale et les conséquences sanitaires et économiques sur les populations. Le document mesure les coûts directs et indirects sur le court terme et le long terme. Pour ce faire, les chercheurs ont compilé les chiffres avancés par différentes études traitant des coûts économiques de la catastrophe par secteur. Ainsi, la décontamination de la zone irradiée est estimée à 67 milliards de dollars. Quant à eux, les coûts sanitaires s’élèvent à près de 100 milliards de dollars. Ils comprennent les frais liés à la protection sociale des pays, de la prise en charge médicale et du suivi psychologique.

Les deux grandes victimes économiques de cette catastrophe sont la Biélorussie et l’Ukraine, dont les frais totaux sont estimés à respectivement 235 milliards et 198 milliards de dollars depuis 1986. « Cette étude est nécessaire pour comprendre que les coûts de n’importes quelles centrales nucléaires n’englobent pas que leur construction et leur maintenance : il y a aussi le prix d’un accident potentiel », concluent les auteurs.
Une idée pour les coûts d'un évènement comparable à Gravelines ou au Tricastin?
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 06 avr. 2020, 00:12

Feu de forêt à Tchernobyl : la radioactivité s'envole

Par AFP - 50 Avril 2020

L’Ukraine a signalé dimanche une hausse de la radioactivité, en raison d’un feu de forêt qui s’est déclaré la veille, dans la zone d’exclusion entourant la centrale de Tchernobyl, théâtre en 1986 du pire accident nucléaire de l’histoire.

"De mauvaises nouvelles"

"Il y a de mauvaises nouvelles : la radioactivité est supérieure à la normale au coeur de l’incendie", a déclaré sur Facebook Egor Firsov, à la tête du service d’inspection écologique.

M. Firsov a accompagné son message d’une vidéo montrant un compteur Geiger affichant un niveau de radioactivité 16 fois supérieur à la normale.

Les flammes ont envahi plus de 100 hectares dans la parcelle forestière située autour de la centrale accidentée, à une centaine de kilomètres au nord de la capitale Kiev.

Pas de danger, selon les autorités
Les services d’urgence avaient dans un premier temps assuré dimanche qu’il n’y avait pas de hausse de la radioactivité après avoir pourtant fait état samedi de "difficultés" dans leurs efforts en vue de venir à bout du sinistre en raison d’une augmentation de celle-ci dans certains endroits.

Les autorités ont affirmé que les localités avoisinantes n’étaient pas en danger.

Deux avions, un hélicoptère et une centaine de pompiers sont mobilisés pour lutter contre l’incendie.

La centrale arrêtée en 2000
Le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986 contaminant, selon certaines estimations, jusqu’aux trois quarts de l’Europe.

Après cette catastrophe, les autorités ont évacué des centaines de milliers de personnes et un vaste territoire, couvrant plus de 2000 kilomètres carrés, est resté à l’abandon.

Trois autres réacteurs de la centrale ont continué de fonctionner après le drame. Le dernier a été arrêté en 2000, marquant la fin de toute activité industrielle à Tchernobyl.
https://www.lalsace.fr/faits-divers-jus ... e-s-envole

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 12 avr. 2020, 09:25

Tchernobyl : Les satellites de la NASA montrent les inquiétants feux de forêt autour de la centrale

par GUILLAUME PIGEARD, le 11 avril 2020

Un puissant incendie ravage la forêt autour de l’ancienne centrale nucléaire de Tchernobyl. Les vues satellitaires montrent des images aussi inquiétantes que les radiations qui se dégagent des larges fumées visibles de l’Espace.

Image

................
https://www.tomsguide.fr/tchernobyl-les ... -centrale/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 14 avr. 2020, 09:22

Le feu est toujours pas éteint et aurait ravagé déjà 20 000 ha !

https://www.bfmtv.com/international/tch ... 92850.html

Image

Image
A photo taken from the roof of the Chernobyl plant shows the forest fire burning on the horizon. Photograph: AP

https://www.theguardian.com/environment ... clear-site

Diaporama 12 photos ici : https://www.parismatch.com/Actu/Interna ... se-1681769

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 14 avr. 2020, 22:32

14 avril 2020

Les pompiers ukrainiens ont maîtrisé le feu qui avait ravagé pendant dix jours la zone d’exclusion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, selon un rapport du service national pour les situations d’urgence.

Le service ukrainien pour les situations d’urgence a informé le Président Volodymyr Zelensky que le feu de forêt dans la zone d’exclusion de Tchernobyl avait été maîtrisé, mais que des feux couvants étaient encore présents.

«Le service d’État pour les situations d’urgence a besoin de quelques jours pour éteindre les feux couvants après l’incendie», a annoncé le service de presse de la présidence ukrainienne, ajoutant que le directeur dudit service, Nikolaï Tchetchetkine, avait assuré le Président qu’il n’y avait «plus de feu ouvert».
.............
https://fr.sputniknews.com/internationa ... ---videos/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 16 avr. 2020, 09:01

Tchernobyl : Les incendies sont maîtrisés… Et les impacts radiologiques ?
NUCLEAIRE Depuis le 3 avril, des incendies ravagent la région de Tchernobyl, sans épargner la zone d’exclusion autour de la centrale accidentée. Les feux sont aujourd’hui maîtrisés et les premières mesures de radioactivité dans l’air communiquées semblent rassurantes

Fabrice Pouliquen Publié le 15/04/20

- Les images satellitaires de ce mercredi confirment les messages rassurants des autorités ukrainiennes de la veille : les incendies dans la région de Tchernobyl sont maîtrisés.

- Ces feux, courants à cette période de l’année dans la région, ont cette fois-ci pénétré très loin dans la zone d’exclusion, ce périmètre établi dans un rayon de 30 km autour de l’ex-centrale nucléaire, l’une des zones les plus contaminées aujourd’hui encore.

- Les premières mesures des impacts radiologiques de ces incendies, notamment à Kiev, à 100 km au sud, indiquent des concentrations de cesium 137 plus élevées que d’habitude, mais sans conséquence sanitaire pour autant, indique l’IRSN.

Image

Le principal feu s’est déclenché le 3 avril à cinquante kilomètres à l’ouest de la centrale. Entretenu par le vent et une sécheresse inhabituelle, il a ravagé en dix jours 35.700 hectares, toujours selon Greenpeace Russie.

Jusqu’à lécher le réacteur accidenté
Un deuxième feu inquiétait plus encore l’ONG. D’une ampleur moindre – il a détruit 13.000 hectares, celui-ci s’est déclaré le mercredi 8 avril à cinq kilomètres seulement de la centrale. Les flammes ont enjambé la rivière Pripiat, malgré ses 200 mètres de large, et se sont approchées jusqu’à 1,5 km de l’arche recouvrant le réacteur ayant explosé lors de l’accident en avril 1986.

La pluie est tombée à pic mardi, apportant une aide précieuse aux 400 secouristes et pompiers qui bataillaient contre les flammes. Dans la matinée, le service pour les situations d’urgence assurait ainsi qu’il n’y avait plus de « feu ouvert » mais seulement des « foyers isolés » et des « feux couvants ». Ce même mardi, en fin de journée, les autorités ukrainiennes déclaraient que les feux étaient sous contrôle. Une affirmation que confirment les images satellitaires de ce mercredi, disent tant l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) que Greenpeace Russie. « Il n’y a plus qu’un seul point thermique visible depuis l’espace sur la zone brûlée par le premier incendie [loin de la zone d’exclusion] et plus aucun en ce qui concerne le deuxième feu, détaille l’ONG. Compte tenu des prévisions météorologiques (froid, brume, pluies), nous pouvons dire que le danger semble être écarté. »

Les feux maîtrisés… Mais quel impact radiologique ?
Mais si les incendies semblent désormais maîtrisés, il reste encore à déterminer avec précision leurs impacts radiologiques. Comme l’eau, le feu peut être un des éléments qui concourent à relâcher de la radioactivité dans l’environnement. La menace vient notamment de la végétation. « Aux alentours de la centrale, la forêt a fini par reprendre le dessus, rappelle François Besnus, directeur de l’environnement à l’IRSN. En poussant, les arbres ont remobilisé une partie des éléments radioactifs qui restaient présents au sol. Ainsi, les bois et la canopée se recontaminent en éléments radioactifs, même si c’est beaucoup moins intensément que lors de l’accident de 1986. » Or, avec les incendies de ces derniers jours, les radionucléides ont été pour partie libérés dans les fumées, puis transportés au gré des vents, bien au-delà de l’Ukraine.

Des premières mesures, à Kiev, à 100 km au sud de la centrale, ont cherché à évaluer cette pollution atmosphérique en se concentrant sur la présence dans l’air de césium 137, « un radionucléide très volatile et que l’on retrouve nettement en abondance par rapport aux autres, précise François Besnus. Autrement dit, si on ne mesure que de faibles quantités de césium 137 dans l’air, c’est que les autres radionucléides sont moins présents encore, voire inexistants. »

L’IRSN a pu elle-même faire des mesures sur place, via la balise Téléray installée à l’ambassade de France dans la capitale ukrainienne. « Elle n’a pas détecté d’élévation anormale de la radioactivité ces derniers jours », déclarait l’institut de radioprotection le 7 avril, soit quelques jours après le début des incendies.

Bien plus de césium 137 dans l’air de Kiev, mais « sans conséquences sanitaires »
Mais cette balise n’est en capacité de détecter que des accidents radiologiques importants. Pour des analyses plus fines, il faut en passer par des mesures à partir de prélèvement d’aérosols (particules ou poussières en suspension dans l’air) sur filtres. Ce qu’ont fait plusieurs organismes scientifiques ukrainiens. A Kiev, les activités volumiques les plus élevées en cesium-137 ont été enregistrées pour la période du 9 au 11 avril. Ces valeurs sont significativement plus élevées que celles habituellement mesurées en césium 137 dans l’air à Kiev. « Une augmentation ponctuelle de plus de 700 fois de la concentration en césium 137 dans l’air de la ville », indique la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), sur son blog hébergé sur Mediapart. Ces mesures « attestent du passage de masses d’air marquées par la radioactivité, mais elles restent cependant modérées et sans conséquence sanitaire », précise l’IRSN.

................
https://www.20minutes.fr/planete/276141 ... iologiques

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 13 juin 2020, 12:08

A Tchernobyl, des scientifiques mesurent le désastre après des incendies record

AFP•13/06/2020
.....

Malgré les efforts de centaines de pompiers, plus de 66.000 hectares de terres (un quart de la zone d'exclusion) dont 42.000 hectares de forêts ont été ravagés. Cette semaine, les autorités ont pour la première fois ouvert aux médias l'accès aux territoires affectés.

"C'était l'incendie le plus important" depuis l'accident de 1986, relève Denys Vychnevsky, un responsable scientifique de la réserve.

Si le désastre n'a pas provoqué, selon Kiev, de hausse de la radioactivité, il a porté un coup dur à l'écosystème local, qui prospérait depuis la catastrophe de 1986 suivie de l'évacuation des centaines de milliers d'habitants et de l'arrêt de la plupart des activités humaines.
.......
Image
Lire https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 2d2c71ed06

Répondre