[Acteurs] La compagnie TOTAL

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12501
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par mobar » 06 févr. 2018, 17:03

2100, c'est bien après 2020?
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15388
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par GillesH38 » 06 févr. 2018, 17:46

mobar a écrit :
06 févr. 2018, 17:03
2100, c'est bien après 2020?
certes, mais j'imagine qu'il ne voulait pas dire qu'on manquerait de pétrole après 2100, vu que le pétrole de 2100 n'a rien à voir avec les investissements d'aujourd'hui.
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12501
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par mobar » 06 févr. 2018, 19:14

Il a a voir même avec les investissements d'hier qui ont découvert des gisements qui ne sont pas rentables au cours actuels mais qui le deviendront dans 10, 20 ou 50 ans

Les compagnies pétrolières ont exploré la planète en long en large et en travers, et de nombreux gisements trop peu rémunérateurs quand le baril était à 5, 20 ou même 50 $ ont été jugés inintéressantes, ça peut changer à n'importe quel moment

Tant que la compagnie à des droits sur une concession, il lui suffit de faire un minimum d'investissement, pour attendre le bon moment

Rien ne sert de sortir un baril qui te fait perdre du pognon, le seul baril qui vaille c'est celui ou tu fais la culbute et plutôt 10 fois qu'une

L'offre excédentaire fait chuter le prix, si tu n'avais que des texans ou des Total dans ce business soit sûr que le baril serait au prix max qui permettrait à l'économie de continuer
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2137
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par tita » 07 févr. 2018, 16:39

avril 2008:
La production mondiale de pétrole ne sera probablement pas suffisante pour répondre aux besoins à l'horizon 2012, a déclaré jeudi Christophe de Margerie, directeur général de Total. "Selon un scénario très conservateur, nous aurons besoin de 15 millions de barils par jour supplémentaires. Cela implique qu'en partant de 85 millions, nous devrons atteindre 100 millions de barils par jour. Je ne pense pas que cela soit faisable, en tout cas pas dans un délai aussi court", a-t-il déclaré lors d'un sommet sur le pétrole. "On serait plus près de 95 que de 100 et 95 est déjà probalement un chiffre optimiste
décembre 2009:
Nous produisons aujourd’hui 84 millions de barils par jour. Selon l’Agence Internationale de l’Energie, nous aurons bientôt besoin de 100 millions de barils quotidiens. L’Arabie Saoudite peut produire 4 millions de plus. Cela nous amènerait à 88 millions. Encore bien loin du compte. Et quand vous voyez ce qui se passe en Irak, en Iran, au Venezuela, dans l’Athabasca canadien, en Russie, au Nigeria…
décembre 2011:
Au Congrès pétrolier mondial de Doha , le PDG de Total, Christophe de Margerie, a expliqué que le groupe prévoyait que la production de pétrole brut plafonne à 95 millions de barils par jour (contre 82 millions l'an dernier) au cours de la décennie 2020-2030. La suite, "c'est un point d'interrogation", concède-t-il, tout en se disant optimiste. "Il y a beaucoup de ressources, le problème c'est d'extraire les ressources", a résumé le patron français.
Juin 2017:
«Cela fait trois années de suite où les investissements dans de nouveaux projets sont extrêmement faibles, on va manquer de pétrole à horizon 2020.»

Pourquoi 2020 ? Le PDG de Total l’explique : «Un gisement de pétrole connaît un déclin naturel. Au fur et à mesure, la production des gisements mondiaux décline à cause de la baisse de pression dans les puits. Ce déclin est de 3% par an. Sin vous prenez ces 3% par an, cela représente 3 millions de barils par jour. Si vous ajoutez 1% de demande mondiale en plus, ce qui est faible car nous sommes à un niveau supérieur aujourd’hui, vous avez 4 millions de baril par jour. En cinq ans, cela représente 20 millions de barils par jour en plus à trouver, soit deux fois la capacité de l’Arabie saoudite. Ça ne se voit pas tout de suite parce que cette absence d’investissement produira ses effets dans trois quatre ans.»
Je ne sais pas trop quoi penser de ces déclarations de Total... J'ai un peu l'impression c'est destiné à faire monter les prix du pétrole en dressant un tableau pessimiste. Les chiffres annoncés en 2008 étaient d'ailleurs un peu fantaisistes, et la récession qui a suivi a bien évidemment repoussé la progression de la demande.

Mais bon... Si on prend les chiffres de BP, la consommation a augmenté de 4Mb/j entre 2008 et 2012, et de 6 Mb/j entre 2012 et 2016... A ce rythme, on sera à 102Mb/j en 2020. La production étant à peu près vers les 98 Mb/j actuellement, ce sont donc 4 Mb/j de nouvelle production qui seront nécessaire en seulement 2 ans, soit 2% par année...

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15388
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par GillesH38 » 07 févr. 2018, 17:03

tita a écrit :
07 févr. 2018, 16:39
Je ne sais pas trop quoi penser de ces déclarations de Total... J'ai un peu l'impression c'est destiné à faire monter les prix du pétrole en dressant un tableau pessimiste. Les chiffres annoncés en 2008 étaient d'ailleurs un peu fantaisistes, et la récession qui a suivi a bien évidemment repoussé la progression de la demande.
ce n'était pas fantaisiste à l'époque, c'était ce que prévoyaient les agences officielles. Evidemment la récession de 2008 a fait retomber la demande, mais ça prouve que c'était bien impossible d'atteindre ce but de demande, du coup le prix du pétrole a joué son rôle ...
Ensuite est venu le boom du pétrole de schistes qui a donné de l'air à la production mondiale, mais sinon les chiffres que donnaient de Margerie étaient plutot réalistes ...
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2137
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par tita » 07 févr. 2018, 20:06

GillesH38 a écrit :
07 févr. 2018, 17:03
ce n'était pas fantaisiste à l'époque, c'était ce que prévoyaient les agences officielles.
Non... L'iea prévoyait 98.5Mb/j... en 2015 (dans world energy outlook de 2007). L'eia projetait 92Mb/j pour 2012 (dans son rapport annuel de 2007). Là, il parle de 100Mb/j en 2012.

Et, petit gag, l'eia prévoyait dans son rapport de 2007 un consommation globale de 101.01 Mb/j en 2018! Pure coup de bol, évidemment...

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64040
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 08 févr. 2018, 20:45

Total: les bénéfices 2017 bondissent, portés par les cours et la production


Par AFP , publié le 08/02/2018

Total a réalisé des bénéfices pour 2017 en forte hausse, grâce à la remontée des cours du brut ainsi qu'à la progression de sa production, et en profite pour choyer ses actionnaires.

"Nos résultats sont bons, même très bons", s'est félicité le PDG du groupe pétrolier et gazier Patrick Pouyanné, à l'occasion d'une conférence de presse.

Le bénéfice net annuel a ainsi bondi de 39% à 8,6 milliards de dollars. Son bénéfice net ajusté - un indicateur scruté de près, qui exclut des éléments volatils et exceptionnels - a progressé pour sa part de 28% à 10,6 milliards de dollars, a indiqué Total.

L'an dernier, les cours du pétrole se sont en effet établis à 54 dollars le baril en moyenne contre 44 dollars en 2016.

Après leur chute en 2014, ils se sont en effet repris dernièrement, aidés par la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d'autres pays partenaires, dont la Russie, de réduire leurs extractions pour limiter l'offre sur le marché mondial. Le Brent de la mer du Nord est ainsi repassé au-dessus de la barre des 70 dollars en janvier, pour la première fois en trois ans.

Total a aussi augmenté sa production d'hydrocarbures de 5% en 2017, avec notamment le démarrage et la montée en puissance de nouveaux projets comme Moho-Nord au Congo.

Fort de ces solides résultats et signe de son optimisme, Total a annoncé son intention de procéder jusqu'à 5 milliards de dollars de rachat d'actions sur la période 2018-2020 pour "partager avec les actionnaires les bénéfices de la hausse des cours".

Le groupe veut aussi augmenter son dividende de 10% sur les trois prochaines années.

Mais "la priorité du groupe c'est la mise en oeuvre de notre stratégie industrielle", a précisé Patrick Pouyanné.

Il a aussi tenu à souligner que les salariés de Total profiteront aussi des bénéfices: en France, la masse salariale doit progresser de 3,4%. Et après avoir quasiment gelé les embauches durant la chute des cours, "nous revenons à un niveau normal de recrutement en France et dans le monde", a indiqué Patrick Pouyanné, à la tête d'une entreprise de 98.000 personnes.

- discipline -

Pour 2018, Total prévoit encore d'augmenter sa production d'hydrocarbures de 6% avec le démarrage de plusieurs projets, en Angola, en Australie, en Italie ou encore au Nigeria. Le groupe devrait aussi intégrer à fin mars le groupe danois Maersk Oil, dont le rachat avait été annoncé l'an dernier.

Patrick Pouyanné a aussi assuré que son énorme projet gazier en Iran "progresse conformément au planning". Le groupe français avait pris la tête d'un consortium international pour signer en juillet un accord de 4,8 milliards de dollars avec Téhéran.

Mais les Etats-Unis menacent désormais de dénoncer l'accord nucléaire iranien, laissant planer un retour des sanctions. "Nous devons trouver un moyen, au cas où le pire arrive... de protéger les sociétés européennes et leurs investissements", a fait valoir Patrick Pouyanné.

Sur le plan financier, Total veut par ailleurs maintenir sa discipline en dépit de l'amélioration de l'environnement et vise plus de 4 milliards d'économies cette année.

"On maintient tous ces programmes d'économies malgré la montée des cours du brut", a confirmé Patrick Pouyanné.

Comme toutes les grandes majors du secteur, Total avait en effet taillé dans ses dépenses et limité ses investissements lorsque les cours ont plongé il y a trois ans et demi.

"Les résultats de Total sont impressionnants", ont salué dans une note les analystes de Bernstein. "Pas étonnant que Total ait la confiance d'être audacieux et de faire un vrai cadeau aux actionnaires aujourd'hui".
https://lexpansion.lexpress.fr/actualit ... 83222.html

moinsdewatt
Goudron
Goudron
Messages : 174
Inscription : 13 janv. 2010, 18:53

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par moinsdewatt » 10 févr. 2018, 20:02

Total: la bio-raffinerie de La Mède "démarrera à l'été 2018"

AFP parue le 08 févr. 2018

La bio-raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône) "démarrera à l'été 2018", a confirmé jeudi le PDG de Total Patrick Pouyanné, malgré un vote du Parlement européen en vue d'interdire l'huile de palme dans les biocarburants.

"Ce projet va se faire, les autorités françaises au plus haut niveau de l'Etat le soutiennent", a-t-il assuré lors d'une conférence de presse. "L'unité démarrera à l'été 2018 et bien évidemment en respectant les règles", a-t-il ajouté.

Total avait lancé en 2015 un projet de transformation de sa raffinerie de la Mède, alors déficitaire. Le groupe a cessé d'y raffiner du brut et l'a convertie au prix d'un investissement de 275 millions d'euros, y installant notamment un dépôt pétrolier, une ferme solaire, un centre de formation et bientôt une bio-raffinerie.

Cette dernière doit utiliser de 60 à 70% d'huiles végétales (soja, colza, tournesol, maïs, palme) et de 30 à 40% d'huiles alimentaires usagées (huile de friture) et d'huiles résiduelles (graisse animale, huiles issues de l'industrie papetière ou résidus de palme...).

Des associations de défense de l'environnement se sont inquiétées de l'approvisionnement en huile de palme, dont la production en Malaisie et Indonésie entraîne selon elles une déforestation fragilisant l'écosystème et menaçant les populations de rhinocéros, orangs-outans et tigres.

Les députés européens ont aussi voté en janvier pour une suppression progressive de l'huile de palme dans les biocarburants d'ici 2021. Ce vote, qui n'est pas contraignant, doit maintenant faire l'objet d'une négociation avec le Conseil européen et la Commission.

Total a de son côté souligné que les huiles végétales utilisées seraient certifiées durables.

"Si à la fin on ne fait que réglementer des unités européennes et qu'on laisse le biodiesel des autres pays rentrer sans avoir les mêmes contraintes, il ne faudra pas nous expliquer qu'on a besoin d'une politique industrielle européenne", a commenté Patrick Pouyanné.

"L'Europe laisse rentrer du biodiesel de soja argentin qui est subventionné", a observé le dirigeant.
https://www.connaissancedesenergies.org ... 018-180208

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64040
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 12 févr. 2018, 19:47

Le PDG de Total exhorte Trump à conserver l'accord avec l'Iran

Publié le 12/02/2018 Infos Reuters PARIS

Le PDG du groupe pétrolier Total Patrick Pouyanné a exhorté le président américain Donald Trump à garder foi dans l'accord sur le nucléaire iranien, faisant valoir que les investissements occidentaux pouvaient soutenir les réformateurs locaux, rapporte lundi le Financial Times.

Selon le quotidien économique, le PDG du géant pétrolier a tenu ces propos lors d'un dîner organisé le mois dernier à Davos, en Suisse, réunissant le chef d'Etat américain et plusieurs autres dirigeants d'entreprises européens.

"Quand j'ai eu la chance de dîner avec le président des Etats-Unis, j'ai posé la question (sur l'Iran)", a dit Patrick Pouyanné, cité par le FT.

Le PDG du groupe français a souligné que, selon lui, l'enjeu principal consistait à laisser suffisamment de temps aux réformateurs pour que puissent aboutir leurs efforts en faveur de "davantage de démocratie" dans le pays.

"Je pense que Donald Trump a écouté; cela ne veut pas dire qu'il est d'accord", a ajouté le dirigeant, toujours selon des propos rapportés par le FT.

Donald Trump a accepté, pour la "dernière fois", en janvier de prolonger la suspension des sanctions économiques contre l'Iran levées en vertu de l'accord de 2015 qui encadre les activités nucléaires de la République islamique.

Mais le président américain a fixé un ultime délai, de 120 jours, pour permettre aux Etats-Unis et à leurs partenaires européens de corriger, a-t-il dit, les "terribles défauts" dont souffre, à ses yeux, cet accord signé à Vienne le 14 juillet 2015.

Total a engagé des investissements en Iran où il a signé en juillet dernier un accord en vue de développer la phase 11 de South Pars, le plus grand gisement de gaz naturel au monde.

Le groupe français reste "pleinement engagé" dans ce projet évalué dans sa première étape à quelque deux milliards de dollars, a dit Patrick Pouyanné, mais Total aurait "plusieurs façons de se désengager" si des sanctions étaient de nouveau imposées.

Aux termes de l'accord, Total est l'opérateur du projet et son actionnaire à 50,1%, aux côtés de Petropars, filiale de la compagnie nationale iranienne NIOC (19,9%) et de la compagnie nationale chinoise CNPC (30%).

"Si le cadre, les règles du jeu changent, bien sur nous devrons réévaluer", a poursuivi le PDG de Total, qui compte également un certain nombre d'actifs aux Etats-Unis.

L'une des options pourrait consister pour Total à revendre ses parts à CNPC, a-t-il dit au sujet de South Pars, évoquant aussi le scénario possible d'un arrêt du projet.

Des sources industrielles ont dit à Reuters en décembre que le pétrolier et gazier chinois CNPC envisageait de reprendre les parts de Total si le pétrolier français se retirait.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... an.N651934

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64040
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 16 févr. 2018, 16:42

L’État bloque (sans ajourner) le projet du futur siège de Total à La Défense.

16 fev 2018

C’est en 2021 que “The Link”, projet de futur siège social du groupe Total doit voir le jour. Mais le préfet de Paris a adressé une lettre à la mairie de Puteaux (Hauts-de-Seine), qui doit l’accueillir, pour s’y opposer.

Le bâtiment, double et culminant à 244 mètres pour sa partie la plus haute, doit accueillir 10.000 personnes sur 120.000 mètres carrés pour devenir la plus haute tour de France.

Un quartier saturé selon le préfet

Dans son courrier daté du 3 janvier dernier, et que Les Echos s’est procuré, Michel Cadot avance que d’ici 5 ans, le quartier d’affaires devrait intégrer 73% de bureaux contre seulement 27% de logements. “The Link” viendrait intensifier ce déséquilibre selon le préfet.

Groupama Immobilier, porteur du projet, ainsi que le PDG de Total Patrick Pouyanné ont aussi été prévenus le 25 janvier. Pour autant Groupama, que Le Figaro a contacté, indique que l’obtention d’agrément, précédant le dépôt de construction, “a été ajourné mais pas rejeté par la préfecture d’Ile-de-France”. Il ajoute que “L’ajournement n’est nullement lié à la qualité du projet dont la pertinence et le caractère d’utilité publique ne sont pas remis en cause. Il est motivé par le souhait du préfet de voir aboutir des échanges en cours avec les collectivités locales sur l’équilibre logements-bureaux, la rénovation de la ligne 1 du métro et la restructuration de la station Esplanade de La Défense. Le dépôt du permis de construire n’est pas possible tant que nous n’avons pas obtenu l’agrément du préfet”.
https://www.24matins.fr/letat-bloque-pr ... nse-712383

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64040
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 20 févr. 2018, 12:18

Pourquoi Total reste si confiant dans l’avenir du pétrole

AURÉLIE BARBAUX Usine Nouvelle LE 20/02/2018

Les scénarios prospectifs des pétroliers sur l’avenir du pétrole ne décrivent qu’un avenir possible, pas certain. Celui de Total à l’horizon 2040 vise à rassurer les marchés sur sa stratégie et n’augure rien de bon dans la lutte contre le climat.

Jusqu’en 2040, tout va bien, pour les pétroliers du moins. Malgré le transition énergétique, la demande de pétrole dans le monde devrait augmenter de 10 millions de barils par jour (Mb/j) entre 2015 et 2040, selon un scénario prospectif que Total a présenté aux analystes financiers en octobre 2017. Ce scénario tient compte de l’augmentation globale de la demande, tirée notamment par la soif de mobilité de l’Asie, diminuée des gains d’efficacité énergétique des systèmes et des mécanismes de substitutions (principalement par du gaz, mais aussi de l’électricité et autres biocarburants) des fiouls, diesel et autres essences

Image

Total estime ainsi que 15 millions de barils par jour seront remplacés par du gaz, un peu dans le transport routier, le transport maritime sous forme de GNL (gaz naturel liquéfié) et dans l’industrie, et beaucoup pour le chauffage/climatisation des bâtiments et pour la production d’électricité.

Sachant que 56% de la demande consommation de gaz répond aux besoins de transport dont 26% pour la mobilité individuelle, 18% pour les poids lourds, 5% pour l’aviation, 6% pour le transport maritime et 1% pour le reste (tram, train…). Le reste de la demande de pétrole est lié à la pétrochimie (11%), à la production d’électricité (6%) aux bâtiments (8%), l’industrie ne comptant que pour 7% dans la demande de pétrole. Les 12% restant correspondant à des besoins divers, notamment la consommation des raffineries.

Image

L’efficacité énergétique plus forte que l’électrification

Pour ses prévisions en matière de mobilité individuelle, Total a choisi de s’intéresser aux kilomètres parcourus plutôt qu’au nombre de véhicules. Mais il estime qu’en 2040, 32 % du parc mondial sera électrique ainsi que 50% des nouveaux véhicules vendus. Pour autant, le pétrolier pense que c’est principalement les gains d’efficacité qui permettront de limiter l’augmentation de la demande de pétrole à +2 Mb/j contre près de 60 Mb/j nécessaires pour répondre au besoin de mobilité des pays émergeants en Asie, notamment. De même pour les transports de marchandises, Total estime que l’efficacité énergétique et notamment l’optimisation des chargements et des routes (load factor), seront bien plus efficaces pour limiter la croissance de la demande à 6 Mb/j que la substitution des carburants par du GNL ou des biocarburants. Et Total fait le même pari pour le transport maritime et l’aviation.

Image

Pour la pétrochimie, c’est le recyclage des plastiques qui devraient compenser en grande partie l’augmentation de la demande et la limiter à + 3 Mb/j. Le reste provenant de technologie de fabrication de plastiques à partir de charbon ou d’autres produits. Quant aux autres grands domaines consommateurs de pétrole, Total anticipe une diminution globale de la demande de respectivement -2 Mb/j pour les bâtiments, - 3Mb/j pour la production d’électricité (compensée par d’autre sources ou et beaucoup par le gaz) et -1 Mb/j dans l’industrie. Là aussi, l’augmentation de la demande sera amortie par l’efficacité énergétique et la substitution pas d’autres formes d’énergies, principalement le gaz croit Total.

Mauvais temps pour le climat

La consommation de pétrole dans le monde était de 92,5 Mb/j dans le monde en 2015, base de calcul de l’étude de Total. En 2017, elle avait déjà grimpée à 97,8 mb/j en 2017 selon l’Agence internationale de l’Energie (IEA), qui prévoit qu’elle continue sur sa lancée avec une demande dépassant symboliquement les 100 millions de barils par jour en 2019 pour grimper à 104 Mb/j en 2022. Mais les effets de gains d’efficacité et de substitution prévus par les Etats engagés dans la transition énergétique pour lutter contre le réchauffement climatique et la pollution, ne sont pas encore notables. Et même dans le scénario de Total, qui anticipe une compensation de l’augmentation de la demande de quasi 100 Mb/j entre 2015 et 2040 par près de 55 mb/j de gains d’efficacité et 35 Mb/j de substitution, la demande de pétrole restera supérieure au scénario de -2° que l’IEA a tracé. Il table sur une baisse à 75 Mb/j de la demande de pétrole en 2035. "On n’y arrivera pas", prévient Total.

Pic de la demande vers 2040

Pour voir la demande de pétrole vraiment baisser, il faudra attendre 2050 voire 2060, croit-on chez le pétrolier, sans plus de précision. D’ailleurs, même sur le scénario présenté, les incertitudes sont grandes. La seule chose sûre pour Total c’est que "l’on aura toujours besoin de pétrole, un peu plus ou un peu moins et que l’on aura besoin de plus de gaz qu’aujourd’hui", explique un analyste du pétrolier. Ce dernier confirme d’ailleurs que ce travail prospectif sert effectivement en partie de base à la stratégie du groupe, qui mise sur du pétrole peu cher à extraire, continue d’investir dans le gaz et veut 20% de son portefeuille dans les énergies vertes d’ici à 20 ans. Et pourtant, "on sait que ce n’est pas ce qui va se passer", prévient un responsable de la prospective chez Total. Le pire n’est jamais sûr.
https://www.usinenouvelle.com/article/p ... le.N655954

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64040
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 05 mars 2018, 22:59

Ca avait été annoncé il y a plusieurs mois :
L'acquisition de Maersk Oil bouclée cette semaine, annonce Total

Publié le 05/03/2018 Infos Reuters HOUTSON

L'acquisition pour 6,3 milliards d'euros de Maersk Oil, filiale pétrolière d'A.P. Moller–Maersk, sera sans doute bouclée le 8 mars, a déclaré lundi le PDG de Total Patrick Pouyanné.

Image

S'exprimant lors de la conférence pétrolière CERAWeek, Patrick Pouyanné a également dit que le développement du gisement gazier South Pars en Iran évoluait comme prévu.

Le rachat de 100% de Maersk Oil, la plus grosse acquisition opérée par Total depuis celle d'Elf Aquitaine en 2000, vise à renforcer nettement les réserves du groupe français et à accroître sa production en mer du Nord.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... al.N661869

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64040
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 19 mars 2018, 20:59

Total négociera avec les Etats-Unis pour aller au bout du projet South Pars en Iran

Usine Nouvelel le 19/03/2018

Le projet South Pars mené par Total en Iran est fragilisé depuis plusieurs mois par la menace des Etats-Unis de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien. Le 19 mars, le PDG du groupe français a expliqué souhaiter aller au bout du projet, quitte à négocier une dérogation auprès des Etats-Unis.

Total souhaite poursuivre son projet d’exploitation de gisement de gaz naturel en Iran à hauteur de 4,8 milliards de dollars. Dans une interview publiée le lundi 19 mars, Patrick Pouyanné, PDG du groupe Total, explique qu’il serait prêt à demander une dérogation si jamais les Etats-Unis réimposaient des sanctions à l’Iran.

Le président américain a en effet menacé de se retirer unilatéralement de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien signé en 2015. Une décision qui pourrait intervenir en mai 2018 si le traité n’est pas renégocié et qui se traduirait par un retour des sanctions économiques à l’égard de Téhéran. En parallèle, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, tous trois membres de l’accord, cherchent toujours un compromis avec les Etats-Unis pour préserver le traité.

"Si les Etats-Unis décident de remettre les sanctions en place, nous devrons examiner les conséquences”, avance Patrick Pouyanné au journal The National d’Abou Dhabi. “Ensuite nous verrons. Soit Donald Trump décide de maintenir les dérogations [aux sanctions] et nous poursuivrons le projet, soit nous demanderons une dérogation aux autorités américaines.”

Un projet étalé sur 20 ans

Il faut dire que le groupe français risque gros. En novembre 2017, le gouvernement iranien menaçait Total de ne rendre aucun capital si l’entreprise décidait de se retirer du projet.

Total avait signé un contrat en juillet 2017 avec l’Iran pour assurer le développement de la phase 11 du champ gazier South Pars, décrit comme le plus grand au monde et partagé avec le Qatar. Ce projet devait permettre de fournir le marché domestique iranien à partir de 2021. Le projet, étalé sur 20 ans, est mené par Total avec China National Petroleum Corporation (CNPC) et l’entreprise iranienne Petropars.

La phase 11 doit consister en la connexion de 30 puits et de 2 plateformes de tête de puits aux installations de traitement “onshore” grâce à deux pipelines sous-marins. Une deuxième étape consiste en la construction d’infrastructures de compression offshore.
https://www.usinenouvelle.com/article/t ... an.N668069

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64040
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 21 mars 2018, 19:41

Après l’achat de Maersk oil, Total réduit ses effectifs en mer du Nord

Publié le 21/03/2018 lemarin.fr

À peine Total a-t-il finalisé l’acquisition du danois Maersk oil qu’il a fait part de suppressions d’emplois au Royaume-Uni et en Norvège.
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... -en-mer-du

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64040
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 11 avr. 2018, 11:20

Total acquiert pour 243 millions d'euros d'actifs dans le Golfe du Mexique

Publié le 11/04/2018 Infos Reuters

Total a annoncé le 11 avril son acquisition d'actifs situés dans le Golfe du Mexique à hauteur de 243 millions d'euros. Le groupe français va ainsi reprendre treize blocs d'exploration offshore.

Total a annoncé le mercredi 11 avril avoir acquis pour environ 300 millions de dollars (soit 243 millions d'euros) d'actifs situés dans le Golfe du Mexique dans le cadre de la mise en liquidation de la société Cobalt International Energy.

Dans un communiqué, le groupe pétrolier français précise avoir repris une participation de 20% dans le découverte de North Platte, ce qui lui permet de porter sa part totale à 60% et de devenir opérateur de cette découverte, le norvégien Statoil prenant les 40% restants.

Total prend également une part de 20% dans la découverte d'Anchor, ce qui permet au groupe de passer à 32,5%. L'américain Chevron est l'opérateur de cette découverte.

Le groupe français dit enfin avoir repris treize blocs d'exploration offshore dont il sera l'opérateur. Ces résultats ont été approuvés par la Cour américaine des faillites.
https://www.usinenouvelle.com/article/t ... ue.N678574

Répondre