Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 10 avr. 2018, 13:55

Merkel: pas de gazoduc russo-allemand sans un rôle pour Kiev dans le transit gazier

AFP10/04/2018

La chancelière Angela Merkel a averti mardi que le projet de gazoduc sous-marin russo-allemand Nord Stream 2 n'était "pas possible" sans préciser le rôle de l'Ukraine dans le transit terrestre du gaz russe vers l'Europe.

"Il n'est pas possible que l'Ukraine n'ait aucune importance dans le transit du gaz à cause de Nord Stream 2", a insisté la chancelière lors d'une conférence de presse conjointe avec le président ukrainien Petro Porochenko.

Ce gazoduc, critiqué par certains au sein de l'Union européenne et par Kiev, doit permettre à davantage de gaz russe d'arriver directement en Allemagne, via la mer Baltique, contournant donc l'Ukraine qui serait privée des droits de transit payés par Moscou, une manne financière importante.

Dans un entretien au quotidien allemand Handelsblatt, M. Porochenko avait demandé l'abandon de ce projet piloté par le géant russe Gazprom et auquel l'Allemagne est étroitement associé, accusant la Russie de vouloir imposer un "blocus économique et énergétique" contre l'Ukraine. Un premier gazoduc, Nord Stream 1, est déjà en service.

"Un projet sans clarté sur le rôle de l'Ukraine dans le transit n'est pas possible", a estimé Mme Merkel, ajoutant qu'il y "a aussi des facteurs politiques à prendre en considération".

L'Allemagne a longtemps défendu Nord Stream 2 comme un projet purement "commercial" et avait levé fin mars les derniers obstacles à la construction et à l'exploitation dans ses eaux du gazoduc russe.

L'annonce inattendue de la chancelière laisse présager un nouveau contentieux avec Moscou, alors que les tensions russo-occidentales n'ont cessé de croître ces dernières années notamment en raison du conflit dans l'Est de l'Ukraine opposant séparatistes pro-russes et Kiev.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 6cec0585b2

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8967
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par Remundo » 10 avr. 2018, 14:25

et pourquoi faudrait-il forcément passer par l'Ukraine pour y amener une rente gazière ? Un droit divin ? Les Allemands souhaitent payer des taxes aux ukrainiens par plaisir ?

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 12 avr. 2018, 19:59

Nord Stream 2: La Finlande approuve le projet de gazoduc russe

Helsinki (Finlande) AFP / 12 avril 2018

La Finlande a autorisé jeudi le projet de gazoduc Nord Stream 2, reliant la Russie à l'Allemagne, à traverser ses eaux en mer Baltique, ont annoncé les autorités environnementales du pays nordique.

"L'Agence régionale administrative d'État pour la région du Sud de la Finlande a accordé la permission requise en vertu de la loi finlandaise sur l'eau pour la construction du gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne dans la zone économique exclusive finlandaise", a indiqué l'agence dans un communiqué.

Le 5 avril, le gouvernement finlandais avait déjà donné son accord au projet de construction du gazoduc.

Le projet Nord Stream 2, au centre d'un important bras de fer entre Moscou et la Commission européenne, vise à doubler d'ici fin 2019 les capacités de son grand frère Nord Stream 1, et permettre à davantage de gaz russe d'arriver directement en Allemagne, via la mer Baltique, donc sans passer par l'Ukraine.

L'Allemagne avait levé fin mars les derniers obstacles à la construction et à l'exploitation dans ses eaux du gazoduc russe.

Mardi, la chancelière Angela Merkel a cependant fait une annonce inattendue laissant présager un nouveau contentieux avec Moscou.

"Il n'est pas possible que l'Ukraine n'ait aucune importance dans le transit du gaz à cause de Nord Stream 2", a insisté la chancelière lors d'une conférence de presse conjointe avec le président ukrainien Petro Porochenko.
.........................


Le projet controversé doit encore recevoir les autorisations finales de la Russie, de la Suède et du Danemark.

Si elle est approuvée, la construction du gazoduc pourrait commencer dès 2018 pour des premières livraisons de gaz espérées au premier trimestre 2020.
https://www.romandie.com/news/Nord-Stre ... 908175.rom

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 19 mai 2018, 15:08

Poutine et Merkel défendent leur projet de gazoduc face aux menaces américaines

AFP parue le 18 mai 2018

Vladimir Poutine et Angela Merkel ont défendu vendredi leur projet de gazoduc sous-marin Nord Stream 2 menacé par les sanctions américaines, motif supplémentaire de rapprochement face à Washington en plus de la volonté de maintenir l'accord sur le nucléaire iranien.

Le président russe, tout juste investi pour un quatrième mandat, recevait la chancelière allemande dans la station balnéaire de Sotchi, au bord de la mer Noire. Ce premier tête-à-tête depuis un an, période pendant laquelle les tensions entre Moscou et les Occidentaux se sont encore dégradées, leur donnait également l'occasion d'évoquer le conflit syrien et la crise ukrainienne.

Semblant vouloir donner des gages pour ce chantier d'une importance stratégique pour les deux pays, M. Poutine a promis de poursuivre le transit de gaz russe via l'Ukraine à condition qu'il soit rentable, après le lancement de ce projet qui doit relier directement la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique, et donc sans passer par l'Ukraine.

Plusieurs pays européens, Pologne en tête, s'opposent à ce projet en dénonçant sa portée politique. Les Etats-Unis vont pour leur part jusqu'à menacer de manière à peine voilée les entreprises participant au chantier de sanctions.

"Nous considérons ce projet rentable pour nous et nous nous battrons pour qu'il soit réalisé", a lancé M. Poutine, liant les menaces américaines à la volonté de Donald Trump de "défendre les intérêts de son business" en poussant à un approvisionnement en gaz américain de l'Europe, à la place du gaz russe, qui assure actuellement une grande partie des besoins européens.

Mme Merkel a pour sa part demandé des "garanties" pour que Kiev ne soit pas exclu du transit une fois le lancement de ce gazoduc, qui vise à doubler d'ici fin 2019 les capacités de son grand frère Nord Stream 1.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nes-180518

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 19 mai 2018, 15:17

et oui Merkel va pas changer d'avis sur Nordstream2 puisque :
Début des travaux du gazoduc Nord Stream 2 dans les eaux allemandes

AFP parue le 15 mai 2018

Les travaux préparatoires à la construction de la partie offshore du gazoduc russe controversé Nord Stream 2 ont débuté en Allemagne, a annoncé mardi le consortium mené par le géant russe Gazprom, à quelques jours d'une visite de la chancelière allemande en Russie.

"Nord Stream 2 AG a démarré aujourd'hui les travaux préparatoires offshore pour la pose ultérieure de pipelines dans la baie de Greifswald", lagune au sud de la mer Baltique, a annoncé dans un communiqué la société.

"Tous les travaux en cours sont exécutés sur la base de l'approbation des projets de construction et d'exploitation du gazoduc Nord Stream 2 dans les eaux territoriales allemandes" par les autorités allemandes, est-il précisé dans ce communiqué.

Des travaux préparatoires ont également commencé en Finlande suite à l'approbation par les autorités finlandaises, précise le communiqué.

Nord Stream 2 vise à doubler d'ici fin 2019 les capacités de son grand frère Nord Stream 1, et permettre à davantage de gaz russe d'arriver directement en Allemagne via la mer Baltique, donc sans passer par l'Ukraine.

Plusieurs pays, Pologne en tête, s'opposent au projet qui doit aboutir à réduire le transit de gaz russe via l'Ukraine, dénonçant sa portée politique.

Gazprom justifie sa construction par la croissance attendue de la demande européenne dans les années à venir.

La chancelière allemande Angela Merkel avait porté un coup inattendu au projet de gazoduc en avril, en réclamant que le rôle de l'Ukraine dans l'acheminement du gaz russe vers l'Europe soit pérennisé.

Gazprom avait alors assuré être disposé à maintenir le transit de gaz pour l'Europe par l'Ukraine, mais à des volumes réduits et à condition que le contrat soit rentable. Une proposition aussitôt rejetée par Kiev.

Angela Merkel est attendue vendredi à Sotchi (sud de la Russie), où elle doit rencontrer le président russe Vladimir Poutine et devrait notamment évoquer ce dossier qui divise les Européens.

Le transit de gaz russe par le territoire ukrainien, qui représentait il y a une dizaine d'année 10% à 15% du gaz consommé en Europe, a déjà nettement diminué ces dernières années, notamment depuis la mise en service de Nord Stream 1 via la Baltique.
https://www.connaissancedesenergies.org ... s-180515-0

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 08 juin 2018, 12:44

Nord Stream 2 : la Suède approuve le projet controversé de gazoduc


Stockholm 08 juin 2018

La Suède a approuvé jeudi le projet de gazoduc russo-allemand Nord Stream 2 contournant l'Ukraine par la mer Baltique, affirmant que le droit international ne lui permettait pas d'interdire le passage le long de ses côtes.

"Le droit national et international ne donne pas au gourvernement la possibilité de rejeter cette demande", a déclaré le ministre aux Entreprises et à l'innovation, Mikael Damberg, lors d'une conférence de presse.

"Le gourvernement a dans le même temps fait savoir que la Suède est critique vis-à-vis du projet Nord Stream 2 du fait qu'il risque de contrevenir aux objectifs de la politique énergétique de l'Union européenne", a-t-il ajouté.

Le projet de gazoduc, long de 1.200 km environ, vise à doubler d'ici fin 2019 les capacités de son grand frère Nord Stream 1, et permettre à davantage de gaz russe d'arriver directement en Allemagne via la mer Baltique, donc sans passer par l'Ukraine, en conflit avec la Russie depuis l'annexion de la Crimée en 2014.

Plusieurs pays, Pologne en tête, s'opposent à ce projet et dénoncent sa portée politique visant à pénaliser Kiev qui tire d'importants revenus du transit de gaz russe vers l'Europe. Ils invoquent de plus des préoccupations environnementales ainsi que des risques sécuritaires et certains, principalement les pays européens de l'Est, craignent qu'il puisse être utilisé comme un outil pour renforcer l'influence russe.
https://www.romandie.com/news/Nord-Stre ... 925360.rom

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 23 juin 2018, 12:58

Le projet Nord Stream 2 espère boucler son financement fin 2018-début 2019

AFP parue le 19 juin 2018

Le projet controversé de gazoduc russe vers l'Europe par la Baltique, Nord Stream 2, espère boucler son financement fin 2018-début 2019 malgré l'opposition de certains pays européens et la menace de sanctions américaines, a indiqué jeudi le directeur financier du consortium Paul Corcoran.

"Nous discutons avec les organismes de crédit à l'exportation, nous visons une entrée sur le marché l'année prochaine (...) à la fin de cette année, au début de l'année prochaine", a déclaré le directeur financier de Nord Stream 2, cité par l'agence russe RIA-Novosti, lors d'un congrès à Moscou.

Le géant russe Gazprom est le seul actionnaire du projet, dont le coût total est estimé à 9,5 milliards d'euros. Cinq groupes énergétiques européens - Engie, OMV, Shell, Uniper et Wintershall - se sont engagés à financer la moitié du projet, à hauteur de 950 millions d'euros chacune.

Le projet de gazoduc, long de 1 200 km environ, vise à doubler d'ici fin 2019 les capacités de son grand frère Nord Stream 1, et permettre à davantage de gaz russe d'arriver directement en Allemagne via la mer Baltique, donc sans passer par l'Ukraine, en conflit avec la Russie depuis l'annexion de la Crimée en 2014.

Plusieurs pays, Pologne en tête, s'opposent à ce projet et dénoncent sa portée politique visant à pénaliser Kiev qui tire d'importants revenus du transit de gaz russe vers l'Europe. Ils invoquent de plus des préoccupations environnementales ainsi que des risques sécuritaires et certains, principalement les pays d'Europe de l'Est, craignent qu'il puisse être utilisé comme un outil pour renforcer l'influence russe.

Les États-Unis ont pour leur part menacé de manière à peine voilée les entreprises participant au chantier de sanctions. Des sanctions votées contre la Russie en août dernier par le Congrès américain permettent à Washington de sanctionner à tout moment des entreprises, y compris européennes, impliquées dans des projets de gazoducs avec la Russie.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ier-180619

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 12 juil. 2018, 21:12

Sanctions possibles pour les sociétés investies dans Nord Stream

Publié le 12/07/2018 BRUXELLES Reuters

Les Etats-Unis ont à nouveau averti mercredi que les entreprises occidentales investies dans le projet de gazoduc Nord Stream 2, censé relier la Russie à l'Allemagne, risquaient d'écoper de sanctions, Washington ajoutant que Moscou se servait de ce projet pour semer la division en Europe

"Nous avons clairement dit que les entreprises qui travaillaient dans le secteur des exportations d'énergie russe via un gazoduc s'engageaient dans un type d'activité où l'on risque des sanctions", a dit à Reuters un porte-parole du département d'Etat.

"Nous pensons que (ce gazoduc) va saper la stabilité et la sécurité énergétique en Europe en offrant à la Russie un nouvel outil de pression politique sur les pays européens (...)."

Le français Engie, les groupes énergétiques allemands Wintershall et Uniper, la compagnie anglo-néerlandaise Royal Dutch Shell et l'autrichien OMV figurent parmi les entreprises européennes impliquées dans le projet Nord Stream 2.

Dans la journée, à l'occasion d'un entretien avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, Donald Trump s'en est pris à l'Allemagne, accusant notamment le pays d'être "prisonnier" de Moscou, en raison du projet de gazoduc Nord Stream 2.
https://www.usinenouvelle.com/article/s ... am.N718979

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 14 juil. 2018, 13:25

Les attaques de Trump contre le gazoduc Nord Stream 2 sont de la « concurrence déloyale » pour le Kremlin

AFP parue le 12 juill. 2018

Les critiques formulées par le président américain Donald Trump contre le projet de gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne constituent une forme de "concurrence déloyale", a dénoncé jeudi le Kremlin.

"Nous considérons (ces attaques) comme de la concurrence déloyale. Il s'agit d'une tentative de contraindre les clients européens à acheter du GNL plus cher, qui peut leur être fourni depuis d'autres endroits", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"C'est une question de concurrence économique et c'est dans le cadre de cette concurrence économique que les clients doivent prendre leur décision de choisir tel ou tel fournisseur", a poursuivi M. Peskov.

"Pendant des dizaines d'années, la Russie a confirmé et confirme encore son statut de garant fiable de la sécurité énergétique de l'Europe. Aucun autre fournisseur n'a jusqu'à présent démontré une grande stabilité ou fiabilité dans la fourniture de gaz par gazoduc", a-t-il ajouté.

Donald Trump a de nouveau fustigé mercredi le projet de gazoduc Nord Stream 2, qui vise à doubler les capacités de livraison de gaz russe en Europe en passant par la mer Baltique et en évitant l'Ukraine, avec qui la Russie entretient des relations conflictuelles.

Le gazoduc Nord Stream 2, dont la mise en service est prévue début 2020, a une capacité de 55 milliards de m3 par an, ce qui doit permettre de doubler les capacités du premier Nord Stream, qui transporte du gaz de la côte baltique de la Russie jusqu'à l'Allemagne.

Les Européens restent néanmoins divisés sur ce projet, tandis que les Etats-Unis, grand producteur de gaz naturel, se sont récemment lancés dans une offensive commerciale à la recherche de nouveaux débouchés, soutenue par Donald Trump.

M. Trump s'en est pris mercredi avec une virulence inédite à Berlin en assurant que "l'Allemagne est complètement contrôlée par la Russie" en raison de sa dépendance au gaz russe.

"De telles fournitures de gaz ne mènent pas à la dépendance d'une des parties sur l'autre, mais à une dépendance mutuelle, qui est une garantie de la stabilité et du développement d'une coopération mutuellement bénéfique", a déclaré M. Peskov jeudi.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Donald Trump doivent tenir leur premier sommet bilatéral lundi à Helsinki.
https://www.connaissancedesenergies.org ... lin-180712

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 13 janv. 2019, 10:33


Nord Stream 2: l’ambassadeur US à Berlin adresse des «menaces» aux sociétés allemandes

13.01.2019

Le journal allemand Bild a publié la copie d’un e-mail envoyé par l’ambassadeur des États-Unis à Berlin, Richard Grenell, aux sociétés allemandes impliquées dans le projet Nord Stream 2. Le diplomate a rappelé le risque de sanctions qu’encouraient ces dernières.

L'ambassadeur des États-Unis à Berlin, Richard Grenell, a mis en garde les sociétés allemandes qui participaient au projet Nord Stream 2 contre un «risque significatif de sanctions», informe le journal allemand Bild, se référant à un e-mail rédigé par le diplomate états-unien. Le média a souligné le caractère menaçant de ce message.

.......

Le projet est réalisé par Gazprom en coopération avec les entreprises européennes Engie, OMV, Shell, Uniper et Wintershall. Le gazoduc devrait être mis en service d'ici à la fin 2019.

.........
https://fr.sputniknews.com/economie/201 ... llemandes/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 13 janv. 2019, 13:48

Washington hausse le ton contre un gazoduc germano-russe

AFP le 13 janv. 2019

Les Etats-Unis ont accru la pression contre le projet controversé de gazoduc germano-russe, Nord Stream 2, soutenu notamment par Berlin et Paris, en mettant en garde notamment les entreprises allemandes impliquées contre le risque de sanctions.

"La lettre rappelle à toutes les entreprises impliquées dans le secteur des gazoducs d'exportation de l'énergie russe qu'elles s'exposent à des sanctions américaines", a indiqué dimanche le porte-parole de l'ambassade américaine à Berlin à l'AFP.

Il confirmait ainsi une information du quotidien allemand Bild paru dimanche, révélant l'envoi de la missive aux sociétés allemandes concernées.

Le porte-parole a souligné que ce risque de sanctions était prévu par la Loi sur les "sanctions pour lutter contre les adversaires de l'Amérique" (CAATSA), adoptée en 2017 et qui vise l'Iran, la Corée du Nord et la Russie.

La missive, initiée par l'administration américaine à Washington, "n'a pas pour but d'être comprise comme une menace mais comme un message clair de la politique américaine", a souligné le porte-parole, estimant que le seul "chantage" possible dans ce dossier serait de voir le Kremlin contrôler les livraisons gazières à l'Europe à l'avenir.

Au centre de cette controverse: le projet en cours de gazoduc Nord Stream 2 permettant de livrer du gaz russe à l'Allemagne et au reste de l'Europe directement en passant par la mer Baltique et donc en contournant notamment l'Ukraine, principal point de passage jusqu'ici.

Ce projet doit venir doubler et suivre le même parcours qu'une première conduite du même genre, Nord Stream 1, via les eaux territoriales de cinq pays, Russie, Finlande, Suède, Danemark et Allemagne. L'enjeu est de doubler la capacité de gaz acheminée.

Le projet Nord Stream 2 associe le géant russe Gazprom à plusieurs entreprises européennes: les groupes énergétiques allemands Wintershall et Uniper, le groupe néerlando-britannique Shell, le groupe français Engie et l'autrichien OMV.

Les Etats-Unis ont déjà à plusieurs reprises critiqué ce projet dans le passé mais ils franchissent une étape supplémentaire en s'adressant directement aux entreprises concernées pour leur signifier le risque de sanctions.

Selon l'Allemagne, appuyée par la France et l'Autriche, le projet permettra d'assurer un approvisionnement plus stable et moins cher.

L'Ukraine considère elle ce projet comme un moyen pour Moscou de l'asphyxier sur le plan énergétique et ainsi d'accroître la pression politique à son encontre, alors que les deux pays sont en conflit au sujet de la Crimée et de la partie orientale de l'Ukraine.

Le porte-parole de l'ambassade américaine à Berlin s'est prévalu auprès de l'AFP du soutien dans ce dossier de "vingt pays européens" et du Parlement européen, qui a exprimé son opposition à Nord Stream 2 dans une résolution non contraignante.

Sous pression, la chancelière allemande Angela Merkel se défend en affirmant que les intérêts ukrainiens devront être préservés et qu'une partie du gaz russe devra continuer à transiter via son territoire une fois Nord Stream 2 entré en action.

Berlin est de plus en plus irrité des interventions américaines dans ce dossier, dans un contexte de dégradation continue des relations bilatérales avec Washington.

"Les questions de politique énergétique européenne doivent être décidées en Europe, et pas aux Etats-Unis", a ainsi déclaré jeudi le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas.
https://www.connaissancedesenergies.org ... sse-190113

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 22 févr. 2019, 20:22

L'Europe complique Nord Stream 2 pour Gazprom et les Allemands

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 21/02/2019

La nouvelle directive gaz européenne pourrait obliger Gazprom, constructeur du gazoduc Nord Steam 2 entre la Russie et l'Allemagne, à respecter la séparation de la production du transport de gaz.

Les opposants au projet Nord Stream 2 viennent de marquer un point. La nouvelle directive régissant le marché intérieur du gaz acte l’obligation pour les opérateurs de gazoducs entrant en Europe de respecter les règles européennes, c’est-à-dire la séparation des activités de transport et production. Gazprom, qui a lancé la construction de ce nouveau gazoduc entre la Russie et l’Allemagne, est directement visé.

La France s’est en effet décidée à peser en faveur d’un accord politique entre le Parlement européen, contre le projet qui menace l’approvisionnement en gaz de l’Europe de l’Est via l’Ukraine, et la Commission au sein de laquelle l’Allemagne est, elle, très favorable. L’accord va compliquer le projet, sans pour autant l’arrêter. L’Allemagne s’engageant à la construction de deux terminaux GNL, diversifiant ainsi les sources possibles d’approvisionnement notamment avec du gaz américain, la Commission a obtenu d’être le décisionnaire final pour accorder toute dérogation à la directive.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... -2.N807630

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 02 mars 2019, 19:15

Nord Stream 2: plus de 800 kilomètres de gazoduc déjà construits

AFP le 01 mars 2019

Plus de 800 kilomètres du gazoduc Nord Stream 2, sur plus de 1 200 km prévus entre la Russie et l'Allemagne, ont été construits, a indiqué lundi l'opérateur du projet mené par le géant russe Gazprom et auquel s'opposent les Etats-Unis.

"Nous avons un calendrier complexe (...) pour la pose des gazoducs jumeaux Nord Stream 2, qui prend en compte les exigences environnementales et utilise un grand nombre de navires", a déclaré dans un communiqué le chef du projet, Henning Kothe. "Les travaux de pose se déroulent bien et dans les délais. Les autres travaux de construction sont également en cours pour achever les deux gazoducs d'ici la fin de 2019", a-t-il précisé.

Le gazoduc, qui doit passer par les eaux finlandaises, suédoises et danoises, doit mesurer 1 230 kilomètres en tout. Nord Stream 2 a précisé que plus de 1 000 personnes travaillaient actuellement depuis une vingtaine de navires sur le projet en mer Baltique, "conformément aux autorisations accordées par l'Allemagne, la Finlande, la Suède et la Russie".

Mi-février, un accord politique a été trouvé pour la révision de la réglementation européenne sur le marché du gaz, cruciale pour le gazoduc. La Commission européenne avait proposé en novembre 2017 d'amender la législation, une initiative perçue comme une volonté de mieux encadrer le projet.

Les mêmes règles de ce marché commun s'appliqueront désormais aux gazoducs issus d'un pays hors UE et traversant le bloc, avec en ligne de mire la transparence des prix, l'accès des tiers aux infrastructures, et la séparation des activités entre fournisseurs et gestionnaires de réseau.

Le projet de gazoduc associe le géant Gazprom, majoritaire, à des entreprises européennes: les allemands Wintershall et Uniper, l'anglo-néerlandais Shell, le français Engie et l'autrichien OMV. Sensible pour les Européens, le dossier a pris une autre ampleur depuis que les Etats-Unis mènent une intense campagne d'opposition à Nord Stream 2.
https://www.connaissancedesenergies.org ... its-190301

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 28 mars 2019, 00:52

Toujours controversé, Nord Stream 2 sera bien achevé en fin d'année.

AFP parue le 27 mars 2019

Honni par les Etats-Unis, Nord Stream 2, le projet controversé de gazoduc entre la Russie et l'Allemagne, va comme prévu voir le jour en fin d'année, assurent ses promoteurs en pleine opération de communication.

Signe que le chantier avance selon le calendrier prévu, pour une mise en service en 2020 du double pipeline, le consortium d'entreprises piloté par le géant russe Gazprom multiplie les visites de presse sur le site allemand du chantier, au bord de la Baltique.

Le projet suscite toujours l'ire des Etats-Unis, qui accusent l'Allemagne d'accroître sa dépendance au gaz russe et pressent Berlin d'importer du gaz naturel liquéfié américain. Soucieux de ménager les deux super-puissances, le gouvernement allemand a donné mercredi son accord à la construction de terminaux méthaniers destinés à importer du GNL en provenance d'outre-Atlantique.

A Lubmin (Mecklembourg-Poméranie), sur les rives de la mer Baltique, à l'orée d'une forêt de pins, le chantier du pipeline s'étale sur plusieurs hectares. Au large, des centaines d'ouvriers s'affairent sur une vingtaine de navires pour achever l'ouvrage, qui traversera au total cinq pays - Russie, Finlande, Suède, Danemark et Allemagne.

Projet pharaonique

"Les principales installations sont en place, les vannes d'arrêt ont été installées, donc on peut partir du principe que le projet sera bien achevé d'ici fin 2019", et complètera Nord Stream 1, gazoduc actif depuis 2012, assure le porte-parole du projet, Jens Mueller.

Le pipeline, en acier doublé de béton, doit permettre d'acheminer sur une distance de 1.230 km du gaz russe vers l'Allemagne et le reste de l'Europe, en contournant le principal point de passage jusqu'ici, l'Ukraine, dont les relations avec la Russie restent extrêmement conflictuelles.

Le dernier obstacle à ce projet pharaonique, d'un coût de 11 milliards d'euros, est en passe d'être levé: le Danemark s'apprêterait à donner son accord pour que le gazoduc, d'une capacité de 55 milliards de m3 par an, traverse sa zone économique exclusive, bande située au delà de ses eaux territoriales.

"Nous avons de bonnes raisons de penser" que le feu vert sera donné "dans un avenir proche", avance Jens Mueller. Et même si les Danois ne donnaient que tardivement leur accord, la compagnie pourrait faire face en envoyant des bateaux supplémentaires, plastronne le porte-parole.

Ses promoteurs affirment qu'il permettra de sécuriser l'approvisionnement en gaz de l'Europe, et ce à moindre prix. Et ils soupçonnent les Etats-Unis par leur opposition frontale de chercher surtout à vendre leur propre gaz aux Européens.

Au troisième trimestre 2018, l'Ukraine était la voie principale, couvrant 48% du gaz venu de Russie, selon la Commission européenne. Les opposants au projet déplorent en particulier qu'il prive l'Ukraine de lucratives redevances.

Sanctions américaines ?

La route du gaz continuera cependant à passer par l'Ukraine, où transitent chaque année 93 milliards de m3, sur un total annuel de 170 milliards de m3 de gaz russe à destination de l'Union européenne. "Nord Stream 2, ce ne sera +que+ 55 milliards de m3", relève M. Mueller.

Ses détracteurs, en particulier les pays de l'Est comme la Pologne, jugent que le projet Nord Stream vise à la fois pour Moscou à isoler un peu plus l'Ukraine, avec qui la Russie est en conflit depuis des années, et à rendre l'Europe dépendante sur le plan énergétique.

Quant aux menaces de sanctions américaines, elles ne semblent pas non plus en mesure de retarder le projet, initié en 2013.

Derrière la réticence de façade chez Nord Stream à "commenter des décisions politiques", les conseillers font valoir que le projet ne tomberait pas sous le coup de la loi Caatsa (Countering America's Adversaries Through Sanctions Act). Adoptée par le Congrès américain en 2017, elle visait notamment à punir la Russie pour son attitude en Ukraine et son éventuelle ingérence dans l'élection présidentielle américaine.

En janvier, le remuant ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell, un proche de M. Trump, avait pourtant averti les entreprises allemandes impliquées dans le projet qu'elles pourraient être sanctionnées.

Interrogé par l'AFP, le gouvernement allemand se retranche derrière le caractère "privé" de ce projet et se refuse à tout commentaire au sujet d'éventuelles sanctions.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nee-190327

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60110
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Message par energy_isere » 30 avr. 2019, 22:53

Gaz: Nord Stream 2 fait appel d'une décision du Danemark retardant la construction

AFP parue le 30 avr. 2019

Le consortium international d'entreprises à l'origine du projet controversé de gazoduc Nord Stream 2, piloté par le géant russe Gazprom, a annoncé mardi avoir fait appel d'une décision du Danemark qui retarderait les travaux de construction.

Dans un communiqué, le consortium souligne avoir fait appel d'une décision prise le 26 mars par l'Agence de l'Énergie du Danemark (DEA) demandant une étude environnementale avant de délivrer le permis de construction du gazoduc dans les eaux danoises. "La décision doit être annulée pour que l'agence procède à l'octroi d'un permis pour la voie nord-ouest de Nord Stream 2 sans délai", affirme le consortium. Nord Stream 2 affirme également avoir déposé une demande de permis supplémentaire pour un tracé alternatif, par "prudence".

Le pipeline doit permettre d'acheminer du gaz russe vers l'Allemagne et le reste de l'Europe, en contournant le principal point de passage jusqu'ici, l'Ukraine, dont les relations avec la Russie restent extrêmement conflictuelles. Il doit traverser au total cinq pays: Russie, Finlande, Suède, Danemark et Allemagne.

Le dernier obstacle à ce projet pharaonique, d'un coût de 11 milliards d'euros, est l'obtention de l'accord du Danemark pour que le gazoduc, d'une capacité de 55 milliards de m3 par an, traverse sa zone économique exclusive, bande située au delà de ses eaux territoriales. Selon le calendrier prévu, le gazoduc devrait être achevé en fin d'année et mis en service en 2020.

Nord Stream 2 a également annoncé que la construction du tronçon situé dans les eaux russes avait commencé ce mardi. Deux sections d'environ 100 kilomètres de long sont prévues dans les eaux territoriales de la Russie. Le groupe a indiqué que plus de 1 100 kilomètres de gazoduc sur les 1 230 km prévus avaient déjà été construits dans les eaux finlandaises, suédoises et allemandes.

Le projet suscite toujours l'ire des États-Unis, qui accusent l'Allemagne d'accroître sa dépendance au gaz russe et pressent Berlin d'importer du gaz naturel liquéfié américain. Soucieux de ménager les deux super-puissances, le gouvernement allemand a donné en mars son accord à la construction de terminaux méthaniers destinés à importer du GNL en provenance d'outre-Atlantique.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ark-190430

Répondre