Agriculture et efficience energetique

Discussions libres mais portant sur le thème général de la déplétion.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64983
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Agriculture et efficience energetique

Message par energy_isere » 21 févr. 2015, 14:28

Du Kenya à l’assiette, le parcours pas si vert des haricots

Le Monde.fr | 20.02.2015 Par Audrey Garric (Nairobi et Thika (Kenya), envoyée spéciale)

Il est 10 heures ce jour-là et le soleil tape déjà fort sur les hauts plateaux kényans. Dans les champs fraîchement labourés de la ferme Hippo, située à Thika, au nord de Nairobi, des femmes pliées en deux sèment des graines. Plus loin, d’autres récoltent méthodiquement les légumes arrivés à maturité. Dans leurs cagettes : des brocolis, des courges, des piments, du maïs doux, des oignons, des pois et, surtout, des haricots verts, la principale production du groupe AAA Growers, qui se retrouveront trois jours plus tard dans les assiettes des consommateurs anglais ou néerlandais. Avec des récoltes tout au long de l’année et une main-d’œuvre très bon marché, le Kenya est le deuxième exportateur de french beans, comme on les appelle là-bas, à destination de l’Europe, surtout à contre-saison. Un secteur critiqué qui cherche à se verdir.
« Le Kenya a commencé à exporter des haricots verts dans les années 1970. Vingt ans plus tard, c’était l’explosion des ventes, raconte Bernard Tinega, le directeur commercial d’AAA Growers, qui a lancé sa première ferme en 2000. Ici, le climat chaud mais sans canicule est propice aux cultures. Et la main-d’œuvre est très qualifiée. C’est le seul secteur où l’on est vraiment compétitifs. » Au total, les 150 000 fermes kényanes ont exporté en 2014 pas moins de 200 000 tonnes de légumes frais et transformés, dont 32 000 tonnes de haricots verts en vrac, mais aussi en barquettes et sachets, à destination de la Grande-Bretagne, des Pays-Bas, de la France et de l’Espagne. Un marché évalué à 300 millions d’euros par an, dont 20 millions pour les haricots.

.........

Image
....................

....Ces barquettes, ainsi que les sacs de légumes frais, quittent tous les jours l’entrepôt pour l’aéroport de Nairobi, d’où ils s’envolent chaque nuit vers l’Europe, à 7 000 kilomètres de là.
.....

.....D’autant qu’avec 250 shillings kényans (2,4 euros) par jour, les 700 ouvriers de la ferme Hippo sont très peu payés, à peine plus que le salaire minimal en vigueur dans le comté (2,1 euros).
......

Utilisation de pesticides
Mais ce qui a surtout jeté l’opprobre sur les haricots kényans, c’est qu’ils ne sont pas si verts : nombre de producteurs, en particulier les plus petits, ont pendant des années usé et abusé des pesticides. En 2012, la filière kényane a été profondément ébranlée après la mise en évidence de teneurs résiduelles de produits chimiques, supérieures aux limites autorisées par la réglementation communautaire. Particulièrement visé : le diméthoate, une molécule utilisée dans une vingtaine d’insecticides au Kenya et classée cancérogène possible chez l’humain.
.......
reportage avec photos ici
http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... _3244.html

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2267
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Agriculture et efficience energetique

Message par tita » 25 févr. 2015, 13:46

Consommation énergétique de l’agriculture suisse: aussi élevée que par le passé

Zurich, 24.02.2015

1400 litres d‘équivalent mazout par hectare de surface utile – telle est la quantité d’énergie consommée par l‘agriculture suisse en 2012 pour la production de biens agricoles primaires. Plus de la moitié de la consommation d’énergie prend la forme d’énergie grise liée aux bâtiments, aux machines et aux aliments pour animaux. C’est à ce résultat qu’aboutit Agroscope après évaluation des données de l’indicateur agro-environnemental sur la consommation énergétique au niveau national.
(..)
(consommation directe d’énergie par hectare de surface utile près de 2,5 fois plus élevée que dans l’UE27)
(..)
Des serres énergivores

La consommation directe de carburants, de combustibles, d’électricité et d’énergies renouvelables représente environ 30 % de la consommation totale d’énergie. La consommation de diesel des véhicules agricoles représente la plus grande part de cette valeur. En 2012, elle atteignait 5,5 gigajoules par hectare, ce qui porte la consommation de l’agriculture suisse à largement 150 millions de litres de carburant diesel.

La consommation en combustible des serres agricoles destinées aux cultures maraîchères représentait 25 % en 1990 et 23 % en 2012 de la consommation énergétique directe, soit un pourcentage toujours élevé. Sur le plan des sources d’énergie utilisées, on a constaté ces dix dernières années un passage progressif des chauffages à mazout aux chauffages à gaz. Tandis qu’en 2002, la majorité des serres était chauffée au mazout, la consommation de ce combustible est passée pour la première fois en 2011 en dessous de la consommation de gaz naturel et de propane. Etant donné la baisse du nombre d’animaux dans la production porcine, le chauffage des porcheries ne représentait plus qu’un quart de la consommation totale de combustible en 2012. Contrairement aux serres, les étables continuent à utiliser davantage de mazout que de gaz pour le chauffage.

L’électricité et les énergies renouvelables représentent un pourcentage de 28 % dans la consommation énergétique directe de l’agriculture. Le pourcentage des énergies renouvelables est de 6 % et a donc doublé depuis 1990. Depuis cette date, la consommation d’énergie directe est stable dans l’ensemble, les fluctuations de la consommation énergétique totale étant essentiellement imputables aux variations de la consommation d’énergie indirecte.

Plus d’énergie pour les aliments importés

L’énergie indirecte représente une part déterminante de la consommation énergétique totale avec 70 %. Une grande partie des dépenses relatives à l’énergie indirecte concernent les machines et les bâtiments agricoles. En 2012, la fabrication de machines, outils et moteurs agricoles représentait une consommation de 9,4 gigajoules par hectare. En d’autres termes, un kilo de machine agricole comprend une quantité d’énergie d’environ trois litres d’équivalent mazout.

La production d’aliments pour animaux destinés à l’importation est également liée à des dépenses énergétiques. Du fait du développement de la production animale depuis la fin des années 90, ces dépenses ont plus que doublé et représentent 20 % de la consommation énergétique indirecte en 2012. Inversement, les chiffres des engrais minéraux ont baissé de 17 % (1990) à 9 % (2012), car leur utilisation tient davantage compte des besoins. La production de produits phytosanitaires et de semences de céréales importées représente une part négligeable de la consommation d’énergie indirecte.
source et communiqué complet: https://www.news.admin.ch/message/index ... g-id=56323

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1215
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: Agriculture et efficience energetique

Message par Silenius » 15 août 2018, 00:18

Decouverte au Mexique d'une variete de mais qui fixe l'azote atmospherique : ses racines aeriennes produisent un gel sucre qui heberge des bacteries.
Ce mecanisme fournit jusqu'a 80% des besoins de la plante.
Les engrais azotes, c'est 1% de l'energie mondiale. https://news.wisc.edu/corn-that-acquire ... ertilizer/
Image

Répondre