[Crise] L'économie des USA en difficulté

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59053
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 23 févr. 2019, 12:22

Paulad a écrit :
23 févr. 2019, 11:52
The Next Shale Fracker Revolution Has Begun

https://www.bloomberg.com/opinion/artic ... -has-begun

Je sais pas si on peut vraiment appeler çà une révolution !
Effectivement, j'aurais pas titré comme ça.
Il s'agit plutôt de la désillusion des investisseurs.

Paulad
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 318
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par Paulad » 23 févr. 2019, 19:31

energy_isere a écrit :
23 févr. 2019, 12:22
Paulad a écrit :
23 févr. 2019, 11:52
The Next Shale Fracker Revolution Has Begun

https://www.bloomberg.com/opinion/artic ... -has-begun

Je sais pas si on peut vraiment appeler çà une révolution !
Effectivement, j'aurais pas titré comme ça.
Il s'agit plutôt de la désillusion des investisseurs.
Tout à fait d'accord ! Je me demande vraiment comment cette industrie fait pour encore tenir debout...

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10038
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par mobar » 23 févr. 2019, 23:08

De la même façon que les journaux achetés par les milliardaires continuent à paraitre, malgré les pertes enregistrées depuis des années!
Les profits collatéraux engrangés par les investissements déficitaires couvrent les pertes avec de substantiels bénéfices
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59053
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 27 févr. 2019, 12:37

La bonne santé économique de l’Amérique est-elle compromise?


RFI 27 fev 219

Après bientôt dix ans d'expansion, les jours de l'incroyable bonne santé de l’économie américaine sont-ils comptés ? Jerome Powell, le président de la Banque centrale des Etats-Unis est resté optimiste dans son intervention au Sénat, tout en mettant en garde contre les dangers qui menacent.

Pour le patron de la Fed la croissance américaine est robuste, mais il se gardera de relever les taux d’intérêt à cause de ce qu’il a appelé « des signaux contradictoires ». Il cite les dangers externes, le Brexit, les négociations commerciales sino-américaines qui font peser des doutes sur l’état général du monde, sans s’étendre sur les signaux émanant de l’intérieur des Etats-Unis. Pourtant il y en a eu quelques-uns ces derniers temps : la première alerte a été donnée sur le marché du crédit automobile.

Sept millions d’Américains ont plus de trois mois de retard dans le remboursement de leur crédit auto. En clair, ils vont sans doute devoir bientôt renoncer à leur véhicule. C’est un taux de faillite relativement élevé, un million de plus que début 2009 quand les Etats-Unis étaient encore en récession, sonnés par la crise financière. Les ménages les plus pauvres sont les premiers concernés. C’est à eux que les banques ont prêté les yeux fermés, un peu comme pendant la crise des subprimes, sans vérifier leur solvabilité. Le crédit automobile ne constitue qu’une infime partie du crédit à la consommation. C’est pourquoi cet indicateur n’est pas un détonateur, mais c’est un peu comme le canari dans la mine de charbon qui avertit du danger imminent quand il arrête de chanter.

L’autre indice de ralentissement émane de la production automobile

Elle a chuté de 8% en janvier. Là encore il faut remonter à mai 2009, c’est-à-dire à la sortie de la débâcle de 2008 pour retrouver un repli aussi important. Les constructeurs anticipent la baisse des achats qui a commencé à se manifester en décembre. D’autres industries ont aussi réduit la voilure en janvier : la chimie, l’électronique, ou encore les machines outil. En revanche d’autres indicateurs puissants sont toujours aussi positifs : le taux d’emploi en hausse et les bas salaires enfin sur la courbe ascendante a signalé Jerome Powell. Et l’inflation demeure basse. L’économie américaine est donc tout à fait capable de poursuivre son expansion. Si elle est encore en croissance en juin 2019, le cycle de croissance fêtera ses dix ans, une période incroyablement longue.

Alors pourquoi une majorité des économistes prévoient un ralentissement pour cette année ou en 2020 ?

Parce que l’économie est cyclique et que ce cycle d’expansion qui a déjà dépassé les normes finira par se retourner à la faveur d’un choc. Si Donald Trump surveille les cours du pétrole comme le lait sur le feu, c’est parce qu’il craint qu’un baril à 100 dollars ne vienne faire dérailler l’Amérique. Ce qui préoccupe davantage les experts, c’est la grande fragilité des finances publiques américaines. Avec une économie américaine florissante, les rentrées fiscales devraient augmenter, mais la réforme des impôts a ralenti le mouvement, résultat, le déficit galope et la dette explose, elle approche les 22 000 milliards de dollars. Ce n’est pas soutenable selon Jerome Powell. Donald Trump cherche toujours des milliards pour financer son mur le long de la frontière mexicaine ou d’autres projets d’infrastructures, comme si l’Amérique pouvait vivre éternellement à crédit. Et cette fiction elle pourrait bien virer au cauchemar quand les taux d’intérêt remonteront préviennent les pessimistes. La Fed pour l’instant prend donc son temps pour relever le loyer de l’argent.
http://www.rfi.fr/emission/20190227-bon ... compromise

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59053
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 07 mars 2019, 08:27

Pourquoi le déficit commercial américain se creuse-t-il malgré des importations surtaxées?

AFP•06/03/2019

L'administration Trump a déclaré l'an passé une guerre commerciale au nom de "l'Amérique d'abord". Elle s'est traduite par des vagues successives de taxes douanières supplémentaires allant de 10 à 50% sur l'équivalent de 283 milliards d'importations américaines.


Pourtant, les Etats-Unis ont enregistré un nouveau déficit commercial record. Pourquoi les taxes sont-elles restées sans effet ?

- Le déficit commercial, qu'est-ce que c'est ? -

Le déficit commercial d'un pays se produit quand le volume d'importations est supérieur à celui des exportations. Concrètement, le pays achète plus de biens et services au reste du monde qu'il n'en vend.

Les Etats-Unis accusent un déficit commercial chronique depuis près d'un demi-siècle. En 2018, celui-ci a atteint 621 milliards de dollars (+12,5%), un record.

Et le seul déficit des biens (hors services) avec la Chine s'est élevé à 419,16 milliards de dollars, un record aussi.

- Pourquoi les consommateurs sont-ils un élément déterminant? -

La croissance économique américaine est traditionnellement tirée par la consommation des ménages. Or les consommateurs ont bénéficié d'un pouvoir d'achat plus important avec une baisse des impôts décidée par l'administration Trump.

Et l'appétit insatiable des consommateurs pour les marchandises importées de Chine ou d'ailleurs s'explique par le fait que ces produits sont souvent moins chers.

Les entreprises, qui ont, elles aussi, bénéficié de la baisse des impôts, augmentent leur rentabilité en achetant à l'étranger des produits moins chers que les produits domestiques.

- Quel est le rôle du dollar? -

Le taux de change du dollar est un élément clé dans la mesure où un dollar fort rend les produits étrangers plus compétitifs pour les consommateurs américains. Les entreprises américaines ont, elles, plus de mal à vendre à l'étranger leurs produits, plus chers.

L'an passé, les produits chinois ont certes été surtaxés mais ils ont bénéficié d'un taux de change favorable qui a maintenu leur compétitivité.

- Quid du lien entre croissance et déficit? -

Les statistiques sont là pour l'illustrer: quand la conjoncture est bonne, le déficit s'accroît. Quand la croissance bat de l'aile, le déficit commercial diminue car les Américains consomment moins, faisant chuter les importations.

En 2009, le déficit commercial avait ainsi plongé de 45,8% au moment où la croissance économique des Etats-Unis était en berne, dans le sillage du déclenchement de la crise financière à l'automne 2008.

A contrario, le déficit s'est fortement creusé l'an passé alors que l'économie américaine a tourné à plein régime, avec une croissance frôlant les 3% et un chômage historiquement bas.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... c1caf88b74

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59053
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 17 mars 2019, 14:23

En 2018 les USA ont produit pour 82.2 milliards de dollars des mines, se répartissant en 56.3 milliards de dollars de matériaux industriels et 25.9 milliards de dollars en metaux
U.S. Mines Produced an Estimated $82.2 Billion in Minerals During 2018

USGS March 4, 2019
.......
The $82.2 billion worth of nonfuel minerals produced by U.S. mines in 2018 is made up of industrial minerals, including natural aggregates and metals.

The estimated value of U.S. industrial minerals production in 2018 was $56.3 billion, about 7 percent more than the revised value of 2017. Of this total, the value of industrial minerals production was dominated by crushed stone, and construction sand and gravel (construction aggregates) was 45 percent or $25.3 billion.

U.S. metal mine production in 2018 was estimated at $25.9 billion, which was 4 percent less than 2017. Lower average metal prices and lower production of many metals contributed to the reduction in value for 2018. The principal contributors to the total value of metal mine production in 2018 were gold, copper, iron ore and zinc.
.........
https://www.usgs.gov/news/us-mines-prod ... uring-2018

C'est Sans les produits energetiques. Donc ni pétrole ni gaz, charbon, et Uranium.

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7691
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par phyvette » 17 mars 2019, 14:31

82.2 milliards de dollars de chiffres d'affaires minier, c'est finalement pas besef.

ExxonMobil : 438 M $
General Motors : 213 M $
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59053
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 17 mars 2019, 15:10

Oui, les 12 millions de b/j des USA c'est 12x365x58= 254 000 million de dollars annuel, soit 254 milliards annuels.

(EN PRENANT 58 DOLLAR LE BARIL WTI)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59053
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 17 mars 2019, 15:18

phyvette a écrit :
17 mars 2019, 14:31
82.2 milliards de dollars de chiffres d'affaires minier, c'est finalement pas besef.

ExxonMobil : 438 M $
Le chiffre d' affaire 2018 de Exxon est de 292 milliards de dollars.
Voir mon post suite à la press release de leur résultat annuel
http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 0#p2279870

Ton chiffre plus élevé correspond peut être à 2012.
Voir les chiffres ici https://www.statista.com/statistics/264 ... ince-2002/

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7691
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par phyvette » 17 mars 2019, 18:20

ExxonMobil : 438 M $ c'est le CA de 2017 selon le Wiki.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Chiffre_d%27affaires
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

tita
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1176
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par tita » 18 mars 2019, 11:24

phyvette a écrit :
17 mars 2019, 18:20
ExxonMobil : 438 M $ c'est le CA de 2017 selon le Wiki.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Chiffre_d%27affaires
Wikipedia français, 2013, 438 M$
Wikipedia anglais, 2017, 237 M$. C'est remonté à 290M$.

En 2013 ils faisaient 30 M$ de bénéfice, et 20 M$ en 2018. Ils sont descendus à 7M$ au creux de 2016.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59053
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 22 mars 2019, 23:54

Le grenier céréalier des Etats-Unis sous les eaux


Par Claire Fages RFI 22 mars 2019

Image
Des inondations frappent le Midwest aux États-Unis. Ici, près de Nebraska City, le 20 mars 2019.Courtesy Nebraska State Patrol/via REUTERS

Les Etats-Unis sont frappés par de graves inondations depuis la semaine dernière. Et elles touchent particulièrement la ceinture agricole du Midwest, qui fournit blé, maïs et soja au monde entier. Les « farmers », déjà frappés par la déprime des cours des céréales et par la guerre commerciale avec la Chine, risquent aujourd'hui de perdre leurs stocks de céréales.

Les inondations dans le Midwest dévastent le grenier céréalier des Etats-Unis, alors qu'il n'a jamais été aussi plein. De fortes pluies se sont abattues depuis la semaine dernière sur les Etats de la ceinture agricole des Etats-Unis, en particulier l'Iowa, le Nebraska et le Dakota du Sud. Le fleuve Missouri a débordé, envahissant les champs d'eau charriant d'énormes blocs de glace sur des kilomètres. Le bétail est noyé, les semis qui approchent sont impossibles sous des mètres d'eau. Plus grave, les réserves de céréales des fermiers américains risquent d'être perdues.

Réserves invendables

Or ces réserves étaient record. Les producteurs de maïs, de blé et de soja étaient loin d'avoir vendu toute leur récolte de l'an dernier. Les prix n'étaient pas assez élevés pour couvrir leurs coûts de production. Ils attendaient que le conflit commercial se calme entre les Etats-Unis et la Chine, en espérant un déblocage en particulier des ventes de soja. En attendant, ils mobilisaient à la ferme tous les espaces possibles de stockage, big bags en plastique et containers divers en acier... D'après l'Agence américaine à l'agriculture (USDA), au premier décembre 2018, 38 % des réserves de céréales encore stockées aux Etats-Unis l'étaient dans les Etats actuellement sous les eaux. Ces réserves improvisées sont désormais gorgées d'eau, les grains gonflés ou contaminés seront invendables et devront être détruits. Et c'est sans compter les chemins de fer et les routes impraticables pour évacuer la production intacte.

Multiplication des faillites

Ces inondations risquent de durer, avec la fonte des neiges qui grossit les affluents du Missouri. Mais on chiffre d'ores et déjà à 1,5 milliard de dollars les dégâts pour le secteur agricole dans le seul Etat du Nebraska. Une catastrophe naturelle qui s'ajoute à la sécheresse de l'an dernier et à cinq mauvaises années de cours mondiaux des céréales, qui ont amputé les revenus des agriculteurs américains de moitié. Ils étaient 20 % de plus à se déclarer en faillite l'an dernier.
http://www.rfi.fr/emission/20190322-gre ... -sous-eaux

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59053
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 02 avr. 2019, 21:19

Le grenier céréalier américain sous les eaux

FRANCK STASSI L Usinen Nouvelle le 02/04/2019

D’importantes inondations affectent les stocks et les cultures de céréales du Midwest, une région américaine qui abrite près de 40% des superficies céréalières.

Image

Illinois, Indiana, Iowa, Michigan, Minnesota, Missouri, Ohio, Wisconsin… autant de noms d’Etats qui évoquent immédiatement le Midwest, un haut lieu de l’agriculture américaine. Ce grenier à grains (près de 40% des superficies cultivées aux Etats-Unis) est aux prises, depuis la mi-mars, avec d’importantes inondations. "Une semaine après un record d’inondations dans l’ouest de la Corn Belt, des conditions météorologiques plus calmes ont été constatées. Des risques de fortes précipitations subsistent", observe le Département américain de l’agriculture (USDA). 127 millions d’acres (soit 51,3 millions d’hectares) y sont consacrés aux cultures agricoles, à hauteur de 75% en maïs et soja.

Dans le seul Etat du Nebraska, les dégâts sont estimés par les organisations agricoles locales à plus d’un milliard d’euros pour les récoltes et le bétail. Avec l’Iowa et le Missouri, ce chiffre grimpe à 3 milliards de dollars. Ces inondations, d’une ampleur historique, pourraient pénaliser le déroulement de la campagne commerciale : 38% des stocks céréaliers américains se trouvaient, fin décembre dans des Etats touchés.

La forte montée des eaux intervient durant une saison de stocks records. Les éventuelles aides publiques en cas de catastrophe naturelle ne sont pas adaptées à des sinistres d’une telle ampleur, a reconnu l’USDA : "ce n'est pas traditionnellement couvert, mais nous n'avons généralement pas eu autant de pertes". De précédentes inondations avaient largement affecté les récoltes du Midwest en 1993.

Un risque appelé à durer

Image

Au total, 25 Etats sont classés en risque d’inondations majeures ou modérées d’ici à la fin du mois de mai, selon l’agence gouvernementale en charge des océans du climat, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). "Les inondations précoces ont été causées par la fonte rapide de la neige, combinées à de fortes pluies de printemps et à des chutes de neige en fin de saison dans les zones où l'humidité du sol est élevée. Dans certaines régions, les embâcles aggravent les inondations", explique-t-elle.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... ux.N826020

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59053
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 25 avr. 2019, 09:55

Qui achète les bons du Trésor américain ?

Le 24 Avr 2019

Durant les 12 mois qui ont précédé février 2019, la dette américaine a gonflé de 1,26 trillion de dollars pour atteindre 22,1 trillions. Quelqu’un a dû acheter ces obligations, de qui s’agit-il ? Cette question est de plus en plus cruciale alors que la dette explose même lorsque l’économie se porte bien, en raison de déficits qualifiés de non viables par Powell lorsqu’on lui pose la question.

Aujourd’hui, les données TIC du Trésor US apportent la réponse à cette question.

Image

La dette du gouvernement américain, qui a coûté des intérêts records de 523 milliardsde dollars durant l’année fiscale 2018, représente un actif pour les investisseurs, les créditeurs des États-Unis. Le pays a besoin d’eux pour financer ses énormes déficits.

Les créditeurs étrangers des États-Unis
La Chine, le plus gros créditeur étranger des États-Unis, a vendu pour 46 milliards d’obligations durant cette période d’un an, d’après ces statistiques. Mais durant ces 3 derniers mois, la Chine est passée à l’achat. À la fin du mois de février, son portefeuille d’obligations américaines avait une valeur de 1,13 trillion de dollars (contre 1,25 trillion en février 2016, le record historique).

Le Japon, le second plus gros créditeur des États-Unis, a acheté pour 13 milliards d’obligations durant cette période d’un an. Tokyo possède pour un total de 1,07 trillion de bons du Trésor américain (record : 1,24 trillion, fin 2014).

Image
https://www.businessbourse.com/2019/04/ ... americain/

leur 22 000 milliards de dette à comparer avec leur PIB 2018 de 20 494 milliards de dollars

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des ... IB_nominal

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59053
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 26 avr. 2019, 22:55

Microsoft est la troisième société à passer les 1 000 milliards de dollars de valorisation

26 avril 2019

C’est le jeudi 25 avril que Microsoft a finalement dépassé la barre symbolique des 1 000 milliards de dollars de valorisation boursière, à la suite de l’annonce de ses (bons) résultats trimestriels. Lors de la séance, elle a donc passé ce cap avant de s’établir à 995,7 milliards de dollars, contre 972 milliards pour Apple et 936 milliards pour Amazon, ce qui signifie qu’elle se situait devant les deux autres géants de la tech.

Microsoft rejoint un club très privé
Car si Microsoft est la troisième entreprise au monde à être valorisé à plus de 1 000 milliards de dollars, Apple et Amazon ont respectivement réussi cet exploit au cours de l’année 2018. En effet, la marque à la pomme a d’abord ouvert le bal au mois d’août avant d’être rejoint par la firme de Jeff Bezos quelques semaines plus tard à peine, en septembre.

Pour ce qui est des résultats financiers de Microsoft au premier trimestre de l’année 2019, la firme américaine a annoncé des chiffres positifs. Son bénéfice net est de 8,81 milliards de dollars, soit une hausse conséquente de 18% par rapport à la même période en 2018.
..............

Si la célèbre société américaine a dépassé les 1 000 milliards de dollars de valorisation boursière, c’est en partie grâce aux efforts de Satya Nadella, troisième PDG de l’entreprise depuis 2014. Voilà quelques années que le nouveau patron de la société a fait évoluer la stratégie de celle-ci vers le cloud computing. En conséquence, l’entreprise se positionne désormais juste derrière le numéro un mondial, qui n’est autre qu’Amazon. Grâce à cette stratégie, Microsoft fait état d’une bonne santé financière, annonçant un chiffre d’affaires annuel de plus de 110 milliards de dollars en 2018, soit une hausse de 14% par rapport à l’année 2017.
https://www.presse-citron.net/microsoft ... orisation/

Répondre