[Acteurs] La compagnie TOTAL

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64299
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 25 mai 2020, 23:48

Total en quête de pétroliers dual-fuel neufs de type LR2

Publié le 25/05/2020 lemarin

Total a lancé un appel d’offres portant sur deux pétroliers LR2 neufs dual-fuel qu’il prévoit d’affréter à partir de 2022, avec une option pour deux navires de même type supplémentaires.

Image

Après avoir annoncé en avril l’affrètement à partir de 2022 de deux VLCC au GNL, Total lance un appel d’offres portant sur des LR2 dual-fuel. (Photo : DR)
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... e-type-lr2

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64299
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 29 mai 2020, 12:11

Patrick Pouyanné : «Total peut payer son dividende et investir avec un pétrole à 35-40 dollars»

Par Johann Corric le 27/05/2020

Patrick Pouyanné a accordé un entretien exclusif au Revenu. Crise sanitaire, soutenabilité et éthique du dividende, engagements environnementaux : le PDG de Total aborde sans détour ces sujets qui bousculent son groupe et l'ensemble du monde de l'énergie.

Âgé de 56 ans, Patrick Pouyanné est diplômé de l’École Polytechnique. Il a débuté sa carrière dans divers postes dans l’administration et les cabinets ministériels. Il rejoint la branche Exploration & Production de Total en 1997. Il y occupera plusieurs fonctions de direction. En 2012, il prend la tête de la branche Raffinage-Chimie. En 2014, il devient directeur général du groupe suite au tragique décès de Christophe de Margerie. Il est nommé PDG en décembre 2015. Son mandat court jusqu’en 2021.

Comment Total s’adapte-t-il à la crise sanitaire ?
Patrick Pouyanné : Notre première priorité est la santé de nos salariés. Ensuite, nous mettons tout en œuvre pour assurer la continuité de nos activités. Le masque a été rendu obligatoire dans tous les espaces communs, du gel hydroalcoolique est mis à disposition, des caméras thermiques contrôlent la température etc. Sur nos plateformes pétrolières, nous utilisons des tests pour éviter toute propagation du virus.

Ces mesures seront maintenues tant que le Covid-19 ne sera pas totalement contrôlé. Elles peuvent avoir un impact sur la productivité de nos opérations. Dans des usines manufacturières comme celle de Saft, l’impact en termes de productivité est de l’ordre de 10-15%. Mais la sécurité et la santé ne sont pas négociables.

La mise à l’arrêt de l’économie mondiale due à la pandémie a entraîné un effondrement du prix du pétrole. Comment analysez-vous ce phénomène ?
Patrick Pouyanné : Cette crise est d’abord une crise de la demande, qui s’est effondrée à des niveaux historiquement bas en quelques semaines à cause de la pandémie. S’est ensuite ajoutée une crise de l’offre lorsque certains pays ont décidé d’augmenter fortement leurs productions à contretemps. Un cocktail inédit qui a fait plonger les prix et gonfler les stocks de pétrole à des niveaux plus vus depuis le début des années 2000.

Le passage du WTI par un prix négatif en avril a toutefois agi comme un électrochoc. Le marché fonctionne ! Les producteurs nord-américains ont volontairement baissé la production de plus de 2 millions de barils/jour et les pays producteurs ont réduit drastiquement la leur.


Coté demande, deux mois après la fin du confinement, on observe un retour à la normale en Chine, ce qui est plutôt encourageant. Par crainte de la promiscuité dans les transports en commun, les voyageurs semblent en outre privilégier actuellement l’automobile, ce qui joue sur la consommation de carburants.

À condition que l’Opep et la Russie maintiennent leur discipline et que les effets du déconfinement se poursuivent, les stocks devraient commencer à se réduire à partir de juin/juillet. Les prix ont déjà rebondi depuis leurs plus bas d’avril mais un retour à la situation pré-crise ne se fera que progressivement.

Décote de 10% pour le dividende en actions

Comment Total peut-il résister dans ce contexte ?
Patrick Pouyanné : Nous avons réagi rapidement en annonçant une forte baisse de nos dépenses. Car c’est ce que nous contrôlons. Notre programme de maitrise des coûts passe de 300 millions à 1 milliards de dollars d’économies.

Parallèlement, nous allons diminuer nos investissements de 4 milliards de dollars, passant de 18 à 14 milliards. Sur ce point nous avons appris de la crise de 2014-2015. Une partie de nos contrats est flexible ce qui nous permet d’arrêter des opérations de forages sans frais et sans délai.

Enfin, un effort de 2,5 milliards de dollars est demandé aux actionnaires via l’arrêt du programme de rachat d’actions et la possibilité d’opter pour un paiement en actions du quatrième acompte du dividende 2019. Une décote de 10% sera d’ailleurs proposée à cette occasion.

Comment se portent vos activités en aval de la chaîne de valeur (raffinage, distribution, pétrochimie) ?
Patrick Pouyanné : La pétrochimie n’est pas trop affectée mais le raffinage et la distribution ont subi des fortes baisses d’activité en raison de l’écroulement de la demande. Celle-ci commence toutefois à repartir et, avec la résorption des stocks, ces activités devraient progressivement retrouver leur rôle habituel d’amortisseur en situation de crise : la baisse du prix du pétrole favorisant les volumes et les marges des raffineries.

Total a décidé de maintenir son dividende quasi-inchangé en proposant un premier acompte au titre de 2020 à 0,66 euro par action. Combien de temps le coupon peut-il tenir si l’environnement ne s’améliore pas ?
Patrick Pouyanné : Les fondamentaux de Total sont bons. Notre taux d’endettement est faible, à moins de 20% des fonds propres, et notre point mort – qui correspond au prix du pétrole au-dessus duquel nous couvrons nos dépenses avant dividende – est très compétitif, à moins de 25 dollars par baril.

Cette solidité nous permet de maintenir le niveau de notre dividende malgré la violence de la crise. Compte-rendu de la volatilité et des incertitudes en ce moment, nous referons bien évidemment le point à ce sujet à la fin du troisième trimestre lorsque nous disposerons d’une meilleure visibilité.

À partir de 35 à 40 dollars le baril, Total peut payer son dividende de manière pérenne tout en continuant à investir pour le long terme.

500 millions d'euros de taxes
Que pensez-vous du mouvement «anti-dividende» qui s’est développé à la faveur de la crise sanitaire ?
Patrick Pouyanné : J’avoue ne pas comprendre en quoi la suppression de notre dividende serait une décision de solidarité. Cet argent finance in fine l’économie française. Total compte 400.000 actionnaires individuels en France qui touchent en moyenne 1.000 euros de dividendes par an. Et sur les 7 milliards de dollars que nous distribuons en tout, l’État français récupère 500 millions d’euros de taxes.

La solidarité c’est plutôt, comme nous le faisons, de ne pas demander le soutien de l’État pour ne pas peser sur ses finances et réserver son soutien aux entreprises qui en ont le plus besoin. L’Etat pour moi c’est l’ultime recours : nous comptons d’abord sur nous-mêmes, et ensuite sur nos actionnaires puisqu’ils sont les propriétaires de l’entreprise.

Maintenir notre coupon prouve notre confiance dans nos fondamentaux et nous permet de gagner celle des actionnaires sur le long terme.

Total va-t-il profiter de la crise pour réaliser des acquisitions à bon compte ?
Patrick Pouyanné : Nous venons d’annoncer une opération en Ouganda qui n’était pas prévue, avec le rachat des actifs de Tullow pour moins de 2 dollars du baril. Nous avons une politique d’acquisitions à contre-cycle que nous continuerons à appliquer. L’abandon du projet de rachat des actifs d’Occidental Petroleum en Algérie et au Ghana nous donne d’ailleurs des marges de manœuvre supplémentaires en ce domaine.

Une des meilleures acquisitions de l'histoire de Total
Regrettez-vous l’abandon de ce projet en Algérie et au Ghana ?
Patrick Pouyanné : Nous aurions bien sûr honoré notre engagement si nous avions pu, mais le rachat des actifs ghanéens était conditionné à l’acquisition de l’ensemble des activités d’Occidental en Afrique car il s’agissait d’un actif non opéré qui n’était pas notre priorité. Malheureusement, après un accord avec les autorités algériennes, Occidental a informé Total qu’il ne serait pas en mesure de céder ses intérêts en Algérie. Nous avons donc préféré renoncer au Ghana comme nous en avions l’option pour maintenir nos flexibilités financières.

Ce sont les activités dans le GNL au Mozambique qui nous intéressaient au premier plan. Bouclée pour 4 milliards de dollars, cette acquisition est probablement l’une des meilleures acquisitions de l’histoire de Total. C’était ce que nous voulions en priorité et nous l’avons obtenu.

Pourriez-vous profiter du marasme actuel pour, finalement, vous lancer dans le pétrole de schiste américain en réalisant une acquisition ?
Patrick Pouyanné : Non, nous n’investirons pas dans le schiste américain. Je suis extrêmement ferme là-dessus. Cette activité ne correspond pas aux choix fondamentaux de Total d’exploiter du pétrole à bas coûts, comme le démontre la crise actuelle. Si nous devons nous diversifier, nous préférons le faire dans les énergies renouvelables !

Le 21ème siècle sera celui de l’électricité
Vous avez annoncé des ambitions fortes en matière de réduction des émissions de CO2 avec notamment une neutralité carbone totale, y compris des produits vendus par le groupe, en Europe à horizon 2050. Comment comptez-vous atteindre ces objectifs ?
Patrick Pouyanné : Le monde de l’énergie change et la tendance est à une baisse de la demande de pétrole. Je le répète : le 21ème siècle sera celui de l’électricité.

Dans cette perspective, Total devient un groupe multi-énergies. La vente d’électrons représente déjà 5% de nos ventes totales d’énergies, contre moins de 1% en 2015. Nous allons continuer à investir, à raison de 1,5 à 2 milliards de dollars par an, pour faire croitre cette proportion.

En Europe, la société et ses représentants politiques ont clairement affiché leur volonté d’œuvrer pour la neutralité carbone, de mettre en place des règlementations et de développer un marché du CO2 et donc les marchés de l’énergie vont fortement évoluer sur notre continent.

Total ne va pas aller contre cette dynamique mais au contraire en tirer parti, notamment à se développant dans l’électricité, les batteries, les bornes de recharges électriques pour véhicules. Selon nos scénarios, la captation du CO2 représentera environ 20% de cet objectif. Le reste viendra d’une baisse progressive de la production en mer du nord et de l’évolution à la baisse des carburants pétroliers, notamment avec l’apport du biogaz et des biocarburants.

Nous nous sommes également engagés à neutraliser toutes nos émissions sur nos opérations au niveau mondial.

Être plus vert pour une meilleure valorisation boursière ?
Un Total plus électricien et moins pétrolier pourra-t-il continuer à rémunérer ses actionnaires comme il le fait aujourd’hui ?
Patrick Pouyanné : Le marché de l’électricité renouvelable est dans la première phase de son développement. Il est soutenu par les États qui garantissent le rachat des électrons produits, ce qui permet d’investir avec la perspective d’une rentabilité quasi garantie.

Notre modèle est de construire des capacités de production puis d’en revendre 50%, à des fonds de pension notamment, en empochant un gain au passage puisque nous avons supporté le risque initial. La trésorerie générée est ensuite réinvestie dans d’autres projets et ainsi de suite.

Au global, grâce à ce business model vertueux, nous pourrons grandir dans ce domaine tout en maintenant nos cash-flow, et donc notre dividende. L’objectif est aussi d’améliorer nos ratios de valorisation boursiers. Les entreprises spécialisées dans le renouvelable affichent des multiples très élevés. Si nous démontrons aux investisseurs que Total est foncièrement engagé dans cette voie, cela devrait entraîner une hausse de notre cours de Bourse.

Pourriez-vous réaliser de grosses acquisitions dans le secteur du renouvelable ?
Patrick Pouyanné : Il existe peu de gros acteurs dans le domaine et ils coutent chers. Mais nous sommes capables de devenir par nous-mêmes ce «gros acteur». En un trimestre, nous avons déjà annoncé plus de 6 gigawatts de nouvelles capacités. Total vise 25 gigawatts en 2025, une ambition similaire à celles des grands électriciens.

Dans ce contexte, continuer à investir dans l’exploration pétrolière a-t-il encore un sens ?
Patrick Pouyanné : Le monde aura encore besoin de pétrole et de gaz en 2050 et nos réserves nous assurent actuellement un peu plus de 22 ans de production. Nous devons donc continuer à chercher des ressources en nous focalisant exclusivement sur des champs peu couteux à exploiter.

Même si la demande mondiale en pétrole décroit sur le long terme, il faudra quand même satisfaire la demande restante. Et seules les ressources à bas prix pourront le faire. En somme, il faudra bien du kérosène pour que les avions puissent voler car, contrairement aux voitures ou aux bateaux, on ne sait pas faire voler des avions autrement sur de longues distances, même si ce sera du kérosène mélangé à des biocarburants.

Pourquoi vous opposez-vous à la résolution «climat» déposée par un groupe d’investisseurs ?
Patrick Pouyanné : Nous sommes tout à fait ouverts à la discussion avec nos actionnaires sur ce sujet. Nous avons d’ailleurs inclus dans nos résolutions une recommandation de Phitrust sur la responsabilité sociale et environnementale du conseil d’administration.

Si vraiment le groupe d’investisseurs que vous évoquez a la volonté de créer vertueusement de la valeur avec l’entreprise dans le futur, dialoguons comme nous l’avons fait avec les représentants de Climate Action 100+ !

Or nous n’avons eu accès à la résolution que la veille de son dépôt. Elle est doublement problématique. Sur le plan juridique tout d'abord, en termes de conflit de compétences entre conseil d’administration et assemblée générale. Mais nous avons décidé de la soumettre au vote. Je pense d’ailleurs que cela devrait être plutôt à l’AMF de juger de sa recevabilité ou non, comme le fait la SEC aux États-Unis, et non être laissé à l’appréciation du conseil qui se retrouve juge et partie.

Sur le fond ensuite, rendre le groupe responsable des émissions de CO2 de ses clients, sur lesquelles il n’a pas de levier ni de moyen d’action, créerait un risque juridique inacceptable qui pourrait nourrir des contentieux et limiterait la capacité de Total à se développer.
https://www.lerevenu.com/bourse/patrick ... 40-dollars

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64299
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 29 mai 2020, 16:00

Les actionnaires de Total rejettent une résolution climatique portée par des investisseurs

AFP parue le 29 mai 2020

Une résolution portée par onze investisseurs pour contraindre Total à des objectifs climatiques plus ambitieux, mais combattue par la direction, a été rejetée par les actionnaires vendredi lors de l'assemblée générale du groupe pétrolier et gazier.

Cette résolution soutenue par La Banque Postale Asset Management, Crédit Mutuel ou encore Meeschaert avait été inscrite à l'ordre du jour car les actionnaires la soutenant dépassaient le seuil de 0,5% du capital. Mais elle n'avait pas le soutien du conseil d'administration de l'entreprise.

"Elle est rejetée à une très large majorité puisqu'elle est rejetée par 83,20%", a annoncé le PDG Patrick Pouyanné, lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires, qui se tenait à huis clos pour des raisons sanitaires. L'ONG Reclaim Finance a pour sa part jugé que le score de 16,8% en faveur de la résolution marquait un "tournant historique".

L'objectif de la résolution était "de modifier les statuts du groupe pétrolier afin de renforcer la contribution de son modèle économique à l'atteinte de l'Accord de Paris sur le climat", avait expliqué la société de gestion Meeschaert, qui coordonnait l'initiative des actionnaires. Ils demandaient à Total un plan d'actions "pour réduire en valeur absolue ses émissions de gaz à effet de serre" y compris "les émissions indirectes, dans la mesure où l'utilisation des produits vendus représente 85% des émissions de gaz à effet de serre de Total".

Total a récemment annoncé un nouvel objectif de "neutralité carbone à horizon 2050". Mais le groupe s'engage à la neutralité sur l'utilisation de ses produits par le consommateur final (périmètre dit "scope 3") en Europe seulement. "L'adoption de la résolution proposée conduirait à rendre votre société responsable d'émissions sur lesquelles elle n'est pas en capacité d'agir, seuls les clients en ayant la maîtrise directe", avait jugé le conseil d'administration.

Patrick Pouyanné avait aussi évoqué ces émissions indirectes en introduction de l'AG : "nous n'en sommes pas responsables car elles dépendent des choix de consommation d'énergie de nos clients". "Total ne fabrique pas d'avions, ne fabrique pas de voitures, ne fabrique pas de ciment et ce n'est pas Total qui décide si un avion va utiliser du kérosène ou de l'électricité ou de l'hydrogène pour voler", a-t-il fait valoir.
https://www.connaissancedesenergies.org ... urs-200529

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64299
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 30 mai 2020, 00:59

Total prévoit un manque à gagner de 12 milliards de dollars dû à la crise pétrolière

PUBLIÉ LE 29/05/2020 PARIS (Reuters)

Total estime qu'il devra compenser globalement avec son plan d'actions un manque à gagner d'au moins 12 milliards de dollars (10,8 milliards d'euros) dû à la crise pétrolière, a déclaré vendredi son PDG, Patrick Pouyanné.

Image

Le groupe pétrolier a revu à la hausse son programme d'économies début mai après avoir enregistré un chute de ses résultats au premier trimestre 2020, marqué par l'effondrement de la demande et des prix lié au coronavirus.

"C'est globalement 12 milliards de dollars, a minima, que nous estimons devoir combler (...) par notre plan d'actions", a dit Patrick Pouyanné lors de l'assemblée générale des actionnaires de Total, qui se tenait à huis clos.

Affecté par l'effondrement de la demande lié à la propagation du nouveau coronavirus, qui est venu s'ajouter à une crise d'offre, le prix du pétrole à fortement chuté au mois de mars et s'établit aujourd'hui autour de 30 à 35 dollars par baril, très en deçà des 60 dollars que Total avait pris comme hypothèse dans ses perspectives 2020.

"A quel rythme la demande d'énergie va-t-elle repartir ? L'aspiration aux transports va revenir mais (...) pour le reste de l'économie, cela va prendre plus de temps", a souligné Patrick Pouyanné.

"On sait bien que le deuxième trimestre va être très mauvais, c'est même le pic de la crise pour nous tous. Donc je vous le garantis, les résultats ne seront pas bons au deuxième trimestre. Par contre, j'espère que le troisième trimestre va voir (une) sortie de la crise, et donc pour moi le rendez-vous pour donner plus de perspectives est plutôt septembre-octobre qu'immédiatement."

Le PDG de Total a dans le même temps réaffirmé que le groupe avait la capacité de maintenir son dividende à un niveau stable cette année, après avoir suspendu sa politique de croissance de 5 à 6% par an annoncée en septembre, ainsi que ses rachats d'actions.

"PAS DE MESSAGE NÉGATIF" SUR LE DIVIDENDE

"Total sait à la fois financer ses programmes d'investissements (...) et verser son dividende, en le maintenant, au-dessus de 35-40 dollars du baril. Si on était dans un nouveau monde où tout d'un coup le pétrole s'établissait durablement à 25 dollars, il faudrait qu'on en reparle tous ensemble, mais enfin on n'en est pas là, donc il n'y a pas de message négatif", a-t-il dit.

Total estime que sa production devrait s'établir à environ 2,95 millions de barils équivalent pétrole par jour en 2020, soit une réduction d'au moins 5% par rapport à ses prévisions de début d'année, en raison notamment des quotas décidés par "l'Opep+".

Dans l'aval, le groupe a souligné que les ventes étaient depuis la mi-mars en moyenne 50% inférieures à la normale, avec des incertitudes sur les perspectives de reprise.

Total anticipe ainsi pour 2020 un niveau d'utilisation de son outil de raffinage mondial d'environ 70%, contre 84% en 2019, tandis que les ventes de son pôle "marketing et services" devraient progressivement retrouver un niveau proche de la normale.

L'assemblée générale des actionnaires de Total a par ailleurs rejeté vendredi à 83,20% une résolution, déposée par un ensemble d'investisseurs détenant environ 1,37% du capital du groupe, l'appelant à modifier ses statuts pour s'engager davantage dans la lutte contre le changement climatique.

Le conseil d'administration de Total n'avait pas donné son agrément à cette résolution, en faisant notamment valoir que le groupe venait de se fixer de nouvelles ambitions en la matière.
https://www.usinenouvelle.com/article/t ... re.N969876

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64299
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 30 mai 2020, 11:48

Total : option de solde du dividende en actions

CERCLE FINANCE•29/05/2020

Suite à l'approbation de son dividende 2019 par son assemblée générale, Total annonce que le solde du dividende restant à payer, de 0,68 euro par action, pourra être payé en numéraire ou en actions nouvelles, chacun de ces choix étant exclusif l'un de l'autre.

Le prix d'émission des actions nouvelles qui seront remises en paiement est fixé à 28,80 euros. Les actions Total ainsi émises porteront jouissance immédiate, seront admises aux négociations sur Euronext Paris et assimilées aux actions existantes.
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... f3164dce18

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64299
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 03 juin 2020, 22:43

Écosse : Total va prendre une part majoritaire dans un immense projet de parc éolien offshore

AFP parue le 03 juin 2020

Total a annoncé mercredi qu'il allait acquérir une participation de 51% dans un gigantesque projet de parc éolien offshore en Écosse, un "changement d'échelle" pour le géant pétrolier dans ce secteur.

Le groupe a conclu un accord avec SSE Renewables pour 70 millions de livres (78,4 millions d'euros) à la finalisation et d'éventuels compléments de prix soumis à conditions de performance pouvant aller jusqu'à 60 millions de livres, précise-t-il. Une fois achevé, fin 2022, ce parc "Seagreen 1", d'une capacité de 1 140 mégawatts (MW), sera le plus grand champ éolien offshore d'Écosse.

Le projet, qui représente un investissement d'environ 3,7 milliards de dollars, vient de faire l'objet d'une décision finale d'investissement. Situé à 27 kilomètres des côtes écossaises, le parc pourra couvrir les besoins d'environ un million de foyers. La construction des modules à terre a commencé début 2020. L'acquisition de Total concerne également une extension pouvant aller jusqu'à 360 MW.

Avec cette opération en mer du Nord britannique, "Total prend une position forte sur le premier marché mondial de l'éolien offshore. Cette opération représente un changement d'échelle majeur pour l'activité du groupe dans cette filière et s'inscrit pleinement dans notre stratégie de croissance rentable dans les énergies renouvelables et l'électricité bas carbone", a déclaré le PDG de Total, Patrick Pouyanné, cité dans le communiqué.

"L'importante expertise mondiale de Total dans les opérations offshore, combinée à leur ambition de contribuer au développement des énergies renouvelables dans le monde, correspond parfaitement à l'objectif stratégique de SSE Renewables de tripler notre production d'énergie renouvelable à horizon 2030", a commenté Alistair Phillip-Davies, directeur général de SSE, principal développeur de l'éolien offshore en Grande-Bretagne.

Total indique viser 25 GW de production électrique renouvelable en 2025. Le groupe a aussi annoncé un objectif de "neutralité carbone à horizon 2050", jugé incomplet cependant par les avocats de la lutte contre le réchauffement. Fin mai, onze investisseurs ont présenté en assemblée générale une résolution pour contraindre le groupe à des objectifs climatiques plus ambitieux, finalement rejetée par une majorité d'actionnaires.
https://www.connaissancedesenergies.org ... sse-200603

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64299
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par energy_isere » 04 juin 2020, 23:54

"Il n'y aura pas de grand soir" : le PDG de Total prévient que l'énergie fossile a de beaux jours devant elle

BOURSORAMA AVEC MEDIA SERVICES•04/06/2020

Le secteur pétrolier produira encore 50 millions de barils par jour en 2050, assure-t-il.

"Les écologistes pensent qu'on aura tout changé en 2025 ou en 2030", mais ça n'arrivera pas, a assuré jeudi 4 juin le PDG de Total, Patrick Pouyanné. Il estime que le monde va encore avoir besoin du pétrole pendant des décennies.

L'accord de Paris sur le climat constitue "une référence" mais "le vrai débat, c'est le timing : il n'y aura pas de grand soir ", estime le patron du géant pétrolier et gazier dans un entretien au Monde. "Les écologistes pensent qu'on aura tout changé en 2025 ou en 2030. Mais il est impossible de bouger la demande en énergie, qui est aujourd'hui à 80% fossile, aussi rapidement", selon lui.

"Le GIEC [Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat] évoque une division par deux des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030 si l'on veut maintenir le réchauffement à 1,5°C, mais cela n'arrivera pas si vite. La planète n'est pas capable de changer du jour au lendemain" , ajoute Patrick Pouyanné.

Sous la pression des investisseurs

Il reprend ainsi des arguments qu'il a souvent évoqués, alors que son entreprise -comme certains concurrents- est sous une pression croissante de la société civile mais aussi d'investisseurs pour faire davantage contre le réchauffement climatique. Lors de l'assemblée générale de Total fin mai, une résolution portée par onze investisseurs pour contraindre le groupe à des objectifs climatiques plus ambitieux a été rejetée, mais a reçu le soutien de près de 17% des actionnaires.

Total estime que la demande pétrolière "atteindra un plateau vers 2030 , notamment parce que l'Europe et la Chine auront basculé vers le véhicule électrique", indique Patrick Pouyanné.

"Dans un monde à 2°C, on produira encore 50 millions de barils par jour à horizon 2040-2050 [contre 100 millions avant la pandémie]. Le monde a donc besoin de pétrole", juge-t-il, même si "on finira par sortir du pétrole".

Dans son scénario compatible avec l'Accord climat de Paris, qui vise à maintenir le réchauffement bien en dessous de 2°C voire 1,5°, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime pour sa part que la demande pétrolière doit commencer à baisser dès ces prochaines années, vers 2022.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 6ccf06fdec

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15433
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par GillesH38 » 05 juin 2020, 06:54

energy_isere a écrit :
04 juin 2020, 23:54
"Il n'y aura pas de grand soir" : le PDG de Total prévient que l'énergie fossile a de beaux jours devant elle
50 Mbl/jour en 2050 ?
y aura peut être pas de grand soir, mais le PDG de Total annonce bien qu'il y aura bien un pic dans pas très longtemps alors !!! :shock: Et le pire c'est que ça passe inaperçu ...
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2168
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par tita » 05 juin 2020, 07:35

GillesH38 a écrit :
05 juin 2020, 06:54
energy_isere a écrit :
04 juin 2020, 23:54
"Il n'y aura pas de grand soir" : le PDG de Total prévient que l'énergie fossile a de beaux jours devant elle
50 Mbl/jour en 2050 ?
y aura peut être pas de grand soir, mais le PDG de Total annonce bien qu'il y aura bien un pic dans pas très longtemps alors !!! :shock: Et le pire c'est que ça passe inaperçu ...
Je ne pense pas qu'il évoque le pic tel qu'on se le représente, mais que cette "prédiction" est liée à l'idée que la société va se tourner vers d'autres sources d'énergie pour réduire sa consommation de pétrole. Il évoque le fait que cette transition va s'étaler dans le temps. C'est donc le pic de consommation (ou demande) du pétrole qu'il évoque, situé quelque part entre aujourd'hui et 2050.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15433
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par GillesH38 » 05 juin 2020, 08:24

non, annoncer une division par deux d'ici 2050, ce n'est pas annoncer un pic "quelque part entre maintenant et 2050", c'est annoncer un pic proche, sauf à supposer des taux de décroissance totalement irréalistes : une décroissance commençant maintenant pour arriver à un facteur 2 dans 30 ans correspond déjà à - 2,3 % par an, ce qui est déjà très élevé. Tout retard dans le pic correspond à un taux de décroissance plus fort pour deux raisons : si le pic est retardé, c'est qu'on a continué à monter et donc on devra partir de plus haut, et en plus il restera de moins en moins de temps pour la décroissance.

Donc pour moi il est en train d'annoncer un pic dans les années qui viennent ... et vu l'année 2020 peut être qu'il est déjà passé !

Que ce soit un pic de la demande ou de l'offre, mais en fait dans tous les cas c'est un pic de la valeur d'équilibre offre-demande. Et le fait que ce soit un pic de la demande n'est pas en soi rassurant, les seuls pics de la demande qu'on ait vu jusqu'a maintenant ont été dus à des crises économiques graves.
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2168
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par tita » 05 juin 2020, 10:12

GillesH38 a écrit :
05 juin 2020, 08:24
non, annoncer une division par deux d'ici 2050, ce n'est pas annoncer un pic "quelque part entre maintenant et 2050", c'est annoncer un pic proche, sauf à supposer des taux de décroissance totalement irréalistes : une décroissance commençant maintenant pour arriver à un facteur 2 dans 30 ans correspond déjà à - 2,3 % par an, ce qui est déjà très élevé. Tout retard dans le pic correspond à un taux de décroissance plus fort pour deux raisons : si le pic est retardé, c'est qu'on a continué à monter et donc on devra partir de plus haut, et en plus il restera de moins en moins de temps pour la décroissance.

Donc pour moi il est en train d'annoncer un pic dans les années qui viennent ... et vu l'année 2020 peut être qu'il est déjà passé !

Que ce soit un pic de la demande ou de l'offre, mais en fait dans tous les cas c'est un pic de la valeur d'équilibre offre-demande. Et le fait que ce soit un pic de la demande n'est pas en soi rassurant, les seuls pics de la demande qu'on ait vu jusqu'a maintenant ont été dus à des crises économiques graves.
Total déclare aussi une demande pétrolière qui "atteindra un plateau en 2030". Et franchement, ce chiffre de 50 Mb/j semble juste lancé comme ça, plutôt basé sur le fait que l'idée de diviser par deux la consommation de pétrole en 2030 est irréaliste (par rapport aux projections du GIEC), et que même en 2050 on aura encore besoin de 50 Mb/j même si tout est fait pour s'en passer.

Des prédictions sur l'avenir du pétrole on en a toujours plein. Total envisageait difficilement la production mondiale atteindre 100 Mb/j il y a 13 ans.

Alors oui, j'ai aussi ma conviction personnelle qu'on n'a pas les moyens d'influencer l'offre/demande de pétrole, qu'elle a une logique de croissance (comme tout le reste) et qu'une baisse subie aura des conséquences importantes. Mais je ne pense pas que Total ou quiconque soit capable de prédire la situation du marché dans 10 ou 30 ans.

J'ai un peu l'impression que tu cherches une confirmation de ta propre prédiction d'un pic pétrolier (demande ou offre) qui se serait produit en 2019 (dans le fil que tu as ouvert). Alors oui, c'est évident qu'en 2020, on va en consommer moins... Et c'est probable que ça prenne longtemps pour qu'on retrouve le niveau de 2019, si tant est que ce soit possible. Mais du coup, on sera dans une logique de croissance dans les prochaines années.

Je me rend compte que j'ai beaucoup moins de convictions qu'il y a 15 ans, ou même qu'il y a 5 ans où j'envisageais un resserrement de l'offre assez rapidement, ce qui ne s'est pas produit.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15433
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par GillesH38 » 05 juin 2020, 10:32

Mais je ne discute pas si le PDG de Total a les moyens de prédire ou pas l'évolution sur 30 ans, je constate juste qu'il le fait, et que sa prédiction contient implicitement l'hypothèse que le pic soit proche. Il y a 10 ans, ce genre de déclarations aurait attiré bien plus d'attention !

Celle de Margerie de l'époque que la production ne dépasserait pas 100 Mbl/j (l'AIE prévoyait à l'époque une production jusqu'a 110 ou 120 Mbl/j et encore en croissance) n''était pas si mal vue finalement ...
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2168
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par tita » 05 juin 2020, 11:41

GillesH38 a écrit :
05 juin 2020, 10:32
Il y a 10 ans, ce genre de déclarations aurait attiré bien plus d'attention !
La grande différence entre il y a 10 ans et aujourd'hui, c'est qu'il y a une très forte conviction dans la population que les énergies fossiles vont être remplacées par un mix énergétique diversifié. Une telle déclaration n'attire pas tant l'attention que ça parce qu'elle n'est pas à contre-courant de l'opinion. Au contraire, il jetterait un pavé dans la mare et serait totalement hué s'il affirmait que la production pétrolière était encore à 100 Mb/j en 2050. Son entreprise est plus ou moins accusée d'être la plus grande émettrice de CO2 du CAC40.

Politiquement, son discours est orienté pour satisfaire l'opinion. Dans le secteur de l'énergie, Total investi dans les EnR pour les mêmes raisons. Mais dans le fond, il vont suivre les tendances du marché.

En attendant, la réalité est que Total a augmenté sa production de pétrole ces dernières années... de 1.17 Mb/j en 2017 à 1.43 Mb/j en 2019. Si on inclut le gaz, C'est 2.57 Mboe/j en 2017 à 3 Mboe/j en 2019. Et il affirme un plateau à partir de 2030...

Aucun opérateur ne va dire qu'il envisage une baisse de production dans le court terme. On est dans des logiques de croissance, une entreprise qui décroît est dans une logique de faillite. Sur le très long terme, tu peux dire un peu ce que tu veux.

nemo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4676
Inscription : 11 oct. 2005, 03:46
Localisation : Limoges

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par nemo » 05 juin 2020, 13:38

On voit qu'il imagine un mix énergétique avec 50 Mb/j de pétrole. Il ne pense pas du tout en terme de rareté énergétique. Mais il est possible (probable?) qu'il se fasse des illusions sur notre capacité à remplacer les 50 Mb/j manquant dans le mix. Et ça sans parler du fait que la population va continuer d'augmenter d'ici là.
"Tu connaîtras la vérité et la vérité te rendra libre"
Saint Jean 8, 32

"N'est pas musulman celui dont le voisin doit craindre la nuisance"
Prophète Mohamed

"Dans le spectacle la vérité est un moment du mensonge"
Debord

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15433
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie TOTAL

Message par GillesH38 » 05 juin 2020, 13:45

tita a écrit :
05 juin 2020, 11:41
GillesH38 a écrit :
05 juin 2020, 10:32
Il y a 10 ans, ce genre de déclarations aurait attiré bien plus d'attention !
La grande différence entre il y a 10 ans et aujourd'hui, c'est qu'il y a une très forte conviction dans la population que les énergies fossiles vont être remplacées par un mix énergétique diversifié.
je ne sais pas d'ou vient cette "très forte conviction" , mais pour le moment elle n'est absolument pas justifiée pour le pétrole, le "mix énergétique" est essentiellement destiné à produire de l'électricité , pour laquelle le pétrole n'est presque plus utilisé (et quand il l'est, c'est souvent pour des petites installations hors réseau donc pas facilement substituable) , et inversement, l'essentiel des besoins en pétrole (transports et chauffage) bénéficie très peu des nouvelles énergies. Et de fait il n'y a eu aucun signe d'une décroissance de la demande en pétrole autre que par une crise économique exogène.

A mon avis, ça, Total le sait parfaitement.
tita a écrit :
05 juin 2020, 11:41
En attendant, la réalité est que Total a augmenté sa production de pétrole ces dernières années... de 1.17 Mb/j en 2017 à 1.43 Mb/j en 2019. Si on inclut le gaz, C'est 2.57 Mboe/j en 2017 à 3 Mboe/j en 2019. Et il affirme un plateau à partir de 2030...
j'aimerais que tu me trouves une courbe qui fait "un plateau à partir de 2030" (plateau combien de temps et à quelle valeur alors ?) , qui fasse 50 Mbl/j en 2050, et qui ne corresponde pas à un effondrement catastrophique de la production à un moment alors ...
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

Répondre