[Production] appels d'offre pour les champs Irakien

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58220
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

[Production] appels d'offre pour les champs Irakien

Message par energy_isere » 29 juin 2009, 13:07

Les pétroliers se préparent pour le grand appel d'offres irakien :

BAGDAD (Reuters) - Les grands groupes pétroliers se préparent à soumettre mardi leurs candidatures à l'appel d'offres pour l'exploitation de six des plus vastes champs pétrolifères irakiens, en espérant que le niveau de violences dans le pays ne reviendra pas à son niveau des dernières années.

Il s'agit du premier grand appel d'offres en Irak depuis l'invasion menée par les Etats-Unis en 2003. Trente-deux entreprises doivent participer, dont Total, Exxon Mobil et Royal Dutch Shell.

Les réserves irakiennes sont estimées à 115 milliards de barils, et plusieurs gisements ne sont pas encore exploités. Mais cette situation alléchante pour les pétroliers est contrebalancée par un contexte politique et sécuritaire particulièrement délicat.

Pour de nombreux Irakiens, les entreprises étrangères ne sont là que pour piller les ressources nationales, affirme Hugh McManners, porte-parole d'Erinys, une entreprise de sécurité chargée en 2003 par le gouvernement américain de rebâtir les services de protection des infrastructures pétrolières irakiennes.

"On peut dire que cette façon négative de voir les entreprises pétrolières internationales (...) est exploitée assez durement par les terroristes et les agitateurs nationaux. C'est un signal de ralliement assez efficace."

Le niveau de violences a fortement diminué en Irak depuis deux ans, mais les attentats sanglants restent monnaie courante et ont même connu une recrudescence depuis que l'armée américaine commence à se désengager des villes.

Le risque d'enlèvement est également élevé, que ce soit du fait d'activistes islamistes ou de criminels en quête de rançons.

CONTOURNER LES RISQUES

Les groupes pétroliers ont déjà signé des contrats avec des entreprises de sécurité pour se préparer, et devraient contourner les risques en s'appuyant sur des prestataires de services et des sous-traitants.

Ils éviteront ainsi de circuler dans les rues de Bagdad en construisant des terrains d'aviation près des sites pétroliers reculés, qui permettront de faire venir directement les employés de l'étranger sans passer par la capitale.

La main d'oeuvre locale sera également largement employée, en partie pour gagner l'appui des autorités locales.

"La sécurité représente une lourde dépense pour les groupes pétroliers, mais nous avons l'habitude. Nous travaillons dans des endroits difficiles, comme le Nigeria. J'estime que les dépenses de sécurité ajouteront 10% à 15% au coût du projet", déclare un cadre dirigeant du secteur pétrolier, dont l'entreprise prévoit de soumettre une offre.

Ces frais pourraient être compensés par le faible coût de l'extraction en Irak, où certaines entreprises ont déjà réussi à travailler sans problème en se faisant discrètes.

Mais les difficultés peuvent également être de nature politique.

"L'aspect physique de la sécurité est surmontable", estime un consultant.

Ce n'est pas forcément le cas du fonctionnement politique, administratif et juridique de l'Irak.

Les autorités du Kurdistan semi-autonome, dans le Nord, ont passé des contrats avec des entreprises dont Bagdad avait rejeté les candidatures. Elles ont en retour condamné les contrats passés par le gouvernement central pour les gisements des environs de Kirkouk, ville revendiquée par les Kurdes.

Les tensions entre Arabes et Kurdes ont en outre retardé l'adoption d'une loi sur le pétrole et la légalité des contrats pétroliers est contestée des deux côtés.

"Si (les entreprises étrangères) investissent fortement en Irak, vont-elles en tirer un bénéfice en retour ? C'est la grande question", s'interroge le consultant en sécurité.

Boursorama

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58220
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 30 juin 2009, 14:24

BP emporte l'exploitation du champ de pétrole de Roumaïla (IRAK) :

BAGDAD (Reuters)

Un consortium emmené par le britannique BP et comprenant le chinois CNPC a remporté le contrat d'exploitation du plus important champ pétrolifère d'Irak, a annoncé le ministre irakien du Pétrole.

Le gisement de Roumaïla, dans le sud du pays, est estimé à 17 milliards de barils.

Vainqueur initial de l'appel d'offres, le groupe dirigé par Exxon Mobil a refusé la commission de deux dollars par baril demandée par le gouvernement irakien, ouvrant la voie à BP et CNPC.

"Nous avons demandé à toutes les entreprises d'accepter (cette commission) et BP et CNPC l'ont fait, c'est pour cela que leur offre est validée", a déclaré le ministre irakien du Pétrole, Hussein al Chahristani.

Roumaïla est le fer de lance de l'industrie pétrolière irakienne. Sa capacité actuelle est de 1,1 million de barils par jour, alors que la production totale du pays avoisine 2,4 millions de bpj.

Il s'agit de l'un des six champs pétrolifères déjà en exploitation pour lesquels Bagdad avait ouvert mardi un appel d'offres, le premier de grande ampleur depuis l'invasion de 2003.

Le projet de BP comprend l'objectif de développer la capacité de Roumaïla à 2,85 millions de bpj, un chiffre bien plus ambitieux que l'objectif arrêté par l'Irak, à 1,75 million de bpj.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58220
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 30 juin 2009, 19:20

L'adjudication des champs pétroliers ne fait pas recette en Irak :

Reuters le 30/06/2009
par Missy Ryan et Ahmed Rasheed

BAGDAD (Reuters) - L'appel d'offre lancé par l'Irak pour l'exploitation de six de ses champs pétroliers et de deux gisements de gaz n'a pas rencontré le succès escompté, la rémunération proposée par Bagdad ayant découragé les investisseurs.

Seul le consortium conduit par British Petroleum dans lequel figure la compagnie Chinese National Petroleum Corp. a conclu un accord avec le gouvernement irakien pour exploiter le plus grand gisement du pays, à Roumaïla.

Pour les sept autres exploitations mises en adjudication le ministère irakien du Pétrole a seulement reçu des propositions revues à la baisse.

Ce premier grand appel d'offre des Irakiens depuis l'invasion américaine en 2003 a montré l'écart qui existait entre les attentes du gouvernement irakien et l'effort que les compagnies pétrolières étaient prêtes à consentir.

Après six ans d'occupation étrangère, les caisses irakiennes sont vides et le gouvernement éprouve un urgent besoin de liquidités pour relancer l'économie.

Bien que l'or noir irakien soit l'un des moins chers du monde à extraire, les consortiums étrangers n'étaient pas prêts à se soumettre aux exigences financières de Bagdad.

L'Irak détient actuellement les troisièmes réserves de pétrole de la planète derrière l'Arabie saoudite et l'Iran. Les six gisements mis aux enchères représentaient 43 milliards de barils de brut sur 115 milliards de réserves prouvées.

"Aujourd'hui, nous avons pu constater que le ministère irakien du Pétrole et les compagnies pétrolières internationales ne vivent pas sur la même planète", a estimé un expert.

Un porte-parole du ministère du Pétrole a estimé que cette adjudication ne constituait pas une déception. "La participation de ces grandes compagnies, très connues, est un signe encourageant et il traduit la volonté de ces entreprises d'investir dans le secteur pétrolier irakien", a-t-il dit.

UNE PRODUCTION QUI PEINE À REPARTIR

Le consortium conduit par BP exploitera le gisement de Roumaïla dans le sud du pays à majorité chiite et dont les réserves sont évaluées à 17 milliards de barils.

En revanche, un important gisement situé à Kirkouk dans le nord de l'Irak n'a pas trouvé preneur aux conditions proposées et aucune offre n'a été faite pour les réserves gazières de Mansouriah.


Les sociétés étrangères exploitantes doivent être rémunérées, non par un prélèvement de la production, mais en fonction d'un montant fixe par baril produit, au-delà d'un seuil de production fixé au préalable.

Le consortium BP-CNPC a finalement accepté de réviser ses prétentions à la baisse. Leur demande initiale était de 3,99 dollars par baril. La transaction a été conclue à deux dollars par baril.

Royal Dutch Shell demandait 7,89 dollars par baril alors que le ministère irakien proposait également deux dollars.

"Les attentes du gouvernement irakien et des compagnies pétrolières n'étaient pas compatibles", a résumé un responsable d'une compagnie pétrolière.

Depuis le début de l'invasion américaine, l'Irak a dépensé huit milliards de dollars pour relancer sa production, mais ses niveaux de productions demeurent inférieurs à ceux enregistrés sous le régime de Saddam Hussein.

La production est actuellement de 2,4 millions de barils par jour contre 2,6 millions avant l'intervention américaine et 3,5 millions au milieu des années 70.


Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5185
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: L'Irak

Message par Raminagrobis » 30 juin 2009, 19:48

Seulement deux dollars par barrils :shock:
dans cet arrangement BP n'a pas de concession il agit seulement comme sous traitant pour le gouvernement
Bon Rumailah est un gisement énorme et facile d'accès, il doit y avoir moyen de sortir le pétrole à un prix de production très bas, et donc de gagner des sous même en n'ayant que 2$ par bl produit. Mais si il y a des problèmes (interrutptions de production, difficultés techniques), BP pourrait très bien perdre de l'argent dans l'histoire!
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58220
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 01 juil. 2009, 12:24

Irak : Le gouvernement veut sortir de la crise avec les pétroliers

Le gouvernement irakien était réuni mercredi pour sortir de la crise avec les compagnies pétrolières qui ont rejeté les rémunérations trop basses proposées pour l'exploitation de cinq des six champs pétroliers et deux champs gaziers offerts à la concurrence.

"Les ministres sont en réunion et discutent de cette question", a affirmé à l'AFP une responsable au cabinet du Premier minitre.

Pour sa part, le porte du ministère du Pétrole Assem Jihad a indiqué à l'AFP que "les deux consortiums arrivés en tête pour chaque champ ont fait de nouvelles propositions et le conseil des ministres va les étudier et décider ce qui doit être fait".

Seules la compagnie britannique BP Exploration Operating Company et la société chinoise CNPC ont gagné mardi le droit de mettre en valeur Roumaila (sud), le plus grand des champs pétroliers proposés. Elles ont accepté d'être payées 2 dollars par baril et elles se sont engagées à produire 2,85 millions de barils par jour (mbj) d'ici six ans.

Les réserves de Roumaila sont estimées à 17,7 milliards de barils et sa production actuelle est de 1,02 mbj.

En revanche, pour les autres champs, les 31 compagnies en lice ont refusé les rémunérations du gouvernement qu'elles ont jugées trop basses.

"Il va falloir trouver un compromis entre d'une part l'Irak qui veut offrir de faibles rémunérations et exige un accroissement de la production et d'autre part les impératifs des compagnies pétrolière qui doivent investir des milliards de dollars pour augmenter la production et réaliser également des profits", explique Ruba Husari, fondatrice du site www.iraqoilforum.com.

Sur les 2 dollars offert par l'Irak, la firme étrangère doit s'acquitter de 35% de taxes et rémunérer 25% la compagnie irakienne "associée". Il ne lui reste que 0,95 dollar par baril.

Comme il s'agit de contrats de service et non de partage des profits, le montant des rémunérations est fondamental pour les compagnies en lice, lors de ce premier d'appel d'offres depuis 37 ans.

Malgré le camouflet infligé mardi par les compagnies, le ministère tentait de faire bonne figure.

"Ce fut un succès car les grandes compagnies étrangères sont venues, ce qui montrent leur désir d'investir en Irak et le processus d'attribution a été transparent, ce qui est unique dans la région", a souligné M. Jihad.

"En outre, nous avons réussi à trouver preneur pour Roumaila qui est le plus grand champ et, avec son exploitation, nous dépasserons les 4 mbj et, ce qui est important, nous avons imposé le principe de rémunération basse", a-t-il dit.

Le consortium chinois composé de CNOOC et Sinopec International a refusé d'exploiter Missane (sud) dont les réserves sont à 2,6 milliards de barils, car il voulait être rémunéré 25,4 USD par baril alors que l'Irak proposait 2,3 USD.

Pour Bai Hassan (nord) dont les réserves sont 2,4 milliards de barils, la compagnie américaine ConoccoPhillips, associée à CNOOC et Sinopec, voulait 26,70 USD contre 4 USD proposés.

A Zoubair (sud), dont les réserves estimées à 4 milliards de barils, le groupe le mieux placé, composé de l'Italien Eni, de Sinopec, de l'américain Occidental Petroleum Corporation et du coréen Kogas, a demandé à être payé 4,80 USD contre 2 USD.

A Qourna-ouest (sud), aux réserves estimées à 8,5 milliards de barils, face à quatre autres concurrents, dont le Français Total, l'Américain ExxonMobil associé à l'Anglo-néerlandaise Shell avait fait la meilleure offre (4 USD) mais le gouvernement ne veut debourser que 1,90 USD.

A Kirkouk (nord), où les réserves sont de 7,9 milliards de barils, seul un consortium mené par Shell était un lice. Il voulait 7,89 USD contre 2 USD.

S'agissant du champ gazier de Mansouriyah (centre) dont les réserves sont estimées à 116,1 mds de m3, aucun candidat ne s'est manifesté et pour celui d'Akkas (ouest), aux réserves de 59,4 mds de m3, le consortium mené par l'Italien Edison voulait 38 USD contre 8,5 USD.
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... 3070d61854

Krom
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2297
Inscription : 19 juin 2006, 17:51
Localisation : Lausanne, Rock City

La mise au enchéres des champs Irakiens

Message par Krom » 02 juil. 2009, 12:51

Raminagrobis a écrit : dans cet arrangement BP n'a pas de concession il agit seulement comme sous traitant pour le gouvernement
Eh ben, on est assez loin du pillage en règle.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5185
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: L'Irak

Message par Raminagrobis » 02 juil. 2009, 12:55

Krom a écrit :
Raminagrobis a écrit : dans cet arrangement BP n'a pas de concession il agit seulement comme sous traitant pour le gouvernement
Eh ben, on est assez loin du pillage en règle.
Zoui, BP est ici un fournisseur de service, il extrait du pétrole pour le compte de l'iraq et est payé pour ça, c'est un contrat comme un autre, exactement comme une entreprise payée pour construire une route ou pour entretenir le réseau électrique par exemple.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5185
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: L'Irak

Message par Raminagrobis » 25 juil. 2009, 12:07

lien : les iraquiens sont rigolos, pour Rumaila ils ont décidé d'obliger BP et CNPC (chine) à se pacser.

L'un des avantage d'avoir des chinois dans la boucle est qu'ils ramèneront des équippements low cost :-k

La production de Rumailah est actuellement de 0.95 Mb/j, ce qui en fait probablement le 3e gisement de la planète (après Ghawar et Burgan), peut être le 4e (Priobskoye doit être dans les 900 000?).

Ils comptent la passer d'ici 2015 à ... 2.85 Mb/j !!

+ 2 Mb/j dans un seul gisement!
On parler tjrs du Brésil, du Kazakhstan, du Venezeula et du Canada comme pays ayant des potentiels importants d'augmenter la production à moyen terme, mais l'Irak en a plus, et surtout à un cout très faible, quand les 4 autres ne peuvent offrir que de la production hors de prix.

Si ces pays tiennent leur promesse (ce qui implique un redémarrage économique mondial), je pense qu'ils peuvent prolonger le plateau de la production mondiale (qui dure depuis 2005) jusque vers 2015.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5185
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: L'Irak

Message par Raminagrobis » 28 juil. 2009, 21:22

lien

quelle ironie, de tous les gisements proposés par l'iraq, seul rumailah a trouvé preneur. Les compagnies pétrolières ne veulent pas produire en iraq. L'article explique pourquoi...
Toujours moins.

Krom
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2297
Inscription : 19 juin 2006, 17:51
Localisation : Lausanne, Rock City

Re: L'Irak

Message par Krom » 29 juil. 2009, 12:18

Ah, le suspens est insoutenable. Je vais lire ça et vous dire pourquoi!
Plusieurs motifs ont freiné l'ardeur des sociétés étrangères. Le prix d'abord. Il ne s'agit pas de contrats de partage de production, qui leur permet d'en commercialiser une partie au cours du marché international, mais de contrats de services prévoyant une rémunération fixe par baril, beaucoup moins intéressante. Autre sujet d'inquiétude, l'incertitude persistante sur la législation pétrolière. Enfin, les majors n'ont pu savoir qui, d'elles ou de la compagnie nationale irakienne, aurait le dernier mot durant l'exploitation.
Rien de très palpitant, en fait. Pour le pillage du pétrole irakien par les américains, on reviendra. C'est l'interdépendance économique qui va faire sortir le pétrole du sous-sol irakien, pas les GIs. L'Irak devra bien revenir sur ses demandes trop élevées.

Avatar de l’utilisateur
MathBreizh
Condensat
Condensat
Messages : 773
Inscription : 20 août 2006, 09:16
Localisation : La ville des champions... :-p

Re: L'Irak

Message par MathBreizh » 29 juil. 2009, 20:00

Krom a écrit :Rien de très palpitant, en fait. Pour le pillage du pétrole irakien par les américains, on reviendra. C'est l'interdépendance économique qui va faire sortir le pétrole du sous-sol irakien, pas les GIs. L'Irak devra bien revenir sur ses demandes trop élevées.
Personnellement je trouve leurs exigences parfaitement légitimes...
"Les clés de la connaissance se trouvent dans la communication sans censure et l'interaction sans barrières avec ses congénères..."
"Vive Internet !"

Anonyme

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5185
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: L'Irak

Message par Raminagrobis » 31 juil. 2009, 13:35

La rénumération fixe par baril qu'ils proposaient était très basse, dans les 2$, couvrant tout juste les couts de production (ce qui veut dire que l'opérateur se retrouvait déficitaire au moindre pépin). Mais bon si ils passent de 2 à 2.5 $ le barril, les compagnies seront plus intéressées, et si le cours international reste à 70$ ça va pas les ruiner (ça passera le revenu pour l'iraq de 68 à 67.5$...).
Personnellement je trouve leurs exigences parfaitement légitimes...
Moi aussi. Par contre plein de gens m'avaient expliqué que le gouvernement de bagdad était un régime fantoche mis en place uniquement pôur proposer des conditions outrageusement avantageuses aux compagnies américaines. Et voilà qu'ils présentent en fait des conditions telles que les compagnies hésitent à y aller :shock: M'aurait-on menti ?
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58220
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 14 août 2009, 11:56

2 ieme appel d' offre pour les champ Irakiens, le premier ayant fait un quasi flop (une seule adjudication ! pour une "alliance" bizarre : BP + China's CNPC )

45 sociétés en compétition à cette heure. Choix en Novembre 2009.

Notez Total en ref 42 de la liste.
45 firms qualified for 2nd Iraqi oil bid round

Thursday, 13 Aug 2009

Reuters reported that 45 of the world's major energy companies have qualified to compete in Iraq's next bidding round for contracts to develop its vast oil fields, the second such auction since the US led invasion in 2003.

The auction for some of Iraq's largest undeveloped oilfields is scheduled for November. Iraq sits on the world's third largest oil reserves. Not all the qualified companies competed in the first round.

Baghdad awarded only one of 8 contracts offered in the first round in June. BP and China's CNPC won a deal to develop Rumaila, one of the world's largest producing fields.

The following is a list supplied by Iraq's contracts and licensing directorate of the 45 companies qualified for the second round

1. Anadarko
2. BG Group
3. BHP Billiton
4. BP
5. Cairn Energy
6. Chevron
7. CNOOC
8. CNPC
9. ConocoPhillips
10. Edison
11. ENI
12. Exxon Mobil
13. Gazprom
14. Hess
15. Inpex
16. Japex
17. JOGMEC
18. JSC KazMunaiGas
19. Kogas
20. Lukoil
21. Maersk
22. Marathon
23. Mitsubishi
24. Mitsui Oil Exploration Company
25. Nexen
26. Nippon Oil Corporation
27. Tatneft
28. Occidental
29. Oil India
30. ONGC
31. Pakistan Petroleum
32. Pertamina
33. Petrovietnam
34. Petronas
35. Repsol
36. Rosneft
37. Royal Dutch Shell
38. Sinochem
39. Sinopec
40. Sonangol
41. StatoilHydro
42. Total
43. Turkish Petroleum
44. Wintershall BASF Group
45. Woodside.

(Sourced from Reuters)
source : http://steelguru.com/news/index/2009/08 ... round.html

(et scission de fil pour l' occasion)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58220
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 25 août 2009, 12:42

Le gouvernement Irakien veut sortir Sinopec du 2iéme round d' appel d' offre, car SINOPEC veut acheter le pétrolier Suisse Addax petroleum (pour 7 milliard de $) qui a signé des accord avec les autorités Kurdes au Nord de l' IRAK.
Iraq could blacklist Sinopec after Addax deal

Mon Aug 24, 2009
*Blacklisting would exclude from 2nd round of tenders


ISTANBUL, Aug 24 (Reuters) - Iraq's Oil Ministry will blacklist China's Sinopec Corp. and prohibit it from competing in a second bidding round for oilfield tenders if it confirms its purchase of Swiss oil explorer Addax Petroleum Corp., a senior Iraqi oil official said on Monday.

Deputy Oil Minister Abdul Karim Louaibi told Reuters the ministry had sent Sinopec a letter asking it about Addax, which is among foreign oil firms that have signed independent oil deals with semi-autonomous Kurdish authorities in northern Iraq.

"The Oil Ministry is committed to not dealing with any oil company that signs oil contracts (with the Kurdish Regional Government) without the approval of the central government and Iraqi Oil Ministry," Louaibi said in Istanbul. "The reaction of the ministry will be clear, Sinopec will be blacklisted."

The Shi'ite-led Iraqi federal government is embroiled in a potentially explosive dispute with ethnic Kurds over land, power and the country's vast oil wealth. The Iraqi Oil Ministry deems production sharing agreements signed by the Kurds in their northern enclave to be illegal.

Sinopec, China's largest oil refiner, announced in June that it had agreed to buy Addax for around $7 billion. The Chinese firm announced the completion of the buyout recently. Addax is a significant player in Kurdish oilfields.

Sinopec's spokesman in Beijing could not immediately be reached for comment. Louaibi said the Oil Ministry had not yet received a reply from Sinopec to its letter.

Asked what might happen to Sinopec's pre-qualification for a second round of Iraqi oilfield tenders, expected to be auctioned off in November, Louaibi said, "It's up to them, they have a choice."

"But if they are blacklisted then they will lose the chance to compete in the second bidding round," he said.

Louaibi and other Iraqi oil officials were in Istanbul to meet with international oil company executives and to showcase their plans for the second round of contracts.

A first round of oilfield contracts at the end of June proved to be disappointing to global oil firms when they found out how little Baghdad was willing to pay them for developing the fields. Only one oilfield out of six on offer was awarded.
http://in.reuters.com/article/oilRpt/id ... 2420090824

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5185
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Les appels d' offre pour les champs de pétrole Irakien

Message par Raminagrobis » 25 août 2009, 12:54

On peut supposer que sinopec préfèrerais l'opportunité de travailler en iraq au rachat d'addax. Merci à l'iraq de protéger un peu l'indépendance économique de la Suisse :-k
Toujours moins.

Répondre