Filiére bois - energie

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8958
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Filiére bois - energie

Message par kercoz » 07 déc. 2011, 15:35

POur lers traverses en chène : 2,60 section 13x23 , chène de mediocre qualité (noueux).
La fourniture de traverses se fait sésormais par du fibrociment (a confirmer) . Vu la quantité qui etait demandée , les filières en place , spécialisée sur ces dimensions ...se trouvent fort dépourvues ! et ds certains distributeurs de materiaux de construction (sable galets , etc ) on trouve ces bois a bon marché : 20 euros le morceau il y a 3 ans ... 50 les trois je pense qu'ils essaient de poursuivre la fabrication, le matos est standard .Ils ne sont pas traités , pas trop sec et donc tres lourds et redonc , on abandonne vite le tri ! because il y a qd meme du flash ds les angles (aubiers) ....J'ai fait une veranda de 9m x3m avec . Par contre faut éviter de les recouper (j'ai fait un placard ds la veranda ...il se tord de rire !) . Les bastaings , eux n'ont pas bougé. Poncés ils sont tres déco . Ces dépots vendent aussi des plaques d'ardoises (env 1m x 0,5) tres brut-ondulés , qui peuvent servir de déco en parement ou de gratte pied /paillasson .
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 5641
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : Yvelines

Re: Filiére bois - energie

Message par mahiahi » 07 déc. 2011, 17:09

Bientôt une section "recyclage des traverses de chemin de fer" :mrgreen:
Ne sois pas charlot!

Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes (Bossuet)

Ce que nous n'avions pas anticipé, c'est que cette crise allait durer plus longtemps que prévu (François Hollande)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63365
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 02 janv. 2012, 11:44

Le Centre Hospitalier de Périgueux se chauffe au bois

Le Centre Hospitalier de Périgueux et Cofely ont inauguré le 20 décembre 2011 une nouvelle centrale biomasse à destination du Centre Hospitalier de Périgueux (CHP), dont l'objectif prioritaire était d'intégrer les trois dimensions du développement durable.
Tout d'abord, la dimension environnementale : le recours à la biomasse permettra en effet d'éviter le rejet dans l'atmosphère de 8 000 tonnes de CO2 par an. Le bois utilisé pour alimenter les deux chaudières biomasse est un mélange composé notamment de plaquettes forestières. Au total, 11 000 tonnes de bois par an seront nécessaires à la production énergétique du CHP.

Ensuite, l'ajout de la dimension sociétale : avec la mise en place d'une plateforme à proximité du CHP, le mode d'approvisionnement du bois contribue de façon significative au développement de la filière bois locale. Par ailleurs, 6 collaborateurs de Cofely travaillent à temps plein au Centre Hospitalier pour assurer l'ensemble des prestations.

Et enfin, celle économique : avec un prix du bois plus économique et déconnecté de la volatilité du prix d'une énergie fossile, la filiale de GDF Suez s'est engagée à une meilleure maîtrise des coûts énergétiques.

En 2010, le Centre Hospitalier de Périgueux avait signé avec Cofely un partenariat publicprivé de 22 ans portant sur la conception, la réalisation et l’exploitation d’une centrale de production thermique à partir de biomasse. Cofely a également pris en charge la maintenance de tous les équipements de chauffage et de climatisation de l’établissement.

La production énergétique en chiffres :

2 chaudières bois pour une puissance totale de 5,6 MW
Besoins thermiques couverts à 90 % par la biomasse
11 000 tonnes de bois-énergie consommées par an
8 000 tonnes de CO2 économisées par an
Appoint et secours au gaz naturel : 8,5 MW
Groupe électrogène de 160 Kva pour le secours de production thermique

** L'inauguration a eu lieu en présence de Nicole Klein, Directrice Générale de l'Agence Régionale de Santé d’Aquitaine ; Jacques Billant, Préfet de la Dordogne ; Michel Moyrand, Président du Conseil de Surveillance de l’Etablissement, Maire de Périgueux et Vice-Président du Conseil Régional d’Aquitaine ; Patrick Médée, Directeur de l’Etablissement Yannick Monseau, Président de la Commission Médicale d’Etablissement et Jean-Christophe Allué, Directeur Régional Sud-Ouest de Cofely.
http://www.enerzine.com/6/13213+le-cent ... bois+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63365
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 13 janv. 2012, 16:55

La ville du Puy-en-Velay se chauffera au bois

Un contrat de délégation de service public du chauffage urbain au bois de la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay a été signé jeudi à la fois par le maire de la ville (Laurent Wauquiez), Michel Joubert, Président de la Communauté d'agglomération et Christophe Thévenon, Directeur général Sud-Est de Cofely.
Long de 8 km, ce réseau au bois alimentera en chauffage et eau chaude sanitaire la nouvelle piscine ainsi qu'une cinquantaine de bâtiments, dont 906 logements sociaux dans les quartiers de « Guitard », de « Roche–Arnaud » et du « Val-Vert ».

La filiale de GDF Suez réalisera une chaufferie bois-énergie de 5,2 MW, que l'entreprise exploitera pendant 20 ans. Cette nouvelle installation permettra aux utilisateurs de bénéficier d'un chauffage jugé "plus économique" et "plus respectueux de l'environnement".

En effet, non seulement "les tarifs baisseront en moyenne de 20% et seront stables dans la durée", mais "90 % de la chaleur sera produite à partir d'énergies renouvelables", l'appoint étant assuré par du gaz. De plus, le recours à cette énergie locale et renouvelable permettra de réduire de 92 % les émissions de CO2.

Cette chaufferie biomasse représente également un atout pour la filière bois locale qui lui fournira, dès 2013, 8 200 tonnes de bois-énergie par an, composé à plus de 50 % de plaquettes forestières. Cette opération permettra la création de 9 emplois pérennes (équivalent temps plein selon l'ADEME) dans la filière bois. Cofely s'est engagée à assurer l'approvisionnement en partie depuis la plateforme de Polignac, qui transforme du bois provenant de forêts situées majoritairement dans un rayon de moins de 80 km.

Les travaux de la nouvelle chaufferie s'élèvent à près de 8 millions d'euros et débuteront au premier semestre 2012 pour une mise en service à l'été 2013.
http://www.enerzine.com/6/13282+la-vill ... bois+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63365
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 15 févr. 2012, 15:13

L’Ademe veut accélérer l’usage de la biomasse forestière

Cleantech Republic 10.02.2012

Si la France veut tenir ses engagements, la biomasse devra représenter 40% de sa part d’énergies renouvelables dans son mix énergétique en 2020. Pour atteindre cet objectif, l’Ademe dévoilait, ce matin dans un communiqué, ses proposition en faveur « d’une mobilisation des ressources biomasse dans un souci de gestion durable de la forêt. » Avec trois axes principaux : le regroupement des parcelles forestières aujourd’hui morcelées, une meilleur concertation entre propriétaires et utilisateurs du bois et enfin, l’amélioration de la rentabilité de la biomasse pour les forestiers. L’agence précise néanmoins que cette montée en puissance de la biomasse ne devra pas se faire au détriment des autres filières du bois comme la construction ou le papier. Elle prône donc la synergie entre les acteurs à l’image de l’expérience qu’elle lancera dans la région Auvergne en 2010 .


Biomasse et gestion durable de la forêt en Auvergne

Pendant deux à trois ans, cinq actions pour une biomasse exemplaires seront mis en oeuvre dans la région Auvergne. Ils seront financés l’Ademe, l’Europe, la DATAR, la Direction Régionale de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt, la Région Auvergne et la Communauté de Communes de la Montagne Bourbonnaise seront mis en œuvre dès 2012.

Les cinq actions :

Mise en place d’un outil informatique de suivi de l’animation pour faciliter notamment le partage d’expérience ou assurer un suivi personnalisé des propriétaires. Cet outil permettra de renforcer l’efficacité de l’animation de terrain, d’amener le propriétaire à passer à l’action, d’évaluer les actions menées et d’alimenter un centre d’informations régional.

Création d’une plate-forme d’échanges destinée à faciliter le transfert d’informations cartographiques et économiques entre les propriétaires forestiers, les animateurs et les opérateurs économiques.

Programme d’amélioration et de valorisation du sapin massif central, en deux volets : par la réalisation de diagnostics, sensibiliser et aider les propriétaires forestiers concernés à mettre sur le marché les sapins que l’on doit récolter de façon urgente ; expérimenter un paiement des sapins en fonction de leur qualité réelle.

Tests sur des approches variées de la coopération entre propriétaire, animateurs et opérateurs économiques pour en améliorer l’efficacité. L’une des actions consistera à mettre à disposition d’opérateurs économiques certaines informations sur les propriétaires prêts à faire réaliser une coupe de bois. En contrepartie, des engagements en matière de qualité du travail notamment seront demandés à ces opérateurs.

Opération « foncier regroupé » en montagne bourbonnaise : mise au point d’une méthode de regroupement foncier adaptée au micro-parcellaire.
http://www.cleantechrepublic.com/2012/0 ... orestiere/

Avatar de l’utilisateur
akochan
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 882
Inscription : 15 mai 2008, 19:02
Localisation : même les chats sont surpris par la crise

Re: Filiére bois - energie

Message par akochan » 15 févr. 2012, 19:42

Ne vas-ton pas atteindre le syndrome de l'île de pâques? Le pétrole, c'était bien quand c'était pas cher. Ensuite on est passé à l’électricité, puis au gaz et maintenant on redécouvre les vertus du bois sous prétexte qu'il semble abondant et moins cher mais les forêts ne sont pas extensibles et exploiter du bois, cela demande beaucoup d'énergie, sans compter le transport.
Quelqu'un a-t-il des chiffres sur la surface forestière exploitable en France en intégrant la régénération des coupes?

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63365
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 15 févr. 2012, 20:24

akochan a écrit :Ne vas-ton pas atteindre le syndrome de l'île de pâques? Le pétrole, c'était bien quand c'était pas cher. Ensuite on est passé à l’électricité, puis au gaz et maintenant on redécouvre les vertus du bois sous prétexte qu'il semble abondant et moins cher mais les forêts ne sont pas extensibles et exploiter du bois, cela demande beaucoup d'énergie, sans compter le transport.
Quelqu'un a-t-il des chiffres sur la surface forestière exploitable en France en intégrant la régénération des coupes?
Vois les elements de réponse dans le 1er post du fil viewtopic.php?p=253929#p253929

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8958
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Filiére bois - energie

Message par kercoz » 15 févr. 2012, 20:35

Nous avons la meme surface forestiere qu'agricole env 20% du territoire de memoire .
Le problème est la multiplication des clients : bois chauffage , bois construction , bois energie la buche en granulé a 500 euro le cube) , bois craburant pour les 4x4, et on aimerait conserver les rémanents pour les BRF ...rien que pour manger par ex ...
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
Herv12
Condensat
Condensat
Messages : 659
Inscription : 03 oct. 2011, 09:13
Localisation : Aveyron (12)

Re: Filiére bois - energie

Message par Herv12 » 15 févr. 2012, 20:49

Résume lien Energy:
L’accord ONF – EO2 structure la filière énergie bois et fera du granulé le combustible renouvelable de référence en France. Rappelons que l’exploitation du bois produit chaque année par la forêt et non commercialisé remplirait, à elle seule, 83% des objectifs du Grenelle de l’environnement.
« Il est ainsi raisonnable d’envisager pour EO2 un marché de 5 millions de tonnes de granulés à échéance de 10 ans, ce qui correspondrait au chauffage de 1,6 millions de foyers. » explique Guillaume POIZAT, PDG d’EO2.

Ces 2,2 millions de TEP (tonnes équivalent pétrole) représentent à elles seules 13,4 % des objectifs biomasse du Grenelle pour 2020 et n’utiliseraient que 11,7% des 42 millions de m3 de bois aujourd’hui non récoltés. C’est pourquoi l’ONF souhaite non seulement communiquer nationalement sur le combustible granulé bois auprès du grand public et des institutions mais également permettre à EO2 de sécuriser son approvisionnement pour les nouveaux sites de production.

Sur les 103 millions de m3 de biomasse bois produits chaque année par la forêt, seuls 60% sont vendus ou autoconsommés. L’ONF s’est engagé à mettre en œuvre des plans d’approvisionnement partout où la mise en œuvre d’une unité de granulation se justifiera.
Et sur le site de JMJ:
Enfin le soleil fait pousser les arbres... qui consituent donc un stock d'énergie solaire. Est-il intéressant d'en faire de l'électricité ? La production brute d'énergie de combustion par hectare est de 5 tonnes équivalent pétrole par an dans le meilleur des cas, soit 60 MWh environ (cette production correspond à la pousse annuelle, bien sûr, et non à ce qu'il serait possible d'obtenir en coupant tous les arbres d'un coup). Sachant que le rendement d'une centrale est de l'ordre de 40% à 50%, il faut donc mobiliser de l'ordre de 500 km2 au sol pour faire un TWh (c'est-à-dire un milliard de kWh).

La production annuelle d'électricité en France (520 TWh) à partir de biomasse correspondrait donc à l'exploitation à cette seule fin d'une surface de l'ordre de...50 à 100% du territoire métropolitain ! Utiliser la biomasse pour faire de l'énergie électrique est donc impossible sur une grande échelle.

Par contre, le potentiel du bois est probablement réel pour les chaudières à haut rendement pour le chauffage direct des habitations. Sachant que la dépense de chauffage du logement est de 0,75 tep par Français en gros, et que le rendement d'une installation de chauffage au bois est de 60%, chauffer la France au bois demanderait l'affectation d'une surface de l'ordre de 120.000 km2 (20% à 25% de l'Hexagone). Cela revient en ordre de grandeur à ne plus avoir de bois d'oeuvre, ou à se passer de viande rouge (chaque usage mobilise en gros 20% du territoire métropolitain). C'est ambitieux, mais reste réaliste si nous le souhaitons vraiment.
http://www.manicore.com/documentation/s ... l#biomasse

Le bois est certainement l'ENR qui a un vrai potentiel aujourdhui, et elle s'utilise facilement et utilement car stockable, mais il ne résoudra pas tout à lui seul.
L'ideal serait de l'utiliser en periode froide (éffacement des Pics) ou en cogé reversible:
Si (Vent Ok ,solaire Ok,) -> Electricité pas cher-> PAC
ou si pas de solaire...: Bois en cogé -> Electricité vendu au tarif pointe + chaleur

ça peut le faire mais le prix...
A+
Pour sauver les arbres, mangez les castors.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63365
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 16 févr. 2012, 10:31

Image

Industrie & Technolgies Janv-2012

et j' en profite pour rapeller qu' il ne faut absolument pas bruler des traverses de chemin de fer sois méme en cheminée ou en poéle.
La créosote est TOXIQUE.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63365
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 18 févr. 2012, 19:34

Nantes Métropole : extension d'ici 2017 de son réseau de chaleur alimenté en EnR

17 février 2012 | Actu-Environnement.com

Nantes Métropole lance un plan d'extension ''progressive'' de ses deux réseaux de chauffage urbain qui seront alimentés, selon elle, à hauteur de 84% d' énergies renouvelables (EnR) d'ici 2017, en recourant à la biomasse et à la combustion des déchets. 43% des EnR seront issus du bois de chauffage provenant "de filières durables de la région". Les 41% restants ''de la combustion des déchets des centres d'incinération", a indiqué Nantes Métropole.

L'extension des réseaux devrait permettre d'ici cette échéance d'acheminer 390.000 MWh contre 132.000 MWh aujourd'hui. Ils desserviront l'équivalent de 41.OOO logements dont 14.500 logements sociaux et le CHU de Nantes d'ici 2017. Soit la moitié de la population nantaise ''chauffée".

"Le passage de système de chauffages polluants aux nouveaux réseaux à énergie renouvelable permet d'économiser l'émission de 60.000 tonnes de CO2 par an", a indiqué Nantes Métropole. Soit 8% des objectifs de réduction des émissions de CO2 fixés par le Plan Climat de la Métropole d'ici 2020 sur le territoire.
ah, Nantes va concurencer Grenoble en importance du réseau de chaleur urbain.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63365
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 22 févr. 2012, 13:00

Chaufferies biomasse : 6 nouveaux projets en île-de-france

Début 2011, la Direction Régionale Ile-de-France de l'ADEME a lancé la première session de l'appel à projets « Chaufferies Biomasse » et sur les 9 candidatures reçues, 6 lauréats ont été sélectionnés par un jury composé de l'ADEME, des services de l'Etat (DRIEE*, DRIAAF*), de la Préfecture de Région, du Conseil Régional, de l'ARENE*, et de l'Interprofession Francilienne du Bois FrancilBois.
Dès cette année, des chaufferies ayant recours à la biomasse vont être déployées à Drancy (93), Mantes-la-Jolie (78), Montereau (77), Rambouillet (78), Ris Orangis (91) et Suresnes (92).

6 projets retenus pour substituer la biomasse à des énergies fossiles.

Les projets sélectionnés totalisent 27 600 kW de puissance biomasse, et couvriront ainsi l'équivalent de près de 11 000 tonnes équivalent pétrole par an (tep/an).
Alors que la majorité des projets devrait aboutir d'ici la fin de l'année 2012, ils permettront :

• à Drancy (93), l'alimentation des résidences Gagarine et Résistance, de la future résidence étudiante, d'un groupe scolaire et d'un gymnase pour une puissance installée de 2 500 kW, couvrant l'équivalent de 638 tep/an et permettant l'économie annuelle de 1 733 tonnes de CO2 (maître d'ouvrage : OPH Drancy)

• à Mantes-la-Jolie (78), l'alimentation du réseau de chaleur de la ville, pour une puissance installée de 14 000 kW, couvrant l'équivalent de 7 087 tep/an et permettant l'économie annuelle de 14 181 tonnes de CO2 (maître d'ouvrage : SOMEC, Dalkia)

• à Montereau (77), l'alimentation du quartier de Surville et l'extension du réseau de chaleur vers l'UIOM de Montereau, pour une puissance installée de 6 000 kW, couvrant l'équivalent de 1 985 tep/an et permettant l'économie annuelle de 16 152 tonnes de CO2 (maître d'ouvrage : Eriva, filiale de Cofely et Coriance)

• à Rambouillet (78), l'alimentation du site industriel de FAPROGI (groupe L'Oréal), fabriquant des produits cosmétiques, pour une puissance installée de 4 000 kW, couvrant l'équivalent de
800 tep/an et permettant l'économie annuelle de 2 469 tonnes de CO2 (maître d'ouvrage : Cofely)

• à Ris-Orangis (91), l'alimentation d'un éco-quartier de la ZAC Val de Ris, pour une puissance installée de 500 kW, couvrant l'équivalent de 211 tep/an et permettant l'économie annuelle de 428 tonnes de CO2 (maître d'ouvrage : Dalkia)

• à Suresnes (92), l'alimentation d'une piscine et de deux gymnases sur le site des Raguidelles, pour une puissance installée de 600 kW, couvrant l'équivalent de 212 tep/an et permettant
l'économie annuelle de 573 tonnes de CO2 (maître d'ouvrage : Ville de Suresnes)

Concernant le financement, sur les 28,5 ME investis par les 6 maîtres d'ouvrages lauréats, l'ADEME finance les opérations à hauteur de 3,3 ME et la Région à hauteur de 1,7 ME. La sélection des projets a reposé sur quatre critères qualitatifs principaux. Tout d'abord, la performance énergétique de l'installation, puis la performance environnementale, ensuite la performance économique et enfin la durabilité du plan d'approvisionnement.

Forte du succès de la première session de l'appel à projets, l'ADEME a lancé la 2e session au mois d'octobre 2011. Huit candidatures ont été reçues, pour une délibération le 16 février 2012.

Par ailleurs, suite à l'étude préalable au volet biomasse énergie en filière collective du Schéma Régional Climat Air Energie d'Ile-de-France, un appel à projets sera très prochainement lancé dans le cadre du Contrat de Projets Etat Région pour financer des plateformes de stockage de combustible biomasse, afin de mieux structurer la filière régionale.


* DRIEE : Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'Ile de France
* DRIAAF : Direction régionale et interdépartementale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt d'Ile-de-France
* ARENE : Agence régionale de l'environnement et des nouvelles énergies
http://www.enerzine.com/6/13524+chauffe ... ance+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63365
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 01 mars 2012, 19:20

“Mise à feu” de la chaudière de Roquette à Beinheim

30 Novembre 2011

Les premiers tests de mise à feu de la chaudière de Roquette à Beinheim (Alsace) sont en cours et donnent toute satisfaction. C’est toujours un moment fort lorsque le premier feu est allumé dans une installation : l’aboutissement de longs mois de réflexions, d’études, de chantier, avec tous les aléas et questionnements inévitables lorsqu’on se lance dans une telle entreprise.

Les premiers résultats de cette période d’essais sont très satisfaisants et vont se poursuivre pendant quelques semaines encore afin de fiabiliser chaque point de l’installation.

Parallèlement, le chantier se poursuit avec notamment le bardage du bâtiment qui sera entièrement fermé et isolé : bientôt on ne verra plus la chaudière comme sur la photo ci-contre.

La chaudière, d’une puissance de 51 MW, produira 65 tonnes de vapeur par heure à 25 bar de pression, nécessaires au fonctionnement de ce site de production du groupe Roquette. Elle consommera environ 100 000 tonnes de bois par an issu principalement de l’exploitation forestière locale.
http://www.nextenergies.com/actualites/ ... nheim.html

.........
La chaudière NextEnergies en cours d’installation sur le site industriel du groupe Roquette à Beinhein est en tous points hors norme. Par sa taille (30 mètres) et par sa puissance (51 MW), elle est la plus grosse chaudière biomasse jamais installée en France. Le chantier de construction dirigé par les équipes de NextEnergies était donc également hors norme, notamment lorsqu’il a fallu transporter et manutentionner les éléments de la chaudière.
..............
http://www.nextenergies.com/actualites/ ... nheim.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63365
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 26 mars 2012, 10:28

Des poussières de céréales converties en biocombustibles

22 Mars 2012 univers-nature.com

Développé par le groupe Soufflet, un nouveau concept de chaudière biomasse (1), fonctionnant à base de poussières de céréales, vient de voir le jour. Installé en septembre 2011 sur un site de Nogent-sur-Seine du même groupe, il a, depuis lors, fait ses preuves. Sur ce site d’expérimentation, deux malteries génèrent d’importantes quantités de poussières de céréales qui, auparavant mal valorisées, sont désormais utilisées sur place comme combustibles. Introduites dans la chaudière biomasse et brûlées à 1000 °C, elles chauffent l’eau qui va, à son tour, transmettre la chaleur via un système d’échangeurs. Cette chaleur est alors employée en malterie pour la touraille, dernière étape du processus de maltage qui consiste à sécher le malt. D’une puissance de 6 MW, la chaudière utilise, à pleine puissance, 1,5 tonne de poussières par heure.

Avant l’installation de la chaudière biomasse, une chaudière fonctionnant au gaz naturel assurait cette étape. D’après le groupe, avec 12 000 tonnes de poussières brûlées par an, la chaudière biomasse permet une réduction annuelle de 73 % du gaz naturel jusqu’alors consommé par les deux malteries. En outre, la valorisation des déchets à même le site permet également de faire l’économie de leur transport, contribuant, avec la réduction de la consommation de gaz naturel, à réduire les émissions de CO2. Fort de ce premier bilan positif, le concept s’apprête à être étendu à d’autres sites de production en France et en Europe de l’Est.

Cécile Cassier

1- Matière organique d’origine végétale ou animale.
http://www.univers-nature.com/inf/inf_a ... gi?id=5081

Jeuf
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1258
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : St Quentin en 78

Re: Filiére bois - energie

Message par Jeuf » 26 mars 2012, 10:54

Code : Tout sélectionner

une chaudière fonctionnant au gaz naturel assurait cette étape. D’après le groupe, avec 12 000 tonnes de poussières brûlées par an, la chaudière biomasse permet une réduction annuelle de 73 % du gaz naturel jusqu’alors consommé par les deux malteries. En outre, la valorisation des déchets à même le site permet également de faire l’économie de leur transport, contribuant, avec la réduction de la consommation de gaz naturel, à réduire les émissions de CO2

On se demande alors, en 2012, pourquoi ça n'a pas été fait plus tôt...



Sinon, on peut noter que pour avoir autant de masse de poussière de céréales par jour qu'il se produit de masse de céréales par an sur trois hectares, il faut une installation industrielle énorme qui concentre la production d'un très très grand territoire, avec beaucoup beaucoup de camions pour l'approvisionner...

Répondre