Incinération et récupération d' énergie

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13628
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Message par GillesH38 » 02 nov. 2006, 13:16

Environnement2100 a écrit :
GillesH38 a écrit :dans un aliment, on a souvent 10 fois plus d'énergie fossile que le contenu alimentaire, et ça m'étonnerait qu'on puisse recycler plus de 10% de déchet. Donc le recyclage des déchets doit permettre d'économiser environ 1% de l'énergie dépensée à les produire, super....
On recycle une grande partie de ces déchets, il me semble que le lixiviat est séché, le résidu sert d'engrais etc.

Le but n'est pas tant de récupérer l'énergie utilisée pour produire ces déchets, mais bien de ne pas en gaspiller encore à les détruire, ce qui est le cas actuellement chez nous : on a encore beaucoup de chemin avant d'incinérer zéro énergie, ce qui est possible sur le papier.
Si on consomme plus d'énergie que ce qu'on récupère à l'incinération, autant effectivement ne pas les détruire....

je ne dis pas que c'est inutile, jusque que les ordres de grandeurs récupérables/économisables sont bien en-dessous des quantités nécessaires pour faire face à un déclin "prononcé" (de quelques % par an).
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59201
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 02 nov. 2006, 13:26

hum ,

les déchest sont incinérés pour ne pas à avoir à les mettre en décharge.
La récup d' energie est "en prime".

Pour les Grenoblois, vous savez que Athanor récupére la chaleur et l' envoie sur un réseau d' eau chaude urbain.
De plus il y a un alternateur qui transforme l' excédent de chaleur en electricité (surtout interessant l' été).
Il y a un deuxiéme alternateur de prévu incessement sous peu.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13628
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Message par GillesH38 » 02 nov. 2006, 13:54

energy_isere a écrit :hum ,

les déchest sont incinérés pour ne pas à avoir à les mettre en décharge.
La récup d' energie est "en prime".

Pour les Grenoblois, vous savez que Athanor récupére la chaleur et l' envoie sur un réseau d' eau chaude urbain.
De plus il y a un alternateur qui transforme l' excédent de chaleur en electricité (surtout interessant l' été).
Il y a un deuxiéme alternateur de prévu incessement sous peu.
voui bien sûr, Grenoble est une des villes de pointe pour le chauffage collectif !
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
LeLama
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 907
Inscription : 08 août 2006, 23:12
Localisation : Angers, France
Contact :

Message par LeLama » 02 nov. 2006, 16:04

energy_isere a écrit :hum ,

les déchest sont incinérés pour ne pas à avoir à les mettre en décharge.
La récup d' energie est "en prime".

Pour les Grenoblois, vous savez que Athanor récupére la chaleur et l' envoie sur un réseau d' eau chaude urbain.
De plus il y a un alternateur qui transforme l' excédent de chaleur en electricité (surtout interessant l' été).
Il y a un deuxiéme alternateur de prévu incessement sous peu.
Il y a deux types de dechets, ceux qui brulent et ceux qui ne brulent pas. De toutes facons, ceux qui ne brulent pas finissent apres l'incineration sous forme de machefers et sont soit utilises pour faire des remblais de route (=sterilisation des sols, environ 10% en France au siecle dernier, faudra bien s'arreter un jour....), soit stockes dans des decharges ultimes. L'incineration reduit le volume des dechets mais les dechets continuent a s'accumuler annee apres annee. Les dechets qui brulent sont en general mieux valorises par tri selectif que par incineration (papier, carton, fermentation des composes organiques...).

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59201
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 02 nov. 2006, 16:30

LeLama a écrit : Il y a deux types de dechets, ceux qui brulent et ceux qui ne brulent pas. De toutes facons, ceux qui ne brulent pas finissent apres l'incineration sous forme de machefers et sont soit utilises pour faire des remblais de route (=sterilisation des sols, environ 10% en France au siecle dernier, faudra bien s'arreter un jour....), soit stockes dans des decharges ultimes. L'incineration reduit le volume des dechets mais les dechets continuent a s'accumuler annee apres annee. Les dechets qui brulent sont en general mieux valorises par tri selectif que par incineration (papier, carton, fermentation des composes organiques...).
@LeLama,

j'ai oublié de préciser que ce qui est incinéré sur Grenoble et l' agglo, sont les poubelles "grises" .
Les poubelles vertes servent au tri selectif. ;)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59201
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 01 déc. 2006, 21:58

Déchets : valorisation ou élimination ?
Bruxelles veut reclassifier cette industrie.


Pendant que certains plaident pour un moratoire de l'incinération en France, d'autres aimeraient revaloriser l'image de cette industrie. Et le moment idéal pour cela serait le prochain relookage de la Directive cadre sur les déchets, qui fixe les grandes orientations de la politique déchets en Europe.

Objectif de la révision : faire entrer l'Europe dans l'ère de la prévention des déchets et du recyclage. La Commission européenne a émis plusieurs propositions parmi lesquelles la stabilisation de la production européenne d'ordures au niveau actuel en 2012, soit 500 kg par habitant et par an. Mais elle propose également de promouvoir l'incinération, c'est-à-dire de la faire passer du statut de «mode de traitement des déchets» à un «système de valorisation énergétique». Ce qui agace les écologistes.

Mardi, la commission Environnement du Parlement européen s'est prononcée contre cette reclassification. «La majeure partie des députés a reconnu que la fonction principale d'un incinérateur est d'éliminer les déchets, pas de les valoriser», indique Sébastien Lapeyre du Centre national d'information indépendant sur les déchets (Cniid). Cette révision doit faire l'objet d'une discussion entre ministres européens de l'environnement le 18 décembre, avant d'être votée au Parlement mi-février 2007.

En brûlant des ordures, les incinérateurs cogénère de l'énergie. «L'incinération ne doit pas être considérée comme un moyen propre de produire de l'énergie», insiste Anne Bringault, directrice générale des Amis de la Terre. «Pourquoi choisir absolument entre valorisation et élimination du déchet ? interroge-t-on au ministère de l'Ecologie. Quand le rendement énergétique est suffisant, l'incinération est un mode de production d'énergie.» Pour les ONG, définir l'incinération comme tel lui confère une «image positive» alors que cette technologie émettrait 33 % de gaz à effet de serre de plus que les autres modes de traitement (1).
(1) Etude des Amis de la Terre, mai 2006.
Libération

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59201
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 20 sept. 2007, 13:20

Ils sont trés, trés fort en communication chez VEOLIA ! :lol:

Ils réussissent la rédaction de l' article ci dessous sans JAMAIS citer le mot Incinérateur !

et pourtant c'est bien par incinération qu' ils peuvent faire la valorisation énergétique.

Veolia valorise les déchets britanniques

Veolia Propreté a été retenue par le Shropshire Waste Partneship pour assurer la gestion intégrée de ses déchets. La valorisation des déchets permettra d'alimenter 10 000 foyers britanniques en électricité.

Veolia Propreté, via sa filiale Veolia Environmental Services en Grande-Bretagne, a été désignée « preferred bidder » par le Shropshire Waste Partnership pour le contrat de gestion intégrée des déchets d'une durée de 27 ans.

Cette annonce suit de près une décision similaire des districts de Southwark et de West Berkshire et vient s'ajouter à plusieurs contrats PFI signés ces treize dernières années, dans les comtés du Nottinghamshire et d'Hampshire, ainsi qu'à Sheffield, Birmingham et dans l'East Sussex.

L'offre de gestion globale des déchets implique des investissements industriels de 147 millions d'euros sur la durée du contrat pour l'infrastructure de gestion des déchets.

Elle vise l'optimisation du recyclage : l'objectif étant d'en assurer 50 % d'ici 2012. La proportion des ordures ménagères envoyées dans des centres de stockage passera alors de 65 % en 2005/2006 à 5 % en 2015.

A l'issue de la signature de ce contrat, Veolia Propreté sera chargée de la collecte, du recyclage, de la valorisation énergétique et du traitement des ordures ménagères qui, en 2007/2008, devraient représenter plus de 180 000 tonnes pour les 283 000 habitants du comté.

Veolia Propreté propose une stratégie entièrement intégrée de gestion des déchets ménagers du Comté du Shropshire et une amélioration des services dans tous les districts faisant partie du Shropshire Waste Partnership comprenant :

La collecte des bouteilles en plastique sur le trottoir dans tous les districts ;
La construction de deux nouvelles installations de gestion intégrée des déchets dans les districts d'Oswestry et Bridgnorth pour le transfert des déchets et le recyclage des déchets ménagers ;
La construction d'un centre de compostage en contenants,
La fourniture d'installations de valorisation énergétique à Battlefield Enterprise Park à Shrewsbury qui, à terme, produira à partir des déchets ménagers suffisamment d'électricité pour alimenter 10 000 foyers tout en réduisant considérablement la quantité d'ordures ménagères envoyée dans des centres de stockage.

(src: CP -Veolia Propreté)
c'est dans Enerzine : http://www.enerzine.com/14/3099+Veolia- ... ques+.html

Avatar de l’utilisateur
Schlumpf
Modérateur
Modérateur
Messages : 2384
Inscription : 20 nov. 2005, 12:11
Localisation : Wiesbaden

Message par Schlumpf » 20 sept. 2007, 23:11

lle vise l'optimisation du recyclage : l'objectif étant d'en assurer 50 % d'ici 2012
Donc qu'on recycle nettement moins de 50% actuellement. Et ce n'est sans doute pas le monopole du Shropshire...
L'Homo sapiens se conjugue à la première personne du présent irresponsable...

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10130
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Message par mobar » 30 sept. 2007, 21:05

L'incinération est d'abord un moyen de transformation des déchets ménagers en machefer. L'incinération n'élimine pas les déchets.

La valorisation énergétique réalisée sur des ordures ménagères même triées ne peut être que de piètre rendement. D'une part la teneur en humidité des déchets qui sont incinérés est importante (entre 30 et 50% de la masse brute) et la part d'incombustibles est rarement inférieure à 30% de la masse sèche. On brule un mélange d'eau, de minéraux, de ferrailles et de combustibles de mauvaise qualité.

L'essentiel de l'énergie contenue dans les déchets sert à vaporiser l'eau contenue dans les ordures, à chauffer les incombustibles et à porter à 850°C les fumées. Le pouvoir calorifique inférieur des déchets ménagers est souvent inférieur à 8 MJ/kg soit la moitie de celui du bois sec et le quart de celui du fuel.

D'autre part l'électricité produite est de l'électricité de base que l'on est incapable de moduler en puissance, électricité exédentaire sur le marché énergétique français à cause du (ou grace au) parc électro-nucléaire.

Incinérer les déchets ménagers en France est une aberration du point de vue énergétique et économique. Cela continuera tant que les opposants de l'incinération utiliseront les mauvais arguments pour combattre l'incinération (nimby, dioxines ...).

Aprés avoir extrait les recyclables (verre, plastiques, métaux, papiers, cartons, emballages) du flux de déchets ménagers la logique voudrait que l'on extraye les fermentescibles (30 à 50 % de ma masse brute) puis les combustibles (20 à 30% de la masse) pour les valoriser avec les technologies adéquates. Il ne resterait à mettre en décharge que les inertes et les résidus des différentes filières de valorisation qui elles permettraient réellement une valorisation par compostage et incinération.

L'esprit de la loi de 1992 qui laissait entrevoir une telle évolution a été dévoyé par l'abdiquation du politique qui a laissé les experts des majors du déchet faire leur propre jeu au mépris des intérêts de la collectivité.

Avatar de l’utilisateur
Schlumpf
Modérateur
Modérateur
Messages : 2384
Inscription : 20 nov. 2005, 12:11
Localisation : Wiesbaden

Message par Schlumpf » 04 oct. 2007, 22:38

"Les UIOM meurent aussi" titre Environnement magazine ce mois-ci.

UIOM
L'Homo sapiens se conjugue à la première personne du présent irresponsable...

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7699
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Message par phyvette » 04 oct. 2007, 22:59

energy_isere a écrit : Ils réussissent la rédaction de l' article ci dessous sans JAMAIS citer le mot Incinérateur !

et pourtant c'est bien par incinération qu' ils peuvent faire la valorisation énergétique.
Dans le pdf original :
La conseillère municipale Joyce Barrow, Présidente du Shropshire Waste Partnership, a déclaré :
« Nous sommes convaincus que les propositions de Veolia Propreté constituent la
meilleure solution pour remplir de la manière la plus abordable et la plus durable les objectifs
en matière de gestion des déchets du Shropshire. Veolia Propreté possède une grande
expérience en ce domaine et a proposé des solutions innovantes pour accroître le recyclage,
limiter la quantité de déchets envoyée dans des centres de stockage....

Rien n'indique qu'ils aient choisis l'incinération . Ils vont peut être faire du biogaz ?

Phyvette
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
Schlumpf
Modérateur
Modérateur
Messages : 2384
Inscription : 20 nov. 2005, 12:11
Localisation : Wiesbaden

Message par Schlumpf » 04 oct. 2007, 23:08

hum. Rien n'indique rien. Faudra avoir l'oeil.
L'Homo sapiens se conjugue à la première personne du présent irresponsable...

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59201
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re:

Message par energy_isere » 01 oct. 2012, 20:55

up pour ce fil inactif depuis 5 ans.

en novlangue
''centre de valorisation énergétique'' veur dire incinérateur.
De la vapeur plus verte pour Mars Chocolat France

Par Thomas Calinon (Alsace) - Publié le 01 octobre 2012, Usine Nouvelle

L'usine Mars Chocolat France de Haguenau (Bas-Rhin), Sita, Cofely Services et le Smitom (Syndicat mixte intercommunal de traitement des ordures ménagères) de Haguenau-Saverne ont signé samedi 29 septembre un partenariat d'une durée de 15 ans qui va permettre d'alimenter en chaleur et en vapeur les installations du géant de l'agro-alimentaire.

Le projet prévoit le déploiement d'un réseau de chaleur de 1 250 mètres qui reliera le centre de valorisation énergétique (CVE) de Schweighouse-sur-Moder à l’usine Mars Chocolat France, pour lui fournir annuellement de 40 à 55 GWh d’énergie thermique. 90 % des besoins de vapeur de l'usine seront également couverts.

Ce dispositif sera opérationnel en septembre 2013. Il va se substituer aux chaudières gaz de Mars Chocolat France. Il "évitera le rejet annuel de près de 8 700 tonnes de CO2, réduisant ainsi de 60 % les émissions de gaz à effet de serre issues de la consommation énergétique de l’usine", indique la direction du site.

C'est Sita et Cofely Services qui assument l'investissement nécessaire à la réalisation de ce projet, d'un montant de 4,5 millions d'euros. Le Fonds chaleur de l'Ademe apporte un soutien de 1,4 million d'euros. "Cofely Services exploitera le réseau de chaleur et Sita fournira l'énergie verte à travers le raccordement au CVE du Smitom", précise Mars Chocolat France.

L'usine de Haguenau emploie près de 400 personnes. Un investissement de 40 millions d'euros y est en cours, afin d'augmenter les capacités de production de billes chocolatées M&M's.
http://www.usinenouvelle.com/article/de ... ce.N183069

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59201
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Re:

Message par energy_isere » 12 avr. 2013, 12:59

La ville de Toulon mise sur la valorisation de ses déchets

12 Avril 2013 enerzine

La ville de Toulon a octroyé au consortium Zéphire un contrat de délégation de service public d'une durée de 18 ans qui vise à moderniser l'usine d'incinération des déchets et à étendre le réseau de chaleur.

Depuis le 1er janvier 2013, la filiale commune entre Idex Environnement et Pizzorno Environnement a repris la gestion de l'Usine de Valorisation Energétique des déchets ménagers de l'Aire Toulonnaise à laquelle est rattaché le réseau de chaleur desservant le quartier de Beaucaire situé à Toulon. Aujourd'hui, au total, ce sont donc 245.000 tonnes de déchets - provenant de 523.000 habitants répartis sur 26 communes - qui sont incinérés chaque année.

Côté réseau de chaleur, la récupération de la vapeur produite par l'incinération des déchets permet de chauffer 1 800 équivalent logements. Avec l'aide de deux sous-stations d'échange, cette source d'énergie fournit en effet au quartier de Beaucaire 14 GWh thermiques par an. Parallèlement à cela, l'incinération des déchets permet de produire de l'électricité, soit 112 GWh/an. Cette production, qui correspond à la consommation d'une ville de 60.000 habitants, fait de cette l'usine le premier producteur indépendant d'électricité dans le département.

La société va par ailleurs de réaliser des investissements : "rénovation de l'ensemble des trois chaudières, basculement sur un traitement des fumées sec, traitement catalytique des oxydes d'azote, nouvelle turbine de 12 MW, extraction des non ferreux des mâchefers et broyage des refus mâchefers, schéma d'aménagement optimisé de l'extension du réseau, architecture valorisante."

Evalués à 86 millions d'euros, ces investissements sont répartis proportionnellement entre Idex et Pizzorno à hauteur de leur participation au sein de leur filiale commune Zéphire (49% par Idex et 51 % par Pizzorno).

Moderniser l'usine d'incinération

Il s'agira pour Zéphire d'apporter des améliorations significatives comme : "moins d'émission de bruit et d'odeur pour le voisinage, une température accrue du brûlage des déchets pour davantage de rentabilité, un stockage amélioré avec une fosse agrandie, un changement complet du traitement des fumées, des rejets d'oxyde d'azote inférieurs de 20 à 30 % aux normes autorisées ..."

En 2016, l'usine pourra absorber, sans rupture d'activité en période basse et sans détournement des déchets en décharge pendant la haute saison, un volume 285.000 tonnes de déchets par an. Ce seront alors 158 GWh d'électricité qui seront produit par an (contre 112 avant travaux).

L'extension du réseau de chaleur

Environ 10 millions d'euros d'investissement seront consacrés à l'extension du réseau de chaleur pour raccorder 4 établissements scolaires du quartier de Beaucaire et déployer le réseau jusqu'au quartier de Berthe situé à La Seyne sur Mer, soit 3200 équivalent logements supplémentaires.

Pour y parvenir, Zéphire mettra en place :

une extension de 7 km avec 28 sous-stations,
la construction d'une chaufferie d'appoint de 6 MW avec chaudières gaz à haut rendement (97%),
4 chaufferies de secours de 4 à 6 MW
un système d'ilotage normal/secours

Après 22 mois de travaux - fin des travaux prévue en septembre 2014, ce sera donc un total de 5.000 équivalent logements qui sera chauffé par le réseau de chaleur. Celui-ci produira alors 41 GWh thermiques par an (contre 14 GWh/an avant travaux) grâce à un bouquet énergétique composé à 90% d'énergies renouvelables provenant de la récupération de la vapeur produite par l'incinération des déchets.

* dont 4 ME de subvention obtenue de l'ADEME/FEDER
http://www.enerzine.com/14/15594+la-vil ... hets+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59201
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Re:

Message par energy_isere » 30 avr. 2013, 12:51

A Londres ont voit grand
Londres : un méga contrat de valorisation des déchets

Un consortium** mené par SITA UK, filiale de Suez environnement, a annoncé lundi être entré en négociations exclusives avec la West London Waste Authority (WLWA), l'autorité publique en charge des quartiers ouest de Londres, pour un contrat de valorisation des déchets d'une valeur de 1 milliard d'euros et d'une durée de 25 ans.
............
lire ici http://www.enerzine.com/14/15688+londre ... hets+.html

Il s' agit d' un incinérateur.
Mais vous vous étres rendus compte que depuis des années ce mot est banni et remplacé par ''centre de valorisation énergétique''. :mrgreen:

Répondre