Energie Hydro-électrique en France

Barrages, marées, etc.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Herv12
Condensat
Condensat
Messages : 659
Inscription : 03 oct. 2011, 09:13
Localisation : Aveyron (12)

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par Herv12 » 08 avr. 2013, 18:59

Espérons qu'ils seront entendus!

L'hydraulique est particulièrement utile pour la stabilité des réseaux. Souvent d'ailleurs elle n'est pas exploitée au maximum de ses capacités mais gardée en réserve. Un opérateur qui rachèterait les installations pour faire du fric viderait le lacs dés que le cours de l'elec serait bon, puis lors de la pointe, il pourrait se retrouver à sec et ne plus être dispo.
Pour sauver les arbres, mangez les castors.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par energy_isere » 24 avr. 2013, 19:14

Micro-centrales hydroélectriques : Vinci Concessions remporte la mise (Aisne + Meuse)

24 Avril 2013

A l'issue de 30 mois de procédure dans le cadre du contrat de partenariat, le Conseil d'administration de Voies navigables de France (VNF) vient de valider le choix de Vinci Concessions comme 'attributaire pressenti' pour la reconstruction de 29 barrages manuels sur l'Aisne et la Meuse et la construction de micro-centrales.
Le 19 octobre 2010, VNF publiait l'avis d'appel public à candidature pour le financement, la conception, la construction, l'exploitation, la maintenance et la régénération des 29 barrages manuels de l'Aisne et de la Meuse et de leurs équipements associés.

...........
http://www.enerzine.com/7/15653+micro-c ... mise+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par energy_isere » 18 juin 2013, 09:43

suite de ce post du 01 Juin 2011 viewtopic.php?p=295297#p295297
EDF inaugure le plus grand barrage hydroélectrique de l'île de Beauté


18 Juin 2013 Les Echos

La Corse a engagé hier une étape symbolique de sa transition énergétique, avec l'inauguration, par le PDG d'EDF, Henri Proglio, de son plus gros barrage hydroélectrique en Corse, sur le site du Rizzanese.
Dans les faits, la première turbine envoie déjà depuis décembre ses premiers kilowattheures sur le réseau électrique corse. La seconde turbine sera mise en service en septembre. Au total, l'installation apporte une capacité supplémentaire de 55 mégawatts (MW), soit 12 % de plus que la puissance installée du parc EDF à fin 2012. Comme l'outre-mer, la Corse, qui compte près de 240.000 clients, se trouve dans une situation atypique : dépourvue de connection avec le continent, elle doit assurer ses besoins avec ses propres moyens de production.

Lancé en 2007, le projet du Rizzanese, qui s'ajoute à trois autres grands barrages et une quinzaine de petites installations, a représenté un investissement de 205 millions d'euros pour EDF. Depuis 2005, les investissements cumulés du groupe dans l'île sont évalués à 1,5 milliard d'euros. Ils couvrent notamment les dépenses d'amélioration du réseau électrique, mais aussi le développement, en 2006, d'une interconnexion avec la Sardaigne et la construction d'une turbine à combustion de 40 MW à Lucciana en 2008. Une nouvelle centrale diesel, d'une puissance de 112 MW, doit être mise en service sur le site de Lucciana l'hiver prochain.

EDF, comme les autres opérateurs, est incité à investir en Corse : un arrêté de 2006 a fixé à 11 % le taux de rémunération des capitaux immobilisés pour les investissements de production en Corse et en outre-mer. Le système de péréquation tarifaire, qui garantit le même tarif à tous les clients, où qu'ils se trouvent sur le territoire national, permet aussi de compenser les coûts de production généralement supérieurs dans les zones insulaires. Il est financé par l'ensemble des consommateurs via la CSPE, une taxe sur la facture d'électricité.
http://www.lesechos.fr/entreprises-sect ... 576601.php

ah tiens, avec la CSPE on ne finance pas que le solaire et l' éolien un peu partout, mais aussi l' electricité Corse.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par energy_isere » 20 juin 2013, 14:52

La Corse s'offre un 4ème aménagement hydroélectrique (55 MW, Rizzanese)

autres infos :
Le barrage, d’une hauteur de 40,5 mètres pour une longueur de crête de 140 mètres, est réalisé en béton compacté au rouleau. La retenue d’eau située sur les communes de Levie et Sorbollano, occupe une superficie de 11 ha environ avec une capacité totale de 1.300.000 m3

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par energy_isere » 18 août 2013, 14:28

Les travaux de rénovation de l’usine marémotrice de la Rance

Energeek 06 Aout 2013

En service depuis 45 ans, l’usine marémotrice de la Rance (Ille-et-Vilaine) est aujourd’hui encore une installation quasi unique au monde : seule une autre centrale, située en Corée du Sud, permet de produire de l’électricité à l’échelle industrielle grâce à la force des marées. Pour pérenniser cette installation qui permet de fournir de l’énergie propre et renouvelable, EDF a lancé un important programme de rénovation du site. Lancé l’an dernier, il se poursuit cette année avec la rénovation des vannes principales, le remplacement des câbles de transport d’électricité et la rénovation des groupes de production.

L’usine marémotrice de la Rance, composée de 24 groupes « bulbe » d’une puissance unitaire de 10.000 kW et un barrage de 750 mètres de long, permet d’alimenter en électricité plus de 220.000 personnes.

Un programme de rénovation lancé l’an dernier doit permettre à l’usine de la Rance de conserver un niveau de performance et de sécurité élevé. Ce programme étalé sur 10 ans, comprend la rénovation des turbines, des vannes et des automatismes de commande de l’usine.

Représentant un investissement total de 100 millions d’euros, ces travaux mobilisent un grand nombre d’entreprises prestataires. Les travaux ont commencé en 2012 avec la rénovation de batardeaux et de l’une des turbines.

Les travaux programmés en 2013

La rénovation des vannes principales, qui permettent de vider et de remplir la retenue d’eau nécessaire à la production hydroélectrique, se déroulera sur 3 ans. Ces vannes mesurent 10 mètres sur 15, et pèsent chacune plus de 100 tonnes.

Les travaux de maintenance sur ces six vannes consisteront, entre autres, à rénover les structure en béton sur lesquelles les vannes sont positionnées, à nettoyer et vérifier l’état des structures métalliques (certaines parties des vannes sont immergées dans l’eau de mer depuis plus de 15 ans), et à rénover les vérins et les circuits hydrauliques permettant de manœuvrer les vannes.

Le remplacement des câbles de transport d’électricité

Des câbles à très haute tension (225 KV) permettent d’évacuer l’énergie produite sur le site de La Rance vers un poste de distribution d’énergie. Une autre liaison (63 KV) permet d’alimenter l’usine en énergie électrique. Ces deux liaisons construites en 1966 doivent être remplacées et modernisées. Le remplacement des câbles se déroulera entre 2012 et 2013.

La rénovation des groupes de production « bulbe »

9 des 24 groupes de production du site seront rénovés cette année. Ces travaux de maintenance consistent à vérifier les pales des turbines en les réparant si besoin, à remplacer l’étanchéité, à resserrer l’alternateur et à rénover les systèmes de manœuvre des pales de la turbine.

La production d’électricité se poursuit pendant toute la durée des travaux. La circulation routière (la route départementale 168 reliant Saint-Malo à Dinard passant sur le barrage) sera par contre perturbée occasionnellement.
http://lenergeek.com/2013/08/06/les-tra ... -la-rance/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par energy_isere » 02 sept. 2013, 11:50

Voltalia : va améliorer le rendement de la centrale guyanaise de Mana

02/09/2013 pour Boursier.com

Voltalia investit dans sa petite centrale hydroélectrique du fleuve Mana, en Guyane, pour améliorer sa production. La société mise sur un accroissement d'au moins 5 GWh chaque année. "Le chantier consiste principalement en une rehausse du niveau du seuil, une optimisation des équipements électromécaniques, une amélioration de la passe à pirogues et de la passe à poissons ainsi qu'un renforcement des installations de sécurité", indique le management, qui conduira les travaux lors de la saison sèche (septembre à décembre) de 2013 et, si les conditions climatiques le nécessitent, de 2014.
Voltalia met en avant ses efforts pour atténuer l'impact de l'ouvrage sur l'environnement, en précisant que cette centrale est la seule en France à avoir construit sur une rivière une passe navigable permanente. La centrale, inaugurée en 2011, est détenue à 20% par la Caisse des Dépôts et à 80% par Voltalia.
http://www.agefi.fr/articles/voltalia-v ... 83187.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par energy_isere » 03 sept. 2013, 18:39

suite de ce post viewtopic.php?p=345929#p345929
Barrages hydroélectriques : le gouvernement se range à la mise en concurrence

Le Monde | 03.09.2013

Enlisé, le dossier du renouvellement des concessions hydroélectriques – la gestion des barrages – revient sur le devant de la scène, stimulé par la Cour des comptes. Dans un référé adressé au gouvernement le 21 juin, mais rendu public lundi 2 septembre, la Cour interpelle les pouvoirs publics. Les magistrats constatent que les retards et les hésitations dans la procédure de mise en concurrence génèrent "un manque à gagner croissant pour les finances publiques".
En France, les barrages ayant une puissance installée supérieure à 4,5 mégawatts (MW) appartiennent historiquement à l'Etat, mais leur gestion fait l'objet d'une concession de longue durée. Ces 400 concessions sont majoritairement exploitées par EDF et par GDF Suez, à travers ses filiales, la Compagnie nationale du Rhône (CNR) et la Société hydroélectrique du Midi (SHEM).

Depuis 2006, une loi prévoit l'instauration, lors du renouvellement des concessions, d'une redevance proportionnelle aux recettes résultant de la vente d'électricité. Le produit de cette redevance doit être réparti entre l'Etat et les collectivités. Mais, comme le relève la Cour, cette redevance n'a jamais été appliquée aux concessions arrivées à échéance depuis 2006. Or, si les barrages déjà amortis étaient soumis à une redevance, ont calculé les magistrats, "les recettes théoriques" issues des concessions seraient "d'un peu plus de 520 millions d'euros". L'Etat n'en a perçu que 180 millions, correspondant à la redevance versée par la CNR.

OPPOSITION À LA LIBÉRALISATION

En clair, du fait de la non-application de la loi, l'Etat se prive de recettes. Une perte qui, si la situation perdurait, pourrait atteindre 600 millions d'euros d'ici à 2020, note la Cour des comptes. Dans ce contexte, elle estime que la mise en concurrence des barrages constitue un "moyen adapté pour ne pas abandonner aux concessionnaires la rente hydroélectrique".

En 2010, le gouvernement de François Fillon avait lancé une procédure de mise en concurrence pour le renouvellement de dix concessions électriques, soit de 49 barrages d'une capacité totale de 5 300 MW – l'équivalent de quatre ou cinq gros réacteurs nucléaires. Ce processus devait aboutir sur l'attribution des nouvelles concessions en 2015.

Toutefois, en octobre 2012, la ministre de l'écologie de l'époque, Delphine Batho, s'est opposée à cette libéralisation. Deux députés, Marie-Noëlle Battistel (PS, Isère) et Eric Straumann (UMP, Haut-Rhin), ont été chargés de plancher sur des scénarios alternatifs. Dans leur point d'étape (Le Monde du 4 avril), les rapporteurs ne faisaient pas mystère de leurs réticences devant l'ouverture à la concurrence.

"SOLUTION JURIDIQUE ROBUSTE"

La réponse adressée par le gouvernement à la Cour – dans un courrier daté du 27 août et signé par le ministre de l'économie, Pierre Moscovici, le ministre de l'écologie, Philippe Martin, et le ministre délégué chargé du budget, Bernard Cazeneuve –, marque un véritable changement de pied. "Sans préjuger des conclusions de la mission parlementaire, écrivent-ils, il semble qu'à ce stade la mise en concurrence constitue la solution juridique la plus robuste pour optimiser le patrimoine national de l'hydroélectricité." Les trois ministres précisent que le lancement, de manière échelonnée, du renouvellement des concessions pourrait intervenir "dès le premier semestre de l'année 2014 ".

S'appuyant sur les premières observations de la mission parlementaire, ils envisagent cependant un regroupement des concessions afin d'assurer la présence d'un même concessionnaire sur une chaîne d'ouvrages par vallée, avec une date d'échéance unique. Cette méthode, estiment-ils, "permettrait d'augmenter les recettes pour la sphère publique" et de récupérer une partie du manque à gagner souligné par la Cour.
http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... _3234.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par energy_isere » 05 sept. 2013, 19:30

projet d'hydrolienne en Loire à Orléans. (enerzine 05 Sept 2013)

La puissance envisagée est pas indiqué, ca devrait pas étre bien énorme...... :-k

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par energy_isere » 17 sept. 2013, 11:33

en rapport avec ce post au dessus viewtopic.php?p=351411#p351411

LA CENTRALE HYDROELECTRIQUE SUR LA MANA

La Centrale Hydroélectrique, implanté au lieu dit saut Maman Valentin, est basé sur le principe d’une centrale au fil de l'eau. Cette technique permet la production d'électricité en temps réel selon le débit du fleuve sans stockage d'eau et présente l’avantage de mobiliser une énergie jugée inépuisable par l’intermédiaire de la force du courant de la Mana.

D'une capacité de 4,5 Mégawatts, la centrale produira environ 23,5 Gigawatts.heure .....

..............
Equipements connexes :

1 passe à poissons : 1ère du genre en Guyane et certainement dans la région Nord Amérique du Sud plus 1 passe à pirogues : pas d’interruption de la navigation. Sécurisation du franchissement par une série de bassins aménagés et entièrement balisés, premiers ouvrages de ce genre sur un fleuve de Guyane rendent cette Centrale hydroélectrique respectueuse de l’environnement de la circulation des biens et des personnes, ouvrage innovant notamment par ces aspects.

.........
Image
http://mana.mairies-guyane.org/?chap=116

Cette centrale avait été inaugurée en Mars 2012, d' un coût de 22 M€, dont 2,4 M€ pour la construction d’une ligne eléctrique de 28 km.
http://www.voltalia.com/contenu/sites/v ... 202012.pdf

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par energy_isere » 05 oct. 2013, 12:51

suite de ce post viewtopic.php?p=295803#p295803
Dans la vallée de la Romanche, le plus grand barrage hydroélectrique de France sort de terre

France 3 AlpesPublié le 04/10/2013

Dans la vallée de la Romanche c'est le plus important barrage hydroélectrique construit actuellement en France. Le "projet Romanche-Gavet" réalisé par EDF remplacera l'aménagement actuel, construit entre la fin du XIXème et le début du XXème siècle.

Image

Des tonnes et des tonnes de ferrailles : l'armature du barrage sort peu à peu de terre. Il s'élèvera à 14 mètres de haut avec quatre piles. Terrassements, remblais, il a fallu remuer 200.000 mètres cubes de caillou, et dériver provisoirement le lit de la rivière, La Romanche, a été provisoirement dérivée

Un tunnel de 9 kilomètres a été percé dans la montagne, entre le barrage en amont, et la centrale hydroélectrique, en aval. Le courant produit pourra alimenter 250.000 foyers. C'est 30 % de plus que les 6 usines existantes, installées, il y a un siècle. Elles seront détruites, sauf l'une d'entre elles, classée "monument historique".

Lancés en 2010, les travaux vont s'échelonner jusqu' en 2017. Ils se doublent d'importantes interventions pour sécuriser les sites, notamment sur les falaises de la vallée. Des études d'impact ont également menées, notamment sur lflore, la faune, et la population piscicole. EDF doit en effet respecter des règles très précises de protection de l'environnement.
http://alpes.france3.fr/2013/10/04/dans ... 31493.html

Avatar de l’utilisateur
Glycogène
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2348
Inscription : 05 oct. 2005, 00:06
Localisation : Grenoble

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par Glycogène » 06 oct. 2013, 00:49

energy_isere a écrit :Elles seront détruites, sauf l'une d'entre elles, classée "monument historique".
L'usine des Vernes avec un débit comme vous ne le verrez jamais plus : http://www.camptocamp.org/images/list/parkings/357097

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par energy_isere » 31 oct. 2013, 11:11

Vingt neuf barrages de l'Aisne et de la Meuse automatisés d'ici 2020

La société BAMEO, filiale de VINCI Concessions, en groupement avec la SHEMA (Groupe EDF) a annoncé la signature d'un contrat de partenariat pour le remplacement de barrages manuels sur l'Aisne et la Meuse, avec Voies Navigables de France (VNF).
.........
en entier : http://www.enerzine.com/7/16463+vingt-n ... 2020+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par energy_isere » 19 févr. 2014, 17:04

suite de ce post du 03 Sept 2013 viewtopic.php?p=351470#p351470
Hydraulique français : Le syndicat CFE-CGC refuse son éclatement

19 Fev 2014

Après la volonté des gouvernements successifs à vouloir imposer puis temporiser la mise en concurrence des concessions hydrauliques, des travaux parlementaires semblent mettre sur la table d'autres options sur l'avenir de la filière hydroélectrique.

Le gouvernement actuel envisagerait de créer des Sociétés d'Economie Mixte (SEM) pour les concessions hydrauliques concernées. Celles-ci seraient détenues à 51% par l'Etat, tandis que les 49 % restants seraient attribués par appels d'offres. Cette solution aurait récemment gagné du terrain alors que le Ministère de l'économie et des finances privilégie la mise en concurrence avec la méthode des barycentres, réduisant sa perspective aux enjeux financiers des redevances et au dogme concurrentiel, loin des enjeux de politique énergétique.

............
http://www.enerzine.com/7/16947+hydraul ... ment+.html

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8320
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par Remundo » 19 févr. 2014, 17:18

la mise en concurrence avec la méthode des barycentres, réduisant sa perspective aux enjeux financiers des redevances et au dogme concurrentiel, loin des enjeux de politique énergétique.
Quelqu'un a-t-il fait ENA en langue-vivante 1 ? :shock:

en réaction à une telle déclaration, j'indique mes craintes sur la stimulation subjective du métacontexte, ainsi que les conséquences systémiques de la régulation semi-privée par la hiérarchie technocratique qui catalyse les ressources stratégiques.

quelle bande de jargonneux fumeux... :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Energie Hydro-électrique en France

Message par energy_isere » 05 mai 2014, 19:02

le feuilleton reprend :
Ségolène Royal veut conserver les barrages hydrauliques sous contrôle public

La nouvelle ministre de l’Ecologie et de l’Energie souhaite que les barrages français restent sous contrôle public dans le cadre de sociétés d’économie mixte. Un choix qui va à l’encontre de Bruxelles, qui exige une mise en concurrence dans le cadre d’un appel d’offres européen de 25 % des capacités hydrauliques du pays.

La nouvelle ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Ségolène Royal, a pris ses fonctions avec de nombreux dossiers chauds sur son bureau : Fessenheim, transition énergétique, écotaxe... L’un d’entre eux passe de ministre en ministre depuis 7 ans… Et il n’a toujours pas trouvé d’issue : le renouvellement de la concession des barrages hydrauliques. La concession de 25 % des barrages français (5 300 MW) arrivera à échéance d’ici à 2023. La commission de Bruxelles souhaite que le renouvellement donne lieu à un appel d’offres européen, ce qui a aiguisé l’appétit de nombreux énergéticiens. Mais cette hypothèse a inquiété de nombreux acteurs français qui craignaient de voir ces actifs hyper rentables - détenus aujourd’hui par EDF et GDF Suez - partir dans les mains d’acteurs étrangers.

Le mardi 30 avril dernier, par le biais d’un communiqué de presse, Ségolène Royal a donné sa position sur le sujet : elle "considère que la mise en concurrence pure et simple présente des risques pour l'intérêt général de la gestion de la ressource en eau, de l'équilibre écologique des vallées et des conditions de distribution de l'électricité. Il faut donc garder un contrôle public. C'est pourquoi, Ségolène Royal propose de créer des sociétés d'économie mixte (SEM), à majorité publique, s'inspirant du modèle de la Compagnie nationale du Rhône".

Une solution qui ne satisfait pas les syndicats

La nouvelle ministre reprend donc à son compte la solution qui était en cours d’élaboration par son prédécesseur, Philippe Martin. Les services de ce dernier étaient en train de bâtir un système où les édifices hydrauliques seraient contrôlés par une société publique détenue à 51% par l’État et à 49% par des entreprises privées françaises ou étrangères. Une position censée ménager l’Europe et les intérêts industriels hexagonaux.

Tout le monde ne se satisfait pourtant pas de cette option. Ainsi, FO Energie et Mines parle d’une décision qui vise à démanteler EDF et à "casser le modèle du service public national et républicain". Le Parti de Gauche évoque pour sa part une privatisation des barrages français. L’ex-ministre de l’Ecologie Delphine Batho parle, quant à elle, dans une tribune aux Echos, d’une "privatisation qui ne dit pas son nom" et qui est "contraire aux intérêts de la France".

De tous les ministres en charge de l’énergie ces dernières années, Delphine Batho est sans doute celle qui a pris le sujet le plus à cœur. Elle s’était prononcée ouvertement contre un appel d’offres européen et avait demandé à la commission des Affaires économiques de réfléchir à des solutions alternatives à la mise en concurrence. Un rapport avait été rédigé sous la houlette de Marie-Noëlle Battistel (PS, Isère) et Eric Strauman (UMP, Haut Rhin) et remis en septembre 2013. A la clé : trois propositions qui vsaient toutes à conserver ces édifices dans le giron national.
http://www.usinenouvelle.com/article/se ... ic.N260198

Répondre